Répondre à la discussion
Page 1 sur 3 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 62

Recyclage naturel des déchets organiques




  1. #1
    franckhelin

    Question Recyclage naturel des déchets organiques

    Bonjour,

    D'après ce que je sais la plupart de nos déchets ménagers organiques sont incinérés - épluchures, fruits, légumes, plantes, etc -
    Quelqu'un peut-il confirmer ?

    Si c'est le cas je trouve cela bien aberrant que de brûler de l'eau. Aussi, ne serait-il pas plus écologique d'enfouir ces déchets organiques et de laisser les sols les digérer tranquillement ? Mais combien de temps faut-il pour que ce type de déchets (exemple peau de banane et épluchures de pomme de terre) soient intégralement digéré par la terre ? La plupart des fruits et légumes étant désormais traité (pesticide et insecticide) est-il judicieux d'enterrer les déchets sous terre sous peine de contribuer à la pollution des sols ?
    En bref, la vrai question que je pose au fond c'est "Qu'est-ce qui pollue le moins ?" - La question du compost ne se pose pas pour moi car je n'ai pas la place -

    Merci d'avance de vos réponses.

    F.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    wizz

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Effectivement, tout est brulé
    Pourquoi pas. Techniquement, c'est possible d'enfouir ces déchets organiques. Mais pour cela, soit tu fais un tri sélectif aux domiciles des gens (facile, mais contraignant, vu l'efficacité des Français rien que pour le tri des verres, cartons et plastiques) . Soit tu fais un tri au niveau du centre de traitement des ordures (très difficile)

    Et tant qu'à faire, au lieu de laisser la terre décomposer ces déchets organiques, et vu le cout (et les contraintes) pour le tri sélectif, alors autant créer une filière de méthanisation de ces déchets organiques

  4. #3
    Vince44

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Salut franckhelin,

    Oui, c'est incinéré et c'est navrant. Cela oblige a brûler du gaz (souvent) avec les déchets pour que le tout soit bien incinéré. En face, on perd de l'humus et de l'eau pour la biosphère...

    Enterrer sous terre n'est pas la solution. La solution c'est le compostage (ou la méthanisation, mais je connais moins). Que le compostage soit à domicile ou en déchetterie après collecte, peu importe.

    Il faut savoir qu'un bon compost:
    - ne pue pas
    - peut dans une certaine mesure digérer les polluants (pas tous et pas à des concentrations trop biocides).
    - perd très vite tu volume
    - produit de la ressource biologique

    Un lien intéressant sur le sujet de la méthanisation:

    http://www.eautarcie.com/Eautarcie/5...H.Biomasse.htm

    Il semblerait qu'il soit plus pertinent de faire des centre de compostage qui feraient chaufferie collective que du biogaz.

    Sinon, un lombri-composteur prend la place d'une poubelle environ

    A+

    Vincent


  5. #4
    Vince44

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Source: http://www.eautarcie.com/Eautarcie/5...dejections.htm

    "En 1998, nous avons fait une expérience de compostage intéressant à la Ferme Polote de l'Institut Agricole de Ath (CARAH). Du lisier venant d'un élevage porcin contenant de grandes quantités d'antibiotiques a servi pour imprégner un lot de déchet broyé de bois, provenant des chantiers de démolition de vieilles maisons. Après quelques jours d'imprégnation, le tas de compost a été édifié. Dans l'échantillon prélevé du tas, une analyse par chromatographie en phase gazeuse a mis en évidence une grande quantité et de diversité de polluants organiques: antibiotiques, colorants, produits d'imprégnation de bois, fongicides, résidus de peinture, etc.

    Contrairement aux prédictions les antibiotiques n'ont absolument pas tué les bactéries responsables du compostage: après quelques jours, la température au coeur du tas de compost était supérieure à 60°C. Après trois mois de compostage une nouvelle analyse a été faite sur le compost. Les polluants de nature organique ont presque disparu: dans le chromatogramme, on ne voyait qu'un "bruit de fond". La concentration des différents polluants était à la limite de la détection par cette méthode (tout de même sensible). "

  6. #5
    f6bes

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Citation Envoyé par Vince44 Voir le message

    Enterrer sous terre n'est pas la solution.
    Bjr à toi,
    Hum ça finira en humus de toute façon !!! Donc pas de contre indication à "...déchets ménagers organiques sont incinérés - épluchures, fruits, légumes, plantes, etc -..."
    Moi je laisse faire la nature dans un coin du jardin !
    A+
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    franckhelin

    Question Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Merci pour vos réponses intéressantes.

    Petites précisions : Je ne souhaite traiter que MES propres déchets et quand je parle de déchets organiques il s'agit de déchets VÉGÉTAUX (fruits, légumes, plantes, etc.) et non pas de VIANDE.


    Supposons que tout le monde enfouisse ses déchets VÉGÉTAUX sous terre quelles pourraient être les conséquences sur la biosphère et les biotopes ? Cela serait-il plus nuisible pour l'environnement que l'incinération ?

  9. #7
    Scaeva

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Citation Envoyé par franckhelin Voir le message
    Supposons que tout le monde enfouisse ses déchets VÉGÉTAUX sous terre quelles pourraient être les conséquences sur la biosphère et les biotopes ? Cela serait-il plus nuisible pour l'environnement que l'incinération ?
    Si tout le monde s'y mettait je ne sais pas, mais les agriculteurs par exemple enfouissent couramment les résidus de culture dans le sol.
    Les nuisances sont la libérations de GES et la lixiviation des éléments nutritifs (N et P). Le compostage permet d'obtenir un produit stabilisé qui réduit ces nuisances.
    Les avantages (à des doses raisonnables) sont nombreux et proviennent principalement de la reconstitution des stocks de matière organique du sol.

  10. Publicité
  11. #8
    Vince44

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Salut,

    Enfouir les déchets implique une décomposition anaérobie (sans oxygène) donc plus forte émanation des gaz à effets de serres (méthane) et mois de production d'humus par rapport à un compost qui fait fermenter aérobie. Et qui dit anaérobie, dit mauvaisas odeurs!

    Par ailleurs, quand on peut enfouir, on peu composter.

    Pour info, famille de 2-3 personne, un composteur de 0,8m² (LIDL: 15€) a receuilli toute notre production de déchets pendant 3 ans sans jamais déborder. Déchets alimentaire, essuie tout et tonte / tailles de notre jardinet (17m²). Si on enlève les déchets de jardin, je pense que ça fonctionnerait pour 4-5 personnes. Je vois pas comment en faisant de l'enfouissement on prendrait moins de place...

    A+

    Vincent

  12. #9
    wizz

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    pour les déchets alimentaire végétaux (épluchures, etc...) il y a un excellent composteur: hamster, cochond'inde... qui très rapidement fournit un engrais pour vos plantes

  13. #10
    f6bes

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Bjr Wizz,
    Non non, mieux ...des lapins !
    J'y vois ENSUITE une ...suite logique ( si on aime le lapin !!)
    Bon W E
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  14. #11
    franckhelin

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Oh oui excellent...le lapin !

    Mais je crois bien que je vais réaliser mon propre compost tout de même.

    Ah, autre chose. Concernant la litière de mon chat, qu'est-ce que je peux en faire ? L'enfouir ?

    Merci.

  15. #12
    wizz

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    oh oui excellent le chat
    ça fait office de recyclage composteur des déchets organiques à dominance de poisson et viande
    et ensuite, la suite logique...si on aime le chat!!!

  16. #13
    Vince44

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Il y a les poules aussi, ça recycle tout, y compris les coquilles d'huitres et d'oeuf!

    Pour la litière duchats, si tu fais du compostage, elle peut y aller, mais pas tous les types, seulement celle 100% d'origine végétales. L'hiver ça devrait te faire un compost un peu trop sec (donc le volume va augmenter temporairement) et l'été, ou on balance bcp de choses "mouillantes" comme peau de melons,feuilles de salades découpes de tomates...... cela évitera les odeurs et les mouches, du moins pour peu que tu "remonte" le compost un trop sec de l'hiver avec une fourche pour le mélanger avec les déchets humides estivaux. Donc, non, toujours pas d'excuses pour t'acheter la pelle de tes rêves

    http://www.chatmania.fr/litiere_vegetale_pour_chat.php

    Vincent

  17. #14
    f6bes

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Citation Envoyé par franckhelin Voir le message
    mon chat, qu'est-ce que je peux en faire ? L'enfouir ?

    Merci.
    Bjr à toi,
    Ca va pas lui plaire !!... c'est pas une...taupe !
    Bonne journée
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  18. #15
    streshydrique

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Citation Envoyé par wizz Voir le message
    oh oui excellent le chat
    ça fait office de recyclage composteur des déchets organiques à dominance de poisson et viande
    et ensuite, la suite logique...si on aime le chat!!!
    C'est une bonne solution si le chat est déjà présent, ne pas en prendre uniquement pour cette raison, car l'impact des croquettes (on n'a pas de restes de viande tous les jours), l'impact de la litière, des soins vétérinaires ou autre contrebalance les bénéfices. la viande de chat est très apprécie en Haïti, mais les association ne prennent pas ce genre de dons.

  19. #16
    clmm2012

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Le compostage du chat ne peut être autorisé si le dit chat est en état d'usage courant!

  20. #17
    Ryuujin

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Mais non ce n'est pas nécessairement stupide : si on a plus besoin de chaleur que de matière organique, pourquoi ne pas les brûler ?
    En sachant que les nutriments minéraux ne sont pas perdus pour autant ; on peut les récupérer dans les cendres.

    Le problème, c'est le tri, ce sont les métaux lourds etc...

  21. #18
    Vince44

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Salut Ryuujin,

    Déjà, la première réponse, c'est que brûler de l'eau est catastrophique en terme de rendement. Donc, si on veut vraiment brûler des déchets organiques, il faut qu'ils soient secs. Et comme on ne va pas faire sécher des tonnes d'épluchures et autres, le plus raisonnables est certainement de les composter et ensuite d'utiliser le compost pour produire du bois par exemple, qui est vraiment combustible et beaucoup plus simple à sécher!

    Ensuite, il faut quand même voir qu'entre l'humus produit par un composteur et la cendre issue de même végétaux, l'apport à une culture est incomparable. De toute façon, les déchets ne finissent pas en engrais, mais en machefer et résidus à confiner... Parce que dans l'incinérateur, il y a de tout, pas seulement des déchets organiques (sinon d'ailleurs, ça brûlerait très difficilement...)

    A+

    VIncent

  22. #19
    Ryuujin

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Non.
    La matière organique des composts ne produit rien : elle est perdue. Un compost ne produit jamais du bois : c'est le soleil qui produit du bois.
    Les plantes n'utilisent pas la matière organique du sol.

    Lorsqu'on a un sol qu'on souhaite enrichir en matière organique, cela peut être intéressant.
    Mais dans les autres cas, l'utilisation directe d'amendements organiques est un gâchis : on utilise les nutriments qu'ils contiennent, et on sacrifie la matière organique (qui ne sert plus qu'à ralentir la cinétique de mise à disposition des nutriments minéraux via la microfaune du sol qui la dégrade, ce qu'on peut faire plus efficacement nous-même).

    Hors ce cas particulier où on a un besoin en matière organique pour maintenir l'équilibre du sol, la meilleure option est de brûler les déchets et d'en récupérer les cendres.
    Soit en les séchant, soit en passant par d'autres process, comme la gazéification par exemple.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz%C3%A9ification
    http://www.bepita.net/materiels/biom...eification.pdf
    http://www.cibe.fr/IMG/pdf/13_-_Tech...eification.pdf (particulièrement, page 10).
    Dernière modification par Ryuujin ; 05/01/2012 à 10h46.

  23. #20
    streshydrique

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message

    Hors ce cas particulier où on a un besoin en matière organique pour maintenir l'équilibre du sol,
    Ce n'est pas un cas particulier, un tiers de la surface agricole française est en deficit de matiere organique, et vu le service rendu par le complex argilo-humique, c'est plutôt inquientant
    http://www.lafranceagricole.fr/Archi...ticlexml/10381
    http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=13384295
    http://http://encyclo.voila.fr/wiki/...argilo-humique
    Dernière modification par streshydrique ; 05/01/2012 à 23h56.

  24. #21
    Ryuujin

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Désolé, mais 1/3, ça reste un cas particulier. D'autant plus que pour une bonne partie des surfaces en question, il y a des façons plus simples d'intervenir là dessus (enfouissement de résidus, engrais verts type cultures intercalaires etc...).
    Le gros problème de l'utilisation directe des déchets organiques, c'est le tri. Si on les brûle actuellement, c'est précisément à cause de ce problème.

    Votre position est naïve, voire simpliste : rien ne dit que dans tous les cas, ni même en moyenne, il serait intelligent d'utiliser ces déchets comme amendements organiques.
    Il vous semble évident que c'est ce qu'il y a de mieux : c'est faux.

    Le fait de parler d'utiliser du compost pour produire du bois pour remplacer la chaleur de la combustion des déchets, c'est symptomatiques : le rendement de la combustion du bois n'est pas unitaire, et le rendement de la conversion du compost en bois est tout simplement nul, puisque les arbres ne puisent pas la matière organique du sol.
    Pour dire ça, il faut vraiment voir la nature comme une sorte de machine magique.

  25. #22
    Vince44

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Salut Ryuujin,

    Juste pour info, ça ne change pas grand chose, tu réponds à deux intervenants comme si il s'agissait d'un seul (ma pomme et streshydrique).

    Cela dit, pour ta réponse à stresshydrique, dire qu'un tiers de la surface est un cas particulier, j'aurais tendance à répondre que les deux autres tiers sont 2 cas particuliers, et la somme de ces 3 cas particuliers fait la totalité... étonnant...

    Au delà de la rétention d'eau, j'ai cru comprendre que la matière organique dans le sol n'était effectivement pas utilise pour nourrir directement les plantes, mais plutôt pour leur permettre de se nourrir des éléments minéraux. En évitant le lavage des éléments minéraux et en fournissant le gîtes à tout une flore bactérienne et une faune (lombrics par exemple) qui permettent de faire d'une culture en plein champ autre chose qu'une grande culture hors sol à ciel ouvert... Ok, un tas de compost ne suffit pas à faire pousser un arbre, maintenant, je pense qu'une forêt qu'on dépouillerais systématiquement de son humus ne ferait pas un gisement à long terme... même si on y épand de la cendres de déchets organiques...

    De toute façon, ici, il ne s'agit pas de brûler de la matière organique sèche ou du biogaz pour en fait un amendement, il s'agit de faire de la brûler humide et de mélanger ces cendres à des résidus polluants. Elle ne sert ici qu'à alourdir le poids des déchets de l'incinérateur tout en pourrissant son rendement. Déchets qu'on met sous les routes (fautes de tapis assez grands et étanches ) ou en site de classe 1.

    Après, j'admet bien volontiers que je ne suis pas un chimiste du sol et qu'effectivement, je prête une forme de "magie" à la nature. Comme la magie de la vie, ou celle d'un illusionniste, c'est beau et c'est bluffant. Rien de mystique, simplement une forme d'humilité et d'émerveillement devant des mécanismes qui dépassent mon entendement. Je n'ai rien contre l'approche scientifique, qui veut comprendre la nature, l'orienter. Mais prétendre la simplifier à une version améliorée de N+P+K + H2O + UV = les plantes, ça me fait marrer quand ça ne m'énerve pas. Pour moi c'est un peu comme prétendre faire de la poésie en alexandrin parce qu'on sait compter jusqu'à 12 et qu'on a un dictionnaire de rime. Si ça s'arrête là, l'oeuvre risque d'avoir le bel aspect et la saveur incomparable d'une tomate cultivée hors sol...

    Pour rêver, un peu de "magie" que les scientifiques s'emploient à comprendre: http://fr.wikipedia.org/wiki/Terra_preta

    A+

    Vincent

  26. #23
    franckhelin

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Bon et bien merci beaucoup à tous le monde.

    Pour ma part, j'ai fais le choix de composter mes déchets. Mais l'idée de nourrir les animaux me paraît très intéressante. Il y a près de chez moi un grand massif dunaire où vivent pléthore de lapin et autres rongeurs...
    Pour le pain, c'est réglé, je le donne aux goélands.

    +

    Un panthéiste

  27. #24
    Ryuujin

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Ce que je dis, c'est que le compostage n'est ni la solution la plus simple, ni même la plus intéressante partout.
    Dans plus des 2/3 de la France (car toutes les surfaces présentant un déficit en matière organique n'ont pas vocation à recevoir du compost), elle n'est carrément pas intéressante.

    Pour ça, il faudrait trier finement (ce qui est riche en métaux lourds et cie, ce qui ne se composte pas...), composter correctement des volumes importants, puis transporter et distribuer des amendements d'un volume et d'une masse importante au regard de leur apport en nutriments minéraux.

    Ce que je mets en face de ça, c'est par exemple une gazéification qui ne requière pas de tri, qui est très souple en terme de matière première (peu sensible au contenu en lignine, à l'acidité, à la présence de fongicides et cie, à l'humidité etc...etc...), qui a un très bon rendement. Et qui produit des cendres plus aisément traitables (pour virer les métaux lourds et cie) distribuables etc...

    Il faut réfléchir en terme de besoins (est-ce que j'ai plus besoin de chaleur ou de matière organique localement ?), de moyens (est-ce que j'ai les moyens de trier et de distribuer ?), et de rendements. C'est pas si simple, et il n'y a pas une solution miracle qui serait mieux en général. Il n'y a que des solutions locales.


    Mais prétendre la simplifier à une version améliorée de N+P+K + H2O + UV = les plantes, ça me fait marrer quand ça ne m'énerve pas.
    Désolé, mais ce qui compte en agriculture, c'est pas que ça soit beau, c'est que ça marche. Et même les engrais NPK, aussi simples qu'ils soient, marchent mieux que toutes les considérations mystico-esthétiques.
    Dernière modification par Ryuujin ; 09/01/2012 à 10h29.

  28. #25
    Scaeva

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    La matière organique des composts ne produit rien : elle est perdue.
    C'est faux. Comment pouvez-vous écrire cela ?
    C'est bien la MO (et sa décomposition) qui est à l'origine des éléments nutritifs du sol, utilisés ensuite par les plantes.

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Lorsqu'on a un sol qu'on souhaite enrichir en matière organique, cela peut être intéressant.
    Mais dans les autres cas, l'utilisation directe d'amendements organiques est un gâchis : on utilise les nutriments qu'ils contiennent, et on sacrifie la matière organique (qui ne sert plus qu'à ralentir la cinétique de mise à disposition des nutriments minéraux via la microfaune du sol qui la dégrade, ce qu'on peut faire plus efficacement nous-même).
    Mais non, au contraire. Un apport organique (de manière plus ou moins contrastée selon le type de produit) possède à la fois une action fertilisante (fourniture directe des éléments minéraux) et des propriétés amendantes (relargage différé à plus ou moins long terme des éléments) : c’est un intérêt agronomique, pas un «gâchis ».
    De plus, la fraction organique est beaucoup moins mobile que la fraction minérale => beaucoup moins de risque la voir quitter la parcelle après une grosse pluie…
    Un apport organique a en plus un effet stimulant de la biomasse autochtone du sol juste après son application.

    Quoi qu’il en soit, on se dirige vers une valorisation agricole de plus en plus fréquente de la fraction organique des déchets (Voir par exemple End of Waste) au niveau de l’Europe (où la valorisation matière est préférée à l’incinération) à travers les composts et digestats (qui devraient bientôt rejoindre le rang des produits et non plus des déchets).

    Pour les sols agricoles en déficit de MO c’est loin d’être une exception : C’est 45 % des surfaces agricoles européennes (Citeau et al, 2008). C’est d’ailleurs une des plus grandes menaces qui pèsent sur nos sols (voir le projet de Directive Cadre sur les sols).
    Dernière modification par Scaeva ; 09/01/2012 à 14h08.

  29. #26
    Ryuujin

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    C'est pas grave : on va répéter une troisième fois !

    C'est faux. Comment pouvez-vous écrire cela ?
    C'est bien la MO (et sa décomposition) qui est à l'origine des éléments nutritifs du sol, utilisés ensuite par les plantes.
    Tous ces nutriments minéraux se retrouvent dans la phase non-organique qu'on obtiens après combustion. Du point de vue nutriments minéraux, on s'en fiche qu'il y ait de la matière organique ou non.
    Les plantes n'exploitent pas la MO, mais seulement les nutriments minéraux qu'elle contient. Cad ceux qu'on récupère après combustion.

    Mais non, au contraire. Un apport organique (de manière plus ou moins contrastée selon le type de produit) possède à la fois une action fertilisante (fourniture directe des éléments minéraux) et des propriétés amendantes (relargage différé à plus ou moins long terme des éléments) : c’est un intérêt agronomique, pas un «gâchis ».
    Tu es complètement passé à côté de ce que je disais : tu as la MÊME action fertilisante avec les cendres.
    En gros :
    - quand tu brûles, tu exploites l'énergie contenue dans la matière organique + ses nutriments minéraux en récupérant les cendres.
    - quand tu composte, tu n'exploites que les nutriments minéraux. L'énergie de la matière organique est perdue lors du compostage et lors de la décomposition du compost.

    Cet argument ne tient absolument pas : les nutriments minéraux ne sont pas perdus lors de la combustion.
    Ils sont même beaucoup plus faciles à exploiter et à distribuer sous la forme de cendres que de compost !!


    Pour les sols agricoles en déficit de MO c’est loin d’être une exception : C’est 45 % des surfaces agricoles européennes (Citeau et al, 2008). C’est d’ailleurs une des plus grandes menaces qui pèsent sur nos sols (voir le projet de Directive Cadre sur les sols).
    Ces chiffres ne veulent rien dire. Ils incluent des sols qui n'ont pas une vocation agricole intensive, des sols qui pourraient être restaurés simplement en utilisant des engrais verts type culture intercalaires etc...
    Rien ne dit qu'un apport d'amendements organiques est nécessaire sur ces surfaces.
    Dernière modification par Ryuujin ; 09/01/2012 à 15h40.

  30. #27
    Vince44

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Alors si effectivement la question glisse sur méthanisation vs compostage, là, on peut espérer récupérer autre chose que des déchets toxiques et effectivement avoir un vrai produit combustible.

    Oui effectivement à l'adaptation des solutions en fonction des besoins et des réalités locales.

    Je ne prétend pas choisir entre les deux définitivement, je sais en revanche que du compost on pourrait aussi récupérer une partie de la chaleur.

    En la matière, se faire une opinion raisonnable est quasiment mission impossible, on trouve vraiment tout son contraire sur tous ces sujets (incinération, compostage, méthanisation). Ma conviction personnelle est que, de toute façon, notre mode de vie et notamment l'urbanisation importante et la densité de population élevée conduisent à créer des problèmes de déchets à des endroits et des problèmes d'intrants ailleurs. Le tout n'étant compensable (avec plus ou moins de succès) qu'à grand renfort de consommation d'énergie.
    Effectivement, collecter les déchet dans les grands centres urbain pour les composter près des lieux de production alimentaires qui pourraient en bénéficier est gouffre énergétique (on peut le faire après compostage, pour au moins éviter les dégagement gazeux, mais bon...).

    Certes les engrais NPK fonctionnent localement, dans une certaine mesure et pour un certain temps. Tout dépend les indicateurs et échelles de temps et d'espace qu'on considère. Si on se limite à "le rendement est d'une récolte est meilleure que sans" ça marche. Mais le fait est que leur usage ne fait pas partie d'un cycle mais d'une chaîne, ce qui suppose des ressources et des déchets.

    D'une certaine façon on pourrait se dire que les algues vertes en Bretagne sont en fait nourrie - via une chaîne complexe et coûteuse en énergie - par les engrais qui ont nourris les plantes qui servent à alimenter les porcs.... C'est évidemment caricatural mais je veux juste faire valoir le fait que si la chaîne alimentaire ne commence pas avec la fin de vie de là où elle se termine (incluant déjections et corps des prédateurs finaux si on veut aller au bout du bout...) se pose nécessairement la question des bouts de chaînes... Même si une production peut se trouver plus efficace localement en remplaçant le retour de déchets organiques par des intrants "synthétiques", l'impact à long terme sur le milieu de production, l'impact des déchets non "repris" et l'impact sur la source des intrants synthétique peut totalement modifier le bilan.

    C'est un peu l'histoire de la chasse d'eau. C'est génial pour se débarrasser de nos excréments. Mais en amont il faut de l'eau suffisamment propre et en aval, traiter les boues. Ce qui pose au moins deux problèmes autour d'un système qui à l'échelle de nos maison est quasiment parfait.

    A+

    Vincent
    Dernière modification par Vince44 ; 09/01/2012 à 16h04.

  31. #28
    Ryuujin

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Certes les engrais NPK fonctionnent localement, dans une certaine mesure et pour un certain temps. Tout dépend les indicateurs et échelles de temps et d'espace qu'on considère. Si on se limite à "le rendement est d'une récolte est meilleure que sans" ça marche. Mais le fait est que leur usage ne fait pas partie d'un cycle mais d'une chaîne, ce qui suppose des ressources et des déchets.
    Quoi qu'on fasse, on sera toujours dans une chaine : on est incapables de boucler un cycle quel qu'il soit.

  32. #29
    Scaeva

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Du point de vue nutriments minéraux, on s'en fiche qu'il y ait de la matière organique ou non.
    Oui, mais ça c’est une tautologie (En ne s’intéressant qu’au minéral, c’est sûr que l’organique n’a pas beaucoup d’importance…). Il ne faut pas fonder une réflexion uniquement sur l’aspect minéral qui est un indicateur de fertilité à un instant donné. La MO possède des qualités intrinsèques que ses éléments constitutifs pris de manière isolés (sous forme minérale) ne possèdent pas.

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Tu es complètement passé à côté de ce que je disais : tu as la MÊME action fertilisante avec les cendres.
    Oui, d’accord, mais la MO possède une valeur amendante que la cendre ne possède pas.

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Ces chiffres ne veulent rien dire. Ils incluent des sols qui n'ont pas une vocation agricole intensive, des sols qui pourraient être restaurés simplement en utilisant des engrais verts type culture intercalaires etc...
    Rien ne dit qu'un apport d'amendements organiques est nécessaire sur ces surfaces.
    Ca c’est juste un constat : 45% des sols agricoles européens ont une teneur en MO inférieure à 2%.

    Après on peut relier ces faibles teneurs à des caractéristiques agronomiques (faible fertilité, faibles qualités physiques,…) et des caractéristique environnementales (érosion, faible biodiversité des sols,…).

  33. #30
    agitateur

    Re : Recyclage naturel des déchets organiques

    Citation Envoyé par Vince44 Voir le message
    Même si une production peut se trouver plus efficace localement
    Vincent
    Si on considère que le but d'une production est de....produire ( quelle surprise ), alors il y a exportation. Et donc, même avec toute la bonne volonté du monde, le cycle comporte des "pertes" qu'il faudra compenser.

Page 1 sur 3 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. potentiel énergétique des déchets organiques
    Par wattt dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 13/08/2011, 12h56
  2. recyclage des dechets radioactifs
    Par krenouj dans le forum Physique
    Réponses: 3
    Dernier message: 13/06/2011, 12h05
  3. Recyclage des déchets plastiques
    Par ulr8002 dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 09/06/2011, 23h02
  4. Bilan du recyclage des dechets...
    Par alaink dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 26
    Dernier message: 02/03/2011, 19h41
  5. Recyclage non polluant des déchets urbains
    Par L'Hérétique dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 8
    Dernier message: 22/02/2005, 17h19