Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Recherche - ce qu'on dit et ce qui est



  1. #1
    Romain-des-Bois

    Recherche - ce qu'on dit et ce qui est


    ------

    Bonjour à tous,

    ça fait un petit moment que j'avais envie de poster ce topic... je me lance. La question porte sur l'énorme différence qui me semble exister entre ce qu'on peut lire ou entendre (notamment sur ce forum) et ce qui se passe sur le terrain. Vous l'aurez compris, c'est à propos de la recherche...

    Ce qu'on lit, et les statistiques semblent appuyer cela : après une thèse, il est très difficile d'obtenir un poste en France dans la recherche (université ou organisme de recherche type CNRS). A force de lire de tels messages, ça en découragerait plus d'un

    Mais voilà, j'ai des témoignages (qui sont peut-être des exceptions ? ) qui contredisent (ou semblent contredire) cela, et pourtant dans des matières fondamentales (Mathématiques et Physique fonda). A l'université de Montpellier, les jeunes docteurs en physique arrivent à se faire embaucher en MdC (pas tous bien sûr), et j'ai le cas de deux jeunes docteurs en maths qui ont tous deux trouvé un poste (et rapidement), et dont un des deux dit qu' "il ne faut pas écouter ce qu'on dit à propos de la recherche, et qu'il y a des postes..."
    Alors évidemment, c'est l'université de Montpellier (qui n'attire peut-être pas beaucoup de monde - tous partis à Paris ), mais quand même !


    Alors qu'en dîtes-vous ?

    Romain

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Cécile

    Re : Recherche - ce qu'on dit et ce qui est

    Question : les embauchés MdC dont tu parles étaient-ils des "candidats locaux" ? C'est à dire des gens qui ont fait leur thèse et/ou ATER dans le labo où ils sont ensuite embauchés.
    A mon avis, l'université de Montpellier attire beaucoup de monde, bien plus que celles dans des coins plus paumés et moins ensoleillés. Mais les jeunes embauchés ont tendance à croire que leur cas est une généralité, et qu'il n'est dû qu'à leurs compétences. Alors que les recalés (tout aussi persuadés que leur cas est une généralité) sont persuadés que s'ils ne sont pas embauchés, c'est parce qu'ils n'étaient pas les candidats locaux et qu'ils n'étaient pas soutenus par le prof X ou le directeur de la commission Y. La vérité doit être entre les deux (et varie selon les facs).
    Un bon critère pour voir les difficultés de faire de la recherche est le nombre de candidats pour chaque poste de MdC. Le texte posté par Rincevent il y a quelques jours sur le devenir des chercheurs est aussi très intéressant : http://forums.futura-sciences.com/thread155973.html

  4. #3
    John78

    Re : Recherche - ce qu'on dit et ce qui est

    Salut
    Le document de Rincevent est interressant et correspond a ma génération (celle ayant soutenus en 2003). Un truc qui m'a frappé c'est que grossomodo plus de 60% des docteurs en science dure travaillent dans la recherche apres 3 ans. Avec finalement pas tant d'hétérogénéité que ça entre discipline... Ca, c'est positif. Les points négatifs c'est 1) ce taux est en baisse constante depuis plus de 10 ans et 2) la montée de la précarité, qui deviens tres forte en SDV et Chimie (presque 40% !). En conclusion, je dirais que globalement la situation n'est pas catastrophique (je l'a pensais plus dure pour ma génération), donc oui il reste des postes et de quoi faire carrière. Mais la tendance lourde qui se dessine depuis quelques années est défavorable. La question est de savoir si un retournement est possible avec les réformes que Sarko veut engager. L'avenir nous le dira...
    A+
    J

  5. #4
    Etile

    Re : Recherche - ce qu'on dit et ce qui est

    Le trouve tout de même que le taux de 60% est très faible, pas vous ?

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    John78

    Re : Recherche - ce qu'on dit et ce qui est

    La recherche est pas un métier facile et demande beaucoup de sacrifice personnel, sans passion, c'est tres dur. Je pense que beaucoup de docteur se rende compte apres avoir soutenu que ce métier n'est pas pour eux et qu'ils ne sont pas pret a continuer encore plusieurs années en postdoc. Je pense que les 40% d'echec s'explique de ce fait, car sur le fonds, il n'est pas tres difficile de trouver un postdoc sur plusieurs années apres la thèse (nottament a l'étranger, mais en France aussi maintenant). La vraie barre est au niveau des recrutements en positions fixe apres le postdoc (pas partout, il y a des discipline où le recrutement post-thèse est plus fréquent).

    A+
    J

  8. #6
    Cécile

    Re : Recherche - ce qu'on dit et ce qui est

    Je ne trouve pas que ce taux de 60% soit faible, il est même sûrement très élevé par rapport aux pays où le PhD est très reconnu et ouvre beaucoup de portes, comme aux Etats-Unis. Ce n'est pas parce qu'on fait une thèse qu'on est destiné à la recherche. Ce qui est plus embêtant, c'est le taux de chomage (11 %, c'est à vous dégoûter de faire des études) et la précarité.

  9. Publicité
  10. #7
    Romain-des-Bois

    Re : Recherche - ce qu'on dit et ce qui est

    Je vous remercie de vos réponses

    D'abord, oui, les jeunes docteurs recrutés étaient des candidats locaux.

    J'ai lu le document posté par Rincevent (qui est vraiment bien d'ailleurs). La situation ne me semble pas si catastrophique. Bien sûr, 11% de chômeurs, c'est beaucoup, mais je pensais ce taux bien supérieur !

    J'ai l'impression qu'il ne faut surtout pas faire de généralités dans ce domaine


    Romain

  11. #8
    Cécile

    Re : Recherche - ce qu'on dit et ce qui est

    Citation Envoyé par Romain-des-Bois Voir le message
    D'abord, oui, les jeunes docteurs recrutés étaient des candidats locaux.
    Donc leur recrutement tient en grande partie du critère chance : être tombé au bon endroit au bon moment (même s'il faut aussi des compétences).

  12. #9
    Romain-des-Bois

    Re : Recherche - ce qu'on dit et ce qui est

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Donc leur recrutement tient en grande partie du critère chance : être tombé au bon endroit au bon moment (même s'il faut aussi des compétences).
    Mieux vaut être chanceux pour réussir



    Romain

  13. #10
    John78

    Re : Recherche - ce qu'on dit et ce qui est

    Citation Envoyé par Romain-des-Bois Voir le message
    Mieux vaut être chanceux pour réussir
    Il reste quand même tout les recrutements dans les EPST comme le CNRS par ex. qui sont des concours beaucoup plus ouvret et "équitable" car nationaux.

    A+
    J

Discussions similaires

  1. quand est-ce qu'on dit unifiés?
    Par champunitaire dans le forum Physique
    Réponses: 12
    Dernier message: 31/10/2007, 09h14
  2. Réponses: 2
    Dernier message: 13/08/2007, 23h25
  3. Est-ce qu'on connaît les plaques qui ont soulevé la chaîne hercynienne ?
    Par Alain28 dans le forum Géologie et Catastrophes naturelles
    Réponses: 21
    Dernier message: 17/08/2006, 09h53
  4. L'urgence est-elle si réelle qu'on le dit ?
    Par titanic dans le forum Changement climatique, a-t-on raison de s'inquiéter ?
    Réponses: 2
    Dernier message: 08/10/2005, 10h08