Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

ITER à Cadarache ?



  1. #1
    dadd29

    ITER à Cadarache ?


    ------

    Je ne trouve aucune info concernant la sélection de la candidature de Cadarache. On sait qu'en Décembre 2003, à Washington le choix n'a pas pu être fait entre la candidature japonaise (Rokkasho-Mura) et la candidature européenne (Cadarache)

    [11/03/2004]
    Claudie Haigneré, ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies au Conseil Compétitivité à Bruxelles : " L'Union Européenne derrière ITER à Cadarache"

    Depuis la chine et la corée soutiennent la France......

    Quelqu'un sait-il quand la décision définitive pour l'implantation du projet ITER sera prise ?

    Par avance merci

    PS : Pour ceux qui veulent plus de renseignements sur la fusion thermonucléaire :
    http://www.itercad.org/download_fr.html
    http://www-fusion-magnetique.cea.fr/

    -----

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    Phil Entropie

    Re : ITER à Cadarache ?

    Bonjour Dadd29,

    Peut-être trouveras-tu plus d'infos sur les sites officiels :
    http://www.iter.org/
    http://www.iter.gouv.fr/
    Mais tu les connais certainement déjà. Enfin, on ne sait jamais.

    Bonne quête.

  5. #3
    charlie

    Re : ITER à Cadarache ?

    Bonjour,

    il me semble que la russie aussi soutient le projet Cadarche maintenant, non?

    C
    Soon, oh soon the light, ours to shape for all time, ours the right; the sun will lead us.

  6. #4
    dadd29

    Re : ITER à Cadarache ?

    Effectivement seuls les Etats-Unis continuaient à soutenir le japon.... Et Rafarin a même affirmé que le projet se ferait avec ou sans les américains.
    Depuis il y a un vide total sur cette prise de décision ??????
    Si quelqu'un a une info je suis preneur.

    Merci pour vos réponses.

    dadd

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    zartoss

    Re : ITER à Cadarache ?

    Pour l'instant seul les USA soutienne le Japon.
    En face, il y a l'UE, la Chine, la Russie, et puis plus ou moins la Corée.
    Le site na toujours pas été décidé.

  9. #6
    guera

    Re : ITER à Cadarache ?

    C'est dommage toutes ces querelles d'interets pour un projet si important.

    Encore la loi du $$$

  10. Publicité
  11. #7
    Cécile

    Re : ITER à Cadarache ?

    Citation Envoyé par zartoss
    Pour l'instant seul les USA soutienne le Japon.
    En face, il y a l'UE, la Chine, la Russie, et puis plus ou moins la Corée.
    Le site na toujours pas été décidé.
    Non, d'après ce que j'ai lu, la Chine, l'Union européenne et la Russie soutiennent Cadarache, tandis que le Japon, les Etats-Unis et la Corée soutiennent Rokkasho-Mura. Trois partout. Je ne sais pas si le Canada est encore partie prenante dans Iter.

  12. #8
    Narduccio

    Re : ITER à Cadarache ?

    Encore la loi du $$$
    Tout à fait! Mais pas dans le sens ou tu l'entends. Si un pays veut un équipement, il lui suffit de se le financer. Mais à partir ou 2 ou plusieurs états sont d'accords pour partager les dépenses, ils doivent se mettre d'accord pour l'emplacement, la disponibilité, l'entretien, et diverses autres choses encores.
    La durée et les conditions dans lesquelles les scientifistes des divers pays participants se partagent l'équipement et la durée des expériences fait aussi l'objet d'un accord. Cela veut aussi dire qu'une équipe très performante, mais ne faisant partie d'aucuns des pays financiers ne peut accéder à l'équipement que si l'un des instituts participants lui laisse du temps pour faire ces expériences.
    Et l'emplacement n'est pas choisi en fonctions du prestige des savants travaillants dans les différents pays, ni en fonction des possibilitées annexes (un autre équipement complémentaire par exemple). Il se fait en fonction de diverse questions de politiques internationales, la russie soutenant le projet européen plutôt que le projet japonais soutenus par les américains.
    Si l'on étudiait de manière logique le problème de l'implantation d'Iter, il n'est pas sur que l'on proposerait la France et le Japon...

  13. #9
    zartoss

    Re : ITER à Cadarache ?

    Citation Envoyé par Cécile
    Non, d'après ce que j'ai lu, la Chine, l'Union européenne et la Russie soutiennent Cadarache, tandis que le Japon, les Etats-Unis et la Corée soutiennent Rokkasho-Mura. Trois partout. Je ne sais pas si le Canada est encore partie prenante dans Iter.
    Pour la Coré c'est ambigu car c'est en "discussion" diplomatique actuellemnt.

  14. #10
    Cécile

    Re : ITER à Cadarache ?

    Les dernières nouvelles, sur Libération (www.liberation.fr/page.php?Article=223300) :
    Energie. Le Japon ou la France pourrait quitter la négociation et installer le réacteur sur son sol.
    Poker menteur pour l'implantation d'Iter

    Par Sylvestre HUET

    mardi 13 juillet 2004 (Liberation - 06:00)

    Pat. Les négociateurs d'Iter, réacteur expérimental sur la fusion thermonucléaire sont, tels des joueurs d'échecs, bloqués. L'un d'eux osera-t-il, cet été, renverser la table ? En juin, les six acteurs * Union européenne, Etats-Unis, Japon, Russie, Chine et Corée du Sud * étaient réunis à Vienne pour s'accorder sur un des deux sites en compétition pour l'accueillir : Cadarache (Bouches-du-Rhône), présenté par l'Union européenne, soutenu par les Russes et les Chinois ; Rokkasho-Mura, présenté par le Japon, soutenu par les Etats-Unis et la Corée. Sans succès.

    Pourtant, le design de la machine est prêt : un tokamak où des champs magnétiques confineront un gaz d'hydrogène, puis de deutérium et de tritium, ses isotopes lourds (dotés d'un ou deux neutrons de plus). L'objectif ? Obtenir, durant quelques minutes, des réactions de fusion nucléaire dégageant cinq à dix fois l'énergie initiale. Le coût ? Dix milliards de dollars sur trente ans, pas moins de 10 % pour chaque partenaire, pas plus de 50 % pour celui qui héberge Iter.

    Riposte. Reste le lieu. Depuis un an, le ton monte entre l'Union européenne et le Japon, «poussés» par les Etats-Unis. Spencer Abraham, le secrétaire d'Etat américain à l'énergie a déclaré le site de Rokkasho-Mura «supérieur à celui de Cadarache»... après s'être mêlé au débat européen en appuyant le site espagnol.

    Pour les Européens, les deux implantations ne se valent pas. La moitié des physiciens et ingénieurs du domaine travaillent en Europe, qui exploite les deux meilleures machines actuelles, le Joint European Torus à Culham (Royaume-Uni) et Tore Supra à Cadarache. La comparaison des rapports techniques sur les deux sites n'aurait pas tourné à l'avantage des Japonais... qui ont refusé leur divulgation. L'UE propose de créer au Japon un centre de recherche sur les matériaux innovants nécessaires à cette filière, et de prendre en charge 50 % de cet «Iter élargi». Riposte japonaise : «D'accord avec votre idée, mais Iter chez nous, le deuxième centre à Cadarache et nous montons à 50 %.»

    Fermeté de roc. Un vrai poker où le renoncement serait, pour le gouvernement japonais, un affront durement ressenti alors que l'Europe montre une fermeté de roc. Avec les Etats-Unis qui, vicieusement, demandent aux deux enchérisseurs de mettre noir sur blanc leur nouvel engagement. Pour amadouer les Japonais, les Européens ont fait, discrètement, des propositions de coopérations dans d'autres domaines de haute technologie. Espace, physique des particules, nucléaire... Sans succès. Sans, non plus, que les Japonais entreprennent de démarche symétrique. Pat, alors ? Pas certain.

    L'espoir de voir les Etats-Unis adopter une simple neutralité, conduisant le Japon à s'assouplir, est ténu. Mais le déblocage pourrait être plus brutal.

    A l'inverse des échecs, il reste une solution de force aux partenaires qui en prendront le risque : s'affranchir des règles fixées au début de la négociation. La conviction de tous étant qu'il n'y aura qu'une seule machine de ce type dans le monde, il ne serait pas étonnant que l'un des deux acteurs, décidé à mettre le paquet, se lance seul, ou avec un ou deux autres des acteurs minoritaires, en espérant être rejoint par la suite. Une rupture des règles du jeu pas très diplomatique, mais où le premier qui dégainera aura de grandes chances de l'emporter au final.

    Surprise. Ce schéma, l'Europe l'a suivi avec succès pour la physique des particules, avec le Large Hadron Collider (en construction au Cern, près de Genève) rallié par les Etats-Unis après l'abandon de leur propre projet, plus coûteux. Une décision plus facile à prendre au Japon qu'en Europe où gouvernements et Commission doivent se mettre d'accord au prix d'une délicate discussion. Qui osera ? Cela pourrait être la surprise de l'été. Même s'il est plus probable que le bras de fer se poursuive à l'automne.

  15. #11
    Cécile

    Re : ITER à Cadarache ?

    Bonsoir,

    Je pense que la recherche sur la fusion peut se faire aussi bien dans les deux pays. En ce sens, tu as raison, la décision est uniquement politique, et le seul enjeu est la création d'emplois et de richesses dans la région choisie. L'enjeu n'est absolument pas scientifique. Donc ceux qui souhaitent uniquement que la recherche sur la fusion avance ne devraient pas avoir de préférence, me semble-t-il.
    L'Europe est en effet compétente sur la fusion, mais elle n'est pas la seule : les japonais aussi, les américains aussi, et même les russes, qui sont quand même les inventeurs du tokamak (même s'ils n'ont plus trop de moyens de faire de la recherche depuis quelques années).
    Donc je ne vois pas ce que le couplet anti-américain vient faire ici.

  16. #12
    Narduccio

    Re : ITER à Cadarache ?

    même les russes, qui sont quand même les inventeurs du tokamak (même s'ils n'ont plus trop de moyens de faire de la recherche depuis quelques années).
    Si l'on ne regardait que le cout, aller en Russie qui possède des scientifiques et des techniciens compétent qui acceptent d'être payé moins que leurs homologues occidentaux, n'est peut-être pas une mauvaise affaire.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  17. Publicité
  18. #13
    Yoyo

    Re : ITER à Cadarache ?

    AVERTISSEMENT DE LA MODERATION

    Je vous rappel que ce forum est un forum scientifique, sur le quel il n'est pas question de polemiquer sterilement sur des sujets politiques. En consequence de quoi le message Kintou-Izac a ete efface.
    Tout autre message de ce type sera aussi efface.

    Merci, de respecter le mode de fonctionnement de ce forum.
    Yoyo

  19. #14
    Cécile

    Re : ITER à Cadarache ?

    Citation Envoyé par Narduccio
    Si l'on ne regardait que le cout, aller en Russie qui possède des scientifiques et des techniciens compétent qui acceptent d'être payé moins que leurs homologues occidentaux, n'est peut-être pas une mauvaise affaire.
    Oui, mais l'hôte du projet en paye presque la moitié, et les Russes n'ont pas d'argent.

Discussions similaires

  1. Maquette Iter
    Par guipou dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 2
    Dernier message: 31/12/2005, 12h36
  2. Iter
    Par destroy dans le forum Physique
    Réponses: 153
    Dernier message: 04/10/2005, 14h51
  3. projet ITER
    Par reveur dans le forum Technologies
    Réponses: 10
    Dernier message: 28/06/2005, 22h06
  4. Tpe Iter
    Par miomax dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 1
    Dernier message: 15/03/2005, 21h36
  5. ITER à Cadarache
    Par DonPanic dans le forum Actualités
    Réponses: 32
    Dernier message: 11/12/2003, 15h20