Répondre à la discussion
Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 95

Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)



  1. #1
    pachacamac

    Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)


    ------

    Bonjour,


    Comme beaucoup d' autres astrophysiciens et cosmologistes, Trinh Xuan Thuan dans son livre "Les voies de la lumière" nous donne les valeurs de la densité d’énergie de l'univers en remontant dans le passé.

    Il aboutit à l'age de Planck et écrit :

    10 - 43 s = Temps de Planck
    Taille de l' Univers 10 - 35 m (longueur de Planck)
    Température = 10 puissance 32 ° K
    Densité = 10 puissance 95 kg /m3
    = 10^100000000000000000000000000 000000000000000000000000000000 000000000000000000000000000000 000000000 kg/m3




    Jusqu’à maintenant, ou plutôt jusqu'à hier soir, la chose qui m'étonnait le plus c’était la valeur colossale de cette densité d’énergie.
    Puis je viens de m'apercevoir que si on calculait la valeur totale de l'energie contenue ans cette sphère de Planck, vue le rapport du volume entre un mètre cube et un volume de Planck on obtiendrait une valeur de l'energie qui ne serait pas vraiment grande.

    Donc en sachant que l'energie totale se conserve, et qu'il ne peut y avoir création d’énergie à l’exception de l'énergie du vide qui elle augmente avec le temps.( vu qu'elle reste à densité constante pendant l'expansion de l'univers.)


    Je me demande maintenant comment on a assez d’énergie dans cette sphère minuscule pour que puisse ce créer notre univers observable.


    Y a t'il quelque chose qui cloche dans ce raisonnement ? Q' en pensez vous ?


    Merci

    -----
    Dernière modification par pachacamac ; 13/10/2022 à 13h03.

  2. #2
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Salut,

    Les chiffres me semblent un peu parachutés.
    EDIT notons que personne ne sait à quoi pouvait bien ressembler l'univers à cette époque, ou plutôt il y a autant d'idées que de théoriciens qui y ont réfléchis
    Ou alors il s'agit de la taille de l'univers observable à l'époque (faudrait voir le contexte) et l'univers observable a considérablement grandit (pas qu'en taille, il contient une plus grande partie de l'univers total car la lumière a eut le temps de se propager).

    Mais attend d'autres réponses.
    Dernière modification par Deedee81 ; 13/10/2022 à 13h31.
    "Il ne suffit pas d'être persécuté pour être Galilée, encore faut-il avoir raison." (Gould)

  3. #3
    physeb2

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Bonjour,

    tout d'abord il est plutôt mal venu d'extrapoler ce que serait l'Univers a de telles échelles sans avoir, au moins, une version quantique de la gravitation.

    Ensuite, tu nous donne un densité de 1095 kg/m3 = un nombre qui n'a rien a voir.

    1095 kg/m3 < 10100 kg/m3 pour imager ce que je veux dire.

    Pour terminer, une erreur qui me semble fondamentale ici est de considérer que l'Univers Observable avait la taille du volume de Planck pour avoir la densité que tu mentionne. Pourquoi celà? La denisté de Planck est l'énergie de Planck dans le volume de Planck, ce qui est relié a une denisté pour une particule d'une certaine manière.

    Par exmple, si tu multiplie par deux la densité de l'Univers actule et que tu remonte dans le passé, tu atteindra cette denisté pour un volume différent, et qui n'est toujours pas le volume de Planck.

  4. #4
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Salut,

    Ah oui c'est très bien vu ça. Je pense que de tels chiffres doivent être vu comme "illustratifs" et pas du tout comme réalistes.
    "Il ne suffit pas d'être persécuté pour être Galilée, encore faut-il avoir raison." (Gould)

  5. A voir en vidéo sur Futura
  6. #5
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par pachacamac Voir le message
    Bonjour,


    Comme beaucoup d' autres astrophysiciens et cosmologistes, Trinh Xuan Thuan dans son livre "Les voies de la lumière" nous donne les valeurs de la densité d’énergie de l'univers en remontant dans le passé.

    Il aboutit à l'age de Planck et écrit :

    10 - 43 s = Temps de Planck
    Taille de l' Univers 10 - 35 m (longueur de Planck)
    Température = 10 puissance 32 ° K
    Densité = 10 puissance 95 kg /m3
    = 10^100000000000000000000000000 000000000000000000000000000000 000000000000000000000000000000 000000000 kg/m3




    Jusqu’à maintenant, ou plutôt jusqu'à hier soir, la chose qui m'étonnait le plus c’était la valeur colossale de cette densité d’énergie.
    Puis je viens de m'apercevoir que si on calculait la valeur totale de l'energie contenue ans cette sphère de Planck, vue le rapport du volume entre un mètre cube et un volume de Planck on obtiendrait une valeur de l'energie qui ne serait pas vraiment grande.

    Donc en sachant que l'energie totale se conserve, et qu'il ne peut y avoir création d’énergie à l’exception de l'énergie du vide qui elle augmente avec le temps.( vu qu'elle reste à densité constante pendant l'expansion de l'univers.)


    Je me demande maintenant comment on a assez d’énergie dans cette sphère minuscule pour que puisse ce créer notre univers observable.


    Y a t'il quelque chose qui cloche dans ce raisonnement ? Q' en pensez vous ?


    Merci
    C'est bien vu, bravo. C'est là qu'intervient le second miracle de Physique du cours de Guth

    C'est à partir de là : https://youtu.be/ANCN7vr9FVk?t=1256

    Je traduis les quelques slide de cette partie du cours.

    Alan Guth, Inflationary Cosmology: Is Our Universe Part of a Multiverse, 8.286 Opening Lecture, September 5, 2013, p. 1.

    Inflation cosmique
    L'inflation est une modification de la théorie standard du big bang, fournissant une très brève "préquelle".

    L'inflation peut expliquer le bang du big bang (c'est-à-dire la propulsion vers l'extérieur), en termes de répulsion gravitationnelle*! (Miracle de la physique #1)
    La combinaison de la relativité générale et des théories modernes des particules prédit qu'aux très hautes énergies, il existe des formes de matière qui créent une répulsion gravitationnelle ! (En relativité générale, la répulsion gravitationnelle est créée par des pressions négatives.)

    L'inflation propose qu'un patch de matériau gravitationnel répulsif existait dans l'univers primitif - pour l'inflation à l'échelle de la grande théorie unifiée (∼ 1016 GeV), le patch ne doit être que de 10-28 cm. (Étant donné qu'un tel patch est agrandi de manière fantastique par l'inflation, la densité ou la probabilité initiale de tels patchs peut être très faible.)

    1 GeV ≈ énergie de masse d'un proton.

    La répulsion gravitationnelle créée par ce matériau était la force motrice derrière le big bang. La répulsion l'a conduit à une expansion exponentielle, doublant de taille toutes les 10-37 secondes environ.

    Le patch s'est étendu de façon exponentielle d'un facteur d'au moins 1028 (∼ 100 doublements), mais il aurait pu s'étendre beaucoup plus. L'inflation a duré peut-être 10-35 secondes, et à la fin, la région destinée à devenir l'univers actuellement observé avait à peu près la taille d'une bille.

    Le matériau à gravité répulsive est instable, il s'est donc désintégré comme une substance radioactive, mettant fin à l'inflation. La désintégration a libéré de l'énergie qui a produit des particules ordinaires, formant une «soupe primordiale» chaude et dense. La cosmologie standard a commencé.

    Mise en garde : La décroissance se produit presque partout, mais pas partout — nous reviendrons sur cette subtilité, qui est à l'origine de l'éternelle inflation.

    La densité du matériau de gravité répulsif n'a pas été abaissée lors de son expansion.

    Bien que de plus en plus de masse/énergie soient apparues à mesure que le matériau à gravité répulsive se dilatait, l'énergie totale était conservée !

    Miracle de la physique #2*:

    L'énergie d'un champ gravitationnel est négative !

    L'énergie positive du matériau de gravité répulsif a été compensée par l'énergie négative de la gravité. L'ÉNERGIE TOTALE de l'univers pourrait très bien être nulle
    Dernière modification par Gilgamesh ; 14/10/2022 à 18h48.
    Parcours Etranges

  7. #6
    pachacamac

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Merci pour vos réponses.

    En particulier je suis content d'avoir pour la première fois une estimation de la taille qu'avait notre l'univers observable à la fin de l'inflation ( taille d'une bille )

    @physeb2 : à propos de :
    tu nous donnes une densité de kg/m3 = un nombre qui n'a rien a voir.
    No comprendo. J' ai écris une densité de 10 puissance 95 kg/m3 = 10 puissance 1 suivi de 95 zéros kg/m3 où est le nombre qui n'a rien à voir?


    J'ai une question subsidiaire en relation avec ce post : Michel Spiro et Gilles Cohen Tannoudji racontent aussi, dans leur excellent livre " Le boson et le chapeau mexicain l'histoire de l'univers primitif en remontant dans le temps " en chiffrant les valeurs de la température et de l'energie à laquelle se sont produit les différents grands évenements.

    J'ai un doute sur la signification physique des énergies qu'ils mentionnent. Si au LHC on dit qu'on atteint une énergie de 15 Tev c'est clair c'est l'energie au moment des collisions, mais quand on parle par exemple de l'energie à laquelle se déroule l'hypothétique grande unification que représente exactement cette énergie ?


    Merci.
    Dernière modification par pachacamac ; 14/10/2022 à 19h37.

  8. #7
    pachacamac

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Rectification au message précédent :

    Oupps désolé physeb2, je viens de voir où se trouve mon erreur dans l’écriture du développement de la densité d’énergie citée.

  9. #8
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par pachacamac Voir le message
    J'ai une question subsidiaire en relation avec ce post : Michel Spiro et Gilles Cohen Tannoudji racontent aussi, dans leur excellent livre " Le boson et le chapeau mexicain l'histoire de l'univers primitif en remontant dans le temps " en chiffrant les valeurs de la température et de l'energie à laquelle se sont produit les différents grands évenements.

    J'ai un doute sur la signification physique des énergies qu'ils mentionnent. Si au LHC on dit qu'on atteint une énergie de 15 Tev c'est clair c'est l'energie au moment des collisions, mais quand on parle par exemple de l'energie à laquelle se déroule l'hypothétique grande unification que représente exactement cette énergie ?
    15 TeV ça représente l'énergie cinétique des particules incidentes. Cette énergie est disponible pour fabriquer des particules plus massives. Imaginons un milieu infini avec cette température : on pourrait trouver au choix des particules de la masse d'un photon (masse nulle) d'énergie relativiste E = pc = 15 TeV ou des particules d'énergie de masse E = mc² = 15 TeV mais au repos. Dans le jeune univers on se représente que tout ça est à l'équilibre : les photons se matérialisent en particules massives, les particules massives se désintègrent en photons. La température du milieu donne la masse maximale des particules qu'on peut y trouver kT ~ mc²
    Dernière modification par Gilgamesh ; 15/10/2022 à 20h10.
    Parcours Etranges

  10. #9
    pachacamac

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Bonjour,

    Merci Gilgamesh. Ta réponse sur l'énergie confirme ce que je croyais savoir.

    Par contre après réflexion j'ai un gros doute sur
    Code HTML:
    à la fin de l'inflation, la région destinée à devenir l'univers actuellement observé avait à peu près la taille d'une bille.
    Après un calcul mental rapide à la louche je trouve que si la bille avait un rayon de 1cm, le rayon de l'univers observable se serait agrandit de plus de 100 milliards de fois en 380 000 ans ( entre la fin de l'inflation et le CMB ) alors qu'entre le CMB et maintenant, donc en environ 13 milliards d'années il n'a grandit que de 1000 fois.

    Cet bizarre non ? puisque qu' après l'inflation le taux d'expansion est un taux d'expansion " normal" ou "à la Hubble"

    Note : j’écris les grands nombres en lettres, parce qu'après avoir lu le post sur Latex, quand j’écris en puissance décimales "tex]10^9^5[/tex]" (j'ai enlevé le premier crochet ) les chiffres de la puissance sont mal alignés

  11. #10
    Ernum

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Note : j’écris les grands nombres en lettres, parce qu'après avoir lu le post sur Latex, quand j’écris en puissance décimales "tex]10^9^5[/tex]" (j'ai enlevé le premier crochet ) les chiffres de la puissance sont mal alignés
    Salut,

    tout dépend de ce que tu veux écrire, je n'ai pas vraiment suivi la conversation:

    10^{{9}^{5}} donne :
    10^{95} donne :

  12. #11
    Lansberg

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Bonjour,

    Après un calcul mental rapide à la louche je trouve que si la bille avait un rayon de 1cm, le rayon de l'univers observable se serait agrandit de plus de 100 milliards de fois en 380 000 ans ( entre la fin de l'inflation et le CMB )
    De mémoire, le rayon de l'univers observable à la date du CMB est de l'ordre du milliard d'années lumière.
    À comparer à 1 cm !

    Cet bizarre non ? puisque qu' après l'inflation le taux d'expansion est un taux d'expansion " normal" ou "à la Hubble"
    Non. Il part d'une valeur qui tend vers ∞ pour atteindre ~70km/s/Mpc actuellement.
    A l'époque du CMB, H~1,5 x 106 km/s/Mpc

  13. #12
    pachacamac

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    De mémoire, le rayon de l'univers observable à la date du CMB est de l'ordre du milliard d'années lumière.
    Je vais de surprise en surprise...Je pensais que pour le rayon le rayon de l'univers observable à la date du CMB c’était simple. Il suffisait de diviser par 1000 le rayon de l'univers observable aujourd’hui ce qui donnerait plutôt Rcmb = 13,7 millions d'années lumière. C'est faux ?

    J' étais loin de penser que l'augmentation de la constante de Hubble était si forte dans le passé.
    A t'on aussi une estimation de la valeur de H à la fin de l'inflation ?

  14. #13
    Lansberg

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par pachacamac Voir le message
    Je vais de surprise en surprise...Je pensais que pour le rayon le rayon de l'univers observable à la date du CMB c’était simple. Il suffisait de diviser par 1000 le rayon de l'univers observable aujourd’hui ce qui donnerait plutôt Rcmb = 13,7 millions d'années lumière. C'est faux ?
    Les régions de l'espace à l'origine du CMB observé aujourd'hui, formaient une sphère située à environ 42 millions d'années lumière de "nous" (de la région de l'espace qui donnera notre galaxie), 380 000 ans après le bigbang. Ces régions sont maintenant, en distance comobile, à 46 Giga années lumière (42 millions x 1100) ce qui correspond au rayon de l'univers observable.
    Mais ces régions à 42 millions d'années lumière à l'époque, n'étaient pas la limite de l'univers observable. Celui-ci était à environ 1 milliard d'années lumière en distance comobile soit de l'ordre de 900 000 années lumière en distance propre (le "CMB" de l'époque).
    Dit d'une autre manière, 380 000 ans après le bigbang, l'univers observable formait une sphère de l'ordre de 900 000 a.l (1 milliard d'a.l en distance comobile). Il y avait des régions de l'espace bien plus lointaines dont certaines situées à 42 millions d'années lumière. Le taux d'expansion diminuant au cours du temps, nous ne recevons que maintenant la lumière de ces régions et nous les voyons sous forme du CMB qui marque la limite de l'univers observable. Ces régions ont évolué en près de 13,8 milliards d'années et on peut raisonnablement supposer qu'elles ont donné des galaxies qui se trouvent maintenant à 46 giga a.l (distance comobile).

    J' étais loin de penser que l'augmentation de la constante de Hubble était si forte dans le passé.
    A t'on aussi une estimation de la valeur de H à la fin de l'inflation ?
    Je n'ai pas de valeur précise mais c'est forcément "astronomique" !

  15. #14
    pachacamac

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Merci beaucoup Lansberg. C'est très clairement dit et après 5 ou 6 lectures de votre post j'arrive à le comprendre.

    Néanmoins je pense qu'il va me falloir un certain temps et beaucoup de travail pour assimiler vraiment tout ça.
    Va falloir que je reprenne à zéro les notions de facteur d’échelle et de distances comobiles qui sont encore trop flous dans mon esprit.
    Sans parler de l'évolution de la constante de Hubble au cours du temps, qui m'a vraiment surpris et sur laquelle je me rend compte que je suis quasi ignorant.

    Merci encore et bonne fin de dimanche.

  16. #15
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par pachacamac Voir le message
    Bonjour,

    Merci Gilgamesh. Ta réponse sur l'énergie confirme ce que je croyais savoir.

    Par contre après réflexion j'ai un gros doute sur
    Code HTML:
    à la fin de l'inflation, la région destinée à devenir l'univers actuellement observé avait à peu près la taille d'une bille.
    Après un calcul mental rapide à la louche je trouve que si la bille avait un rayon de 1cm, le rayon de l'univers observable se serait agrandit de plus de 100 milliards de fois en 380 000 ans ( entre la fin de l'inflation et le CMB ) alors qu'entre le CMB et maintenant, donc en environ 13 milliards d'années il n'a grandit que de 1000 fois.

    Cet bizarre non ? puisque qu' après l'inflation le taux d'expansion est un taux d'expansion " normal" ou "à la Hubble"

    Note : j’écris les grands nombres en lettres, parce qu'après avoir lu le post sur Latex, quand j’écris en puissance décimales "tex]10^9^5[/tex]" (j'ai enlevé le premier crochet ) les chiffres de la puissance sont mal alignés
    Concernant la taille de l'univers observable à la fin de l'inflation, la taille d'une bille est souvent cité, mais faut comprendre que c'est juste un minimum.

    Pour comprendre d'où vient cette estimation :

    1) on part du fait que dans un univers de matière et de rayonnement, celui qui suit le rechauffement (reheating) qui marque la fin de l'inflation, la température est inversement proportionnelle au facteur d'échelle. Si on part d'un univers de taille ai et de température Ti pour aller vers un univers de taille a et de température T on a :

    T/Ti = ai/a

    (Exemple : au moment du CMB l'univers, dans ses derniers instants d'équilibre thermique, était à Ti = 3000 K. Le facteur d'échelle a cru d'un facteur 1100 jusqu'à aujourd'hui, la température de rayonnement de l'univers est de T = 3000/1100 ~ 2,7 K).

    2) On propose, sur la base d'un raisonnement issu de la physique des particules, que l'échelle d'énergie de l'inflation était grand-unifiée, ce qui donne en gros la température (et donc le facteur d'échelle) du reheating T ~ 1016 GeV (note : 1 eV ~ 104 K).

    Cette échelle d'énergie de l'inflation reste une des principales inconnues de la (des) théorie(s) d'inflation.

    3) Dans un univers en inflation (donc avant le reheating et la "bille") le taux d'expansion est exponentiel

    a(t) ~ eHt

    Et le taux d'expansion est lié à la constante cosmologique (la densité d'énergie du vide inflationnaire) par H² ~ Λ/3. Donc un vide très énergétique entraine un taux d'expansion très élevé. Or c'est par hypothèse du même ordre que la densité d'énergie au reheating. La densité d'énergie est en T4 donc de l'ordre de (1016 GeV)4.

    Ça donne H ~ 1037 s-1. Aujourd'hui pour comparaison H ~ 2.10-18 s-1 (70 km/s/Mpc), 55 ordres de grandeur en dessous.

    3) Pour "guérir" les principales pathologies du Big Bang (platitude, homogénéité, absence de monopôle magnétique...) on a besoin d'un nombre de e-folding (l'exposant de l'exponentiel, donc Ht) de l'ordre de... eh bien ça varie disons de 60 à 100. pour un e-folding de 70 ça donne une croissance du facteur d'échelle de 1030 ça donne la taille d'une bille à la fin de l'inflation et une durée de l'inflation de l'ordre de 10-35 seconde.

    Et pour compléter la réponse de Lansberg, la courbe d'évolution du taux d'expansion H, la dérivée logarithmique du facteur d'échelle a :

    H = (da/dt)/a

    en fonction du facteur d'échelle a (le temps évolue comme le facteur d'échelle et va donc de gauche à droite). Par convention, a=1 aujourd'hui.

    [corrigé merci Lansberg]
    Images attachées Images attachées  
    Dernière modification par Gilgamesh ; 15/10/2022 à 21h27.
    Parcours Etranges

  17. #16
    Lansberg

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Je reprends un peu la phrase !!
    Citation Envoyé par Gilgamesh Voir le message
    H = (da/dt)/a
    en fonction facteur d'échelle a (le évolue comme le facteur d'échelle et va donc de gauche à droite). Par convention, a=1 aujourd'hui.
    H... en fonction du facteur d'échelle a (le temps évolue comme le facteur d'échelle....).

  18. #17
    pachacamac

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Bonjour,

    Tout d’abord Merci et bravo Gilgameh ! J' ai tout compris dans ton post. En plus c'est facile avec ces relations de proportionnalités il suffit de savoir faire des règles de trois pour suivre le raisonnement. Donc plus besoin pour moi de réviser le facteur d’échelle et l'évolution du taux d'expansion, je crois avoir tout compris.

    Pour ce qui est de " la taille d'une bille est souvent cité, mais faut comprendre que c'est juste un minimum." pas de soucis, cette bille pourrait avoir la taille d'un ballon de football ou être grande comme la lune ça changerait pas grand chose en ordre de grandeur par rapport à l'univers observable d'aujourd'hui.


    Par contre il reste un problème par rapport aux distances comobiles.

    Lansberg a écrit :

    Celui-ci était à environ 1 milliard d'années lumière en distance comobile soit de l'ordre de 900 000 années lumière en distance propre (le "CMB" de l'époque).
    Comme déja dit, je maitrise encore mal cette notion de distance comobile et je comprend pas les explications de wikipedia ( qui passe par des coordonnées comobiles ) ni d'autres explications qui disent en substance que c'est comme si l'expansion étaient annulée.


    Par contre j'ai trouvé une explication de Gilgameh dans le post #8 de cette discussion

    il écrit : " 3- la distance entre nous et le point A au moment de la réception du photon, c'est à dire aujourd'hui, c'est la distance propre (ou comobile )

    Donc si la distance propre c'est la même chose que la distance comobile, il y a un pb dans la citation de Lansberg..

    Qu'en pensez vous;

    Note : la seule distance en cosmologie que je comprend entièrement est en fait un temps ." le temps de trajet du photon (ou temps de regard en arrière). C'est celle qui est donnée usuellement, en années-lumière "

    Si par hasard il existait une relation entre ce temps et la distance comobile ce serait le Pérou

    Merci encore pour votre patience pour m'expliquer tout ça.

    Gérard
    Dernière modification par pachacamac ; 16/10/2022 à 11h17.

  19. #18
    pachacamac

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Il y a une erreur dans le lien donné pour la discussion avec les explications de la distance comobile.
    C'est ici => https://forums.futura-sciences.com/q...-eloignes.html

  20. #19
    pachacamac

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Nom : H.jpg
Affichages : 278
Taille : 4,6 Ko

    Comment passe t'on pour H d'une unité en inverse d'un temps à des km/s/Mpc ? mystère et boule de gomme.

  21. #20
    Lansberg

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par pachacamac Voir le message

    il écrit : " 3- la distance entre nous et le point A au moment de la réception du photon, c'est à dire aujourd'hui, c'est la distance propre (ou comobile )

    Donc si la distance propre c'est la même chose que la distance comobile, il y a un pb dans la citation de Lansberg..
    Non, non il n'y a pas de problème.
    La distance propre ("proper distance" des anglo-saxons !) c'est la distance qui nous sépare des objets à une date cosmique donnée. Donc dans le sens exprimé par Gilgamesh c'est exact. "Actuellement" les régions qui sont à l'origine du CMB forment une sphère centrée sur nous située à 46 giga a.l. C'est aussi la distance comobile c'est à dire la distance de ces régions à la réception de la lumière.
    À l'émission de la lumière, ces mêmes régions se trouvaient à 42 millions d'a.l. C'était la distance propre à l'époque de l'émission du CMB, 380 000 ans après le bigbang.
    À cette même époque, la limite de l'univers observable était de l'ordre de 900 000 a.l (distance propre). Avec l'expansion les régions en question sont situées maintenant à près de 1 giga a.l (distance comobile).

  22. #21
    Lansberg

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par pachacamac Voir le message
    Pièce jointe 468283
    Comment passe t'on pour H d'une unité en inverse d'un temps à des km/s/Mpc ? mystère et boule de gomme.
    Il suffit de diviser 70 par 1 Mpc converti en km !
    L'analyse dimensionnelle montre qu'il ne reste que des s-1 (L.T-1.L-1).

  23. #22
    stefjm

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par pachacamac Voir le message

    Comment passe t'on pour H d'une unité en inverse d'un temps à des km/s/Mpc ? mystère et boule de gomme.
    En remplaçant toutes les unités non SI en unité SI.
    ici, mètre et seconde.

    Ne reste qu'une fréquence.
    Moi ignare et moi pas comprendre langage avec «hasard», «réalité» et «existe».

  24. #23
    Lansberg

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par pachacamac Voir le message
    Pièce jointe 468283
    Comment passe t'on pour H d'une unité en inverse d'un temps à des km/s/Mpc ? mystère et boule de gomme.
    C'est historiquement dans l'autre sens que ça s'est fait : passer des km/s/Mpc à des s-1.

  25. #24
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Salut,

    Citation Envoyé par Lansberg Voir le message
    C'est historiquement dans l'autre sens que ça s'est fait : passer des km/s/Mpc à des s-1.
    Je confirme.
    "Il ne suffit pas d'être persécuté pour être Galilée, encore faut-il avoir raison." (Gould)

  26. #25
    stefjm

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Et même avant cela un décalage spectral divisé par la distance égale à une constante.
    Moi ignare et moi pas comprendre langage avec «hasard», «réalité» et «existe».

  27. #26
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par stefjm Voir le message
    Et même avant cela un décalage spectral divisé par la distance égale à une constante.
    Tu veux dire sans dimension. Pourquoi ce serait une constante ? (sauf en première approximation pour des trucs pas trop lointains évidemment)
    "Il ne suffit pas d'être persécuté pour être Galilée, encore faut-il avoir raison." (Gould)

  28. #27
    Lansberg

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    z/d = H/c (en m-1)
    On a un rapport de deux constantes si on considère que H est constante !

  29. #28
    stefjm

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Edit : croisement Lansberg

    Parce qu'historiquement la constante de Hubble est une constante et que le rapport décalage spectral sur distance est sans dimension effectivement.
    C'est normal de privilégier la grandeur effectivement mesurée.

    Après la constante est devenue variable...
    Moi ignare et moi pas comprendre langage avec «hasard», «réalité» et «existe».

  30. #29
    pachacamac

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Merci. Vous êtes trop forts sur futura sciences, pour votre réactivité et parce que vous avez réponses à tout en astrophysique ( sur ce qui connu scientifiquement )

    En espérant ne pas abuser, j' ai encore deux petites questions sur l'inflation...

    une nouvelle suite à :

    Pour "guérir" les principales pathologies du Big Bang (platitude, homogénéité, absence de monopôle magnétique...)
    S'il est bien connu que l'inflation résout le problème de la platitude et de l'homogénéité, c'est la première fois que je lis qu'il explique aussi l’absence de monopole magnétique... ( c'est pas vraiment important (pour moi ) mais si quelqu'un veut expliquer un peu je suis preneur.

    et une qui me trotte dans la tête depuis un certain temps concernant le reheating

    Nom : inflaton.jpg
Affichages : 137
Taille : 31,4 Ko

    Lors de la "désintégration" du champs de l'inflaton qui permet l'expansion puis qui converti son énergie en la création de particules pendant la phase du reheating , je ne comprend pas pourquoi cette dernière phase ( celle du réchauffement ) doit nécessairement se présenter sous forme oscillatoire pour que puisse se créer des particules.

    tout éclairage serait bienvenue...

  31. #30
    stefjm

    Re : Energie de Planck et cosmos, rien de va plus (pour moi)

    Citation Envoyé par Lansberg Voir le message
    z/d = H/c (en m-1)
    On a un rapport de deux constantes si on considère que H est constante !
    A l'échelle humaine, on ne va pas chipoter...

    J'avais en fait en tête le sans dimension et constant si H constant.
    Moi ignare et moi pas comprendre langage avec «hasard», «réalité» et «existe».

Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Modèle conceptuel cosmologique (univers, cosmos, énergie noire).
    Par Thioclou dans le forum Discussions libres
    Réponses: 1
    Dernier message: 26/08/2021, 20h09
  2. Energie de Planck
    Par theo777 dans le forum Physique
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/03/2015, 20h25
  3. Energie de Planck ?
    Par Astero33 dans le forum Archives
    Réponses: 6
    Dernier message: 05/12/2014, 02h38
  4. Réponses: 4
    Dernier message: 26/12/2006, 19h14