Répondre à la discussion
Page 1 sur 6 12 3 4 5 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 166

Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???



  1. #1
    lielirats

    Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Bonsoir à tous, je cherche qques infos concernant les évaluations réalisées avec la WISC III. En effet, après avoir souscrit, non sans y être opposés, à la demande de la pédiatre de ma fille, nous avons fait "évaluer" notre fille qui a 6 ans. Résultat on nous dit qu'elle a un QI élevé voir très élevé.
    Pourtant les résultats ne nous semble pas si importants : QI 122, QI verbale 116 et QI performance 122...
    Merci pour votre éclairage, car maintenant quoi faire et est-ce bien nécessaire de faire quoi que ce soit ???
    Merci

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    triban

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    bonjour

    A mon humble avis, il me semble qu'il ne faut pas uniquement regardé le QI, il faut surtout et principalement regardé votre... fille

    Si elle n'a pas de problème en classe, ni avec ses copines alors pour moi, il ne faut surtout rien changer.

    Si elle a des problèmes en classe, son problème vient peut-être de son QI, il faudrait à mon avis en parler à sa maitresse.

    Je crois que lorsqu'on parle de QI, on oublie systématiquement, que ce sont des enfants et non des chiffres.
    amicalement

  4. #3
    fredj

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Bonjour. A priori, pas de panique. Un QI de 122, ça doit correspondre à vue de nez à moins d'un an d'avance sur la moyenne statistique. Donc juste de quoi lui donner des facilités dans les acquisitions scolaires, notamment, mais certainement pas de quoi justifier un saut de classe, par exemple. Si ta fille rencontre des problèmes à l'école (si c'était la motivation de ce test) ça ne vient sûrement pas de cela. On considère qu'un enfant est modérément précoce à partir d'un QI de 130 et franchement à partir de 140. Là, on a affaire à des enfants qui ont un fonctionnement intellectuel et affectif plus spécifique. Et puis un enfant, même précoce, est avant tout un enfant, et pas un génie miniature. Voilà, j'espères t'avoir rassuré.

  5. #4
    pitchou

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    bonjour,
    juste une petite question: pourquoi avoir fait un QI chez une enfant de 6 ans sans problèmes?
    cela n'est fait chez les enfants que quand on se pose des questions et généralement quand ils ont des difficultés particulières.
    mais bon pas de panique, un QI à 122 c'est très bien, ça donne des facilités à l'école et pas trop de problèmes du à l'ennui quand on est trop en avance.

    PItchou

  6. #5
    lielirats

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    En fait c'est suite à l'apparition de petits tics pendants les periodes scolaires que la pédiatre nous en avait parlé il y a un an. A l'époque on avait pensé que ça ne pressait pas et on n'en voyait pas l'utilité. Mais là, les tics sont un peu plus fréquents et cela a été mis sur le compte de "l'ennui en classe" (c'est d'ailleurs ce qu'a expliqué ma fille à la psycho lors de l'entretien...alors que nous n'en avions jamais parlé ensemble). Maintenant pas de panique, ma fille a 6 ans, elle parait pas mal équilibrée, elle est dans une famille aimante et on ne la regarde pas bizarrement. C'est juste que je me renseigne sur la véracité d'un tel test et l'apport qu'il peut nous faire.
    Merci

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    [PSO]Fabrice.g

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Un QI de 122 veut dire que sur le test que ton enfant a passé, et étant donné son age, elle réponds "mieux" que plus de 90% des enfants de son âge (la proportion théorique d'enfants de 6 ans ayant un QI inférieur à celui de ta fille est de 92,9%). Mais ça, c'est purement de la théorie, conséquente à la standardisation du test de QI.

    Je me suis amusé à calculer la distribution théorique des scores de QI, histoire qu'on voit ce que représente un QI. Le pourcentage représente la proportion de la population ayant un QI inférieur ou égal à celui qui est à gauche.


    QI.....Pourcentage cumulé de la population

    40.....<0,05
    55.....0,13
    70.....2,27
    85.....15,86
    100....50
    115....84,13
    122....92,87
    130....97,72
    145....99,86
    160....>99,99


    Un score de QI n'est pas une évaluation absolue de l'intelligence. Il s'agit plus d'un positionnement relatif par rapport à l'ensemble de la "population". On dit qu'il s'agit d'un test standardisé. Les scores de QI sont calculés selon une loi normale d'espérance 100, et d'écart-type 15.

    Voilà, je voulais juste préciser que, même si un score de 122 ne parait pas si impressionnant, cela représente quand même un léger décalage par rapport à la majorité de la population. Décalage suffisant pour être surveillé.

  9. Publicité
  10. #7
    Invité

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Bonjour lielirats

    Est ce que l'idéal se confond avec la norme ?
    (tant que ta petite se sent et se sait aimée...)

  11. #8
    lielirats

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    L'ideal ne se confond peut être pas avec la norme mais c'est tout de même plus facile à "gérer" pour les parents. Maintenant, et je crois que c'est l'essentiel, le fait qu'elle se sente entourrée et aimée est le plus important...enfin j'espère.
    Demain RDV pris avec la psycho qui lui a fait passer le test pour que l'on ait une discussion ouverte sur "eh ben maintenant on doit faire quoi ??"
    La suite demain. Merci

  12. #9
    Invité

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Tu as raison de mettre "gérer" entre guillemets...

    Un enfant ne se gère pas...il s'éduque... et comme chacun sait... c'est une tâche impossible...

  13. #10
    fredj

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par quantat
    Tu as raison de mettre "gérer" entre guillemets...

    Un enfant ne se gère pas...il s'éduque... et comme chacun sait... c'est une tâche impossible...
    Ouh là... quel enthousiasme pour un jeune papa ! C'est une tache qui se heurte avant tout à ses propres limites, aux contraintes existentielles, etc... d'ailleurs on en apprend beaucoup sur soi-même en élevant des enfants, pour peu qu'on puisse avoir un peu de recul.
    En ce qui concerne les enfants "surdoués" (et j'en ai vu quelques-uns, dont mon fils ainé) il est quand même bon d'être informé de certains traits de caractères récurrents. A condition que les parents puissent utiliser ces informations pour lutter contre l'anxiété, et non pour la nourir. Déjà qu'éduquer est une tâche "impossible" il ne manquerait plus que ça devienne angoissant !
    C'est pour cela que je déconseille la fréquentation des "clubs" d'enfants surdoués, non pas à cause des enfants, mais de leurs parents et du climat anxiogène qu'ils génèrent. Je crois qu'aucun enfant n'a besoin d'être stigmatisé. Et si les plus intellos des enfants ont besoin de faire travailler leur tête plus que les autres, je préfères penser que c'est plus du ressort de l'école (par un saut de classe, et des activités "ouvertes"), de la famille, d'en offrir la possibilité.

  14. #11
    triban

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    bonjour
    fredj
    C'est pour cela que je déconseille la fréquentation des "clubs" d'enfants surdoués, non pas à cause des enfants, mais de leurs parents et du climat anxiogène qu'ils génèrent.
    D'un autre coté, c'est perturbant d'avoir un enfant, qui ne réagie pas "normalement", qui a des crises de larmes, qui ne fait rien en classe sauf embéter les copins ou réver et qui est considérer comme un cancre en classe.

    Je déconseille la visite de site de surdoué, c'est vraiment déprimant.

    lielirats
    C'est juste que je me renseigne sur la véracité d'un tel test et l'apport qu'il peut nous faire.
    Ce test semble éliminer le " problème" de surdouance ( il faudrait peut-être se méfier des réactions de ta fille, elle a peut-être triché).
    Par contre j'espère que la solution de ces tics va être trouvé.

  15. #12
    lielirats

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Est-ce que l'un d'entre vous pourrait m'expliquer si le QI évolue ? Je ne sais pas vraiment si je m'exprime correctement, donc pour reformuler ma question, est ce que le QI fluctue au cours de l'évolution ?

  16. Publicité
  17. #13
    bardamu

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par lielirats
    Est-ce que l'un d'entre vous pourrait m'expliquer si le QI évolue ? Je ne sais pas vraiment si je m'exprime correctement, donc pour reformuler ma question, est ce que le QI fluctue au cours de l'évolution ?
    Bonjour,
    oui, le QI évolue.
    A la base, QI signifie "Quotient intellectuel" et est le rapport entre les performances aux tests à un âge donné comparé aux autres classes d'âge.

    En gros, une performance moyenne d'un enfant de 6 ans correspondrait à 100 si il a 6 ans, à 120 si il a 5 ans, à 90 si il a 7 ans. Le premier est dans la norme, le second en avance, le troisième en retard.

    Un enfant peut donc très bien être en avance à 5 ans et puis revenir à la normale à 10 ans.

    Pour une première approche des stades d'après Piaget : http://www.univ-rouen.fr/servlet/com...31134&LANGUE=0

    Mais n'hésitez pas à demander à votre psychologue de vous expliquer tout ça, normalement il (ou elle) devrait pouvoir vous faire un résumé des stades de développement standard
    Ethica, IV, 43 : Titillatio excessum habere potest et mala esse.
    Spinoza

  18. #14
    Invité

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Piaget doit être manié avec précaution... ses ateliers logiques ont provoqué d'authentiques cas de schizophrénie...
    Ce n'est pas pour autant qu'il faut tout jeter bien sûr...

    Est ce que l'idée de stades de développement ne suppose pas une conception à la fois naturaliste et normative ?

  19. #15
    bardamu

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par quantat
    (...)
    Est ce que l'idée de stades de développement ne suppose pas une conception à la fois naturaliste et normative ?
    Naturaliste et "normatif" (au sens d'établissement d'une moyenne, d'une distribution statistique), c'est souvent le cas en sciences...
    Les tests QI me semblent de cet ordre et somme toute, ils semblent remplir correctement leur fonction de surveillance du développement.
    Ethica, IV, 43 : Titillatio excessum habere potest et mala esse.
    Spinoza

  20. #16
    triban

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par lielirats
    Est-ce que l'un d'entre vous pourrait m'expliquer si le QI évolue ? Je ne sais pas vraiment si je m'exprime correctement, donc pour reformuler ma question, est ce que le QI fluctue au cours de l'évolution ?
    Bonjour
    Il y a quelque temps, j'avais trouvé un document
    http://www.psycho.univ-paris5.fr/rec...2/surdoues.pdf

    C'est donc à partir de cet exemple que nous avons choisi d'illustrer les différents inconvénients que présentent les tests d'intelligence pour l'identification des sujets à haut niveau intellectuel.

    La principale difficulté rencontrée est que la norme de ce test le destine à des enfants « tout-venant », c'est-à-dire à des enfants dont le QI serait compris a priori entre 70 et 130. Cet étalonnage est donc peu adapté à la mesure de QI chez des enfants de haut niveau de compétence.

    Le problème majeur des étalonnages des différentes versions du WISC est que l'étendue des scores en QI n'est pas suffisante pour mesurer correctement le niveau intellectuel d'enfants présentant des compétences extrêmes. Pour le WISC-III, par exemple, le QI maximum est de 155 pour les échelles Verbale et Performance et de 160 pour l'échelle Globale (Wechsler, 1996).
    Donc les "mesures" sur les enfants ayant des "valeurs" hautes, ne sont absolument pas fiable.
    Fidélité des mesures d'intelligence
    Le délai entre les deux examens variait de un à deux ans selon les enfants. Les sujets étaient âgés de 6 à 9 ans au moment du premier examen. Dans l'ensemble, les corrélations calculées par ces auteurs n'étaient pas d'un niveau élevé compte tenu du délai entre les deux examens
    Il y aurait donc une variation des "mesures" suivant l'age.

    C'est une remarque général, mais pour toutes mesures ( mesure dimensionnelle de piéce, meure de température,...), il y a toujours un calcul d'incertitude.
    Dans le cas d'une "mesure" du QI, il n'y a pas de mesure de l'incertitude.
    Pour moi, le QI mesure donc quelque chose, on ne sait pas quoi et avec des mesures trés approximative.

  21. #17
    pitchou

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    bonjour,
    je ne suis pas tout à fait d'accord avec Bardamu quand il dit que le QI change. cet indice est relativement satble auc ours du temps. il se peut que le QI baisse ou augmente en fonction des stimulations venant de l'environnement. donc si on a un bon QI a 6 ans et qu'on est normalement stimulé (cf sans carence) il se maintient. une chute du QI est toujours révélatrice de qulque chose...
    PITCHOU

  22. #18
    lielirats

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    ça y est nous avons rencontré la psycho, la pédiatre et la maitresse. Toutes les trois semblent assez d'accord pour dire d'elle qu'elle est en avance et que les craintes que nous avions de la voir dans sa bulle n'étaient pas fondées. Il leurs parait nécessaire qu'on lui aménage sa scolarité mais la maitresse en 20 ans de carrière n'y a jamais été confrontée et semble un peu démunie !! Comment l'aider ??
    Pour ce qui est des tics, la psycho souhaite la voir en entretien individuel avec notre fille. A suivre...

  23. Publicité
  24. #19
    Jiav

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par quantat
    Piaget doit être manié avec précaution... ses ateliers logiques ont provoqué d'authentiques cas de schizophrénie...
    Voilà une affirmation suprenante. Aurais-tu des références?

    Citation Envoyé par pitchou
    je ne suis pas tout à fait d'accord avec Bardamu quand il dit que le QI change. cet indice est relativement satble auc ours du temps.
    Pour un groupe d'accord, mais pour un individu il y a quand même une variabilité qui peut paraître conséquente non?

    Citation Envoyé par lielirats
    Il leurs parait nécessaire qu'on lui aménage sa scolarité
    Honnêtement je ne crois pas qu'un QI de 122 impose des aménagements. Je connais des personnes à QI>130 qui ont suivi une scolarité on ne peut plus normale sans difficultés. Les tics par contre révèlent peut-être quelque chose... à voir avec la psychologue.

  25. #20
    Invité

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Bonjour Jiav,

    Je vais essayer de retrouver la référence... Je crois que c'est chez un adepte de la métacognition que j'ai lu ça... peut être un penseur israëlien... mais je ne retrouve pas son nom ... il s'agissait d'une réponse donnée à la question de savoir ce qu'il apportait de plus par rapport à Piaget...

    Lacan évoque ça aussi dans les "Ecrits"...

    En gros l'idée est la suivante :il existe des symptômes cognitifs qui procèdent de causes "affectives" elles mêmes liées à la situation su sujet dans la structure.
    La connaissance de la cause ne règle pas le problème comme on le sait.
    Le remédiation, le fait de donner une béquille cognitive, permet de pallier les effets strictement cognitifs... se produit alors une dissociation entre une partie du moi qui devient capable de réaliser les performances en cause et la partie de son psychisme qui recèle le trouble affectif (lié à la position du sujet)

  26. #21
    Jiav

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par quantat
    En gros l'idée est la suivante :il existe des symptômes cognitifs qui procèdent de causes "affectives" elles mêmes liées à la situation su sujet dans la structure (...) se produit alors une dissociation entre une partie du moi qui devient capable de réaliser les performances en cause et la partie de son psychisme qui recèle le trouble affectif (lié à la position du sujet)
    Hé bien voilà encore un test scientifique possible: Lacan prédit donc des schizophrénies suite à l'utilisation des ateliers Piagétiens c'est ça? Donc reste plus qu'à savoir si des cas se sont déjà produits pour tester la validité de l'idée. Perso j'en ai jamais entendu parlé, mais bon je suis pas expert en Piaget donc si tu trouves des références ça m'intéresse. Si tu en trouves pas, sachant la popularité de Piaget au moins en europe, ça dira quelque chose sur la validité de ce qu'a raconté Lacan là-dessus right?

  27. #22
    Invité

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Bonjour Jiav,

    non il ne prédit pas, il relève... et il ne s'agit pas d'une généralisation, mais de constat(s ?) ponctuel(s ?).

    Par ailleurs il ne s'agit pas d'une remarque polémique dont la visée serait d'affirmer la supériorité de son approche sur celle de Piaget (c'est pas la maternelle non plus).
    l'ethique est la même que celle qui gouverne sa critique de l'interprétation par Freud du cas de Hans ou de l'homme aux loups (transformé en "objet a" par l'insistance de Freud et de son Ecole à trouver dans son cas une confirmation de la théorie)

  28. #23
    [PSO]Fabrice.g

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par quantat
    ses ateliers logiques ont provoqué d'authentiques cas de schizophrénie...
    (...)
    non il ne prédit pas, il relève... et il ne s'agit pas d'une généralisation, mais de constat(s ?) ponctuel(s ?).
    Un peu hors propos.
    Je vais faire un peu de statistique.
    Imaginons que quand je me réveille le matin le soleil n'est pas encore levé (il faut dire que je me lève tôt ), et que quelques instants après que je me sois réveillé, le soleil se lève. Ceci n'est qu'un "constat ponctuel". J'en déduis que mon réveil provoque (ou a provoqué) le lever du soleil.
    (Conclusion à peu près aussi valide que : "les ateliers logiques de Piaget ont provoqué d'authentiques cas de schizophrénie")

    Ai-je raison ? Puis-je me baser sur cette simple observation, ce simple "constat ponctuel", pour valider cette "théorie" ? Ou au contraire, est-ce une simple coincidence si je me lève à peu près à la même heure que le soleil ?

    Honnêtement, je ne pense pas que mon réveil provoque le lever du soleil. Je pense plutôt que si la relation entre mon réveil et le lever du soleil est systématique, alors je dois pouvoir prédire quelque chose (p. ex. : quelque soit l'heure à laquelle je me lève, le soleil se lévera juste apprès moi ; ou encore : si je ne me lève pas le soleil ne se lèvera pas non plus). Si, par malheur, ces prédictions sont infirmées, je n'ai pas le droit de dire que mon réveil provoque ou a provoqué le lever du soleil.

    Pour recadrer mon intervention dans les affirmations citées plus haut, je dirais qu'observer des cas de schizophrénie à la suite des ateliers logiques de Piaget ne donne absolument pas le droit de dire que les ateliers de Piaget provoquent la schizophrénie.

  29. #24
    Invité

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Bonjour Fabrice,

    tu pouvais t'épargner la peine d'une si longue explication: nous avons tous , je crois , en souvenir l'histoire du coq qui croyait que son chant faisit lever le soleil... Hume nous a bien expliqué la différence entre une conjonction de faits et une connexion... et nous a mis en garde contre les défauts logiques de l'induction.

    Effectivement on ne peut pas dire que les ateliers logiques provoquent des schizophrénie... on peut (même s'il est vrai que celà reste à vérifier) néanmoins dire qu'ils l'ont fait... si on peut établir un lien entre l'activité menée lors de ces activités et le processus de dissociation...
    Celà ne signifie évidemment pas qu'ils auront cet effet à tous les coups.
    Par ailleurs, l'affirmation du lien "causal" est à nuancer puisqu'il faut admettre un "terrain" prédisposé.

    Enfin... j'aurais mieux fait de me taire: je ne retrouve pas la référence du texte de Lacan...
    Pour ce qui est du spécialiste en métacognition , je crois qu'il s'agissait de Richardson... mais là encore, je n'ai pas la référence.

  30. Publicité
  31. #25
    [PSO]Fabrice.g

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par quantat
    on peut (même s'il est vrai que celà reste à vérifier) néanmoins dire qu'ils l'ont fait... si on peut établir un lien entre l'activité menée lors de ces activités et le processus de dissociation...
    Non, on ne peut pas. Même si on est tout à fait capable de donner une explication à cette observation, cette explication n'a pas valeur de preuve que le phénomène est réel.
    Je commencerai à me poser la question d'une corrélation entre la participation à ces ateliers et la schizophrénie si on me montre que (1) la proportion de personnes qui "deviennent" schizo à la suite de cette participation est supérieure à celle proportion dans la population générale (aspect descriptif), et que (2) cette supériorité n'est pas due au hasard (aspect statistique). Et même là, il faudra encore pour me convaincre me montrer qu'il n'existe pas de variable(s) confondue(s) qui puisse rendre compte de cet observation.

    A partir de ce moment, on pourra commencer à chercher des explications pour cette observation. Et ensuite, il faudra montrer que cette explication rend effectivement compte de cette observation (en faisant des prédictions issues de cette explications, et en montrant que ces prédictions se confirment, tout en s'attachant à montrer que les résultats obtenus ne sont pas expliqués par d'autres facteurs).

  32. #26
    Invité

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Bonjour Fabrice,

    pardonne moi mais il me semble que tu te méprends sur l'intention qui domine mon propos: je n'ai nulle intention de prouver que c'est vrai.
    Ce que tu dis sur l'évaluation statistique est parfaitement sensé (notamment dans le cadre protocolaire que requiert la psychologie ou la sociologie), mais je n'y adhère cependant pas.

    Il me suffit d'un seul cas, non pour prouver un thèse que je ne veux pas prouver (les ateliers logiques provoquent systématiquement des schizophrénie), mais pour faire l'hypothèse qu'un certain type d'intervention centré sur les performances logiques et cognitives peut produire des effets indésirables. et j'insiste sur le verbe "peut" et non "va"...
    Je ne me place pas dans un cadre où il s'agirait d'opposer une approche qui serait Vraie à toutes les approches (soi disant) concurrentes... La seule chose qui compte, en matière de psychologie, n'est pas la reconnaissance sociale... c'est de progresser pas à pas, en prêtant attention aux détails même les plus insignifiants au regard d' une volonté universalisante...
    On sait bien que quelque soit le nombre de cas observés , une généralisation n'a pas de sens (sinon statistique)...mais qu'un seul cas inattendu doit appeler notre attention.

  33. #27
    [PSO]Fabrice.g

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Il me suffit d'un seul cas, non pour prouver un thèse que je ne veux pas prouver (les ateliers logiques provoquent systématiquement des schizophrénie), mais pour faire l'hypothèse qu'un certain type d'intervention centré sur les performances logiques et cognitives peut produire des effets indésirables. et j'insiste sur le verbe "peut" et non "va"...
    Et bien moi, ce n'est pas sur le mot "peut" ou "va" que je bloque, mais simplement sur le mot "produire".
    Produire veut dire "Faire exister, naturellement ou non, ce qui n'existe pas encore; créer." (Trésor de la Langue Française). "Produire" suppose donc que le "produit" n'aurait pas existé sans le "producteur", ce qui sous-entends une relation de causalité. Or, comme je l'ai déjà dit, cette relation de causalité n'est pas établie dans l'exemple que tu donnais.

    C'est simplement ça que j'essaye de dire. Il ne s'agit même pas de montrer qu'une "approche statistique" est plus vraie qu'une autre, il s'agit simplement d'éviter d'affirmer des choses fausses.

    Imaginons, j'observe que 75% des personnes qui consultent un psychologue souffrent d'un trouble psychologique. Ai-je le droit, sur la base de mon observation de dire que "consulter un psychologue produit (ou provoque) un trouble psychologique" ? Autre exemple, j'observe que 95% des personnes qui ont commis un crime ont bu de l'eau dans les 24 à 48h qui précèdent le crime qu'elles ont commises. Ai-je le droit d'affirmer que "boire de l'eau provoque des comportements criminels" ?

    Maintenant, j'observe que 1%* des personnes qui ont participé aux ateliers logiques développent des troubles schizophréniques par la suite, ai-je le droit de dire que les ateliers "produisent" ces troubles ? Certainement pas, simplement parce que les 1% observés parmi les personnes qui ont participé à ces ateliers ne diffère pas de la proportion des personnes qui développe ces troubles sans avoir participé à ces ateliers.

    Pour pouvoir affirmer que quelque chose provoque (ou produit) autre chose, il faut prendre en compte une situation dans laquelle la cause supposée et sa conséquence sont présentes (comme tu le fais) mais aussi des situations ou la cause est absente et la conséquence présente et/ou des situations ou la cause est présente et la conséquence absente.

    Si tu ne réfléchis pas en ces termes, tu peux tout à fait faire une hypothèse et trouver une explication, mais ton hypothèse est probablement fausse, et tu es en train de perdre ton temps à expliquer quelque chose qui, en réalité, n'existe pas.

    On sait bien que quelque soit le nombre de cas observés , une généralisation n'a pas de sens (sinon statistique)...mais qu'un seul cas inattendu doit appeler notre attention.
    Je ne suis pas tout à fait d'accord concernant les généralisations, mais ceci est surement du à la discipline dans laquelle je travaille.

    Par contre, concernant le "seul cas inattendu", je dois insister sur le fait qu'il doit effectivement être inattendu. Si à la suite d'une expérience mettant en jeu des centaines de personnes, on observe qu'1% des cas à développé des troubles schizophréniques, cela n'a rien d'étonnant, puisque cela correspond à la proportion de cas dans la population générale et qu'on ne peut simplement pas exclure la possibilité que l'expérience ne soit pas la cause de ces cas. Ce qui serait plus inattendu et, je te l'accorde, digne d'intérêt, serait que l'on observe une proportion supérieure ou inférieure à celle de la population générale, et que cette différence ne soit pas le fruit du hasard**.

    Je dois juste te préciser que je ne cherche pas à montrer la supériorité d'une approche sur une autre, mais simplement à mettre en avant les "erreurs" d'interprétation possible, et les conséquences de ces erreurs. J'insiste donc sur le fait qu'une simple observation est un indice qu'il se passe probablement quelque chose et que cet indice mérite toute notre attention (là dessus, je pense qu'on est d'accord), mais qu'il faut aussi s'assurer de réfléchir sur une réalité pour pouvoir progresser, même pas à pas (notamment dans la prise en charge d'une personne qui se trouve dans un état de détresse psychologique).


    * J'ai choisi 1% parce que cela correspond à la prévalence des troubles schizophréniques dans la population.

    ** Attention : Si j'observe, après avoir fait passer ces ateliers à 100 personnes que 2 (soit 2%) d'entre elles développent des troubles, il est probable que la différence de proportion entre mon échantillon et ma population de référence soit dû au hasard de l'échantillonage. Il est donc important de montrer que cette observation n'est pas due au hasard, et donc, qu'elle est fondée.
    Dernière modification par [PSO]Fabrice.g ; 31/03/2006 à 12h15.

  34. #28
    Stevou

    Arrow Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par Jiav
    Je connais des personnes à QI>130 qui ont suivi une scolarité on ne peut plus normale sans difficultés.
    Ma soeur avait des facilités surprenantes en maternelle. En un an, elle a fait moyenne section et un mois de grande. Ensuite, en CP, elle avait le niveaude CE1. Maintenant, en CE1, elle est meilleur que les CE2. Entre CP et CE1, on a fait un test QI : 145! Cela a sûrement un rapport tr'ès important avec ses facilités.
    Le problème pour les personnes de ce genre, c'est qu'elle arrivé trop facilement et ne travaille pas. Pareil pour ma soeur qui ne travaille pas. Ses maîtresses ont monté le niveau, elle continu à avoir d'excellente note. Je pense qu'avoir un QI peut empêcher le bon développement d'un enfant, qui n'aura par exemple aucune méthodes de travail pour faire des études...
    Embrace your dreams.

  35. #29
    bardamu

    Re : Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Citation Envoyé par pitchou
    bonjour,
    je ne suis pas tout à fait d'accord avec Bardamu quand il dit que le QI change. cet indice est relativement satble auc ours du temps. il se peut que le QI baisse ou augmente en fonction des stimulations venant de l'environnement. donc si on a un bon QI a 6 ans et qu'on est normalement stimulé (cf sans carence) il se maintient. une chute du QI est toujours révélatrice de qulque chose...
    PITCHOU
    Salut,
    dans cet article, on dit en effet qu'il y aurait une stabilité du QI au cours du développement.

    Disons seulement que chaque cas est particulier et qu'un parent ne doit pas se désespérer si à un test son enfant a 90 ou trop s'enthousiasmer si il a 120.

    P.S. général : Face à la fascination que QI ou super-pouvoir semblent provoquer, un petit sujet pour le forum "Ethique" : juger selon la performance (faible, moyen, fort...) porte-t-il atteinte à la dignité de chacun ?
    Ethica, IV, 43 : Titillatio excessum habere potest et mala esse.
    Spinoza

  36. #30
    CEugène

    RE Evaluation du QI chez un enfant de 6 ans ???

    Le QI est susceptible d'avoir des variations au cours de l'enfance.
    Attendez l'âge de la pré-adolescence : là son QI se sera stabilisé définitivement pour toute sa vie.

    Refaîtes un test de QI à ce moment-là. Si son QI est toujours important peut-être devriez-vous songer à la placer dans un établissement spécialisé car surtout l'adolescence arrivant il est très néfaste pour leur psychologie de les laisser se trouver "anormaux" même si ce n'est souvent qu'inconscient (dumoins pendant une période pouvant aller jusqu'à plusieurs années) le mal-être existe bel et bien et le fait de ne pas se sentir adapté en classe peut conduire à l'échec scolaire voire de toute la vie professionnelle.

    Je ne veux pas être alarmiste mais cette question est importante et il faut lui accorder une importance primordiale.

    Donc ne surtout pas négliger l'intelligence et apprendre à la dompter comme un animal sauvage et à bien s'en servir est un travail indispensable.

    Quelqu'un à l'intelligence supérieure à la normale n'est pas un animal étrange qui ne fonctionne pas comme nous.
    C'est juste quelqu'un qui a beaucoup plus de perceptions, qui les analyse sans-cesse, qui réfléchit beaucoup, qui a conscience de certaines choses qui restent du domaine de l'intrinsèque chez les autres, qui comprend plus de choses et plus vite et qui les réutilise sans cesse dans sa riche vie intérieure, qui vous a vu venir avant que vous le sachiez vous-même...
    Il utilise le temps que les autres passent à analyser leurs perceptions et à réfléchir à prendre une décision (c'est chose automatique chez lui) pour mener des réflections à de bien plus hauts niveaux.

Page 1 sur 6 12 3 4 5 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. La maladie de still chez un enfant de 4 ans
    Par flofleur76 dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 4
    Dernier message: 06/05/2016, 14h17
  2. Choix d'un téléscope pour éveiller une passion chez un enfant de 10 ans
    Par superkikim dans le forum Matériel astronomique et photos d'amateurs
    Réponses: 6
    Dernier message: 07/09/2007, 20h40
  3. Comprendre l'obésité chez l'enfant pour une lutte et une prévention efficaces
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 6
    Dernier message: 27/07/2005, 12h35
  4. methode de trvail pour un enfant de 14 ans et en 3eme
    Par jo-electrons dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 2
    Dernier message: 19/04/2004, 19h42