Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?



  1. #1
    lisamariah

    Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?


    ------

    bonjour!!
    je dois faire cette dissert pr la rentrée "Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?" j'ai quelques idées seulement je ne trouve aucun support philosophique comme des citations et des opinions de philosophe sur le sujet!!! pourriez vs m'aider svp!
    merci davance
    lisa

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    LittleBrain

    Re : Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?

    Bonjour,

    Je ne suis pas philisophe et j'ai beaucoup de lacune en la matière, mais bon, je vais donner mon opinion sur le sujet.

    D'abord que veux dire le bien et vouloir le bien à autrui ? S'il s'agit du bien selon G. Bush ou un curé integriste, je souhaite qu'ils ne veulent pas vouloir le bien pour moi. Car leur bien n'est pas mon bien...
    Autre question que je me pose c'est pourquoi vouloir le bien à autrui ? Je suis capable de vouloir le bien à autrui, par exemple, quand je croise une personne exclu de la société... Mais ca me donne aussi bonne conscience de me dire que je veux son bien... Et la encore, je me refere à ma propre vision du bien, celle que je vis et qui est un certain confort de vivre dans notre societe de consommation. Mais certaines personnes te repondront qu'elles prefere etre exclu de ce mode de vie plutot que de se sentir prisonnier d'un système. Le bien devient le mal. D'ailleurs dans certaines sociétés, le bien, c'est la richesse et dans d'autres c'est faire serment de pauvreté.

    Dans le fond, pour etre capable de vouloir le bien à autrui, encore faudrait il etre capable de demander à autrui sa vision du bien et l'accepter
    Petit mais costaud !

  4. #3
    lisamariah

    Re : Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?

    coucou!!!
    merci pour ta réponse!!!

  5. #4
    Auguste

    Re : Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?

    Citation Envoyé par lisamariah
    bonjour!!
    je dois faire cette dissert pr la rentrée "Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?" j'ai quelques idées seulement je ne trouve aucun support philosophique comme des citations et des opinions de philosophe sur le sujet!!! pourriez vs m'aider svp!
    merci davance
    lisa
    En fait la réponse n'a aucune importance, c'est le raisonnement. Première partie tu expliques que ce n'est pas possible, deuxième partie que c'est possible et conclusion : quelquefois.
    Que c'est pas possible, tu brodes sur la faim dans le monde, la misère générale et l'égoïsme des nantis.
    Que c'est possible : Mère thérésa, l'Abbé Pierre et tutti quanti
    Tu peux faire un passage à basse altitude en évoquant le héros classique qui veut tellement le bien des autres qu'il y laisse la couenne, la construction du rapport à l'autre : est-il un autre toi-même et l'aimes-tu autant que toi et son bien est-il le tien ?
    Est-il bien de faire le bien ? Quelle rétribution sociale va à ceux qui font le bien ?
    Qu'est ce que la charité ? Et toute cette sorte de choses mille fois rebattues.
    A la fin tu expliques que tu es une chic fille, que tu ne penses qu'à aider les autres et que tu veux y consacrer toute ton énergie, que c'est le sens de ta vie : c'est pile ou face, soit tu te fais interner, soit tu fais un bon score.
    Allez, bon courage...

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    bardamu

    Re : Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?

    Citation Envoyé par Auguste
    En fait la réponse n'a aucune importance, c'est le raisonnement. Première partie tu expliques que ce n'est pas possible, deuxième partie que c'est possible et conclusion : quelquefois.
    Que c'est pas possible, tu brodes sur la faim dans le monde, la misère générale et l'égoïsme des nantis.
    Que c'est possible : Mère thérésa, l'Abbé Pierre et tutti quanti
    Tu peux faire un passage à basse altitude en évoquant le héros classique qui veut tellement le bien des autres qu'il y laisse la couenne, la construction du rapport à l'autre : est-il un autre toi-même et l'aimes-tu autant que toi et son bien est-il le tien ?
    Est-il bien de faire le bien ? Quelle rétribution sociale va à ceux qui font le bien ?
    Qu'est ce que la charité ? Et toute cette sorte de choses mille fois rebattues.
    A la fin tu expliques que tu es une chic fille, que tu ne penses qu'à aider les autres et que tu veux y consacrer toute ton énergie, que c'est le sens de ta vie : c'est pile ou face, soit tu te fais interner, soit tu fais un bon score.
    Allez, bon courage...
    Bof, bof...
    A mon avis, la teneur générale est faible (a priori sur le bien/mal par rapport au gentil/méchant à la Walt Disney), les exemples sont caricaturaux, la conclusion est mauvaise, et le mélange de questions est confus.
    Le seul point qui me semble intéressant est la constitution du rapport à l'autre.
    Personnellement, je proposerais :

    Introduction : l'énoncé combine pouvoir et vouloir, ce qui interroge directement notre nature. Il ne s'agit pas de savoir si nous voulons mais de savoir si nous pouvons vouloir véritablement le bien d'autrui. "L'enfer c'est les autres" écrit Sartre dans Huis-clos.

    1- position de principe égoïste : le bien d'une chose c'est son intérêt
    quoique je veuille pour autrui, je le veux parce que j'en retire un intérêt, un bien. Ma volonté de bien pour autrui n'est jamais pure d'une volonté de bien pour moi.

    2- mais en tant que nous nous reconnaissons comme des semblables (autrui est un semblable) lui et moi avons quelque chose de commun
    Par ce que nous partageons, nous avons un bien commun et il y a donc possibilité de convergence sur un bien commun : c'est le bien social, la vie en communauté voire le "souverain bien" (Platon) commun à toute l'humanité

    3- d'autre part, autrui peut-être considéré comme un autre moi
    Cet "egoïsme" qui est mon bien absolu, est donc aussi le sien et je peux donc vouloir qu'autrui soit avant tout lui-même, qu'il soit libre. Je veux alors le bien de toute chose, c'est-à-dire que toute chose puisse choisir ce qu'est son bien, qu'elle soit libre.

    Conclusion : être capable de vouloir le bien d'autrui, c'est être capable de vouloir sa liberté et de vouloir un accord avec lui, de partager un "souverain bien". Entente et liberté, une utopie pour le genre humain.

  8. #6
    Auguste

    Re : Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?

    [QUOTE=bardamu]Bof, bof...
    A mon avis, la teneur générale est faible ...
    Toi qui te fais mon censeur, je ne te jugerai pas.
    On peut toujours élever le débat. Tu commences par regarder dans le Gaffiot et ailleurs le mot "alter". Et tu en pèse toute la subtilité. On peut se poser ensuite la question "qui est autrui ?".
    Quelles sont les interprétations possibles de "alter ego ?"
    Par ailleurs on ne connaît pas les présupposés de celui qui pose la question, donc on ne peut que prendre en risque en y répondant.
    D'autant que la question est incomplète, inexplicite. Gratuitement ?
    La réponse est non, bien évidemment. Cette capacité n'est pas autonome. A moins que...
    Les meilleurs spécialistes de la question sont les théologiens chrétiens qui estiment que c'est en contrariant cette pente naturelle qu'on s'élève moralement et vers Dieu. Eux, ils ont complètement démonté le problème. Mais qui pourrait faire référence aujourd'hui à ces repères sans risquer une exposition publique et infamante ?
    Il vaut mieux citer Sartre, ça fait plus chic, plus "politiquement correct".
    Pour que ton plan soit parfait, de mon humble point de vue, il faudrait entendre, à la fin, quelques flons-flons d'Internationale.
    Fraternellement, Auguste.

  9. Publicité
  10. #7
    Np81

    Re : Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?

    Je ne suis pas non plus du tout philosophe mais voici quelques idées en vrac que m’ont inspiré ton sujet et quelques rapides lectures sur 2 sites de philo (voir liens internet).

    Je pense que tu pourrais commencer en intro par décortiquer la question qui paraît simple mais ne l’est pas pour autant. Préciser que pour essayer de répondre à la question « suis-je capable ? », il faut d’abord répondre à la question « l’être humain (ou l’homme) est-il capable de vouloir le bien d’autrui ? ». Ensuite, expliquer qu’est-ce que tu entends par vouloir le bien d’autrui ? A mon avis, c’est d’abord souhaiter la vie la meilleure qu’elle puisse être pour quelqu’un, voire aider ce quelqu’un dans l’accomplissement de ce souhait.
    Enfin, constater que l’on peut distinguer différentes situations où l’homme ne considérera pas autrui de la même manière et où donc la réponse à la question ne sera pas la même. Généralement, on veut du bien pour sa famille proche. Vis-à-vis de personnes extérieures à la famille, cela dépendra du contexte. En général, on voudra également du bien à un ami parce qu’il nous le rend bien. Avec des inconnus, plusieurs cas se présentent. Soit ils nous laisseront totalement indifférents. Soit on leur voudra du bien par pure philanthropie mais n’est-ce pas un acte finalement intéressé ? Soit enfin, on leur voudra tout le contraire du bien si on se sent en concurrence.

    Vouloir le bien d’autrui, c’est d’abord être bon un tant soit peu.
    L’homme est-il naturellement bon ? ROUSSEAU, l’inventeur du mythe du « bon sauvage », pense que oui mais que c’est la société humaine et les conflits d’intérêt qu’elle engendre qui le pousse à la méchanceté vis-à-vis de ses congénères et qui crée des inégalités.
    http://www.cyberphilo.com/textes/mechants.html
    Donc en résumé, la nature propre de l’homme le rend capable de vouloir du bien pour autrui mais dès qu’il y a des intérêts en jeu, il ne peut plus.

    Pour KANT, faire le bien est en général non dénué d’intention ultérieure. Mais en même temps c’est un devoir. L’homme ne peut accepter le principe de ne jamais contribuer au bien-être de l’autre ou ne jamais l’assister dans le besoin car il se priverait alors de tout espoir qu’on lui rende la pareille. (voir pages 8, 24 et 29 du texte "Fondements de la métaphysique des moeurs" à télécharger sur le site : http://www.webphilo.com/cadre.htm?ht...extauteurs.php et également extrait sur le site :
    http://www.cyberphilo.com/textes/pardevoir.html)

    On peut à mon avis, aborder aussi le sujet d’un point de vue de biologiste.
    Les comportements, cités un peu plus haut, ne sont-ils pas les reliquats de nos instincts animaux les plus basiques ? L’homme n’est qu’un animal qui a pour objectif simple d’assurer sa survie et sa descendance. L’autre (qui ne porte pas ses gènes) représente un concurrent avec lequel il est en compétition donc vouloir son bien n’est pas logique. Cependant, l’homme est d’instinct grégaire, ce qui est en fait une stratégie d’adaptation pour mieux réussir car les autres peuvent l’aider à arriver à ses fins plus facilement. Il a donc tout intérêt à vouloir le bien d’autrui (on en revient aux propos de notre cher Kant) mais pas trop quand même car autrui reste un concurrent à écarter surtout quand les ressources sont limitées (et là on en revient aux propos de notre cher Rousseau). C’est une affaire d’équilibre…
    Donc je pense que l’homme est bien capable de vouloir le bien d’autrui mais reste tiraillé entre le fait que selon les cas, le bien de l’autre peut être son intérêt comme cela peut lui être dommageable.


    Bonnes reflexions et bon courage !

  11. #8
    lisamariah

    Re : Suis-je capable de vouloir le bien à autrui?

    merci a ts pour vos reponses qui m'aident bien!!

Discussions similaires

  1. merci de bien vouloir maider je coince la
    Par wnormale dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 16
    Dernier message: 26/10/2007, 19h01
  2. [Blanc] merci de bien vouloir me dire la piece a changer
    Par doohan dans le forum Dépannage
    Réponses: 5
    Dernier message: 21/01/2007, 17h35
  3. quelques questions en bio, merci de bien vouloir m'aider
    Par Jonathan R dans le forum Biologie
    Réponses: 9
    Dernier message: 11/09/2006, 11h45
  4. Réponses: 3
    Dernier message: 19/11/2005, 21h07
  5. pourquoi je suis pas capable de detecter mon disque dur
    Par chez_bob dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 11
    Dernier message: 08/07/2004, 01h26