Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Electrolyse de l'alcool ?



  1. #1
    AmigaOS

    Electrolyse de l'alcool ?


    ------

    Bonjour

    Je me demandais s'il était possible d'électrolyser autre chose que de l'eau. Par exemple si on ajoute un peu de sel dans de l’alcool (éthanol), est-ce qu'il conduit le courant ? Et qu'est ce que ça produirait comme gaz ?

    Merci

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    40CDV20

    Re : Electrolyse de l'alcool ?

    Bjr,
    Juste pour lancer le post car l'électro-synthèse organique n'est pas exactement ma tasse de thé. Disons le tout net l'électrochimie organique est très largement en retard, pour d'évidentes raisons dont les principales :
    les moins :
    -technique nécessairement plus coûteuse,
    -conception complexe des cellules,
    -gros souci en ce qui concerne la conductivité,....il ne s'agit pas d'ajuster par quelques giclées d'eau pour arranger l'affaire. Dans une majorité de composés organiques les sels minéraux sont très peu solubles donc très peu dissociés, ce qui explique que la majorité des sels conducteurs utilisables en électro-synthèse organique "tourne" autour des coûteux dérivés d'ammonium quaternaires

    les plus :
    -utilisation à la carte en oxydation,
    -idem en réduction, dans les deux cas l'électron va se substituer aux oxydants ou aux réducteurs usuels
    Un ex. d'exploitation en réduction :
    Perso (comme des centaines d'autres c'était presque l'accès au Graal), je me suis limité à des manips visant à court-circuiter la technique d'électro-dimérisation de l'acrylonitrile (production d'adiponitrile incontournable pour les PA 6-6) en phase homogène brevetée par Monsanto et son pendant en phase hétérogène par Asahi. Est ce utile de préciser que je n'ai rien trouvé.
    Je crois mais c'est à vérifier, que cette technique d'origine des années 60, maintes fois optimisées est toujours en 2020 la première application d'électro-synthèse organique mondiale, c'est dire,.....qu'un électro-chimiste organicien éveillé doit trouver facilement un job !
    Cdt

  4. #3
    AmigaOS

    Re : Electrolyse de l'alcool ?

    N'étant pas chimiste je ne comprends pas vraiment la 2ème moitié de votre réponse
    Ma question était plutôt sur ce que ce genre d'électrolyse produit comme gaz par simple curiosité. Ça m'intéresserait aussi de savoir pour d'autres liquides que l’éthanol. Par exemple le vinaigre, glycérine etc.. Parce qu'on entend toujours parler de l'électrolyse de l'eau et je me demandais ce que pourrait donner d'autres liquides et aussi déjà si c'est possible.

  5. #4
    40CDV20

    Re : Electrolyse de l'alcool ?

    Citation Envoyé par AmigaOS Voir le message
    N'étant pas chimiste
    Bjr,

    Moi non plus et je n'en fais pas un complexe, il m'arrive même de me demander ce qui peut encore "relier" deux chimistes patentés ayant respectivement faits carrière l'un chez Abbott, l'autre chez Lafarge Que leur reste t il de cette quasi bible que constitue à elle seule "les solutions aqueuses" ?
    Pour re-cibler sur la "curiosité", on trouve pas mal de littérature sur ces électrolyses exotiques éditées surtout par les "adeptes de la Dynamisation" (je m'interdis la moindre moquerie et je zappe sur les guignoleries via Youtube), je rapporte ce que j'ai pu en lire.
    l'Alcool basique ou pur est produit principalement à 95°, on en trouve effectivement à 100° dit absolu autrement plus difficile à produire et souvent maintenu/stocké sur tamis moléculaire.
    Si avec un matériel standard (alim stabilisée, cellule,.. disons avec deux électrodes d'inox (principalement en métal noble chez les Dynamiseurs) vous électrolysez de l'éthanol absolu (solvant polaire protique, dont la constante diélectrique (selon G.Charlot) doit être de l'ordre de 24.3), il ne se passe strictement rien au motif que la conductibilité ionique est quasi nulle. S'il vous prend l'envie par curiosité d'y rajouter quelques giclées d'eau dé-ionisée, c'est toujours inactif.
    Si vous vous rabattez sur de l'alcool à 95° (donc avec 5% d'eau dont la qualité et/ou la charge ionique est inconnue), on constate après une bonne dose de patience "que quelque chose se passe" ce qui laisse à penser qu'un faible courant circule, que l'eau étant réductible et oxydable il se produit quelques nano dégagements d'H2 et d'O2 et que d'infimes particules d'Ag viennent enrichir l'électrolyte.
    Tout ceci pourrait se faire sans l'éthanol, lequel dans l'affaire est strictement spectateur dans la configuration expérimentale décrite, (bien que chimiquement parlant l'éthanol puisse être réduit en éthane (un alcane) et bien entendu oxydé en éthanal ou en acide éthanoïque).
    Mais on peut légitimement se demander ce qui ce qui pourrait se produire dans une cellule adhoc si on ajoutait à l'éthanol 100° un sel conducteur soluble (bromure de tétrabutyl ammonium ou un liquide ionique tels EMIM ou BMIM). Bien entendu on serait en milieu strictement anhydre ? Dans l'activité d'électrodéposition en solvant non aqueux la technique est déjà très avancée

    Quant à électrolyser du vinaigre qui est de l'acide acétique (électrolyte conducteur) ou de la glycérine (électrolyte non conducteur), on repasse par la case départ mais sans empocher les 100€ !
    Cdt

  6. #5
    Chalco

    Re : Electrolyse de l'alcool ?

    On peut faire de l'électrolyse dans n'importe quel solvant, à condition de pouvoir y faire passer du courant. Il faut donc que ce solvant puisse dissoudre un sel qui s'y ionise ("l'électrolyte support"). Ensuite, il faut savoir si on veut électrolyser le solvant lui-même, ce qui semble être l'idée d'AmigaOS ou bien si on veut électrolyser quelque chose qu'on ne peut pas dissoudre dans l'eau mais qui est soluble dans un autre solvant.
    Si on se limite à l'oxydation et à la réduction du solvant (si on le réduit à une électrode, on l'oxyde obligatoirement à l'autre), il se peut que l'on oxyde ou réduise un composant de l'électrolyte support. Par exemple, dans l'ammoniac liquide, les ions Na+ se réduisent en sodium qui se dissout et donne une jolie solution bleue. Une autre possibilité est que si on trouve un électrolyte support soluble, celui ci ne se dissocie pas : si la constante diélectrique du solvant est faible, les deux ions de l'électrolyte restent accolés du fait de l'attraction électrostatique et alors, ils ne peuvent plus se séparer pour se diriger l'un vers l'anode l'autre vers la cathode.
    Tout cela pour dire que rien n'est jamais vraiment simple . Cependant, beaucoup de choses plus étonnantes les unes que les autres ont déjà été testées dans les laboratoires, ce qui a permis à certains de dire : "Ils sont fous ces scientifiques".

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    moco

    Re : Electrolyse de l'alcool ?

    Bonjour,
    Une des rares réactions électrochimiques utilisées en pratique (mais en phase aqueuse) est la synthèse de l'éthane pur selon Kolbe. En effet, l'électrolyse de l'acétate de sodium en solution aqueuse produit un dégagement d'éthane C2H6 et de CO2 à l'anode, selon :
    CH3COO- --> C2H6 + 2 CO2 + 2 e-
    A la cathode, il se produit :
    2 H2O + 2 e- --> H2 + 2 OH-
    Et si on veut avoir de l'éthane pur, il faut éliminer le CO2 par barbotage dans une solution de NaOH.

  9. Publicité

Discussions similaires

  1. Alcool chimie / alcool vraie vie
    Par Bratschicolo dans le forum Chimie
    Réponses: 4
    Dernier message: 21/04/2011, 10h45
  2. QR - L'alcool bio produit-il les mêmes effets que l'alcool ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 14/12/2010, 18h05
  3. Réponses: 5
    Dernier message: 06/02/2010, 16h33
  4. alcool dénaturé = alcool à bruler
    Par djfood dans le forum Chimie
    Réponses: 6
    Dernier message: 15/03/2009, 19h18
  5. Réponses: 7
    Dernier message: 25/04/2008, 08h00