Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Avenir de l'espèce humaine




  1. #1
    paulb
    Avenir de l'humanité: quels dangers?
    Il a fallu près de deux millions d'années pour qu'un australopithèque devienne un homo sapiens, il est donc illusoire de s'attendre à une évolution rapide de sa nature profonde, surtout si la cruauté de la sélection fait défaut, à moins de recourir à la sélection artificielle ou à l'ingénierie génétique. Les quelques petits millénaires de son histoire d'être pensant ont permis une évolution foudroyante de son mode de vie et des connaissances qu'il a de l'univers et de lui-même. Il a acquis le redoutable pouvoir de s’auto-détruire, ce qui peut arriver dès maintenant par maladresse ou par folie.
    Par sa prolifération, sa domination sur toutes les autres espèces et sa boulimie de consommation, il entame dangereusement les ressources offertes par son habitat limité au globe terrestre, il voue à la disparition un nombre croissant d’espèces cohabitant avec lui et il multiplie les rejets et les nuisances qui finiront par menacer gravement sa propre existence et même provoquer sa disparition.
    Ce ne sont pas des menaces lointaines, il faudrait rapidement prendre des mesures énergiques pour éviter d’en arriver à une situation irréversible. La question se pose si, étant donné sa nature profonde, non modifiable à court terme, l’homme sera capable de prendre son destin en mains, de réviser tous ses tabous actuels qui l’empêchent d’agir et de maîtriser son destin au lieu de le subir.
    Mes idées à ce sujet peuvent être consultées sur les sites http://humanite.danger.monsite.wanadoo.fr et http://pbessais.monsite.wanadoo.fr.
    J'aimerais entendre les arguments des uns et des autres à ce sujet.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    françoise
    Vous avez raison, c'est une évolution qui donne un véritable vertige.

    Depuis l'homme sapiens, d'excellents esprits ont calculé combien d'êtres humains, mortels, avaient foulé le sol de la planète. Je me souviens, entre autres, d'un livre remarquable, de Pierre Chaunu, 80 millliards de destins.

    Depuis Homo Sapiens, on a ainsi calculé que 80 milliards d'êtres humains avaient vécu sur cette Terre, au cours des deux derniers millions d'années, en gros. Et le chiffre dramatique, d'une extravagante montée, est que aujourd'hui, sur ces 80 milliards depuis tant de millénaires, 6,5 milliards sont vivants et nous sommes parmi eux.

    Mais ce n'est pas la fin. Désormais, les courbes de croissance s'infléchissent, très vite. Le passage à la raréfaction des enfants, de l'Italie, de l'Espagne, moins de 1,5 enfant par femme, depuis deux générations, commence à arriver en Chine, par force, en Inde, volontairement, tandis que l'Afrique encore prolifique est freinée par le sida et autres maladies et désastres.


    Déjà, les prévisions démographiques, à 20 et 50 ans, ne sont plus aussi fortes qu'elles étaient il y a vingt ans. Le chiffre de la population mondiale ne devrait pas dépasser 7,5 milliards en 2020-2025, et après cela peut stagner, puis baisser.


    A plus long terme, la vision possible est celle du dernier humain, contemplant son dernier coucher de soleil, tandis que la Terre continuera à tourner sans nous pendant encore des millions d'années, faisant des humains l'une des espèces les plus éphémères et les plus folles..

  4. #3
    paulb
    Chère Françoise,
    Vous dites:
    "Depuis Homo Sapiens, on a ainsi calculé que 80 milliards d'êtres humains avaient vécu sur cette Terre, au cours des deux derniers millions d'années, en gros. Et le chiffre dramatique, d'une extravagante montée, est que aujourd'hui, sur ces 80 milliards depuis tant de millénaires, 6,5 milliards sont vivants et nous sommes parmi eux.

    Mais ce n'est pas la fin. Désormais, les courbes de croissance s'infléchissent, très vite. Le passage à la raréfaction des enfants, de l'Italie, de l'Espagne, moins de 1,5 enfant par femme, depuis deux générations, commence à arriver en Chine, par force, en Inde, volontairement, tandis que l'Afrique encore prolifique est freinée par le sida et autres maladies et désastres.


    Déjà, les prévisions démographiques, à 20 et 50 ans, ne sont plus aussi fortes qu'elles étaient il y a vingt ans. Le chiffre de la population mondiale ne devrait pas dépasser 7,5 milliards en 2020-2025, et après cela peut stagner, puis baisser."

    Quelques rapides recherches sur Internet ont donné les résultats suivants:

    1/ Rapport du FNUAP:
    L'état de la population mondiale 2001.
    Fonds des Nations Unies pour la population.

    Population totale 2001 Population prévue 2050
    Total mondial 6134,1 9322,3 +52%
    Régions développées 1193,9 1181,1

    Régions en dév.t 4940,3 8141,1

    Pays les moins avancés 675,0 1829,5

    Dramatique, non?

    2/ Rapport "Environnement Canada":
    Consommation globale mondiale 1975-1998: doublement!
    Consommation globale mondiale XXe siècle: multipliée par 16!

    3/ WASHINGTON, 26 mars (à AFP) - La consommation mondiale d'énergie devrait augmenter de 60% d'ici 2020, selon le dernier rapport annuel sur l'énergie publié mardi par l'agence d'information sur l'Énergie, entité indépendante du département américain de l'Énergie.

    Si vous prenez le temps, vous trouverez pas mal d'autres statistiques et prévisions allant dans le même sens.

    Les nuisances de l'humanité dépendent essentiellement de sa consommation, qui croît plus vite que la population car, heureusement, tout le monde consomme de plus en plus, ce qui apparaît clairement d'autres statistiques. Excuses pour le rouge, involontaire.

    Bon courage quand même Paul


  5. #4
    paulb
    Chère Françoise,
    Je m'aperçois qu'une partie de la mise en page de mon post n'a pas été respectée, vous trouverez donc ci-après une autre mouture:

    1/ Rapport du FNUAP:Fonds des Nations Unies pour la population

    A=Population totale 2001 (en millions) B=Population prévue 2050 (en millions)
    C=variation en %

    Total
    mondial A=6134,1; B=9322,3; C=+52%

    Régions
    développées A=1193,9; B=1181,1; C=-1%

    Régions en
    développement A=4940,3; B=8141,1; C=+65%!!!!

    Pays les
    moins avancés A=675,0; B=1829,5; C=+171%!!!!

    Ce rapport très complet est consultable sur google. Il indique, pays par pays, l'évolution de la population, en légère diminution pour les pays développés et plus que doublement pour les autres, d'une population cinq fois plus nombreuse. Si, en plus, on arrive à améliorer le niveau de vie, donc la consommation de ces derniers, où va-t-on?

  6. #5
    paulb
    Chers tous,
    Je suis ennuyé de voir que pas beaucoup d'entre vous sont intéressés par ce sujet.
    Pour essayer de réveiller votre appétit, je vous indique que sur
    http://www.unige.ch/sebes/1994.html
    vous pouvez trouver des textes de gens plus que sérieux sur l'avenir proche de l'humanité qui vous feront froid dans le dos. En particulier le texte de François RAMADE, Professeur d'écologie et de zoologie à l'Université de Paris-Sud, qui indique avec beaucoup de précision pourquoi nous risquons de gros désastres au cours de ce siècle.
    Bonne lecture!

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    al-Wazzan
    Bonjour,

    Les données statistiques sont très intéressantes, et je vais m'y appuyer pour illustrer mon point de vue.
    Si il y a bien un évènement marquant dans l'histoire de l'humanité, c'est l'élévation du statut de la femme, d'aucuns parlent de libération. C'est le plus récent de tous à grande échelle, et je crois que l'Histoire corrobore mes dires à ce sujet.
    En fait, nous assistons à une passation chaotique du pouvoir, d'un patriarcat multi-millénaire à un matriarcat âgé de quelques lustres.
    Pour en revenir aux chiffres donnés plus haut, nous pouvons remarquer que la croissance démographique est très dynamique dans les zones à sociétés patriarcales, et inversement, que la croissance démographique est faible dans les sociétés "modernes", "occidentales", nouvellement matriarcales. Nul n'ignore que ces sociétés patriarcales sont souvent les moins rompues à notre modèle de modernité, et les moins aptes au progrès et au confort de l'Homme.
    La civilisation, érigée lentement si on se place du point de vue de l'Homme, rapidement du point de vue des âges qui ont balayé la surface de la Terre, est le facteur de libération de la femme. C'est la philosophie politique qui a libéré la femme d'un modèle social où l'homme dirigeait sans grand partage.
    Il me semble par conséquent que l'avenir de l'espèce humaine se joue dans la structuration de la société autour de cette nouvelle donnée, violente, soudaine, et qui brouille l'identité masculine autant que l'identité féminine.

    al-Wazzan

  9. #7
    Cécile
    En fait, nous assistons à une passation chaotique du pouvoir, d'un patriarcat multi-millénaire à un matriarcat âgé de quelques lustres
    Je ne vois aucun matriarcat dans nos sociétés actuelles. La diminution d'un patricarcat, OK, mais pas l'avénement d'un matriarcat.
    Mais je m'éloigne du sujet...

  10. Publicité
  11. #8
    al-Wazzan
    Bonjour,

    Si il y a déclin du partiarcat, il y a renforcement d'un matriarcat ("Situation familiale ou sociale dans laquelle l'autorité de la femme est prépondérante."). La garde des enfants dans le cas d'un divorce est quasiment systématiquement confiée aux femmes, les femmes choisissent de garder leur patronyme, et elles ont un double pouvoir: elles enfantent, ce que ne font pas les hommes, et elles travaillent, comme les hommes, en étant aussi compétentes qu'eux.
    Il est vrai cependant que ni le partiarcat, ni le matriarcat, n'ont cours totalement dans la sociéte, tout du moins française. Il y a affaiblissement de l'un au profit de l'autre, ce qui pose beaucoup de questions.

    al-Wazzan

  12. #9
    John78
    Non mais attendez vous ne pouvez pas dire que c'est la "libération" de la femme qui est la cause de la transition démographique des sociétés. La libération de la femme n'est qu'une conséquence de l'évolution des idées, des progres culturels et économiques, enfin de l'affranchissement des doctrines religieuses. C'est l'ensemble de la société qui est a la base de ces progres.

    Vous oubliez que l'accroissement des populations "pauvres" aujourd'hui est certe lié à des taux élevés de fécondité mais aussi et surtout par une baisse sensible de la mortalité infantile et de l'allongement de la durée de vie. Ce dernier facteur est évidemment indépendant de la condition de la femme CQFD.

    A+
    John

  13. #10
    paulb
    Cher John,
    Vous dites:

    "Non mais attendez vous ne pouvez pas dire que c'est la "libération" de la femme qui est la cause de la transition démographique des sociétés. La libération de la femme n'est qu'une conséquence de l'évolution des idées, des progres culturels et économiques, enfin de l'affranchissement des doctrines religieuses. C'est l'ensemble de la société qui est a la base de ces progres.

    Vous oubliez que l'accroissement des populations "pauvres" aujourd'hui est certe lié à des taux élevés de fécondité mais aussi et surtout par une baisse sensible de la mortalité infantile et de l'allongement de la durée de vie. Ce dernier facteur est évidemment indépendant de la condition de la femme CQFD. "

    Vous avez raison pour les résultats, mais je pense que vous ne réalisez les relations cause-effets que partiellement. Ci-après je ne vous fais pas part de mes élucubrations, mais je résume mes lectures de personnes plus "autorisées" que moi:

    Dans les pays développés une lente libération des religions grâce aux penseurs affranchis de leurs doctrines, penseurs qui sont à l'origine des droits de l'homme en général et des droits de la femme en particulier, a conduit à reconnaître à ces dernières le "droit à disposer de leur corps." En même temps, l'évolution de la médecine a progressivement réduit la mortalité enfantine et a permis de diminuer le nombre d'enfants par femme, d'autant plus que, les technologies aidant, l'appel à la main d'œuvre enfantine n'était plus nécessaire pour que la famille survive. La récente invention des pratiques efficaces de contrôle des naissances ont donné les moyens sûrs de limiter le nombre de descendants de chaque famille. On est ainsi arrivé au simple remplacement des générations et même à une lente diminution.

    Dans les pays dits en développement plusieurs des éléments cités ci-dessus faisaient et font toujours défaut. Faute d'un développement intellectuel suffisant dû en grande partie au climat défavorable, les religions obscurantistes ont maintenu leur emprise et la soumission de la femme reste réduite au rôle de travailleuse et de productrice d'enfants, le rôle de ces derniers étant d'aider à la survie de la famille et d'assurer les vieux jours de leurs parents. Les religions et coutumes machistes ont exclu le recours au contrôle des naissances. De cette façon, la régulation des naissances, qui aurait dû intervenir grâce à la réduction de la mortalité enfantine obtenue par les médicaments occidentaux, n'a pas pu se faire. L'explosion démographique est la conséquence inéluctable de ces faits. Vu qu'elle entraîne des difficultés d'alimentation accrues, le mouvement ne peut que s'entretenir.

    Voilà Madame, pourquoi votre fille est muette.
    Bien amicalement Paul



    A+
    John[/quote]

  14. #11
    Narduccio
    D'après plusieurs chercheurs, les premières sociétés néolithiques furent matriarchales. En ce moment, nous n'assistons pas à une renaissance du matriachat, mais à une évolution vers une co-éxistance harmonieuse et pacifique des 2 sexes. Cela ne se fait pas sans mal, il y a de fortes résistances de pans entiers de nos sociétés. Et certaines femmes luttent non pas pour un partage mais pour une préminence.
    La place de la femme dans nos sociétés et nos économies à changé, il faut en tenir compte et lui donner toute la place qu'elle mérite.
    Mais ce n'est pas cela qui modifiera grandement l'évolution de l'espèce humaine. Le plus grand défi qui nous attends dans l'immédiat est notre capacité a surmonter la crise qui sera liée à l'effet de serre. Un nouvel Homme pourrait en sortir, ou le même Homme un peu modifieé ou pas d'humains du tout! Une autre espèce devra alors prendre la place que nous auront laissé vacante!

  15. #12
    al-Wazzan
    Bonjour,

    Non mais attendez vous ne pouvez pas dire que c'est la "libération" de la femme qui est la cause de la transition démographique des sociétés. La libération de la femme n'est qu'une conséquence de l'évolution des idées, des progres culturels et économiques, enfin de l'affranchissement des doctrines religieuses. C'est l'ensemble de la société qui est a la base de ces progres.
    Je n'ai pas dit cela. La transition démographique française s'est amorcée à une date très ancienne (1750), et je connais trop peu le sujet pour en définir les tenants et les aboutissants. Toutefois, l'expérience que nous avons du tiers-monde en ce qui concerne les taux de fécondité des femmes éduquées dans leur féminité en comparaison de leurs consoeurs mal informées illustre l'importance du rôle de la femme dans cette transition démographique.
    En prenant en compte l'ancienneté de notre transition démographique, il paraît évident que celle-ci s'est amorcée plus dans les mentalités que dans des habitudes contraceptives qui n'existaient pas alors.

    Vous oubliez que l'accroissement des populations "pauvres" aujourd'hui est certe lié à des taux élevés de fécondité mais aussi et surtout par une baisse sensible de la mortalité infantile et de l'allongement de la durée de vie. Ce dernier facteur est évidemment indépendant de la condition de la femme CQFD.
    Vous oubliez que l'accroissement des populations "pauvres" aujourd'hui est certe lié à des taux élevés de fécondité mais aussi et surtout par une baisse sensible de la mortalité infantile et de l'allongement de la durée de vie. Ce dernier facteur est évidemment indépendant de la condition de la femme CQFD.

    Il y a transition démographique quand le taux de natalité et le taux de mortalité décroissent, à des rythmes distincts. Le rôle de la femme est donc aussi important que celui du progrès en sciences médicales.

    Mais pour en revenir au sujet, l'avenir de l'espèce humaine sera déterminée à mon avis par les interactions Homme-Homme (Homme = homme et femme) et Homme-environnement. Il ne suffit pas de considérer des données écologiques comme l'effet de serre, mais aussi les mutations sociologiques.

    al-Wazzan

  16. #13
    John78
    Je réponds à Paulb et alWassan en même temps.

    Vous ne pouvez pas réduire le role des femmes dans la société a leur role de mère. Car en vérité si la contraception est massivement utilisée par les femmes, s'est avant tout pour pouvoir exister socialement (travail, étude, loisir...) autrement que comme poule pondeuse (passez moi l'expression). Donc la limitation des naissances est une conséquence et non une cause de la libération des femmes en occident !

    Combien de femme hésite ou retarde a avoir des enfants parceque celà va durablement et lourdement handicaper leurs vies professionelles ou personnelles ? Et c'est bien là tout le combat des femmes pour pouvoir harmonieusement vivre en tant que femme ET en tant que mère. Or ce combat n'est pas gagné aujourd'hui, on le voit au niveau des discriminations professionnelles. Je ne vois donc pas où est la préminence des femmes ou la société matriarchale, soyons sérieux 5 min.

    Et sur le fonds du sujet abordé ici, finalement, je pense que je suis contre le controle des naissances. C'est horrible ce concept. Je ne vois pas pourquoi on devrait interdire aux couples d'avoir plus de 2 enfants. Moralement c'est injustifiable. Comme il est moralement injustifiable d'imposer aux femmes d'avoir 10 gosses.


    Voilà Madame, pourquoi votre fille est muette.
    Je vais vous faire une confidence Paul : je ne suis pas une fille

    A+
    John

  17. #14
    al-Wazzan
    Bonjour,

    Vous vous méprenez. Nous disons exactement le contraire, à savoir que la femme n'est plus confinée à un rôle d'enfantement et de femme au foyer, mais au contraire, qu'elle gère les deux. J'ai mal exprimé ma pensée en parlant de société matriarcale, et j'ai rectifié en utilisant plutôt la formule d'un équilibre entre deux modèles de sociétés, entre deux dominations.
    Pour l'Occident, vous avez raison, la décroissance du taux de natalité et du taux de fécondité est due à une évolution de la condition de la femme et à son épanouissement social et intellectuel. Je l'ai démontré avec la transition démographique précoce pour ce qui regarde la France.
    Le contrôle des naissances vous semble horrible. On peut se permettre d'avoir une telle opinion en France, mais dans certains pays, il s'agit de limiter en fait le nombre de malheureux. Quel est le plus justifiable moralement?

    al-Wazzan

  18. #15
    paulb
    A tous les participants de ce débat:
    Je suis content qu'une discussion courtoise ait pu s'instaurer à ce sujet qui engage sérieusement l'avenir de l'humanité.

    John dit:
    "Et sur le fonds du sujet abordé ici, finalement, je pense que je suis contre le contrôle des naissances. C'est horrible ce concept. Je ne vois pas pourquoi on devrait interdire aux couples d'avoir plus de 2 enfants. Moralement c'est injustifiable. Comme il est moralement injustifiable d'imposer aux femmes d'avoir 10 gosses."

    Le concept de la limitation autoritaire des naissances est en effet condamnable du point de vue de la morale actuelle. Mais vous ne tenez pas compte d'une loi non écrite , cher John: la morale suit toujours, avec un certain retard, les nécessités de la société. Et actuellement il paraît évident qu'il faut, à tout prix, limiter la prolifération de quatre cinquièmes de l'humanité. Veuillez vous reporter à ma réponse à Françoise que vous trouverez plus haut, et qui indique sans le moindre doute que ce qu'on peut appeler globalement le tiers monde constitue une bombe qui est en train de sauter sous nos yeux et que la seule solution qui permettrait de ne pas subir (si ce n'est déjà fait) des dégradations irréversibles de notre biosphère serait de stopper net toutes les naissances dans le tiers monde, pendant au moins vingt ans, pour ne les libérer qu'au compte-gouttes après ce délai. Ceci n'est naturellement pas faisable, donc tout ce que l'on peut faire est de limiter les dégâts causés par la bombe citée. Avec la lenteur et les difficultés d'arriver à une organisation mondiale efficace il est douteux que le nécessaire puisse être fait avant longtemps. Il est à craindre qu'à cause des tensions de moins en moins supportables causées par surnatalité du tiers monde une grave rupture sociale mondiale se produise sous la forme de conflits comme on n'en a jamais vu ou d'autres catastrophes actuellement inimaginables.

    Je ne prie pas, mais si je priais, ce serait pour que le plus grand nombre d'hommes possible se rende compte de l'extrême danger couru par l'espèce humaine et s'efforce d'y porter remède!
    Bien amicalement
    Paul

  19. #16
    Yogo
    L'avenir de l'espèce humaine: a plus ou moins long terme : la disparition

  20. #17
    Michel Paul

    Re : Avenir de l'espèce humaine

    Tout à fait d'accord avec cette analyse de la situation.
    L'homme prend toute la place et tue la biodiversité avant de s'éliminer lui même par empoisonnement généralisé de la biosphère (agriculture chimique, combustion des hydrocarbures, fabrication de molécules toxiques indestructibles, production et dissémination de déchets radioactifs, empoisonnement génétique par dissémination de chimères OGM, etc.).
    Si les système de régulation naturels pouvaient encore jouer, la Nature aurait commencé son oeuvre mais l'homme cupide est devenu trop puissant, il peut encore tenir tête un moment pour aller plus loin dans son empoisonnement. La chute n'en sera que plus brutale et douloureuse.
    Nous proposons quelques solutions pour sortir du suicide collectif annoncé : http://lorraine.mei-fr.org/demographie/demo.htm

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. [Paléo Humaine] La lignée humaine
    Par Pucca dans le forum Paléontologie
    Réponses: 17
    Dernier message: 05/12/2006, 11h01
  2. Orques : l'espèce animale arctique la plus contaminée !
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 2
    Dernier message: 22/02/2006, 19h39
  3. [Paléo Humaine] Evolution de l'espèce humaine remise en cause...
    Par KarmaStuff dans le forum Paléontologie
    Réponses: 25
    Dernier message: 04/12/2005, 12h10
  4. Réalité de l'espèce.. on en est où?
    Par Ptitseb dans le forum Biologie
    Réponses: 8
    Dernier message: 10/03/2005, 10h46
  5. Droits de l'homme et impératifs de l'espèce.
    Par paulb dans le forum [ARCHIVE] Psychologie / Sociologie
    Réponses: 207
    Dernier message: 13/01/2005, 14h03