Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Electrophile/acide dur .



  1. #1
    chrome VI

    Electrophile/acide dur .


    ------

    Bonjour .

    Un acide dur est un acide dont le centre accepteur d'électrons est faiblement polarisable .
    Référence : http://www.admi.net/jo/20031008/CTNX0306849K.html

    Les caractères des centres électrophiles dépend directement de la densité électronique . En effet , si la densité électronique est peu localisé le centre électrophile sera dur et si cette densité est bien localisé l'électrophile sera mou . Référence : Mon prof .

    Pourquoi il y a t-il une différence entre la définition d'un électrophile dur et celle d'un acide dur ? La définition d'un électrophile est la même que celle d'un acide de Lewis donc la définition d'un électrophile dur doit être la même que celle d'un acide dur de Lewis , non ?
    Merci d'avance .

    -----

  2. #2
    vivelachimie

    Question Re : Electrophile/acide dur .

    Tout ce qui est chimie des métaux ca n'a jamais été mon fort. Mais tu es sur d'avoir bien compris ton prof? Parce que pour moi le cation Li+ est un électrophile dur et la définition que tu nous donnes ne correspond pas trop!

  3. #3
    Cindycmo

    Re : Electrophile/acide dur .

    Citation Envoyé par chrome VI
    Bonjour .

    Un acide dur est un acide dont le centre accepteur d'électrons est faiblement polarisable .
    Référence : http://www.admi.net/jo/20031008/CTNX0306849K.html

    Les caractères des centres électrophiles dépend directement de la densité électronique . En effet , si la densité électronique est peu localisé le centre électrophile sera dur et si cette densité est bien localisé l'électrophile sera mou . Référence : Mon prof .

    Pourquoi il y a t-il une différence entre la définition d'un électrophile dur et celle d'un acide dur ? La définition d'un électrophile est la même que celle d'un acide de Lewis donc la définition d'un électrophile dur doit être la même que celle d'un acide dur de Lewis , non ?
    Merci d'avance .
    Salut, pour moi les deux definitions que t'as donné sont bonnes et veulent dire la meme chose.
    La théorie HSAB ca vient de l'équation de Klopman et Salem (désolé si je parle en chinois ^^), en fait ce qu'il faut voir c'est qu'un mou aura des gros coeff orbitalaire et sera donc regit par le recouvrement orbitalaire au contraire un dur a de petit coeff et le terme electrostatique dû à l'attraction de coulomb et l'electronegativité l'emporte et c'est ca qui controlera la reaction dans ce dernier cas.
    Donc quand ton prof parle de densité electronique plus ou moins bien localisé , il parle des coeff orbitalaire.
    Ensuite dans ta def d'internet le faiblement polarisable decoule de petits coeff d'orbitale, la polarisabilité est la capacité du nuage de se déformer donc plus c'est gros plus c'est polarisable.
    Dernière modification par Cindycmo ; 16/10/2005 à 17h48.

  4. #4
    Max84

    Re : Electrophile/acide dur .

    D'accord avec cindycmo, c'est ce qui fera la différence sur la formation d'une liaison sur un énol par exemple...c'est à dire entre l'attaque sur le C ou l'attaque par le O du C-O.

  5. A voir en vidéo sur Futura
  6. #5
    reinette

    Re : Electrophile/acide dur .

    Citation Envoyé par chrome VI
    Bonjour .

    Les caractères des centres électrophiles dépend directement de la densité électronique . En effet , si la densité électronique est peu localisé le centre électrophile sera dur et si cette densité est bien localisé l'électrophile sera mou . Référence : Mon prof .
    Ca me chiffone...
    Soit le prof en question confond densité électronique et coeff des orbitales frontieres, ce que suppose Cindycmo. Soit il a interverti les deux. Soit tu as mal noté . Essaie peut etre de lui demander des elaircissements.

    Mou : controle orbitalaire. Il faut regarder les gros coeff des OM. Reconnaissable par sa forte polarisabilité (faible charge pour gros volume , typiquement les éléments du bas du tableau I-, Cs+). La densité électronique est donc diluée dans un grand volume. Elle est peu localisée.

    Dur : controle de charge. Pas la peine de regarder les OF, ce qui controle la réaction, c'est l'électrostat. Reconnaissable par une faible polarisabilité (charge forte dans petite volume, typiquement haut du tableau F-, Li+). La densité électronique est fortement condensée. Elle est tres localisée.

Discussions similaires

  1. Qui est le plus électrophile?
    Par Fajan dans le forum Chimie
    Réponses: 6
    Dernier message: 03/06/2007, 21h20
  2. Réaction éléctrophile/nucléophile
    Par Sokaris dans le forum Chimie
    Réponses: 7
    Dernier message: 26/03/2006, 12h01
  3. Nucléophile et électrophile .
    Par chrome VI dans le forum Chimie
    Réponses: 1
    Dernier message: 14/12/2005, 17h48
  4. substitution electrophile aromatique
    Par trinity9 dans le forum Chimie
    Réponses: 10
    Dernier message: 01/12/2004, 12h45
  5. Acide/base..dur/mou.
    Par chrome VI dans le forum Chimie
    Réponses: 5
    Dernier message: 20/10/2004, 09h25