Discussion fermée
Page 3 sur 4 PremièrePremière 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 90 sur 117

Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?



  1. #61
    Witten

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?


    ------

    Bonjour,

    J'ai suivis toute la discussion, et j'ai lu quelques pages de ton document. Mais il y a une question que je me pose :
    Qu'est ce qui change dans ta théorie à part une quantification des distances? Car je ne vois pas d'autre différence entre :

    Les objets A et B sont separés d'une distance d

    et

    Le métron appartenant à A et B contient d métrinos

    Comment t'as théorie interprète t-elle l'incertitude sur la position?

    Merci d'avance pour ta réponse

    -----

  2. Publicité
  3. #62
    BBFaïta

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Salut

    Il n'est pas question de la supprimer non plus, ce qui est supprimer n'est que la trame de fond comme substance objective et comme réalité physique. La notion de distance et d'espace reste inchangé mais deviens l'expression d'une dynamique relationnelle et sans trame de fond comme tissus d'espace par exemple !

    Il est toujours facile de faire abstraction au tissus d'espace comme trame de fond versus les postulat de la relativité géométrique générale ! Cette dimension est tousimplement remplacer par une sorte de matrice au propriété relationnelle et inter-relationnelle et définit comme unité par les métrons et les métronique !

    Les objets variable formelle d'espace et de temps, sont ici remplacé par une métrique relationnelle !!!!! (l'espace et le temps sont des objet de représentation mathématique et non des substance pure, il ne faudrait pas l'oublier ici !!!!)

    Enfin, je crois !!!!!
    Bonjour,
    c'est aussi l'idée que je me fais de "la théorie Popol".

    Bien que n'ayant pas le niveau scientifique pour la commenter de façon pointue, cette théorie me plait car elle correspond à l'image que j'ai de la "réalité" (tout n'est que relation (information), non-localité, déterminisme).

    Popol, tu dis que les théories existantes espace/particules peuvent être exprimées dans le cadre de ta théorie, mais comment traites-tu le problème de la définition de la masse (qui se je ne m'abuse n'est pas clairement définie dans les théories existantes) ?

    Bon courage !

    (où en es-tu dans ton combat contre le chevalier trou-noir envoyé par le magicien M-Theory ?)

  4. #63
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par Hachem
    Salut Popol. Je comprends bien les idées de base de ta théorie et je me permets donc de te poser quelques questions. Comment introduis-tu le concept des dimensions dans ta théorie? S'il n'y a plus d'espace, comment régis-tu le temps? Ta théorie n'est pas compatible avec la relativité générale(enfin d'après ce que j'ai compris), comment expliques-tu la gravité alors? Enfin il y a beaucoup de questions que je me pose mais je pense que le mieux serait de te laisser répondre à ceux-ci avant tout .

    Cordialement,
    Hachem
    Salut Hachem,

    Je ne suis pas certain de bien comprendre à quelles « dimensions » tu fais allusion, mais je supposerai que tu veux parler des dimensions d’espace. A la section I.5, je montre que, partant uniquement de particules et de métrons, on peut reconstruire une structure appelée « espace » et ayant toutes les caractéristiques mathématiques de base de l’espace utilisé présentement en physique. De là, on peut introduire les mêmes concepts que ceux utilisés présentement pour décrire l’espace.

    En ce qui concerne le temps, tel que mentionné dans la section I.2, je prends en un premier temps la définition du temps donnée par Einstein dans son mémoire original sur la relativité restreinte : « le temps d'un événement est donné par la position des aiguilles d'une horloge standard située à l'"endroit" de l'événement ». Puis, dans le chapitre 2, je fournirai une définition très précise et très concrète du temps.

    Comme je le disais dans ma réponse à Coincoin :
    Mais il y a aussi une autre conséquence possible qui pourrait être testée assez rapidement. En effet, il apparaît deux façons possibles d’inscrire la RG dans le cadre de ma théorie. La première est de l’inscrire telle quelle, sous la réserve de la différence dans l’interprétation qualitative mentionnée plus haut et aussi d’une modification nécessaire pour les champs gravitationnels intenses. La seconde façon de l’inscrire aurait comme conséquence que la vitesse de la lumière dans le vide aurait une vitesse égale à c=c0/(1+/c2), où est le potentiel gravitationnel. Cette variabilité de c étant isotropique en un point quelconque de l’espace, elle ne peut être détectée par des expériences de type Michelson-Morley. D’après l’ensemble des expériences sur la vitesse de la lumière que j’ai pu trouvé, il ne semble pas y en avoir qui infirme cette possibilité. Si quelqu'un connaît une telle expérience, je lui serais très reconnaissant de me donner la référence : comme ça je saurais que cette possibilité est à écarter.
    La première des deux possibilités que je mentionne n’a rien de satisfaisant au niveau intuitif. Évidemment, ceci n’est généralement plus un critère en physique, mais personnellement j’y accorde encore de l’importance, à tort ou à raison. Cependant il y a un problème plus important avec cette première possibilité, à savoir que l’on se retrouverait avec certains des problèmes auxquels l’on fait face présentement pour intégrer la gravitation dans la physique microscopique.

    Je vais donc me mouiller dès maintenant et je ne retiendrai que la seconde possibilité. Dans le cadre de cette possibilité, la gravitation est décrite par des échanges d’impulsion, tout comme en théorie quantique des champs. Cependant, il y a la conséquence mentionnée plus haut sur la variabilité de la vitesse de la lumière (telle que mesurée localement avec des règles et des horloges standard). Il suffit donc de trouver une seule expérience qui contredise cette conséquence et ma théorie est « knock-out ». Et comme je le mentionne ci-haut, la vitesse de la lumière est isotropique : elle ne varie que sous translation dans un champ gravitationnel.

    Ma théorie est donc falsifiable de deux façons : la question des trous noirs (plus précisément l’horizon) et la variabilité de « c » sous translation dans un champ gravitationnel. Il n’est donc pas nécessaire d’attendre que l’on atteigne expérimentalement l’échelle de Planck, ce qui pourrait prendre des siècles voire des millénaires…

    Merci beaucoup Hachem pour tes questions, j’attends les prochaines.

    A+

  5. #64
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut rr-rg-rq,

    De toute évidence, tu as parfaitement compris l’idée (je me demande même des fois si tu ne la comprends pas plus que moi ). Si tu continues à ce rythme, tu auras terminé l’exposé de ma théorie avant moi

    Cela m’arrange beaucoup car j’ai un peu de difficulté à suivre le rythme des posts qui arrivent sur le fil.
    J’ai regroupé tes posts ici avec commentaire lorsqu’il y a lieu.

    Post 44

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Salut

    Je crois que PopolAuQuébec, définit la distance par le nombre de métrinos (quantum de métron), une mécanique relationnelle a saveur déterminisme entre deux composante de métron qui identifie causalement les interactions entre bi-particules (relation particulaire) !
    C’est tout à fait exact.

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    J'aime bien le "Principe de non spatialité des distances" que j'aprouve d'ailleur comme un 'a priori'. Mais le temps serait tout comme la relativité générale, relativement localisé et étroitement proportionnel au nombres de métrinos.
    Encore tout à fait exact.

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Mais le principe de causalité serait-il déterminer a l'origine entre métrons ! L'aspect relationnel qui unifit chaque métron (interaction qui définit une particule et la cause du champs d'origine excité versus la cible) est-elle prédéfinit d'avance dans le pseudo vecteur d'état axée sur les orientations de propagation (sorte de Lagrange !!!!)
    Ici je n’ai pas bien saisi le sens de ton propos. Mais en ce qui concerne Lagrange

    Post 47

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Il n'est pas question de la supprimer non plus, ce qui est supprimer n'est que la trame de fond comme substance objective et comme réalité physique. La notion de distance et d'espace reste inchangé mais deviens l'expression d'une dynamique relationnelle et sans trame de fond comme tissus d'espace par exemple !
    Encore une fois, on ne peut plus exact. C’est très bien dit.

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Il est toujours facile de faire abstraction au tissus d'espace comme trame de fond versus les postulat de la relativité géométrique générale ! Cette dimension est tousimplement remplacer par une sorte de matrice au propriété relationnelle et inter-relationnelle et définit comme unité par les métrons et les métronique !
    Tout à fait exact, sauf que je ne suis pas certain d’avoir saisi le sens exact de « définit comme unité par les métrons et les métronique »: si cela signifie que le métron est l’unité de base de la description, c’est tout à fait exact.

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Les objets variable formelle d'espace et de temps, sont ici remplacé par une métrique relationnelle !!!!! (l'espace et le temps sont des objet de représentation mathématique et non des substance pure, il ne faudrait pas l'oublier ici !!!!)

    Enfin, je crois !!!!!
    Tout à fait exact pour l’espace, mais en ce qui concerne le temps, il est défini comme quelque chose de très concret (il a une substance) : nous le verrons au chapitre 2.

    Post 50

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Effectivement, mais il ne faut pas oublier que cette réalité est le fruit d'une reconstruction permanente sur le plan de la perception consciente (grandement assister par la mémoire aussi sans lequel aucune perception sensible n'est possible par friut d'association) et sensible !
    On ne peut plus exact.

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Je pense que l'espace dont il est question ici, est plus proche de celui de Bergson que de celui d'Einstein !
    Je ne connais pas suffisamment Bergson pour pouvoir me prononcer là-dessus. Je te fais confiance.

    Citation Envoyé par rr-rg-rq
    Une théorie plus proche de la gravité en boucle, et je pense (mais je ne suis pas trop sur) que la métrique gravitationnelle (relativité générale) y serait représenté en quelque sorte par des paramètres densitométrique des métronique ! Enfin je crois !!!!!

    Voyons la suite !!!!

    Gilles
    En ce qui concerne la gravité en boucles et autres théories analogues, c’est, parmi les différents modèles étudiés présentement, celui qui s’approche le plus de mon modèle. En fait Lee Smolin a une position qui le met à deux doigts de mon idée de base, tout ce qui lui manque c’est l’idée précise. C’est vraiment fascinant !

    Merci énormément pour tes interventions, cela me facilite la tâche.

    A la prochaine

    Paul

  6. #65
    rr-rg-rq

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut PopolAuQuébec

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec
    Ici je n’ai pas bien saisi le sens de ton propos. Mais en ce qui concerne Lagrange
    Une sorte de causalité dirigé ou orienté, mais ici je suppose grandement !

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec
    Tout à fait exact, sauf que je ne suis pas certain d’avoir saisi le sens exact de « définit comme unité par les métrons et les métronique »: si cela signifie que le métron est l’unité de base de la description, c’est tout à fait exact.
    J'ai baffoué le therme métrinos par métronique, mille excuse !!!!!

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec
    Tout à fait exact pour l’espace, mais en ce qui concerne le temps, il est défini comme quelque chose de très concret (il a une substance) : nous le verrons au chapitre 2.
    OK !

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec
    Je ne connais pas suffisamment Bergson pour pouvoir me prononcer là-dessus. Je te fais confiance.
    ICI :
    Durée et simultanéité. À propos de la théorie d'Einstein. (1922)
    http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Cl...ite/duree.html.

    Je me pose une question ?

    Si la particularité concernant les attributs de la matière sont définient par le nombre de métrinos d'un métron (point ou relation de départ/point ou relation d'arrivé) ou vecteur interactionnel, alors je me dit qu'il serait possible dans ses conditions de définir la gravité par un aspect densitométrique de ses objets et le tout dans une relation de célérité avec C. Concernant l'effet Doppler, la densité des objets métrinos, entrecouperait-il en fait par une sorte de mécanique d'addition/soustraction de ces même objet !

    Mais au final, je crois que je suis mieu d'attendre la suite !

    Gilles
    Dernière modification par rr-rg-rq ; 11/05/2006 à 23h57.

  7. #66
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par Vladzol
    Salut popol!

    Parmi tes sources d'inspiration ya pas un texte d'Einstein?
    "le problème de l'espace, de l'éther et du champ physique" dans "comment je vois le monde"?

    En fait c'est t'as façon de parler d'espace comme du "vide" entre deux objets qui m'y fait penser...

    Enfin surtout: BON COURAGE
    Salut Vladzol!

    J’ai lu un certain nombre de volumes sur Einstein mais pas celui-là; je le lirai peut-être un jour.

    Mais, sans l’ombre d’un doute, Einstein a été une grande source d’inspiration, non seulement sur le plan scientifique mais aussi, peut-être même plus, sur le plan humain (comme pour beaucoup d’entre vous, j’imagine).

    En ce qui concerne l’idée de base de ma théorie, ma plus grande source d’inspiration a été Ernst Mach.

    Avec deux telles sources d’inspiration, il est facile d’avancer.

    Merci beaucoup pour tes encouragements.

    Paul

  8. Publicité
  9. #67
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par albert einstein
    Salut à tous

    Comment décris-tu le red shift d' un astre lointain

    L'effet de dilatation du temps est similaire à celui de la contraction des longueurs , comment les définie-tu dans ta théorie


    amicalement
    Salut Albert,

    Le redshift cosmologique est une diminution de l’impulsion des photons causée par l’expansion, tout comme dans la physique actuelle.

    Quant au ralentissement des horloges et à la contraction des longueurs, il serait difficile d’en résumer la description en quelques mots ou même quelques phrases. Nous verrons de façon exacte comment cela fonctionne au chapitre 3.

    Merci de ta compréhension

    Popol

  10. #68
    PhysiquePower

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Bonjours mon message n'a aucun lien avec la nouvelle theorie de Popol (Je n'y comprend rien de toute maniere , je n'ai que 16 ans)

    je voualit simplement savoir vos niveau d'etudes puisque vous semblez vous y connaitre en science physique


    Je suis certain d'Alelr en physique a l'université mais dans quel domaine je ne le sais pas encore , peut-etre en nuclaire j'ai bcp suivi les progret recent de la fusion nuclaire et cela semble ters interressant le noyau atomique et les interaction forte...
    Dernière modification par PhysiquePower ; 12/05/2006 à 01h50.
    Ce n'est pas dans la science qu'est le bonheur, mais dans l'acquisition de la science.

  11. #69
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par Karibou Blanc
    Elle n'en a pas a priori mais on peut en choisir une. Par exemple le choix que font EPR dans leur article permet de faire de la physique et de comprendre des choses en comparant avec les resultats d'une experience, ie inegalite de Bell, experience d'Aspect etc...

    Bref il est possible de donner un sens physique a la notion de realite mais encore faut-il le preciser avant toutes choses. Or apparemment tu ne le fais pas...


    ...et c'est d'autant plus genant que cette expression "realite physique" apparait dans ton premier postulat (qui pour moi ne dit pas grand chose de physique). Donc je me pose la question, quel credit accorder a une nouvelle theorie (revolutionnaire de surcroit!) qui contient au centre de ses fondations un terme flou, indefini et par consequent inutilisable et non physique.

    Il faut que tu precises absolument ce point ou que tu abandonnes l'utilisation du terme realite physique a toute les sauces, sinon selon moi ta theorie n'a rien scientifique car ton principe fondateur est invalidable par l'experience (puisqu'intraduisible en langage mathematique qui seul peut conduire a la definition de quantite mesurable).

    Bref (pour moi) ca (ta theorie des le depart) sent le roussi
    Mon Dieu, Karibou, il n’y a pas de quoi s’énerver ainsi pour si peu.
    Et pour reprendre tes propres expressions, keep cool man… stp

    J’avais interprété ton post dans le sens de donner une définition de « réalité physique » qui soit applicable à l’ensemble de la physique et à laquelle satisferait l’utilisation que j’en fais à propos de l’espace.

    Puisqu’il s’agit du sens que je donne à cette expression lorsqu’utilisée dans le premier principe de ma théorie, plusieurs sur ce fil l’ont déjà de toute évidence compris (ce n’est donc pas si flou que ça). Son sens est implicitement donné dans l’ensemble du chapitre, plus particulièrement aux sections I.2 et I.5

    Et dans le post précédent que je t’adressais, il me semble que le sens que j’y attache peut se déduire de la deuxième partie de ma réponse.
    Mais puisque tu veux très explicitement le sens de cette expression dans le cadre du premier principe, je vais t’en donner un :

    L’expression « L'espace n'est pas une réalité du monde physique » dans le premier principe signifie : lorsque l’on donne l’ensemble des « distances orientées » présentes dans le monde physique en chaque instant, nous avons toute l’information requise pour rendre compte de ce que l’on appelle les positions et les mouvements des particules.

    Cette définition te convient-elle ? Sinon pose moi d’autres questions et je ne doute pas que je trouverai une réponse qui puisse te satisfaire.

    Citation Envoyé par Karibou Blanc
    Je veux bien te croire mais a ce moment la ca me renvoie a une precedente question a laquelle tu n'as daigne repondre. Qu'est ce que ta description apporte de plus ? Concretement j'entends.
    KB
    C’est tout à fait faux ce que tu dis là. J’ai bel et bien répondu à cette question dans le post 26 : « on lève l’indétermination et l’indéterminisme quantiques. »
    Si tu considères que ce n’est là qu’un détail sans importance, c’est ton droit. Mais si tu lis vraiment le document, tu trouveras dans le résumé une liste des problèmes spécifiques adressés dans cette théorie.

    Sans rancune j’espère

    A+

  12. #70
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par juliendusud
    En fait votre métron s'apparente à une sorte de vecteur qui définit les positions relatives entre deux particules a,b. On pourrait l'appeler M_a,b = M_b,a et possède les caractéristiques suivantes : une norme discrète, une direction mais pas de sens.
    A une particule i donnée on peut lui associer l'ensemble Ei des M_i,j où j est indexé sur l'ensemble des particules de l'univers. Lorsque i effectue un déplacement élémentaire, tous les M_i_j varient.
    Bonjour Julien,

    Votre description vectorielle est une très bonne façon de se représenter intuitivement un univers composés de métrons. C’est la façon que j’utilise habituellement pour me représenter les choses dans le cadre de cette théorie.

    Citation Envoyé par juliendusud
    Comment ils varient, quel lien les relie?
    Il y a des quantités dynamiques associées à chaque métron. L’évolution temporelle des métrons est conditionnée par deux choses : premièrement, des changements dans l’état du métron dus à une dynamique interne du métron, et des changements dans l’état du métron dus à une interaction entre les métrons. Cette interaction entre les métrons est à l’origine des lois géométriques à l’échelle macroscopique et aussi des vecteurs propres des différentes variables dynamiques à l’échelle microscopique. Cette interaction doit être vue comme une 5ème interaction s’ajoutant aux 4 interactions déjà définies en physique.

    Citation Envoyé par juliendusud
    Autre questuion : Comment vous exprimez la conservation de la quantité de mouvement?
    Une possibilité est de poser Somme d(m_j * M_i_j)/dt = cste où m_j est la masse de la particule j.
    A strictement parler, dans la mesure où l’on peut utiliser un espace « abstrait » (tel que défini à la section I.5), on peut utiliser telle quelle la physique actuelle. Cependant, au chapitre 2, je donne la loi dynamique générale exprimée en termes de métrons et qui mène aux mêmes résultats quantitatifs que la physique actuelle (je comprends très bien que ce type de réponse peut être frustrant, mais vous aurez le chapitre 2 bientôt)

    Citation Envoyé par juliendusud
    Un autre point que j'auraimas aimé creuser. D'après le principe de relativité, tous les observateurs devraient posseder le même métrino de référence, celà signifie entre autres qu'ils ne peuvent pas se distinguer en faisant une expérience pour connaitre la longueur minimale qui peut exister entre deux particules.
    En relativité celà ne pose aucun problème puisque les longueurs sont invariantes par changement de référentiel, mais ce n'est pas le cas en relativité restreinte. Comment donc concilier le fait que deux observateurs en mouvement vont affecter à un couple de particules un métron différent selon leur vitesse? De plus dans votre théorie le métron semble être l'objet de base donc il devrait être en toute logique indépendant du référentiel sinon il ne s'agit que d'un artifice de calcul.
    Je suppose que vous vouliez dire : « En relativité galiléenne celà ne pose aucun problème puisque les longueurs sont invariantes par changement de référentiel, mais ce n'est pas le cas en relativité restreinte »
    Excellente question! Elle empiète sur le chapitre 3 mais bon, d’accord je vais répondre étant donné qu’elle permet de clarifier l’aspect conceptuel de la théorie qui est le thème du chapitre 1.
    Prenons 2 particules A et B, se déplaçant à une même vitesse v sur l'axe des X dans un référentiel R. Supposons qu’à un instant quelconque A se trouve « près » d’une particule A’ au repos dans R et B se trouve « près » d’une particule B’ au repos dans R.
    Soit L la distance entre A et B dans un référentiel où elles sont au repos : L est donc la longueur du métron AB qui appartient en propre à A et B.
    En vertu de la contraction relativiste des longueurs, on sait que L’, la distance entre A’ et B’ est : L’ = L(1-(v/c)2)1/2 . Mais L’ est la longueur du métron A’B’ qui appartient en propre à A’ et B’. En vertu du « Principe de géométrie libre », il n’y a a priori aucune relation obligatoire entre L et L’ car elles représentent la longueur des deux métrons AB et A’B’ qui sont distincts l’un de l’autre.

    Par contre, au niveau macroscopique, pour les vitesses v non-relativistes il s’avère en bout de ligne que L=L’, mais que ceci cesse d’être vrai lorsque v est relativiste. Mais, comme je viens de le dire, ceci ne cause aucun problème car L et L’ sont des longueurs qui caractérisent deux métrons distincts.

    Si vous voulez davantage d’éclaircissements, n’hésitez pas à me poser des questions supplémentaires.

    Paul

  13. #71
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par Witten
    Bonjour,

    J'ai suivis toute la discussion, et j'ai lu quelques pages de ton document. Mais il y a une question que je me pose :
    Qu'est ce qui change dans ta théorie à part une quantification des distances? Car je ne vois pas d'autre différence entre :

    Les objets A et B sont separés d'une distance d

    et

    Le métron appartenant à A et B contient d métrinos
    Bonjour Witten,

    Ce qui change, entre autres choses, c’est que la distance « d » , au lieu d’être un nombre associé à ce que l’on appelle « les deux points d’espace où se trouvent A et B » est un nombre associé à un objet physique qui appartient en propre à A et à B et que j’ai appelé le métron. Ce nombre représente le nombre de métrinos que contient ce métron. Ici A et B sont des particules élémentaires : il y a un métron pour chaque groupe de deux particules élémentaires.

    En plus, lorsque l’on parle de distances entre les points d’espace où se trouvent des objets, ces distances satisfont, entre autres choses, aux relations entres les côtés et angles internes d’un triangle. Dans ma théorie, cette relation n’est pas obligatoirement respectée : dans certaines circonstances, elle l’est, dans d’autres circonstances (par exemple au niveau atomique) elle ne l’est pas.

    Citation Envoyé par Witten
    Comment t'as théorie interprète t-elle l'incertitude sur la position?

    Merci d'avance pour ta réponse
    On peut associer une position unique à une particule élémentaire seulement si les métrons auxquels elle participe satisfont tous aux lois de la géométrie. Lorsqu’ils ne satisfont pas à ces lois géométriques, il y a plusieurs positions associées à la particule, une position par métron auquel elle participe.

    Si tu as d’autres questions, n’hésite pas.

    Popol

  14. #72
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par rr-rg-rq

    Salut PopolAuQuébec
    ICI :
    Durée et simultanéité. À propos de la théorie d'Einstein. (1922)
    http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Cl...ite/duree.html.

    Mais au final, je crois que je suis mieu d'attendre la suite !
    Gilles
    Salut Gilles,

    Merci pour la référence à Bergson. Je vais sûrement la lire lorsque j’aurai deux minutes.

    Et merci aussi pour ta compréhension et ta patience.

    Paul

  15. Publicité
  16. #73
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par PhysiquePower
    Bonjours mon message n'a aucun lien avec la nouvelle theorie de Popol (Je n'y comprend rien de toute maniere , je n'ai que 16 ans)

    je voualit simplement savoir vos niveau d'etudes puisque vous semblez vous y connaitre en science physique


    Je suis certain d'Alelr en physique a l'université mais dans quel domaine je ne le sais pas encore , peut-etre en nuclaire j'ai bcp suivi les progret recent de la fusion nuclaire et cela semble ters interressant le noyau atomique et les interaction forte...
    Salut PhysiquePower,

    Si tu aimes la physique, n’hésite pas à étudier dans ce domaine : c’est une science très amusante et tu ne t’ennuieras jamais à faire de la physique, peu importe le domaine de la physique. Ici au Québec, les trois premières années universitaires sont les mêmes, quel que soit le domaine (du moins c’était comme ça dans mon temps, et ça fait longtemps…)

    En ce qui me concerne, j’ai complété une scolarité de maîtrise en physique théorique à l’Université de Montréal.

    Bonne chance dans tes choix et dans tes études !

    Popol

  17. #74
    Rincevent

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Bonjour,

    J'ai regardé le premier chapitre mis en ligne. Il n'y a strictement rien de scientifique dedans. Ce sont juste des affirmations gratuites indémontrées et même pas clairement énoncées. En conséquent, si ce fil ne prend pas un tour scientifique rapidement, il sera fermé.

    Pour la modération,

  18. #75
    Hachem

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut Popol. Il y a quelque chose qui m'échappe. Si tu reconnais le principe d'incertitude de position, comment peut-on alors parler de physique déterministe dans ta théorie? Peut-être que je suis totalement dans le champ, mais le principe d'incertitude n'est-il pas celui qui nous introduit aux notions probabilistes? Aussi, je voudrais savoir si tu as imaginé une expérience pouvant corroborer ta théorie?

    Cordialement,
    Hachem

  19. #76
    juliendusud

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec
    Bonjour Julien,

    Votre description vectorielle est une très bonne façon de se représenter intuitivement un univers composés de métrons. C’est la façon que j’utilise habituellement pour me représenter les choses dans le cadre de cette théorie.


    Il y a des quantités dynamiques associées à chaque métron. L’évolution temporelle des métrons est conditionnée par deux choses : premièrement, des changements dans l’état du métron dus à une dynamique interne du métron, et des changements dans l’état du métron dus à une interaction entre les métrons. Cette interaction entre les métrons est à l’origine des lois géométriques à l’échelle macroscopique et aussi des vecteurs propres des différentes variables dynamiques à l’échelle microscopique. Cette interaction doit être vue comme une 5ème interaction s’ajoutant aux 4 interactions déjà définies en physique.


    A strictement parler, dans la mesure où l’on peut utiliser un espace « abstrait » (tel que défini à la section I.5), on peut utiliser telle quelle la physique actuelle. Cependant, au chapitre 2, je donne la loi dynamique générale exprimée en termes de métrons et qui mène aux mêmes résultats quantitatifs que la physique actuelle (je comprends très bien que ce type de réponse peut être frustrant, mais vous aurez le chapitre 2 bientôt)


    Je suppose que vous vouliez dire : « En relativité galiléenne celà ne pose aucun problème puisque les longueurs sont invariantes par changement de référentiel, mais ce n'est pas le cas en relativité restreinte »
    Excellente question! Elle empiète sur le chapitre 3 mais bon, d’accord je vais répondre étant donné qu’elle permet de clarifier l’aspect conceptuel de la théorie qui est le thème du chapitre 1.
    Prenons 2 particules A et B, se déplaçant à une même vitesse v sur l'axe des X dans un référentiel R. Supposons qu’à un instant quelconque A se trouve « près » d’une particule A’ au repos dans R et B se trouve « près » d’une particule B’ au repos dans R.
    Soit L la distance entre A et B dans un référentiel où elles sont au repos : L est donc la longueur du métron AB qui appartient en propre à A et B.
    En vertu de la contraction relativiste des longueurs, on sait que L’, la distance entre A’ et B’ est : L’ = L(1-(v/c)2)1/2 . Mais L’ est la longueur du métron A’B’ qui appartient en propre à A’ et B’. En vertu du « Principe de géométrie libre », il n’y a a priori aucune relation obligatoire entre L et L’ car elles représentent la longueur des deux métrons AB et A’B’ qui sont distincts l’un de l’autre.

    Par contre, au niveau macroscopique, pour les vitesses v non-relativistes il s’avère en bout de ligne que L=L’, mais que ceci cesse d’être vrai lorsque v est relativiste. Mais, comme je viens de le dire, ceci ne cause aucun problème car L et L’ sont des longueurs qui caractérisent deux métrons distincts.

    Si vous voulez davantage d’éclaircissements, n’hésitez pas à me poser des questions supplémentaires.

    Paul
    Bon je suspectais depuis le début une théorie basée sur des concepts non observables comme il en fleurit abondamment sur la toile, après lecture de votre dernier message je n'ai plus le moindre doute. Votre modèle s'inscrit directement dans la lignée des théories métaphysiques qui reposent sur une trame de fond dénuée de sens physique et totalement inaccessible par l'expérience : une sorte d'éther de métrons plutôt bien dissimulé derrière une formulation évasive. Votre position est pourtant claire, si deux particules sont en mouvement relatif vous ne précisez pas dans quel référentiel et par quelle méthode expérimentale vous comptez vous y prendre pour quantifier votre métron. Doit on se placer dans le référentiel de la première particule, de la seconde, dans le référentiel du centre de masse, référentiel absolu? De plus vous érigez le principe de Mach comme le pillier de votre théorie alors que sa critique est justement dirigée contre ce genre de théories à variables cachées inaccessible par le champ de notre expérience.

  20. #77
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Mon cher Rincevent,

    Tu as droit à ton opinion, j’ai droit à la mienne et les différents participants sur ce fil ont aussi droit à la leur. Et je n’essaierai même pas de te faire changer d’opinion, car il m’apparaît bien clair que ce serait parfaitement inutile.

    Une chose certaine, avec l’atmosphère de surveillance que tu viens d’instaurer sur ce fil, il n’y a aucun doute que toute discussion scientifique sereine est maintenant impossible, tout au moins pour moi. En ce qui me concerne, ce fil est par conséquent fermé dès maintenant.

    J’aurais bien aimé répondre aux questions additionnelles qui pourraient m’être posées par les personnes qui étaient intéressées par la base conceptuelle de la théorie, mais dans ces conditions c’est impossible. La situation est différente pour ces personnes et elles peuvent continuer bien sûr d’en discuter entre elles, à moins évidemment que tu ne l’interdises formellement.

    Je ne voudrais pas partir sans remercier les personnes qui ont accepté de discuter de ces idées avec un esprit ouvert. Merci à toutes ces personnes.

    A la prochaine

    PopolAuQuébec.

  21. #78
    shamrock

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Bonsoir,

    Je trouve ça un peu dommage de réagir comme ça. Mais il semble que le centre de ta théorie soit ton deuxième chapitre et il est vrai que pour l'instant, on ne manipule que des notions plus ou moins abstraites.
    Je comprends que tu ne veuilles pas fournir ce chapitre si sa rédaction n'est pas finalisée mais une ou deux formules centrales permettraient au moins de discuter concrètement de la théorie.

    Néanmoins je trouve la discussion intéressante.

    Dans l'attente du plat de résistance...

  22. Publicité
  23. #79
    Rincevent

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec
    Tu as droit à ton opinion, j’ai droit à la mienne et les différents participants sur ce fil ont aussi droit à la leur.

    En science, les opinions personnelles n'ont qu'une importance seconde. Or, c'est là le gros problème de ta "théorie": pour le moment tu n'as pas avancé le moindre argument ou la moindre preuve scientifique. Tu n'as amené que de vagues opinions personnelles qui ne reposent sur rien de démontré et sur aucun formalisme proprement défini. En clair, malgré tes grandes phrases, nulle théorie scientifique ici... c'est pour cela que je t'encourageais à entrer dans un discours scientifique. Ton refus de le faire illustre bien la faiblesse (voire l'absence complète) de tes arguments. Et je remets même pas l'histoire des trous noirs avancés par mtheory sur le tapis... tu l'as volontairement ignorée et continuera à faire de même.

    Et je n’essaierai même pas de te faire changer d’opinion, car il m’apparaît bien clair que ce serait parfaitement inutile.
    si je t'ai proposé d'enfin commencer à avoir des arguments scientifiques, c'est parce que j'avais réellement envie de lire un texte scientifique et pas de simples élucubrations un peu mégalo et sans réel intérêt.

    Une chose certaine, avec l’atmosphère de surveillance que tu viens d’instaurer sur ce fil, il n’y a aucun doute que toute discussion scientifique sereine est maintenant impossible, tout au moins pour moi.
    une discussion scientifique ne se résume pas à un monologue où l'on joue au grand savant sans avancer le moindre argument. Tant que tu ne formalises pas mathématiquement, quantitativement et pour de vrai tes "idées", elles restent de la métaphysique et n'ont rien de scientifique, que tu le veuilles ou non.

    La situation est différente pour ces personnes et elles peuvent continuer bien sûr d’en discuter entre elles, à moins évidemment que tu ne l’interdises formellement.
    perso, je n'interdis rien. Mais par définition ce forum est un forum scientifique. La charte dit

    Citation Envoyé par charte
    6. Ayez une démarche scientifique. (...) Toutes idées ou raisonnement (aussi géniaux soient ils) doivent reposer sur des faits scientifiquement établis et non sur de vagues suppositions personnelles, basées sur d'intimes convictions.
    diverses possibilités donc :

    - tu te mets enfin à avoir un discours scientifique et nous démontres enfin que tu ne fais pas partie de la très longue liste des géniaux inventeurs qui sont venus sur ce forum nous présenter leurs géniales théories et qui après parfois plus d'une centaine de messages échangés n'avaient toujours rien formulé de clair et précis et/ou qui tienne la route un minimum

    - tu considères que tes discours ne contreviennent pas à cette charte et ont réellement un contenu scientifique physique et que je me suis trompé. Cela n'a rien d'impossible : je me trompe régulièrement comme chacun. Dans ce cas, je t'invite à contacter Yoyo ou d'autres modérateurs pour en discuter.

    - tes discours ne changeront pas d'un iota même si on te réservait des siècles de discussions avec des participants au forum. Dans ce cas va voir sur un autre forum car sur FS on a pas de place en mémoire pour tous les génies incompris.

  24. #80
    Witten

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Resalut,

    C'est peu être superflux, mais je voulais quand même encore donner mon avis.
    Je pense qu'il y a de nombreuses idées 'conceptionnelles' très intéressantes, qu'il faut absolument explorer, pour voir si elle peuvent apporter des réponses supplémentaires en physique. En revanche je trouve ton document un peu délicat, car il est très difficile d'être sur de bien se faire comprendre par des mots. Des schéma, et relations mathématiques auraient donc été les bienvenues, pour clarifier certains points, et éviter toute ambiguité.
    Et pour revenir à mon premier message, avec la question sur la différence exacte entre le concept de distance entre 2 points et le concept de métron. Je pense entre temps que le métron est plutôt un formalise pour mieux travailer avec l'idée de non-spacialité. Ou une vision différente des choses. Je suis conscient que trois particules dans un espace forme obligatoirement un unique triangle, avec donc 3 angles bien définit, ce qui n'est pas obligatoirement le cas avec les métrons. Mais je crois que l'on pourrait aussi introduire cette idée dans le concept normal d'espace, en revanche physiquement se sera moins naturel qu'avec le métron.
    Une fois qu'on as compris tes idées, tes textes deviennent clairs. Mais tu devrais traiter quelques cas simples dans le cadre de tes postulats, et dans le cadre de la physique 'normale', et mettre le mieux possible en évidence les différences entre les deux. Et montrer les avantages au niveau de l'intérpretation, et les possibilités d'expliquer de nouveaux phénomènes.
    Après une relecture je vois mieux la structuration du document (et c'était surement beaucoup de travail) mais il faudrait mieux montrer les changements (que j'ai mis un peu de temps à saisir et je ne les ai probablement toujours pas tous vus). Tous cela viendra surement dans les prochains chapitres (il n'y a pas d'ironie dans cette phrase comme chez certains autres).

    PS : si j'ai mal compris quelques chose excuse moi.

  25. #81
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Bonjour à tous,

    J’ai bien réfléchi à toute cette situation. Comme je le disais dans mon premier post, j’ai commencé à présenter la théorie dans le but d’avoir un « feedback ». Une vaste majorité des participants qui ont répondu à cette invitation ont démontré un intérêt et une ouverture d’esprit vis-à-vis de cette théorie. Par respect pour ces personnes, je me dois de ne pas les décevoir dans leur désir souvent exprimé de voir la suite des choses: ce serait les trahir. Par conséquent je vais travailler à une version « demo » du chapitre 2 qui, tout en n’étant pas parfaitement complète et exprimée à mon goût, contiendra l’essentiel de la structure quantitative de cette théorie.

    À ces personnes, toutes mes excuses pour avoir pris une décision sous le coup de l’émotion. Mais il faut bien comprendre que je ne suis pas un « punching bag » et que je ne laisserai personne me traiter comme tel (du moins pas impunément ).

    A dans quelques jours

    Popol

  26. #82
    leg

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    bonjour
    n'étant pas de la partie, l'idée que m'inspire cette théorie serait une reformulation du role de la gravité et le remplacement des "graviton par les métrons" .ce qui ne serait pas idiot. de plus le concepte du non espace est tres bien puisqu'il ne sert a rien, donc pas de forme de l'univers ni d'orizon etc etc .
    ce qui doit être expliqué correctement, c'est le principe de l'interferometre de young afin de montrer clairement le role: a) de la particule ; b) des metrons ;dans le passage du système a deux fentes; afin de rendre crédible déjà une partie de cette théorie. (dont les idées sont interressantes).
    la question que je pose a popol est la suivante, pour sa prochaine intervention :
    est ce que tu considères le métron et les charges metronics, comme une onde émise ou faisant partie de la particule , qui expliquerait ce phénomène de " l'intrication quantique " lorsque les deux fentes sont ouvertes ...?
    car en définitive tu redéfinis le role des différentes composante dans un univers sans espace et a géometrie libre, " mais il me semble avec un nouveau role "pour les gravitons metrons". Donc tu n'as effectivement pas besoin de rajouter quoi que ce soit, mais d'enlever ce qui est "superficiel" ou "abstrait"...
    A+ et bon courrage.

  27. #83
    termitor

    Lightbulb Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    hello, j'avais pas encore ossez n'incrire sur le site , mais maintement c'est fait.

    Je veux juste souleve un probleme dans ta theorie

    un electron eest indicernable d'un autre, alors comme definir la distance entre deux particule si justement elle sont indicernable ?

    Car si on peut definir des distance entre plusieurs particule c'est justement quelle sont dicernable.

    Voila bonne chance

  28. #84
    albert einstein

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Salut à tous


    Peut-tu élaborer sur ce point;

    ce qui doit être expliqué correctement, c'est le principe de l'interferometre de young afin de montrer clairement le role: a) de la particule ; b) des metrons ;dans le passage du système a deux fentes; afin de rendre crédible déjà une partie de cette théorie. (dont les idées sont interressantes).
    Exactement, j' aimerais bien avoir ton point de vue sur l'interferometre de young pour que tu éclaircisse certain point.


    Merci d' avance



    amicalement

  29. Publicité
  30. #85
    PopolAuQuébec

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Bonjour à tous,

    J’admets que je me suis comporté comme le dernier des idiots. J’ai travaillé très longtemps et très fort sur cette théorie et j’ai un peu idéalisé la façon dont une discussion sur cette théorie se déroulerait. Mais je comprends que lors de la présentation de toute nouvelle théorie, on doit s’attendre à toutes les réactions imaginables.

    Tout d’abord, je veux présenter mes excuses les plus sincères à Rincevent. Je comprends parfaitement que la tâche de modérateur est une tâche des plus ingrates et qu’il doit traiter tout le monde sur le même pied. Et qu’il peut, et même doit, mettre fin à toute discussion lorsqu’il le juge approprié. Toutes mes excuses donc.

    Je veux aussi offrir mes excuses à Karibou Blanc. Je trouvais qu’il manquait un peu de diplomatie. Mais bon, çà m’arrive à moi aussi.

    A partir de maintenant, je serai M. Cool en personne. Et vous me remettrez cette déclaration sur le nez si jamais je me mets à m’énerver. Je travaille sur la finalisation du chapitre 2 et elle sera sur mon site Web aussitôt complétée. Si le fil est toujours ouvert à ce moment-là, je reviendrai pour participer à la discussion, mais peut-être à un rythme moins effréné cette fois-ci.

    A la prochaine

    M. Cool

  31. #86
    Rincevent

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    salut,

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec
    A partir de maintenant, je serai M. Cool en personne. Et vous me remettrez cette déclaration sur le nez si jamais je me mets à m’énerver.
    compte sur moi
    Ceux qui manquent de courage ont toujours une philosophie pour le justifier. A.C.

  32. #87
    BnL

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Bonjour à tous,

    je voudrais tout d'abord saluer le travail effectué par Popol pour l'élaboration de cette théorie
    Pourtant un détail me chagrine: il me semble avoir vu en cours de physique que la réduction du paquet d'onde pouvait être mise en évidence dans l'expérience des trous d'Young. En d'autres termes, lorsque l'on tente de détecter le passage de l'électron par l'une ou l'autre des fentes, les figures d'interférences disparaissent. Comment expliquer cela dans le cadre de la théorie métronique, et plus généralement de toute théorie déterministe??

    Merci de vos réponses.

  33. #88
    mtheory

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Je pense que Popol devrait lire ça:

    http://arxiv.org/PS_cache/gr-qc/pdf/0212/0212064.pdf
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  34. #89
    The Artist

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par mtheory
    Je pense que Popol devrait lire ça:

    http://arxiv.org/PS_cache/gr-qc/pdf/0212/0212064.pdf
    Pourrais tu nous faire un résumé stp ?
    On m'disait, j'veux être artiste, tu t'prends pour qui ? Oublie oublie !!!

  35. #90
    mtheory

    Re : Une physique sans espace : qu'en pensez-vous ?

    Citation Envoyé par The Artist
    Pourrais tu nous faire un résumé stp ?
    ça traite de structures pré-géométriques ,et donc avant l'espace et le temps.
    L'espace-temps n'est plus alors qu'une approximation des phénomènes,c'est utile pour esayer de faire de la gravitation quantique.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

Page 3 sur 4 PremièrePremière 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. tester vous même la pollution de votre véhicule, qu'en pensez vous?
    Par mathildeprim dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 24
    Dernier message: 21/07/2015, 16h59
  2. Quelques sujets de TIPE... Qu'en pensez-vous ? (mais vous me les piquez pas hein !?)
    Par Calvin1402 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 6
    Dernier message: 03/09/2005, 23h38
  3. qu'en pensez vous ?
    Par kirikoubayar dans le forum À la conquête de Mars
    Réponses: 13
    Dernier message: 06/01/2005, 23h20