Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 57

Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être



  1. #1
    invite7863222222222
    Invité

    Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être


    ------

    Ok donc voilà très modestement, une série de principes (scientifiques ?) qui pourrait, je pense, peut être définir faire un champ particulier de la psychologie :

    1. il n'y a pas de pathologies mais que des personnes qui se "sentent mal" ou qui veulent "aller mieux"

    2. il existe une structure de pensées qui réalise un travail en tâche de fond de la conscience et qui fonctionnent de manière à trouver des solutions à des interrogations qui ont été crées (mais donc pas résolus) par la conscience.

    3. ces interrogations sont des méta interrogations dans le sens où elles sont toutes motivées par le but de toujours produire plus de sens ?

    4. c'est à la fois l'importance que cette structure a dans la vie psychique d'une personne ainsi que la capacité à produire du sens qui déterminent si une personne se "sent mal" ou veut "aller mieux".

    Voilà ca parait surement un peu parachuté et très léger mais j'avais averti que je n'était pas psychologue...

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    mh34
    Responsable des forums

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    1. il n'y a pas de pathologies mais que des personnes qui se "sentent mal" ou qui veulent "aller mieux"
    Si seulement c'était vrai...
    Mais que faites-vous de la schizophrénie, pour ne citer qu'elle?

  4. #3
    karlp

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Citation Envoyé par jreeman Voir le message
    Ok donc voilà très modestement, une série de principes (scientifiques ?) qui pourrait, je pense, peut être définir faire un champ particulier de la psychologie :

    1. il n'y a pas de pathologies mais que des personnes qui se "sentent mal" ou qui veulent "aller mieux"

    2. il existe une structure de pensées qui réalise un travail en tâche de fond de la conscience et qui fonctionnent de manière à trouver des solutions à des interrogations qui ont été crées (mais donc pas résolus) par la conscience.

    3. ces interrogations sont des méta interrogations dans le sens où elles sont toutes motivées par le but de toujours produire plus de sens ?

    4. c'est à la fois l'importance que cette structure a dans la vie psychique d'une personne ainsi que la capacité à produire du sens qui déterminent si une personne se "sent mal" ou veut "aller mieux".

    Voilà ca parait surement un peu parachuté et très léger mais j'avais averti que je n'était pas psychologue...
    Je ne crois pas que ces principes soient "scientifiques" (encore faudrait il que nous nous accordions sur le sens de ce terme) ; ils sont toutefois pleins de pertinence.

    J'approuve pleinement les points 1) 3) et 4)

    C'est sur le 2) que je suis en désaccord : je ne crois pas que la conscience soit la cause de ces interrogations (ce qui n'empêche pas qu'il y ait au niveau de la conscience un contenu qui représente l'ojet d'un interrogation plus fondamentale).
    Peut-être toutefois employez vous le terme "conscience" dans un sens différent de celui que je retiens.
    Je crois que cela mérite d'être développé.

  5. #4
    invité6543212033

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Si seulement c'était vrai...
    Mais que faites-vous de la schizophrénie, pour ne citer qu'elle?
    Je voudrais rappeler ce qu'a dit Mh34 !!!

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Zozo_MP

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Bonsoir

    De ce que j'en n'ai compris la psychanalyse n'a pas pour vocation à traiter les pathologies traitées par la psychiatrie.

    Même si J.Lacan à fait sa thèse sur la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité suivi de Premiers écrits sur la paranoïa.

    De plus Jreeman parles de psychothérapie et non pas de psychopathologie (suite à une petite erreur d'écriture dans un précédent post').

    Cordialement

  8. #6
    Zozo_MP

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Bonsoir Jreeman

    Le point 1 mérite discussion dans le sens ou une pathologie serait la cause et le ressenti un stimuli.

    Je me sent mal !
    pourquoi ?
    je ne sais pas!
    Qui sont en général les deux phrases bateaux d'un premier entretien.

    Après, derrière pathologie il faut savoir si l'on parle d'une névrose carabinée comme le disait freud à propos du petit Hanss ou d'autre chose.

    Pour faire simple, on pourrait dans un premier temps dire qu'il y a un truc qui fait que l'on se sent mal.
    On laisse de coté pour l'instant l'écart entre l'ethos et le pathos.


    Le point 3 et la question du sens ne me convient pas trop, j'y reviendrais plus tard, si tu veux bien.

    Cordialement

  9. Publicité
  10. #7
    invite7863222222222
    Invité

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Si seulement c'était vrai...
    Mais que faites-vous de la schizophrénie, pour ne citer qu'elle?
    J'en pense qu'il y a beaucoup de déterminant physiologique, ce que je disais se focalisait sur le coté psychique uniquement, mais j'ai bien parlé d'un champ de la psychologie seulement, voir même encore moins que cela juste un champ de la psychothérapie. Et si en restreignant le champ, on arrive à quelque chose de plus scientifique, alors c'est pas obligatoirement un mal.

  11. #8
    invite7863222222222
    Invité

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    Le point 1 mérite discussion dans le sens ou une pathologie serait la cause et le ressenti un stimuli.

    Je me sent mal !
    pourquoi ?
    je ne sais pas!
    Qui sont en général les deux phrases bateaux d'un premier entretien.

    Après, derrière pathologie il faut savoir si l'on parle d'une névrose carabinée comme le disait freud à propos du petit Hanss ou d'autre chose.

    Pour faire simple, on pourrait dans un premier temps dire qu'il y a un truc qui fait que l'on se sent mal.
    On laisse de coté pour l'instant l'écart entre l'ethos et le pathos.
    Je voudrais dire déjà que je tiens à avoir une suivre une démarche particulière, où la définition de "aller mal" (et non pathologie puisque ce mot est déjà pris) doit pouvoir rentrer dans un schéma explicatif en relation avec quelque chose d'autres dont le lien n'apparait pas si évident que cela au premier abord mais qui est mis en évidence expérimentalement de manière suffisamment évidente pour que ca ne laisse planer aucun doute sur le fait qu'il y ait effectivement un lien.

    Ce que je dis est très éloigné des démarches habituelles. Je ne voudrais pas qu'on en parle avec les termes déjà leur sens déjà définis qu'on utilise puisque c'est une démarche de "enrichir la psychothérapie". J'aimerais pouvoir dire "repenser la psychanalyse" mais après avoir appris la vie et l'oeuvre de Freud, ca me paraitrait dévalorisant.


    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    Le point 3 et la question du sens ne me convient pas trop, j'y reviendrais plus tard, si tu veux bien.
    Pas de problème. Et on divergerait sur la psychanalyse, même si ca m'éloignerait un peu de mon but d'approfondir ce que je proposais, que ca pourrait être aussi enrichissant (je préviens je vais tenter de démystifier).

  12. #9
    mh34
    Responsable des forums

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    De ce que j'en n'ai compris la psychanalyse n'a pas pour vocation à traiter les pathologies traitées par la psychiatrie.
    Je ne suis pas sûre que tous les psychanalystes le pensent, mais bon...
    Ceci dit, choisir à quel endroit mettre la barrière est délicat, parce que les psychiatres traitent bien les dépressions...et les dépressions sont hors du champ de la psychanalyse ou pas? ( je tiens à préciser que je ne suis pas psychiatre, pour ôter toute ambiguité à mes propos!)

    J'en pense qu'il y a beaucoup de déterminant physiologique, ce que je disais se focalisait sur le coté psychique uniquement
    Je ne comprends pas : la schizophrénie ne se manifeste QUE par des troubles psychiques.

    j'ai bien parlé d'un champ de la psychologie seulement, voir même encore moins que cela juste un champ de la psychothérapie.
    Justement, on sait maintenant que la schizophrénie ne se traite pas ainsi, du moins que ce n'est qu'un traitement d'appoint, totalement insuffisant.

    Et si en restreignant le champ, on arrive à quelque chose de plus scientifique, alors c'est pas obligatoirement un mal.
    Non, ce serait même plutôt un bien.

    Ceci dit, et même si je n'adhère pas à la démarche psychanalytique comme je l'ai dit plus haut à karlp, tout, absolument TOUT ce qui peut soulager ces malades et leur entourage qui vivent un enfer est bienvenu, de quelque côté que ça vienne.

    Mais peut-être que vous n'incluez pas les psychoses dans votre hypothèse, auquel cas je présente mes excuses pour la digression et me retire du fil sans aucun problème.

  13. #10
    invite7863222222222
    Invité

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Je ne comprends pas : la schizophrénie ne se manifeste QUE par des troubles psychiques.
    Pour précision, je faisais allusions aux causes psychiques et non aux manifestations.


    Justement, on sait maintenant que la schizophrénie ne se traite pas ainsi, du moins que ce n'est qu'un traitement d'appoint, totalement insuffisant.
    Je n'émet pas l'idée de guérir la schizophrénie ni même de guérir tout simplement.

    Ceci dit, et même si je n'adhère pas à la démarche psychanalytique
    Ca peut être vu aussi de manière cognitiviste pour mon opinion vis à vis de Freud déjà mais surtout car il y a une partie qui parle de la capacité à produire du sens, que je range du coté des capacités cognitives.

    comme je l'ai dit plus haut à karlp, tout, absolument TOUT ce qui peut soulager ces malades et leur entourage qui vivent un enfer est bienvenu, de quelque côté que ça vienne.

    Mais peut-être que vous n'incluez pas les psychoses dans votre hypothèse, auquel cas je présente mes excuses pour la digression et me retire du fil sans aucun problème.
    Je pense qu'il y a de bonnes raisons de supposer des causes physiologiques dans la relation du schizophrène au monde mais si cette relation est modifiée au point qu'il dise "aller mal" alors je pense que ca pourrait l'aider. S'il ne dit pas "aller mal", la priorité est peut être d'aborder la question du coté des causes physiologiques.
    Dernière modification par invite7863222222222 ; 14/05/2010 à 07h41.

  14. #11
    Zozo_MP

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Bonjour Jreeman

    Je voudrais te faire une proposition (honnète )

    Comme le sujet que tu proposes et qui nous intéresse s'éloigne un peu du titre "la subversion du sujet par Lacan"

    Je te propose de créer un nouveau fil au titre de ton choix et nous y déplacerions les échanges à partir du message #36.

    D'autant que cela nous donnera plus de liberté vis à vis de la seule psychanalyse comme je le pressent.

    Qu'en penses-tu ?

    Cordialement

  15. #12
    invite7863222222222
    Invité

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Bonjour,

    oui je suis d'accord, je pense que ca serait mieux effectivement, pour le titre, merci de placer : "Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être".

  16. Publicité
  17. #13
    mh34
    Responsable des forums

    Re : La subversion du sujet par Lacan

    Donc on déplace à partir de ce message?http://forums.futura-sciences.com/ne...ml#post2997719
    Et on met en titre ceci :
    Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être".
    Si c'est bien ça, il faut demander à un modérateur ayant les droits dans cette rubrique de le faire.

  18. #14
    JPL
    Responsable des forums

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    C'est fait.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  19. #15
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Merci bien.

  20. #16
    Zozo_MP

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Bonsoir

    Reprenons là où tu t'étais arrêté.

    Je voudrais dire déjà que je tiens à avoir une suivre une démarche particulière, où la définition de "aller mal" (et non pathologie puisque ce mot est déjà pris) doit pouvoir rentrer dans un schéma explicatif en relation avec quelque chose d'autres dont le lien n'apparait pas si évident que cela au premier abord mais qui est mis en évidence expérimentalement de manière suffisamment évidente pour que ca ne laisse planer aucun doute sur le fait qu'il y ait effectivement un lien.

    Peux-tu commencer par "aller mal" ?

    Ce que je dis est très éloigné des démarches habituelles. Je ne voudrais pas qu'on en parle avec les termes déjà leur sens déjà définis qu'on utilise puisque c'est une démarche de "enrichir la psychothérapie".
    On verra en marchant (en tapotant avec nos petits doigts).

    Cordialement

  21. #17
    invité6543212033

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    (en tapotant avec nos petits doigts).

    Cordialement
    Et si on a des gros doigts !!!

  22. #18
    creon31

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Bonjour,

    Sans aucun doute, si on se préoccupe de thérapie des psychoses, rien de tel que le prozac ou équivalent mieux ciblé. Plus rapide et plus efficace que 10 ans de psychanalyse sans espoir.
    C'est comme le cancer, on a tous le défaut (sentiment de mal être) dans nos gènes, mais il y en a certains chez qui ça buggue plus que chez d'autres, sans doute au niveau des neurotransmetteurs et de la biochimie.
    En effet, ça n'a plus rien à voir avec le subversion du sujet.

  23. Publicité
  24. #19
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Citation Envoyé par creon31 Voir le message
    En effet, ça n'a plus rien à voir avec le subversion du sujet.
    Ce n'est pas grave, que ca n'a rien à voir avec la subversion du sujet, vous pouvez aussi exprimer ce que vous pensez du schéma que j'ai proposé.

  25. #20
    Zozo_MP

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Bonjour Créon31

    Effectivement ! Plus rien à voir avec la subvertion du sujet : c'est pourquoi nous avons créer une nouvelle discussion.

    Cordialement

  26. #21
    Zozo_MP

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Bonjour

    Essayons pour avancer de cerner ce qui serait mis derrière les mots "aller mal".

    Pour ne pas ratisser trop large nous pourrions laisser volontairement de coté tout ce qui est du ressort de la psychiatrie (traité par les psychiatres). Ceci un peu dans la ligne de ce que dit Creon31 sur le traitement des psychoses.

    Je reprend brièvement une remarque de MH34 différente thérapie peuvent être proposé par des psychiatres, psychologues, psychanalystes, mais ici nous ne parlerons pas à priori des thérapeutes mais de ce pourquoi il y a finalement des thérapeutes.

    Question :
    Peut-on se mettre d'accord sur le fait qu'une personne se présente comme "allant mal" serait l'expression d'un symptôme et d'un ressenti diffus et peut être indéfinissable ex abrupto.

    Cordialement

  27. #22
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Je reprend brièvement une remarque de MH34 différente thérapie peuvent être proposé par des psychiatres, psychologues, psychanalystes, mais ici nous ne parlerons pas à priori des thérapeutes mais de ce pourquoi il y a finalement des thérapeutes
    Il me semble que j'avais répondu à mh34 et étant donné qu'elle n'a pas réagit, je pense que ma réponse était suffisante.

    Peut-on se mettre d'accord sur le fait qu'une personne se présente comme "allant mal" serait l'expression d'un symptôme et d'un ressenti diffus et peut être indéfinissable ex abrupto.
    La je vois pointer le bout du nez de la psychanalyse avec le concept de refoulement. Or je croyais que cette discussion avait été créée pour partir d'une réflexion basée sur les principes définis dans le premier message (qui n'inclut pas le concept psychanalytique de refoulement).

    Je m'expose de plus en plus à me voir reprocher que ce à partir de quoi je pars est bien trop léger, mais étant doué pour proposer mais beaucoup moins quand il s'agit de développer, merci d'être indulgent...

  28. #23
    [PSO]Fabrice.g

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Citation Envoyé par jreeman Voir le message
    1. il n'y a pas de pathologies mais que des personnes qui se "sentent mal" ou qui veulent "aller mieux"

    2. il existe une structure de pensées qui réalise un travail en tâche de fond de la conscience et qui fonctionnent de manière à trouver des solutions à des interrogations qui ont été crées (mais donc pas résolus) par la conscience.

    3. ces interrogations sont des méta interrogations dans le sens où elles sont toutes motivées par le but de toujours produire plus de sens ?

    4. c'est à la fois l'importance que cette structure a dans la vie psychique d'une personne ainsi que la capacité à produire du sens qui déterminent si une personne se "sent mal" ou veut "aller mieux".
    Salut,

    Tes principes ne sont pas vraiment scientifiques (il manque notamment un tas de définitions opérationnelles des concepts que tu utilises qui permettrait la falsifiabilité de tes propositions). Malheureusement, je pense que ta méconnaissance du sujet ici risque de faire que la discussion va vite tourner court. En plus, en tant que docteur en psychologie (je ne dis pas ça pour me vanter, mais parce que je ne suis pas légalement psychologue), je trouve un peu culotté de vouloir redéfinir le champ en ignorant les 100+ années d'existence de la psychologie comme discipline scientifique. Il ne me viendrait pas à l'idée de vouloir redéfinir les principes de la physique sur la base unique de mon expérience quotidienne de la gravité. Mais ce n'est que mon avis.

    Concernant tes "principes", à moins de définir précisément ce qui t'intéresse, la plupart sont erronés. Il existe des pathologies psychologiques ou neurologiques et, même si l'anxiété est commune à un certain nombre de troubles psychiques, certaines de ces pathologies ne sont pas nécessairement accompagnées d'un mal-être. Si tu t'étais renseigné sur les recherches en psychologie et en neuropsychologie, tu serais probablement tombé sur la notion d'anosognosie. Dans certains cas, une personne peut souffrir d'un trouble psychologique et ne pas en avoir conscience, et ce même si ce trouble paraît complètement hallucinant d'un point de vue extérieur (comme une héminégligence). Dans certaines classifications des maladies mentales (ou nosographies ; qu'on a en grande partie dépassée aujourd'hui), ce qui caractérisait les psychoses, c'est justement la méconnaissance de son état par le patient (à la différence des psychoses, probablement plus anxiogènes, qui se caractérise par la connaissance que le sujet a de l'anormalité de son comportement).

    Par ailleurs, il me semble que nier les différences entre les pathologies est un gros retour en arrière. Pourquoi ne pas faire comme au 19e siècle, et taxer de fous toute personne exhibant un trouble psychique quelconque et simplement l'enfermer dans un hôpital psychiatrique ? Pour bénéficier d'une prise en charge adaptée visant à améliorer la condition des sujets, il est nécessaire d'avoir une connaissance précise des différents troubles, de leurs symptômes et de leurs traitements.

    L'existence d'une structure de pensées inconsciente chargée de résoudre certains conflits de nature anxiogène reste encore à prouver. J'adhère tout à fait à l'idée d'un inconscient cognitif, caractérisé par le stockage et la récupération de cognitions (information, comportement, etc.) en dehors du champ de la conscience (ou plus exactement nécessitant peu de ressources cognitives ou attentionnelles). La mémoire procédurale en est un bon exemple. Je n'ai pas besoin de penser "Avance ton pied droit. Ajuste les muscles de tes jambes, de ton abdomen et de ton dos de manière à garder ton équilibre pour ne pas te casser la gueule. Pose ton pied droit au sol. Lève ton pied gauche. Ajuste les muscles..." pour pouvoir marcher. Mais je pense que les processus inconscients restent des processus de bas niveau. Un inconscient chargé de résoudre les conflits psychiques générateurs d'anxiété me paraît un peu tiré par les cheveux. Je pense au contraire que nous utilisons des scripts cognitifs qui permettent d'économiser nos ressources cognitives, et que les situations qui s'avèrent anxiogènes sont justement caractérisées par une rupture de ces scripts (induisant ainsi le besoin de rechercher un sens à ces évènements) et nécessitent par conséquent toutes nos ressources pour être résolues. D'ailleurs, au quotidien, ce qui est angoissant pour une personne a tendance à être sans arrêt présent dans sa conscience et prive cette personne de ses moyens pour un certain nombre d'autres tâches. Je suis sûr que chacun d'entre nous peut aisément trouver un exemple de situations stressantes (rupture, divorce, décès, licenciement, etc.) qui a mobilisé toutes leurs ressources, rendant difficile la concentration sur toute autre chose.

    Pour résumer, il m'est avis que ton schéma est vraiment trop simpliste pour être d'une quelconque utilité. Il est louable de ta part de t'intéresser à ce sujet, mais sans une connaissance approfondie de celui-ci, ça reste un coup d'épée dans l'eau. La psychologie est une discipline scientifique (même si cet aspect est assez méconnu du grand public), et en tant que telle, il est difficile, inutile, voire même dangereux de vouloir la réinventer.

    La psychologie souffre d'être une discipline dont tout le monde prétend pouvoir être spécialiste sans avoir une certaine connaissance. Prétendre être spécialiste de la psychologie (ou même être "psychologue") parce que je me comporte, je perçois et je ressens des choses, est une démarche à peu près aussi saine que de se prétendre neurologue parce que j'ai un cerveau. Pouvoir discuter sur la psychologie, et élaborer un modèle de certaines pathologies ou troubles psychologiques, nécessite de grandes connaissances sur le sujet. Cela nécessite de prendre en compte les avancées récentes de la psychologie.

    Amicalement,

    F.

  29. #24
    Cyrille999

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Rires....

    Merci à toi [PSO]Fabrice.g de ta réponse. Je n'aurais pu répondre mieux.

    Je ne voulais pas trop "bousculer" jrman dans sa tentative de poser des questions, mais tu as été constructif dans l'esprit de ta réponse.

    Comme dirait Jacques-Philippe Leyens "Sommes nous tous des psychologues ?", je répondrais Non. Définitivement.

    Merci à toi, tu m'as enlevé d'un grand poids

    Cyrille
    La connaissance est la matière première de l'Intelligence.

  30. Publicité
  31. #25
    karlp

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    La psychologie est une discipline scientifique (même si cet aspect est assez méconnu du grand public), et en tant que telle, il est difficile, inutile, voire même dangereux de vouloir la réinventer.


    Si c'est inutile, comment celà peut-il être dangereux ?
    Sur quelle base pouvez vous dire que la psychologie est "scientifique"?

  32. #26
    karlp

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Citation Envoyé par jreeman Voir le message
    4. c'est à la fois l'importance que cette structure a dans la vie psychique d'une personne ainsi que la capacité à produire du sens qui déterminent si une personne se "sent mal" ou veut "aller mieux".

    Voilà ca parait surement un peu parachuté et très léger mais j'avais averti que je n'était pas psychologue...
    Je trouve cette idée très intéressante
    Pouvez vous préciser ce que vous mettez derrière le terme "structure" dans cette proposition ?

  33. #27
    Cyrille999

    Wink Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Citation Envoyé par karlp Voir le message
    [/U]

    Si c'est inutile, comment celà peut-il être dangereux ?
    Personnellement, je ne trouve pas ça "dangereux" dans le cadre des discussions informelles.
    En revanche, ça peut être dangereux dans un cadre où une personne souffre ---- une personne non avertie peut faire plus de mal que de bien, dans le cadre, par exemple, de psychoses ou de troubles bordelines.

    Citation Envoyé par karlp Voir le message
    [/U]
    Sur quelle base pouvez vous dire que la psychologie est "scientifique"?
    Par rapport à son corpus de connaissances construites sur la méthode scientifique, à savoir la méthode expérimentale.

    Tous les concepts, mémoire, intelligence, personnalité, etc ont des bases scientifiques ---- toujours en construction, en ré-évaluation...
    D'autres ont été crées, aussi ---
    De plus, une intégration est en train de se développer (plusieurs dizaines d'années) en psychologies et neurosciences.
    Il te suffit de parcourir ce forum, et tu y trouveras des discussions sur la psychologie scientifique.

    C'est ce qui est enseigné à l'Université --- c'est cette connaissance scientifique --- ce qui parfois cause un choc à des étudiants qui ne connaissent pas la psychologie, mais la psychanalyse...qui n'est pas la psychologie mais plutôt une approche indépendante, non scientifique.... d'où la confusion du grand public à son sujet....

    Cyrille
    La connaissance est la matière première de l'Intelligence.

  34. #28
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Citation Envoyé par [PSO]Fabrice.g Voir le message
    Salut,

    Tes principes ne sont pas vraiment scientifiques (il manque notamment un tas de définitions opérationnelles des concepts que tu utilises qui permettrait la falsifiabilité de tes propositions). Malheureusement, je pense que ta méconnaissance du sujet ici risque de faire que la discussion va vite tourner court. En plus, en tant que docteur en psychologie (je ne dis pas ça pour me vanter, mais parce que je ne suis pas légalement psychologue), je trouve un peu culotté de vouloir redéfinir le champ en ignorant les 100+ années d'existence de la psychologie comme discipline scientifique.Il ne me viendrait pas à l'idée de vouloir redéfinir les principes de la physique sur la base unique de mon expérience quotidienne de la gravité. Mais ce n'est que mon avis.

    Concernant tes "principes", à moins de définir précisément ce qui t'intéresse, la plupart sont erronés. Il existe des pathologies psychologiques ou neurologiques et, même si l'anxiété est commune à un certain nombre de troubles psychiques, certaines de ces pathologies ne sont pas nécessairement accompagnées d'un mal-être. Si tu t'étais renseigné sur les recherches en psychologie et en neuropsychologie, tu serais probablement tombé sur la notion d'anosognosie. Dans certains cas, une personne peut souffrir d'un trouble psychologique et ne pas en avoir conscience, et ce même si ce trouble paraît complètement hallucinant d'un point de vue extérieur (comme une héminégligence). Dans certaines classifications des maladies mentales (ou nosographies ; qu'on a en grande partie dépassée aujourd'hui), ce qui caractérisait les psychoses, c'est justement la méconnaissance de son état par le patient (à la différence des psychoses, probablement plus anxiogènes, qui se caractérise par la connaissance que le sujet a de l'anormalité de son comportement).
    Par ailleurs, il me semble que nier les différences entre les pathologies est un gros retour en arrière. Pourquoi ne pas faire comme au 19e siècle, et taxer de fous toute personne exhibant un trouble psychique quelconque et simplement l'enfermer dans un hôpital psychiatrique ? Pour bénéficier d'une prise en charge adaptée visant à améliorer la condition des sujets, il est nécessaire d'avoir une connaissance précise des différents troubles, de leurs symptômes et de leurs traitements.

    L'existence d'une structure de pensées inconsciente chargée de résoudre certains conflits de nature anxiogène reste encore à prouver. J'adhère tout à fait à l'idée d'un inconscient cognitif, caractérisé par le stockage et la récupération de cognitions (information, comportement, etc.) en dehors du champ de la conscience (ou plus exactement nécessitant peu de ressources cognitives ou attentionnelles). La mémoire procédurale en est un bon exemple. Je n'ai pas besoin de penser "Avance ton pied droit. Ajuste les muscles de tes jambes, de ton abdomen et de ton dos de manière à garder ton équilibre pour ne pas te casser la gueule. Pose ton pied droit au sol. Lève ton pied gauche. Ajuste les muscles..." pour pouvoir marcher. Mais je pense que les processus inconscients restent des processus de bas niveau. Un inconscient chargé de résoudre les conflits psychiques générateurs d'anxiété me paraît un peu tiré par les cheveux. Je pense au contraire que nous utilisons des scripts cognitifs qui permettent d'économiser nos ressources cognitives, et que les situations qui s'avèrent anxiogènes sont justement caractérisées par une rupture de ces scripts (induisant ainsi le besoin de rechercher un sens à ces évènements) et nécessitent par conséquent toutes nos ressources pour être résolues. D'ailleurs, au quotidien, ce qui est angoissant pour une personne a tendance à être sans arrêt présent dans sa conscience et prive cette personne de ses moyens pour un certain nombre d'autres tâches. Je suis sûr que chacun d'entre nous peut aisément trouver un exemple de situations stressantes (rupture, divorce, décès, licenciement, etc.) qui a mobilisé toutes leurs ressources, rendant difficile la concentration sur toute autre chose.

    Pour résumer, il m'est avis que ton schéma est vraiment trop simpliste pour être d'une quelconque utilité.Il est louable de ta part de t'intéresser à ce sujet, mais sans une connaissance approfondie de celui-ci, ça reste un coup d'épée dans l'eau. La psychologie est une discipline scientifique (même si cet aspect est assez méconnu du grand public), et en tant que telle, il est difficile, inutile, voire même dangereux de vouloir la réinventer.

    La psychologie souffre d'être une discipline dont tout le monde prétend pouvoir être spécialiste sans avoir une certaine connaissance. Prétendre être spécialiste de la psychologie (ou même être "psychologue") parce que je me comporte, je perçois et je ressens des choses, est une démarche à peu près aussi saine que de se prétendre neurologue parce que j'ai un cerveau. Pouvoir discuter sur la psychologie, et élaborer un modèle de certaines pathologies ou troubles psychologiques, nécessite de grandes connaissances sur le sujet. Cela nécessite de prendre en compte les avancées récentes de la psychologie.
    Je suis d'accord avec tes remarques, cependant que finalement peu de choses portent véritablement et spécifiquement sur le schéma de principes que j'ai cité.

    Citation Envoyé par Cyrille999 Voir le message
    Comme dirait Jacques-Philippe Leyens "Sommes nous tous des psychologues ?", je répondrais Non. Définitivement.
    , je l'ai bien dit dès le départ.

  35. #29
    karlp

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Citation Envoyé par Cyrille999 Voir le message
    Personnellement, je ne trouve pas ça "dangereux" dans le cadre des discussions informelles.
    En revanche, ça peut être dangereux dans un cadre où une personne souffre ---- une personne non avertie peut faire plus de mal que de bien, dans le cadre, par exemple, de psychoses ou de troubles bordelines.



    Par rapport à son corpus de connaissances construites sur la méthode scientifique, à savoir la méthode expérimentale.

    Tous les concepts, mémoire, intelligence, personnalité, etc ont des bases scientifiques ---- toujours en construction, en ré-évaluation...
    D'autres ont été crées, aussi ---
    De plus, une intégration est en train de se développer (plusieurs dizaines d'années) en psychologies et neurosciences.
    Il te suffit de parcourir ce forum, et tu y trouveras des discussions sur la psychologie scientifique.

    C'est ce qui est enseigné à l'Université --- c'est cette connaissance scientifique --- ce qui parfois cause un choc à des étudiants qui ne connaissent pas la psychologie, mais la psychanalyse...qui n'est pas la psychologie mais plutôt une approche indépendante, non scientifique.... d'où la confusion du grand public à son sujet....

    Cyrille
    Nous sommes d'accord sur le caractère non scientifique de la psychanalyse. j'ai en revanche le plus grand doute sur la connaissance qu'en aurait le grand public (qui se forge une idée à partir des séries américaines ?)

    Si je pose la question de la scientificité de la psychologie c'est précisément parce que je cotoie de nombreux psychologues cliniciens; dont certains doutent justement de cette scientificité. l'expression "protocole expérimental" ressemble à un cache misère.
    Qu'est-ce qui précisément garanti cette scientificité (au delà des proclamations) ?

  36. #30
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Proposition d'un nouveau schéma explicatif du sentiment de mal-être

    Il me semble pouvoir dire qu'à partir du moment où l'on prétend pouvoir guérir des gens avec de la science on tombe dans le scientisme, mais j'ai l'impression que ce n'est pas évident pour tout le monde.

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Proposition schéma anémomètre avec Ils
    Par squal31 dans le forum Électronique
    Réponses: 10
    Dernier message: 25/03/2010, 21h03
  2. [Blanc] Lave-linge qui rince mal et vidange peut-être mal
    Par octodeg dans le forum Dépannage
    Réponses: 19
    Dernier message: 03/08/2009, 09h16
  3. Projet lampe à LED, proposition schéma.
    Par doofyone dans le forum Électronique
    Réponses: 28
    Dernier message: 23/06/2009, 08h23
  4. Casse Tête, Trouvez la proposition qui peut être fausse et vraie à la fois
    Par MagStellon dans le forum Mathématiques du collège et du lycée
    Réponses: 11
    Dernier message: 17/04/2007, 12h34
  5. Réponses: 5
    Dernier message: 01/01/2005, 09h59