Discussion fermée
Page 2 sur 21 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 605

L'énergie en 2050



  1. #31
    yves25

    Re : L'énergie en 2050

    On peut imaginer des tas de solutions pour vivre avec cette disponibilité énergétique, c'est la transition qui m'embête le plus.

    -----

    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  2. Publicité
  3. #32
    Argyre

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par gillesh38
    * pétrole 2 Gtep
    * gaz 2 Gtep
    * charbon 4 Gtep
    * biomasse (surtout bois de chauffage+qques 0,1 Gtep de biocarburants) : 1 Gtep
    * nucléaire 0,5 Gtep ou moins (réacteurs conventionnels)
    * hydraulique : 1 Gtep
    * éolien 0,5 Gtep (*** % environ de l'électricité)
    Nos estimations ne sont finalement pas trop éloignées.
    Tu es toujours faché contre la géothermie (que tu ne mentionnes pas) ou tu estimes que ça restera marginal ?

  4. #33
    GillesH38a

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par paulb
    Non, pas normal, je l'appelle sans pb! Mais je suis sous Windows. Si qqun peut me dire comment mettre une compo excel en ligne, je le ferai.
    ca marche, pour le premier etiqueté en 1 2 3 4 en tout cas. C'est 2000 2025 2050 ... ?

    une remarque : attention aux taux de croissance trop rapides, ca demande des investissement tres couteux !

  5. #34
    GillesH38a

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par Argyre
    Nos estimations ne sont finalement pas trop éloignées.
    Tu es toujours faché contre la géothermie (que tu ne mentionnes pas) ou tu estimes que ça restera marginal ?
    Septentrion our le gaz, la décroissance n'est pas énorme. Je pense que son développement sera freiné par les problèmes d'approvisionnement (deja sensibles aux UK, US et pays dépendant de la Russie).

    sinon je suis assez d'accord avec toi Argyre, meme plus optimiste sur le pétrole !. Mais je rejoins Yves : je n'ai pas posé la question, mais je crains que la dérivée ne soit négative, et que la plupart de ces énergies aient disparu avant 2100. Plus que la quantité d'énergie, c'est surtout l'ajustement de nos économies à une situation sans croissance, voire avec décroissance qui sera LE problème.

  6. #35
    invité576543
    Invité

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par gillesh38
    * pic du pétrole avant 2015, décroissance forte d'ici 2050, sans doute un facteur 2 au moins.
    Un facteur 2 en 35 ans, ça ne fait que 2% annuel. Tu avais donné un taux plus élevé dans le temps, il me semble... Une poussée d'optimisme?

    Cdt,

  7. #36
    Septentrion

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par mmy
    Un facteur 2 en 35 ans, ça ne fait que 2% annuel. Tu avais donné un taux plus élevé dans le temps, il me semble... Une poussée d'optimisme?
    Cdt,
    Ben, il a peut-être vu que les yankees lorgnent sérieusement sur des centaines de milliards de barils (!!!) sous leurs pieds...
    http://www.fossil.energy.gov/program.../40010-373.pdf

  8. Publicité
  9. #37
    yves25

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par Septentrion
    Ben, il a peut-être vu que les yankees lorgnent sérieusement sur des centaines de milliards de barils (!!!) sous leurs pieds...
    http://www.fossil.energy.gov/program.../40010-373.pdf

    Eh bien quand je dis que le réchauffement ne fait pas le poids face à l'économie.........encore de l'eau (bien grasse) à mon moulin.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  10. #38
    Septentrion

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par yves25
    Eh bien quand je dis que le réchauffement ne fait pas le poids face à l'économie.........encore de l'eau (bien grasse) à mon moulin.
    GWB : "Kyoto, combien de divisions ?"

  11. #39
    paulb

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par gillesh38
    ca marche, pour le premier etiqueté en 1 2 3 4 en tout cas. C'est 2000 2025 2050 ... ?

    une remarque : attention aux taux de croissance trop rapides, ca demande des investissement tres couteux !
    Oui, 2000, 2025, 2050, 2075, 2100.
    Je vais finir par corriger, mais j'essaie de mettre ces comparaisons directement sur le fil, sans y arriver!
    Ne nous inquiétons pas pur les investissements, les pétroliers croûlent sous le fric!

  12. #40
    paulb

    Re : L'énergie en 2050

    Bonjour,
    Plusieurs d'entre vous parlent des problèmes d'investissement. Ce serait trop long de m'expliquer là-dessus ici, d'autant qu'en ce moment les choses évoluent très vite et le contexte politique est assez fébrile. En2004, il y a une éternité, j'ai écrit là-dessus:
    http://perso.wanadoo.fr/aap/aap/cons...on_energie.htm
    4. Financement de l'évolution technologique et des investissements.
    Curieusement, ce que j'appelle "cercle vertueux" pourrait s'enclencher maintenant, vu l'évolution géopolitique.

  13. #41
    Jiav

    Re : L'énergie en 2050

    Ce qui est à peu près sur, c'est que nos estimations sont fausses. Tant mieux dans 15 ans on pourra voir si on vu la bonne direction ou pas

    consommation totale en 2050: 41 Gtep

    * fossiles 16 GTep
    * Biomasse 2 GTep
    * nucléaire 16 GTep
    * Hydrolique 2 GTep
    * Solaire 5 GTep
    * Éolien 0 GTep (1% environ de l'électricité)

    Arguments: changements dominées par le développement économique de la Chine et de l'Inde, entraînant une croissance mondiale de 3% de la consommation énergétique. La tension induite sur les prix amène à des investissements à tous les niveaux, ce qui se traduit
    - pour les énergies fossiles: amélioration des techniques d'extractions, liquéfaction du charbon, pétrole non conventionnel, hydrate de carbone, un peu de biomasse (mais parrallèlement à un recul de la biomasse utilisée comme bois de chauffage) => augmentation des réserves et de la consommation mais à un rythme insuffisant pour soutenir seule la croissance plus importante de la demande.
    - par un développement du solaire passif pour le chauffage, avec utilisation de la géothermie de surface pour la stocker (peu de géothermie profonde). La production d'électricité solaire reste marginale pour cause de rentabilité insuffisante, idem pour l'éolien et les autres énergies renouvelables.
    - un développement massif de l'énergie nucléaire (surtout en Chine et en Inde) pour répondre à la demande en électricité mais aussi pour liquefier le charbon disponible.

    Bref ça irait pas si mal. Au point de vue énergétique.

    Vu sur le forum: Pic oil et global warming sont sur un bateau. Pic oil tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste?
    Dernière modification par Jiav ; 25/04/2006 à 19h59.

  14. #42
    wizz

    Re : L'énergie en 2050

    Et pour le transport.....

  15. Publicité
  16. #43
    Jiav

    Re : L'énergie en 2050

    rien de nouveau sous le soleil:
    * fossiles 16 GTep

  17. #44
    Alan

    Re : L'énergie en 2050

    Bonjour à tous

    mon pronostic :

    * fossiles 4 GTep
    * Biomasse ~0 GTep
    * nucléaire fission 15 GTep
    * nucléaire fusion 4 GTep
    * Hydrolique 2 GTep
    * Solaire ~0 GTep
    * Éolien ~0 GTep

  18. #45
    Cécile

    Re : L'énergie en 2050

    La biomasse, 0 GTep !
    Aujourd'hui déjà, c'est pourtant la première énergie "renouvelable" dans le monde. Elle n'est pas comptabilisée car elle n'entre pas dans l'économie (forcément, il s'agit de personne allant ramasser elles-mêmes leur bois), mais il s'agit de très grosses quantités.
    0 pour le solaire ! Ce qui est marrant, c'est que beaucoup de gens imaginent les progrès techniques du nucléaire, de la fusion, mais pas du solaire. Comme si les technologies solaires en 2050 allait être les mêmes qu'en 2006.

  19. #46
    Jiav

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par Cécile
    beaucoup de gens imaginent les progrès techniques du nucléaire, de la fusion, mais pas du solaire. Comme si les technologies solaires en 2050 allait être les mêmes qu'en 2006.
    Sur le principe il me semble qu'effectivement les progrès du nucléaire fissile d'une part, et de la valorisation d'énergies fossiles non rentables aujourd'hui d'autre part, sont beaucoup plus "faciles" à imaginer pour une utilisation massive en 2050 que les progrès dans le solaire électrique (ou dans le nucléaire à fusion -d'accord là-dessus!).

    D'un autre côté c'est vrai qu'avec le développement des nanotechs (disons micro pour te faire plaisir ), c'est pas complêtement impensable d'avoir dans quelques années du solaire électrique concurentiel par rapport au nucléaire. En fait ce serait mon scénario #2 Pas #1 parce qu'avec l'expertise existante au niveau du silicium, ça paraît dur à croire qu'on ai pas encore une solution si il en existe une facile (i.e. découvrable assez rapidement pour permettre une utilisation significative en 2050).

  20. #47
    Septentrion

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par Jiav
    Sur le principe il me semble qu'effectivement les progrès du nucléaire fissile d'une part, et de la valorisation d'énergies fossiles non rentables aujourd'hui d'autre part, sont beaucoup plus "faciles" à imaginer pour une utilisation massive en 2050 que les progrès dans le solaire électrique (ou dans le nucléaire à fusion -d'accord là-dessus!).
    Ca alors : quelqu'un encore plus fou que moi sur le nucléaire !
    Pour les fossiles, celà parait un peu optimiste (ou pessimiste selon le point de vue...), mais peut-être pas strictement impossible s'il y a beaucoup de charbon.

    A+

  21. #48
    Septentrion

    Re : L'énergie en 2050

    Je corrige ma proposition, avec les modifications suivantes :
    - Moins de biomasse
    - Une pincée de charbon en plus
    - Un peu plus de renouvelable

    Calcul grossier, en fonction de la population, et du niveau de consommation électrique. Il s'agit d'un scénario centré sur un développement important de l'énergie nucléaire, mais aussi des renouvelables.



    Le parc nucléaire mondial atteint 1769 unités-réacteur en 2050, soit un accroissement de 1328. Comme la plupart des réacteurs actuels seront arrivés en fin d'exploitation, on peut considérer qu'il faudrait construire environ 1750 réacteurs en 40 ans, soit 44 par an en moyenne, ce qui représente un investissement de l'ordre de 60 G$/an.
    Cette valeur est de l'ordre de grandeur (un peu inférieure) du poids économique de l'industrie aéronautique actuelle, comparaison pertinente parce qu'il s'agit d'une industrie de haute technologie, sensible également aux questions de sécurité.
    Il semble donc que la perspective de construire presque 2000 réacteurs nucléaires en 40 ans est industriellement plausible.
    Pour comparaison :
    vers 1985, le rythme de mise en service était de l'ordre de 30 réacteurs par an, dans les pays industrialisés de l'époque. Il y actuellement 441 réacteurs en fonction, 27 en construction, 53 en projet et 113 proposés.

    Hypothèses :
    - Stagnation de l'Afrique, dûe à une explosion démographique
    - Développement relatif de l'Asie. Néanmoins, Chine et Inde ne rejoignent pas le niveau européen
    - Des économies d'énergie en EUrope et en Amérique du nord. Décroissance de population de l'Europe, expansion de l'Amérique du nord
    - Développement assez lent de l'Amérique du sud
    Au final, l'énergie moyenne disponible par habitant augmente assez peu par rapport au niveau actuel de 1.7 tep/hb. L'accroissement de consommation énergétique découle surtout de l'accroissement de population.

    Commentaires:
    - Le taux de nucléarisation de l'Afrique reste assez faible, et concernerait essentiellement l'Afrique du sud et peut-être des pays d'Afrique méditerranéenne.
    - Le taux de nucléarisation de la zone Asie Est cache de fortes disparités et est tiré vers le haut par des pays comme le Japon ou la Corée du sud.
    - L'Europe et les Etats-Unis ont terminé leur nucléarisation et aboutissent à un modèle énergétique voisin de la France actuelle : 60% d'électricité nucléaire (en moyenne), le reste provenant surtout de sources renouvelable et un peu du gaz. Le charbon n'est plus utilisé que de façon marginale pour la production d'électricité en Europe, mais pour fabriquer des carburants liquides
    - Le nombre de réacteurs est évalué en considérant des unités de 1 GWe, ce qui conduirait à un nombre de réacteurs un peu surestimé si le parc inclut des EPR de puissance nominale de 1.45 GWe, mais il est aussi possible qu'on construise de plus petits réacteurs, d'une puissance de 300 MWe.
    - Nombre de réacteurs <> nombre de centrales. Une centrale peut inclure de 2 à 6 réacteurs (Gravelines, dans le nord de la France)
    - Si tout le parc nucléaire était constitué de LWR+EPR (non surgénérateurs), la consommation mondiale d'uranium naturel serait de l'ordre de 350 kt/an.
    Elle peut être beaucoup moins importante si une filière de surgénérateurs démarre vers 2030.
    - Sécurité :
    * Tchernobyl n'est pas significatif du risque : il faut considérer que le parc serait constitué de LWR et d'EPR, qui n'ont rien à voir avec Tchernobyl. Aucun accident de LWR n'a jamais entrainé de décès, ni entrainé de libération massive de radioactivité dans l'environnement
    * Les réacteurs sont construits dans des pays qui ont le niveau technologique pour les gérer correctement. Il est probable que de nombreux pays africains (par exemple) n'auront pas ce niveau, même en 2050, en conséquence de quoi, le taux de nucléarisation de l'Afrique, prise globalement, reste faible (14 réacteurs sur tout le continent, essentiellement en Afrique du Sud).
    - En ce qui concerne le risque de prolifération, noter que la majorité des réacteurs serait construit dans des pays disposant déjà de l'arme nucléaire, ou ne posant pas de problème de ce point de vue (Europe). Le fait d'éliminer de ce scénario quelques pays "douteux" ne change pas essentiellement les ordres de grandeur
    - Etant donné qu'une multiplication par 4 du parc nucléaire n'augmente sa contribution à la production électrique que dans un rapport inférieur à 3, ces chiffres peuvent correspondre aussi à un développement des usages de l'électricité, ce qui apparait dans la colonne 'fe'. Il peut s'agir des transports en commun, et dans une certaine mesure de véhicules individuels, soit utilisant des batteries, soit de l'hydrogène produit en partie par électrolyse.
    - Les sources fossiles ne contribuent plus que pour 1.1 tep à la production d'électricité, grâce également au développement des renouvelables. Les fossiles sont utilisés pour le chauffage, les transports, engins de construction, etc.
    Hors production électrique, l'énergie d'origine fossile disponible est de 7.9 Gtep. La déplétion du pétrole est compensée par la production de carburants à partir du charbon.

    Voilà, une possiblité parmi d'autres...

    A+
    Dernière modification par Septentrion ; 26/04/2006 à 06h44.

  22. Publicité
  23. #49
    Septentrion

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par Septentrion
    Je corrige ma proposition, avec les modifications suivantes :
    - Moins de biomasse
    - Une pincée de charbon en plus
    - Un peu plus de renouvelable

    Calcul grossier, en fonction de la population, et du niveau de consommation électrique. Il s'agit d'un scénario centré sur un développement important de l'énergie nucléaire, mais aussi des renouvelables.
    Je me suis aperçu que le tableau a été coupé, voici la bonne version :


    Correction: fossiles disponibles hors production électrique=11-1.1=9.9 tep

    A+

  24. #50
    paulb

    Re : L'énergie en 2050

    Bonjour,
    Pour ceux que ça intéresse, les prévisions de:
    Alan
    Argyre
    Gilles38
    Jiav
    paulb
    Septentrion
    sont maintenant sur
    http://perso.wanadoo.fr/aap/aap/comparaisons
    Commentaires à suivre!

  25. #51
    Septentrion

    Re : L'énergie en 2050

    Merci pour le résumé !
    (euh, j'imagine la tête de Gilles si on lui met 0.5 Gtep de fusion en 2050 )

    Dans mon cas, on peut si on veut décomposer le nucléaire-fission : 2.5 Gtep en réacteurs classiques, 0.5 Gtep en surgénération (et du coup, je revois un peu à la baisse mes besoins en uranium : plutôt 280-300kt/an).
    S'il faut décomposer plus finement mes renouvelables (hors bio et hydro) : solaire: 1.3, éole: 0.5, geoth: 0.2 (Assez arbitraire et discutable).
    J'en profite pour préciser le sens du chiffre que j'ai donné sur la part de fossiles consacrés à la production électrique (1.1 Gtep) : il s'agit du minimum possible qui supposerait que tous les renouvelables sol+hydro+geoth soient utilisés pour celà, ce qui ne serait probablement pas le cas. La part de fossiles consacrés à la production électrique tournerait plus probablement autour de 2 à 2.5 Gtep, ce qui laisse 11-2.5=8.5 Gtep pour les autres applications.

    A part ça, on a tous des visions vraiment très différentes...

    A+

  26. #52
    yves25

    Re : L'énergie en 2050

    bonjour

    Par rapport aux scenaris du GIEC, les vôtres sont très optmistes en ce qui concerne les émissions de GES.

    Pour le GIEC, le scenario le plius optimiste correspond à des émissions de 8 Gt de C par an en 2050 (nous en sommes à 7 pour 11GTep).Bien entendu, la concentration dépend de la façon dont on arrivera à ces consommations en 2050 et de ce qui suivraa jusqu'à la fin du siècle.
    Alan : fossile 4 GTep C(sous forme de CO2) 2,5
    Argyre:______5.1______________ ________3.2
    Gilles ________9 _______________________5.7
    Jiav ________16 ______________________10.2
    Paulb________15 ______________________9.5
    Septentrion___11 ______________________7


    Les émissions minimum en 2050 pour le GIEC: 8 GT

    Autant dire que vous êtes tous dans la fourchette basse , voire très en dessous.

    On peut cependant supposer que si la consommation de fossiles est faible, elle continuera au m^me rythme jusqu'en 2100: hypothèse type B2 (qui donne cependant 10 GT en 2050) , on peut aussi imaginer une diminution constante de l'utilisation des fossiles: hypothèse type B1: la plus optimiste du GIEC avec 8 GT en 2050

    Concentrations CO2 en 2100: B2: 600 ppm, B1: 500 ppm
    Temp range en 2100: B1: 1,6 à 3 °C
    B2: 2 à 3,5

    Puissiez vous avoir raison! Il y aura déjà assez difficultés pour an arriver là!

    Alan et Argyre sont très en dessous de tous les scenaris et même me semble t il du scenario alternatif de Hansen (il faut que je vérifie)
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  27. #53
    paulb

    Re : L'énergie en 2050

    Bonjour,
    Nous sommes maintenant six à avoir exprimé nos prévisions.
    Leur extrême diversité ne doit surprendre personne, puisqu'on rencontre la même diversité rien qu'entre les différentes hypothèses élaborées par le GIEC, qui est pourtant en principe bien renseigné (quoique suspect d'une certaine tendance écolo, en particulier pour l'atome).
    Le total des énergies va, dans nos prévisions, de 9,6 (Argyre) à 39,1 (Jiav) GTep (sensiblement multiplicateur 4).
    J'ai un peu modifié les réponses globales (p. ex. "fossiles") en les répartissant entre les différentes sous-catégories (p. ex. charbon, pétrole, gaz). Si les auteurs désirent apporter des précisions, je corrigerai (le moins souvent possible).
    Trois catégories à examiner:
    1/ Les fossiles: leur déclin prévisible est bien ressenti (et probablement souhaité, ce qui influe sur les prévisions). Les économiser en tant que source d'énergie est souhaitable, non seulement du point de vue de l'effet de serre, mais aussi de celui de la carbo– et pétro-chimie, dont ce sont un ingrédient indispensable.
    2/ Le nucléaire. Visiblement ici les sensibilités pro– et anti-nucléaire interviennent massivement, ainsi que les aléas de la surrégénération et de la fission.
    3/ Les renouvelables. Sincèrement je ne m'attendais pas d'être en pointe à ce sujet. C'est probablement que je pars du "maximum supportable" à l'échéance de 2100, ce qui me rend optimiste. La forte résistance populaire que rencontrent les éoliennes est probablement un facteur non négligeable pour leur avenir. La géothermie promet, mais implique beaucoup de progrès techniques (obturation des couches traversées par l'eau injectée).
    Commentaire général: pour arriver à mes prévisions, j'ai battu beaucoup de papier et choisi avec soin mes sources (en général organes internationaux ou gouvernementaux, peu suspects de déformer les faits). Je pense que faire des prévisions en "se tapant sur le ventre" traduit beaucoup plus les espoirs et les craintes que la réalité. Cette deuxième "méthode" est malgré tout utile, car c'est surtout elle qui oriente les actions de chacun dans la préparation de l'avenir de tous. Les prévisions obtenues de ces deux manières se révèleront de toute façon fausses, par l'intervention de ruptures imprévisibles. Leur utilité est surtout de détecter les obstacles éventuels pour les contourner. Le tout est de les tenir à jour en fonction des événements.

  28. #54
    tompouce

    Re : L'énergie en 2050

    salut a tous

    c'est tout afait normal que tout le monde ait des visions très différentes sur le sujet mais ce que vous ne prenez pas forcément en compte c'est que beaucoup de chose peuvent se passez d'ici a 2050 qui sait peut etre que nous n'existeront plus a cause d'une grosse météorite (bon c'est peut etre un peu trop péssimiste je le reconnais) mais vous savez qui vous dit qu'une guerre ou que quelque chose d'horrible ne puisse pas arrivez??? cela pourrais alors totalement changer le cours des choses alors vous savez faire des pronostique je ne sais pas si ca vaut véritablement le coup mais bon pour ma part je vais essayer de donner u ou deux petit truc sans chiffre.
    je pense que le renouvelable va quand meme se développer pas mal surtout le solaire! au nivo fossile je pense que cet energie aura beaucoup diminuer a cause de l'épuisement petit a petit des resource et vu le temps qu'il faut pour le reproduire lol vous m'avez compris.
    pour l'hydraulique je pense que ca devrait se développer mais surtout par l'implantation de petite centrale qui pourrais presque etre individuelle du fait de developpement de micro central.
    le nucléaire si le projet ITER est concluant risque de passez a la fusion (compte tenu des écologiste et des association qui auront tjrs un poids énorme car apparement moin polluant que la fission) et il devrait sétablir une sorte d'équilibre entre la fission et la fusion.
    pour ce qui est de la biomasse je pense que le bois de chauffage devrait rester au nivo actuelle car s'il y a une trop grde augmentation de la consomation de bois ca risque de nous faire mal au poumons(diminution de la production de O2) je dois dire qu'aujourd'hui en france notre foret est très bien gérer et que la consommation pourrais légérement augmenter sans impact sur 'environement car la foret francaise produit presque 6m3 /ha/an et on en consomme que 4 a 5 suivant les région (chiffre a vérifier mais les proportions sont la). après il faut voir s'il n'est pas possible de développer la culture de bambou ou autre arbre a développement rapide.
    @+
    "Celui qui a le savoir ne s'en vante pas, mais le maitrise et se tait..."

  29. Publicité
  30. #55
    paulb

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par Septentrion
    Dans mon cas, on peut si on veut décomposer
    Peux-tu me faire un petit tableau complet pour la prochaine révision?
    A part ça, on a tous des visions vraiment très différentes...
    Je ne te le fais pas dire! Voir mes commentaires dans le message précédent.

  31. #56
    Septentrion

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par paulb
    Commentaire général: pour arriver à mes prévisions, j'ai battu beaucoup de papier et choisi avec soin mes sources (en général organes internationaux ou gouvernementaux, peu suspects de déformer les faits).
    ...
    Attention quand même à certains organismes qui font des prévisions purement "économiques", basées sur des taux de croissance souhaités sans prendre en compte les contraintes physiques...

    A+

  32. #57
    atoila

    Re : L'énergie en 2050

    Bonjour,
    Mon avis sur le sujet est à peu près comme tout ceux donné precedement.
    -Le petrole ne sera presque plus existant.(vu des previsions annoncées sur la quantité dans les nappes, quoi qu'ils peuvent tjs dire ce qu'il veulent)
    -Le nucleaire ne va pas fortement augmenter mais sera tjs present.
    -Le solaire prendra une grande place (j'espère)
    - J'espère aussi que les "biocarburants" auront pris une grosse place sur le marche.
    -les éoliennes auront pas trop percer.(vu les mecontentement qu'il y a aujourd'hui alors que ca arrive "à peine")
    voila mon avis
    a+

  33. #58
    paulb

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par yves25
    bonjour

    Par rapport aux scenaris du GIEC, les vôtres sont très optmistes en ce qui concerne les émissions de GES.
    Pour le GIEC, le scenario le plius optimiste correspond à des émissions de 8 Gt de C par an en 2050 (nous en sommes à 7 pour 11GTep).
    Bonjour,
    Il ne faut pas oublier que le GIEC, dans toutes ses publications, donne la ration congrue au nucléaire! A l'échéance de 2050, seul le nucléaire peut se substituer de façon efficace aux énergies fossiles, le développement des ER étant freinée par leurs inconvénients, que j'énumère dans le lien déjà donné et par leur prix de revient.
    Et maintenant, bon appétit!

  34. #59
    yves25

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par tompouce
    salut a tous


    j je pense que le bois de chauffage devrait rester au nivo actuelle car s'il y a une trop grde augmentation de la consomation de bois ca risque de nous faire mal au poumons(diminution de la production de O2) .
    @+

    Les arbres ne sont une source d'oxygène que pendant la période de photosynthèse: l'été et de jour. Une forêt non exploitée et en équilibre n'est ni un puit ni une source de CO2. Exploiter davantage la forêt française (si c'est encore possible) ne changerait donc rien au bilan de O2. Ca serait même positif sur le bilan de CO2 puisque cel évite que le CO2 soit rejeté à la mort de l'arbre sans aucune utilité (ça serait positif mais ça ne ferait pas une énorme différence)
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  35. #60
    yves25

    Re : L'énergie en 2050

    Citation Envoyé par paulb
    Bonjour,
    Il ne faut pas oublier que le GIEC, dans toutes ses publications, donne la ration congrue au nucléaire! A l'échéance de 2050, seul le nucléaire peut se substituer de façon efficace aux énergies fossiles, le développement des ER étant freinée par leurs inconvénients, que j'énumère dans le lien déjà donné et par leur prix de revient.
    Et maintenant, bon appétit!
    J'aurais tendance à en conclure que vous êtes peut être un peu optimiste sur le nucléaire. Tu écris que le GIEC est un peu écolo par rapport au nuke, franchement, je n'ai pas ressenti ça. Ceci étant, ce n'est pas cette partie que j'aie suivie de prés.

    Par contre Gilles reprochait au GIEC, je ne sais plus où, d'avoir des scenari irréalistes quant aux consommations de fossiles. Là, c'est délibéré: on lui a reproché de ne pas tenir compte des réserves potentielles, probables ou possibles. Les nouveaux scenarios font donc volontairement abstraction de cette contrainte: peut être découvrira t on suffisamment de pétrole en pleine mer ou dans les argiles pour permettre une concentration de plus de 1000 ppm de CO2.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

Sur le même thème :

Page 2 sur 21 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Immortel en 2050 ?
    Par cosmostroumph dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 50
    Dernier message: 02/02/2007, 16h54
  2. Re : L'énergie en 2050
    Par N_L dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/06/2006, 14h32
  3. Alimentation TDA 2050
    Par paulovedras dans le forum Électronique
    Réponses: 3
    Dernier message: 10/01/2006, 00h09