Discussion fermée
Page 2 sur 4 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 117

Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?



  1. #31
    nap01

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?


    ------

    Bonjour PopolAuQuébec
    J'ai lu le chapitre 1 de votre théorie et j'attends la suite de votre développement.
    L'idée de base me semble très intéressante et je vous encourage à continuer.
    une question tout de même, y a t'il une relation « lointaine » avec les universons ( de Claude Poher)? même si cette théorie des universons ne s'applique qu'a la gravitation.
    merci pour ce que vous faites
    nap01

    -----

  2. Publicité
  3. #32
    champunitaire

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Bonjour

    J'ai avec regret pas pu lire votre papier en doc , il ne voulait pas s'ouvrir dans "l'espace temps virtuel" de mon ordinateur (c'est peu être un signe...), mais a la lecture des differents post du dessus je me fais une vague idée de la théorie... et puis voici monsieur nap1 qui répond... et puis je me dis que monsieur Costa n'est peut être pas loin... mais bon j'ai du mal à imaginer une physique sans espace-temps, si vos metrons sont constitués de metrinos c'est qu'ils ne sont pas elementaires, et en passant les trous noirs ainsi que la singularité primordiale (big bang) sont des implications directes des equations de la relativité d'Einstein, comment votre theorie pourrait-elle s'adapter a la RG sans singularités ?

    bon j'attends de pouvoir telecharger l'article et les futurs chapitres qui vont suivre.au moins vous avez le mérite de ne pas faire payer votre theorie 75 euro comme la nappe.

  4. #33
    The Artist

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Bonjour,
    Comment définis tu la distance dans ta théorie? Pour moi définir une distance, cela sous entend la préexistence d'un espace !
    Que réponds tu à cela ?
    Merci
    On m'disait, j'veux être artiste, tu t'prends pour qui ? Oublie oublie !!!

  5. #34
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par Karibou Blanc
    Je n'ai pas de probleme d'ego personnellement donc pas de guéguerre à l'horizon.
    Ça me convient parfaitement.

    Citation Envoyé par Karibou Blanc
    Par contre si ton but est la physique. J'aimerai que tu me dises comment tu calcules une amplitude de diffusion. Par exemple e+/e- -> mu+/mu-, qui est un processus ultra simple de QED.
    La QED est écrite dans un cadre d’espace-temps. Mais, dans la mesure où il n’est pas nécessaire de considérer l’espace comme une réalité physique dans les équations de la QED (et donc l’espace-temps aussi, à la différence près que le temps demeure une réalité physique), toutes les équations et constructions théoriques de la QED demeurent applicables telles quelles.

    A strictement parler, on peut admettre ces équations telles quelles, sans justification supplémentaire. Mais, comme je le disais dans un post précédent, lorsqu’on introduit une modification à notre conception du monde physique comme celle que je propose, on s’attends légitimement à ce que la physique puisse s’écrire en des termes spécifiques à cette conception : en d’autres termes, on doit pouvoir montrer la « présence » de métrons dans les équations de la QED. Heureusement, ma théorie le fait comme on le verra dans le chapitre 2 (pour l’essentiel, ce chapitre est déjà écrit, mais je ne veux pas publier quelque chose qui ait une allure bâclée, tu le comprendras j'espère).

    En fait, à strictement parler, la seule façon d’invalider complètement et définitivement cette théorie est de trouver quelque chose qui rende obligatoire de considérer l’espace comme une réalité physique.

    A+

  6. #35
    Karibou Blanc

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    dans la mesure où il n’est pas nécessaire de considérer l’espace comme une réalité physique dans les équations de la QED
    La théorie quantique des champs s'appuie sur l'existence d'un espace-temps de "fond" (minkowskien) qui sert de cadre au déroulement des évènements que la théorie prétend décrire. Tu ne peux rien calculer si une géométrie n'est pas spécifiée avant toute chose. Et comme je l'ai déjà rappelé les particules elles-memes sont définies comme des représentations du groupe de symétrie associé à l'espace-temps. Donc sans espace-temps, il me semble difficile de faire de la physique, a priori.

    C'est en quelque sorte l'origine (grossière) des problemes que l'on rencontre avec la gravitation, car dans ce cas le cadre (le tissus qui sous-tent les évènements) en un mort l'espace-temps est un objet dynamique. La géométrie n'étant plus figée, il devient tres compliquée de faire de la théorie des champs ordinaire.
    trouver quelque chose qui rende obligatoire de considérer l’espace comme une réalité physique
    En fait c'est justement sur ce genre terme que j'ai tendance à grincer des dents. C'est completement subjectif (et a mon sens en dehors de la methode scientifique moderne, ie Karl Popper) et entierement flou. Que signifie réalité physique dans ta théorie ? Est-ce la définition d'EPR ? C'est le genre d'expression qui nécessite absolument une traduction précise en langage mathématique (comme l'ont fait EPR à l'époque). Je m'explique. Par exemple, une forme de traduction (tres grossiere) serait : Soit un objet O, dont les propriétés a,b,c caractérisées par les grandeurs mesurables A,B,C. Ce dernier possède une réalité physique si A=B (par exemple).

    Ca parait idiot mais c'est essentiel. Cela n'a pas de sens en physique de dire qu'un objet possède une propriété (ici la réalité physique) si cette derniere n'a pas une définition précise (ie mathematique) qui nous permettrait de mesurer cette propriété (directement ou par la biais d'un effet l'authentifiant) via une expérience.

    Donc ma seule question est : qu'appelles tu réalité physique ? (j'entends une définition qui satisfait ce que j'ai dit plus haut)

    KB

  7. #36
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par leg
    bonjour popol

    tu dis que la possibilité de l'existance d'un trou noir invalide ta théorie. ne peux tu concevoir différement ce phénomène, par ex comme un racourci entre deux point de l'univers; car le phénomène "trou noir" peut exister et si ta théorie n'explique pas ce cas, alors elle risque d'être aussi imcomplète...comme les autres..non?
    Si le big bang n'avait jamais existé, ta théorie prévoit -elle une explication, par exemple comme un univers qui a toujours existé, comme un univers imaginaire donc imateriel qui passe a un univers réel que l'on peut concevoir et analyser et dont on fait parti.
    en tout les cas les idées sont interressantes.
    bon courrage A+
    Merci beaucoup Leg.

    En ce qui concerne le trou noir, comme je l’ai mentionné précédemment, s’il devait y avoir une preuve indubitable de l’existence d’un seul trou noir (plus précisément du phénomène d’horizon), ma théorie pourrait difficilement y survivre. Évidemment, si le cas se présentait, on pourrait quand même essayer de trouver une façon de l’intégrer dans la théorie mais, personnellement, je doute fort que cela soit possible. C’est pourquoi j’étudie très sérieusement le cas qui m’a été soumis par mtheory.

    En ce qui concerne le Big Bang, ma théorie peut fonctionner autant sans Big Bang qu’avec un Big Bang.

    Merci encore

    A+

  8. Publicité
  9. #37
    juliendusud

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec
    Bonjour à tous

    Dans les dernières années, j’ai travaillé sur une idée qui m’est venue en décembre1999. J’en ai développé une théorie et en ai commencé la rédaction finale il y quelques mois, de façon plus ou moins assidue. Le tout est structuré en un résumé et six chapitres. J’ai complété la rédaction du résumé et du chapitre 1. Les autres chapitres sont complétés à différents degrés. Le chapitre 2 est presque complété et les chapitres suivants devraient être complétés dans les prochaines semaines ou quelques mois.

    J’ai développé cette théorie en solitaire : cela a ses avantages, mais aussi le désavantage majeur que le tout s’est développé sans aucun « feedback » de quelque physicien que ce soit. Alors il est possible et même probable que certains aspects m’aient échappé.

    Le chapitre 1 contient les fondements conceptuels de la théorie et peut, à ce titre, être considéré comme un tout en lui-même : j’ai donc décidé de le rendre public, dans le but d’avoir un « feedback ». J’ai ouvert un site sur iFrance et y ai placé un document Word 2003 contenant le résumé et le chapitre 1 (voir le site http://plebourdais.ifrance.com/). Les chapitres suivants y seront ajoutés successivement au fur et à mesure de leur complétion : le chapitre 2 devrait être disponible d’ici une semaine ou deux.

    Je suis ouvert à tout commentaire.

    Merci

    Popol
    Si j'ai bien compris votre point de vue, à chaque paire de particules est associée une quantité d'espace (= une distance ce que vous appelez un nombre entiers de métrinos) ainsi qu'une direction. Il y a quand même quelque chose qui me chiffone, pour que cette structure soit cohérente il me parait nécessaire d'introduire des contraintes entre les différentes relations de paires de particules comme par exemple l'inégalité triangulaire.
    Supposons 3 particules A,B et C : A et B sont liés par 3 métrinos, B et C sont liés par 4 métrinos et A et C sont Je vous pose donc la question : est il physiquement envisageable que deux particules séparées par une grande distance puissent être simultanément approchées par une 3 ème particule? Est ce bien ce que vous suggérez dans votre interprétation de EPR et des fentes de young?

  10. #38
    juliendusud

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Zut une partie du message précédent a sauté :

    "Supposons 3 particules A,B et C : A et B sont liés par 3 métrinos, B et C sont liés par 4 métrinos et A et C sont liés par 100 métrinos"

  11. #39
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par henri66
    bonjour popol!

    comme je n'ai pas de véritable formation scientifique je ne comprends pas tout sur ce post et c'est un doux euphémisme.
    mais il y a quelque chose qui m'interpelle,on est plus près de l'espace à 11,12 ou 26 dimensions que de la physique sans espace avec les théories M,F et des supercordes.
    enfin en astrophysique plus on est de fous plus on rit!

    bonne chance pour ta théorie popol!

    amicalement.
    Bonjour Henri et merci !

    Si ma théorie survit suffisamment longtemps, je me ferai un devoir de la rendre aussi compréhensible que possible pour ceux qui n’ont pas la formation scientifique requise pour la comprendre telle que présentée.

    Et je suis d’accord avec toi, plus on est de fous plus on rit.

    A+

  12. #40
    The Artist

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Monsieur, par la présente je vous rappelle ma question. Auriez vous l'amabilité de me répondre?

    Citation Envoyé par The Artist
    Bonjour,
    Comment définis tu la distance dans ta théorie? Pour moi définir une distance, cela sous entend la préexistence d'un espace !
    Que réponds tu à cela ?
    Merci
    On m'disait, j'veux être artiste, tu t'prends pour qui ? Oublie oublie !!!

  13. #41
    The Artist

    Angry Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Chaque système physique est conçu comme formé de points identifiables, séparables les uns des autres. Ces points constituent un ensemble structuré : l'Espace Affine Euclidien, noté A (3) ou en abrégé A quand il n'y a pas d'ambiguité.


    Partant de la notion de point on conçoit des bipoints, puis des vecteurs.

    Pour dire une relation entre bipoints, chacun devient objet à son tour et entre en relations.

    Il y a ainsi des segments, des droites, des plans, des angles, des courbes, des surfaces,des volumes, des isométries...


    Tous ces objets ont des propriétés : les bipoints ont une longueur, une direction, un sens. Ils ont entre eux des relations : à titre d'exemple, les bipoints peuvent être parallèles ou former des angles, trois points sont ou non alignés.

    Des transformations peuvent les laisser fixes ou les modifier, les déplacer partiellement ou globalement : la translatée d'une droite est aussi une droite (quelque chose a bougé, sa forme s'est conservée).


    L'ensemble des vecteurs forme un Espace Vectoriel, noté E(3) ou en abrégé E.


    Les structures des deux ensembles A et E sont liées: E est un Espace Vectoriel, A est un Espace Affine sur E ; à chaque point M de l'espace peut-être associé un Espace Vectoriel EM d'origine M, représentation ponctuelle, fidèle de E (on dit isomorphe à E).

    Il servira à décrire des propriétés locales : ainsi, pour parler du champ de gravitation au point M, on tracera un vecteur de EM.
    Source : http://www.uel.education.fr/consulta...meca/index.htm
    On m'disait, j'veux être artiste, tu t'prends pour qui ? Oublie oublie !!!

  14. #42
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par The Artist
    Monsieur, par la présente je vous rappelle ma question. Auriez vous l'amabilité de me répondre?
    Bonjour Artist

    Comme je le mentionnais dans un post précédent, je me fais un devoir de répondre à tous les post. Pour respecter tout le monde sur un pied d'égalité, je procède en ordre séquentiel d'arrivée des post. Étant donné que je ne veux pas donner des réponses expéditives, je dois étudier chaque post et trouver la réponse la plus pertinente possible : cela prend un certain temps et je ne peux malheureusement pas répondre en temps réel.
    Mais j'arriverai bientôt à ton post et j'y répondrai de la façon la plus appliquée possible.

    Merci pour ta compréhension et ta patience

    Popol

  15. Publicité
  16. #43
    Hachem

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut Popol. Je comprends bien les idées de base de ta théorie et je me permets donc de te poser quelques questions. Comment introduis-tu le concept des dimensions dans ta théorie? S'il n'y a plus d'espace, comment régis-tu le temps? Ta théorie n'est pas compatible avec la relativité générale(enfin d'après ce que j'ai compris), comment expliques-tu la gravité alors? Enfin il y a beaucoup de questions que je me pose mais je pense que le mieux serait de te laisser répondre à ceux-ci avant tout .

    Cordialement,
    Hachem

  17. #44
    rr-rg-rq

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut

    Citation Envoyé par The Artist
    Bonjour,
    Comment définis tu la distance dans ta théorie? Pour moi définir une distance, cela sous entend la préexistence d'un espace !
    Que réponds tu à cela ?
    Merci
    Je crois que PopolAuQuébec, définit la distance par le nombre de métrinos (quantum de métron), une mécanique relationnelle a saveur déterminisme entre deux composante de métron qui identifie causalement les interactions entre bi-particules (relation particulaire) !

    J'aime bien le "Principe de non spatialité des distances" que j'aprouve d'ailleur comme un 'a priori'. Mais le temps serait tout comme la relativité générale, relativement localisé et étroitement proportionnel au nombres de métrinos. Mais le principe de causalité serait-il déterminer a l'origine entre métrons ! L'aspect relationnel qui unifit chaque métron (interaction qui définit une particule et la cause du champs d'origine excité versus la cible) est-elle prédéfinit d'avance dans le pseudo vecteur d'état axée sur les orientations de propagation (sorte de Lagrange !!!!)

    Gilles

  18. #45
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par Floris
    Bonjour popole du quabec, une petite question sans doute idiote et naive mais, pourquoi un métron devrai t'il étre constitué de métrinos? Dans ce cadre, sa signifirais quoi constitué? Au niveau énergétique comme sa pourrai se passer? Aussi, selon les interaction par exemple la gravité ou encore la force nucléaire forte, comme sa pourrais se passer au niveau énergétique et ta description de la natures de l'espace? Voila mes question sont peut étre idiotes mais nous sommes là pour en parler, j'aispaire que ces questions si elle sont sencé, pourron à l'ocasion t'aider.

    Bien amicalement
    Flo
    Bonjour Floris,

    Ta question n’est ni idiote ni naïve. Il n’y a aucune obligation pour que le métron soit constitué de métrinos. Cependant, comme je l’ai déjà écrit, étant donné que les systèmes physiques observés à ce jour au niveau microscopique sont discontinus (par exemple, les atomes sont constitués d’électrons, de protons et de neutrons, les protons sont constitués de quarks, etc…), on est légitimé de considérer que le métron est constitué de métrinos.
    Évidemment, il faudra que tôt ou tard ceux-ci puissent être mis en évidence expérimentalement.

    Ça signifie quoi « constitué » ? Et bien ça signifie la même chose que l’on entend lorsque l’on dit que le proton est constitué de quarks.

    En ce qui concerne la « nature de l’espace », c’est la base même de ma théorie : l’espace est un abstraction pure. C’est une abstraction très utile certes pour décrire le monde physique, mais ça n’en demeure pas moins une abstraction (dans le cadre de ma théorie bien sûr)

    Pour les autres questions, nous commencerons à en traiter dans le chapitre 2 (j’ai tellement hâte de le terminer ce satané chapitre 2 ).

    Tes questions ne sont pas du tout idiotes Floris, mais je comprends que tu préfères en émettre la possibilité toi-même plutôt que de voir des personnes malveillantes le dire à ta place

    Merci pour tes questions.

    Popol

  19. #46
    The Artist

    Angry Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Je crois que PopolAuQuébec, définit la distance par le nombre de métrinos (quantum de métron), une mécanique relationnelle a saveur déterminisme entre deux composante de métron qui identifie causalement les interactions entre bi-particules (relation particulaire) !
    Gilles
    Salut !

    On parle d'espace pour désigner une certaine distance (l’espace entre deux personnes), une certaine surface (ce parc naturel couvre un espace considérable) ou un certain volume (ce placard occupe un grand espace).
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Espace_(mathematiques)

    Je pense que si l'on supprime la notion d'espace, cela implique logiquement l'obligation de supprimer la notion de distance, et par la suite la notion d'orientation et d'angle, qui sans l'existence d'un espace (physique ou abstrait et mathématique) n'ont aucun sens. Je vois donc dans le travail de Paul une incohérence conceptuelle dans son principe de non spatialité des distance. Comme son principe est entaché d'un valeur de fausseté, toutes les conséquences logiques (au sens mathématique) de ce principe contiennent à différents degrés une valeur de fausseté. Ceci est un raisonnement purement déterministe.
    On m'disait, j'veux être artiste, tu t'prends pour qui ? Oublie oublie !!!

  20. #47
    rr-rg-rq

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut

    Je pense que si l'on supprime la notion d'espace
    Il n'est pas question de la supprimer non plus, ce qui est supprimer n'est que la trame de fond comme substance objective et comme réalité physique. La notion de distance et d'espace reste inchangé mais deviens l'expression d'une dynamique relationnelle et sans trame de fond comme tissus d'espace par exemple !

    Il est toujours facile de faire abstraction au tissus d'espace comme trame de fond versus les postulat de la relativité géométrique générale ! Cette dimension est tousimplement remplacer par une sorte de matrice au propriété relationnelle et inter-relationnelle et définit comme unité par les métrons et les métronique !

    Les objets variable formelle d'espace et de temps, sont ici remplacé par une métrique relationnelle !!!!! (l'espace et le temps sont des objet de représentation mathématique et non des substance pure, il ne faudrait pas l'oublier ici !!!!)

    Enfin, je crois !!!!!

  21. #48
    The Artist

    Angry Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Il n'est pas question de la supprimer non plus, ce qui est supprimer n'est que la trame de fond comme substance objective et comme réalité physique. La notion de distance et d'espace reste inchangé mais deviens l'expression d'une dynamique relationnelle et sans trame de fond comme tissus d'espace par exemple !
    Très intéressant, comment imaginer l'univers en supprimant la réalité perçue par nos sens. Il faut rester naturel et en harmonie avec nos sensations de perception du monde physique les plus simples. Autrement, l'appareillage pour détecter le métrino se placerait où?
    On m'disait, j'veux être artiste, tu t'prends pour qui ? Oublie oublie !!!

  22. Publicité
  23. #49
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par nap01
    Bonjour PopolAuQuébec
    J'ai lu le chapitre 1 de votre théorie et j'attends la suite de votre développement.
    L'idée de base me semble très intéressante et je vous encourage à continuer.
    une question tout de même, y a t'il une relation « lointaine » avec les universons ( de Claude Poher)? même si cette théorie des universons ne s'applique qu'a la gravitation.
    merci pour ce que vous faites
    nap01
    Bonjour Nap01,

    Je suis particulièrement touché par votre intérêt et vos encouragements, compte tenu de toutes les railleries que vous avez subies et auxquelles j’ai moi-même participé. Toutes mes excuses ! Maintenant que je vois les choses de l’autre côté de la clôture, j’admire le sang-froid dont vous avez fait preuve. Vous avez de la classe cher monsieur et j’ai beaucoup d’admiration pour cela. Bravo !

    En ce qui concerne la théorie des universons, dont j’ai pris connaissance partiellement il y a de cela quelques semaines suite à mon intérêt pour l’anomalie de Pioneer, le seul point commun, à première vue, est le caractère discret des échanges d’impulsion.

    Au plaisir de vous revoir

    Popol

  24. #50
    rr-rg-rq

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut

    comment imaginer l'univers en supprimant la réalité perçue par nos sens
    Effectivement, mais il ne faut pas oublier que cette réalité est le fruit d'une reconstruction permanente sur le plan de la perception consciente (grandement assister par la mémoire aussi sans lequel aucune perception sensible n'est possible par friut d'association) et sensible ! Je pense que l'espace dont il est question ici, est plus proche de celui de Bergson que de celui d'Einstein !

    Une théorie plus proche de la gravité en boucle, et je pense (mais je ne suis pas trop sur) que la métrique gravitationnelle (relativité générale) y serait représenté en quelque sorte par des paramètres densitométrique des métronique ! Enfin je crois !!!!!

    Voyons la suite !!!!

    Gilles
    Dernière modification par rr-rg-rq ; 11/05/2006 à 01h22.

  25. #51
    The Artist

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    [QUOTE=rr-rg-rq Je pense que l'espace dont il est question ici, est plus proche de celui de Bergson que de celui d'Einstein !
    [/QUOTE]

    Cela ressemble étrangement à un espace géométrique discret :
    http://www.geocities.com/andybmt/Discrete_Universe.html

    Il est tard, demain je bosse donc bonne nuit à toi et aux autres !
    On m'disait, j'veux être artiste, tu t'prends pour qui ? Oublie oublie !!!

  26. #52
    Vladzol

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut popol!

    Parmi tes sources d'inspiration ya pas un texte d'Einstein?
    "le problème de l'espace, de l'éther et du champ physique" dans "comment je vois le monde"?

    En fait c'est t'as façon de parler d'espace comme du "vide" entre deux objets qui m'y fait penser...

    Enfin surtout: BON COURAGE

  27. #53
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par champunitaire
    mais bon j'ai du mal à imaginer une physique sans espace-temps
    Salut Champ

    En fait, dans cette théorie, partant uniquement de particules et de métrons on peut construire un espace et de là un espace-temps, sauf que c’est une pure construction abstraite; en ce sens que, dans le cadre de cette théorie, il n’y a pas d’étendue (vide ou non) dans laquelle « baignent » les objets; dit en termes de psychologie de la perception, cette étendue est une « illusion d’optique ».

    Citation Envoyé par champunitaire
    si vos metrons sont constitués de metrinos c'est qu'ils ne sont pas elementaires
    Les métrinos ne sont certes pas élémentaires (dans le sens absolu du terme) et, en toute vraisemblance, les métrinos ne le sont pas non plus. En d’autres termes, si cette théorie devait être confirmée expérimentalement, elle ne sera sûrement pas la théorie ultime (en supposant même qu’une telle théorie puisse exister).

    Citation Envoyé par champunitaire
    et en passant les trous noirs ainsi que la singularité primordiale (big bang) sont des implications directes des equations de la relativité d'Einstein, comment votre theorie pourrait-elle s'adapter a la RG sans singularités ?
    Le big bang est d’abord et avant tout une observation expérimentale basée sur l’éloignement des objets lointains. Il s’inscrit très bien dans la RG et il en est de même avec la théorie que je propose. Est-ce qu’il y a eu une singularité au début de ce big bang : certains disent que oui, d’autres disent que non.
    Dans le cadre de ma théorie, les singularités n’existent pas. En ce qui concerne la RG et ma théorie, nous en parlerons une fois rendus au chapitre 4 (à moins bien sûr que quelque chose ne vienne invalider ma théorie d’ici là)

    Citation Envoyé par champunitaire
    bon j'attends de pouvoir telecharger l'article et les futurs chapitres qui vont suivre.au moins vous avez le mérite de ne pas faire payer votre theorie 75 euro comme la nappe.
    Le chapitre 2, qui contient le « cœur quantitatif » de ma théorie, sera lui aussi gratuit et, en toute probabilité, les chapitres suivants aussi.
    Seuls les droits d’une éventuelle traduction en langue étrangère pourraient ne pas l’être. C’est un pari que je fais.

    A+

  28. #54
    albert einstein

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut à tous

    Comment décris-tu le red shift d' un astre lointain

    L'effet de dilatation du temps est similaire à celui de la contraction des longueurs , comment les définie-tu dans ta théorie


    amicalement

  29. Publicité
  30. #55
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut Artist

    J’ai regroupé tous tes posts en un seul. C’est d’ailleurs ce que je ferai pour tous à partir de maintenant, sinon je n’en sortirai jamais

    Tout d’abord merci pour toutes tes questions : ça me permettra d’éclaircir un certain nombre de choses.

    rr-rg-rq a de toute évidence très bien compris l’idée et t’a déjà apporté des réponses (merci rr-rg-rq). Il est possible que mes réponses recoupent les siennes.

    Alors allons-y.

    Post 33

    Citation Envoyé par The Artist
    Bonjour,
    Comment définis tu la distance dans ta théorie? Pour moi définir une distance, cela sous entend la préexistence d'un espace !
    Que réponds tu à cela ?
    Merci
    Si la préexistence d’un espace est nécessaire pour définir une distance, alors on se retrouve avec l’espace absolu de Newton.
    Mais ce concept a depuis longtemps été abandonné par suite, principalement, aux réflexions de Ernst Mach qui a considéré que seuls les positions et les mouvements relatifs des objets matériels les uns par rapport aux autres pouvaient avoir un sens de « réalité objective » identifiable (dans le sens scientifique, je ne voudrais pas m’engager pour l’instant dans un débat philosophique). La position relative entre deux objets est donnée par la distance entre ces deux objets (il y a aussi un angle entre deux telles distances). Cette distance est ainsi une propriété attribuable à tous deux objets matériels. On la mesure très généralement avec des règles, mais on peut la mesurer d’autres façons. Il en va de même avec l’angle que l’on peut mesurer avec des rapporteurs d’angles. L’espace de la relativité d’Einstein est construit à partir de ces mesures : c’est un espace relatif.
    Jusqu’à aujourd’hui, on a surtout étudié les conséquences de cette relativité au niveau de la dynamique des systèmes matériels. La théorie que je propose étudie les conséquences de cette relativité au niveau statique des systèmes matériels.
    Et dans cette théorie, la distance est une propriété attribuable à tous deux objets matériels mais n’est plus considérée comme une mesure de l’ « éloignement » entre deux objets mais bien comme une propriété d’un objet associé à ces deux objets, à savoir le métron.

    post 41

    C’est un espace abstrait construit à partir de positions relatives entre objets matériels.
    Remplace « position relative » par métron comme ci-haut.

    post 46

    Citation Envoyé par The Artist
    Je pense que si l'on supprime la notion d'espace, cela implique logiquement l'obligation de supprimer la notion de distance, et par la suite la notion d'orientation et d'angle, qui sans l'existence d'un espace (physique ou abstrait et mathématique) n'ont aucun sens. Je vois donc dans le travail de Paul une incohérence conceptuelle dans son principe de non spatialité des distance. Comme son principe est entaché d'un valeur de fausseté, toutes les conséquences logiques (au sens mathématique) de ce principe contiennent à différents degrés une valeur de fausseté. Ceci est un raisonnement purement déterministe.
    Comme tu l’as vu ci-haut, « position relative » et métron réfère à la même réalité.
    Et effectivement, cette conception a été motivée d’abord et avant tout par le désir de réinstaller le déterminisme en physique

    Post 48

    Citation Envoyé par The Artist
    Très intéressant, comment imaginer l'univers en supprimant la réalité perçue par nos sens. Il faut rester naturel et en harmonie avec nos sensations de perception du monde physique les plus simples. Autrement, l'appareillage pour détecter le métrino se placerait où?
    Ici je suis parfaitement d’accord avec toi et c’est la seule chose qui m’irrite vraiment dans ma théorie. Cependant, je trouve cela beaucoup moins irritant que de considérer que les objets physiques ne sont pas bien déterminés « en soi » et qu’ils se comportent de façon aléatoire, mais juste au « moment d’une mesure ».

    Post 51
    Citation Envoyé par The Artist
    Cela ressemble étrangement à un espace géométrique discret :
    Effectivement, ces espaces géométriques discrets sont très ressemblant à mon modèle. Sauf que dans ma théorie, il n’y a pas de « grains » d’espace : il n’y a que des particules et des métrons (à strictement parler, il n’y a que des métrons).

    Bon, merci encore pour tes questions : elles m’ont permis d’éclaircir un certains nombre de choses (enfin, j’espère les avoir éclaircies au moins un peu)

    A la prochaine

    Popol

  31. #56
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par Karibou Blanc
    La théorie quantique des champs s'appuie sur l'existence d'un espace-temps de "fond" (minkowskien) qui sert de cadre au déroulement des évènements que la théorie prétend décrire. Tu ne peux rien calculer si une géométrie n'est pas spécifiée avant toute chose. Et comme je l'ai déjà rappelé les particules elles-memes sont définies comme des représentations du groupe de symétrie associé à l'espace-temps. Donc sans espace-temps, il me semble difficile de faire de la physique, a priori.

    C'est en quelque sorte l'origine (grossière) des problemes que l'on rencontre avec la gravitation, car dans ce cas le cadre (le tissus qui sous-tent les évènements) en un mort l'espace-temps est un objet dynamique. La géométrie n'étant plus figée, il devient tres compliquée de faire de la théorie des champs ordinaire.


    En fait c'est justement sur ce genre terme que j'ai tendance à grincer des dents. C'est completement subjectif (et a mon sens en dehors de la methode scientifique moderne, ie Karl Popper) et entierement flou. Que signifie réalité physique dans ta théorie ? Est-ce la définition d'EPR ? C'est le genre d'expression qui nécessite absolument une traduction précise en langage mathématique (comme l'ont fait EPR à l'époque). Je m'explique. Par exemple, une forme de traduction (tres grossiere) serait : Soit un objet O, dont les propriétés a,b,c caractérisées par les grandeurs mesurables A,B,C. Ce dernier possède une réalité physique si A=B (par exemple).

    Ca parait idiot mais c'est essentiel. Cela n'a pas de sens en physique de dire qu'un objet possède une propriété (ici la réalité physique) si cette derniere n'a pas une définition précise (ie mathematique) qui nous permettrait de mesurer cette propriété (directement ou par la biais d'un effet l'authentifiant) via une expérience.

    Donc ma seule question est : qu'appelles tu réalité physique ? (j'entends une définition qui satisfait ce que j'ai dit plus haut)

    KB
    Je suis tout à fait d’accord : lorsqu’on parle de la « réalité physique » d’une chose, cela peut très facilement porter à confusion car cette expression n’a effectivement pas de définition possible en physique.

    Alors je vais poser la question autrement.

    Si tu lis mon document à la section I.5, tu pourras voir que, partant uniquement de particules et de métrons, je reconstruit une structure identique à l’espace que l’on utilise en physique : des points d’espaces munis d’une métrique. De là, on peut construire un espace-temps sans problème et ayant même structure qu’en RR et muni des mêmes symétries. Est-ce que qu’il manque quelque chose à cette structure pour écrire la QED, et de façon plus générale la TQC (QFT) ?

    A+

  32. #57
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par juliendusud
    Si j'ai bien compris votre point de vue, à chaque paire de particules est associée une quantité d'espace (= une distance ce que vous appelez un nombre entiers de métrinos) ainsi qu'une direction. Il y a quand même quelque chose qui me chiffone, pour que cette structure soit cohérente il me parait nécessaire d'introduire des contraintes entre les différentes relations de paires de particules comme par exemple l'inégalité triangulaire.
    Supposons 3 particules A,B et C : A et B sont liés par 3 métrinos, B et C sont liés par 4 métrinos et A et C sont liés par 100 métrinos . Je vous pose donc la question : est il physiquement envisageable que deux particules séparées par une grande distance puissent être simultanément approchées par une 3 ème particule? Est ce bien ce que vous suggérez dans votre interprétation de EPR et des fentes de young?
    Bonjour Julien,

    Vous semblez avoir bien compris l’idée. Mais, pour être certain, je vais exprimer ce que vous dites dans les termes de cette théorie : à chaque paire de particules est associée un système physique appelé métron. Ce métron est composé de métrinos et ce que l’on appelle la distance est simplement le nombre de métrinos contenus dans le métron. De plus, à chaque paire de métrons auxquels participent une particule donnée, est associé un nombre compris entre -1 et 1 et qui représente le cosinus de ce que l’on appelle « angle » en termes géométriques.

    En ce qui concerne votre exemple des 3 particules A, B et C, en réponse à votre question, c’est effectivement tout à fait envisageable : c’est une autre façon d’exprimer le second postulat de cette théorie, à savoir le « Principe de géométrie libre ». Et mon interprétation des fentes de Young (et aussi de EPR) nécessite, en plus du « Principe de non spatialité des distances », ce « Principe de géométrie libre » pour que toutes les quantités physiques intervenant aient une valeur bien déterminée en tout instant lors du passage de la particule à travers les deux fentes.

    Enfin, en ce qui concerne l’inégalité triangulaire, à l’échelle macroscopique les lois de la géométrie sont en général assez bien respectées et cette inégalité aussi. Ces « lois de la géométrie » sont l’expression d’un équilibre dynamique entre les métrons.

    A+

  33. #58
    Karibou Blanc

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    cette expression n’a effectivement pas de définition possible en physique
    Elle n'en a pas a priori mais on peut en choisir une. Par exemple le choix que font EPR dans leur article permet de faire de la physique et de comprendre des choses en comparant avec les resultats d'une experience, ie inegalite de Bell, experience d'Aspect etc...

    Bref il est possible de donner un sens physique a la notion de realite mais encore faut-il le preciser avant toutes choses. Or apparemment tu ne le fais pas...


    ...et c'est d'autant plus genant que cette expression "realite physique" apparait dans ton premier postulat (qui pour moi ne dit pas grand chose de physique). Donc je me pose la question, quel credit accorder a une nouvelle theorie (revolutionnaire de surcroit!) qui contient au centre de ses fondations un terme flou, indefini et par consequent inutilisable et non physique.

    Il faut que tu precises absolument ce point ou que tu abandonnes l'utilisation du terme realite physique a toute les sauces, sinon selon moi ta theorie n'a rien scientifique car ton principe fondateur est invalidable par l'experience (puisqu'intraduisible en langage mathematique qui seul peut conduire a la definition de quantite mesurable).

    Bref (pour moi) ca (ta theorie des le depart) sent le roussi


    partant uniquement de particules et de métrons, je reconstruit une structure identique à l’espace que l’on utilise en physique : des points d’espaces munis d’une métrique. De là, on peut construire un espace-temps sans problème et ayant même structure qu’en RR et muni des mêmes symétries.
    Je veux bien te croire mais a ce moment la ca me renvoie a une precedente question a laquelle tu n'as daigne repondre. Qu'est ce que ta description apporte de plus ? Concretement j'entends.
    KB
    Dernière modification par Karibou Blanc ; 11/05/2006 à 09h10.

  34. #59
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Bonjour à tous,

    J'aurais voulu dès ce soir répondre à tous les posts qui m'ont été adressés aujourd'hui, mais là je viens de passer près de 15 heures devant mon ordi, alors il est temps que j'aille faire dodo.

    Mais n'ayez crainte, je n'oublierai aucun post et continuerai à les traiter en ordre séquentiel, à la réserve près de ce que j'ai dit précédemment, à savoir que lorsque c'est possible je regrouperai dans un même post le plus grand nombre possible de post du même auteur.

    Bonne nuit à tous

    Popol

  35. #60
    juliendusud

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec
    Bonjour Julien,

    Vous semblez avoir bien compris l’idée. Mais, pour être certain, je vais exprimer ce que vous dites dans les termes de cette théorie : à chaque paire de particules est associée un système physique appelé métron. Ce métron est composé de métrinos et ce que l’on appelle la distance est simplement le nombre de métrinos contenus dans le métron. De plus, à chaque paire de métrons auxquels participent une particule donnée, est associé un nombre compris entre -1 et 1 et qui représente le cosinus de ce que l’on appelle « angle » en termes géométriques.

    En ce qui concerne votre exemple des 3 particules A, B et C, en réponse à votre question, c’est effectivement tout à fait envisageable : c’est une autre façon d’exprimer le second postulat de cette théorie, à savoir le « Principe de géométrie libre ». Et mon interprétation des fentes de Young (et aussi de EPR) nécessite, en plus du « Principe de non spatialité des distances », ce « Principe de géométrie libre » pour que toutes les quantités physiques intervenant aient une valeur bien déterminée en tout instant lors du passage de la particule à travers les deux fentes.

    Enfin, en ce qui concerne l’inégalité triangulaire, à l’échelle macroscopique les lois de la géométrie sont en général assez bien respectées et cette inégalité aussi. Ces « lois de la géométrie » sont l’expression d’un équilibre dynamique entre les métrons.

    A+
    En fait votre métron s'apparente à une sorte de vecteur qui définit les positions relatives entre deux particules a,b. On pourrait l'appeler M_a,b = M_b,a et possède les caractéristiques suivantes : une norme discrète, une direction mais pas de sens.
    A une particule i donnée on peut lui associer l'ensemble Ei des M_i,j où j est indexé sur l'ensemble des particules de l'univers. Lorsque i effectue un déplacement élémentaire, tous les M_i_j varient.
    Comment ils varient, quel lien les relie?
    Autre questuion : Comment vous exprimez la conservation de la quantité de mouvement?
    Une possibilité est de poser Somme d(m_j * M_i_j)/dt = cste où m_j est la masse de la particule j.

    Un autre point que j'auraimas aimé creuser. D'après le principe de relativité, tous les observateurs devraient posseder le même métrino de référence, celà signifie entre autres qu'ils ne peuvent pas se distinguer en faisant une expérience pour connaitre la longueur minimale qui peut exister entre deux particules.
    En relativité celà ne pose aucun problème puisque les longueurs sont invariantes par changement de référentiel, mais ce n'est pas le cas en relativité restreinte. Comment donc concilier le fait que deux observateurs en mouvement vont affecter à un couple de particules un métron différent selon leur vitesse? De plus dans votre théorie le métron semble être l'objet de base donc il devrait être en toute logique indépendant du référentiel sinon il ne s'agit que d'un artifice de calcul.

Page 2 sur 4 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. tester vous même la pollution de votre véhicule, qu'en pensez vous?
    Par mathildeprim dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 24
    Dernier message: 21/07/2015, 16h59
  2. Quelques sujets de TIPE... Qu'en pensez-vous ? (mais vous me les piquez pas hein !?)
    Par Calvin1402 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 6
    Dernier message: 03/09/2005, 23h38
  3. qu'en pensez vous ?
    Par kirikoubayar dans le forum À la conquête de Mars
    Réponses: 13
    Dernier message: 06/01/2005, 23h20