Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique



  1. #1
    Claire_de_Sciences

    Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Bonjour,

    J'aurais besoin de votre avis sur une question un peu délicate. Je ne suis pas biologiste de formation, mais j'ai récemment publié un mini-article pour démonter une idée reçue
    : http://www.vulgarisation-scientifiqu..._%C3%A9voluent

    Voilà ce que j'y dis :

    Les individus n'évoluent pas : l'évolution ne s'exerce pas à l'échelle d'un individu isolé.

    L’évolution consiste en une augmentation progressive, au sein d’une population d’individus, de la fréquence de gènes qui correspondent à des traits « favorables », c'est-à-dire ceux qui favorisent son succès reproductif.

    Puisque les gènes d’un individu ne changent pas au cours de sa vie, il n’évolue pas au sens biologique du terme : le concept d’évolution n’a de sens qu’à l’échelle de plusieurs générations et d’une population, pas à l’échelle d’un individu isolé.

    woox.png
    Oubliez donc l'évolution « à la Pokémon », qui se rapproche davantage des métamorphoses que subissent certains individus au cours de leur vie que de l'évolution elle-même

    Un lecteur m'a toutefois envoyé une question que je trouve gênante :

    Malgré que je ne sois pas moi-même un scientifique, votre article me laisse perplexe



    En effet, selon les travaux sur l’épigénétique de Kerry Ressler et Brian Dias (Emory-Atlanta-EU) qui confirmerait l’approche de l’idée il y à deux siècle du zoologiste Jean Batiste Lamarck, contrairement à l’idée de Darwin qui l'excluait.

    Si ces travaux étaient confirmés, le patrimoine génétique d’un individus pourrait bien être modifier durant son existence, contrairement à ce que vous affirmez dans votre article.
    Pour rappel, il s'agit des travaux qui semblent montrer que certaines peurs peuvent être transmises à la descendance, chez les souris, par le biais de facteurs épigénétiques : http://www.nature.com/news/fearful-m...ndants-1.14272


    Voilà ce que j'ai répondu à ce lecteur, tout en l'invitant à se rendre sur ce topic pour y lire les réponses de gens plus compétents que moi :

    Effectivement, les progrès en épigénétique remettent en question beaucoup de choses que nous pensions acquises en matière de génétique. Cependant, sauf erreur de ma part, cela ne contredit pas ce que je dis dans l'article : même si l'expression de certains gènes peut varier au cours de la vie d'un individu, caractéristique qui peut (semble-t-il) être transmise à sa descendance, il me semble que l'on ne peut pas vraiment parler d'évolution à l'échelle de l'individu puisque ce ne sont pas ses gènes eux-mêmes qui changent mais la façon dont ils sont exprimés.

    Est-ce correct, selon vous ? Quel est votre avis sur la question ?

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    toothpick-charlie

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Citation Envoyé par Claire_de_Sciences Voir le message
    L’évolution consiste en une augmentation progressive, au sein d’une population d’individus, de la fréquence de gènes qui correspondent à des traits « favorables », c'est-à-dire ceux qui favorisent son succès reproductif.
    salut,

    cette définition n'est pas mal mais pas tout à fait complète : d'abord elle ne concerne que la micro-évolution. Mais surtout, elle décrit ce qu'on appelle sélection directionnelle. Or il y a d'autres modes de sélection (sélection balancée par exemple, ou sélection de parentèle dans laquelle l'allèle sélectionné n'est pas directement favorable à l'individu). Et de plus les fréquences alléliques peuvent être modifiées sans que la sélection intervienne. C'est ce qu'on appelle la dérive génétique et elle joue un rôle important dans la microévolution (peut-être surestimé, on est revenu un peu la-dessus).

    quant au rôle de l'épigénétique, je crois qu'il est encore trop tôt pour apprécier son importance. Peut-être que finalement il est très secondaire, ou peut-être pas.

  4. #3
    Cendres

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Bonjour,

    Il est surtout beaucoup trop tôt pour y voir une confirmation ou une remise au goût du jour du Lamarckisme.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  5. #4
    Amanuensis

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Il me semble qu'un point essentiel sur l'épigénétique est que ce n'est pas transmis sur plusieurs générations successives, contrairement au génome même.

    En d'autres termes les modifications épigénétiques n'ont d'effet au long terme que via les fréquences des gènes au sein de la population. Vu comme cela, ce n'est qu'un mécanisme "accessoire", et ne peut pas être comparé "directement" aux idées de Lamarck.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.

  6. #5
    JPL

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    En plus on en revient toujours à la même incompréhension de base : l'hérédité des caractères acquis, ce serait Lamarck (à cause de l'histoire du cou de la girafe, qui n'occupe que quelques lignes dans une œuvre considérable) et la non-hérédité ce serait Darwin. Or c'est faux. D'une part Darwin n'excluait pas l'hérédité des caractères acquis même s'il ne l'évoque qu'en passant et probablement sans lui donner une grande importance. C'est le néo-darwinisme, avec la théorie synthétique de l'évolution qui a intégré la génétique (dont les mécanismes étaient inconnus de Darwin) dans la théorie de la sélection naturelle et en a déduit la non transmission des caractères acquis.

    Lamarck, c'est tout autre chose et transmission ou non des caractères acquis, peu importe, sa théorie des mécanismes de l'évolution n'est plus acceptable scientifiquement depuis longtemps.

    Quant aux modifications épigénétiques on a, me semble-t-il, des évidences de transmissions dans certains cas sur 2-3 générations mais pas plus pour le moment. Que cela puisse interférer à la marge avec la sélection naturelle est peut-être possible mais il semble douteux que cela ait un impact très important. Mais... affaire à suivre.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Amanuensis

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    Il me semble qu'un point essentiel sur l'épigénétique est que ce n'est pas transmis sur plusieurs générations successives, contrairement au génome même.
    Effectivement, je me suis mal exprimé. Me fallait écrire "sur plus que quelques générations successives".
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.

  9. Publicité
  10. #7
    shmikkki

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Bonjour à tous,

    Citation Envoyé par toothpick-charlie Voir le message
    Mais surtout, elle décrit ce qu'on appelle sélection directionnelle. Or il y a d'autres modes de sélection (sélection balancée par exemple, ou sélection de parentèle dans laquelle l'allèle sélectionné n'est pas directement favorable à l'individu)
    Sa définition de l'évolution n'en reste pas moins correct: C'est une augmentation en fréquence des traits (disons variants) qui augmentent le succès reproducteur, et ce, pour toute type de sélection (directionnelle, stabilisante, fréquence dépendance et disruptive).
    Elle n'a pas parlé de valeur du trait (les plus grandes valeurs sont sélectionnées: Directionnelle. Les extrêmes: Disruptive, celles du "milieu": Stabilisante).


    Concernant le Lamarckisme: Comme l'a bien rappelé JPL; arrêtons de faire affronter hérédité des caractère acquis (Lamarck) avec hérédité des caractère innés (Darwin). La seule chose qui différenciait Lamarck de Darwin c'est le mécanisme de l'évolution: la sélection naturelle.
    (Il me semble même que le cou de la girafe n'était pas mentionné dans le livre de Lamarck (Philosophie zoologique)... les oiseaux palmés dans la boue oui, mais pas la girafe).
    Deuxièmement, la plupart du temps les variations épigénétiques (souvent des méthylations) ne reste pas plus de 3/4 générations. Il est donc encore trop tôt pour se prononcer sur son rôle dans l'évolution.
    Rien en biologie n'a de sens, si ce n'est à la lumière de l'évolution - Dobzhansky

  11. #8
    JPL

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Citation Envoyé par shmikkki Voir le message
    (Il me semble même que le cou de la girafe n'était pas mentionné dans le livre de Lamarck (Philosophie zoologique)... les oiseaux palmés dans la boue oui, mais pas la girafe).
    Je n'ai pas lu Lamarck dans le texte mais d'autres l'ont fait. Je crois que c'est Stephen Jay Gould qui signale que l'histoire du cou de la girafe occupe à peu près un paragraphe dans toute son œuvre, mais je n'ai pas le courage de me plonger dans son dernier livre (un peu plus de 2000 pages !) pour retrouver le passage.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  12. #9
    shmikkki

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Citation Envoyé par JPL Voir le message
    Je n'ai pas lu Lamarck dans le texte mais d'autres l'ont fait. Je crois que c'est Stephen Jay Gould qui signale que l'histoire du cou de la girafe occupe à peu près un paragraphe dans toute son œuvre, mais je n'ai pas le courage de me plonger dans son dernier livre (un peu plus de 2000 pages !) pour retrouver le passage.
    Autant pour moi, je viens de vérifier, Lamarck parle bien du cou de la girafe dans Philosophie zoologique.
    J'avais lu dans un livre d'épistémologie (écrit pourtant par un historien de la biologie) que Lamarck n'en parlait pas ... décidément, toujours vérifier ses sources!
    Rien en biologie n'a de sens, si ce n'est à la lumière de l'évolution - Dobzhansky

  13. #10
    JPL

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Au passage l'apport crucial de Stephen Jay Gould (au delà de ses théories personnelles qui ont été discutées) dans son livre Structure de la théorie de l'évolution, c'est qu'il avait tout lu, des auteurs les plus anciens jusqu'aux contemporains. Sa bibliothèque comportait de nombreux ouvrages ou travaux originaux historiques, parfois annotés à la main par d'autres auteurs non moins célèbres.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  14. #11
    toothpick-charlie

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Citation Envoyé par shmikkki Voir le message
    Sa définition de l'évolution n'en reste pas moins correct: C'est une augmentation en fréquence des traits (disons variants) qui augmentent le succès reproducteur, et ce, pour toute type de sélection (directionnelle, stabilisante, fréquence dépendance et disruptive).
    Elle n'a pas parlé de valeur du trait (les plus grandes valeurs sont sélectionnées: Directionnelle. Les extrêmes: Disruptive, celles du "milieu": Stabilisante).
    oui d'accord. Je me suis mélangé les pinceaux. Je voulais dire sélection positive. Mais je pense que la sélection de parentèle ou la sélection groupe n'entrent pas dans la définition de Claire.

  15. #12
    Claire_de_Sciences

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Un très grand merci à tous pour vos réponse !

    Selon vous, comment pourrais-je généraliser cette définition (sans pour autant l'alourdir au point de la rendre difficilement compréhensible) ?

  16. Publicité
  17. #13
    toothpick-charlie

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    une définition très générale de l'évolution au sein d'une population (microévolution) dit qu'il y a évolution si les fréquences génotypiques (en un locus) changent. Elle ne dit rien des forces en oeuvre et donc il faut la compléter en énumérant lesdites forces.

  18. #14
    Amanuensis

    Re : Évolution des individus, transmission des caractères acquis et épigénétique

    Ou l'absence de "force" (dérive neutre).
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. [Evolution] Transmission de caractères acquis
    Par dr4kan dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 09/09/2011, 20h55
  2. [Evolution] Les caractères acquis
    Par Naturae dans le forum Biologie
    Réponses: 22
    Dernier message: 29/05/2008, 16h17
  3. [Divers] Transmission des caractères acquis durant la reproduction
    Par Curiosity dans le forum Biologie
    Réponses: 20
    Dernier message: 15/10/2007, 14h18
  4. [évolution] Haeckel, caractères acquis/innés et moi .
    Par Bee_z_zoo dans le forum Biologie
    Réponses: 26
    Dernier message: 29/03/2004, 07h37
  5. [Evolution] [genetique] Transmission de caractères acquis
    Par genome dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 26/05/2003, 22h58