Page 1 sur 6 12 3 4 5 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 164

Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?



  1. #1
    Pierre de Québec

    Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?


    ------

    J'ai vu un reportage à l'émission Découverte de Radio-Canada (émission du dimanche 22 janvier 2006) dans laquelle il était question des recherches du chercheur Floyd Romesberg.

    Ce dernier a créer en laboratoire une nouvelle base (une cinquième) qui "fit" dans l'ADN. Il a réussi en laboratoire à prouver que cet ADN se répliquait. Prochaine étape : implanter cet ADN dans une cellule. Cela est résumé un peu vite l'affaire mais c'est suffisant pour poser la question éthique. Est-il acceptable de courrir un risque en créant sur terre une forme de vie proche de la notre ?

    Le chercheur a avancé comme argument "garde fou" : ils n'auront qu'à me dire d'arrêter". Bref, quant à lui, il ne s'arrêtera pas.

    Le site de Découverte

    -----
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  2. Publicité
  3. #2
    Dolphinissimus

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    PLutôt que de parler d'éthique, il conviendrait davantage d'évoquer le fameux principe de précaution
    (quoique je me méfie beaucoup de cette notion, à laquelle on peut faire dire à peu près n'importe quoi)

    En effet, je suis convaincu que la nouvelle forme de vie (si cela se concrétise, et si elle douée de conscience) trouvera très éthique le fait d'avoir été créée.
    Les (éventuels) problèmes ne concernent que l'ancienne forme de vie à 4 bases.

    En arrière-plan, également, figurent le mythe de Frankenstein, le thème de la punition divine qui frapperont ceux qui veulent se prendre pour Dieu...

  4. #3
    Rhedae

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Salut ,

    Question fort interessante . Je crois que c'est dans la nature de l'homme d'echapper au determinisme de la nature , parce que c'est dans sa nature d'etre libre .Il a des jambes pour se deplacer , mais utilise des avions pour voler (pourquoi pas des ailes biologiques) . Il n'est pas telepathe, il invente le telephone, internet etc, :est ce ethique ? On pressent bien que la nature ne suffit pas a l'homme , puisqu'il s'equipe d'outil qui prolongent ses sens et ses attributs, qu'il echappe en quelque sorte au "determinisme naturel" , a sa condition animale . C'est sa nature d'etre imaginatif, de "demonter" la nature pour la comprendre et l'exploiter , voir la maitriser. On est toujours dans cette dualité esprit matiere et ce rapport reciproque . C'est en fait affaire d'harmonie pas de morale au sens stricte .

    Moi je reve que l'homme creait un humanoide ailé ...avec le temps et les progres de la genetique tout deviendra possible ...peut etre un jour voir des anges polyglotes voler au dessus de nos tetes paradant (gros fun attitude) ne sera plus un reve , mais une realité de la marche de la science , et notre espece disparaitra peut etre a leur depend . Est ce moral ou pas , il n'est pas imoral d'evoluer en tout cas . Si la genetique nous permet d'evoluer plus vite , etre mieu adapté a notre environnement , on s'en privera certainement pas si on prend du recul sur cet aspect moral des choses .
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  5. #4
    actae

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Adapté à notre environnement !
    A quel environnement ? Celui dans lequel tu vis, et je vis -où que tu sois dans le monde, et où que je sois moi-même, à 99%, et où que soient tous ceux qui liront ce thread ?
    Nous vivons, humains, dans un environnement humanoïde que nous, en tant qu'humains, avons fabriqué nous-mêmes. Ce n'est pas l'espèce humaine qui s'adapte à son environnement, c'est l'environnement qu'elle adapte à elle-même (au passage, l'une des multiples raisons pour lesquelles parler de théorie de l'évolution en ce qui concerne l'espèce humaine est quand même une sacrée faribole).

    A part cela, merci Pierre pour ce sujet. Et merci de le poser exactement en ces termes. Car ce qui me frappe, personnellement, et comme d'habitude, c'est l'irresponsabilité totalement assumée -et du coup presque cynique- du monsieur : "Ils n'auront qu'à me dire d'arrêter."
    C'est quand même extraordinaire, cette manière qu'ont certains chercheurs -nombreux, hélas !- de se présenter comme fondamentalement irresponsables. Comment dès lors peut-il être vraiment question d'éthique, par exemple avec un type pareil ?

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Poser le problème en terme de la morale est judicieux. Cela ma ramener sur cet article de Sylvain Lavelle, philosophe, publié dans la revue Éthica et dont je donne la référence ici. Lavelle pose le problème de l'accès à une certitude morale dans un projet scientifique. Lavelle propose le concept de la refusabilité éthique dans la science expérimentale. Une technique appliquée en recherche est morale si elle est refusable et que les conditions de sa refusabilités sont établis (c'est résumé ...). Par ailleurs, la science théorique étant exclu du champ morale - l'acquisition de connaissance n'étant pas en soi immorale - seules les pratiques techniques de la science expérimentale sont susceptibles d'être refusées.

    Donc, le cas du projet du chercheur Romesberg est-il refusable et si oui, à quelles conditions ?

    Perso, je répondrais oui. Pour les conditions, je ne suis pas assez connaissant sur le sujet de la recherche mais il me semble qu'une condition de confinnement serait sans doute centrale à la refusabilité du projet.
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  8. #6
    actae

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par Pierre de Québec
    Poser le problème en terme de la morale est judicieux.
    Ben c'est-à-dire que c'est cela, l'éthique, Pierre Je sais bien que ce n'est pas une approche très courante au sein de la communauté scientifique et c'est justement là qu'est tout le problème. Qu'est-ce que, moi, en tant que scientifique, j'ai le droit de faire et de ne pas faire ? "Droit", non pas seulement en termes légaux et judiciaires, mais bien en termes de responsabilité, personnelle et morale.

    Tout simplement parce qu'on ne peut pas considérer qu'il n'y a pas de conséquences à une découverte scientifique. Au contraire, les conséquences sont souvent importantes. Elles peuvent être certes positives, et elles le sont souvent bien entendu, mais faire comme si toutes les conséquences de la science n'étaient que positives, c'est adopter un discours idéologique au sens propre, c'est-à-dire qui ne prend pas en compte le réel.

    En ce qui me concerne, je pense qu'un scientifique est le mieux à même de décider lui-même si son travail est susceptible d'avoir des conséquences importantes sur des plans autres que le plan scientifique. Un scientifique est un homme, comme un autre, et il a un sens moral et éthique, comme un autre. Et s'il ne l'a pas, ou s'il revendique ne pas en avoir un, cela me semble poser un très grave problème de société. Parce que cela serait bien la seule profession dont on admettrait qu'elle est dédouanée de toute responsabilité civile et personnelle. Alors que c'est une activité qui, justement, engage potentiellement des conséquences importantes pour le reste de la société.

    Personnellement, je pense que c'est ainsi qu'il faut envisager le problème. Je constate chaque jour qu'il existe une incroyable déresponsabilisation au sein de la communauté scientifique -c'est un constat qui n'engage que moi. Et qui est favorisée par le fait que chacun travaille sur des sujets complexes et pointus, sur lesquels il est difficile de se faire une opinion tranchée lorsqu'on ne fait pas partie du petit nombre qui travaille dans le domaine. A fortiori encore moins lorsqu'on est politique ou simple citoyen.
    Quand un chercheur dit donc qu'il compte sur la "société civile" ou "les autres" pour qu'on juge éthiquement son travail :
    1. Il sait parfaitement que ce faisant, il se donne lui-même un blanc-seing
    2. Il fait comme si lui-même n'était pas un citoyen, voire même un simple homme raisonnable et responsable.

    Par conséquent, je ne pense pas que réfléchir à pourquoi tel projet devrait être arrêté, etc. est une bonne solution. Pardon, je veux dire qu'on peut le faire au cours d'un débat comme celui-ci, bien entendu. Mais à un autre niveau, ce me semble assez futile. Et à l'extrème, et à terme, la logique de la chose pourrait nous mener simplement vers une juridicisation de l'activité scientifique.

    Je crois qu'il faut plutôt mettre l'accent, pour l'instant, sur la nécessité pour la communauté des chercheurs de réaliser qu'en tant que scientifique, ils ne sont pas plus exempts de responsabilité civile et morale qu'un citoyen lambda.

    Bref, il faut faire entrer un peu plus l'éthique dans les labos. Et il y a du boulot !

  9. Publicité
  10. #7
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par actae
    En ce qui me concerne, je pense qu'un scientifique est le mieux à même de décider lui-même si son travail est susceptible d'avoir des conséquences importantes sur des plans autres que le plan scientifique.
    Oui, mais encore là il y a sans doute des limites à ce qu'un chercheur peut anticiper comme conséquences. D'où la nécessité d'encadrer la recherche par des mécanismes externes au chercheur ou à l'équipe de recherche.

    Lavelle (eh oui, encore lui) propose une approche qui permettrait au chercheur de s'interroger sérieusement sur les motivations et les conséquences (tant positives que négatives) de son travail et d'en tirer des conclusions sur la moralité (face au monde) et l'éthique (face à lui-même).

    Et puis, il me semble raisonnable de distinguer la recherche pure, théorique de la recherche appliquée. La première n'étant pas susceptible d'immoralité, la seconde oui !

    Citation Envoyé par actae
    Un scientifique est un homme, comme un autre, et il a un sens moral et éthique, comme un autre.
    Oui, mais encore ici la formation scientifique doit inclure des notions d'éthiques. Les laboratoires doivent aussi être encadrés de manière à y promouvoir une éthique (là, on pourra même parler de déontologie dans le cadre d'une profession) et relayer les balises morales de la société. Si je parle d'encadrement, ce n'est pas totalement innocent. L'encadrement implique la notion de responsabilité qui elle-même implique que quelqu'un doit répondre des faits et gestes des chercheurs. Enfin, c'est un peu théorique pour moi puisque je ne suis pas chercheur et que je n'ai pas à travailler dans un laboratoire de recherche.

    Citation Envoyé par actae
    Et s'il ne l'a pas, ou s'il revendique ne pas en avoir un, cela me semble poser un très grave problème de société. Parce que cela serait bien la seule profession dont on admettrait qu'elle est dédouanée de toute responsabilité civile et personnelle.
    Le professeur Romesberg pose le problème en terme claire : Moi je pense qu'il n'y a pas de problème. Quelqu'un en voit-il un ?

    Je vais peut-être un peu trop loin car il est fort possible qu'un quelconque comité d'éthique se soit pencher sur les recherches du professeur Romesberg pour en valider la moralité.

    Au sujet de la judiciarisation de l'actitivité scientifique, c'est une hypothèse peu plausible. Les délais et les coûts qui en découleraient seraient très néfaste sur la recherche scientifique en générale. Il faut pas oublier qu'un juge s'appuiera sur le témoignage d'experts i.e. d'autres chercheurs en la matières. Je pense que cet aspect de la problématique judiciaire a déjà été anticipé et que le mode autorégulatoire de la recherche scientifique est la solution acceptée et effectivement implantée. Le judiciaire étant ici à la traîne du politique qui lui à la responsabilité de poser les balises morales de la recherche.
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  11. #8
    Mumyo

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Franchement je viens de lire un article sur une discipline émergente qui s'appelle "Biologie de synthése" où les chercheurs reprogramment des bactéries comme on programme un PC...Ils font "mumuse" avec des bactéries, reprogramment des virus, etc, etc...en priant pour qu'il n'y ai pas de Bugs...
    Des bactéries qui changent de couleur par exemple pour fabriquer des écrans...Où est l'éthique ? Quelle blague....!
    Franchement tout cela me fait froid dans le dos.. ..Sincèrement parce que les garde fous..il n'y en a pas...Il y a juste un bon business...Voilà où en est l'éthique....C'est pire que Frankenstein...! Car cela met tout le monde en danger ! ha mon avis ce qui est en train de se faire dans notre dos...c'est potentiellement pire que Tchernobyl !
    Dernière modification par Mumyo ; 09/03/2006 à 19h42.

  12. #9
    Guillmot

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Hello

    Je pense que tu fais référence à la revue S&A ! J'ai lu quelques articles de ce dossier; qui n'est pas d'une très bonne facture; trop polémique, parfois mal renseignés (j'ai tout particulièrement aimé l'article sur le génome minimal, dont le journaliste attend des résultats de futures expériences ... Publiés en 1995 entre autres !), cherchant le gros titre apparemment. Dommage car le sujet est très intéressant.

    GuiL
    Compte à supprimer

  13. #10
    invite765732342432
    Invité

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par Pierre de Québec
    Oui, mais encore ici la formation scientifique doit inclure des notions d'éthiques. Les laboratoires doivent aussi être encadrés de manière à y promouvoir une éthique (là, on pourra même parler de déontologie dans le cadre d'une profession) et relayer les balises morales de la société. Si je parle d'encadrement, ce n'est pas totalement innocent. L'encadrement implique la notion de responsabilité qui elle-même implique que quelqu'un doit répondre des faits et gestes des chercheurs. Enfin, c'est un peu théorique pour moi puisque je ne suis pas chercheur et que je n'ai pas à travailler dans un laboratoire de recherche.
    Euh... je vais peut-être dire une bétise et faire un parallèle sans valeur... Mais bon, je me lance quand même.
    Pierre, en lisant ton post, je suis onvaincu que ton opinion part d'un bon sentiment: celui d'éviter les découvertes "dangereuses" (éthiquement, physiquement, ...) et ainsi protéger l'humain.

    Hélas, la méthode me semble terriblement contestable et même assez peu éthique.
    Je m'explique: Encadrer la recherche, dans une société démocratique idéale, celà ne pose pas de problème. Mais peu mener également, comme on l'a déjà vu par le passé à une époque où l'obscurantisme régnait en maître, tout simplement parce que les gens qui décidaient de l'éthique étaient à la recherche de pouvoir.
    Alors, nos sociétés démocratiques sont(elles suffisemment "idéales" pour ne pas tomber dans des excès désastreux ?
    ET bien, à voir l'actualité, je dirai non...
    - USA: nouvelle loi anti-avortement dans un état, même dans des cas extrèmes (sauf danger pour la mère)
    - France: projet de loi DADVSI. L'objectif de base est louable: protéger les artistes et la création artistique. Le résultat: flicage de la vie privée, intéropérabilité menacé, business des grosses industries de la musique sauvegardé et protégé, diversité musicale non améliorée...

    Un encadrement trop strict de la recherche, avec des règles floues (désolé, mais je n'arrive pas à voir une éthique qui ne soit pas, au moins en partie, flexible), m'inquiéte plus que des savants fous... du moins tant que notre société sera autant asservie à la recherche de pouvoir.
    Dernier point: la recherche ne sera jamais encadrée uniformément à l'échelle planétaire. Ce qu'un comité d'éthique interdira, un autre l'autorisera... Cf recherche sur les embryons...

  14. #11
    actae

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Mais encore une fois, pourquoi "interdire" ? L'interdiction, la réglementation, ce n'est pas l'éthique. Oui, c'est comme cela que cela fonctionne aujourd'hui -c'est comme cela que ça fonctionne déjà, Faith. En simplifiant : Des comités d'éthique rendent leur avis au gouvernement qui statue, tranche, arbitre entre les budgets, etc.
    Mais ce n'est pas cela, l'éthique. Parce que, qu'on adopte un "laisser faire", qui s'appuie sur une attitude naïvement positiviste du type : "Bah, de toutes façons, la science ne produit que des bonnes choses alors il n'y a pas à s'inquiéter", ou qu'au contraire, on parle de réglementer, légiférer, encadrer, surveiller, dans les deux cas, on part du principe que les scientifiques eux-mêmes ne sont pas en mesure d'être responsables de ce qu'ils font.
    Pourquoi ? Pourquoi partir de ce principe ? Est-ce qu'on part du même principe lorsqu'on évoque un pompier, un chef d'entreprise, un cuisinier, n'importe quelle autre profession ? Est-ce la bonne vieille image du scientifique à la barbe blanche, perdu dans ses fioles, effroyablement distrait et qui n'a plus toute sa tête, qui perdure, envers et contre tout ?

    Réglementer, et bien cela vient ensuite, si vraiment il est impossible de faire appel à la raison. Mais je ne crois pas que, dans ce cas, on ira vers une législation a priori, mais plutôt a posteriori, je veux dire vers la détermination d'une responsabilité juridique des scientifiques. Ce qui me fait dire cela est que, aujourd'hui, les médecins, les chirurgiens, sont attaquables au pénal en cas d'erreur de diagnostic ou en cours d'intervention. Or, c'est quelque chose de très nouveau, qui était, je ne crois pas dire de bêtises, totalement impensable il y a seulement 20 ans.
    Il sera sans doute plus difficile de déterminer la responsabilité pénale d'un chercheur, mais je pense que cela n'est pas impossible.

  15. #12
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Bonjour Faith,

    Mon avis se fonde sur un fonctionnement en société qui colle à notre réalité. Ce n'est pas qu'une question de bon sentiment quoique que là où il y a de la bonté, il y a de l'éthique

    Citation Envoyé par Faith
    Hélas, la méthode me semble terriblement contestable et même assez peu éthique.
    Sans doute que tu parle de l'encadrement des chercheurs par un comité d'éthique. Ton énoncé me semble contradictoire. Les dérives d'un comité d'éthique sont du domaine du possible. Mais, il faut bien faire confiance à des personnes qui ne sont pas "nous" nécessairement.

    Citation Envoyé par Faith
    Encadrer la recherche, dans une société démocratique idéale, celà ne pose pas de problème. Mais peu mener également, comme on l'a déjà vu par le passé à une époque où l'obscurantisme régnait en maître, tout simplement parce que les gens qui décidaient de l'éthique étaient à la recherche de pouvoir.
    Et cela existe encore de nos jours. Le cas du Pr Hwang est représentatif de l'autre extrême : un chercheur qui berne tout le monde ! Le pouvoir politique dans une démocratie est une représentation grossière de la morale de l'époque. Je dis grossière car le pouvoir politique n'est que rarement l'expression claire d'une majorité claire (50% + 1) et que les groupes de pressions se mettent vite à l'ouvrage au lendemain d'une élection pour faire leur lobbying. Dans ce contexte, le comité d'éthique ne devient-il par alors le lieu de rencontre et de discussion entre ce pouvoir politique et le pouvoir du monde de la recherche ?

    Citation Envoyé par Faith
    - USA: nouvelle loi anti-avortement dans un état, même dans des cas extrèmes (sauf danger pour la mère)
    Bien, je répète : Le pouvoir politique dans une démocratie est une représentation grossière de la morale de l'époque... et faut faire avec ! Pour ce qui est du projet de loi DADVSI, je préfère ne rien dire n'étant pas connaissant sur ce sujet.

    Citation Envoyé par Faith
    Un encadrement trop strict de la recherche
    Il faut voir l'encadrement comme un guide à la réflexion. Maintenant, si l'encadrement est rigide au point de "souffler" la réponse alors il faudrait parler de déontologie plutôt que d'éthique. Pour la savant fou, moi je remplacerait le mot fou par "menteur". Et puis, la folie dans la recherche est-elle un risque non nul ? Y a-t-il tant de possibilités offertes à un chercheur pour qu'il fasse une recherche dont les résultats seraient qualifiés de pure folie par ses pairs ?

    Citation Envoyé par faith
    Dernier point: la recherche ne sera jamais encadrée uniformément à l'échelle planétaire. Ce qu'un comité d'éthique interdira, un autre l'autorisera... Cf recherche sur les embryons...
    Là, on tombe dans la géopolitique


    Cordialement,

    Pierre de Québec
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  16. Publicité
  17. #13
    enclade

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Bonjour, suite aux nouveautés dans le domaine des bactéries totalement synthétiques je souhaiterai vous interrogé sur la polémique que cela entraîne et notamment éthique.

    Selon moi cela fait longtemps que la nature elle même voit apparaître de nouvelles formes de vie, c'est l'évolution. L'homme y a contribué en parti ( chiens, vache normandes ... ) même s'il s'agissait de méthodes plus "naturelles" qu'aujourd'hui. Et puis finalement n'est-ce pas aussi naturel puisque nous sommes une entité indissociable du système "Terre". Nous sommes nous même des OGMs naturels. Nous avons divergés génétiquement de nos ancètres bactéries, poissons, reptiles, mammifères ...
    Si la nature était une déesse nous pourrions parler de plan de celle-ci.
    Entant qu'élément naturel ce que nous faisons l'est aussi. Du moins c'est mon point de vu ou tout du moins dans nos actes involontaires. L'homme en chassant le Mammouth a participé à sa disparition; en même temps celui-ci n'était pas adapté à la nouvelle donnée naturelle qu'était l'homme.
    Alors pour ceux qui pense que l'homme doit revenir à l'âge des cavernes je leur dit plutôt de penser à liquider totalement toute l'espèce.

    D'ailleurs certaines espèces ont découvert l'intéret de l'homme. Certains loups sont devenu des chiens, les rats profitent de nos déchets. Certains rapaces ont perçu l'avantage de nos friches industrielles ou les rongueurs abondent. Il ne s'agit pas uniquement de la disparition de certains écosystèmes mais aussi de l'apparition de nouveau. Nos greniers sont des grottes artificielles pour les chauves-souris qui y échappent d'ailleurs mieux à leur prédateur qui ont peur de l'homme. "Pas bêtes, les bêtes." Avec l'apparition de super-prédateurs certaines espèces ont évolué ou disparu. Voulons nous vivre dans un musée zoologique ou sur une planète qui évolue en fonction des nouveaux facteurs environnementaux tels que la présence humaine ? Pour moi le seul problème est lorsque l'homme risque de détruire son existance même. Cela aucune autre espèce ne l'a volontairement fait.
    Le panda c'est joli alors créons des sanctuaires mais ne nions pas son inadaptation aux réalités environnementales, d'ailleurs par sa sur-dépendence à son environnement il est déjà en surcis. Il est vulnérables face à n'importe quelle modification naturelle de son environnement. En nous inpliquant trop ou en tentant d'empécher la nature d'opérer nous remettons en cause tous les mécanismes de l'évolution. Que recherchons-nous, le naturel ou l'immobilisme. Certains pensent : "Après l'homme plus aucune évolution n'est possible." C'est à la fois le cas en empéchant certaines espèces d'évoluer par manque de temps mais aussi et surtout en leur garantissant que le millieu sera toujours le même. Et puis un orque qui chasse un marsouin se préocupe t'il de la disparition de l'espèce ? Pourtant vu ses aptitudes et sa voracité il pourrait s'interroger.

    Alors de quoi s'agit-il ? Plutôt d'une peur du progrès vers l'inconnu. C'est cela qui selon moi fait dévier le principe de précaution vers le principe d'interdiction. "C'est nouveau donc c'est dangereux." Bien! Avec ce système de pensé l'homme n'aurait pas "domestiqué" le feu par crainte de se brûler ou de mettre le feu à son environnement. L'évolution humaine c'est faîte en transgressant l'angoisse de l'inconnu. Sommes-nous devenus tellement angoissés pour rester ainsi prostré face à notre propre évolution ? Et puis ce que nous détruisons nous sommes la seule espèce qui au moins partiellemment peut le reconstruire.

    Il me semble exister un principe d'angoisse irraisonnée. Lorsqu'on ne sait pas pourquoi tout de suite interdire ? Soyons plutôt raisonnables. OGMs d'accord mais en espace confinés le temps des tests, de même pour cette nouvelle découverte des bactéries synthétiques. Tant qu'on ne sait pas les dangers pourquoi tout le temps penser que les choses sont dangereuses ? Evitons juste les risques. C'est cela le principe de précaution. Enfermons les dans des laboratoires de haute sécurité comme Ebola. C'est en étudiant les virus qu'on peut les combattre ou alors il faut accepter de les subir sans rien faire. Nature! Nature!

    Là où la crainte peut-être justifiable c'est sur les risques de mauvais usages ou malveillants que peut en faire l'homme.

    Chez certains je trouve une cause plus viscérale et inconsiente à ce phénomène. L'homme étant capable de créer des copies de bactéries existantes à partir d'éléments chimiques simples ne risque t'il pas de supplanter un éventuel Dieu. Je rappelle pour les croyants que Dieu a toujours pu s'imiser pour expliquer l'inconnu. Ainsi certains savants ayant adopté la théorie du Big Bang ont la conviction que Dieu en est à l'origine. D'ailleurs même le hasard est déïfié chez certains. "C'est le hasard qui l'a voulu." Si dans cette phrase il ne s'agit pas de transformer le hasard en dieu alors qu'est-ce que c'est ? Je parle biensur de l'inconsient dans ce cas ( Freud ).
    Si l'homme est capable d'effectuer la Création par lui même à quoi sert alors d'avoir un dieu. L'homme a peur de la pensée Kubrickienne, l'homme s'il remontait le temps ne serait-il pas capable de se créer lui même ? Jaurès disait que "l'homme a vocation à s'inscrire à l'égide des étoiles". Comme l'élève doit surpasser le maître, l'homme a vocation à surpasser les dieux. Pourquoi se l'interdire même si cela est utopique ? Par contre il doit surveiller sa capacité destructrice.
    Face aux objections possibles je tiens à rappeler que l'homme est presque capable de recréer un Soleil en miniature ( centrale à fusion ).
    Je pense que cette inquiètude est assez prégnante. Si nous sommes Dieu alors comment expliquer l'inconnu ?

    Voilà c'est un peu long mais cela valait le coup d'être dit, du moins il me semble. En tout cas je suis fière pour l'espèce humaine de cette découverte si elle est avérée. Cela fait reculer un peu plus notre ignorance même si celle-ci est encore forte. Pour le passage sur l'inconsient je précise que je suis étudiant en psychologie même si ce n'est pas encore grand chose.

    Une dernière chose. J'ai vu ici et là des commentaires sur le fait que les labos privés ne devait pas s'occuper de ce genre de choses. Personnellement je pense que dans l'époque récente ils ont souvant été utiles. Rappellons pour cela que sans eux nous serions encore victimes de certaines maladies. Alors il faut cesser de toujours hurler et les critiquer avec raison. La recherche du profit ce n'est pas toujours le mal. Même l'Eglise est revenu sur les septs péchés capitaux alors cessons de nous bassiner avec.

    Alors les questions :
    Pour les habitants des pays anglo-saxons ( ou en parti ) pouvez vous m'indiquer plus pécisement qui prone le moratoire ( il y a "mort" dans ce mot ) et quels sont les lobbis qui les soutiennent.
    Pour tous, j'espère que se que j'ai écrit vous a interresser et espère vos commentaires, c'est toujours constructif et peut faire évolué les points de vue.

  18. #14
    wolring

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Bonjour, je ne comprend pas vraiment les problemes que la création d'une nouvelle forme de vie pourrait engendrer. Pourriez-vous m'éclairer?
    Cordialement
    Bria(t)(s)

  19. #15
    quetzal

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par Pierre de Québec Voir le message
    J'ai vu un reportage à l'émission Découverte de Radio-Canada (émission du dimanche 22 janvier 2006) dans laquelle il était question des recherches du chercheur Floyd Romesberg.

    Ce dernier a créer en laboratoire une nouvelle base (une cinquième) qui "fit" dans l'ADN. Il a réussi en laboratoire à prouver que cet ADN se répliquait. Prochaine étape : implanter cet ADN dans une cellule. Cela est résumé un peu vite l'affaire mais c'est suffisant pour poser la question éthique. Est-il acceptable de courrir un risque en créant sur terre une forme de vie proche de la notre ?

    Le chercheur a avancé comme argument "garde fou" : ils n'auront qu'à me dire d'arrêter". Bref, quant à lui, il ne s'arrêtera pas.

    Le site de Découverte
    a priori, ce n'est pas ethique, le vivant est le moyen par lequel l'homme tire sa propre existence, le fait de détruire ou de créer dans le plan trenscendant sa propre existence ne devrais permis a quiconque. pour la bonne et simple raison que l'on doit donner au génération future les donnée de base quand au fait naturel que celle qui n'ont permis de nous devellopper.

    par exemple, sur ce même point, changer le génome humain, et faire en sorte que ces modification soit transmissible, c'est intervenir dans un plan qui est supérieur en anture a notre propre être.

    l'on retrouve les même type d'interdit dans la pyramide des normes de kelsen en droit, la loi d'un niveau inférieur ne saurait avoir d'effet au niveau supérieur, de fait nul gouvernement ne saurait prendre de son chef des decision impliquant l'ensemble des autres nations(plan supérieur). et inversement, une loi du plan supérieure ne saurait-etre ignoré par un executif du plan inférieur.

    dans le plan biologique, l'homme est un vivant, il ne saurait donc pouvoir modifié les normes nécéssaire a sa propre existance décrite au plan supérieure, sans se mêttre lui-même en danger. par là, un homme ne saurait par lui-même mettre en danger l'enemble de l'humanité par sa simple volonté a modifier une partie des lois etant nécéssire puisque vitale pour tous.

    créer une nouvel être vivant, ce de fait créer une forme de vie concurente aux autres, c'est donc mettre en danger l'ensemble des vivants. l'homme y compris.

    l'on pourrais ausi dire que c'et introduire dansun ecosytème donné un possible prédateur étranger, ce qui en soi et vu les problèmes que pose ses prédateurs une interdiction simple de fait. (voir lapin et australie)

  20. #16
    organizedconfusedproject

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par quetzal Voir le message
    créer une nouvel être vivant, ce de fait créer une forme de vie concurente aux autres, c'est donc mettre en danger l'ensemble des vivants. l'homme y compris.
    il ne s'agit pas simplement de concurrence, mais aussi de coopération interespèces : il faut bien que ça mange.

    Mais ce n'est pas vraiment ce qui m'amène : j'ai pu apprendre qu'on avait re-synthétisé le génome d'une bactérie.
    Apparement on commence à s'orienter dans une voie type Blade Runner.
    Et je me posais une question bien triviale : serait il possible, dans le futur ca va de soi, de miniaturiser le vivant, comme dans la trilogie de bilal, où le héros est accompagné d'un micro-chat.
    J'entends par la non pas diminuer son nombre de céllules, ce qui serait un crime pour l'intelligence du chat, mais réduire la taille des cellules. Je sais qu'on peut faire pousser de gros végétaux avec l'acid gibérilliques, mais à quoi tient l'inverse ? C'est une quetion de génome ?

  21. #17
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par organizedconfusedproject Voir le message
    il ne s'agit pas simplement de concurrence, mais aussi de coopération interespèces : il faut bien que ça mange.

    Mais ce n'est pas vraiment ce qui m'amène : j'ai pu apprendre qu'on avait re-synthétisé le génome d'une bactérie.
    Apparement on commence à s'orienter dans une voie type Blade Runner.
    Et je me posais une question bien triviale : serait il possible, dans le futur ca va de soi, de miniaturiser le vivant, comme dans la trilogie de bilal, où le héros est accompagné d'un micro-chat.
    J'entends par la non pas diminuer son nombre de céllules, ce qui serait un crime pour l'intelligence du chat, mais réduire la taille des cellules. Je sais qu'on peut faire pousser de gros végétaux avec l'acid gibérilliques, mais à quoi tient l'inverse ? C'est une quetion de génome ?
    Votre intervention est un peu hors sujet. Vous devriez poser votre question dans le forum sur la biologie.
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  22. #18
    Ynohtna

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par Rhedae Voir le message
    Salut ,

    Question fort interessante . Je crois que c'est dans la nature de l'homme d'echapper au determinisme de la nature , parce que c'est dans sa nature d'etre libre .Il a des jambes pour se deplacer , mais utilise des avions pour voler (pourquoi pas des ailes biologiques) . Il n'est pas telepathe, il invente le telephone, internet etc, :est ce ethique ? On pressent bien que la nature ne suffit pas a l'homme , puisqu'il s'equipe d'outil qui prolongent ses sens et ses attributs, qu'il echappe en quelque sorte au "determinisme naturel" , a sa condition animale . C'est sa nature d'etre imaginatif, de "demonter" la nature pour la comprendre et l'exploiter , voir la maitriser. On est toujours dans cette dualité esprit matiere et ce rapport reciproque . C'est en fait affaire d'harmonie pas de morale au sens stricte .

    Moi je reve que l'homme creait un humanoide ailé ...avec le temps et les progres de la genetique tout deviendra possible ...peut etre un jour voir des anges polyglotes voler au dessus de nos tetes paradant (gros fun attitude) ne sera plus un reve , mais une realité de la marche de la science , et notre espece disparaitra peut etre a leur depend . Est ce moral ou pas , il n'est pas imoral d'evoluer en tout cas . Si la genetique nous permet d'evoluer plus vite , etre mieu adapté a notre environnement , on s'en privera certainement pas si on prend du recul sur cet aspect moral des choses .
    Bonjour,
    Ce que tu dis et vrai on rêverait tous de voir l'espèce humaine évoluer mais regarde à quoi nous à mener nôtre liberté, nous détruisons la planète à nôtre profit immediat mais non à long terme car cette attitude risque de nous coûter cher, bien que des gens fassent des efforts. Je trouve étrange de se demander si c'est juste ou non d'essayer de créer une autre espèce ou non alors que nous avons crée des OGM qui ne faisaient à l'origine pas partie de l'ecosystème. Créer une autre espèce intelligente dans un but coopératif nous serait plus que profitable car deux têtes valent mieux qu'une mais à la condition qu'elle ne fassent pas les mêmes erreurs que nous. Et puis créer une espèce intelligente est sans doute aussi dangereux que de créer une IA performantes car il faut se mettre à sa place, vous êtes un être crée par une espèce inférieur et mortel dans le cas des IA aurez vous envie de servir la cause de cette espèce ?

    Sûr ce j'attend les réponses avec impatience s'était mon premier message sûr ce forum, continuons de débattre.

  23. Publicité
  24. #19
    Rhedae

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Salut Ynohtna,

    Je pensais pas à une forme de vie plus plus intelligente, mais plutôt à une hybridation entre l'homme et l'oiseau (ou la chauve souris). Dans ce cas précis , j'imagine que l'avantage serait tellement important par rapport à des humanoïdes terrestres, qu'il pourrait y avoir une acceptation légitime de ces nouveaux modes de reproduction et une véritable adoration pour les sciences.

    j'ai volontairement évoqué un hybridation du génome humain, car c'est surtout cela qui causerai des idées très réfractaires. Mais dans un premier temps, on pourrait créer des oiseaux géants type ptérodactyle pour nous servir de véhicules plus respectueux de l'environnement. Arrivé à ce stade, la tentation ne serait-elle pas irrésistible de se modifier soi même ? Serait-ce si insupportable que cela de se dire que nous puissions être nos propres créateur, plutôt que de s'en remettre au hasard ?
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  25. #20
    Ynohtna

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Oui c'est vrai que tout cela serait attrayant mais encore une fois c'est du domaine de l'utopie pour le moment et je pense que la nature et tellement bien faite que si nous perturbons l'équilibre nous ne nous en relèverons pas.
    Par contre le savant fou dont parle Pierre est plutot comique car il ne se repose que sur les autres pour savoir si ce qu'il fait est responsable ou non.
    Dans ce sens pour moi se n'est pas éthique.
    "Je pense donc je suis" Descartes.

  26. #21
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par Ynohtna Voir le message
    je pense que la nature et tellement bien faite que si nous perturbons l'équilibre nous ne nous en relèverons pas.
    Dès qu'une expérience de labo est relâchée dans la nature, les aléas de la vrai vie commence ! Et s'ensuive les conséquences.. non prévues dans le laboratoire. Créer une forme de vie nouvelle, est-ce un processus qui aboutirait nécessairement en catastrophe? Je ne pense pas. Comme je ne pense pas que cela soit un interdit absolu en lien avec une quelconque éthique.


    Citation Envoyé par Rhedae Voir le message
    Je pensais pas à une forme de vie plus plus intelligente, mais plutôt à une hybridation entre l'homme et l'oiseau (ou la chauve souris). Dans ce cas précis , j'imagine que l'avantage serait tellement important par rapport à des humanoïdes terrestres, qu'il pourrait y avoir une acceptation légitime de ces nouveaux modes de reproduction et une véritable adoration pour les sciences.
    Pour l'adoration, cela sera sûrement marginale. L'homme est un animal "communautaire" et une des caractéristiques des communautés est de réagir par la crainte, la peur à tout ce qui est hors de la communauté. Moi, lorsque je vais au club vidéo, je trouve Frankeistein classé dans les films d'horreurs, pas dans les films d'amour et de romance...

    j'ai volontairement évoqué un hybridation du génome humain, car c'est surtout cela qui causerai des idées très réfractaires. Mais dans un premier temps, on pourrait créer des oiseaux géants type ptérodactyle pour nous servir de véhicules plus respectueux de l'environnement.
    Ouais, bien moi comme piéton, j'ai pas envie de recevoir sur la tronche une bouse de ptérodactyle à l'heure de pointe
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  27. #22
    Dark Pearl

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Bonjour,

    Alors, là, je dois avouer, je suis archi-contre. Pourquoi? Tout simplement parce que tout ce qui est contre-nature à une très nette tendance à se retourner contre l'homme. Là, d'après ce que je comprend, on veut manipuler l'ADN pour créer une espèce de mutant...
    Et ces ptérodactyles, de quoi se nourriraient-ils? Je n'ai pas envie de finir dans l'estomac d'une bestiole enragée... %)

  28. #23
    pinouf

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Bonjour,

    Je me suis inscrit juste en réponse au message d'Enclade. J'ai adoré ton texte. C'est exactement ce que je pense du rapport de l'Homme à la nature et du rôle de la peur dans les décisions importantes de l'Homme mais jamais je ne l'aurais mieux formuler. Merci, je reprend espoir quand je vois qu'il y a encore des gens qui n'excluent pas l'Homme de la nature.

    Pour ma réponse au sujet, je reprend mon rôle de mouton et je vous renvois au post d'Enclade.

  29. #24
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par pinouf Voir le message
    Bonjour,

    Je me suis inscrit juste en réponse au message d'Enclade. J'ai adoré ton texte. C'est exactement ce que je pense du rapport de l'Homme à la nature et du rôle de la peur dans les décisions importantes de l'Homme mais jamais je ne l'aurais mieux formuler. Merci, je reprend espoir quand je vois qu'il y a encore des gens qui n'excluent pas l'Homme de la nature.

    Pour ma réponse au sujet, je reprend mon rôle de mouton et je vous renvois au post d'Enclade.
    Allez ! Maintenant que vous avez franchi le Rubicon, il ne vous reste qu'à contribuer par vos écrit.

    Cordialement,

    Pierre de Québec
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  30. Publicité
  31. #25
    amourabi

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par Pierre de Québec Voir le message
    J'ai vu un reportage à l'émission Découverte de Radio-Canada (émission du dimanche 22 janvier 2006) dans laquelle il était question des recherches du chercheur Floyd Romesberg.

    Ce dernier a créer en laboratoire une nouvelle base (une cinquième) qui "fit" dans l'ADN. Il a réussi en laboratoire à prouver que cet ADN se répliquait. Prochaine étape : implanter cet ADN dans une cellule. Cela est résumé un peu vite l'affaire mais c'est suffisant pour poser la question éthique. Est-il acceptable de courrir un risque en créant sur terre une forme de vie proche de la notre ?

    Le chercheur a avancé comme argument "garde fou" : ils n'auront qu'à me dire d'arrêter". Bref, quant à lui, il ne s'arrêtera pas.

    Le site de Découverte
    La vie ne fait que ça créer de nouvelles formes de vie depuis quelques centaines de millions d'années, nous sommes une d'entre elles. Avant d'arriver jusqu'à nous elle a fait de nombreux essais qui ont disparus car non viables, et elle n'a pas fini. On peut toujours essayer de bricoler la vie, on peut faire des conneries qui pourront éventuellement nous retomber dessus, mais quelles qu'elles soient si nous disparaissons la vie continuera et reprendra dans quelques millions d'années. Claude LEVY STRAUSS à la question : est-ce que la nature est contre l'être humain, avait répondu : non elle est indifférente.

  32. #26
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Citation Envoyé par amourabi Voir le message
    La vie ne fait que ça créer de nouvelles formes de vie depuis quelques centaines de millions d'années, nous sommes une d'entre elles. Avant d'arriver jusqu'à nous elle a fait de nombreux essais qui ont disparus car non viables, et elle n'a pas fini. On peut toujours essayer de bricoler la vie, on peut faire des conneries qui pourront éventuellement nous retomber dessus, mais quelles qu'elles soient si nous disparaissons la vie continuera et reprendra dans quelques millions d'années. Claude LEVY STRAUSS à la question : est-ce que la nature est contre l'être humain, avait répondu : non elle est indifférente.
    Pourtant, la recherche explore aussi cette voie.
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  33. #27
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Bonjour,

    En voilà une nouvelle : le poulosaure.

    Qu'est-ce qui peu bien motiver un chercheur à explorer un type d'expérimentation consistant à créer une chimère? Les questions laissées sans réponses fautes de cadavres à autopsier sont telles à ce point brûlantes qu'il faille créer la chimère contenant toutes les réponses?

    La science n'a pas d'âme, mais le chercheur est capable d'éthique. Dans le cas du poulosaure, la première chimère ne m'inquiète pas... mais avec le succès, l'ambition, qu'en sera t-il de la 10 000ième?
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  34. #28
    mh34
    Responsable des forums

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Les questions laissées sans réponses fautes de cadavres à autopsier sont telles à ce point brûlantes qu'il faille créer la chimère contenant toutes les réponses?
    C'est plutôt du ressort du défi "technologique", à ce point. Parce que les chercheurs en question savent bien qu'une chimère ne peut apporter ces réponses, justement...
    Dans le cas du poulosaure, la première chimère ne m'inquiète pas... mais avec le succès, l'ambition, qu'en sera t-il de la 10 000ième?
    Moi je suis inquiète dès la première de ces chimères...ça n'a rien de scientifique comme attitude, je le reconnais, mais ce bricolage génétique...

  35. #29
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Je me demande bien comment le projet a été présenté. L'article fait un peu dans le sensationalisme.

    Tiens, je vais chercher...
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  36. #30
    Pierre de Québec

    Re : Créer une nouvelle forme de vie : Est-ce éthique ?

    Je cite :

    Citation Envoyé par AFP
    Cette recherche n'en est qu'à ses balbutiements, a-t-il reconnu dans une interview à l'AFP, mais elle pourrait conduire un jour à produire des reptiles préhistoriques vivants. Cependant M. Larsson affirme avoir renoncé à une telle ambition pour des raisons éthiques et pratiques.
    Tirer de Cyberpresse, 25 août 2009.

    Donc, le Dr. Larsson renonce pour des raisons éthiques et pratiques. Quelles peuvent être les raisons éthiques du renoncement du Dr Larsson?

    Ps. Le titre pourrait dès maintenant devenir "Créer un nouvelle forme ou recréer une forme de vie : Est-ce éthique?"
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

Page 1 sur 6 12 3 4 5 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Réponses: 6
    Dernier message: 24/11/2007, 10h33
  2. Pleo : une “nouvelle forme de vie” robotique
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 14/02/2006, 07h22
  3. nouvelle forme de vie intelligente
    Par Fildomen dans le forum Archives
    Réponses: 4
    Dernier message: 05/08/2004, 20h51
  4. Une nouvelle forme de vie sur la Terre?
    Par Yoyo dans le forum Biologie
    Réponses: 7
    Dernier message: 02/04/2004, 15h35