Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Doutes sur l'orientation médecine/droit



  1. #1
    lolo75015

    Unhappy Doutes sur l'orientation médecine/droit


    ------

    Bonjour à tous,

    Voilà, je suis complètement perdu dans mon orientation post-bac et j'aurais aimé avoir des conseils.
    J'ai un bac S mention très bien en poche et j'ai commencé medecine (première année passée en bossant beaucoup beaucoup). Mais je me demande vraiment si c'est fait pour moi. En fait, je n'arrive pas à m'imaginer médecin. Est-ce normal? (Quelqu'un qui a fait médecine pourrait témoigner?)
    Je dois avouer que si j'ai commencé médecine c'est plus sous la pression familiale qu'autre chose. Je n'ai pas un but précis et donc pas une grosse motivation.

    Après avoir essayé différents "tests de personnalité", il en ressort que je suis plutôt:
    Relations aux autres, Aide, Accompagnement, Pédagogie, Authenticité, Partage, Norme, Organisation, Méthodes, Rigueur, Procédures, Respect des conventions.
    Je dois avouer que cela me définit plutôt bien.

    Mais cela ne m'avance pas à grand chose...Qu'en pensez-vous?
    Je me dis que des études de droit (avocat, notaire) seraient peut-être plus adapté à mon profil.
    Si quelqu'un a des idées? D'autres métiers?
    Ou alors dois-je essayer de persévérer en médecine?

    Oui c'est assez vague, mais je me pose vraiment beaucoup de questions. Je suis prêt à tout arrêter pour changer d'orientation.

    Merci,

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Bell V22

    Re : Doutes sur l'orientation médecine/droit

    Je pense qu'une bonne majorité de personnes en médecine n'a pas de "vocation" dès la 1ere année(en tout cas pour moi c'est comme ca).


    Sinon,pour la réorientation Médecine/Droit,au pire tu peux déja essayer de voir si tu peux passer le cap de la 1ere année,mais si c'est vraiment pas ton truc,pars en droit directement.....ce ne serait pas la première fois que cela se ferait...

  4. #3
    lolo75015

    Re : Doutes sur l'orientation médecine/droit

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour votre réponse.
    En fait mon problème est que j'ai déjà passé la première année, j'en suis un peu plus loin, je débute l'externat. J'ai donc peur de faire une erreur en arrêtant médecine maintenant et le regretter plus tard.
    Actuellement, les cours de médecine pour la plupart me rebute. Pour les stages, j'ai peur des responsabilités (avoir la vie du patient entre les mains me fait vraiment peur) et cela me stresse beaucoup. Croyez-vous que cela puisse changer pendant l'internat ou après?
    Y a-t-il des médecins qui étaient dégoutés de la médecine pendant l'externat et qui au final s'épanouissent dans leur métier? Peut-être a-t-on plus de motivation une fois que l'on a choisi ça spécialité?

    Je me dis donc que le droit serait peut-être plus adapté. J'ai l'impression que les responsabilité seront moins pesante. Je me trompe peut-être?

    Merci!

  5. #4
    Hazel

    Re : Doutes sur l'orientation médecine/droit

    C'est véritablement a l'externat que tu vas découvrir ce qu'est reelement la médecine, même si l'enseignement n'est pas dans le même ordre selon les facs, en D2 tu commences les items d'internat a proprement parler, tes cours ne seront plus un fatras abstrait de notions paraissant inutiles et rébarbatives comme on nous en sert souvent de la premiere ( surtout la premiere... ) a la 3eme année. Desormais tes cours ressembleront plus a la sémiologie que tu as touché du doigt en 2e et 3e année.

    Quand autrefois tu avais des cours entiers d'immuno sur une simple notion d'anti-corps, le tout a peine relité a un contexte de maladie concrete ou de situation réelle, tes cours seront desormais: " L'asthme ", ou " la tuberculose ", ou " Le diabete ", " L'accident vasculaire cerebral ", bref tu rentres de plein pied dans la veritable médecine et ses applications pratiques ( apprentissage de la maladie, de ses signes cliniques, de son traitement ).

    En principe en D2, ta vie a l'hopital va suivre le meme cheminement, tu passeras des " stages d'observation " que tu as pu mener en 2e ou 3e année, a des gardes d'externe aux urgences, en réa, ou a des stages de spécialité où tu auras tes propres patients.
    Certains aprecient beaucoup le passage a l'externat parceque ça concretise enfin un exercice de la médecine que tu n'as quasiment pu voir que de maniere théorique jusque là.

    Je te proposes deux liens vers le forum national E-carabin, qui sont deux sujets de gens dans ta situation, l'un qui voulait arrêter en DCEM3 ( 5e année ), l'autre en DCEM2 ( 4e année ), leurs arguments etaient plutôt le stress insuportable et la pression de leurs études contrairement a toi qui a plutôt l'air de manquer d'interêt, mais ça pourra peut-être t'aider, notament avec les nombreuses réponses qu'ils ont eu.

    Arrêter medecine en DCEM3 ?

    Arrêter medecine en DCEM2 ?


    Enfin pour ta remarque " je n'arrive pas a m'imaginer médecin ", tu imagines peut-être ce médecin de ville en consultation de cabinet comme on l'imagine tous... mais la médecine c'est avant tout une myriade de metiers très differents.

    Le médecin généraliste, qui peut être le médecin exercant en cabinet comme cité plus haut, mais aussi le médecin urgentiste ou de SAMU / SMUR ( diplome d'etude specialisé a partir de médecine générale ), qui bouge beaucoup plus.

    Tu as toutes les spécialités chirurgicales pour les amoureux de l'anatomie et de la dissection.

    L'anesthesie-réanimation pour ceux qui aiment les urgences vitales, les troubles hydro-electrolytiques du corps humain, les milles et une façon d'anesthesier un corps humain partiellement ou totalement...

    Une panoplie très large de spécialités médicales ( neurologie, hepato-gastro, nephrologie, cardiologie, pneumologie... )

    Et surtout, pour ceux qui n'aiment pas la responsabilité ou le contact avec les patients, des spécialités de labos ou de bureaux, très differentes de l'exercice clinique cité jusqu'a present: médecin biologiste, médecin en santé publique ( études d'epidemiologie, des grandes épidémies, des politiques de santé nationale comme la grippe H1N1... un travail en bureau et sur le terrain très interessant, mais avec très peu de clinique et de contact avec des patients ), médecin anatomo-pathologiste ( exerce en laboratoire, pose des diagnostic en etudiant l'histologie des tissus qu'on lui envoie ).

    Médecine Légale / Légiste: Tu aimes le droit ? Tu aimes la médecine ? Voilà un mix des deux, le légiste n'est pas seulement le médecin des autopsies comme dans certains films, c'est aussi et surtout un spécialiste juridique qui peut-être appellé pour des expertise diverses ( allegations de coups portés sur une personne etc... on lui demande d'intervenir sur les cas d'agressions, de viols ), le légiste est formé a la criminologie et a de nombreux domaines qui sont l'apanage habituel du droit, c'est un metier qui est paraît-il diversifié et très interessant.

    Et j'en passe...

    Mon avis perso, c'est que tu fais de belles études, et beaucoup aimeraient être a ta place vu le nombre d'inscrits en PCEM1 chaque année.
    Celà dit si c'est pour te pourrir la vie et faire un metier que tu detestes, ça demande effectivement reflexion. Mais réfléchis bien, et essaie de mieux connaître la médecine et les horizons quasi-illimités qu'elle t'ouvres avant de te fermer toutes ces portes de maniere definitive.
    Lis le lien vers les topics que je t'ai mis, il y a pas mal de discussions interessantes sur le sujet.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    lolo75015

    Re : Doutes sur l'orientation médecine/droit

    Merci beaucoup de votre réponse rapide.
    Les spécialités permettant de travailler en laboratoire ou dans un bureau me permetteraient en effet de réduire la pression de la responsabilité face au patient.
    Le problème étant que j'aime le contacte avec les gens... Mais que j'ai dû mal a supporté la responsabilité d'avoir la vie du patient entre mes mains.

    La médecine légale m'intéresse particulièrement, mais à ce que j'ai vu, c'est en fait un médecin généraliste qui a un DESC en médecine légale et qui intervient ponctuellement en tant que légiste.
    Savez-vous si il existe des médecins légistes à temps plein? Est-ce possible ou faut-il obligatoirement avoir une activité de généraliste?

    Merci!

  8. #6
    Hazel

    Re : Doutes sur l'orientation médecine/droit

    Je ne connais que très mal cette spécialité, mais je suis quasiment certain qu'on peut l'exercer a temps plein ( il existe des services et pôles de médecine légale avec chef de service et professeurs agréés ).

    J'essaierai de chercher l'interview de l'un de nos Professeur en médecine légale faite pour le journal de notre fac il y a quelques années si je le retrouve, il parle de la médecine légale au quotidien, c'etait assez interessant.

  9. Publicité
  10. #7
    Bell V22

    Re : Doutes sur l'orientation médecine/droit

    Plus qu'un problème d'orientation,je pense qu'ici il s'agit aussi d'un problème de confiance.

    Quand on repense à tout ce qu'il faut subir pour arriver au niveau ou tu es en médecine,je pense qu'il est très important que tu prennes conscience que tu n'es pas ici par "hasard"....

    Peut etre que le fait d'avoir été sélectionné parmi tant de personnes,ou meme l'attente des patients par rapport sont des facteurs de gène pour toi,mais il faut te dire que cette attente est légitime et que justement tu es formé pour.

    Confiance.

  11. #8
    badtrip

    Re : Doutes sur l'orientation médecine/droit

    Ouais, faut continuer. Je suis en 5ème année à Paris 5, et je ne me suis jamais autant emmerdé de ma vie que depuis que je suis en médecine. Je ne me vois pas non plus médecin, j'ai déjà arrêté pdt deux ans mais les petits boulots, ça ne fait pas avancer le schmilblick.
    Au choix, il reste: la pendaison (efficace, et ça résoud tous les problèmes d'un coup), les forums (efficace pour retarder la pendaison)...les autres alternatives me restent assez opaques. Donc je viens moi aussi pleurer un coup sur la vacuité de mon existence; c'est sympa, ça fait un peu "association de malades".
    Points négatifs de médecine: 1-on a l'impression que ça ne s'arrête jamais 2-On nous fait faire des stages pourris 3-On n'a pas d'argent
    4-On devient hypocondriaque à fond les ballons et on hérite d'un trouble somatique différent pour chaque pôle 5-Aucune voie de sortie

    Ca fait un peu trail pandémoniaque, ....M'enfin, ça dépend de la personnalité de chacun, j'en vois qui le vivent bien.

Discussions similaires

  1. [Blanc] Doutes sur la régulation du compartiment frigo sur un Bosch KDN32X00
    Par elprofesor dans le forum Dépannage
    Réponses: 4
    Dernier message: 27/04/2009, 22h55
  2. Devis sur la table : doutes ?
    Par facil1ty dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 52
    Dernier message: 21/04/2009, 15h36
  3. Aide pour l'orientation médecine
    Par Malitix dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 3
    Dernier message: 09/03/2009, 07h36
  4. trou noir sur l'orientation
    Par tonioo dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 4
    Dernier message: 11/02/2008, 18h10