Discussion fermée
Page 2 sur 4 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 111

Naturopathie ?



  1. #31
    kinette

    Re : naturopathie ?


    ------

    Citation Envoyé par simon50 Voir le message
    Avant, je croyait que les charlatans et autres personnes dans le genre ne représentait qu'une infime partie des médecines douce. Je croyait que la plupart des médecines douce était des théories n'étant pas forcément en contradiction avec la science, que c'était juste une façon différente d'aborder la santé.
    Salut Simon,
    J'ai la même perception que toi du problème.
    Je respecte les personnes qui transmettent des pratiques traditionnelles en ne prétendant pas tout savoir ni de faire des miracles, et qui sont intéressés par comprendre, qui ne rejettent pas le reste. Ces personnes sont généralement prêtes à collaborer avec des médecins. On trouve ceci tant pour l'hypnose que l'acuponcture, la phytothérapie... par contre j'ai jamais vu ça pour l'homéopathie

    Dans un autre sujet, debroglie66 nous donne un lien sur un article parlant d'une étude sur les effets placebo:
    http://www.lemonde.fr/sciences-et-en...ens_id=1019564
    Intéressant, mais quand même attention aux conclusions rapides journalistiques: une décharge électrique entraîne une douleur de courte durée. C'est le genre de douleur qu'on peut pas trop mal contrôler, supporter. Par contre a m'étonnerait que ça soit aussi efficace sur une douleur post-opératoire par exemple...

    K

    -----
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  2. Publicité
  3. #32
    flo1885

    Re : naturopathie ?

    l'effet placebo n'est pas une vue de l'esprit: il est puissant et c'est bien pour cela qu'il faut comparer une substance supposée pharmacologiquement active contre un placebo (ou le médicament référence)...

    en Asie certaines interventions chirurgicales peuvent se faire uniquement sous acupuncture... (j'en ai vu à Tu Yu quand j'étais externe 3 mois à Saïgon)

    bref ne soyons pas caricaturaux ni dans un sens ni dans l'autre: on ignore comment marche exactement l'effet placebo, on peut juste faire des suppositions; certes les médecines douces ne repose pas sur des mécanismes physiologiques explicités par A + B sur des souris, et on peut raisonnablement supposer que l'effet placebo explique la grande efficacité pour certains soucis, notamment ceux ceux liés à la douleur, au stress, etc.

    moi je ne suis pas là pour imposer MES croyances aux patients, ni pour changer les LEURS.

    j'essaye de respecter chacun dans ses convictions, et de les amener par la discussion et les explications que j'espère éclairées de la lumière des connaissances actuelles scientifiques vers ce qu'on appelle les bonnes pratiques:
    vacciner les enfants
    prévenir et dépister les cancers
    traiter efficacement ce qui doit l'être (antibio pour une angine à strepto) et ne pas traiter ce qui doit guérir tout seul (pas d'antio sur une angine virale)

    pour soigner au mieux un maximum de patients, je m'ADAPTE.

    alors ok l'homéopathie ça n'a jamais guéri un cancer ou un infarct, pathologies qui ne relèvent pas de ma pratique courante; pour des troubles bénins du sommeil je préfère les plantes et l'homéo aux psychotropes, sans parler de tous les NOCEBOS, tous ces médicaments pleins d'effets indésirables et qui ne servent à rien ou presque (genre biostim et consorts, genre veinotoniques, etc.)

    donc non je n'abdique pas, je reste empathique avec les patients et humble sur la science qui continuera à progresser (pensons aux étudiants en médecine qui poufferont dans 50 ans sur la médecine des années 2000, quelle bande de cro-magnons, qui croyaient tout savoir!!!)

    bon inutile de préciser qu'avec ce genre de pratiques je gagne pas terriblement ma vie

  4. #33
    Cécile

    Re : naturopathie ?

    Citation Envoyé par Vésicule Voir le message
    L'exemple d'une tumeur maligne devrait servir. Les symptômes sont diminués grâce à l'acupuncture, puis quand le patient décide d'aller consulter un médecin, car la douleur revient, le cancer est métastasique. Un charlatan n'a les compétences pour déceler un cancer ou toute autre maladie ou trouble.
    Je ne te parle pas de guérir un cancer avec l'acupuncture ! Je parlais de l'acupuncture dans les affections pour lesquelles elle a un rôle. J'avais bien pris la précaution de dire que pour les affections graves, il faut voir un médecin traditionnel.

    Difficile de suivre ce que tu racontes, et c'est faux. La médecine est a priori fondée sur une profonde connaissance du corps humain et des sciences de la vie.
    Regarde un peu l'histoire de la médecine. Elle s'est fondée sur un ensemble d'essais-erreurs, de savoirs-faires techniques, en combinaisons avec des avancées scientifiques. Croire que la médecine repose uniquement sur une connaissance du corps humain et des sciences de la vie, c'est faux. C'est un patchwork entre science, technique et art.

    Globalement, nous sommes tous faits de la même façon.
    Globalement, oui. En détail, non. Une personne réagira de telle façon à tel traitement, une autre réagira différemment. Et je pense que les bons médecins ne soignent pas tout le monde de la même façon, justement.

    Il y a donc des phénomènes cellulaires et biochimiques qui sont les mêmes pour tout le monde, avec quelques variations et quelques exceptions, ce que les scientifiques et médecins savent.
    Et tu crois vraiment que notre connaissance (limitée) des phénomènes cellulaires et biochimiques permet à elle seule de soigner ? Dans ce cas, ce n'est pas un médecin que tu dois aller voir quand tu es malade, c'est un biochimiste.

    La médecine passe par la connaissance scientifique > puis clinique (dont statistique) > et ensuite par sa pratique sur le patient selon son contexte.
    La médecine passe par l'analyse du patient, puis l'étude plus générale. Ce que tu décris, ce n'est pas de la médecine, c'est de l'épidémiologie.

    Très bon exemple...d'une mauvaise compréhension de la signifiance de la glycémie vs le diabète.
    Je ne dis pas que ce guérisseur soignait le diabète aussi bien que les médecins actuels, ni bien sûr qu'il comprenait ce qu'était le diabète. Je dis juste que sa pratique, qui amenait un mieux chez ses patients, était aussi bonne qu'elle pouvait l'être au vu des moyens dont il disposait, et qu'elle ne reposait pas sur une compréhension des mécanismes biochimiques, mais sur une observation minutieuse. C'est la partie "savoir-faire", qui ne suffit pas à avoir une bonne pratique de la médecine, mais sans laquelle la connaissance pure est tout aussi inutile.

  5. #34
    Cécile

    Re : naturopathie ?

    J'aime beaucoup l'analyse de Flo, qui est beaucoup plus modeste que ce que je peux lire de la part de Myoper, qui me semble avoir une vue très "scientiste" de la médecine.

  6. #35
    Khremy

    Re : naturopathie ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Je ne te parle pas de guérir un cancer avec l'acupuncture ! Je parlais de l'acupuncture dans les affections pour lesquelles elle a un rôle. J'avais bien pris la précaution de dire que pour les affections graves, il faut voir un médecin traditionnel.
    Mais c'est bien là qu'il peut y avoir des problèmes si le premier réflexe est de se tourner vers les "médecines parallèles" : si la méthode permet de calmer les symptômes, la personne en restera là pendant un temps qui peut être assez long pour que la maladie évolue.
    Ces méthodes peuvent être de bons substitus à des traitements traditionnels. Le coeur du problème est que les gens se tournent vers leur naturo/autre-pathe pour établir le diagnostic.

  7. #36
    simon50

    Re : naturopathie ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Je ne te parle pas de guérir un cancer avec l'acupuncture ! Je parlais de l'acupuncture dans les affections pour lesquelles elle a un rôle. J'avais bien pris la précaution de dire que pour les affections graves, il faut voir un médecin traditionnel.
    Mais il y a un problème : un charlatan, naturopathe ou autre, est INCAPABLE de faire la différence entre les affections grave et les affections bénigne.

  8. Publicité
  9. #37
    Quisit

    Re : naturopathie ?

    alors ok l'homéopathie ça n'a jamais guéri un cancer ou un infarct, pathologies qui ne relèvent pas de ma pratique courante; pour des troubles bénins du sommeil je préfère les plantes et l'homéo aux psychotropes, sans parler de tous les NOCEBOS, tous ces médicaments pleins d'effets indésirables et qui ne servent à rien ou presque (genre biostim et consorts, genre veinotoniques, etc.)
    Le problème c'est que dans ton rôle de medecin, tu valides aux yeux de tes patients la réalité de l'efficacité d'un pseudo traitement : Puisque c'est prescrit par un médecin, Homéo = médicament.
    C'est peut être pratique pour ce patient, mais que penser de la communication que ce patient peut faire à ses enfants, à sa famille, si son son référent valide une gogoscience ?

    On comprend pourquoi un des principaux travail de communication des labos tels boiron est de convaincre le médecin de famille : c'est du pur marketing viral, du "pervasive marketing"

    A mon sens le médecin prescrivant de l'homéo fait considérablement plus de tort qu'il ne le pense.
    Je comprend ta méthode d'endiguement (plutôt prescrire que laisser le patient se rencarder sur de pseudo traitements ailleurs) mais je pense que c'est une mauvaise stratégie, si il existe bien un ultime rempart à tout ça, il est chez le médecin.

    A mon sens il vaut mieux un placebo dont le patient ignore tout plutôt que d'en utiliser un qu'il pensera pouvoir maitriser ultérieurement sans son médecin, et l'automédication est le terrain de jeu favori de l'homéopathie et de la naturopathie. En ça je m'oppose a Cécile qui trouve ton propos si équilibré

    Au pire, si on sent le patient attiré coute que coute, lui prescrire tout en lui expliquant que ce n'est pas un remède : il a sa dose d'ésotérisme, sans le consentement du médecin.

    a mon sens le medecin est là aussi pour éviter la collusion gogomédecine / vraie médecine, ne pas cautionner que les charlatans s'habillent en blouse blanche et repeignent leur grigri en médicaments...

  10. #38
    myoper

    Re : naturopathie ?

    Je n'ai jamis prétendu résoudre tous les problèmes humains par la science, mais je défend un prérequis scientifique indispensable le plus élevé possible avant de prétendre soigner des gens. C.a.d. ce que les anglos saxon appelent l'Evidence Based Medicine.
    Qui voudrait prendre un avion piloté par quelqu'un qui ne pourrait le faire décoller que par hasard, ou faire construire sa maison qui ne resterait debout que par un coup de chance ? De meme, se faire soigner par quelqu'un qui va donner un traitement au hasard (car non évalué) ?
    Personnellement je considère que la santé est un bien précieux qui ne se confie pas a n'importe qui, n'importe comment. C'est le concept même de savoir faire et de métier. (et de sécurité).
    En effet, le médecin doit avoir une formation en biochimie et épidémiologie (entres autres, pour ne reprendre que ceux cités), car c'est grace a cela qu'il va pouvoir choisir au mieux, parmis celles qu'il juge les plus efficaces, la thérapeutique qu'il reconnait comme la plus appropriée pour son patient dans la pathologie présentée. Ce qui n'est absolument pas incompatible, bien au contraire, avec une médecine humaniste. Il n'y a pas d'arrogance a vouloir que la médecine (et les médecins) soient les meilleurs possible. Flo ne dit pas autre chose quand elle applique les bonnes pratiques (évaluées scientifiquement (c.a.d dans la réalité)), fait de la prévention (sur des bases scientifiques, pas au hasard), et traite efficacement (...) grace a son savoir acquis et sa formation continue. () Je ne pense pas qu'elle prétendrait soigner des gens sans cela. (... ?)
    C'est grace a leur expertise scientifique que les médecins font la différence entre placébos et autres thérapies, et encore grace a elle qu'ils peuvent mesurer leur ignorance (sinon, a quoi comparer ?) et donc se remettre en question (et se former) régulierement. Ce qui ne va jamais les empecher d'exprimer leur empathie face au patient. Si cette derniere qualité est hautement souhaitable, la formation scientifique est indispensable (et jamais remise en question) mais seule cette derniere peut s'aquerir.
    Il n'est pas question de remettre en cause le rebouteux du coin ou les remèdes de grand mère qui permettent d'éviter de médicaliser a outrance ce qui n'en a pas besoin et sont parfois tres utile. Et on peut, justement, le dire que si ils sont évalués (par ex, les "coupeurs de feu").
    Ce que je trouve symptomathique d'un raisonnement vicié, c'est qu'un débat sur la naturopatie se transforme en procès de la médecine qui doit se justifier.
    J'aimerais savoir ce que la naturopathie apporte que la médecine n'apporte pas ou ce qui est repoussant a ce point dans cette derniere pour la justifier, ne serait-ce qu'un peu ? Qu'elle est la pratique la plus arrogante, car la moins scientifique avec ses prétentions outrancières ?

  11. #39
    myoper

    Re : naturopathie ?

    Bonsoir Quisit, on s'est croisé.
    Tu viens de souligner une (apparente) contradiction: " valider aux yeux des patients la réalité de l'efficacité d'un pseudo traitement "
    La difficulté, je pense, est de trouver le placébo. En effet, si il est référencé comme tel, le patient le saura un jour ou l'autre. Et outre la fin de l'utilité de ce produit, la relation de confiance sera terminée (ou difficilement récupérable). Je pense qu'il n'y a pas d'autre moyen pour le médecin qui recherche cet effet pour son patient que d'utiliser un produit sans effets secondaires, référencé comme ayant une activité thérapeutique , meme non prouvée.
    Si un médecin jette dédaigneusement un produit, tres efficace, sur la table, il soignera (probablement et suivant la gravité) moins bien son patient qu'avec un produit non efficace qu'il aura pris la peine d'investir (avec empathie). Car il y a for a parier qu'outre un effet placebo important d'un coté, le premier médicament sera arrété au premier effet indésirable. (Ici, je pense, une grande partie de l'art médical).
    Le médecin est le premier médicament du malade.

  12. #40
    Corazon

    Re : naturopathie ?

    Je suis en bonne partie en accord avec les interventions précédentes, hormis certaines nuances sur les placebos.

    Flo, malgré l'estime que j'ai pour toi, il est certain que je suis en désaccord avec ta démarche. Toutefois, je vois en elle de l'humanisme, ce qui t'honore, et lequel humanisme doit toujours être présent dans la pratique de la médecine. Ce que tu as écrit m'a fait réfléchir. Mais comme dit dans les interventions précédentes, "endosser" de façon passive les pratiques ésotériques, va-t-il aider la médecine et, au bout du compte, les patients? Je crois que non.

    Lorsqu'un scientifique ou professionnel de la santé croule sous la pression de gens qui prônent l'ésotérisme au détriment de la science, il ne croule pas devant des confrères de travail qui prônent l'ajout d'une nouvelle approche pour soigner les gens: il croule devant des gens qui portent malheureusement ce qu'il y a de plus médiocre comme discours.

    C'est quoi l'idée de remettre la santé dans les mains de gens qui sont souvent démunis académiquement et scientifiquement (la plupart de ceux que je connais, n'ont jamais mis les pieds dans une université; sont surtout des gens à la recherche d'un emploi quelconque)? Quel est l'avantage? Pourquoi accepter un tel nivellement par le bas, qui nous renvoie avant l'âge de pierre de l'épistémologie...et surtout, de la médecine (faut juste reculer 50 ans en arrière pour voir comment la médecine moderne réussit réellement)? Et que doit être notre responsabilité face à tout cela?

    Je sais très bien pour le vivre ce qui t'a été exigé en termes de connaissances scientifiques avant d'avoir le droit de seulement adresser la parole à un patient. Pourquoi les ésotériques n'ont-ils aucune condition à remplir? Et qu'on les laisse maintenant manipuler la santé des gens, et les gens eux-mêmes, sans aucune impunité, sans qu'ils n'aient absolument rien à devoir prouver?
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  13. #41
    myoper

    Re : naturopathie ?

    Votre objection, vésicule et quisit, est tout a fait logique et fondée. Mais lorsque "l'expertise" du médecin (je préfére prendre un "il" hypothétique car ça doit etre chiant de se voir "jugé" (meme si ce n'est pas forcément entendu comme cela)) a conclu que le patient ne necessite pas de thérapeutique agressive, c.a.d. qui ne vaut pas la peine de prendre un risque d'effet secondaire quel qu'il soit, je ne voit pas comment ne pas lui donner un placebo ? Ce patient présente des symptômes, il présente une souffrance a son médecin et il ne peut pas entendre que ce n'est rien, ce qui voudrait dire qu'il invente ou délire. Nier cette souffrance serait l'adresser directement a une gogomédecine incontrolée a laquelle il risquerait de rester fidèle puis de promouvoir.
    Et donc, quoi lui donner ? Honnetement, je ne crois pas qu'on puisse faire autrement. Comme il est impossible et pas souhaitable de donner toute l'information dont dispose le médecin au patient, déja (souvent sur) informé par ailleurs, c'est ici que, grâce a sa formation et son expérience, l'art du praticien s'exprime. En effet, je pense qu'il ne doit pas, dans cet entretien singulier, prendre le rôle de vecteur de la pensée correcte, mais simplement soigner son patient et ne pas lui nuire. "Ne rien imposer au patient". (Flo, verset 32).
    C'est, pour l'instant, mon avis, subjectif, qui s'oppose la a l'objectivité scientifique. Mais, c'est la spécificité du médecin qui doit adapter cette derniere non seulement a la pathologie du patient, mais aussi au patient lui meme. La finalité étant de le soulager le plus rapidement possible.

  14. #42
    Corazon

    Re : naturopathie ?

    ...ça élargit le débat ça Myoper, car d'autres variables entrent en ligne de compte.

    Il y a plusieurs critiques de la "surmédicamention" en médecine. Mais d'un autre côté, plusieurs patients qui vont voir leur généraliste s'attendent à ressortir avec une prescription, sans quoi ils estimeront qu'ils n'ont pas été soignés, ou pire, que le médecin est incompétent et qu'il est passé à côté du diagnostic. C'est le cas de plusieurs patients, parmi ceux-ci:
    - patients hypochondriaques;
    - patients dont l'anxiété ou le stress semble être la cause des maux (maux qui alors relèvent davantage du "trouble" que de la "patho");
    - patients non hypochondriaques, mais qui s'attendent qu'à un diagnostic positif et à un traitement subséquemment concret.

    Dans les 2 premiers cas, il n'est pas rare, comme tu sais, que le médecin va prescrire un anxiolytique...qui pourra peut-être agir comme placebo en addition/combinaison de l'effet anxiolytique. La chose est discutable, mais quand le même patient, en bonne santé physique, en est rendu à son 5e ECG dans l'année (tous prescrits par des médecins différents)...

    Pour ma part, je crois que le patient a le droit en tout temps de savoir et de comprendre ce qu'il lui est prescrit (et non pas faire implicitement passer un anxiolytique pour un autre médicament). Et effectivement, comme tu dis, ne rien imposer. Informer le patient, et ensuite, c'est à lui de décider (sauf pour les enfants).

    Évidemment que tout médecin et tout scientifique ne va pas conseiller à un patient de ne pas, parallèlement, mener d'autres activités thérapeutiques, telles: la relaxation, le yoga, le sport, la spiritualité, la sexualité, la musique etc.. Plusieurs pistes laissent croire que toutes ces activités puissent être thérapeutiques. Là n'est pas la question. Je crois que l'on comprend tous ça.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  15. Publicité
  16. #43
    myoper

    Re : naturopathie ?

    Bonjour Vésicule,
    D'accord. Surtout cela:
    Citation Envoyé par Vésicule Voir le message
    ...Pour ma part, je crois que le patient a le droit en tout temps de savoir et de comprendre ce qu'il lui est prescrit
    Mais pour éviter cela (quand c'est possible ou préférable):

    Citation Envoyé par Vésicule Voir le message
    ... il n'est pas rare, comme tu sais, que le médecin va prescrire un anxiolytique...
    Je pense, et c'est personnel, que le médecin peut (doit) déroger au premier principe. (Effets secondaires non négligeable, etre le plus "leger" possible, ne pas nuire). C'est un médicament, trés particulier, mais c'en est un. Egalement l'impossibilité pour le médecin pour faire passer (dans la plupart des cas) l'information suffisante. Car c'est bien a l'ensemble de ses connaissances et expériences (c'est long, il faut le niveau et nimporte qui n'est pas destiné a etre médecin) qu'il a fait appel.
    Sinon, le dire au patient, plus ou moins directement. Meme avec précautions, il ne le prendra pas bien dans la plupart des cas, en tous cas, ceux qui auraient accepté l'anxiolitique. Les temps ne sont pas venus. C'est, par exemple, ces réactions assez épidermiques lues ici ou la, qui me font dire cela.
    La différence entre soigner scientifiquement et etre soigné scientifiquement. (?)
    Mais, ne serait ce pas une insulte au médecins que de discuter de cela dans le topic "naturopathie" ? (Déplacer la discution ?).

  17. #44
    kinette

    Re : naturopathie ?

    Citation Envoyé par flo1885 Voir le message
    l'effet placebo n'est pas une vue de l'esprit: il est puissant et c'est bien pour cela qu'il faut comparer une substance supposée pharmacologiquement active contre un placebo (ou le médicament référence)...

    en Asie certaines interventions chirurgicales peuvent se faire uniquement sous acupuncture... (j'en ai vu à Tu Yu quand j'étais externe 3 mois à Saïgon)
    Bonjour,
    Oui l'effet placebo est puissant. Pas non plus miraculeux, attention à ne pas tomber d'un excès dans l'autre...
    Seulement son utilisation me semble poser des problèmes éthiques: à quel point peut-on utiliser un tel effet pour soigner "honnêtement". Je pense que le problème se posait moins à l'époque où les patients ne cherchaient pas à tout prix à tout comprendre... sain ou malsain, je ne sais pas. Personnellement j'aime bien comprendre dans les grandes lignes, mais après pour le détail, je fais confiance (tout comme pour un garagiste ).
    Le fait qu'actuellement les gens aient envie d'avoir toute l'information (même s'ils sont en fait incapables de la comprendre) fait qu'il est certainement moins facile d'utiliser l'effet placebo avec un produit totalement anodin à moins de la vendre avec tout un emballage qui semble scientifique.
    Paradoxalement, ce sont ceux qui disent le plus rejeter le "science orthodoxe" qui me semblent le plus friands d'explications détaillées (même totalement fausses).
    Une chose à ne pas oublier non plus dans l'effet placebo est qu'il a plusieurs composantes, certaines réellement intéressantes en terme de santé (régulation de la douleur, effets physiologiques réels...), certaines bien plus liées à la psychologie: là on est plus proche de la manipulation. Par exemple une affection ne guérissant pas plus vite sous placebo sera quand même perçue comme "guérie par le placebo"... personnellement ça me pose aussi un problème éthique (et je suis bien contente de ne pas être médecin ).

    bref ne soyons pas caricaturaux ni dans un sens ni dans l'autre: on ignore comment marche exactement l'effet placebo, on peut juste faire des suppositions;
    Attention quand même à ne pas laisser la porte ouverte à tout un tas d'élucubrations (on sait combien ce genre de phrase est facilement compris de travers et repris n'importe comment).
    Les psychologues connaissent bien une part de l'effet placebo: celui de la perception déformée liée à une prédiction. Depuis qu'on a découvert que les placebos pouvaient aussi avoir des effets "réels", on finit par passer sous silence cet aspect psychologique qui a mon avis est pourtant loin d'être négligeable, surtout pour les petits bobos du quotidien...

    moi je ne suis pas là pour imposer MES croyances aux patients, ni pour changer les LEURS.
    OK, c'est louable. Le problème est: ne pas imposer, mais si on les renforce, est-ce acceptable?

    j'essaye de respecter chacun dans ses convictions, et de les amener par la discussion et les explications que j'espère éclairées de la lumière des connaissances actuelles scientifiques vers ce qu'on appelle les bonnes pratiques:
    vacciner les enfants
    prévenir et dépister les cancers
    traiter efficacement ce qui doit l'être (antibio pour une angine à strepto) et ne pas traiter ce qui doit guérir tout seul (pas d'antio sur une angine virale)
    C'est tout à ton honneur!

    alors ok l'homéopathie ça n'a jamais guéri un cancer ou un infarct, pathologies qui ne relèvent pas de ma pratique courante; pour des troubles bénins du sommeil je préfère les plantes et l'homéo aux psychotropes, sans parler de tous les NOCEBOS, tous ces médicaments pleins d'effets indésirables et qui ne servent à rien ou presque (genre biostim et consorts, genre veinotoniques, etc.)
    Euh, tu as vu où que le Biostim a des effets indésirables?
    Ce truc m'a toujours semblé pas trop différent d'un placebo (avec un beau raisonnement médical derrière). Bon j'en ai pris mais ne pourrais absolument pas dire si ça a fait quelque chose ou non (on dira que ça a coïncidé avec l'arrêt de bronchites annuelles persistantes, mais plein d'autres choses ont coincidé, alors...).
    Ah, j'ai trouvé le rapport qui a décidé du sort du médoc:
    http://agmed.sante.gouv.fr/htm/10/imuno/gtabio.pdf
    Apparemment y avait des cas de réactions préoccupantes au produit, effectivement.
    Le truc rigolo avec les retraits de ce genre de médicaments, ce sont les réactions des gens: certains se réjouissent en disant que le truc ne leur a apporté que des problèmes (un hiver avec plus de rhumes, et la conclusion c'est que le machin est inefficace ), tandis que d'autres se désolent car pour eux "c'était vraiment efficace".
    Et on peut lire des interventions hallucinantes genre:
    http://www.e-sante.fr/fr/forums_sant...12786-35-1.htm
    "Il n'y en a plus sur le marché ... apparemment il etait suspecté aussi de risque ESB (vache folle) à cause de ses origines..."
    "selon mon médecin, c'est le risque d'augmenter la résistance aux antibiotiques qui est à l'origine du retrait."
    Voir aussi:
    http://www.ruedesenfants.com/forums2...tim-vt712.html
    http://forum.aufeminin.com/forum/fit...2-Biostim.html
    http://forum.doctissimo.fr/sante/ast...t_146487_1.htm
    On pourra remarquer que l'évaluation d'un produit par un patient est généralement basé sur "j'ai pris le produit et je n'ai pas été malade/j'ai été malade"...
    Évidemment dans ce genre de discussion on voit toujours apparaître les prosélyte de la solution "naturelle":
    "Ceux qui utilisent les produits naturels, comme les HE, n'ont pas ce type de problème.
    Pour les infections respiratoires, les Huiles essentielles offrent une solution bien moins dangereuse et bien plus efficace.
    Qui n'a jamais vu une toux arrêtée en 5 minutes, ne sait pas ce qu'est une médecine efficace."
    (évidemment on passe sous silence que les huiles essentielles ne sont pas des produits sans effets secondaires ...)

    bon inutile de préciser qu'avec ce genre de pratiques je gagne pas terriblement ma vie
    Là j'avoue que je ne comprends pas: tu présentes ton revenu comme une conséquence de ta pratique de la médecine (prescription de placebos et autres traitements alternatifs en fonction du patient). Je ne vois pas en quoi ça diminuerait ton revenu. Ce qui peut changer la donne est le temps passé par consultation, ou la satisfaction et le retour (ou non) du patient.

    Votre objection, vésicule et quisit, est tout a fait logique et fondée. Mais lorsque "l'expertise" du médecin (je préfére prendre un "il" hypothétique car ça doit etre chiant de se voir "jugé" (meme si ce n'est pas forcément entendu comme cela)) a conclu que le patient ne necessite pas de thérapeutique agressive, c.a.d. qui ne vaut pas la peine de prendre un risque d'effet secondaire quel qu'il soit, je ne voit pas comment ne pas lui donner un placebo ? Ce patient présente des symptômes, il présente une souffrance a son médecin et il ne peut pas entendre que ce n'est rien, ce qui voudrait dire qu'il invente ou délire. Nier cette souffrance serait l'adresser directement a une gogomédecine incontrolée a laquelle il risquerait de rester fidèle puis de promouvoir.
    Et donc, quoi lui donner ? Honnetement, je ne crois pas qu'on puisse faire autrement. Comme il est impossible et pas souhaitable de donner toute l'information dont dispose le médecin au patient, déja (souvent sur) informé par ailleurs, c'est ici que, grâce a sa formation et son expérience, l'art du praticien s'exprime. En effet, je pense qu'il ne doit pas, dans cet entretien singulier, prendre le rôle de vecteur de la pensée correcte, mais simplement soigner son patient et ne pas lui nuire. "Ne rien imposer au patient". (Flo, verset 32).
    Je pense que Flo a pas mal expliqué le problème de l'adaptation au patient... personnellement je préfère rentrer chez moi avec aucune prescription, si j'apprends que ce que j'ai va s'arranger tout seul

    Myoper, si on coupe la discussion, à partir de quel message?

    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  18. #45
    Quisit

    Re : naturopathie ?

    Votre objection, vésicule et quisit, est tout a fait logique et fondée. Mais lorsque "l'expertise" du médecin (je préfére prendre un "il" hypothétique car ça doit etre chiant de se voir "jugé" (meme si ce n'est pas forcément entendu comme cela)) a conclu que le patient ne necessite pas de thérapeutique agressive, c.a.d. qui ne vaut pas la peine de prendre un risque d'effet secondaire quel qu'il soit, je ne voit pas comment ne pas lui donner un placebo ? Ce patient présente des symptômes, il présente une souffrance a son médecin et il ne peut pas entendre que ce n'est rien, ce qui voudrait dire qu'il invente ou délire. Nier cette souffrance serait l'adresser directement a une gogomédecine incontrolée a laquelle il risquerait de rester fidèle puis de promouvoir.
    Et donc, quoi lui donner ? Honnetement, je ne crois pas qu'on puisse faire autrement. Comme il est impossible et pas souhaitable de donner toute l'information dont dispose le médecin au patient, déja (souvent sur) informé par ailleurs, c'est ici que, grâce a sa formation et son expérience, l'art du praticien s'exprime. En effet, je pense qu'il ne doit pas, dans cet entretien singulier, prendre le rôle de vecteur de la pensée correcte, mais simplement soigner son patient et ne pas lui nuire. "Ne rien imposer au patient". (Flo, verset 32).
    Je ne vois pas en quoi le refus d'une gogothérapie impose de nier la souffrance, même psychosomatique ou autres d'un patient.
    Ensuite il y a une surestimation du patient : celui qui est capable de se renseigner suffisament pour apprendre que le placébo qu'il prend en est bien un, peut très bien apprendre la même chose de l'homéopathie, et donc penser la même chose de son medecin (il nie ma douleur, il m'expédie avec un placébo)

    Si réellement ça ne tenait qu'à ça, alors pourquoi ne pas créer deux gammes de placébo, le "violent" ayant tout les aspects d'un vrai médoc, afin de rassurer l'hypocondriaque, et le naturel, avec posologie complexe et garanti sans effet secondaire.

    l'avantage de cette pratique serait que dans les deux cas l'automédiaction serait impossible, et les pharmacien tenus de ne pas révéler le statut placébo, inutile de jouer le jeu d'une gogomédecine qui paralèllement tape à bras raccourcis sur la médecine traditionnelle et incite autant qu'elle le peut (et heureusement qu'elle est limitée par la loi) à l'automédication, jouant sur les termes jusqu'à franchir à mon sens la ligne jaune (contre les états gripaux, gogogripe et hop ! 3000 vieux y laissent la peau chaque année... gogogrippe, un médicament homéo cautionné par monmedecin de famille)

  19. #46
    myoper

    Re : naturopathie ?

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Myoper, si on coupe la discussion, à partir de quel message?
    C'est la ou je suis bien content de pas etre modérateur .

    Citation Envoyé par Quisit Voir le message
    Je ne vois pas en quoi le refus d'une gogothérapie impose de nier la souffrance, même psychosomatique ou autres d'un patient.
    Ce que je veux dire par la, c'est que le patient veut une réponse, et dans la plupart des cas; thérapeutique.
    C.a.d; que lui expliquer que c'est "dans sa téte", passager, du au stress, etc... et qu'il n'existe pas de traitement allopathique correspondant ne lui convient pas. Si certains pourront l'entendre, beaucoup ne le pourront pas et on ne peut leur faire faire une formation pour les en persuader. Bien souvent, meme, il faudra en passer par des examens complémentaires inutiles pour le rassurer. (ça, ça doit couter cher ...).

    Citation Envoyé par Quisit Voir le message
    Ensuite il y a une surestimation du patient : celui qui est capable de se renseigner suffisament pour apprendre que le placébo qu'il prend en est bien un, peut très bien apprendre la même chose de l'homéopathie, et donc penser la même chose de son medecin (il nie ma douleur, il m'expédie avec un placébo)
    Oui, tout a fait, mais l'homméopathie a une place de choix: toujours reconnue comme médicament, remboursée et avec une grosse communication positive (labos, médias ...). Certains patients voudront y croire, d'autres non, donc, ce n'est, de toute façon, pas une solution universelle.

    Citation Envoyé par Quisit Voir le message
    Si réellement ça ne tenait qu'à ça, alors pourquoi ne pas créer deux gammes de placébo, le "violent" ayant tout les aspects d'un vrai médoc, afin de rassurer l'hypocondriaque, et le naturel, avec posologie complexe et garanti sans effet secondaire.
    Je pense qu'un placébo commercialisé en tant que tel ne ferait pas long feu, meme si le pharmacien jouait le jeu. Je ne lui donnerait pas un mois avant de passer au 20h.

    Citation Envoyé par Quisit Voir le message
    , inutile de jouer le jeu d'une gogomédecine qui paralèllement tape à bras raccourcis sur la médecine traditionnelle et incite autant qu'elle le peut (et heureusement qu'elle est limitée par la loi) à l'automédication, jouant sur les termes jusqu'à franchir à mon sens la ligne jaune (contre les états gripaux, gogogripe et hop ! 3000 vieux y laissent la peau chaque année... gogogrippe, un médicament homéo cautionné par monmedecin de famille)
    Je te suis a grand pas et approuve.
    Je pense que l'on peut tous etre d'accord sur l'utilité du placébo et le fait qu'il soit manipulé (le plus possible) par le professionnel de santé.
    Maintenant, ou le trouver ?
    Comment le délivrer ?
    Je dirait qu'une grande partie de l'habileté du praticien est de le prescrire avec sufisament de conviction sans pour cela cautionner la classe thérapeutique d'ou il est issu. (Sait-on jamais..., chez vous en ce moment..., exceptionnellement dans ces conditions..., etc...). Je vous dis qu'ils sont balaises, ces toubibs. Bien sur dans le cas ou il est utile.
    (Pour la grippe, précisément, je ne sais pas, mais dans le doute ou le patient refuserait le vaccin classique, au vu de l'effet placébo constaté dans les maladies infectieuses, je dirais d'accord pour l'homéo (Si rien d'autre n'est accepté). Il faudrait pouvoir savoir combien de gens accepteraient quand meme le vaccin classique si l'homéo n'existait pas.?)

    J'appele cela une impasse.

  20. #47
    Corazon

    Re : naturopathie ?

    Vraiment moi je me refuse à cette idée. En ce qui concerne le médecin et son patient, si ce dernier se rend compte qu'on lui a menti et qu'on l'a prit pour une dinde, la relation de confiance s'arrête là, avec les conséquences que cela implique (à terme, ce peut être la relation de confiance envers le monde médical en général). La relation de confiance est une condition sine qua non à la pratique médicale.

    Faut voir la réaction de gens qui se rendent compte au bout de quelques semaines, que ce qu'il leur a été prescrit est un anxiolytique (alors que le médecin ne l'a jamais présenté comme tel). Certains sont choqués, et ils ont raison. Car non seulement ils ne croient pas qu'ils ont un problème anxieux - car le médecin ne leur a pas expliqué (faut parfois expliquer avec beaucoup d'effort et de conviction qu'il y a peut-être un problème d'origine psychique), mais en plus, ils se sont fait "avoir" sur le dos de la confiance qu'ils avaient envers le médecin.

    D'ailleurs, comment prescrire un placebo alors que d'une part, on ne comprend pas vraiment bien l'efficience et la portée d'un placebo, et que d'autre part, on ne sait même pas s'il y aura un effet placebo.

    Habituellement, là où la prescription du placebo devient théoriquement pertinente, c'est aussi là où le médecin peut s'intéresser à l'environnement du patient (ce qu'il doit toujours faire de toutes façons) et voir ce qui pourrait y être problématique puis amélioré. Ça s'appelle traiter le patient, et faire de la médecine, plutôt que de donner au pif une granule de sucre, qui aura peut-être un effet placebo le temps que la prescription dure.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  21. #48
    Corazon

    Re : naturopathie ?

    ...il y a certaines nuances toutefois en ce qui concerne le milieu hospitalier et les personnes âgées (attention, re-nuances), certains cas en psychiatrie.


    Pour donner une exemple de ce que cela peut donner dans la pratique courante, un cas bien réel (on sort un peu du sujet):

    Un pt se plaint de malaises à l'endroit d'un organe Y, pendant X temps; le médecin fait passer les examens requis. Tout est négatif, et rien de pathologique n'est décelé. Tout le tableau semble être clairement et typiquement celui de l'anxiété. Ce que le médecin diagnostique avec facilité. Jusque là, tout va. Le médecin prescrit alors un anxiolytique...sans dire qu'il s'agit d'un anxiolytique; le patient croyant que le médicament est destiné à guérir ses malaises directement à l'organe cible.

    Dans les jours et semaines qui suivent, le patient, faisant partie d'une petite communauté, raconte à tout le monde que son problème a rapidement été réglé par le médecin grâce au médicament (car effectivement, l'anxiolytique a réglé ponctuellement le problème). Tout va bien, jusqu'au jour où il raconte cette histoire devant des gens, dont l'un d'entre eux est un ancien employé d'hôpital...et explique alors au patient et devant tous...qu'il s'agit d'un anxiolytique.

    Ça peut sembler anodin, mais de par sa culture, ce fut un véritable choc et une honte pour le patient. À tort ou à raison, il s'est senti profondément humilié. Pour lui, le médecin s'était trompé de diagnostic, en plus d'être responsable de son humiliation publique. Je crois que le pt avait alors cessé sa médicamentation et à instant. Le pt n'avait aucune compréhension de ce qu'était l'anxiété (l'associant même aux "psychopathes") et ses effets potentiels, cela ne lui ayant jamais été expliqué. Ce qui est certain, c'est que la relation de confiance s'est brisée.

    C'est ce genre d'exemple (parmi plusieurs autres) qui me fait dire qu'il vaut mieux dire toute la vérité au patient, lui dire ce qu'il semble avoir et ne pas avoir, et l'accompagner dans une démarche de compréhension et d'acceptation de ce qu'il a réellement; pour ensuite proposer une thérapie s'il y a lieu.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  22. Publicité
  23. #49
    myoper

    Re : naturopathie ?

    Oui a tout, en gros (parce que tu viens de souligner que chaque cas est particulier).

    La "vérité" dite au malade se situerait (a peu près) entre lui et sa plainte, l'état des connaissances et la réalité thérapeutique.
    (Et ce que le patient est capable d'entendre)
    Le but étant d'éviter les traitements inutilement risqués, agressifs ... (D'abord, ne pas nuire).
    L'agent Mulder l'avait bien compris ...

  24. #50
    paultergat

    Re : naturopathie ?

    Bonjour, pour ma part, c'est un peu la même chose en ce qui concerne la plongée soudaine d'une des membres de ma famille dans le monde de la naturopathie...Les liens se sont distandus, la rupture a failli être consommée. Le tout naturel n'a plus de limite, les amis on changé et sont tous dans ces "mouvance", la société, les médias, les politiques,les secientifiques, les médecins... c'est la théorie du complot généralisé et permanent, sauf quand les informations flattent sa théorie...Si ce n'est pas sectaire, on en est pas loin. En plus, halte aux vaccinations...Pour ma part, je suis un peu inquiet quand même.
    Cordialement.
    Paultergat

  25. #51
    myoper

    Re : naturopathie ?

    Bonjour a toi,
    Citation Envoyé par paultergat Voir le message
    ...Les liens se sont distandus, la rupture a failli être consommée. Le tout naturel n'a plus de limite, les amis on changé ... c'est la théorie du complot généralisé et permanent, sauf quand les informations flattent sa théorie...Si ce n'est pas sectaire, on en est pas loin. En plus, halte aux vaccinations...Pour ma part, je suis un peu inquiet quand même.
    Et il y a de quoi, ce fil évoquait l'aspect non scientifique (et potentiellement dangereux) de ces thérapies, mais l'aspect que tu évoques est peut etre pire dans le sens ou si la santé est (quand méme ?) préservée, la famille souffre (quotidiennement ?).
    Depuis l'essort d'internet, la promo de ces médecines est devennue tres facile. Un des forumeurs de Futura nous déniche des choses hallucinantes.

  26. #52
    Corazon

    Re : Naturopathie ?

    Pour un quelconque effet positif d'Internet sur la santé, de manière globale, moi je n'y crois pas. Ça amène beaucoup plus de confusion auprès de la population, qu'autre chose (en plus d'encourager davantage les hypochondriaques, ce qui a un impact majeur sur le système de santé).

    Pour revenir effectivement sur ce mouvement anti-vaccination, on est tellement loin du factuel et du bon sens. Si nos parents ne nous avaient pas fait vacciner, plusieurs d'entre nous ne seraient même pas ici aujourd'hui. C'est du délire.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  27. #53
    myoper

    Re : Naturopathie ?

    Bonsoir a toi aussi,
    Je suis d'accord. Je fais la quand meme difference entre la personne qui va utiliser telle placébothérapie pour éviter un traitement agressif avec controle médical avant et apres et celle qui va l'utiliser (quasiment) inconditionnellement et sans discernement. C'est la raison principale pour laquelle je suis contre la diffusion (large) de ces "recettes".
    Alors que la médecine s'interdit de porter un diagnostic ou un traitement sur internet, par exemple, les autres thérapies se le permettent (et largement). Et lorsque l'inefficacité ou l'absence d'évaluation est montrée, les qualificatifs pour la stigmatiser ne manquent pas. Ensuite, on se retrouve avec une couverture vaccinale de l'hepatite B, en france, parmis les plus mauvaises, etc ...

  28. #54
    paultergat

    Re : Naturopathie ?

    Merci pour vos réponses, celà fait du bien de retrouver des gens de bon sens.
    Autre exemple de comportement inquiétant. Ce membre de ma famille a un enfant de deux ans.le consensus à la société qui a été fait est que sociabilisé, et au contact d'autres enfants, le chérubin évoluait plus vite. Un placement en structure collective a été quand même été décidé.Le risque d'être pollué au contact des autres, et de recevoir une éducation indigne , a été décrété moins néfaste qu'un isolement total, à condition d'assurer un réajustement et un débriefing de l'enfant à la fin de chaque journée. Problème, les vaccins...la préoccupation majeure est aujourd'hui de trouver un médecin qui acceptera d'attester d'une incompatibilité avec les vaccins, et d'établir le certificat nécéssaire à la collectivité...
    Je passe sur les autres "délires" ....

  29. Publicité
  30. #55
    balaji

    Re : Naturopathie ?

    Le message initial prouve qu'il y a des forcenés des deux côtés; celui de la naturopathie qui comporte d'excellent praticiens en dépit de la non reconnaissance en France et celui de la science avec cet étudiant armé de ses découvertes universitaires et qui dénigre un peu ce qu'il ne connaît pas.
    S'il est possible de dénigrer la naturopathie c'est d'abord parce que c'est encore un art marginal en France (progressivement les pays européens s'ouvre à son aspect préventif mais la France sera sans doute encore la dernière). La seconde raison qui rend le dénigrement possible c'est la présence de nombreux charlatans au sein de la profession des naturopathes. Ceci pour la simple raison qu'elle n'est pas contrôlée.
    Beaucoup sont "auto baptisés" et son généralement incapable d'en appliquer les principes de base. Bien sûr ces gens là racontent n'importe quoi et donnent prise à des réactions qui atteignent des professionnels ne méritant pas cela.
    Il faut donc ici séparer le bon grain de l'ivraie et reconnaitre que les praticiens de santé naturelle dont l'action préventive est encouragée par l'OMS sont utiles et représentent une profession d'avenir. Le tout est de régler le problème de leur formation. Il existe beaucoup d'écoles en France mais peu sont capable d'assurer leur mission de former ces vrai éducateurs de santé que sont les naturopathes.

  31. #56
    myoper

    Re : Naturopathie ?

    Citation Envoyé par balaji Voir le message
    la naturopathie qui comporte d'excellent praticiens en dépit de la non reconnaissance en France et celui de la science avec cet étudiant armé de ses découvertes universitaires et qui dénigre un peu ce qu'il ne connaît pas.
    S'il est possible de dénigrer la naturopathie c'est d'abord parce que c'est encore un art marginal en France .
    La naturopathie fondée sur quelles bases scientifiques ?
    Pouvant se prévaloir de quelles études ?
    L'étudiant a raison: il n'y a rien a connaitre. Sauf les risques.

    Surtout quand on constate qu'après quelques semaines de "formation", les naturopathes se déclarent capable de guérir et soigner.
    Un art n'a rien a faire en médecine même si cette dernière est considérée comme l'art d'appliquer et utiliser le meilleurs des traitements validés et éprouvés sur de grands nombres a une seule personne dans son cas particulier.
    Ce qui est totalement différent.

    D'ailleurs, pour avoir "d'excellent" praticien, il faudrait une base scientifique pour pouvoir comparer leur efficacité.
    Dernière modification par myoper ; 20/05/2009 à 13h42.

  32. #57
    balaji

    Re : Naturopathie ?

    Les mêmes bases scientifiques que celles de la médecine avant Pasteur. Le principe de précaution français tue les progrès.
    S'il n'y a à connaître que les risques alors pour la médecine aussi. Si un seul naturopathe générait une conséquence mortelle on le clouerait au pilori. Et la médecine ?
    Les formations ne durent pas que quelques semaines mais de 3 à 4 années sur 1500 heures. Alors, encore une fois il ne faut pas confondre les charlatans qui se disent naturopathes et les vrais praticiens.
    Si les formations ne sont pas codifiées c'est à cause du protectorat médical.
    En Angleterre un patient peut demander à consulter son naturopathe. L'Italie, l'Espagne et la Suisse ont commencer à intégrer la naturopathie.
    La chose à comprendre c'est que le rôle des naturopathes n'est pas de soigner les maladies mais de faire de la prévention et d'optimiser la gestion organique globale.
    Voilà, je n'interviendrai plus car il y a trop de décalage entre les discours que l'on trouve ici et la réalité.

  33. #58
    myoper

    Re : Naturopathie ?

    Citation Envoyé par balaji Voir le message
    Les mêmes bases scientifiques que celles de la médecine avant Pasteur.
    Je me disais aussi...
    On a fait tellement de progrès depuis que c'est même inutile d'en discuter autrement que dans le cadre d'un devoir de philo.

    Citation Envoyé par balaji Voir le message
    Le principe de précaution français tue les progrès.
    Il n'y a justement pas de principe de précaution en médecine. Depuis Pasteur on a appris a faire une balance entre les risques et les bénéfices. Ce qui, au passage, permet de voir quelles sont les thérapies qui n'ont strictement aucune activité.
    Et revenir avant Pasteur est une régression, pas un progrès.

    PS: 1500 heures a 50 heures par semaine (je parle de travail), ça prend moins d'un an.

  34. #59
    ELIELI59

    Re : Naturopathie ?

    Bonjour,

    Je retrouve ce "vieux" message et j'y souscris totalement.

    Son auteur serait-il encore sur le forum ? Si oui j'aurais bien aimé le contacter car j'aurais des choses intéressantes à lui dire.

  35. #60
    simon50

    Re : Naturopathie ?

    Bonjour.
    Cela fait un moment que je n'avait plus posté sur futura-sciences...

    Pour en revenir au sujet principal de la discussion, il faut que je remettent les choses à jours : en presque 2 ans, la situation a pas mal évoluée...

    La personne de mon entourage, qui suivait une formation de "naturopathe" à l'époque, a depuis terminé ces études.
    Contrairement à ce que pourrait induire les écrits de balaji l'année dernière (je n'avait pas vu le message à l'époque), la personne de mon entourage a suivit une formation que l'on pourrait qualifier de longue pour le milieu : environ 4 ans avec stages, colocs, etc...
    Elle a donc suivit, si l'on en croit balaji, une formation "légitime", qui selon lui ne forme pas des charlatans.
    Tout ce qui suit donc peut être considéré comme validé par la plupart des naturopathes qui se considèrent comme non charlatans.

    --------------------------------------------------------------------------
    Pour répondre à myoper, 1500h en 4 ans n'est pas contradictoire : la plupart des personnes suivant ces formations ne sont pas de jeunes étudiants en formation initiale, mais des personnes en reconversion professionnelle (le plus souvent provenant de secteurs littéraire comme secrétaire, ...). Les horaires de la formation sont donc adaptés à ce genre de clients, comme les mères de famille : cours d'à peine 1 heure 2 soirs dans la semaine, 2 jours de cours intensif une fois par mois, etc...
    (Remarque : ceci ne prouve pas que la formation est conséquente. Cela permet d'expliquer les 1500h en 4 ans.)
    --------------------------------------------------------------------------

    Pour en revenir à nos moutons, la personne de mon entourage (que j'appellerai mme X par soucis de lisibilité et d'anonymat), a finit sa formation et est en train de chercher à fonder son "cabinet" (sous la forme d'une association loi 1901).
    Elle a commencé à "soigner" certains patients. Ou plutôt, comme ils appellent ça dans leurs jargon, détoxifier ses premiers patients.
    Elle nous a confié que ses premiers patients revenaient la voir se plaignant que son traitement les avaient rendu malade. Elle ajoute ensuite que tout ceci est normal : "le fait qu'ils soient malade montre que le traitement agit : ce sont les mauvaises toxines qui sortent du corps"...
    Non content de notre étonnement, elle ajoute : "J'espère qu'ils comprendront que c'est pour leurs bien"...

    Après recherche, c'est effectivement dans les dogmes de la naturopathie : un patient est, selon les naturopathes, envahie de "toxines" provenant de notre alimentation et de notre mode de vie occidental. Ne leur demandez pas de préciser ce qu'ils appellent toxine : ils seront incapable de vous l'expliquer. En fait ce terme regroupe à peut près tout : métaux lourds, cholestérol, amiante, mauvaises ondes électromagnétique...
    Le but d'un traitement "naturel" est d'éliminer ces "toxines" par différents procédés, comme des pilules aux algues, des régimes aux légumes bio, lavements, jeûnes...
    Lors de cette "détoxification", le patient tombe malade, à l'instar d'un drogué en désintoxication...

    Au moins, cette façon de voir les choses a un mérite :
    le patient ne tombe pas malade => le traitement marche
    le patient tombe malade => le traitement marche
    Dans ces conditions, pas de raison de remettre en cause le dogme...

    Et quand on sait ce que mme X donne à ses patients, on comprend pourquoi ils tombent malade... A la fin du repas familial de Noël, elle sort une bouteille contenant un produit trouble. Devant notre regard interrogatif, elle répond que c'est une huile à base d'extraits d'une certaine plante. Cette huile (dont j'ai oublié le nom de la plante) a, selon elle, pour effet d'améliorer la digestion et de faciliter le sommeil. Quatre gouttes dans la tisane et on est censé mieux digérer et mieux dormir...
    Elle a fait passer le flacon dans l'assistance et j'ai pu sentir le "produit" et lire l'étiquette. Pour l'étiquette rien de précis : le nom de la plante, suivit de la mention "contient 95% d'alcool et traces de sucre". Pas de précisions sur la concentration ou autre.
    Pour l'odeur, c'était assez étrange : il y avait une forte odeur d'éthanol (normal), avec une odeur que j'identifierai comme à cheval entre l'acétone et le benzène...
    Mais elle était très fière d'annoncer que ce produit était naturel...

    Elle est revenu nous voir avec son mari il y a quelques semaines. Je croit que cette fois-ci, c'était le pompon...
    Le repas commence fort lorsqu'elle me demande le nom de ma formation. Je lui répond que je suis en licence de physique-chimie mention chimie et environnement.
    Quelle ne fut pas sa réaction lorsqu'elle entendit "chimie et environnement"... Elle me répond : "mais ça ne veut rien dire !! Ce qui est naturel n'est pas chimique !!"
    Sur le coup il faut avouer que ça énerve un peu... J'ai eu beau lui expliquer que tout est chimique, des plastiques à la division cellulaire en passant par la digestion ou le traitement des eaux, pas moyen de lui faire entendre raison... Pour elle le sujet n'avait même pas lieu d'être, elle avait forcément raison et le nom de ma formation universitaire ne voulait rien dire.

    Plus tard dans la soirée, on apprend qu'elle veut acheter de l'absynthe pour confectionner ses propres flacons "d'huile". Le même type que celui qu'elle nous avait montré, mais avec d'autre plantes... Je n'ai pas osé demander dans quelles conditions elle souhaitait préparer sa solution : quelle méthode d'extraction, comment doser la quantité d'extrait de plante dans le mélange, etc... Mais je soupçonne qu'il y a une forte intervention du "pifomètre" et que les concentrations risquent bien d'être aléatoire, et les actions sur l'organisme de même...

    Pour finir la soirée, elle nous apprend qu'ils viennent de refuser l'achat d'une superbe maison à cause de la présence d'un transformateur électrique de quartier à quelques centaines de mètres de la maison.
    Elle a ajouté qu'en plus le transfo étant placé au sud, c'était encore plus mauvais que s'il était à l'ouest...
    Je n'ai put n'empêcher de demander pourquoi. Elle me répondit qu'elle avait contacté par e-mail 2 magnétiseurs qui lui avaient alors demandés la distance et l'orientation du transfo. Et comme ils avaient tous les deux répondu la même chose, c'était forcément vrai...
    Je lui ai alors répondu, "OK, mais ça n'explique toujours pas pourquoi c'est plus mauvais pour la santé s'il est sud et que c'est moins mauvais s'il est à l'ouest."
    Elle me répond qu'elle n'en sait rien et que ces magnétiseurs doivent bien connaitre leurs métier...
    S'en est suivit 20 minutes de sermons comme quoi je me mêlait de choses qui ne me regardait pas, que cela me ferait du bien de croire les gens sur paroles plus souvent et que je devrait essayer d'être plus ouvert d'esprit...
    Tous ça pour un peut trop de curiosité...
    ______________________________ ______________________

    Bref, plus le temps passe, plus mme X s'enferme dans son dogme. Pour elle c'est du "tu est avec moi ou contre moi". Si tu n'adhère pas au tout naturel tu n'est qu'un ignorant borné à la botte des industriels et des lobbys pharmaceutiques qui nous empoisonnent...
    Et malheureusement, force est de constater que ces pratiques sont en plein essors. Elle sont portés par la mode de l'écologie et la mode du tout bio, que les gens amalgament au "tout naturel"...
    Encore inconnu il y a 10 ans, la naturopathie fleurit un peu partout sur la toile et dans les grandes villes...
    La naturopathie s'inscrit aussi dans la mode dite de la "détox", une mode apparut il y a quelques mois aux USA, et qui est sur la une des magazines people depuis. Ceux qui ont vu le reportage de 66 minutes il y a quelques jours savent de quoi je parle :

    http://www.m6.fr/emission-66_minutes...a_la_mode.html

Sur le même thème :

Page 2 sur 4 PremièrePremière 2 DernièreDernière