Répondre à la discussion
Page 3 sur 5 PremièrePremière 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 90 sur 128

Les antidépresseurs




  1. #61
    titus02

    Re : Les antidépresseurs

    resalut,

    au sujet des entrés en hopital psy il existe une troisieme alternative
    entre hospitalisation libre et d'office c'est l'hospitalisation a la
    demande d'un tiers (HDT) ex:si des proches d'un patient s'apercoit que celui ci claque tout son fric en achats impulsifs et risque de porter
    prejudice a sa famille,meme sans caractere de dangerosité,il peuvent
    demander une HDT
    bye

    -----


  2. Publicité
  3. #62
    tigli

    Re : Les antidépresseurs

    hello tous
    ,Pour en revenir a la question initiale de ce fil sur l'efficacité des psychotropes d'usage medical, je ne saurais que conseiller a dordon de se procurer un manuel de thérapeutique psychiatrique .
    il y trouvera les differentes methodes therapeutiques, les traitements par les psychotropes et les fondements neurobiologiques sur lesquels ils reposent,, les différentes approches psychotherapiques etc...
    cordialement

  4. #63
    Arkor

    Re : Les antidépresseurs

    Un petit exemple pour vous montrer combien la psychatrie et la psychologie méprisent ceux qu'elles soignent.

    Prenez la définition du mot névrose tiré de Wikipédia (vous allez-voir c'est abberrant!)
    Citation:
    "Le terme névrose a été utilisé pour la première fois en 1769 par William Cullen, médecin écossais, afin de désigner les maladies nerveuses entraînant des troubles de la personnalité.

    Il fut repris par Sigmund Freud à partir de 1893. On l'emploie pour désigner une maladie nerveuse dont les symptômes symbolisent un conflit psychique refoulé d'origine infantile."
    ----------

    Le terme "infantile" déjà tous les névrosés sont des enfants donc immatures.


    -------
    Citation
    "En 1913, Alfred Adler explique: "On peut comprendre chaque névrose comme une tentative de se libérer d'un sentiment d'infériorité pour passer à un sentiment de supériorité."
    ------


    Ouh là là! donc tous les névrosés sont des gens qui ne suportent pas de se sentir inférieurs et veulent se sentir supérieurs aux autres! Bonjour le compliment


    ------
    Citation:
    "Mais le chemin de la névrose ne mène pas à la ligne d'activités sociales et il n'arrive pas à la solution des questions de vie données. Il débouche dans de petits cercles familiaux et mènera à l'isolation.

    Détourné en grande partie de la réalité le névrosé mène une vie dans l'imagination. Il se sert d'un bon nombre d'astuces lui permettant de fuir des exigences réelles et de briguer une situation idéale qui lui permet de se soustraire à la responsabilité et à la performance sociale. "
    --------------


    Donc le névrosé fuit la réalité, la contrainte de la performance et fuit également les responsabilités! Il s'invente un monde pour éviter d'être confronté à tout cela!
    Nous sommes en présence d'un lâche irresponsable!


    --------
    Citation:
    "Ces libertés et le privilège de la souffrance composent le substitut pour le but originaire (mais risquant) de la supériorité.

    Ainsi la névrose se présente comme une tentative de se soustraire à chaque contrainte de la communauté par une contrainte (personelle) contraire. Celle-ci est de telle sorte qu'elle peut effectivement rentrer en opposition à la caractéristique du cadre de la vie et à ses contraintes réelles. "
    ----------

    Autrement dit, le nevrosé s'invente ses propres règles (à l'encontre de la communauté)parcequ'il ne supporte pas la contrainte et qu'il en a besoin pour se sentir supérieur. vous l'aimez le névrosé après avoir entendu cela vous? Moi, non.


    ----------

    "La contrainte contraire a un caractère révoltant. Elle va chercher sa substance dans des expériences affectives adaptées ou dans des observations. Le monde des idées et des sentiments du névrosé est préoccupé par de telles incitations mais aussi par des futilités si seulement elles sont capables de détourner le regard et l'attention du malade des questions de la vie. La logique aussi passe sous le diktat de la contrainte contraire. Ce processus peut aller jusqu'à l'élimination totale de la logique, comme dans les psychoses.`
    ------

    Donc le névrosé est mu par sa vie affective, par des futilités et il est en dehors de la logique... Oh le gros bêta


    -----
    Citation:
    "Tout le vouloir et toutes aspirations du malade sont sous le diktat de sa politique de prestige. Ils ont toujours recours à des prétextes pour laisser des questions de la vie irrésolues et se tournent automatiquement contre l'épanouissement du sentiment de communauté."
    --------

    Donc le nevrosé n'est qu'un égoïste qui ne recherche que le seul prestige quitte à allez à l'encontre de la communauté.
    Je ne sais pas si c'est la définition du névrosé, mais en tout cas je sais que c'est bien la définition du monstre!

  5. #64
    Arkor

    Re : Les antidépresseurs

    Autre exemple (et je pourrais en citer des centaines) de la psychatrie ou psychologie à toujours considérer que celui qui souffre de quelque chose est en tort, que c'est de sa faute.
    Prenez l'ennui, chose banale que l'on ressent souvent. On pourrait penser que si on s'ennuie, c'est que l'on a rien à faire, et puis voilà.
    Et bien non, pour la psychatrie, cela vient d'une faute de notre part.
    Lisez:
    Qu'est-ce que l'ennui ?

    Citation
    "
    Je vis de l’ennui (au sens de "désoeuvrement") quand je m’occupe à quelque chose qui est dénué de sens pour moi.


    À quoi sert l'ennui ?

    L’ennui m’informe du fait que ce sur quoi je porte mon attention ne répond à aucun intérêt ou besoin actuel.
    Dans le cas de l’ennui, contrairement à l’impatience, ce n’est pas par manque de disponibilité que la chose ne m’intéresse pas. Je n’ai pas non plus accès à un besoin ou à un intérêt qui serait actuellement frustré. C’est pour cela qu’il m’arrive souvent de demeurer passif devant l’ennui, en attendant qu’il passe. C’est pour la même raison que je cherche à "meubler le temps" pour éviter de le ressentir trop clairement.
    Pourquoi est-il si tentant de demeurer passif devant l’ennui? Parce que pour chasser l’ennui, je dois m’occuper à quelque chose qui a du sens pour moi. Mais parfois j’arrive difficilement à identifier mes intérêts ou mes besoins du moment. À cause de cela, j’ai l’impression de ne pas savoir ce que je veux, d’être incapable de l’identifier.
    "
    ----------


    Autrement dit, si je m'ennuie, c'est n'est parce que je n'ai rien à faire mais parceque je suis INCAPABLE d'identifier mes intérêts. Je ne SAIS PAS me gérer.



    ------------
    Citation:

    Si on la néglige trop, la faculté de cerner ses intérêts et ses besoins a tendance à s’atrophier. C’est ce qui arrive quand on néglige longtemps ses besoins en laissant aux autres le soin de décider ou en faisant passer leurs besoins avant les nôtres. C’est aussi le cas de celui qui passe la majeure partie de son temps à faire "ce qu’il doit faire", sans se soucier de ses intérêts et de ses besoins. Lorsqu’il se libère enfin du temps pour lui, il ne sait souvent plus comment l’occuper d’une manière satisfaisante. C’est ce qu’on voit aussi chez celui qui s’en remet à son conjoint pour la plupart des décisions, ou chez le parent qui donne toujours priorité aux préférences de ses enfants...
    Si je n’arrive pas à sortir de l’ennui ou si je m’ennuie souvent, c’est le signe que je ne suis pas en contact avec mes intérêts, mes goûts et mes besoins. Ça peut venir du fait que je ne prends pas le temps de les identifier ou encore que j’ai de la difficulté à le faire.

    -----------------


    Et ce que cela ne pourrait pas tout simplement venir du fait que je n'ai rien à faire?
    Non, il faut que cela soit moi qui ne sache pas identifier mes intérêts, qui soit négligent. Eventuellement parcequ'on aurait longtemps décidé à ma place, prouvant ainsi que je ne sais pas décider tout seul.


    Donc vous voyez sur quel mécanisme est fondé la psychatrie ou psychologie: elle ne considère jamais un problème mais met toujours en faute celui qui en souffre (un peu comme le gouvernement qui met en faute les chômeurs). Il n'y a donc aucune compassion la dedans.
    Dernier petit exemple, combien de définitions de maladies mentales comportent lee mot "désordre"? Désordre de ceci, "désodre" de cela? autrement dit si vous souffrez c'est que vous n'avez pas d'ordre, vous êtes désordonné , voila tout.
    Dernière modification par Arkor ; 24/10/2005 à 14h34.

  6. #65
    Arkor

    Re : Les antidépresseurs

    "Mauvaise" source du texte:
    http://www.redpsy.com/guide/ennui.html

  7. #66
    kinette

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par Arkor
    Un petit exemple pour vous montrer combien la psychatrie et la psychologie méprisent ceux qu'elles soignent.
    Prenez la définition du mot névrose tiré de Wikipédia (vous allez-voir c'est abberrant!)
    Citation:
    "Le terme névrose a été utilisé pour la première fois en 1769 par William Cullen, médecin écossais, afin de désigner les maladies nerveuses entraînant des troubles de la personnalité.

    Il fut repris par Sigmund Freud à partir de 1893. On l'emploie pour désigner une maladie nerveuse dont les symptômes symbolisent un conflit psychique refoulé d'origine infantile."
    ----------
    Le terme "infantile" déjà tous les névrosés sont des enfants donc immatures.
    Une preuve de plus que tu confonds entièrement psychologie et psychiatrie avec la psychanalyse.
    Arrête de nous enquiquiner avec tes idées reçues, et nous raconter des histoires dont personne n'a rien à faire ici.
    La psychanalyse (Freud et compagnie) n'a rien à voir avec la psychologie et la psychiatrie...
    Quand on ne comprend rien, on se renseigne au lieu de jouer au savant et de polluer un fil par des propos complètement hors sujet.

    Si tu ne comprends pas et si tu continue, tes messages ont bien des chances d'être modérés.

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  8. #67
    Jiav

    Re : Les antidépresseurs

    Content de toi Arkor? Tu as réussi à faire une critique de la définition de la dépression selon:
    - William Cullen (1769)
    - Sigmund Freud (1893)
    - Alfred Adler (1913)
    - sans compter un obscur groupe de "psychologue", dont la principale qualité est que tu les as trouvé sur le net.

    Bravo! Maintenant si tu t'intéresses réellement aux sciences en général et à la psycho en particulier, je te conseille de lacher les Bogdanov ("oh mon dieu mon dieu je leur ai parlé à la radio pour de vrai!") et tes autres références bidons. On t'en a déjà donné des plus sérieuses, mais pour apprendre il faut écouter.

    EDIT: croisement kinette.

  9. Publicité
  10. #68
    vero0oo

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par Arkor
    Prenez la définition du mot névrose tiré de Wikipédia (vous allez-voir c'est abberrant!)

    Citation:
    "Le terme névrose a été utilisé pour la première fois en 1769 par William Cullen, médecin écossais, afin de désigner les maladies nerveuses entraînant des troubles de la personnalité.

    Il fut repris par Sigmund Freud à partir de 1893.
    [...]
    En 1913, Alfred Adler explique: [...]
    J'avais lu cet article et il m'avait aussi frappée au début... Mais en fait c'est un article historique, et d'ailleurs cela aurait pu être précisé... En regardant bien les dates, la définition la plus récente donnée est celle d'Alfred Adler il y a... près de 100 ans ! On peut peut-être trouver plus récent, et c'est vrai qu'à cette époque, les névrosés et cie n'étaient pas très bien considérés...

    Mais en cherchant un peu mieux, tu aurais aussi pu apprendre que le concept même de névrose a été abandonné dans le DSM IV (Diagnostic and Statistical Manuel), en 1994, donc ça fait déjà un bout de temps ! (http://fr.wikipedia.org/wiki/DSM-IV )

  11. #69
    bardamu

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par kinette
    (...)
    La psychanalyse (Freud et compagnie) n'a rien à voir avec la psychologie et la psychiatrie...
    (...)
    Euh... quand même, la psychanalyse c'est de la psychologie et des psychiatres sont aussi analystes. Les théories psychanalytiques s'enseignent à l'université et pendant 1 siècle une bonne partie des données de psychologie venait des psychanalystes.

  12. #70
    Jiav

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par bardamu
    la psychanalyse c'est de la psychologie
    Ca se discute: la psychologie est une science, pas la psychanalyse. Malheureusement d'ailleurs.. disons que la psychanalyse pourrait ou aurait pu être de la psychologie.

    Citation Envoyé par bardamu
    pendant 1 siècle une bonne partie des données de psychologie venait des psychanalystes
    Pas du tout. A ma connaissance aucune donnée (dans le sens "fait observable reproductible") n'a jamais été produit par la psychanalyse. Par contre durant le siècle dont tu parles il y a eu Bloomfield, Baldwin, Piaget, Lorenz, Stroop, Erickson, Skinner, Chomsky... et j'en passe.

  13. #71
    Arkor

    Re : Les antidépresseurs

    Voir aussi l'article de Télérama de cette semaine qui pose la question de la validité de la psychanalyse "Faut-il brûler les psychanalistes".
    Débat né de la sortie d'un livre noir "Le livre noir de la psychanalyse" sous la direction de Catherine Meyer,éd. des Arènes, 830 p.,29,80 euros.
    Télérama p.25"Selon les auteurs, une qurantaine de médecins, psychiatres et psychologues européens et américains, la psychanalise est une pratique obscurantiste, dangereuse, à l'éfficacité peu près nulle, exerçant dans notre pays une véritable dictature, imposée par une dynastie de charlatans et d'escrocs, dont Freud lui même, le père fondateur. Au total huit cent trente pages de réquisitoire.(...)
    Ils parlent de lamentables échecs (thérapie dAnna O.)... de vies brisées, etc..."

    Quelques livres pour mieux comprendre la psychanalyse:
    Dictionnaire International de la psychanalyse sous la direction dAlain Mijolia (Ed Hachette).
    "Tout est langage" de Françoise Dolto (éd. Gallimard)
    Enseignement de sept concepts cruciaux de la psychanalyse, de Juan David Nasio (éd. payot)
    La psychanalyse peut-elle guérir? Sous la direction d'Alain Houziaux (éd. de l'atelier)
    Dernière modification par Arkor ; 26/10/2005 à 08h18.

  14. #72
    tigli

    Re : Les antidépresseurs

    hello tous,
    je suis sur le fond d'accord avec kinette et jlav . Car ,en effet , que penser d'une discipline , la psychanalyse , qui depuis plus de 100 ans , evite soigneusement de se confronter à la demarche scientifique normale et surtout aux avancées des neurosciences cognitives.
    Pour exemple de ces errements , que n'a t elle culpabilisé des generations de meres de schizophrenes ...
    quant a son efficacité, peut etre que certains y trouvent leur compte ....

    cordialement

    ps: j'ai oublié de dire que certains psychologues , psychiatres, s'inspirent de l'approche psychanalytique dans leurs pratiques sans que ce soit tout a fait de la psychanalyse pure et dure donc la situation n'est pas si simple ...

  15. #73
    vero0oo

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par tigli
    Pour exemple de ces errements , que n'a t elle culpabilisé des generations de meres de schizophrenes ...
    et de mères d'autistes...

  16. #74
    fredj

    Re : Les antidépresseurs

    Hello. Ce n'est pas parce qu'on soupçonne un facteur génétique dans certaines maladies mentales que ça exonère pour autant le milieu, l'un compensant ou non l'autre. D'ailleurs, ce ne sont pas des maladies mais plutôt des désordres, et il y a un continuum entre la normal et le pathologique. Tout est affaire de parcours individuel, et l'éducation, les relations affectives précoces sont très importantes. Je ne trouve pas d'ailleurs de la psychanalyse contredise la théorie de l'attachement...
    Quant aux TCC, elles sont loin d'avoir fait leurs preuves dans nombre de pathologies. Comme toute méthode de soin psychologique, elles ont les spécificités liés à leur cadre, qui les rendent plus efficaces pour certains problèmes. Aujourd'hui, tous les cognitivistes mettent en avant le traitement des phobies, TOC, TAG... mais sur le reste (c'est à dire la majorité) le résultat est moins glorieux. Dépassée, la psychanalyse ? Peut-etre, oui... mais par leur formation, les (bons) analystes ont certaines qualités qui peuvent être utiles à des patients souffrant de troubles complexes (états limites, personnalités pathologiques...). Finalement, que le cadre théorique soit objectif ou non, ce n'est pas toujours l'essentiel.

  17. #75
    Jiav

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par fredj
    Finalement, que le cadre théorique soit objectif ou non, ce n'est pas toujours l'essentiel.
    Tout à fait. Ce qui est essentiel, c'est d'être capable de tester des prédictions issus du cadre, de faire évoluer la théorie en fonction des faits observés... bref de faire de la science.

    C'est comme cela que les psychologues savent que la génétique n'explique pas tout (ni l'environnement d'ailleurs), que les TCC sont efficaces pour certains troubles et pas d'autre, etc... et c'est aussi faute de cette démarche que, un siècle après la naissance de la psychanalyse, on reste sans données objectives pour dire si la psychanalyse peut avoir un effet bénéfique ou non, et si oui dans quels cas.

  18. #76
    fredj

    Re : Les antidépresseurs

    Moi je soutien que si l'approche scientifique du psychisme est intéressante, elle est (très) loin d'épuiser son sujet. La psychologie cognitive est presque aussi ancienne que la psychanalyse (les premières applications thérapeutiques datent, je crois, de 1912), le corpus théorique ne cesse de s'enrichir (et je comprends que la psychanalyse ait l'air de tourner en rond) mais les applications thérapeutiques peuvent se résumer à cela : il n'y a pas de miracle, malgré toute cette scientificité. Les psychothérapeutes, quels que soient leur obédience, en sont réduits à bricoler. Et pour certains, à hisser cet artisanat au niveau d'un art.

  19. #77
    Jiav

    Re : Les antidépresseurs

    La psychologie cognitive est presque aussi ancienne que la psychanalyse (les premières applications thérapeutiques datent, je crois, de 1912)
    Un peu HS mais... Tu es sur de cela? Il me semble que la psy cognitive est née après Skinner, donc plutôt deuxième moitié voir fin du XXème non?

  20. #78
    fredj

    Re : Les antidépresseurs

    Après vérification : c'est le texte fondateur du Behaviorisme qui date de cette époque (1913). Les travaux se sont ensuite développé (Watson, Tolman...) jusqu'au cognitivisme de Skinner.
    C'est une approche plus ancienne qu'il n'y parraît...

  21. #79
    Jiav

    Re : Les antidépresseurs

    Ok non. Skinner n'est pas cognitiviste: c'est un des deux majeurs du behaviorisme, selon lequel il est inutile (1er temps: Watson) ou impossible techniquement (2eme temps: Skinner) de s'intéresser au contenu de la "boite noire". Le cognitivisme c'est plus tard, en réaction à cette idée et donc justement basé sur le contraire: la psychologie cognitive stipule qu'il y a des représentations mentales et en fait l'objet central à analyser.

    Les thérapies cognitivo-comportementale sont issues de cette dernière mais utilisent en fait le phénomène d'habituation, qui se traduit par une diminution des réponses aux stimuli fréquents. Donc au final c'est une sorte de mix-up entre l'idée qu'il y ai des représentations mentales (le "cognitivo"), et une découverte plus ancienne des behavioristes (le "comportemental"). Le temps de transposer ces idées fait que ce sont des choses assez récentes en clinique, et relativement dépassées en recherche.

  22. #80
    fredj

    Re : Les antidépresseurs

    ... et pourtant des cliniciens des TCC se réclament d'une pratique vieille de près d'un siècle. Ils se considèrent comme les héritiers des premiers behavioristes... et utilisent cet argument pour justifier leur pratique au nom d'une longue expérience contrôlée scientifiquement. Bref la controverse a encore un bel avenir.
    Peux-tu préciser en quoi les thérapies cognitives sont dépassées ?

  23. #81
    Jiav

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par fredj
    et utilisent cet argument pour justifier leur pratique au nom d'une longue expérience contrôlée scientifiquement.
    Franchement ce n'est pas un argument valide àmha. Bien sur l'habituation c'est ancien, mais de là à dire que les expériences chez les rats valident les TCC

    Citation Envoyé par fredj
    Peux-tu préciser en quoi les thérapies cognitives sont dépassées ?
    Ce n'est pas ce que j'ai dit

    Citation Envoyé par Jiav
    ce sont des choses assez récentes en clinique
    donc les thérapies cognitives ne sont pas dépassées...
    Citation Envoyé par Jiav
    et relativement dépassées en recherche.
    ... par contre les idées sur lesquelles elles se basent sont déjà du vieux stuff en recherche. Dépassé n'est d'ailleurs pas tout à fait exact même en recherche, mais disons que le paradigme cognitiviste est beaucoup moins central qu'il a déjà été.

  24. #82
    matin

    Re : Les antidépresseurs

    bonjour je prend des enti déprésseur depuis 10 ans je cherche un moyen de m'en sortir pouvez vous m'aider chaque tentative est un échec

  25. #83
    Rhedae

    Re : Les antidépresseurs

    Salut matin ,

    Parle en a ton medecin , psy ou generaliste . Personne sur ce forum pourrait mieu t'aider qu'en te disant cela .

    Sinon c'est tres mauvais d'arreter d'un coup ton traitement tu risquerai une rechutte tres forte donc pas d'imprudence ...
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  26. #84
    Jiav

    Re : Les antidépresseurs

    Rhedae parle d'or.

  27. #85
    leeloup

    Re : Les antidépresseurs

    allo
    moi je crois sa peut aider , mais le plus grave probleme c'est que plusieur medecin prescrivent ca comme des bonbons.
    Je crois que c'est important de prendre ca en dernier recour. D'abord l'aide psychologique, des outils pour aider les gens qui sont en depression, puis ensuite peut-etre les anti depresseur.
    La vie est parsemer d'etapes difficiles, c'est important d'essayer de les surmonter avant de prendre ces medicament. c'est ce que je pense.
    bien que je ne sois ni medecin, ni psychologue...
    mais enfin
    bonne soiree

  28. #86
    kinette

    Re : Les antidépresseurs

    Bonjour,
    Difficile de dire "en général" s'il faut toujours prendre les médoc "en dernier recours"... dans certains cas "assez aigus" je pense que les personnes doivent être dans un tel état qu'elles ne sont même pas réceptives pour une aide psychologique, et que le médecin a intérêt à utiliser médicaments et aide psy en même temps... Affirmer que les médicaments devraient toujours être utilisés en dernier recours n'est peut-être pas aider les personnes qui sont dans cette siuation, qui risqueront alros de refuser un traitement réellement avantageux.

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  29. #87
    leeloup

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par kinette
    Bonjour,
    Affirmer que les médicaments devraient toujours être utilisés en dernier recours n'est peut-être pas aider les personnes qui sont dans cette siuation, qui risqueront alros de refuser un traitement réellement avantageux.

    K.
    Bonjour Kinette
    je ne suis pas totalement en desacord avec toi, dans certain cas oui se peut-etre tres avantageux, ces medicament n'existe pas pour rien. Mais je sais pas d'ou tu viens , mais au quebec du moins, les anti depresseur sont prescrit comme de la vitamine C. Je suis d'accord de donner ces medicament, mais quand je dis en dernier recours, je veux surtout dire, : lorsque la personne est vraiment au bout du rouleaux, mais je crois qu'une aide psychologique en premier lieu peut-etre tres satisfesante pour certaine personnes.
    je sais pas si je suis clair dans mes propos il est quand meme 7h du matin...
    bonne journee

  30. #88
    azoth

    Re : Les antidépresseurs

    Bonjour,

    Tout est donc une question d'appréciation du médecin. Le risque si on tarde trop à prescrire des antidépresseurs adaptés est que la personne n'ait même plus le désir ou l'énergie de consulter un médecin.

    Amicalement.e

  31. #89
    fredj

    Re : Les antidépresseurs

    Salut. Beaucoup de psy vous le diront : c'est du cas par cas. Si la personne souffre trop, elle n'est pas disponible pour un travail psychothérapeuthique, par contre, si elle est trop sédatée, elle ne peut pas mobiliser les émotions qui sont indispensables à l'avancée d'une thérapie. Par contre, prendre des AD depuis 10 ans... ça me parraît tout à fait anormal. A savoir si c'est ponctuel, saisonnier, continu, et ce qui a été entrepris comme alternative ?

  32. #90
    Rhedae

    Re : Les antidépresseurs

    Par contre, prendre des AD depuis 10 ans... ça me parraît tout à fait anormal.
    Tout depend de la pathologie. Il n'y a pas de norme .Des gens prennent des antidepreseurs toutes leur vie.
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

Page 3 sur 5 PremièrePremière 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. antidépresseurs ?!
    Par zendub dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 23
    Dernier message: 19/09/2007, 23h18
  2. Réponses: 19
    Dernier message: 26/02/2005, 10h48