Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Quelques questions sur les résultats de Mendel



  1. #1
    Mecton

    Quelques questions sur les résultats de Mendel


    ------

    Bonjour, je ne savais pas trop quel titre mettre...

    -Un allèle dominant "éteint" l'expression de l'allèle récessif, mais comment s'y prend t'il donc ? Dans le cas d'une dominance complète par exemple.

    Sans transition.
    -La loi de pureté des gamètes implique qu'à chaque génération un parent ne transmette que 50% de ses allèles. C'est à dire que l'on a, en moyenne, que 25% des allèles d'un de nos grand-parent. On arrive au moment où l'arrière arrière... petit enfant a 0.001% des allèles de son lointain ascendant. Alors il y a de forte chance qu'il ne transmette aucun de ces 0.001% d'allèle apartenant à son lointain ascendant.
    Donc au bout de quelques générations 100% de nos allèles disparaissent du fait du hasard.... Et pourtant non puisque nous sommes là ! Bref je n'arrive pas à comprendre Mendel.

    -----
    "La véritable science enseigne par dessus tout à douter et à être ignorant"M.U

  2. #2
    Effie

    Re : Quelques questions sur les résultats de Mendel

    Prenons un exemple simple: l'allèle A code pour une protéine active, l'allèle a pour une protéine inactive. Si je suis hétérozygote et que mon allèle A me permet de synthétiser suffisamment de la protéine active pour que le phénotype soit normal, alors c'est une dominance complète. L'allèle récessif ne s'exprime par dans mon phénotype.

    Pour la suite je ne comprend pas bien le problème...

  3. #3
    Etoile

    Re : Quelques questions sur les résultats de Mendel

    Bonjour,

    Effie t'a donné un très bon exemple pour la première question, j'espère que ça aura éclairci tes idées.

    Pour la deuxième question, je pense que tu oublies de prendre en compte qu'un être vivant est créé à partir de deux autres êtres vivants. Les allèles ne disparaissent pas ! C'est juste que un père ne transmet que la moitié de ces allèles à son enfant (puisqu'il ne lui transmet qu'un chromosome de chaque paire), mais dans le même temps la mère transmet elle aussi la moitié de ses allèles à sa progéniture. Le nouvel être vivant a donc 100% des allèles qu'il peut avoir (c'est-à-dire deux pour chaque gène).
    Alors quand on en revient aux arrières arrières ... grands-parents dont tu n'as hérité au final que de 0,001% des allèles, OK, mais pour chacun de tes 100 000 arrières arrières ... grands-parents de cette génération !

    A plus tard !
    *Etoile*

  4. #4
    Mecton

    Re : Quelques questions sur les résultats de Mendel

    C'est un terrain un peu inconnue encore pour moi, désolé si je dis des énormités.
    "a" est exprimé ou pas ? S'il est exprimé on ne peut pas parler de dominance je crois... A moins que dominance/récessivité ne soient des qualificatifs réservés au phénotype ?
    Puisqu'une seul allèle codant pour une protéine active suffit.Ne serait ce pas là un exemple d'haplo-suffisance plutôt ?

    Pour la suite je ne comprend pas bien le problème...
    J'essaie de faire le plus cours possible alors :
    Partons d'un individus.
    Ses enfant possède 50% de son génome.
    Ses petit-enfants possèdent entre 0 et 50% de son génome ( on simplifie à 25 % )
    Ses petits-petits-enfant auront 12.5% de son génome.

    Bref on arrive vite à ce que les descendant éloigné ne possède rien de l'ancêtre.

    -Premier problème : nous sommes possèdons forcément les patrimoine génétique de nos ancêtre or avec ce raisonnement ( forcément faux quelque part ) j'en arrive à dire qu'il est improbable statistiquement que nos ancêtres nous aient transmis leur gènes....

    Un autre problème concernant la sélection :
    - Imaginons un super individus hyper reproducteur. On peut admettre raisonnablement qu'il doit ce caractère à sa combinaison de gènes. Or s'il ne transmet que 50% de ses allèles et dans des combinaisons différentes, alors la descendance aura peu de chance d'hériter de ce caractère hyper-reproducteur.
    Donc, si on admet qu'un fort succès reproducteur dépend de la combinaison de gènes, alors la sélection opère sur une combinaison de gène. Mais Mendel nous dit que celle ci est profondément remaniée à chaque génération.
    Comment la sélection arrive t'elle à faire son oeuvre dans ces conditions ?

    PS : OK Etoile je vais creusé un peu plus ce premier pb.
    "La véritable science enseigne par dessus tout à douter et à être ignorant"M.U

  5. A voir en vidéo sur Futura
  6. #5
    aquilegia

    Re : Quelques questions sur les résultats de Mendel

    Citation Envoyé par Mecton Voir le message
    J'essaie de faire le plus cours possible alors :
    Partons d'un individus.
    Ses enfant possède 50% de son génome.
    Ses petit-enfants possèdent entre 0 et 50% de son génome ( on simplifie à 25 % )
    Ses petits-petits-enfant auront 12.5% de son génome.

    Bref on arrive vite à ce que les descendant éloigné ne possède rien de l'ancêtre.

    -Premier problème : nous sommes possèdons forcément les patrimoine génétique de nos ancêtre or avec ce raisonnement ( forcément faux quelque part ) j'en arrive à dire qu'il est improbable statistiquement que nos ancêtres nous aient transmis leur gènes....
    Faisons un calcul simple. Nous avons 2 parents. 4 grand parents (soit 2 puissance 2). 8 arrières grand parents (2 puissance 3).
    Et au temps de Charlemagne, nous avions combien d'ancêtres? Si on estime qu'il y a environ une génération tous les 20 ans, on a environ 60 générations entre Charlemagne et nous.
    Ça fait 2 puissance 60 ancêtres à cette époque. Soit 1,15*10^18 personnes. C'est davantage que le nombre d'habitants de la Terre à l'heure actuelle.

    Moralité : chaque ancêtre de cette époque est présent plusieurs fois dans l'arbre (plusieurs millions de fois). Nous n'avons pas un arbre généalogique, mais un réseau généalogique....
    Et de chacune de ces personnes, nous n'avons hérité qu'un tout petit bout de gène.

    Pour creuser un peu : http://www.procrastin.fr/blog/index....rand-pere-luke

    Et pour la sélection, on la mesure généralement "par gène", justement parce que la valeur sélective d'un gène varie en fonction de son environnement, et que pour un gène, l'environnement, ce sont aussi les autres gènes.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant. (Pierre Dac)

  7. #6
    Mecton

    Re : Quelques questions sur les résultats de Mendel

    Non pas arbre mais réseaux... c'était évident ! Merci.
    N'empêche que ça déplace la question, c'est toujours, conceptuellement, étrange de se dire qu'on a un ancêtre commun à tous qui n'est pas plus âgée que de quelques millénaires.

    Mais quand ils disent cela ils veulent dire un vrai ancêtre commun ou alors l'ancêtre commun d'un de nos géne ? C'est la généalogie de nos gènes ou celle des individus dont ils parlent ?
    "La véritable science enseigne par dessus tout à douter et à être ignorant"M.U

  8. #7
    Effie

    Re : Quelques questions sur les résultats de Mendel

    Je crois que je vois où est ton problème Mecton, sur la dominance: il ne faut pas confondre l'expression d'un gène au niveau moléculaire (la synthèse d'une protéine) et l'expression au niveau du phénotype.
    J'ai trouvé ceci, qui explique les 2 mécanismes possibles de la dominance:
    - soit par haplo-suffisance : 50% de la quantité de produit étant suffisant pour avoir un phénotype sain,
    - soit par compensation allèlique : l’allèle normal compense partiellement ou totalement la déficience de l’allèle muté par surtranscription.

  9. #8
    Mecton

    Re : Quelques questions sur les résultats de Mendel

    D'accord d'accord. Merci. J'aurais encore une question. Tu parles de surtranscription, cela veut dire que le taux d'expression d'un allèle varie en fonction de l'allèle qui est en face de lui.
    Est ce que ce sont les promoteurs de chaque allèle qui entrent en compétition pour les facteurs de transcription ? Compétition qui dépendrait alors de l'affinité relative des promoteurs envers ces facteurs de transcriptions.

    Il me semble avoir lu quelque chose la dessus mais ça me revient pas.
    "La véritable science enseigne par dessus tout à douter et à être ignorant"M.U

Discussions similaires

  1. Quelques questions sur les alimentations
    Par AmigaOS dans le forum Électronique
    Réponses: 7
    Dernier message: 15/03/2008, 15h17
  2. Quelques questions sur les odeurs.
    Par mx6 dans le forum Chimie
    Réponses: 23
    Dernier message: 10/08/2007, 16h04
  3. Quelques questions sur les lipides
    Par biboloo dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/02/2007, 11h28
  4. Quelques questions sur les ENS
    Par Bigorneau dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 61
    Dernier message: 23/08/2006, 01h55
  5. quelques questions sur les limites
    Par Seirios dans le forum Mathématiques du collège et du lycée
    Réponses: 14
    Dernier message: 06/05/2006, 12h54
Découvrez nos comparatifs produits sur le sport et la santé : thermomètre médical, soins personnels...