Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 111

La graphologie: quelle réalité?



  1. #1
    kinette

    La graphologie: quelle réalité?


    ------

    Bonjour à tous,

    Suite à la lecture de propos d'Arcole, dans cette autre discussion: http://forums.futura-sciences.com/ne...s-mirages.html j'ouvre un nouveau sujet.

    Citation Envoyé par Arcole Voir le message
    Je terminerai en vous assurant que depuis environ 35 ans que je me suis interessé à ce domaine, j'ai pu vérifier l'efficacité de la chose.
    Mais attention, il ne faut pas demander à la grapho plus qu'elle ne peut donner.
    On ne peut pas savoir si (comme on me le demande des fois) si X...est homosexuel ou si Y... est une bonne affaire au lit ou si Z est un criminel en série.
    Mais on peut par exemple dire si X va réussir dans un poste de commercial ou comment Z va se comporter en cas de conflit avec son supérieur, et ce, avec une régularité et une précision incontestables.
    Beaucoup de chefs d'entreprise ont recours à la grapho, discrètement, car c'est maintenant , pour ainsi dire , délictuel de le faire.
    Je n'ai pas plus à dire sur le sujet ici.
    Super... et comment évitez-vous la discrimination des personnes ayant un problème rendant l'écriture difficile? Quid des gauchers?
    Et comment tenez-vous compte des différences culturelles dans l'apprentissage de l'écriture qui modifient considérablement l'allure de l'écriture (en Allemagne, j'ai pu vérifier qu'on n'apprenait pas du tout à tracer les lettres de la même façon...)?
    Et affirmeriez-vous que, sans le savoir à l'origine, vous pouvez décider si la personne qui écrit est un homme ou une femme?

    Autre questionnement: rédigeant de moins en moins de textes manuscrits (le clavier, c'est quand même bien pratique), je réalise avoir de plus en plus de difficulté à écrire "à la main" et mon écriture s'en retrouve modifiée (pour avoir discuté avec des amis, je ne semble pas être une exception: on passe d'une situation d'étudiant qui écrivait énormément à une écriture généralement restreinte au remplissage de quelques champs dans des formulaires ou bien de la prise de notes sur des post-its. La chose est certainement liée en partie aux automatismes de l'écriture, ainsi qu'à la musculature qui doit se modifier...): faut-il en conclure que la personnalité des gens qui abandonnent l'écriture manuscrite a changé?

    Vous comprendrez, je pense, mon scepticisme total vis-à-vis de la fiabilité de telles méthodes.

    Si la graphologie peut paraître à certains une approche fiable, et "validée par l'expérience", ceci tient peut-être au moment du recrutement auquel on fait appel au grahologue.
    Vu que les recruteurs et surtout les chefs et directeurs d'entreprises considèrent le recrutement comme un risque, il est normal qu'ils cherchent à se rassurer avec ce genre de chose: comment savoir qu'un recrutement sera "le bon"?
    J'imagine qu'on fait rarement appel à la graphologie lors de la première phase de sélection (sélection des différents profils correspondant au poste et aux attentes).
    Ensuite, un fois qu'on a un panel de candidats intéressants, qui on passé les entretiens de façon satisfaisante, il faut avouer qu'on manque souvent d'éléments décisionnels fiables (en gros, on se retrouve avec plusieurs bons candidats qu'on n'arrive pas à classer). Comme le fait de choisir au hasard semble impensable pour beaucoup, l'utilisation de la graphologie peut rassurer. MAIS vu qu'un premier tri a déjà été fait, la prise de risque pour le graphologue est faible: dans la majorité des cas, le candidat qui sera embauché sera satisfaisant à son poste. A mon avis, le recruteur aurait tout aussi bien pu tirer au hasard, ce qui comporte l'avantage de diminuer le risque d'une discrimination stupide (discrimination envers les personnes qui ont une écriture particulière, mal jugée par la graphologie...).

    J'attends vos avis et réponses...

    K.
    PS: déjà une bonne base à l'argumentation ici http://www.quackwatch.org/01Quackery...ts/grapho.html
    PS2: à noter que la loi "relative au recrutement et aux libertés individuelles" (Journal officiel du 1.1.1993) précise: "les méthodes et techniques d'aide au recrutement des candidats à un emploi doivent être pertinentes au regard de le finalité poursuivie."
    PS3: une bonne nouvelle, la pratique de la graphologie dans les recrutement semble en voie de disparition http://www.lenouveleconomiste.fr/les.../#.UTIz5FGxSzs (mais ne va-t-elle pas être remplacée par d'autres "méthodes" tout aussi fumeuses????)

    -----
    Dernière modification par kinette ; 02/03/2013 à 18h18.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    Cendres
    Modérateur

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    PS3: une bonne nouvelle, la pratique de la graphologie dans les recrutement semble en voie de disparition http://www.lenouveleconomiste.fr/les.../#.UTIz5FGxSzs (mais ne va-t-elle pas être remplacée par d'autres "méthodes" tout aussi fumeuses????)
    Voir aussi ceci : http://www.rue89.com/2010/06/27/il-f...mbauche-156549
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  5. #3
    Nemoclay

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    mais ne va-t-elle pas être remplacée par d'autres "méthodes" tout aussi fumeuses????
    Il parait que des entreprises recrutent en fonction du signe astrologique, c'est pas mieux..
    Il ne faut pas se laisser submerger par la compléxité sans pour autant la perdre de vue.

  6. #4
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    le plus souvent, quand un employeur fait appel à ce type de critère, il s'agit soit d'une promotion importante, soit d'un poste plutôt "haut de gamme", avec par exemple beaucoup d'autonomie, ou beaucoup de relationnel, ou de stress, ...

    dans ces cas, ce sont des batteries de test ( QI,QE, Rochard, grapho, etc..... )
    celà est souvent délégué à des cabinets spécialisés, un DRH ne sait pas et ne veux pas faire ça.
    le faire faire par une sté extérieure permet de se couvrir en cas d'erreur de casting.

    je ne sais pas ce qui est autorisé ou pas aujourd'hui, mais je sais que vous avez droit aux conclusions qui sont fournies à l'employeur.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    Ryuujin

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Mais on peut par exemple dire si X va réussir dans un poste de commercial ou comment Z va se comporter en cas de conflit avec son supérieur, et ce, avec une régularité et une précision incontestables.
    Permettez-moi de la contester.

    Je propose qu'on vous teste ici même en vous soumettant des extraits manuscrits pour que vous deviniez les grands traits de caractère et la profession de leurs auteurs.

  9. #6
    kinette

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Bonne idée!
    Je pense que chacun peut apporter des extraits
    Ensuite, il faut voir quelles informations la graphologie serait susceptible de fournir. Pour l'instant nous avons:
    - l'aptitude à réussir dans un poste de commercial
    - comment Z va se comporter en cas de conflit avec son supérieur (est-ce qu'il faut aussi faire une analyse graphologique du supérieur, pour tester la compatibilité, ou la graphologie peut directement dire comment les gens vont se comporter? Le truc étrange, c'est que, de ma propre observation, le comportement des personnes n'est pas si constant en cas de conflit avec un supérieur: parfois, on n'aura pas le même comportement, selon qui est le supérieur, voire, selon le conflit, voire la saison, l'état de santé de la personne ou encore l'âge du capitaine... bref, si le comportement en cas de conflit varie pour une personne donnée, comment peut-on avoir une régularité et une précision si bonne????).

    Personnellement, la nature humaine m’impressionne par sa variabilité. Et tout n'est pas prédictible de par la seule personnalité des uns et des autres... parfois, on peut être étonnamment surpris de voir comment une personne peut passer de timide à leader, de situation d'échec relationnel à un succès...

    Pour finir, un joli dossier de l'excellent site "psychologie-sociale.com": http://www.psychologie-sociale.com/i...=190&Itemid=78

    K
    Dernière modification par kinette ; 02/03/2013 à 21h21.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  10. Publicité
  11. #7
    myoper
    Modérateur

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Bonne idée!
    Je pense que chacun peut apporter des extraits
    Citation Envoyé par Arcole Voir le message
    De plus, pour expliquer correctement les choses, il faudrait faire carrément un cours de grapho, rentrer dans le détail, c'est impossible.
    Citation Envoyé par Arcole Voir le message
    Et ce n'est pas le certificat délivré par la SFG qui fait forcément un bon graphologue, helas.
    Comme ceux-ci ?

  12. #8
    MadMarx

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Mes parents sont persuadés du bien fondé de cette discipline aussi ( Et de l'homéopathie, et d'autres trucs ... Je ne l'avouerais pas si je n'étais pas en situation d'anonymat lol )
    D'ailleurs, l'endroit ou travail mon père se sert d'un graphologue pour avoir des informations sur les candidats pendant les entretiens d'admission ... Une école bien connue qui délivre des diplômes bac+2 à +4 (non je ne dirai pas laquelle)
    Moi j'ai bien l'impression qu'il est victime d'un biais de confirmation ... Non pas que ce soit éliminatoire, le problème est ailleurs : un entretien n'est pas un événement anodin, personne n'est totalement naturel à ce moment là, surtout quand les places sont limitées ... Moi je ne conçois pas que les gens qui utilisent les conclusions d'un graphologue aient un cerveau capable d'analyser ce genre de situation à 100% pour permettre d'éviter ce fameux biais de confirmation. Si on leur dit qu'un tel manque de confiance en soi et qu'ils forcent la discussion pour explorer ce trait de caractère, quelle autre conclusion qu'une confirmation vont ils tirer ?

    Je leur ai soumis le cas de mon grand père, dont l'écriture à été "forgée" à l'école. Son style, bien que personnel a forcément été influencé, et ça se voit ! Les caractéristiques souvent mises en avant dans les démonstration de graphologie, comme la longueur des boucles, ne sauraient être exploitées dans un cas comme celui-ci ... Son écriture est au mm près, et il a appris à écrire entre deux lignes arbitrairement tracée dans son cahier. On me dit "qu'il y aura toujours quelque chose à exploiter" ...

    Aussi, pour ce que ça vaut, les seuls changements que j'ai pu constater dans mon écriture depuis longtemps sont ceux qui sont survenus après un entrainement que je me suis imposé pour mieux écrire justement ... Vous allez me dire, mon écriture reflète maintenant ma persévérance lol ... Bref, je peux pourtant attester que ma personnalité est différente de celle que j'avais à l'école.
    Dernière modification par MadMarx ; 03/03/2013 à 00h42.

  13. #9
    Thomas markley

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    a-priori, dans l'idée l'étude des graphes produits par une personnes ne saurait totalement etre inconcevable en psychologie... l'on peu concenvoir que la façon dont la personne résouds les diffcultés du traçage des lettres dans un texte puisse reveler une partie de ses habitudes a résoudre d'autre type de difficulté quotidienne...

    pourquoi pas, il existe de nombreuse autres maière sans doute de faire des portraits psycho-logique.. soit des tableaux comportementaux... reste que la graphologie repose sur la psychologie, ce qui en parraphrasant debroglie avec la seconde quantification, relève peut-etre d"une forme de péché au carré en matière de science donc de rationalisation d'un fait naturel... beaucoup d'interprétation subjective viennent se fondre dans le réel, ceci rendant sans doute cet "art" tout aussi interressant que d'autres... et aussi difficile...

    je me demande si il y a une graphologie statistique ? en tout cas les process de jugement ne devrais pas comme tout ce qui relève de l'humain n'etre qu'au seul jugement d'une seule personne... (juge unique, juge inique)... mais là encore, avoir les même grille d'annalyse, c'est toujours reproduire quelques part l'annalyse première d'un seul... mais à plusieurs...

    dans tout les cas, l'on ne saurait dénier le fait que chaque personne produit (du moin en france) une graphie qui lui est "typique" et cette personalisation du trait est aussi interressante que passionante... delà ensuite a pouvoir en dire plus...

  14. #10
    invite23876543123
    Invité

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Salut à toutes et tous !

    Moi j'écris aussi mal que mon psy c'est dire ! Et pourtant je ne suis pas psy comme vous me reconnaissez !

    De plus la graphologie hésite sur des lettres attachées ou détachées !

    @ +

  15. #11
    myoper
    Modérateur

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par MadMarx Voir le message
    Mes parents sont persuadés du bien fondé de cette discipline aussi ...
    [....] Si on leur dit qu'un tel manque de confiance en soi et qu'ils forcent la discussion pour explorer ce trait de caractère, quelle autre conclusion qu'une confirmation vont ils tirer ?
    Il n'y a que 2 conclusions possibles: soit la graphologie marche, soit elle ne marche pas mais étant persuadé qu bien fondé de la pratique et que ce n'est pas un expérimentation scientifique, la remise en question ne se fera pas.
    Pour le reste, c'est, me semble-t'il, l'effet barnum que bu2bu a déniché: http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1644

    Ceci dit, ce sont des comportements humain que très courant que la psychologie (pratique scientifique, elle) a déjà pas mal exploré

    On me dit "qu'il y aura toujours quelque chose à exploiter" ...
    C'est sur que la psyché influence tout (la marche, l'élocution,...) mais que des gens qui n'en connaissent rien puissent prétendre en déterminer quoique ce soit alors qu'il est possible que ce soit un des facteurs qui l'influence le moins, voire qu'il soit négligeable ou non repérable par ce moyen et que personne ne présente d'étude validée donnant une quelconque correspondance objective, choque.

    Aussi, pour ce que ça vaut, les seuls changements que j'ai pu constater dans mon écriture depuis longtemps sont ceux qui sont survenus après un entrainement que je me suis imposé pour mieux écrire justement ... Vous allez me dire, mon écriture reflète maintenant ma persévérance lol ...
    En fait, le changement de l'écriture reflète cette persévérance sachant que l'écriture en elle même pourra être interprétée comme celle de quelqu'un d'inconstant (il suffit que le graphologue le pense, pour une raison ou une autre).

  16. #12
    invite765732342432
    Invité

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Super... et comment évitez-vous la discrimination des personnes ayant un problème rendant l'écriture difficile? Quid des gauchers?
    (...)
    faut-il en conclure que la personnalité des gens qui abandonnent l'écriture manuscrite a changé?
    (...)
    Si la graphologie peut paraître à certains une approche fiable, et "validée par l'expérience", ceci tient peut-être au moment du recrutement auquel on fait appel au grahologue.
    J'ai un petit problème avec ce sujet:
    La graphologie en tant que modèle parfait permettant de définir parfaitement le profil d'une personne semble absurde.
    Mais la graphologie en tant que modèle probabiliste pour définir de manière générale des profils probables me semble un peu plus pertinent, non ?

    L'écriture, comme l'expression, la gestuelle ou la tenue, sont des révélateurs (imparfaits et trucables) de notre milieu, de notre culture, et de notre tempérament.
    Quoiqu'on dise, et malgré toute l'imperfection des 3 derniers critères que j'ai cité, ils sont effectivement employés en entretien d'embauche. Pourquoi pas le premier ?

    Après, c'est comme tout: il faut rester raisonnable: utiliser cela comme un critère partiel et probabiliste. Mais ça reste un outil, non ?

  17. Publicité
  18. #13
    myoper
    Modérateur

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    Quoiqu'on dise, et malgré toute l'imperfection des 3 derniers critères que j'ai cité, ils sont effectivement employés en entretien d'embauche. Pourquoi pas le premier ?
    Dès qu'il y aura des arguments validés ou des études scientifiquement valides qui montreront une quelconque cause à effet entre ce qui est vu et ce qui est affirmé par les graphologues.
    En d'autres termes, ce n'est pas parce qu'on suppose qu'une telle relation (écriture et "caractère psychologique") existe, que celle-ci existe, que celle-ci soit perceptible, que celle-ci soit analysable ou interprétable et enfin que ce que les graphologues racontent ait une quelconque pertinence.
    Dernière modification par myoper ; 03/03/2013 à 12h45.

  19. #14
    S-oxyde

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Allez je vous livre une observation certes issu d'un seul sujet, m'enfin assez étonnante :

    - Je suis bilingue et je lis parfaitement (avec effort cog supplémentaire malgré tout) l'allemand dactylographié en revanche une fois manuscrit ma vitesse de lecture est divisée par 4 si tant est que je parvienne jusqu'au bout. Et inversement pour mes parents et le français, là où ils pêchent (toujours en manuscrit), la lecture ne m'est pas difficile.
    On peut éventuellement supposer que les jeunes enfants allemands apprennent à écrire d'une manière différente ce qui pourrait rendre la lecture à un étranger non-accoutumé plus difficile.

    Tout ça pour en venir au fait qu'il est possible que l'écriture soit fonction de beaucoup de facteurs comme ceux évoqués avant moi ou l'éducation comme supposé ici, et donc encore une question à la graphologie : comment définir un standard sur une chose aussi variable que l'écriture ?

  20. #15
    myoper
    Modérateur

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par S-oxyde Voir le message
    Tout ça pour en venir au fait qu'il est possible que l'écriture soit fonction de beaucoup de facteurs comme ceux évoqués avant moi ou l'éducation comme supposé ici, et donc encore une question à la graphologie : comment définir un standard sur une chose aussi variable que l'écriture ?
    Tout à fait, comme je l’évoquais précédemment, si ce facteur existe, il pourrait être négligeable par rapport aux autres (et il l'est dans certains cas - limitations physiques, par exemple) et peut être pas du tout déterminable (si tant est qu'il existe des éléments validées scientifiquement permettant de l’interpréter).

  21. #16
    S-oxyde

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par myoper Voir le message
    Tout à fait, comme je l’évoquais précédemment, si ce facteur existe, il pourrait être négligeable par rapport aux autres (et il l'est dans certains cas - limitations physiques, par exemple) et peut être pas du tout déterminable (si tant est qu'il existe des éléments validées scientifiquement permettant de l’interpréter).
    Si le facteur dont tu parle est bien celui du "caractère psychologique" je suis tout à fait d'accord avec ta supposition.

  22. #17
    myoper
    Modérateur

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par S-oxyde Voir le message
    Si le facteur dont tu parle est bien celui du "caractère psychologique" je suis tout à fait d'accord avec ta supposition.
    C'est cela même .

  23. #18
    kinette

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    J'ai un petit problème avec ce sujet:
    La graphologie en tant que modèle parfait permettant de définir parfaitement le profil d'une personne semble absurde.
    Mais la graphologie en tant que modèle probabiliste pour définir de manière générale des profils probables me semble un peu plus pertinent, non ?

    L'écriture, comme l'expression, la gestuelle ou la tenue, sont des révélateurs (imparfaits et trucables) de notre milieu, de notre culture, et de notre tempérament.
    Quoiqu'on dise, et malgré toute l'imperfection des 3 derniers critères que j'ai cité, ils sont effectivement employés en entretien d'embauche. Pourquoi pas le premier ?

    Après, c'est comme tout: il faut rester raisonnable: utiliser cela comme un critère partiel et probabiliste. Mais ça reste un outil, non ?
    Bonsoir Faith,
    Le problème avec la graphologie est que, si l'on parle de probabilité, il n'y a pas eu à ma connaissance de recherche pour définir les corrélations que cette "discipline" prétend utiliser, à savoir la corrélation entre certains attributs de l'écriture et la personnalité des personnes ayant écrit. Si je décide a priori que la marque de voiture des gens et ce qu'ils mangent définit leur caractère, ai-je, sans le tester, une crédibilité à dire que:
    - ceux qui ont des Audi ont un égo plus grand que ceux qui ont des Peugeot
    - ceux qui mangent le plus de viande sont les plus agressifs...
    Evidemment, je peux justifier ces choix, avec des explications très logiques et crédibles (et aussi très basées sur des stéréotypes... ), mais ce n'est cependant pas très sérieux...
    Autant décider des embauches selon le visage des gens (avec le même genre de règles, pas juste à l'impression subjective: un pli aux commissures des lèvres, la personne est souriantes et affables, une fossette au menton: signe d'assurance, etc...): après tout, les traits du visage ne sont-ils pas marqués par les émotions? Ou, évidemment, on peut justifier l'utilisation de l'astrologie (là aussi on peut introduire des raisonnements très logiques... même si basés sur rien d'avéré).
    On pourrait aussi envisager de recruter les gens selon tout un tas d'autres idées farfelues mais qui semblent pourtant logiques: batterie de test demandant aux gens qui sont leurs héros préférés, quel est le premier mot commençant par K qui leur vient à l'esprit, test de préférence de parfums, de musiques ou de dessins (ça aussi ça "doit" refléter la personnalité non?), etc...

    Et, même si éventuellement on avait une corrélation, quelle qu'elle soit, quid des pauvres malheureux dont l'écriture ne serait pas en bonne corrélation avec leur véritable caractère (parce que, si on parle de statistiques, ça signifie aussi qu'on considère qu'il y a une part d'erreur)? Contrairement à un choix au hasard, on introduit un biais qui peut aller systématiquement toujours dans le même sens (le bon ou le mauvais) pour certains individus (ce qu'on peut sans problème qualifier de discrimination).

    Je recommande encore la consultation du site de psychologie sociale:
    http://www.psychologie-sociale.com/i...=190&Itemid=78
    Les résultats de cette expérience permettent de comprendre pourquoi les analyses graphologiques reçoivent encore un écho favorable. Elles se fondent sur la psychologie de sens commun.
    A propos du recrutement, il y a aussi des pages intéressantes:
    http://www.psychologie-sociale.com/i...=172&Itemid=76

    Bonne soirée,
    K
    Dernière modification par kinette ; 03/03/2013 à 22h26.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  24. Publicité
  25. #19
    invite765732342432
    Invité

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    il n'y a pas eu à ma connaissance de recherche pour définir les corrélations que cette "discipline" prétend utiliser, à savoir la corrélation entre certains attributs de l'écriture et la personnalité des personnes ayant écrit.
    Je prends quelques exemples "simples" rencontrés dans ma vie d'étudiant et/ou de fils de prof (je ne sais pas si ce sont des critères utilisés en graphologie) :
    - des coeurs à la place des points sur les "i"
    - un papier presque troué sur la totalité de l'écriture tellement il a appuyé fort en permanence
    - un papier troué essentiellement sur les barres de t et les points des i
    - une écriture en couleur rose
    Je sais que je n'ai pas mené d'études scientifiques en double aveugle, mais j'ai naïvement l'impression que ces personnes ne sont pas des "monsieur tout le monde".

    Autant décider des embauches selon le visage des gens (avec le même genre de règles, pas juste à l'impression subjective: un pli aux commissures des lèvres, la personne est souriantes et affables, une fossette au menton: signe d'assurance, etc...): après tout, les traits du visage ne sont-ils pas marqués par les émotions?
    Je pense que tu sais très bien que c'est effectivement le cas: lors d'un entretien d'embauche (je ne sais pas si tu en fais passer), absolument tout compte. Y compris les traits du visages, les gestes, etc.
    Et je pense que, comme tout le monde, tu as déjà fait une remarque (positive ou négative) sur une écriture. Ceci modifiant forcément un peu ton avis sur la personne.

    Après, que la graphologie (telle que codifiée) ne soit pas une science, je n'en ai aucun doute.
    Mais je trouve juste le rejet absolu ("tant qu'il n'y a pas d'étude crédible", mouarf !) de toute possibilité d'un lien partiel entre l'écriture et le tempérament, un peu exagéré.

    Et je répète que, hors de tout contexte scientifique, la qualité de l'écriture est un facteur que tout le monde prend en compte, même à son insu, comme plein d'autres critères non-scientifiques.

  26. #20
    myoper
    Modérateur

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    Je prends quelques exemples "simples" rencontrés dans ma vie d'étudiant et/ou de fils de prof (je ne sais pas si ce sont des critères utilisés en graphologie) :
    - des coeurs à la place des points sur les "i"
    - un papier presque troué sur la totalité de l'écriture tellement il a appuyé fort en permanence
    - un papier troué essentiellement sur les barres de t et les points des i
    - une écriture en couleur rose
    Je sais que je n'ai pas mené d'études scientifiques en double aveugle, mais j'ai naïvement l'impression que ces personnes ne sont pas des "monsieur tout le monde".
    Tout à fait, il y a plein de raisons qui motivent ou pourraient expliquer ces artifices éventuellement variables dans le temps et suivant les conditions et justement, personne n'a mis en évidence ce qui expliquaient ces artifices mais est-ce que ça autorise (scientifiquement) certains à affirmer n'importe quoi ?



    Mais je trouve juste le rejet absolu ("tant qu'il n'y a pas d'étude crédible", mouarf !) de toute possibilité d'un lien partiel entre l'écriture et le tempérament, un peu exagéré.
    Justement personne n'a dit ça mais on en est plutôt la:
    Citation Envoyé par myoper Voir le message
    Dès qu'il y aura des arguments validés ou des études scientifiquement valides qui montreront une quelconque cause à effet entre ce qui est vu et ce qui est affirmé par les graphologues.
    En d'autres termes, ce n'est pas parce qu'on suppose qu'une telle relation (écriture et "caractère psychologique") existe, que celle-ci existe, que celle-ci soit perceptible, que celle-ci soit analysable ou interprétable et enfin que ce que les graphologues racontent ait une quelconque pertinence.
    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    Et je répète que, hors de tout contexte scientifique, la qualité de l'écriture est un facteur que tout le monde prend en compte, même à son insu, comme plein d'autres critères non-scientifiques.
    On est d’accord la dessus, il y a plein de croyances diverses et variées de part le monde et une très très grande partie n'a rien ou quasiment rien de valide scientifiquement.

  27. #21
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    qcq qu'y n'utilise que la graphologie pour un tirer une conclusion phycholoqique est malhonnète.
    c'est en croisant les tests, que l'on peut eventuellement tirer des tendances.
    le caractère intro ou extraverti peut apparaitre.
    l'esprit de synthèse ....
    mais celà est à mettre en perspective en fonction des autres approches.

    et les bon psy sont très relatifs et prudents dans leurs analyses.

  28. #22
    shokin

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Alors comme ça, la graphologie voudrait simplement voir des corrélation là où il n'y en a pas.

    Votre écriture solfique va-t-elle révéler vos aptitudes musicales ? Et en écriture mandarine, ça sonne comme sa signifie ?

    Il est bien de rappeler divers biais : biais de confirmation, effet Barnum, biais de publication, biais rétrospectif, effet de récence, dissonance cognitive, etc.

    La graphologie est-elle utilisée uniquement pour établir un jugement (lors d'entretien d'embauche) ?

    On peut aussi être biaisé quand une personne, qu'on a l'habitude voir régulièrement, se met un jour à porter des lunettes noires. On va essayer d'interpréter pourquoi elle les porte, alors qu'elle voulait juste nous tester. Alors, en plus de s'imaginer des personnes "comme tout le monde" (normes), va-t-on s'imaginer des personnes "tous les jours la même attitude" ou "tous les jours la même écriture" ?

    Il y a une bonne nouvelle : de plus en plus de personnes abordent la psychologie sociale, sans être pour autant des psychologues.
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.

  29. #23
    myoper
    Modérateur

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par shokin Voir le message
    Alors comme ça, la graphologie voudrait simplement voir des corrélation là où il n'y en a pas.
    Ça ressemble finalement beaucoup à l'astrologie.

  30. #24
    noir_ecaille

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Les asiatiques jurent aussi beaucoup par le groupe sanguin ^^

    A ce train là, on a aussi la numérologie et la chiromancie.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  31. Publicité
  32. #25
    Ryuujin

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    qcq qu'y n'utilise que la graphologie pour un tirer une conclusion phycholoqique est malhonnète.
    c'est en croisant les tests, que l'on peut eventuellement tirer des tendances.
    le caractère intro ou extraverti peut apparaitre.
    l'esprit de synthèse ...
    je ne vois pas ce que la graphologie pourrait apporter en la matière.

  33. #26
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    je ne vois pas ce que la graphologie pourrait apporter en la matière.
    arretons d'être dans le tout ou rien.
    certaines écritures sont très simplifiée ( allant à l'essentiel sur la forme) par rapport à d'autres très alambiquées.
    trait que l'on peut retrouver dans la manière de s'exprimer ou de répondre à une question
    certaines ont très peu de ponctuation et/ ou pas de paragraphe, c'est un débit continu de mots.
    A l'inverse , on peut aussi noter les fin de phrase parfois très appuyées par un point qui troue la feuille.

    pour revenir sur ce qu'a dit un autre intervenant, on regarde bien l'attitude de la personne, ses silences, en cherchant à discerner peu ou prou son mode de raisonnement.

    j'ajoute un argument qui va surement déplaire.
    les écritures ne se ressemblent pas. et ce n'est certainement pas du à la répartition des muscles de la main !
    donc de dire que cela a probablement un sens n'est pas absurde.
    d'en tirer des conclusions abruptes l'est par contre.
    c'est la raison pour laquelle je parlais de recoupement entre différents types d' analyse de la personnalité.

    enfin, si les graphologues pensent que c'est une science, c'est leur problème.
    qu'un employeur en tire des conclusions définitives est plus inquiétant.
    ( j'ose espérer que celà n'existe que très rarement )

  34. #27
    MadMarx

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    j'ajoute un argument qui va surement déplaire.
    les écritures ne se ressemblent pas. et ce n'est certainement pas du à la répartition des muscles de la main !
    donc de dire que cela a probablement un sens n'est pas absurde.
    Là tu simplifies bien trop le problème ! On peut déjà noter qu'il y'a au moins 6 muscles différents ( je dis au moins, en partant du principe qu'on peut faire avec seulement 6, 4 pour le poignet et un pour chaque doigt qui tient le crayon ), et une large plage de variation du tonus musculaire pour exécuter la tâche étant donné que ça demande peu de force mais qu'on peut en mettre bien de trop. Ajoute à ça les variations dans le pilotage : plus ou moins bonne propriocéption, plus ou moins grande conscience de cette propriocéption, variations dans les capacités moteurs à la naissance, plus ou moins bons choix du cerveau pour conserver le contrôle pendant le mouvement ( pouvant impliquer des muscles qui n'ont rien à voir avec ce mouvement, comme biceps, triceps, deltoïdes, voir au délà, c'est tout à fait courant ) ... Et l'apprentissage se déroule sur une période de temps très longue ! bref, le nombre de paramètres impliqués est tellement grand qu'il n'est pas déraisonnable du tout de penser que le premier coupable pour les variations dans l'écriture c'est le hasard !
    Dernière modification par MadMarx ; 07/03/2013 à 15h02.

  35. #28
    Runjulia

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Bonjour,


    je ne puis retrouver la référence - parce qu'elle date - mais c'était une enquête du NouvelObs sur l'embauche des cadres en période de récession, et de cette enquête il ressortait qu'en cas de très large panel de travailleurs disponibles, les tests de sélection les plus bizarres au monde pour une embauche normale étaient pratiqués en plus des tests classiques, le plus courant étant le graphologie, les plus interpellants d'un point de vue éthique étant les tests de morphopsychologie, et comportementalistes appliqués (ou la cartomancie, astrologie !)

    Il y a donc fort à parier qu'en matière de sélection à l'embauche ce soit pourri !

    Par contre en sciences légales - mais avec de larges limites de réussite cependant - la graphologie est appliquée dans la mesure où (certaines mesures) il est difficile de contrefaire son écriture, il est assez difficile de contrefaire une autre écriture. Cependant le rendu de ces expertises sont rarement au-delà des soixante-dix pour-cent. Il s'agit alors de référencer dans un modèle mathématique et une modélisation des occurrences certaines et identiques. Parfois, cela aide.

  36. #29
    MadMarx

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Citation Envoyé par Runjulia Voir le message

    Par contre en sciences légales - mais avec de larges limites de réussite cependant - la graphologie est appliquée dans la mesure où (certaines mesures) il est difficile de contrefaire son écriture, il est assez difficile de contrefaire une autre écriture. Cependant le rendu de ces expertises sont rarement au-delà des soixante-dix pour-cent. Il s'agit alors de référencer dans un modèle mathématique et une modélisation des occurrences certaines et identiques. Parfois, cela aide.
    Graphométrie !!! Grrr ...

  37. #30
    Runjulia

    Re : La graphologie: quelle réalité?

    Re -

    Oh, pas de grr. La graphométrie oui j'admets l'erreur (le manque de précision et d'objectivité sont les mamelles de l'amateur !) Fait partie de la graphologie - enfin selon les "graphologues" : ils ne calculent pas mais délimitent des espaces (principalement le carré et le rond, un espace inférieur et supérieur, la droite et la gauche, intérieur et extérieur d'un arrondi).

    Quant à déterminer les capacités, ou les dispositions psy d'une personne, il y a peut-être des choses mais elles ne sont pas expérimentalement prouvées. De plus, l'écriture "enseignée" est un facteur dont il faut tenir compte. (une écriture anglophone est typiquement différente de la nôtre) comme l'a souligné un fsmeur.

    Donc, en conclusion : une possible utilisation scientifique de la graphologie par ses aspects graphométriques; une impossibilité de prouver un quelconque fondement scientifique à cette pseudo-science de psychologie comportementale, mais une certitude, notre écriture nous est propre, unique et changeante...à court terme, long terme ou circonstancielle (nous n'écrivons pas de la même manière en plein stress ou à tête et corps reposés, enfin en tous les cas pour moi).

    Comme dit quelqu'un, nous n'écrivons plus que rarement à la main. Mais certains employeurs aiment à connaître l'écriture du candidat, sa formulation, sa tournure (même si les modèles foisonnent sur l'internet).

    Cependant, alors que jadis adoratrice du porte-plume moderne (avec cartouche) j'ai bien perdu cet art écrit et ce plaisir un peu sensuel de l'encre sur le papier/////sensuré

Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Actu - Dossier : l'impression 3D, quelle réalité ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 04/06/2012, 11h10
  2. QR - Réalité virtuelle et réalité augmentée : quelle différence ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/01/2011, 19h57
  3. [Divers] crème à l'ADN : quelle réalité ?
    Par Simon31 dans le forum Biologie
    Réponses: 20
    Dernier message: 26/03/2008, 17h38
  4. Graphologie
    Par Chocolat dans le forum Psychologies (archives)
    Réponses: 6
    Dernier message: 01/10/2006, 14h43