Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Commentaire Tsongor



  1. #1
    trokmoitok

    Commentaire Tsongor

    Bonjour

    lisez attentivement cet extrait svp

    (résumé : C'est l'histoire d'un roi nommé Tsongor qui a ordonné a son fils Souba de construire apres la mort de Tsongor 7 tombeaux representant les differents visages de son pere : Il construit le deuxième tombeau)


    La construction du tombeau des tortues fut la plus longue et la pénible de toutes. La puanteur rendait les journées interminables. Les ouvriers travaillaient sans enthousiasme .Ils construisaient quelque chose de laid et cela leur pesait.
    Lorsque le tombeau fut achevé Souba quitta la region et erra à nouveaux sur les routes du royaume.
    In ne savait plus ou aller. Le tombeau des tortues avait tout remis en cause. Faire le portrait de son père était impossible. Que savait il au fond de l’homme qu’avait été Tsongor ?Plus il arpentait le royaume et plus il se sentait incapable de répondre à cette question. Il voyait ces villes immenses entourées de puissantes murailles. Ces routes pavées qui liaient les régions les une aux autres. Il voyait des ponts, des aqueducs et il savait que tout cela était l’œuvre de tsongor. Mais, plus il découvrait l’immensité du royaume plus il prenait conscience de la force sauvage et implacable qu’il avait fallu pour imposer un tel pouvoir .On lui avait raconté les conquêtes de Tsongor comme les légendes d’un héros. Il voyait maintenant que la vie de son père avait été faite de rage et de sueur. Assujettir des régions entières. Faire le siège de villes opulentes jusqu'à les faire mourir d’asphyxie. Massacrer les insoumis. Décapiter les vieux souverains. Souba arpentait le royaume et se rendait compte qu’il ne savait rien du jeune Tsongor. De ce qu’il avait fait. De ce qu’il avait infligé aux autres et de ce qu’il avait subi lui même. Il essayait d’imaginer l’homme qui avait mené, durant toutes ces années de conquêtes, son armée au-delà de l’épuisement. Ce Tsongor-là, seul Katabonlonga l’avait connu.
    Il fallait un lieu qui dise tout à la fois. Un lieu qui dise le roi, le conquérant, le père et le tueur. Un lieu qui dise les plus intime secrets de Tsongor ; ses peurs, ses désirs et ses crimes. Mais un lieu comme cela, le royaume, certainement,n’en possédait pas.
    Souba se sentit harassé, par l’ampleur de sa tâche. Pour la première fois, il lui semblait qu’il passerait peut-être toute sa vie entière à chercher et qu’il mourrait sans rien avoir trouvé.
    C ‘est alors qu’il arriva, au détour de son errance, dans les collines aux deux soleils. Enfin de journées, la terre, ici, semblait scintiller de lumière. Le soleil se couchait lentement et les collines s’illuminaient de reflets d’amandes. Quelques villages semblaient flotter dans la lumière. Souba s’arrêta pour contempler la beauté du paysage. Il était au sommet d’une colline. Il faisait encore chaud, de cette chaleur voluptueuse de fin d’après midi. Devant lui, à quelques mètres, s’élevait un haut Cyprès solitaire, immobile. Souba ne bougeait plus. Il voulait laisser cet instant le pénétrer. « C’est ici pensa t il. Ici. Au pied du cyprès. Simplement. Il n’y a besoin de rien d’autres. Un tombeau d’hommes qui se laisse traverser de lumières. Ici. Oui. Sans rien toucher « Il ne bougeait plus. Il lui semblait être chez lui. Tout lui paraissait familier. Il réfléchit longtemps mais petit à petit une idée naissait en lui qui le tourmentait. Non. Cela ne pouvait convenir pour Tsongor. Cette humilité, cet effacement ne lui ressemblait pas. Ce n’était pas Tsongor qui devait être enterré ici, mais lui, Souba le fils a la vie d’errance. Oui. Il en était sur maintenant. C ‘est ici qu’il devait être enseveli le jour de sa mort. Tout lui disait.
    Alors, doucement, il descendit de sa mule et approcha du cyprès. Il s’agenouilla et de ses lèvres embrassa le sol. Puis il prit une poignée de terre et la mis dans ses amulettes qu’il portait autour du cou. Il voulait porter sur lui, l’odeur de la terre des deux soleils qui lui offrirait, un jour, l’ultime hospitalité. Il se releva et murmura aux collines et à la lumière :
    « C’est ici que je veux être enseveli. Je ne sais pas quand je mourrais mais aujourd’hui j’ai rencontré le lieu de ma mort. C’est ici. Je ne l’oublierais pas. C’est ici que je reviendrai au tout dernier jour »
    Puis, lorsque le soleil fut enfin couché, il se remit en selle et disparu. Il savait maintenant ce qu’il avait à faire. Il avait trouvé le lieu de sa mort. Il devait en être ainsi pour chaque homme. Chacun avait une terre qui l’attendait. Une terre d’adoption dans laquelle se fondre. Il en été de même pour Tsongor. Il y avait quelque part un lieu qui lui ressemblait. Il lui suffisait de voyager. Il finirait par trouver. Il ne servait à rien de construire des tombeaux. Il ne parviendrait jamais à bâtir le portrait vrai et complet de son père. Il fallait voyager. Le lieu existait. Il serait son amulette. Il avait trouvé la terre qui le recouvrirait. Il fallait maintenant retrouver la terre de Tsongor. Ce serait une évidence. Une évidence. Il le sentait. Et sa tâche serait accomplie


    Quelles sont vos impressions de lecture?Quel plan peut on developper en vue d'un commentaire composé?Merci a tous de m'aider à analyser ce passage en vue de realiser un commentaire composé

    Bonne soirée et encore merci

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    trokmoitok

    Re : Commentaire Tsongor

    j'ai deja trouver

    1° dans les premières lignes le champ lexical de la violence ( mort ) :
    rage (L5) / mourir (L6) / massacrer (L6) / décapiter (L6) / ...
    2° le registre : épique
    "la terre, ici, semblait scintiller de lumière" --> hyperbole ( car exagération et amplification de la réalité )

    "les collines s’illuminaient de reflets d’amandes"--> métaphore

    on trouve des référence aux éléments naturels ce qui est thypique du registre épique comme : " les collines "

    Mais je ne vois pas pour le reste mais quel plan je peux preparer

    AIdez moi dans l'analyse du texte et de construire 3 parties merci

  4. #3
    trokmoitok

    Re : Commentaire Tsongor

    c'est pour demain votre aide est necessaire

  5. #4
    Narduccio

    Re : Commentaire Tsongor

    déjà, en cherchant le lieu pour le tombeau, il découvre le pays, mais aussi une certaine réalité sur son père. Son père créa un grand royaume, mais détruisit beaucoup pour le construire. Cela peut être une image pour dire que chaque fois que l'on crée quelque chose, on est obligé de détruire autre chose. Même si d'un certain point de vue ,la création d'une chose nouvelle est la sublimation des anciennes choses qui sont transformées pour la nouvelle création. Or cette création ne se fait pas sans cruauté et sans douleur.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  6. #5
    trokmoitok

    Re : Commentaire Tsongor

    merci bcp

    J'ai trouvé 3 plan auquel je dois crée un developpement Pouvez vous m'aider à remplir ces deux themes que je veux developpé merci pour ce site et pour votre aide qui sera la bienvenue

    - le voyage initiatique
    - un portrait en creux : le fils apprend à se connaître au travers de la recherche du père
    - la guerre en opposition à l'aspect serein du tombeau, au milieu de la nature

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Narduccio

    Re : Commentaire Tsongor

    Que savait il au fond de l’homme qu’avait été Tsongor ?Plus il arpentait le royaume et plus il se sentait incapable de répondre à cette question. Il voyait ces villes immenses entourées de puissantes murailles. Ces routes pavées qui liaient les régions les une aux autres. Il voyait des ponts, des aqueducs et il savait que tout cela était l’œuvre de tsongor.
    Ici, il voit une facette de son père, celuici fut un batisseur, qui fit oeuvre de civilisation et apparemment de bien-être économique. Mais,
    Mais, plus il découvrait l’immensité du royaume plus il prenait conscience de la force sauvage et implacable qu’il avait fallu pour imposer un tel pouvoir .On lui avait raconté les conquêtes de Tsongor comme les légendes d’un héros. Il voyait maintenant que la vie de son père avait été faite de rage et de sueur. Assujettir des régions entières. Faire le siège de villes opulentes jusqu'à les faire mourir d’asphyxie. Massacrer les insoumis. Décapiter les vieux souverains. Souba arpentait le royaume et se rendait compte qu’il ne savait rien du jeune Tsongor. De ce qu’il avait fait. De ce qu’il avait infligé aux autres et de ce qu’il avait subi lui même. Il essayait d’imaginer l’homme qui avait mené, durant toutes ces années de conquêtes, son armée au-delà de l’épuisement. Ce Tsongor-là, seul Katabonlonga l’avait connu.
    Voila le prix que son père avait dut payer pour être un roi-batisseur. Avant, il avait fallu détruire d'anciens mondes, regrouper des citées rebelles. Mais, grace au sacrifice des on père, lui pourrait bénéficier de la quiétude et de la douceur:
    C ‘est alors qu’il arriva, au détour de son errance, dans les collines aux deux soleils. Enfin de journées, la terre, ici, semblait scintiller de lumière. Le soleil se couchait lentement et les collines s’illuminaient de reflets d’amandes. Quelques villages semblaient flotter dans la lumière. Souba s’arrêta pour contempler la beauté du paysage. Il était au sommet d’une colline. Il faisait encore chaud, de cette chaleur voluptueuse de fin d’après midi. Devant lui, à quelques mètres, s’élevait un haut Cyprès solitaire, immobile. Souba ne bougeait plus. Il voulait laisser cet instant le pénétrer. « C’est ici pensa t il. Ici. Au pied du cyprès. Simplement. Il n’y a besoin de rien d’autres. Un tombeau d’hommes qui se laisse traverser de lumières. Ici. Oui. Sans rien toucher « Il ne bougeait plus. Il lui semblait être chez lui. Tout lui paraissait familier. Il réfléchit longtemps mais petit à petit une idée naissait en lui qui le tourmentait. Non. Cela ne pouvait convenir pour Tsongor. Cette humilité, cet effacement ne lui ressemblait pas. Ce n’était pas Tsongor qui devait être enterré ici, mais lui, Souba le fils a la vie d’errance. Oui. Il en était sur maintenant. C ‘est ici qu’il devait être enseveli le jour de sa mort. Tout lui disait.
    Alors, doucement, il descendit de sa mule et approcha du cyprès. Il s’agenouilla et de ses lèvres embrassa le sol. Puis il prit une poignée de terre et la mis dans ses amulettes qu’il portait autour du cou. Il voulait porter sur lui, l’odeur de la terre des deux soleils qui lui offrirait, un jour, l’ultime hospitalité. Il se releva et murmura aux collines et à la lumière :
    « C’est ici que je veux être enseveli. Je ne sais pas quand je mourrais mais aujourd’hui j’ai rencontré le lieu de ma mort. C’est ici. Je ne l’oublierais pas. C’est ici que je reviendrai au tout dernier jour »
    Il sait ou lui terminera sa quête personnelle. C'est ce lieu qui verra la fin définitive de son voyage.
    Puis, lorsque le soleil fut enfin couché, il se remit en selle et disparu. Il savait maintenant ce qu’il avait à faire. Il avait trouvé le lieu de sa mort. Il devait en être ainsi pour chaque homme. Chacun avait une terre qui l’attendait. Une terre d’adoption dans laquelle se fondre. Il en été de même pour Tsongor. Il y avait quelque part un lieu qui lui ressemblait. Il lui suffisait de voyager. Il finirait par trouver. Il ne servait à rien de construire des tombeaux. Il ne parviendrait jamais à bâtir le portrait vrai et complet de son père. Il fallait voyager. Le lieu existait. Il serait son amulette. Il avait trouvé la terre qui le recouvrirait. Il fallait maintenant retrouver la terre de Tsongor. Ce serait une évidence. Une évidence. Il le sentait. Et sa tâche serait accomplie
    Maintenant, il pouvait reprendre sa mission, découvrir le lieu qui conviendrai à son père.
    Dans ce passage, il y a apparemment 3 quêtes qui se superposent:
    - la découverte du pays sur lequel, apparemment, il rêgne et de son histoire. Pour rêgner justement, il faut associer la connaissance des lieux et des gens.
    - la découverte de son père, ce qu'il a fait, qui il a été.
    - la découverte de soi, loin des courtisans et des serviteurs. Seul, en tête à tête avec lui-même.
    D'ailleurs, il est assez difficile de comprendre avec les indications du texte s'il rêgne effectivement. Il est le fils (unique ou non) auquel son père à demandé de lui assurer sa sépulture. Si l'on est dans l'optique d'une région ou les harem sont courants pour les rois, il doit assuremment être un fil assez particulier au sein de sa fratrie. S'il est effectivement roi, ou amené à le devenir, cette quête se concoit aisèment, mais la fait-il seul ou accompagné d'une cour ambulants ? Parce que le passage serein (avec le cyprès ... ) ne se concoit pas de la même façon en fonction de ces points de vus. Le fait qu'il fasse le voyage en mule laisserait à penser qu'il soit seul. Mais dans ce cas qui rêgne et ce n'est plus tout à fait la même quete.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  9. Publicité
  10. #7
    trokmoitok

    Re : Commentaire Tsongor

    pour conclure que direz vous ?
    Merci bonne soirée

  11. #8
    trokmoitok

    Re : Commentaire Tsongor

    quel problematique puis je poser??

    Sinon

    - un portrait en creux : le fils apprend à se connaître au travers de la recherche du père tu aurais des idées ???
    - la guerre en opposition à l'aspect serein du tombeau, au milieu de la nature Tu aurais des idées ????

    Donne moi en gros une conclusion stp

    Merci bcp

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Commentaire PowerPoint
    Par momote dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 2
    Dernier message: 15/06/2006, 19h30
  2. commentaire sur Hegel
    Par JIMBO dans le forum [ARCHIVE] Philosophie
    Réponses: 3
    Dernier message: 08/12/2004, 13h27
  3. premier commentaire de philo
    Par yonyon dans le forum [ARCHIVE] Philosophie
    Réponses: 7
    Dernier message: 31/10/2004, 10h03
  4. commentaire
    Par .:Spip:. dans le forum Physique
    Réponses: 3
    Dernier message: 28/10/2004, 14h22