Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 15 sur 15

Evolution de la durée de vie des humains



  1. #1
    philippedelimoges

    Evolution de la durée de vie des humains


    ------

    Bonjour à tous,

    J'ai trois questions :

    1) Qu'est-ce qui détermine la durée de vie d'une espèce ? Espérance de vie et durée maximale de vie ?

    2) La durée de vie des individus au sein de notre espèce a augmenté depuis 6 millions d'années. Certes, l'amélioration de la médecine, de l'hygiène de vie, des conditions écologiques et sociales et de notre alimentation explique cette évolution.
    Mais, comparativement, la durée de vie des grands singes qui vivent en captivité (avec des soins) est d'environ 60 ans (il me semble que le record serait de 63 ans pour un chimpanzé - décès en 2008). Comment expliquez-vous cette différence de plateau de mortalité, 60 ans pour nos cousins et celui actuel des humains (en gros 80 ans) et cet écart maximal de record d'existence 63 ans et 122 ans ?
    Il semble que jusqu'au paléolithique supérieur ce plateau de mortalité maximale (je ne parle pas là de l'espérance de vie) au sein de notre espèce ait été apparemment similaire au grand singe. Qu'est-ce qui explique donc cette différenciation ? La cause première serait-elle lié à une évolution de notre métabolisme ?
    Où, mon interrogation est-elle faussée car l'évolution de la médecine du XX°s expliquerait-elle à elle seule cet écart grandissant entre nos deux espèces ?

    3) Où en est la réflexion des chercheurs sur l'extension possible de cette durée de vie dans le futur ? Que se soit sur l'espérance de vie (moyenne) et la durée maximale de vie (122 ans record de Jeanne Calment). Une réponse concernant les deux m'intéresse.

    Merci pour vos réponses

    Cordialement

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Geb

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Bonsoir,

    Concernant ta première question, je n'ai pas trouvé grand-chose dans la littérature scientifique, si ce n'est quelques éléments de réponses, nécessairement assez spéculatifs. Voici un exemple ci-après, qui a le grand avantage d'être disponible gratuitement à la lecture :

    - Grandmothers and the evolution of human longevity: A review of findings and future directions (Hawkes & Coxworth, 2013)

    Women and female great apes both continue giving birth into their forties, but not beyond. However humans live much longer than other apes do.1 Even in hunting and gathering societies, where the mortality rate is high, adult life spans average twice those of chimpanzees, which become decrepit during their fertile years and rarely survive them.2, 3 Since women usually remain healthy through and beyond childbearing age, human communities include substantial proportions of economically productive postmenopausal women.4-7 A grandmother hypothesis8–12 may explain why greater longevity evolved in our lineage while female fertility still ends at ancestral ages. This hypothesis has implications for the evolution of a wide array of human features. Here we review some history of the hypothesis, recent findings, and questions for ongoing research.
    Bonne lecture
    Dernière modification par Geb ; 27/10/2020 à 18h28.

  4. #3
    Tryss2

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Où, mon interrogation est-elle faussée car l'évolution de la médecine du XX°s expliquerait-elle à elle seule cet écart grandissant entre nos deux espèces ?
    Les vieux de 80 ans n'étaient pas si rare que ça dans l'antiquité, surtout quand leurs conditions de vie étaient clémentes. Platon serait mort à 81 ans, l'empereur Auguste est mort à 75 ans (après 40 ans de règne), et ce ne sont pas des exceptions. D'ailleurs, à l'époque comme aujourd'hui, la vieillesse commençait vers 60 ans.

  5. #4
    philippedelimoges

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Bonsoir à tous,

    Merci Tryss2 pour votre remarque : effectivement, si l'espérance de vie globale était sensiblement moindre qu'aujourd'hui, les 75/80 n'étaient pas rares. En revanche, ceux qui étaient au-delà de cet âge, notamment ceux qui atteignaient et dépassaient 90 ans, étaient des exceptions remarquables. Néanmoins, le potentiel d'une durée de vie longue existait bien à cette époque.
    Enfin, il importe de ne pas oublier un principe de proportionnalité : plus la population est nombreuses, plus les chances d'avoir des individus exceptionnels sont grandes. Or, actuellement la population mondiale est 40 fois plus importante qu'il y a 2000 ans.
    Geb, je connaissais ce sujet d'étude. Effectivement, il questionne ...

    J'ai trouvé cet article : https://www.sciencesetavenir.fr/fond...us-vieux_28026
    Le métabolisme semble être un indicateur.
    Ce que je note c'est que le métabolisme humain à connu une évolution d'abord avec l'ingestion plus importante de protéine animal, ensuite avec un processus digestif amélioré avec la cuisson. Y aurait-il une corrélation entre ces deux constats et l'allongement de la durée maximale de vie ?
    Bref, si vous avez des pistes, je suis preneur !

    Cordialement

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    philippedelimoges

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Bonjour à tous,

    Je réactualise ce sujet suite à cet article de Futura : l'âge maximal qu'un humain pourrait atteindre serait entre 120 et 150 ans
    le lien : https://www.futura-sciences.com/sant...teindre-64695/

    Deux questions :
    1) à partir de quels paramètres établissent-ils cette fourchette d'âges ?
    2) pourquoi actuellement n'y a-t-il pas d'humains qui accèdent à ces âges très hauts ?

    Merci pour vos réponses

    Cordialement

  8. #6
    BrainMan

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Citation Envoyé par philippedelimoges Voir le message
    1) à partir de quels paramètres établissent-ils cette fourchette d'âges ?
    Le lien était cité dans l'article Futura (mais comme souvent difficile à repérer).
    Le voilà :
    Citation Envoyé par Nature
    Abstract

    We investigated the dynamic properties of the organism state fluctuations along individual aging trajectories in a large longitudinal database of CBC measurements from a consumer diagnostics laboratory. To simplify the analysis, we used a log-linear mortality estimate from the CBC variables as a single quantitative measure of the aging process, henceforth referred to as dynamic organism state indicator (DOSI). We observed, that the age-dependent population DOSI distribution broadening could be explained by a progressive loss of physiological resilience measured by the DOSI auto-correlation time. Extrapolation of this trend suggested that DOSI recovery time and variance would simultaneously diverge at a critical point of 120 − 150 years of age corresponding to a complete loss of resilience. The observation was immediately confirmed by the independent analysis of correlation properties of intraday physical activity levels fluctuations collected by wearable devices. We conclude that the criticality resulting in the end of life is an intrinsic biological property of an organism that is independent of stress factors and signifies a fundamental or absolute limit of human lifespan.
    https://www.nature.com/articles/s41467-021-23014-1

    2) pourquoi actuellement n'y a-t-il pas d'humains qui accèdent à ces âges très hauts ?
    Difficile de répondre.
    120 ans, si, certains l'atteignent (ou l'ont atteint).
    Après c'est peut-être que l'estimation est erronée, ou que les individus seront toujours "abimés" par l'environnement, je ne saurais pas dire.

    Sinon, concernant le sujet de la longévité, il peut aussi être intéressant de penser en sens inverse.
    C'est à dire de poser l'hypothèse que la mortalité n'est pas liée à une déficience mais qu'elles est programmée (une grande longévité serait alors une déficience...)
    Dernière modification par BrainMan ; 27/05/2021 à 21h09.

  9. Publicité
  10. #7
    philippedelimoges

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Bonjour à tous,

    Merci BrainMan pour votre réponse. J'ai bien noté ce paramètre de "capacité de résilience physiologique". Il nous indique notre inévitable mortalité. Mais pour la détermination de notre durée (maximale) de vie, je reste interrogatif.

    Cordialement

  11. #8
    BrainMan

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Citation Envoyé par philippedelimoges Voir le message
    Mais pour la détermination de notre durée (maximale) de vie, je reste interrogatif.
    Comme on dit : Lorsque l'estomac va tout va.
    Je pense qu'on estimer la durée maximale en comparant les entrées (anabolisme) et les sorties (catabolisme).
    La mort intervient (à plus ou moins courte échéance) lorsque le catabolisme est plus important que l'anabolisme.
    Je pense, après il faudrait avoir l'avis des médecins, qu'on peut estimer que le catabolisme est à peu près constant dans le temps (voit même qu'il baisse un petit peu avec l'expérience...).
    Par contre l'anabolisme décroit avec l'âge (on détermine par exemple l'âge d'un tissu (la peau etc) en produisant une lésion et en mesurant la durée de sa cicatrisation).
    Je pense qu'on peut extrapoler la courbe du catabolisme (par exemple sur la base de la durée inverse de la cicatrisation) pour déterminer à partir de quand l'anabolisme sera toujours inférieur au catabolisme (ce qui amène à la mort à plus ou moins brève échéance).

  12. #9
    Bounoume

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    bonjour.... mais pas si simple.....
    question anabolisme/catabolisme: Voui.... pour la taupe, ou la brebis: quand les dents de la bestiole sont usées (par les grains de sable dans les vers de terre ou l' herbe) les dents tombent, peut plus mâcher, et ça crève de faim.....
    Pour l' humain, c' est vrai que le statut hormonal (ménopause ou 'andropause'(?) ) entraîne une baisse du bilan nutritionnel..... mais pas mortel.....

    par contre regarder :
    le devenir du code génétique (somatique) de l' individu: cherche sur les télomères (et la télomérase).....
    Les chromosomes voient leurs extrémités rognées avec l' âge.... avec des conséquences sur les possibilités de multiplication/régénération cellulaire.
    Le renouvellement cellulaire se fait de moins en moins.... donc perte de quantité, jusqu' à ce qu' il n' y ait plus le minimum indispensable.... *

    Accessoirement, l' altération du code au cours des mitoses: quelques morts cellulaires supplémentaires, mais surtout apparition de tumeurs.... donc réduction de l' espérance de vie, même si les cancers sont traités au mieux par la Médecine....

    *minimum indispensable: pour entretenir le fonctionnement courant de l' individu (articulations, par exemple), la vie de relation (neurones...) et aussi la survie (fonctions immunitaires)
    ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés (les animaux malades de la peste)!

  13. #10
    Bounoume

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Citation Envoyé par BrainMan Voir le message
    Par contre l'anabolisme décroit avec l'âge (on détermine par exemple l'âge d'un tissu (la peau etc) en produisant une lésion et en mesurant la durée de sa cicatrisation).
    'vieillissement' des cellules souches épithéliales et conjonctives: télomérases.... plutôt....
    ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés (les animaux malades de la peste)!

  14. #11
    philippedelimoges

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Merci Bounoume pour votre réponse (désolé pour le retar mais très pris ailleurs ...)

    Cordialement

  15. #12
    tolan

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    J'aimerais revenir sur la comparaison avec le chimpanzé.

    Notre enfance est extrêmement longue. On l'attribue généralement à l'énergie qu'il faut pour le développement du cerveau au détriment du corps.
    On peut vraiment douter de cela...

    La particularité de l'humain, c'est bien son intelligence. Or celle-ci demande un très long apprentissage et aussi un développement du cerveau très complexe qui ne peut sans doute pas se faire rapidement pour des raisons biologiques.
    Chaque humain est donc un investissement sur le long terme.
    Mourir à 40 ans ne serait sans doute pas valable pour l'espèce.

  16. Publicité
  17. #13
    MissJenny

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Bonjour,

    en biologie il ne faut pas raisonner en termes de "bon pour l'espèce" ou "pas bon pour l'espèce". La sélection agit au niveau de l'individu et ce qui est sélectionné ce sont les traits favorables à la descendance de l'individu. En première approximation on s'intéresse aux traits qui favorisent le nombre d'enfants qui atteignent l'âge de la reproduction. Mais pour être complet il faut tenir compte au moins de la génération suivante. Un humain se reproduit à partir de 15 ans et on peut penser qu'à 40 ans il peut s'il est en bonne santé participer à la survie de la deuxième génération de descendants. S'il n'entre pas en concurrence avec ses rejetons sa vie a un intérêt pour la survie de ses gènes. Ca a dû être le cas dans le passé.

  18. #14
    BrainMan

    Re : Evolution de la durée de vie des humains

    Citation Envoyé par MissJenny Voir le message
    Bonjour,
    en biologie il ne faut pas raisonner en termes de "bon pour l'espèce" ou "pas bon pour l'espèce". La sélection agit au niveau de l'individu et ce qui est sélectionné ce sont les traits favorables à la descendance de l'individu.
    Ce n'est pas aussi tranché, bien que je vous l'accord que le raisonnement à l'échelle "de l'espèce" pose des problèmes (du fait du peu de consistance de la notion d'espèce dans certains cas (hybridation etc)).
    Mais on pourrait même raisonner en termes de "bon pour la vie"... et le raisonnement darwinien continuerait à présenter un certain pouvoir explicatif.
    De la même manière, on pourrait aller dans le sens inverse et raisonner en terme de bon pour le tissu gonadique et même pourquoi pas "bon pour le gène".
    Ce qu'il faut simplement comprendre, c'est que le niveau d'organisation "individu", est le plus évident et peut-être aussi souvent celui qui a le plus d'influence dans le processus de sélection darwinien, mais c'est "un corps", comme l'est un tissu organique, un groupe social, une population locale, ou une biosphère (là on va très loin et c'est moins intéressant de raisonner à ce niveau dans le cas d'une seule biosphère...).

    Un humain se reproduit à partir de 15 ans et on peut penser qu'à 40 ans il peut s'il est en bonne santé participer à la survie de la deuxième génération de descendants.
    En fait, ça dépend.
    Dans les plaines et lorsque la fertilité est forte, on est d'accord, mais dans les montagnes où la fertilité est faible et toute erreur de comportement peut entrainer très rapidement un drame, l'âge de la reproduction augmente.
    D'autre part, je ne saurais vous dire s'il s'agit là d'une évolution génétique ou d'une évolution culturelle (ou un peu des deux...)

  19. #15
    pl709

    Red face Re : Evolution de la durée de vie des humains

    De nouvelles données génétiques intéressantes dans l'article "Comparative analysis of mammal genomes unveils key genomic variability for human lifespan." sur XXXXX
    Dernière modification par obi76 ; 29/06/2021 à 09h38.

Discussions similaires

  1. Réponses: 20
    Dernier message: 18/12/2019, 08h36
  2. Evolution de la durée des jours sur Terre
    Par Garion dans le forum Archives
    Réponses: 11
    Dernier message: 04/03/2016, 18h16
  3. [Evolution] L'évolution des humains
    Par louif123 dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 24/12/2013, 12h53
  4. Réponses: 7
    Dernier message: 07/03/2012, 16h27
  5. Réponses: 6
    Dernier message: 05/10/2006, 17h19
Découvrez nos comparatifs produits sur le sport et la santé.