Répondre à la discussion
Page 1 sur 7 12 3 4 5 6 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 185

Bénéfices attendus de la campagne de vaccination



  1. #1
    yves95210

    Bénéfices attendus de la campagne de vaccination


    ------

    Bonjour,

    Vu les polémiques autour de la lenteur du démarrage de la campagne de vaccination, voire des choix de priorité qui ont été faits, il me semble utile de rétablir quelques faits (en utilisant une série de messages postés ailleurs, mais qui permettront j'espère d'initier une discussion constructive ici).

    Les messages suivants ont pour but de

    1) évaluer l'impact potentiel des premières phases de la campagne de vaccination sur le taux d'immunité collective, ce qui, comme on le verra, ne se limite pas à compter le nombre de personnes vaccinées, ni à faire des suppositions sur la capacité des vaccins à limiter la transmission du virus par les personnes vaccinées puis infectées / asymptomatiques.

    2) estimer le nombre de personnes qui pourront être vaccinées mois par mois en fonction du calendrier de livraison des doses de vaccins par les labos pharmaceutiques.

    Merci d'attendre que j'aie posté ces deux messages avant de répondre. Et de ne répondre que sur le sujet de ce fil, dont le but n'est pas de repartir sur un n-ième débat au sujet du rapport bénéfice / risque des vaccins, ni de polémiquer sur le bien-fondé des choix qui ont été faits : il s'agit seulement de les expliquer à partir des données sur lesquelles ils reposent, et d'en examiner les conséquences.

    Cordialement,
    Yves

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    1) Vaccination et immunité collective

    Pour estimer le taux d'immunité collective, j'utilise les pourcentage hospitalisés/infectés par classe d’âge qui avaient été estimés durant la première vague par les épidémiologistes (https://science.sciencemag.org/content/369/6500/208 ) et pas trop mal confirmés par les quelques études menées à l’aide de tests sérologiques. Et bien sûr le fichier de données des hôpitaux par classe d’âge.

    Fin décembre cela donnait plus de 15% d’immunisés à l’échelle nationale (en prenant les valeurs les plus probables de pourcentages ci-dessus), avec de grosses différences entre les tranches d’âge (d’environ 25% parmi les moins de 20 ans à environ 10% parmi les plus de 60 ans). Mais ces chiffres sont plus élevés dans certaines régions (surtout l’IdF) et bien plus faibles dans d’autres, surtout celles qui ont été peu touchées durant la première vague.

    Ce pourcentage d’immunisés a augmenté de 1,5% (1 million de personnes) sur le dernier mois durant lequel la moyenne glissante sur 7 jours du nombre d’admissions à l’hôpital est restée stable, ainsi que celle des entrées en réa, à des niveaux à peu près gérables par le système de santé (ou qui le serait si il n’y avait pas de disparités régionales). Cela donne une idée du nombre moyen d’infections qu’on pourrait se permettre en permanence sans saturer les hôpitaux.

    Même sans vaccination il est donc probable qu’il dépasse les 20% en avril et les 30% en juillet/août, car aussi bien les mesures gouvernementales que les comportements individuels évoluent en fonction des indicateurs (d’ailleurs ces 15% d’immunisés correspondent à une moyenne de 1,5% par mois depuis le début de l’épidémie, alors que sa croissance mensuelle a varié entre 0,3% et près de 4% suivant les périodes).

    Et même sans supposer que les vaccins empêchent la transmission du virus, l’effet de la campagne de vaccination devrait être avant tout de réduire la surmortalité, et d’autoriser un nombre d’infections plus élevé dans la partie la moins vulnérable de la population (<60 ans sans comorbidités).
    Par exemple, si 70% des 15 millions de personnes les plus vulnérables sont vaccinées avec un taux d’efficacité de 80%, cela permettra de diviser par 2 le nombre d’entrées en réa pour un même nombre d’infections. Ou alternativement (puisque mesures + comportements individuels s’ajustent en fonction de cet indicateur), de conserver un nombre moyen d’entrées en réa proche de sa valeur actuelle (160 à 170 par jour en moyenne glissante sur 7 jours depuis plus d’un mois), mais qui correspondra à un nombre d’infections de plus en plus élevé, et à une mortalité plus faible (car la mortalité à l’hôpital est bien plus faible parmi les patients jeunes et sans pathologie chronique).
    Autrement dit, à partir du printemps l’immunité collective acquise “naturellement” pourra augmenter de 2% puis 3% par mois sans conséquences dramatiques (sans compter sur celle personnes vaccinées dont on ne sait pas dans quelle mesure elle empêche la progression de l’épidémie; de plus celles qui seront vaccinées en priorité sont celles qui contribuent sans-doute le moins à cette progression).

    Mais une immunité de 30% permet déjà de réduire significativement le taux de reproduction par rapport à ce qu’il serait à comportement équivalent dans une population naïve. Il devrait donc être de moins en moins difficile de maintenir R(t) proche de 1 sans trop d’à-coups (du genre confinement/déconfinement/reconfinement…), à l’aide de mesures moins contraignantes. Avec en plus un effet saisonnier non négligeable, cela devrait permettre de passer un été presque normal.

    Je ne pense pas que ce soit une vision trop optimiste. En tout cas cela ne fait pas appel à des hypothèses trop optimistes sur l’effet du vaccin. Et c’est assez indépendant d’une éventuelle troisième vague puisque ça ne suppose qu’un nombre mensuel moyen d’infections sur les 6 prochains mois proche de celui constaté depuis 10 mois.

    Ensuite, tout dépendra de la durée moyenne de l’immunité acquise suite à une infection. Vu le très faible de nombre de cas graves de réinfection constatés dans le monde après une année de pandémie, on peut au moins espérer bénéficier d’une immunité partielle (autorisant des réinfections, mais asymptomatiques ou ne donnant que des symptômes modérés).
    Cela ne mettra pas fin à la pandémie mondiale et ne fera pas disparaître le virus. Pas plus que n’ont disparu les 4 autres coronavirus humains qui provoquent des rhumes communs, alors que pratiquement tout le monde a dû les rencontrer au moins une fois dans sa vie… Et on vit avec eux (comme avec un paquet d’autres virus respiratoires) depuis des siècles sans trop de soucis. Alors qu’il est assez probable que celui d’entre eux qui a émergé le plus récemment (OC43) soit le responsable d’une pandémie proportionnellement aussi grave que l’actuelle, la “grippe russe” de 1890 (cf. https://www.vidal.fr/actualites/2626...xe-siecle.html).

  4. #3
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    2) Le calendrier de la campagne de vaccination

    J’ai trouvé le calendrier contractuel de livraison des vaccins (sous réserve d’autorisation) dans le tableau figurant à la fin de cet article, qui cite comme source le ministère de la santé.

    Nom : image_2021-01-09_114915.png
Affichages : 658
Taille : 40,2 Ko

    A partir de février le calendrier dépend largement de l’autorisation du vaccin AstraZeneca (à peu près autant de doses que Pfizer jusqu’en juin).
    Attention, je n’avais pas compris au premier coup d’œil, le tableau indique le nombre de doses cumulé.

    Durant le premier semestre, le ministère de la santé attend donc 26 M(illions de) doses Pfizer, 7 M doses Moderna, 28 M doses AZ (etc. mais le reste semble encore plus hypothétique, de même que les chiffres pour le S2), avec une augmentation progressive des livraisons Pfizer jusqu’à 6 M doses en juin.

    A propos des raisons qui rendent hypothétique la date d’autorisation du vaccin AstraZeneca, et donc le (presque) doublement du nombre total de doses livrées à partir de février, ça vaut la peine de lire cet article : https://www.vidal.fr/actualites/2636...-en-route.html

    Evidemment le calendrier de la campagne de vaccination (et les commentaires sur ce calendrier) doi(ven)t tenir compte de ces incertitudes. A part pour ceux qui ont un agenda politique, ça n’a aucun sens de se scandaliser de la lenteur relative du démarrage de cette campagne ou du fait qu’elle n’est pas ouverte à tous les volontaires :
    dans l’hypothèse basse (sans le vaccin AZ ni ceux dont les résultats d’essais de phase 3 ne sont pas encore publiés), le nombre total de doses livrables jusqu’à fin mai (25 millions) ne permet de vacciner que les personnes cibles des phases 1 et 2 de la campagne telles qu’elles étaient définies (EHPAD, puis >75, puis >65 avec comorbidités).
    D’ici-là, en tout cas tant qu’on n’a pas de visibilité sur l’autorisation du vaccin AZ, il ne servirait à rien d’élargir la vaccination aux personnes moins vulnérables en le justifiant par un objectif d’immunité collective, puisque ce ne sont qu’environ 25% de la population adulte qui pourront être immunisés avant mi-juin.

    Et c’est au nombre réel de doses livrées par les différents labos qu’il faudra comparer le nombre de personnes vaccinées, quand les données le permettront. Je récapitule ci-dessous le nombre de doses livrables chaque mois par Pfizer + Moderna et de personnes que ça permet de vacciner (en comptant que lorsqu’une personne reçoit une première dose, une deuxième doit impérativement lui être réservée pour lui être injectée quelques semaines plus tard, même si entre temps il y avait un problème de livraison).

    mois : doses | personnes vaccinables dans le mois | moyenne approximative par semaine
    janvier : 2,7 M | 1,35 M | 300000
    février : 3,1 M | 1,55 M | 400000
    mars : 4,7 M | 2,35 M | 550000
    avril : 6,5 M | 3,25 M | 800000
    mai : 8 M | 4 M | 900000
    juin : 8 M | 4 M | 900000

    Tableau à revoir après l’autorisation du vaccin AZ. A partir de là il faudra sans-doute faire un suivi par catégorie de population : il est probable que les vaccins Pfizer et Moderna restent réservés aux personnes les plus vulnérables (cibles des phases 1 et 2) car l’efficacité du vaccin AZ est moins bonne, et surtout encore inconnue pour les > 55 ans. Jusqu’en mai le tableau ci-dessus resterait valable pour les 65-74 ans avec comorbidités et les 75+ avec ou sans comorbidité. Reste à voir si les données publiées donneront ce niveau de détail…

  5. #4
    pm42

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Je n'ai pas de commentaire mais je voulais juste dire merci. Super boulot.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    jiherve

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Bonjour,
    j'ai donné le lien ailleurs :https://covidtracker.fr/vaccintracker/
    Si cela ne s’accélère pas les doses reçues seront perdues!
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  8. #6
    Gwinver

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Bonjour.

    Bel effort.
    Après, on peut se demander l'impact des évolutions de protocole en cours en Europe sur ces perspectives .
    La France envisage de passer le délai ente les deux injections à 42 jours : https://www.francetvinfo.fr/sante/ma...s_4249429.html
    et la commission européenne envisage de passer à 6 doses par flacon au lieu des 5 actuelles : https://www.sudouest.fr/2021/01/08/c...5750-10997.php

  9. Publicité
  10. #7
    agitateur

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    34 000 / jour, ça commence à devenir moins risible. Mais çà fait un million d'injection par mois....

    si on recoit 20 M de doses par mois en mai et juin, il va quand même falloir passer la surmultipliée. A moins de monter des tentes comme pour les tests, ce n'est pas gagné.....

  11. #8
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Si vous regardez la progression du nombre de doses livrables par mois, la monté en charge doit être progressive. Cela ne sert à rien de démarrer au rythme de 400000 injections par semaine, qui conduirait à une pénurie dès la fin janvier, surtout si on respecte les préconisations des labos d'un intervalle de 3 à 4 semaines entre les deux doses, et donc qu'il faut commencer à injecter la deuxième dose fin janvier à ceux qui ont eu la première injection dans la première semaine du mois (si 80000 personnes ont été vaccinées en une semaine, il faut leur réserver 80000 autres doses sur le quota de janvier; et si le nombre quotidien de vaccinations a atteint 34000 hier, ce qui conduit déjà à plus de 200000 injections par semaine).

    Le rythme devrait encore augmenter lorsque (dans une dizaine de jours) l'ensemble de >75 ans vont pouvoir commencer à se faire vacciner. La logistique sera fort différente pour approvisionner les centres de vaccination dédiés, qui pourront vacciner chacun des milliers de personnes par semaine, que lorsqu'il s'agit de distribuer le vaccin (en respectant le délai limite après sa sortie du congélateur à -80°C) dans des dizaines de milliers d'EHPAD. Mais il ne faudrait pas trop dépasser les 300000 "primo-vaccinés" par semaine avant la dernière semaine de janvier. Ce n'est qu'à partir de là qu'il faudra être capable de doubler le nombre d'injections quotidiennes pour permettre d'injecter la deuxième dose aux premiers vaccinés en même temps que la première aux nouveaux vaccinés.

    Le premier calendrier, ne prévoyant de vacciner que dans les EHPAD jusqu'à courant février, avait été établi avant qu'une commande supplémentaire de 300 millions de doses ait été passée par l'UE à Pfizer, en plus des 200 millions de la commande initiale. Ce qui fait passer la part de la France (15%) de 30 à 75 millions. Et évidemment cela permet à Pfizer d'augmenter ses capacités de production en Europe de manière à pouvoir livrer rapidement un nombre de doses plus élevé.

  12. #9
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par agitateur Voir le message
    34 000 / jour, ça commence à devenir moins risible. Mais çà fait un million d'injection par mois....

    si on recoit 20 M de doses par mois en mai et juin, il va quand même falloir passer la surmultipliée. A moins de monter des tentes comme pour les tests, ce n'est pas gagné.....
    600 centres en France capables chacun de vacciner plusieurs milliers de personnes par semaine, ça fait vite des millions. Auxquels il faut ajouter (pour les vaccins posant moins de problèmes de logistiques que celui de Pfizer) la capacité des médecins généralistes et infirmièr(e)s libéraux (100000+100000), voire des pharmacies (22000 officines en France mais je ne sais pas combien se sont faites homologuer pour le vaccin contre la grippe et feront sans-doute le même effort pour le Covid).

  13. #10
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par Gwinver Voir le message
    Après, on peut se demander l'impact des évolutions de protocole en cours en Europe sur ces perspectives .
    La France envisage de passer le délai ente les deux injections à 42 jours : https://www.francetvinfo.fr/sante/ma...s_4249429.html
    Déjà évoqué dans un autre fil. A part en situation de crise aggravée (comme actuellement en Angleterre), je ne vois pas vraiment quel serait le gain (et surtout le rapport bénéfice / risque compte-tenu des inconnues sur le taux d'efficacité des vaccins dans ce nouveau protocole. Seul le vaccin AZ a été testé avec un intervalle de cet ordre entre les deux doses, mais sur une petite partie de l'échantillon, donc avec des résultats peu significatifs. Et de manière générale les essais AZ ont l'air d'avoir été un sacré foutoir...).
    Il me semble que c'est plus de la com (histoire de montrer qu'on est capable de vacciner plus de monde dès maintenant) qu'une véritable stratégie...

    et la commission européenne envisage de passer à 6 doses par flacon au lieu des 5 actuelles : https://www.sudouest.fr/2021/01/08/c...5750-10997.php
    Je n'avais pas vu passer ça. Si c'est faisable (faudrait être sûr que les 6 doses au lieu de 5 ne sont pas juste une marge de sécurité prise lors de la production du vaccin ou du remplissage du flacon et que tous contiennent effectivement assez de produit pour vacciner 6 personnes...), ça augmente de 20% le nombre de personnes vaccinables tous les mois.
    On gagne peut-être un mois sur la première échéance importante (fin de la phase 2). Et ça permet de commencer plus tôt à vacciner les moins de 65 ans puis les moins de 50. Tant mieux mais ça ne change pas fondamentalement la donne.

  14. #11
    f6bes

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Bjr ,
    5 ou 6 doses, reste à savoir si on peut faire 6 doses à chaque fois.
    Ah , y en reste pas assez pour la 6éme dose.
    Peux t on commençer un autre flacon pour...compléter ?
    Bonne journée

  15. #12
    Gwinver

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Bonsoir.

    je ne vois pas vraiment quel serait le gain (et surtout le rapport bénéfice / risque compte-tenu des inconnues sur le taux d'efficacité des vaccins dans ce nouveau protocole.
    Au Royaume Uni, ils envisagent carrément de supprimer la seconde injection.
    Effectivement, le décalage a normalement peu d'effet sur le nombre de vaccination. L'impact commence 3 semaines après le début de la campagne et concerne relativement peu de cas car le nombre d'injection par semaine est en croissance constante. On entre aussi dans un domaine inconnu, surtout qu'il y a un manque de recul.

  16. Publicité
  17. #13
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par Gwinver Voir le message
    Au Royaume Uni, ils envisagent carrément de supprimer la seconde injection.
    Effectivement, le décalage a normalement peu d'effet sur le nombre de vaccination. L'impact commence 3 semaines après le début de la campagne et concerne relativement peu de cas car le nombre d'injection par semaine est en croissance constante. On entre aussi dans un domaine inconnu, surtout qu'il y a un manque de recul.
    Les résultats des essais du vaccin d'Oxford/AstraZeneca montrent une efficacité bien moindre après une seule dose (voir dans l'autre fil). J'espère qu'ils savent ce qu'ils font.
    Après tout, d'un point de vue épidémiologique, vacciner 2 fois plus de monde avec une posologie (par exemple) 30% moins efficace, ça peut avoir un sens. Mais à titre individuel, surtout pour les personnes vulnérables, bof...

    (et de toute façon les résultats des essais AZ sont tellement confus qu'on ne sait pas vraiment quelle est son efficacité, entre les 62% obtenus avec 2 doses, ou les 90% obtenus avec une première dose plus faible puis une complète, posologie qui n'a été testée - par hasard - que sur des personnes < 55 ans)

  18. #14
    Gwinver

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Au niveau du nombre de doses, il est expliqué que l'emploi d'une seringue spéciale permet d'atteindre 6 doses.
    https://www.lesoir.be/347772/article...ingue-speciale

  19. #15
    jiherve

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    bonsoir,
    donc en fait une aiguille plus fine et une seringue mieux ajustée si j'ai bien compris, on va peut etre voir revenir les seringues verre ou l’étanchéité était obtenue par rodage du verre et ou le volume mort était proche de zéro.
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  20. #16
    polo974

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par agitateur Voir le message
    ...
    si on recoit 20 M de doses par mois en mai et juin, il va quand même falloir passer la surmultipliée.
    ...
    Il faut lire les mots (au dessus du tableau), c'est marqué "en millions cumulés", donc en mai et juin, c'est 6 millions...

    et Yves (bravo à tout le travail fait sur les différents fils...) l'a précisé:
    Citation Envoyé par yves95210
    Attention, je n’avais pas compris au premier coup d’œil, le tableau indique le nombre de doses cumulé.
    Moi, ce qui me chagrine, c'est quand même ces mutants plus "collants", ils risquent de faire monter le taux de transmission et retarder l'immunité collective...

    Autre question: que se passe-t-il en cas de mix de vaccin (rappel différent de la primo injection) ? (si déjà abordé ailleurs, juste pointer le fil)

    Bon, sinon, perso, dès que je peux, je vais me faire piquouser...
    Jusqu'ici tout va bien...

  21. #17
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par polo974 Voir le message
    Moi, ce qui me chagrine, c'est quand même ces mutants plus "collants", ils risquent de faire monter le taux de transmission et retarder l'immunité collective...
    On n'en sait encore trop rien : difficile de faire la part des chose dans le cadre d'une flambée épidémique comme celle que subit le R-U. Mais effectivement, s'ils favorisent la transmission du virus et donc augmentent le taux de reproduction, le seul d'immunité collective est automatiquement plus élevé. D'un autre côté, si l'épidémie progresse plus vite sans faire trop de dégâts (grâce à la vaccination, avant tout des plus vulnérables), ça compense... Mais il faudrait faire des calculs sérieux pour lesquels je n'ai pas les compétences. C'est le boulot des épidémiologistes.

    Autre question: que se passe-t-il en cas de mix de vaccin (rappel différent de la primo injection) ? (si déjà abordé ailleurs, juste pointer le fil)
    En l'absence d'essais cliniques à grande échelle, pas possible de répondre. Mais un essai combinant AstraZeneca et Sputnik a apparemment commencé
    (les deux vaccins utilisent la même technologie à vecteur viral, mais sont basés sur des virus - inoffensifs chez l'humain - différents, donc une immunité acquise au premier n'empêche pas le deuxième de faire son boulot). C'est sans-doute une piste intéressante pour ce type de vaccin (pas la même chose pour les vaccins à ARNm).

    Bon, sinon, perso, dès que je peux, je vais me faire piquouser...
    Pareil pour moi, mais va falloir patienter quelques mois...

  22. #18
    agitateur

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par polo974 Voir le message
    Il faut lire les mots (au dessus du tableau), c'est marqué "en millions cumulés", donc en mai et juin, c'est 6 millions...
    En effet, il faut lire.
    On passe de 38 M à 77 M cumulées en 2 mois. Soit ?

  23. Publicité
  24. #19
    polo974

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par agitateur Voir le message
    En effet, il faut lire.
    On passe de 38 M à 77 M cumulées en 2 mois. Soit ?
    A ben oui... oups, sorry

    Bon, 20 millions, j'espère qu'ils ont commandé les seringues, et que l'avion les transportant ne soit pas détourné par un pays qui paye plus...

    Sinon, heureusement que tous ne sont pas à conserver à -80°C...
    Jusqu'ici tout va bien...

  25. #20
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Ne vous affolez pas à propos de chiffres encore hypothétiques : le calendrier de livraison inclut des vaccins encore loin d'être autorisés, dont le nombre de doses affiché n'est que celui des pré-commandes passées par précaution (quand on ne savait pas quels labos gagneraient la course, ni quels seraient les taux d'efficacité des vaccins).

    Mais comme l'UE (et par conséquent la France) a augmenté le nombre de doses commandé à Pfizer et à Moderna, si on ne veut pas se retrouver avec un paquet de doses de vaccins inutiles sur les bras au second semestre il va bien falloir réduire les volumes commandés à d'autres (le copié-collé du tableau que mon message n'inclut pas le second semestre; mais si dans l'article en lien vous faites glisser le tableau vers la gauche, vous verrez que le nombre total de doses (pré-)commandé par la France est 225 millions, plus de deux fois plus qu'il n'en faut pour vacciner 100% de la population adulte...).

    Et j'ai du mal à imaginer qu'on ait besoin 77 M doses au premier semestre : il faudrait qu'environ 80% de la population adulte se fasse vacciner. Vous y croyez ?
    Raison pour laquelle je n'ai retenu dans mon calcul que les commandes fermes passées à Pfizer et Moderna; il me semble probable que le nombre de doses finalement commandé à AstraZeneca sera nettement plus faible que le volume de la pré-commande. Reste à voir quand le vaccin AZ sera autorisé, et quel sera son calendrier réel de livraison.

    En tout cas le calendrier hypothétique de livraison des vaccins autres que Pfizer et Moderna n'aura pas beaucoup d'impact sur les phases 1 et 2 du calendrier de vaccination, voire même la phase 3, concernant les personnes de moins de 65 ans à risque élevé de Covid grave, peut-être 2 M personnes en plus des 15 M concernées par les deux premières phases (j'ai expliqué pourquoi ces phases sont essentielles, et peut-être suffisantes car en parallèle le taux d'immunité collective va augmenter naturellement dans le reste de la population).

    Par ailleurs, même si le vaccin AZ est autorisé dans les prochains mois, la logique voudrait que les vaccins Pfizer et Moderna dont les taux d'efficacité sont meilleurs, y compris chez les personnes âgées ou à risque élevé de Covid grave, soient réservés en priorité à ces dernières.
    Mais le reste de la population y aura probablement droit aussi : le nombre total de doses commandées à Pfizer et Moderna est de 73 M, assez pour vacciner près de 80% de la population adulte alors que le taux d'acceptation du vaccin sera certainement bien inférieur. Il faut juste être conscient que, dans cette hypothèse, ce n'est qu'à partir de mi-2021 qu'on commencera à vacciner les moins de 65 en bonne santé. Mais est-ce vraiment un problème autre que purement politique ?

    Bref, si on arrive effectivement à injecter 2 M doses par semaine (<300000 par jour) au deuxième trimestre, l'objectif sera atteint. Et on en est déjà à 50000 par jour alors que la logistique commence tout juste à se mettre en place et que les centaines de centres de vaccination dont il est question ne sont pas encore ouverts. Donc, encore une fois, quoi qu'en disent les média, il n'y a pas de quoi s'affoler…
    Dernière modification par yves95210 ; 10/01/2021 à 09h19.

  26. #21
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Bonjour,

    Comme on va vite entendre parler de pénurie, je rappelle ce message :

    Citation Envoyé par yves95210 Voir le message
    Si vous regardez la progression du nombre de doses livrables par mois, la montée en charge doit être progressive. Cela ne sert à rien de démarrer au rythme de 400000 injections par semaine, qui conduirait à une pénurie dès la fin janvier, surtout si on respecte les préconisations des labos d'un intervalle de 3 à 4 semaines entre les deux doses, et donc qu'il faut commencer à injecter la deuxième dose fin janvier à ceux qui ont eu la première injection dans la première semaine du mois (si 80000 personnes ont été vaccinées en une semaine, il faut leur réserver 80000 autres doses sur le quota de janvier; et si le nombre quotidien de vaccinations a atteint 34000 hier, ce qui conduit déjà à plus de 200000 injections par semaine).

    Le rythme devrait encore augmenter lorsque (dans une dizaine de jours) l'ensemble de >75 ans vont pouvoir commencer à se faire vacciner. (…) Mais il ne faudrait pas trop dépasser les 300000 "primo-vaccinés" par semaine avant la dernière semaine de janvier. Ce n'est qu'à partir de là qu'il faudra être capable de doubler le nombre d'injections quotidiennes pour permettre d'injecter la deuxième dose aux premiers vaccinés en même temps que la première aux nouveaux vaccinés.
    Depuis le 11 janvier le nombre d'injections a atteint 50000 le 12 janvier puis près de 60000 le 13 (les données officielles sont maintenant disponibles quotidiennement). On est donc déjà sur un rythme de plus de 350000 injections par semaine.

    Et le cumul au 13 janvier approche les 250000, alors que moins de 30000 résidents d'EHPAD ont reçu leur première dose.

    Cela voudrait dire que plus de 200000 professionnels de santé se sont déjà fait vacciner alors que seuls ceux de plus de 50 ans ou souffrant de comorbidités étaient censés faire partie des personnes prioritaires de la première phase de la campagne, avant son élargissement à toute la population, commençant par les plus de 75 ans à partir du 18 janvier.
    En soi c'est un succès(*). Mais les conséquences arrivent vite : en Ile de France (où 50000 personnes ont reçu leur première injection et où une deuxième dose doit leur être injectée fin janvier ou début février),
    Sur ordre de l'agence régionale de santé, les hôpitaux vont devoir rediriger leurs stocks de vaccins vers les centres de ville qui commencent, lundi, les injections sur les plus de 75 ans.
    et évidemment ça gueule :
    «C’est une honte de mettre en concurrence les soignants, qui sont en première ligne, ultra-exposés, et les personnes âgées fragiles, s’emporte le professeur Gilles Pialoux, infectiologue à l’hôpital Tenon, à Paris. La France n’a pas réellement de plan vaccinal, elle a seulement un plan de gestion de la pénurie des doses !»
    Faudrait que même les grands professeurs prennent conscience que le nombre de doses que les labos sont capables de livrer mensuellement n'est pas illimité, et que c'est entre autre pour garantir que tous les pays soient servis équitablement, plutôt que de les laisser jouer au jeu de qui paye le plus est servi en premier, que c'est au niveau de l'UE que les commandes de vaccins sont gérées.
    L'UE avait précommandé 2 milliards de doses de vaccins sans connaître encore leurs dates de disponibilité. Depuis, des commandes de 500 millions et 160 millions ont été passées à Pfizer et Moderna, les deux seuls labos dont le vaccin a été autorisé pour le moment. Si le calendrier de livraison est ce qu'il est (cf. message #3 pour la France), ce n'est que parce que les industriels ne peuvent pas augmenter du jour au lendemain leur capacité de production.
    Ce n'est que l'autorisation éventuelle du vaccin AstraZeneca fin janvier qui permettra d'augmenter significativement le rythme de la campagne de vaccination à partir de février. Mais d'ici-là, il faut garantir que toutes les personnes qui auront reçu une première dose des vaccins Pfizer ou Moderna puissent recevoir la deuxième 3 à 4 semaines après.

    (*) Peut-être ce succès n'avait-il pas été assez anticipé. Ou plutôt il l'avait été dans le planning initial de la campagne de vaccination : vu le nombre de professionnels de santé en France (près de 1,2 million), et leur pyramide des âges (en particulier celle des 230000 médecins, dont l'âge moyen est supérieur à 51 ans), il doit y en avoir 300000 à 400000 parmi eux à qui la vaccination est ouverte depuis début janvier, en plus du million de résidents et personnels des EHPAD. Au total, ça faisait déjà potentiellement 1,3 million de personnes à vacciner, soit la totalité des doses disponibles avant fin janvier.
    L'ouverture anticipée de la vaccination aux plus de 75 ans (5,6 millions en plus des 600000 résidents d'EHPAD déjà comptés) nécessite effectivement d'aménager le planning de la campagne, et il aurait fallu le dire clairement (à moins de faire le pari douteux qu'à peine la moitié des personnes concernées souhaiterait se faire vacciner).
    Mais ceux qui trouvent que c'est "une honte de mettre en concurrence les soignants (…) et les personnes âgées fragiles" sont sans-doute les mêmes qui auraient trouvé scandaleux qu'on ne propose pas le vaccin dès janvier aux personnes les plus fragiles.

  27. #22
    agitateur

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par yves95210 Voir le message
    Cela voudrait dire que plus de 200000 professionnels de santé se sont déjà fait vacciner alors que seuls ceux de plus de 50 ans ou souffrant de comorbidités étaient censés faire partie des personnes prioritaires de la première phase de la campagne, avant son élargissement à toute la population, commençant par les plus de 75 ans à partir du 18 janvier.
    En soi c'est un succès(*). Mais les conséquences arrivent vite : en Ile de France (où 50000 personnes ont reçu leur première injection et où une deuxième dose doit leur être injectée fin janvier ou début février),
    Je ne devrais pas extrapoler de stats qui n'en sont pas à partir de cas perso, mais j'ai la vague impression que la défiance vaccinale est très forte sur le personnel ( au moins celle de la pop générale et en fait supérieure ) chez certaines catégorie de "soignants". Mouvement anti vax populaire en aide soignante, et pas sans portée chez les infirmières. Faut passer aux toubibs pour que l'acceptation grimpe sérieusement.
    Dans un mois, le personnel de santé qui l'accepte aura eu ses 2 doses, on pourra passer au reste de la population.
    Mais d'ici qq jours, on risque de prioriser les profs aussi ( enfin, ceux qui le veulent ).

  28. #23
    yves95210

    Re : bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par agitateur Voir le message
    Je ne devrais pas extrapoler de stats qui n'en sont pas à partir de cas perso, mais j'ai la vague impression que la défiance vaccinale est très forte sur le personnel ( au moins celle de la pop générale et en fait supérieure ) chez certaines catégorie de "soignants". Mouvement anti vax populaire en aide soignante, et pas sans portée chez les infirmières. Faut passer aux toubibs pour que l'acceptation grimpe sérieusement.
    Faut dire que les plus de 50 ans et surtout les plus de 60 ans sont sur-représentés parmi les médecins (près de 60% de >50 ans, alors que dans la population active française il n'y en a que 25%). Il n'y a pas que leur métier et leurs connaissances scientifiques pour favoriser l'acceptation du vaccin...

    Dans un mois, le personnel de santé qui l'accepte aura eu ses 2 doses, on pourra passer au reste de la population.
    Mais d'ici qq jours, on risque de prioriser les profs aussi ( enfin, ceux qui le veulent ).
    A force de prioriser tout le monde et d'anticiper des étapes du calendrier de la campagne chaque fois qu'une catégorie de la population le demande (pourquoi pas les caissières et vendeurs de supermarché, par exemple), c'est sûr qu'on va rapidement manquer de doses de vaccins…
    Il y avait un critère objectif : non pas le niveau de risque d'exposition au (ou de transmission du) virus, sauf quand il est particulièrement élevé (soignants en contact avec des patients Covid, personnel des EHPAD), mais le niveau de risque de forme grave et de décès.

    Dans quelques jours la vaccination sera déjà ouverte à plus de 8 millions de personnes (hier le gouvernement a ajouté à la liste les personnes <75 ans "présentant des pathologies à haut risque", soit +800000) alors que jusqu'à début mars la France ne disposera de doses que pour garantir 2 injections à 3 millions de personnes, ou 5,5 millions si le vaccin AZ est autorisé fin janvier et le nombre de doses prévu livré en février.

    Dans la deuxième hypothèse, ça passe à condition de compter que moins de 70% de ces personnes souhaiteront se faire vacciner malgré leur niveau de risque.
    Mais d'une part c'est déjà faire deux paris (disponibilité du vaccin AZ et taux d'acceptation limité), voire trois (aujourd'hui par rapport aux vaccins Pfizer et Moderna, on a encore moins de données garantissant une bonne efficacité du vaccin AZ chez les personnes âgées; et on ne sait même pas encore quel dosage produit les meilleurs résultats chez les plus de 55 ans; cela aurait donc eu du sens de ne commencer à l'utiliser que dans la phase 3 de la campagne, quitte à étaler les phases 1 et 2 dans le temps en parallèle avec le début de la phase 3).
    D'autre part il ne faudrait pas que tous les candidats à la vaccination cherchent à prendre rendez-vous dès la première semaine (comme ça a visiblement été le cas chez les soignants concernés), sinon beaucoup devront attendre 1 mois pour la première injection et ça risque de faire un paquet de déçus, et d'alimenter encore la campagne de dénigrement de la stratégie de vaccination.

  29. #24
    polo974

    Re : Bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Pour info, la vaccination commence tout juste aujourd'hui à la Réunion...

    Bon, c'est vrai qu'ici, on est encore assez à l'abri, mais à trop attendre, ça pourrait très bien flamber sans qu'on ait le temps de se retourner, en plus l'Afrique du Sud n'est pas loin de chez nous (pure spéculation avec un truc qui se balade planqué pendant 2 semaines avant de pointer le bout du nez)...

    Bref, ouvrir le droit à vaccination à une population plus large est quand même un bon plan dès lors qu'il permet d'utiliser le stock de vaccin disponible. Il est à mes yeux plus acceptable qu'on soit en manque de vaccin pour plusieurs catégories ouvertes qu'en situation de non diffusion du vaccin, parce que les catégories ouvertes ne sont pas en capacité "d'absorber" le stock.

    Il faut un animal à sang froid pour prendre les décisions optimales dans la globalité (oui, mais comment pondérer un retraité vs un infirmier (caricature inside))...
    Jusqu'ici tout va bien...

  30. Publicité
  31. #25
    yves95210

    Re : Bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par polo974 Voir le message
    Bref, ouvrir le droit à vaccination à une population plus large est quand même un bon plan dès lors qu'il permet d'utiliser le stock de vaccin disponible. Il est à mes yeux plus acceptable qu'on soit en manque de vaccin pour plusieurs catégories ouvertes qu'en situation de non diffusion du vaccin, parce que les catégories ouvertes ne sont pas en capacité "d'absorber" le stock.
    A condition de le dire clairement : pas la peine d'annoncer qu'on ouvre à 6 millions de personnes supplémentaires si c'est pour leur dire une semaine plus tard que la plupart d'entre elles vont devoir attendre un mois ou deux.

    Testé ce matin (pour ma belle-mère, 84 ans et plusieurs "comorbidités") : plus possible de prendre rendez-vous en ligne dans les centres de vaccination du coin alors qu'hier soir tous affichaient des disponibilités. Seule solution, téléphoner (et je n'ose pas imaginer la file d'attente) : je suppose qu'ils ont commencé à filtrer pour vacciner en priorité les plus vulnérables parmi les plus vulnérables; et le système de prise de rdv en ligne ne permet pas de renseigner de critères autres que >75 ans (heureusement d'ailleurs, je ne me verrais pas remplir un questionnaire médical sur le site de doctolib ou de keldoc; et ça serait de toute façon invérifiable par le système. Il aurait mieux valu un site géré par l'Assurance-Maladie, mais pour ça il aurait fallu anticiper ça depuis plusieurs mois, pour le développer et le tester).

    Dans ce cas il aurait mieux valu l'annoncer clairement dès le départ, en disant par exemple que seuls plus de 80 ans avec comorbidité pourraient recevoir leur première dose dès janvier (et la deuxième dans la 2e quinzaine de février) : ça doit déjà faire 2 millions de personnes en plus des 600000 résidents en EHPAD, du personnel des EHPAD et des soignants "à risque". De quoi consommer toutes les doses qui seront livrées jusqu'à fin février (hors bonne nouvelle concernant le vaccin AZ).

    Accessoirement ça veut dire que les autres > 75 ans vaccinés en février n'auraient droit qu'au vaccin AZ, à l'efficacité moindre selon les résultats des essais.

    Il faut un animal à sang froid pour prendre les décisions optimales dans la globalité (oui, mais comment pondérer un retraité vs un infirmier (caricature inside))...
    C'est sûr que c'est plus facile à dire dans une discussion sur un forum, aussi "scientifique" soit-il...
    En revanche, une fois les décisions prises, c'est la communication et l'organisation qui devraient être optimales. Et là il me semble qu'elles en sont loin.

  32. #26
    JPL
    Responsable des forums

    Re : Bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Chez moi le CHU a ouvert hier son site de rendez-vous de vaccination pour les personnes âgées et j’ai un RV pour la semaine prochaine. Mais je m’y suis pris dès le matin de l’ouverture. Actuellement je ne sais pas quelle sont les cases disponibles.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  33. #27
    yves25
    Modérateur

    Re : Bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Rendez vous lundi mais j'attends lundi soir pour être bien sûr d'être vacciné ..des fois qu'il n'y aurait pas de vaccin ou n'importe quoi d'autre
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  34. #28
    yves95210

    Re : Bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Je viens de réessayer. La prise de rendez-vous en ligne avait l'air de nouveau accessible dans le centre le plus proche, mais le temps de saisir les infos, le créneau sélectionné (le premier dispo : le 4 février) n'était plus dispo. Puis le suivant non plus, etc. Au bout de 3 tentatives j'ai de nouveau eu droit au message indiquant qu'il n'y a pas de créneaux dispos pour la réservation en ligne et donnant un numéro de tél à appeler (qui est évidemment saturé, avec un message enregistré invitant à rappeler "dans quelques minutes"). Bref c'est pas gagné...

    Entre-temps j'ai appris que le médecin traitant de mon épouse (et de ma belle-mère) a été vacciné. Pourtant il ne fait pas partie des professionnels de santé de plus de 50 ans ou avec comorbidités… Et c'est loin d'être un cas isolé, j'en ai entendu un s'en vanter dans une interview à la télé.
    J'ai l'impression que les hôpitaux (au moins certains d'entre eux) ont fait ce qu'ils voulaient des stocks de vaccins qu'ils avaient reçus sans tenir compte des directives des ARS. Pas étonnant qu'il y ait eu 250000 professionnels de santé vaccinés en 8 jours et qu'il n'y ait plus assez de doses en Ile de France pour démarrer la vaccination des plus de 75 ans dans de bonnes conditions (surtout en tenant compte des doses réservées au EHPAD).
    Après, je comprends les médecins de vouloir se faire vacciner dès qu'ils en ont l'occasion, mais ça va vite tourner à la foire d'empoigne. Mais bon, on est en France…

  35. #29
    yves25
    Modérateur

    Re : Bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    As tu essayé un autre centre ?
    Moi, c'est ce que j'ai fait.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  36. #30
    FabiFlam

    Re : Bénéfices attendus de la campagne de vaccination

    Citation Envoyé par yves95210 Voir le message
    Après, je comprends les médecins de vouloir se faire vacciner dès qu'ils en ont l'occasion, mais ça va vite tourner à la foire d'empoigne. Mais bon, on est en France…
    Surtout que on aura besoin de médecins en bonne santé ... mais de toute façon je ne sais pas comment c'est organisé tout ça et mieux vaut vacciner le premier soignant venu que de perdre les doses ...

    J'ai vu une information sur une commune qui a mis en place la logistique pour vacciner 300 personnes de plus de 75 ans par semaine de façon à protéger cette population dans un temps raisonnable. Entretemps, ils ont appris que malgré leurs demandes, l'ARS ne leur avait réservé que 90 doses de vaccin par semaine ! A ce rythme il leur fallait plus de un an pour vacciner ces personnes et le coût de la logistique surdimensionnée en plus, bref ...

    Et croisent les doigts pour que les seringues appropriées arrivent en même temps ... et que le personnel nécessaire soit encore disponible ...

    Bref, pourquoi tout semble si compliqué ?

    FabiFlam

Page 1 sur 7 12 3 4 5 6 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Actu - Covid-19 : toutes les questions sur la future campagne de vaccination
    Par RSSBot dans le forum Covid-19, SARS-CoV2 : actualités et discussions
    Réponses: 0
    Dernier message: 27/11/2020, 15h10
  2. Actu - Covid-19 : toutes les questions sur la future campagne de vaccination
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 27/11/2020, 15h10
  3. Actualité - Grippe saisonnière : coup d'envoi à la campagne de vaccination
    Par V5bot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 22
    Dernier message: 29/10/2014, 00h21
  4. Actu - Fièvre jaune : vaste campagne de vaccination en Éthiopie
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/06/2013, 16h40
  5. Actu - Grippe A : la campagne de vaccination a commencé en France
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 7
    Dernier message: 21/10/2009, 11h13