Répondre à la discussion
Page 28 sur 54 PremièrePremière 28 DernièreDernière
Affichage des résultats 811 à 840 sur 1592

Agriculture bio - analyse critique



  1. #811
    agitateur

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par Sifo-Dyas Voir le message
    À quantité d'azote égale, une fertilisation exclusivement organique conduit à la fois à une perte de rendement et un gaspillage de l'azote.
    Ce qui est d'ailleurs rigolo quand les apôtres du bio prônent l'utilisation du lisier mais en même temps se lamentent devant les algues des plages bretonnes. Et, que je saches, la bretagne est plus connue pour sa production de masse ( et son épandage ) de lisier de cochonaille que son utilisation intensive d'engrais azotés minéraux. Merdum, ça voudrait dire qu'il y a aussi du lessivage quand on amende en organique en grosse quantité ? Zut alors
    Une contradiction de plus, mais on n'est plus à une contradiction près, il est vrai

    -----


  2. Publicité
  3. #812
    Sifo-Dyas

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Oui, et comme ce lisier sur-abondant n'est pas estampillé du Saint Graal "issu de cochons bio", il n'est pas utilisable tel quel par les agri "bio".

    Pour être sûr de suivre le cahier des charges, il est préférable en bio d'importer du guano d'Amérique du Sud que d'utiliser le lisier breton. Il est de bon ton ensuite de pester contre l'empreinte carbone des méchants qui utilisent le gaz naturel pour fabriquer l'ammoniac.
    Cordialement. Sifo-Dyas

  4. #813
    agitateur

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par Sifo-Dyas Voir le message
    Il est de bon ton ensuite de pester contre l'empreinte carbone des méchants qui utilisent le gaz naturel pour fabriquer l'ammoniac.
    Ce qui nous ramène à la Très Sainte Méthanisation, le bien absolue pour tout penseur bio qui se respecte. Je ne critique pas l'obtention d'énergie à partir de celà, mais c'est surtout un excellent moyen de concentrer nitrites et nitrates dans les résidus employés en ferti. Quand ces résidus sont vantés par une certaine population pour amender, je me marre aussi.

  5. #814
    KATDEN

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par agitateur Voir le message
    Ce qui est d'ailleurs rigolo quand les apôtres du bio prônent l'utilisation du lisier mais en même temps se lamentent devant les algues des plages bretonnes.
    Bonjour à tous,
    d'après ce que j'ai pu lire des publications scientifiques sur le sujet, il semblerait que le lien entre azote rejeté dans les cours d'eau et algues vertes ne soit pas prouvé. Voir les publications de l'INRA et IFREMER

  6. #815
    jeangab62

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par Tilleul Voir le message
    Merci de s'accorder avec moi sur le fait qu'en pratique la hausse des rendements dépend bien plus de la mécanisation et de l'éducation que du caractère organique ou minérale des intrants utilisés...
    comme dit plus haut, je pense que tout le monde est d'accord avec ça.
    30 qx/ha c'est amplement suffisant pour nourire l'ensemble de l'humanité... La preuve avec ses 70qx/ha la France est incapable de consommer la majorité de son blé...
    (...)
    Donc même en divisant par 2 les rendements on ne mettrait pas en danger l'approvisionnement alimentaire...
    sauf que vous oubliez dans votre raisonnement que l’excédent n'est pas jeté à la poubelle, mais nourrit une population qui n'arrive pas à produire assez, ou produit autre chose de plus adapté à son climat.
    cela dit, même si il n'y avait aucune exportations, il serait largement préférable d'un point de vue environnemental, de garder de haut rendement sur peu de surface plutôt que d'avoir de faible rendement sur une plus grande surface, ce qui permettrait de rendre à la nature des surfaces actuellement cultivées.
    et surtout un peu plus que les agriculteurs européens qui s'intéressent plus à la rédaction de leurs dossiers d'aides et ont une vision encore plus court termiste de leurs activités que le pire des traders !
    c'est rapidement oublier que la bio touche exactement les mêmes subventions (plus accessoirement, des aides spécifiques)

    Vous aurez beau mettre tous les GPS que vous voulez, les gouttes à gouttes, les contrôle, l'agriculteur s'il y voit un intérêt à court terme il va mettre les manettes à fond et essayer n'importe quoi et tant pis pour les conséquences... L'état des plages de Bretagne est le meilleur exemple que la "réduction constante" ça ne marche pas à moins de vouloir attendre encore plusieurs centaines d'années...
    là aussi, c'est un point de vue erroné.
    pouvez vous me donnez une seule raison valable pour mettre plus de pesticides/engrais qu'il n'en faut ?
    par pur plaisir de payer du produit sans en tirer le moindre intérêt ?
    si ces solutions rencontre du succès, c'est justement pour faire le contraire, sinon, il n'y a aucun intérêt à investir des milliers d'€ dans ces technologies quand une simple vanne suffit.
    Quand on veut empêcher des enfants de mettre le feu à la maison, soit on mets un adulte derrière tous les enfants 24h/24 soit on leur interdit les allumettes... Sauf que c'est impossible de mettre un adulte derrière chaque enfant donc en pratique on est bien obligé de leur interdire les allumettes. Ca s'appelle le principe de réalité...
    j'ose espérer que vous ne prenez les agriculteurs pour des enfants immatures incapable de gérer quoi que ce soit.
    je vous rappelle que se sont des chefs d'entreprise, bien loin de la caricature du paysan inculte.

  7. #816
    Ryuujin

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    On ne peut pas raisonner comme ça.

    1) on ne compare pas une agriculture française de luxe à une agriculture de subsistance quasiment en échec (faute d'intrants, de travail mécanique, de surfaces etc...etc...).

    2) quand on parle de produire suffisamment pour nous nourrir (et je parle de la population Française, pas mondiale), les coûts, on s'en fiche un peu. On pourrait aussi ne plus rien produire ; ça réduirait les coûts à zéro. Mais on mange quoi ?

    3) Le premier problème du phosphore, c'est d'en conserver suffisamment dans les sols pour cultiver. Les stocks de phosphore minéral exploitable dont on est incapable d'estimer la taille, c'est un souci annexe.
    En bref : ce n'est pas parce qu'on est pas sûr d'avoir durablement du minerai de phosphore qu'on doit dès maintenant flinguer nos sols.

    4) AUCUNE source d'engrais organique n'est une source de nutriments minéraux. C'est un RECYCLAGE de nutriments. C'est bien, nécessaire même, mais ça ne règle en rien le problème qui est qu'on aura toujours des pertes de nutriments minéraux qu'on ne sait pas compenser sans engrais minéraux.
    Les engrais organiques, c'est très bien : personne n'a dit le contraire.
    Mais cela ne suffira JAMAIS.
    C'est répété plusieurs fois par Tilleul, et c'est faux : les "engrais organiques" ne sont JAMAIS une source de phosphore. Ils sont un recyclage, qui permet d'éviter de perdre une partie du phosphore qu'on mobilise. C'est tout.

    5) Merci d'éviter de diffuser de fausses informations. La France consomme effectivement 15 millions de tonnes de blé tendre. Elle en produit 36 millions, en exporte 18 millions. Dont 10 millions sont exportés hors UE (pas 12 millions).
    Et sur ces 10 millions, plus de la moitié vont au Maroc, à l'Algérie et à l'Egypte. Merci donc d'éviter les argumentaires caricaturaux au point d'en devenir mensonger : oui, il y a des problèmes avec l'exportation vers certains pays. Mais il ne faut pas pousser : ça ne concerne pas l'ensemble de nos exportations hors-UE.
    En outre, non : 30qx/ha ne suffisent pas à nourrir la France. Même en supprimant les exportations.

    6) Merci de ne pas ramener ces histoires de bio autours des villes qui sont des gadgets. Personne n'a parlé de convertir la Beauce au bio.
    Et non : on a pas le choix entre du tout bio qui produit pas assez tout en stérilisant les sols et du conventionnel qui bousille les nappes phréatiques.

  8. Publicité
  9. #817
    myoper

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    ... même si il n'y avait aucune exportations, il serait largement préférable d'un point de vue environnemental, de garder de haut rendement sur peu de surface plutôt que d'avoir de faible rendement sur une plus grande surface, ce qui permettrait de rendre à la nature des surfaces actuellement cultivées.
    Bien vu, rien que cet argument devrait inciter tous les écolos a rejeter tous les rendements les plus bas.

  10. #818
    Ryuujin

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Kyron : au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, j'ai l'habitude de discuter avec des militants anti-pesticides et cie.
    Et c'est toujours la même argumentation que je retrouve, et les mêmes méthodes.

    Je suis ingénieur agronome ; j'en connais un minimum sur le fonctionnement des sols et cie. Moi aussi je peux entrer dans les détails si besoin est.

    Mais c'est totalement inutile ici : les bases suffisent amplement.
    Lancer des grands mots pour montrer qu'on connait un vocabulaire ne peut servir qu'à noyer le poisson, ou à chercher à se donner du crédit.
    Et ça ne marche pas.
    On s'en cale des mycorhizes, des effets des amendements organiques sur le pH et la structure du sol etc...etc...
    C'est du DETAIL.


    Moi, je te ramène aux BASES, qui suffisent à invalider votre propos.

    1) Quoi qu'on fasse, on ne dispose d'aucun système qui permet un recyclage ayant un rendement de 100%. Il y aura donc TOUJOURS des pertes en nutriments minéraux qu'il faudra compenser par un apport extérieur.
    Et pour le phosphore, la seule source dont on dispose actuellement qui ne s'apparente pas à un pillage d'écosystèmes, c'est le minerai.
    Conclusion : à l'heure actuellement, aucune agriculture n'est durable sur le moyen-terme sans engrais de synthèse.

    2) Certains pesticides "bio" sont pires que leurs équivalents de synthèses.
    Comme déjà dit plus haut : on doit trouver un compromis entre toxicité et rémanence.
    - La toxicité de la roténone est trop forte : ça flingue absolument tout lors du traitement, et c'est lié à des cas de Parkinson. Tu peux dire tout ce que tu veux, c'est un fait : la roténone a été interdite parce qu'elle est trop toxique.
    - Les dérivés du cuivre sont trop rémanents. Ce n'est même plus de la rémanence à ce stade : c'est de l'irréversibilité. Il est impossible d'utiliser le cuivre à long terme.
    Et hormis pour la vigne, on dispose de fongicides de synthèses aussi efficaces, pas plus toxiques, et beaucoup moins rémanents.
    Comment donc justifier l'usage du cuivre ? Rationnellement ?

    3) Il est ridicule d'arguer qu'on a des techniques miracles qui vont régler tous les problèmes. Je parie que quand un partisan du nucléaire utilise cet argument pour essayer de te persuader qu'on doit continuer à exploiter les centrales actuelles, tu rigoles.
    Oui, peut-être qu'un jour on aura des rendements potables en bio.
    Mais en attendant, ils sont pourris. Point.
    C'est un fait.
    Et c'est pas des rendements potentiels moyennant des progrès techniques futurs qui nous nourrissent : ce sont des rendements réels à grande échelle.


    Tu es persuadé que le bio peut avoir des rendements suffisants, et qu'il peut gérer le problème du choix des intrants et du maintien des stocks de nutriments minéraux ?
    Et bien prouve-le d'abord. A grande échelle. Ensuite on avisera.

    En attendant, le bio ne remplis pas ces conditions.


    C'est bien de pouvoir entrer dans les détails Kyron.
    Mais si tu ne maitrises pas les bases, ça ne sert à rien.

  11. #819
    streshydrique

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Bonjours a tous, Me revoici après un séjour instructif en Haiti, desolé je n'est pas pris le temps de rattraper mon retard.
    Citation Envoyé par agitateur Voir le message
    Ce qui est d'ailleurs rigolo quand les apôtres du bio prônent l'utilisation du lisier mais en même temps se lamentent devant les algues des plages bretonnes. Et, que je saches, la bretagne est plus connue pour sa production de masse ( et son épandage ) de lisier de cochonaille que son utilisation intensive d'engrais azotés minéraux. Merdum, ça voudrait dire qu'il y a aussi du lessivage quand on amende en organique en grosse quantité ? Zut alors
    Une contradiction de plus, mais on n'est plus à une contradiction près, il est vrai
    C'est dommage de vouloir critiquer sans connaitre, le lisier n'est pas autoriser en bio, c'est incompatible avec beaucoup de principes, comme le faite qu'une partie de l'alimentation provient de l'exploitation (dépend de chaque production), qu'une aire de parcourt extérieur est obligatoire ainsi que le recourt a la litière...

    Donc soit ce sont les "apôtres" du bio qui t'ont dit cela, qui se plante complétement et ce serait grave pour eux, soit cela vient de toi.

  12. #820
    Kyron

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Je suis ingénieur agronome ; j'en connais un minimum sur le fonctionnement des sols et cie. [...]
    On s'en cale des mycorhizes, des effets des amendements organiques sur le pH et la structure du sol etc...etc...
    C'est du DETAIL.
    NON. Les mycorhizes, un détail ? Il sont justes indispensables pour 80% des végétaux...Comment les crucifères neutralisent les mauvaises herbes ? Du fait de leur influence anti-fongique qui empêche ainsi l'émergence du tissu mycorhizien des autres plantes. Sans mycorhizes : pas de végétaux.
    C'est le genre de "détail" qui tue...Et venant d'un "ingénieur agronome" ça fait peur d'entendre parler comme ça.

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Et pour le phosphore, la seule source dont on dispose actuellement qui ne s'apparente pas à un pillage d'écosystèmes, c'est le minerai.
    Conclusion : à l'heure actuellement, aucune agriculture n'est durable sur le moyen-terme sans engrais de synthèse.
    Aurais-tu oublié que l'extraction du phosphore des roches brutes est réalisé grâce aux symbioses avec les...mycorhizes ? On peut très bien employer des roches phosphorées en lieu et place du phosphore soluble, qui est lui inhibiteur des mycorhizes. De fait, il est indiqué sur les semences légumineuses "à employer sans engrais phosphatés". Si la plante légumineuse trouve beaucoup de phosphore soluble elle ne rentre pas en symbiose et ne possèdera pas de mycorhizes pour fixer l'azote. Mais c'est pas grave vous avez des granulés...parfaits pour cramer le sol et rendrent les bactéries suractives, dominantes sur les populations de mycéliums. Beaucoup d'azote libre = fin des mycéliums, qui participent à l'état sanitaire du sol.

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    La toxicité de la roténone est trop forte : ça flingue absolument tout lors du traitement, et c'est lié à des cas de Parkinson. Tu peux dire tout ce que tu veux, c'est un fait : la roténone a été interdite parce qu'elle est trop toxique.
    Question de dosage.
    La roténone ne bousille pas les sols car elle est dégradé en quelques heures, deux jours max, alors que les pesticides chimiques restent toxiques au moins cinq jours, parfois beaucoup plus. Ils seront donc souvent lessivés par la pluie et s'infiltreront dans le sol, puis vers les cours d'eau, que vous avez déjà réussi à stériliser (populations d'insectes aquatiques en chute).

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Comment donc justifier l'usage du cuivre ? Rationnellement ?
    Tu devrais lire la discussion pour voir que je n'ai pas cherché à le justifier, au contraire, dans le message juste avant j'ai cité des produits de remplacement très prometteurs.


    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Oui, peut-être qu'un jour on aura des rendements potables en bio.
    C'est déjà fait, mais les agri bio ne cherchent plus à prouver quoi que ce soit car vous vous refusez de les entendre. Je vais bientôt faire comme eux, l'essentiel est dit.

  13. #821
    Kyron

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par KATBEN Voir le message
    Bonjour à tous,
    d'après ce que j'ai pu lire des publications scientifiques sur le sujet, il semblerait que le lien entre azote rejeté dans les cours d'eau et algues vertes ne soit pas prouvé. Voir les publications de l'INRA et IFREMER

    Le lien n'ouvre pas d'infos à ce sujet...(?). Aux dernières nouvelles le rôle du phosphore serait prépondérant, plus que l'azote en effet. Les sols acides bretons ne retiennent pas les phosphates, et la surconcentration des porcheries industrielles (censées être le top de la productivité...)aggravent très nettement le problème (les engrais phosphorés solubles n'arrangent rien).

  14. #822
    myoper

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par Kyron Voir le message
    NON. Les mycorhizes, un détail ? Il sont justes indispensables pour 80% des végétaux...

    C'est le genre de "détail" qui tue...Et venant d'un "ingénieur agronome" ça fait peur d'entendre parler comme ça.
    Oui comme l'air et pourtant pas un mot ici : c'est peut être que certains ne veulent comprendre que ce qu'ils veulent et ensuite attaquer le contradicteur sur sa légitimité.

    Citation Envoyé par Kyron Voir le message
    La toxicité de la roténone est trop forte : ça flingue absolument tout lors du traitement, et c'est lié à des cas de Parkinson. Tu peux dire tout ce que tu veux, c'est un fait : la roténone a été interdite parce qu'elle est trop toxique.
    Question de dosage.
    La roténone ne bousille pas les sols car elle est dégradé en quelques heures, deux jours max, alors que les pesticides chimiques restent toxiques au moins cinq jours, parfois beaucoup plus. Ils seront donc souvent lessivés par la pluie et s'infiltreront dans le sol, puis vers les cours d'eau, que vous avez déjà réussi à stériliser (populations d'insectes aquatiques en chute).
    Elle est suffisamment toxique pour "exercer" sa toxicité en moins de deux jours avec les dosages utilisés.
    D'autres pesticides chimiques ont moins d'impact tout en restant plus longtemps dans le sol : je ne vois pas ce qu'il y a de difficile a comprendre (ça du être écrit plusieurs fois dans ce fil).

    Citation Envoyé par Kyron Voir le message
    Comment donc justifier l'usage du cuivre ? Rationnellement ?
    Tu devrais lire la discussion pour voir que je n'ai pas cherché à le justifier, au contraire, dans le message juste avant j'ai cité des produits de remplacement très prometteurs.
    En attendant il est toujours utilisé en bio donc le bio n'est pas la panacée dont certains font l'apologie.

    Citation Envoyé par Kyron Voir le message
    Oui, peut-être qu'un jour on aura des rendements potables en bio.
    C'est déjà fait, mais les agri bio ne cherchent plus à prouver quoi que ce soit car vous vous refusez de les entendre. Je vais bientôt faire comme eux, l'essentiel est dit.
    Il faudrait plutôt les montrer, ces preuves, car chacun est libre de raconter n'importe quoi et de le répéter, ça ne le rend pas vrai pour autant.

  15. Publicité
  16. #823
    triban

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    bonjour

    j'ai fait une petite recherche sur cette affirmation
    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    Bonjours a tous,
    ....
    C'est dommage de vouloir critiquer sans connaitre, le lisier n'est pas autoriser en bio,
    j'ai trouvé cela
    On désigne par le terme « engrais de ferme à action rapide », les effluents liquides (lisiers, purins) et les effluents de volailles.

    le lisier est utilisé en bio d'après le site

  17. #824
    agitateur

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    C'est dommage de vouloir critiquer sans connaitre, le lisier n'est pas autoriser en bio,............
    .
    Je te suggère la lecture du l'annexe 1 de la législation européenne n° 889 / 2008.
    allez, je te fais gagner du temps, c'est par là, en page 3.
    http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/r...-annexes-2.pdf

    C'est parfaitement autorisé, sauf si ça provient " d'un élevage industriel" ( dont je me demande d'ailleurs quelle peut être la définition exacte... ). Il n'empêche que la conclusion est la même, le lisier et autres déjections sont autorisés ( même si sous conditions )

    Alors si je critique sans connaitre, c'est peut être que tu faisais allusion aux normes de production AB sur la planète Mars ? Ou ailleurs ? Oui, je plaide coupable. Nous sommes en Europe, et je me suis contenté d'intervenir sur la base de la législation qui nous concerne. Fallait pas ?

  18. #825
    KATDEN

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par Kyron Voir le message
    Le lien n'ouvre pas d'infos à ce sujet...(?). Aux dernières nouvelles le rôle du phosphore serait prépondérant, plus que l'azote en effet. Les sols acides bretons ne retiennent pas les phosphates, et la surconcentration des porcheries industrielles (censées être le top de la productivité...)aggravent très nettement le problème (les engrais phosphorés solubles n'arrangent rien).
    je retrouve plus le bon lien alors voici les rapports contradictoires en question : INRA et IFREMER

  19. #826
    camaron

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par triban Voir le message
    bonjour

    j'ai fait une petite recherche sur cette affirmation

    j'ai trouvé cela
    On désigne par le terme « engrais de ferme à action rapide », les effluents liquides (lisiers, purins) et les effluents de volailles.

    le lisier est utilisé en bio d'après le site
    C'est terrible, car sans une grande vigilance, les croyants du Bio assenent des verites que l'ont risque de prendre en compte.

    Merci Triban et agitateur vous permettez de montrer que l'assurance des propos ne montrent que les methodes de propagandes utilisees et le danger qu'elles representent.

    Je me demande si de telles affirmations ne devraient pas etre sanctionees par des exclusions pour eviter les abus de propos aussi peremptoires et faux.

  20. #827
    streshydrique

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par agitateur Voir le message
    Je te suggère la lecture du l'annexe 1 de la législation européenne n° 889 / 2008.
    allez, je te fais gagner du temps, c'est par là, en page 3.
    http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/r...-annexes-2.pdf

    C'est parfaitement autorisé, sauf si ça provient " d'un élevage industriel" ( dont je me demande d'ailleurs quelle peut être la définition exacte... ). Il n'empêche que la conclusion est la même, le lisier et autres déjections sont autorisés ( même si sous conditions )

    Alors si je critique sans connaitre, c'est peut être que tu faisais allusion aux normes de production AB sur la planète Mars ? Ou ailleurs ? Oui, je plaide coupable. Nous sommes en Europe, et je me suis contenté d'intervenir sur la base de la législation qui nous concerne. Fallait pas ?
    Ok, c'est autoriser mais dans les faite personnes ne doit le faire ou faut vraiment être débile. Pour investir a la fois dans des infrastructures et du matériels adapté au fumier et au lisier. La présence de litière étant obligatoire, on est obligé de faire du fumier...

    http://partage.cra-normandie.fr/fichiers/cc_porc.pdf

  21. #828
    agitateur

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Je m'en tape que les personnes le fassent ou pas.
    Si tu le fais, tu peux être certifié AB. Point barre, pas la peine d'aller plus loin.

    Je te ferai remarquer une chose: les "gentils" bio ne se privent pas pour dire que les "méchants" conventionnels raisonnés ( ou pas raisonnables ) n'ont pas de cahier des charges d'obligation de résultats, mais simplement de moyen. De fait, puisque la notion de confiance n'est pas significative ( ce que je peux comprendre ), alors seul compte le cahier des charges et la législation. Le reste, c'est du flan et du verbiage. Que ça suffise pour enfumer certain sur la base de beaux discours, et bien....tant pis pour les pigeons de service.

    Il y a de la litière ? La belle affaire. Ca ne signifie pas qu'il y en a assez, et ça signifie encore moins qu'on serait "obligé" de faire du fumier. Non. Personne ne t'oblige à composter suffisamment bien et suffisamment longtemps pour avoir du fumier. Pas plus ou pas moins qu'un conventionnel qui ferait son fumier, sans que ça lui ramène pour autant une quelconque certification. Essayer de travailler intelligemment n'est pas l'apanage des bio. Ca peut exister partout, comme le boulot de gougnafier. Lui non plus n'est pas exclusif à une catégorie.


    Et je te rassure sur un point: tu peux continuer à aligner les mensonges pour essayer de rendre plus vertueuse qu'elle n'est la pratique du "bio", il y aura toujours des gens ici pour rectifier tes propos.

  22. Publicité
  23. #829
    jeangab62

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par streshydrique
    c'est autoriser mais dans les faite personnes ne doit le faire ou faut vraiment être débile. Pour investir a la fois dans des infrastructures et du matériels adapté au fumier et au lisier
    il n'y a pas besoin d’investissement, le lisier provient d'une exploitation voisine, généralement équipée d'une tonne à lisier, sinon, il y a les eta qui peuvent faire le boulot.
    par ici, une partie des bio épandent de la fiente de poule d'élevage, sans doute que cet élevage de poule pondeuse ne correspond pas au titre d'industriel (capacité relativement modeste), pourtant, c'est de l'élevage en batterie....

  24. #830
    invite09876456789221
    Invité

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Bonjour,

    http://www.inra.fr/internet/Directio.../bioinsect.htm

    Il y aura toujours deux poids, deux mesures.

    Quand les chimistes font les apprentis sorciers pour le "conventionnel"
    se sont des inconscients jouant avec le mal.

    Quand les chimistes font les apprentis sorciers pour le bio c'est
    l'avenir.

    Franchement, les nouveaux bio-insecticides, à base de baculovirus
    font extrêmement peur. Pour l’environnement bien sur.

    "pathogènes d'invertébrés", "ont la particularité de pouvoir se recombiner facilement"

    Et que dire Bacillus thuringiensis. (l'anthrax est in Baccilus).

    Et pour jeter de l'huile sur le feux j'ajouterai que les premiers CCD d'abeille pourrait mis en corrélation avec l'emploi massif d'insecticide bio ! Dommage qu'il n'existe pas de carte géographique des CCD et des productions bio !

  25. #831
    myoper

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    Ok, c'est autoriser mais dans les faite personnes ne doit le faire ou faut vraiment être débile. Pour investir a la fois dans des infrastructures et du matériels adapté au fumier et au lisier. La présence de litière étant obligatoire, on est obligé de faire du fumier...
    Puisque cette remarque s'adresse à la pratique du bio et je crois que ce n'est pas la peine d'aller plus loin ...

  26. #832
    Philou67

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    2) Certains pesticides "bio" sont pires que leurs équivalents de synthèses.
    Tu n'as pas argumenté sur l'apparition et le traitement des résistances aux pesticides en conventionnel, en bio et en raisonné. Quel est l'état des l'art dans ce domaine pour les différentes pratiques agricoles ?
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  27. #833
    streshydrique

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par agitateur Voir le message
    Je m'en tape que les personnes le fassent ou pas.
    Si tu le fais, tu peux être certifié AB. Point barre, pas la peine d'aller plus loin.
    Ben si, il faut aller cherché plus loin, les règles économique s'applique pour tous, qui investirait a la fois dans une fosse a lisier et en même temps dans une aire de compostage du fumier?

    Je te ferai remarquer une chose: les "gentils" bio ne se privent pas pour dire que les "méchants" conventionnels raisonnés ( ou pas raisonnables ) n'ont pas de cahier des charges d'obligation de résultats, mais simplement de moyen. De fait, puisque la notion de confiance n'est pas significative ( ce que je peux comprendre ), alors seul compte le cahier des charges et la législation. Le reste, c'est du flan et du verbiage.
    La législation est faite par les législateur, on apprend pas l'agronomie en lisant un texte de loi!!! Mais je suis d'accord avec toi sur le faite qu'il ne faut pas diabolisé l'agriculture conventionnel, mais la je pense que beaucoup de ce forum diabolise l'agriculture biologique sans avoir rencontré des agriculteur bio (peut être par réponse a certain militant bio)
    Il y a de la litière ? La belle affaire. Ca ne signifie pas qu'il y en a assez, et ça signifie encore moins qu'on serait "obligé" de faire du fumier. Non. Personne ne t'oblige à composter suffisamment bien et suffisamment longtemps pour avoir du fumier.
    Comment fait tu du lisier avec "peu" de litière? quelle infrastructure mais tu en place pour récolter ce "mélange"
    Pas plus ou pas moins qu'un conventionnel qui ferait son fumier, sans que ça lui ramène pour autant une quelconque certification. Essayer de travailler intelligemment n'est pas l'apanage des bio. Ca peut exister partout, comme le boulot de gougnafier. Lui non plus n'est pas exclusif à une catégorie.
    je n'est rien dit de tel, je connais des agris bio et conventionnel qui travaille bien.
    Et je te rassure sur un point: tu peux continuer à aligner les mensonges pour essayer de rendre plus vertueuse qu'elle n'est la pratique du "bio", il y aura toujours des gens ici pour rectifier tes propos.
    Je te retourne la remarque.
    As tu déjà questionner un agriculteur bio sur ses pratiques?

    Pour ma part j'ai travailler pour deux exploitation bio, une en polyculture élevage (ovins viande, poulet de chaire), rien a dire sur cette exploitation et une autre en maraichage, par contre pour celle ci, je n'aime pas leurs pratique commerciale (beaucoup d'échange a Rungis, marché a paris, vente de produit provenant de pays lointain...), sur la production, pas de problème, mais bon, ce n'est pas un argument, juste un témoignage que vous pouvez croire ou pas.

  28. #834
    agitateur

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    Ben si, il faut aller cherché plus loin, les règles économique s'applique pour tous, qui investirait a la fois dans une fosse a lisier et en même temps dans une aire de compostage du fumier?
    Le stockage et l'épandage de lisier, ça coute un fifrelin. Faux problème.

    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    La législation est faite par les législateur, on apprend pas l'agronomie en lisant un texte de loi!!!
    C'est juste. Mais on ne l'apprend pas non plus en respectant des cahiers des charges, comme celui de AB ou d'un label rouge, ou de n'importe quel autre label. De fait, je ne vois pas en quoi l’étiquetage AB garantirai quoi que ce soit dans une démarche agronomique intelligente, et c'est bien ce qu'on lui reproche ici: une orientation à valorisation de différenciation pour le client acheteur, en ignorant des bases techniques indiscutable, mais en préférant une attitude purement dogmatique.

    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    Comment fait tu du lisier avec "peu" de litière? quelle infrastructure mais tu en place pour récolter ce "mélange"
    Tu fais ce que tu veux, puisque tout est épandable selon le cahier des charges. Donc, c'est sans contrainte autre que la non utilisation directe d'engrais minéraux.

    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    je n'est rien dit de tel, je connais des agris bio et conventionnel qui travaille bien.
    Oui. C'est donc que AB ne garanti rien de plus ou rien de moins. Merci de le rappeler à ma place.

    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    As tu déjà questionner un agriculteur bio sur ses pratiques?
    Oui. Des conventionnels, des raisonnés raisonnables ou pas, des biologiques et des biodynamiques. Je parlerais plus de conversations que de "questionnements" d'ailleurs.Tu n'as pas l'exclusivité de la connaissance de ce qu'il se passe.

    Quand à la vente à Rungis ou sur des marchés parisiens concernant l'exploit' dans laquelle tu as bossé, je ne vois pas ce qu'on peut reprocher. Si tu veux défendre le locavore, c'est une autre discussion. Mais c'est vrai que le bio se fait une fois de plus passer pour ce qu'il n'est pas, en voulant associant une image fausse de production de proximité. Du vent, une fois de plus, pour enrober du vide par toutes les vertus possibles et imaginables.

  29. Publicité
  30. #835
    camaron

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    Ok, c'est autoriser mais dans les faite personnes ne doit le faire ou faut vraiment être débile. Pour investir a la fois dans des infrastructures et du matériels adapté au fumier et au lisier. La présence de litière étant obligatoire, on est obligé de faire du fumier...
    Les gentils membres de la secte bio ne l'utilisent pas.... sauf sur des concombres Bio pollues par des E.Coli en provenance de dejections de ruminants.

    mangez sain, mangez bio...

  31. #836
    Cendres

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    A ce sujet, l'origine de la contamination n'est pas encore déterminée. Les tests réalisés sur les concombres espagnols incriminés n'ont pas permis de retrouver la souche d'E.coli en cause.
    Dernière modification par Philou67 ; 07/06/2011 à 08h18.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  32. #837
    camaron

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Pas des concombres espagnols mais des graines de soja germées. Et c'est toujours aussi drole.

    Dommage qu'il y ait tant de morts pour nous montrer que manger des produits bénis par des prêtres bio sont plus dangereux que des produits controlés selon des méthodes un peu évoluèes.
    Dernière modification par Philou67 ; 07/06/2011 à 08h18.

  33. #838
    KATDEN

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Salut,
    moi ce que je trouve toujours aussi drôle c'est que c'est la 2ème fois que tu te "plantes"...et ce que je trouve moins drôle c'est la provocation gratuite pour ranimer une discussion.
    Dernière modification par KATDEN ; 07/06/2011 à 08h28.

  34. #839
    Philou67

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Tant que l'origine de la contamination n'est pas définitivement établie (ce qui, à ma connaissance, n'est toujours pas le cas aujourd'hui), la mise en cause des pratiques de l'agriculture biologique dans cette crise sanitaire n'a pas lieu d'être.
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  35. #840
    Cendres

    Re : Agriculture bio - analyse critique

    Citation Envoyé par camaron Voir le message
    Pas des concombres espagnols mais des graines de soja germées. Et c'est toujours aussi drole.

    Dommage qu'il y ait tant de morts pour nous montrer que manger des produits bénis par des prêtres bio sont plus dangereux que des produits controlés selon des méthodes un peu évoluèes.
    Il n'y a pour l'instant pas de preuves de l'implication de produits bio.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

Sur le même thème :

Page 28 sur 54 PremièrePremière 28 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Agriculture Bio : + de vitamines?
    Par Muesli dans le forum Biologie
    Réponses: 31
    Dernier message: 07/12/2015, 06h33