Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Les forces intermoléculaires



  1. #1
    Manon63

    Les forces intermoléculaires


    ------

    Bonjour, j'ai juste une petite question quand est ce que on utilise les forces de Keesom de London et de Debye ainsi que les liaisons hydrogènes ??? London c'est quand il n'y a pas polarité, Keesom et Debye c'est quand il y a polarité et Liaisons hydrogènes c'est lorsqu'il y a présence d'atomes d'hydrogène pas tous occupé par des liaisons avec un atome de carbone c'est cela ???? merci d'avance pour vos réponse !!!

    -----

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    ZuIIchI

    Re : Les forces intramoléculaires

    yop

    les liaisons hydrogènes s'effectue entre un atome H et un de ces 3 atomes : N, O ou F. ce ne sont pas des liaisons à proprement parlé mais plutôt des interactions. "liaison hydrogène" est un abus de langage. ces interactions sont de faible énergie (Van der Waals) => il ne faut pas apporter beaucoup d'énergie pour les rompre.
    exemple connu : l'eau ! ce sont les liaisons H qui font tenir ensemble les molécules H2O à l'état solide (glace). Pour que l'eau devienne liquide on brise certaines liaisons H et pour passer à l'état gazeux on brise celles qui restent (par apport d'énergie, souvent la chaleur => cf. l'eau bout à 100°C)
    ATTENTION : les liaison H ne sont pas intramoléculaires :si tu as une grosse molécule qui contient F et H il ne se formera pas de liaison H entre eux tout comme dans l'eau => http://ead.univ-angers.fr/~jaspard/P...isonGlyPro.gif et http://www.chimix.com/an6/bts6/image/eau68.gif

    keesom je ne connais pas et pareil pour london on a écrit vaguement 2 ligne en cours l'an passé -___-

    debye est l'unité qui fait référence au moment dipolaire µ d'une liaison ou moélcule. Il ne me semble pas qu'il existe une LIAISON DE DEBYE (ou alors je ne la connait pas)

  5. #3
    HarleyApril
    Modérateur

    Re : Les forces intramoléculaires

    les liaisons hydrogène intramoléculaire, ça existe !

    cf la différence de pKa entre les isomères de l'acide maléique et fumarique (ou les isomères phtaliques)

    cordialement

  6. #4
    ZuIIchI

    Re : Les forces intramoléculaires

    eh ben on en apprend des choses. l'acide fumarique après coups je m'en souviens j'avais un exo en orga dessus l'an passé et on devait le comparé à l'acide maléique mais notre prof nous a dit que les groupement -COOH sont trop éloignés pour former un liaison H, c'est donc faux ?

    les acides phtaliques je le connaissais pas du tout désolé de l'erreur Manon !

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    Ragalorion

    Re : Les forces intramoléculaires

    Keesom, London et Debye sont les trois composantes de ce que l'on appelle plus globalement les forces de Van der Waals, et qui sont les forces responsables des interactions entre les molécules.

    Les forces de Van der Waals sont donc répartis en trois groupes, selon la nature exacte de l'interaction moléculaire en jeu :

    Keesom : c'est l'interaction que l'on appelle dipôle permanent/dipôle permanent, elle s'établit entre deux groupements possédant un moment dipolaire permanent. Un dipôle permanent sera typiquement formé par deux atomes reliés entre eux possédant une différence notable d'électronégativité (un C ou un H relié avec un O, un N, un halogène).
    Cette différence s'électronégativité aura pour conséquence de déformer le nuage électronique aux alentours des deux atomes en question, avec un appauvrissement en électrons au niveau de l'atome le moins électronégatif et un enrichissement en électrons sur l'autre atome (comme si ce dernier tirait la couverture vers lui).
    Lorsque deux dipôles permanents s'approchent, ils auront donc tendance à s'orienter (le pôle plus de l'un avec le pôle moins de l'autre et vice-versa), puis les pôles complémentaires vont s'attirer par interaction de nature coulombique.
    La liaison hydrogène, qui s'établit entre un hétéroélément électronégatif (pôle négatif d'un dipôle permanent) de type N, O, F etc... et un hydrogène appauvri en électrons (pôle positif d'un autre dipôle permanent), peut-être considérée dans une certaine mesure comme une interaction de type Keesom.

    Debye : ou dipôle permanent/dipôle induit, s'établit lorsqu'un dipôle permanent approche un groupement apolaire (typiquement des hydrocarbures uniquement composé de C et de H).
    Même s'ils ne possèdent pas d'atomes d'électronégativité très différentes, les nuages électroniques des molécules apolaires n'en sont pas forcément statiques (des électrons ça bouge tous le temps, ça remue dans tous les sens).
    Lorsque un dipôle permanent va s'approcher par l'une de ses extrémités (disons l'extremité positive par exemple) du nuage électronique d'une molécule apolaire, ce dernier va bien devoir s'en accomoder, et pour cela il va légèrement se déformer, de manière à stabiliser cette charge positive approchant.
    Les électrons du nuage vont donc se déplacer du côté du pôle positif en approche, ce qui va avoir pour conséquence de créer localement un dipôle "induit" par l'existence du dipôle permanent.
    Une interaction va alors pouvoir avoir lieu entre les deux dipôles en présence.

    London : ou dipôle induit/dipôle induit, c'est une interaction qui a lieu entre deux molécules apolaires, dont les nuages électroniques vont se déformer lorsqu'elles s'approchent l'une de l'autre.
    Il est alors possible que des dipôles instantanés apparaissent, et que ces derniers interagissent entre eux.
    Bien que vraiment très faibles, ces interactions peuvent néanmoins s'avérer conséquentes sur de grosses molécules ou des molécules au nuage électronique très polarisables (les alcanes en Cn>19 sont solides à température ambiante, alors que les méthane, éthane, propane et butanes sont gazeux, et les alcanes intermédiaires sont liquides).
    To Think Is To Practice Brain Chemistry

  9. #6
    persona

    Re : Les forces intramoléculaires

    Malgré le titre de ton post, les forces dont du parles sont des forces intermoléclaires et non intramoléculaires !

  10. Publicité
  11. #7
    HarleyApril
    Modérateur

    Re : Les forces intermoléculaires

    bien vu !
    titre modifié en conséquence

Discussions similaires

  1. Forces intermoléculaires important
    Par Alexandro1991 dans le forum Chimie
    Réponses: 2
    Dernier message: 03/01/2010, 13h46
  2. Forces intermoleculaires
    Par Southpaw dans le forum Chimie
    Réponses: 1
    Dernier message: 01/01/2010, 20h20
  3. Question sur les forces intermoléculaires
    Par gogo007007 dans le forum Chimie
    Réponses: 3
    Dernier message: 08/10/2009, 10h19
  4. Concernant les forces intermoléculaires
    Par noix2choco dans le forum Chimie
    Réponses: 1
    Dernier message: 16/12/2007, 21h53
  5. Forces intermoléculaires
    Par Musbald dans le forum Chimie
    Réponses: 5
    Dernier message: 14/05/2005, 11h47