Discussion fermée
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 49

Vaccin sida 1



  1. #1
    jcm

    Vaccin sida 1


    ------

    J’ai à peu près 30 pages à vous écrire sur le sujet sida. Par où commencer ?
    J’ai 41ans et suis de formation scientifique. Je suis séropositif depuis au moins oct1986, j’ai failli mourir, ça n’est plus le cas. Les avancées thérapeutiques ne m’intéressent pas plus que cela, je les estiment suffisantes en ce qu me concerne ( peut-etre que je ne suis pas difficile, mais d'une part il faut voir d'où je viens et enfin il est certain que les messages de prévention font quelque part retenir l’idée que rien n’a changé alors qu’au contraire tout a changé en ce qui nous concerne. )
    Quelques idées fausses ou trompeuses que j’ai décelées dans le très long forum précédent, certains venant de la modération elle-même.

    Un internaute écrit : “ 25% des séropositifs ne se protègent pas ( un modérateur souligne cette phrase et demande les sources ) : c’est faux la très grande majorité des séropositifs ne se protègent pas : au moins 60% des homosexuels séropositifs contre 20% des homosexuels séronégatifs. Ces chiffres sont en augmentation chez les homosexuels, plus entourés par la maladie et qui en voient les effets reculer; Une enquete annuelle anonyme est réalisée, à laquelle je réponds à chaque fois, et les résultats sont accessibles.
    J'ai une hypothèse, qui n'est qu'une hypothèse : le maintien de la protection encore elevée chez les homosexuels tient non à la peur de la maladie qu'à la préservation de l'image de responsabilité que cette communauté devant la société : sa réaction n'est pas extensible à celle du reste de la population masculine. Les femmes au contraire se protègent peut-être plus car elles sont désormais en première ligne : je prévois des tensions genre guerre des sexes !
    Chez les hétérosexuels, les chiffres, eux aussi en baisse, sont plus difficiles à analyser, le préservatif étant avancé en général comme un argument de séduction (“ moi je suis sérieux” ), pour être ensuite abandonné de façon difficile à mesurer

    L’autre contre-vérité concerne les moyens financiers mis au service de la science, ils sont dérisoires, la lutte contre le sida a choisi la prévention et non le remède..1/4 du budget de G Bush inscrite dans la lutte contre le sida concerne un plan pour l’abstinence à promouvoir dans les écoles ! La recherche publique sida représente en France 30 centimes d’Euros par français et par an, et n’a cessé de diminuer depuis 10ans où elle atteignait 1 Euro.


    ********************

    Les séropositifs survivent et donc s’accumulent : ce n’était pas le cas avant.
    Le nombre des nouvelles contaminations est relativement mal mesuré ( les gens à risques vont de moins en moins au dépistage , si bien que les données brutes recueillies lors des tests doivent être corrigées par des facteurs incertains sur la quantité de personnes échappant au test : on estime celle-ci en fonction de prospectives, par exemple, 50% des gens entrant en stade sida “découvrent” leur sérpositivité à cette occasion = ils sont séropositifs depuis plus de 7ans et n’avaient fait aucun test : on a ainsi une photo du passé sur le nombre des gens qui ont refusé le test, mais par contre on n’en a pas sur l’évolution récente, on sait simplement qu’ils sont plus nombreux, on verra pourquoi ).

    L’épidémie évolue vers les femmes pour des raisons connues de tout le monde, les autres catégories ayant fait le plein plus tot. Si aucun plainte ou presque n’a été observée dans les milieus homosexuels pour des raisons de transmission du vih, il n’en va pas de même chez les femmes. Phénomène très intéressant à étudier que cette réaction totalement opposée entre les homosexuels solidaires et les hétérosexuels qui se font des procès. L’épidémie atteignait peu les hétérosexuels, d’où la “surprise” d’être contaminé , renforcée par le faux discours que tout le monde mettrait le préservatif, alors que évidemment ce sont d’abord les séropositifs qui ne le mettent pas , entraine la judiciarisation de la maladie. En réaction, les personnes à risque ne vont “évidemment” plus au test.

    Le nombre de contaminations nouvelles subit 2 effets très contradictoires :
    les trithérapies ne guérissent pas du vih, et les personnes à charge virale faible restent contaminantes, oui mais environ 1000 fois moins ( ce qui explique peut-être le fait que les homosexuels séropositifs traités soient presque tous barebackers affichés, aux antipodes de l’impression médiatique laissé par le milieu homosexuel : un site bareback homo compte entre 10 fois et 20 fois plus de membres que les militants d’act-up, seule connue du grand public, mais coquille vide de la réalité). Les nouvelles contaminations sont moins le fait des pratiques que le résultat de l’ignorance de leur statut par desséropositifs dont la chargen’est alors pas sous controle. J’ai lu, mais je n’ai plus la source, étude québecquoise je crois, qu’on estime que plus de 90% des contaminations proviennent de la minorité des séropositifs non traités.
    La survie des malades liée au progrès médical joue en revanche contre la prévention puique les séropositifs se protègent 3 à 4 fois que les séronégatifs.
    La judiciarisation liée à la peur qui se répand empeche les gens d’aller au dépistage, et les gens séropositifs à risque “innocents” ( = qui vivent dans” l’espoir” de l’ignorance de leur statut ) sont les plus dangeureux car eux portent des charges virales élevées.

    D’une manière générale, le VIH est de moins en moins tueur ( 350 morts en France cette année dont beaucoup d’immigrés arrivés trop tard pour être sauvés , contre 6500 en 1995, malgré le nombre croissant de séropositifs ), et donc les gens se protégeront de moins en moins, car l’information n’est pas du tout la clef qui explique l’épidémie, mais le rapport entre le risque personnel et l’impératif sexuel qui dépasse largement la volonté humaine.

    Aucune politique préventive ne pourra éradiquer leVIH, seule la science le peut. La morale, la politique, sont inopérantes, en revanche, la morale ou la politique déterminent entièrement nos réactions. le sida est un combat de valeurs, tout le monde profite à sa façon du sida pour faire avancer ses idées : abstinence, sexe multipartenaire protégé, liberté sexuelle totale, fidélité absolue, sauver le tiers-monde, accuser le libéralisme économisque, montrer du doigt des minorités, protéger les femmes et les enfants d’abords...
    Rien ne se recoupe : une femme fidèle refuse de se protéger par amour pour son mari séropositif et est contaminée. Un multipartenaire qui se protège n’attrape rien. La capote hélas n’est pas fantastique : même en 1995, on s’est rendu compte qu’environ 15% des personnes interrogées refusaient la capote face à la mort. 22% aujourd’hui. J’estime à 100% les personnes qui l’endurent, de façon consciente ou inconsciente ( névrose consciente de celui qui la subit/la refuse, ou psychose inconsciente de celui qui la trouve fantastique , cherchez la personne la moins atteinte psychologiquement ! )

    Le vaccin : le retard pris est énorme, les 10 premières années, il n’y a pas eu de budget, la recherche réelle sur les vaccins est très récente. les moyens mis en oeuvre sont très inférieurs à ce que les gens croient. On cite des milliards. La recherche sida en France c’est 15millions d’euros en 1an. la guerre en Irak a couté 400 Milliards , c’est 30 000 fois plus. La cause en est que d’un coté l’opinion publique est terrorisée et croit que tout est fait en la matière, tandis que les dirigeants ont une connaissance réelle de la très faible transmissibilité du VIH ( dans le forum, j’ai lu ceci : “5 rapports vaginaux sur 10 000 si la femme est atteinte, seraient contaminants, où vas-tu! chercher ces chiffres ????) S’ensuit un discours préventif qui rappelle qu’il suffit d’une fois, mais je retiens moi lafaiblesse inconnue et réelle de ce chiffre, qu’on ne donne pas en pature, et pour cause !. On entre dans le domaine de ce que j’appelle l’ignorance protectrice ( la vérité a une sale gueule et l’ignorance est belle comme un chateau médiéval !). 400 morts par an en France pour 2004, en l’absence de vaccin, et malgré la chute de l’usage du préservatif : je dis que ça fait non seulement réfléchir, mais qu’on a ici la clef du retard pris dans la lutte contre l’épidéme au niveau planétaire. Elle n’est pas un enjeu de santé publique majeure, le VIH est trop peu transmissible. Au pire de l’épidémie, même sans capote, il n’y aurait pas plus de 300 000 porteurs en France, dont la majorité survit en travaillera jusqu’à ‘age de la retraite, même s’ls vivent moins longtemps.
    Il n’y a aucune urgence en réalité, sinon croyez-vous qu’on aurait recours à des expédients tels que le sidathon etc....?

    J’ai écrit 2 pages, il en reste 28, j’espère les plus intéressantes.
    Mon prochain texte sera plus court et traitera des attentes sur les essais vaccinaux en cours.
    j’attends vos réactions.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    jcm

    Re : errata

    Chez les hétérosexuels, les chiffres, eux aussi en "baisse," :
    il faut lire eux aussi en "hausse" ( = hausse du sexe non protégé = "baisse" de l'usage du préservatif )

  4. #3
    Yoyo

    Re : Vaccin sida 1

    Bonjour,

    Au pire de l’épidémie, même sans capote, il n’y aurait pas plus de 300 000 porteurs en France, dont la majorité survit en travaillera jusqu’à ‘age de la retraite, même s’ls vivent moins longtemps.
    Comment en arrives tu a cette conclusion? car en Afrique subsaharienne on atteint des chiffres de l'ordre de 7,5 – 8,5% des adultes (15 a 49ans) infectés. Ce qui correspond à 2,2 – 2,4 millions de personne! (source ONUSIDA-2003).
    a titre d'example, Au Zimbabwe, les chiffres publiés en 2003 font état d’une prévalence du VIH de 25% chez l’adulte.
    et puis il me semble que ton discour elude de nombreux problemes liés aux trithérapies, aux personnes qui ne les supporte pas, mais aussi aux souches virales qui deviennent résistantes... Dans ton cas personnel, le traitement semble marcher et c'est tant mieux, mais mieux vaut éviter de généraliser cela a tous. Chaque malade est un cas a part (pres de 6% des malades sont en échecs thérapeutique en France (chiffre 2001).

    Quant au nombre de mort "absolus" il n'est en rien indicatif puisqu'il ne représente qu'une image des personnes qui ont été infectées il y a des dizaines d'années. Quand tous les nouveaux malades (correspondant aux pics de transmission) mourreront le chiffre sera fortement plus élevé...
    Le SIDA est reelement un enjeu de santé publique, il est la premiere cause mondiale de mortalité (il a dépassé le paludisme)...

    Yoyo

  5. #4
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    Tout d'abord , il faut comprendre que rien ne m'énerve autant que les messages de la prévention, laquelle ne fonctionne plus en réalité qu'en montrant l'"angle mort" et en noircissant le tableau. Il semblerait que la capote fantastique ne marche pas, et qu'il faut agiter des épouvantails pour remplacer un discours érotico-fantasmatique périmé par un autre fantasme basé sur la peur. Chacun défend son beafteak : le séronégatif a vraiment besoin de terreur pour se protéger, le séropositif est fatigué de cette terreur fictive qu'on dresse autour de lui. Peut-être serait-il temps de réagir en conséquence et de voir que les forts se protègent des faibles !, pendant que leurs instincts et motivations profondes sont bien d'etre délivrées de la peur et non de s'y soumettre.
    Les séropositifs en général n'osent pas s'exprimer , je le fais.
    Ce n'est plus 6% des gens qui sont en échappement thérapeutiques mais 2,5%. Les résistances sont un phénomènes naturel commun à toutes les maladies, dans le cas du sida, il est comparable ni plus ni moins à celui qu'on observe avec les autres maladies, malgré la plus forte variablilté du virus. Il s'agit simplement d'une course de vitesse entre la science et un virus.

    Agiter la situation africaine pour terroriser les gens chez nous est de bonne guerre, mais le fait est là, les séropositifs sont de plus en plus nombreux et les morts de moins en moins, parce que la science progresse désormais beaucoup plus vite face à un virus bien moins invincible qu'on ne l'a dit.

    La question que tu soulèves , très importantes, est celle-ci : pourquoi tant de morts là-bas, et si peu chez nous, alors que la capote n'est certainement pas l'explication .

    Remarque : si la capote était la clef pour parer l'épidémie, il y a longtemps qu'on aurait envoyer ces bouts de plastique en masse avec des volontaires et tout le tralala, au lieu d'expédier des médocs plus couteux.

  6. #5
    diazométhane

    Re : Vaccin sida 1

    bonjour,

    Selon les rapports suivants, émanant de la CIA, si la mortalité due au sida diminue effectivement d'année en année, le nombre de séropositif diminue également :

    http://web.archive.org/web/200201241...k/geos/fr.html
    pour 1999

    et

    http://web.archive.org/web/200312050...k/geos/fr.html
    pour 2001

    30000 séropositifs en moins en 2 ans, pour un maximum de 5000 morts dans le même laps de temps.

    En 2003, cependant, le nombre de séropositif est de 120000, avec une mortalité de moins de 1000 toujours :
    http://www.cia.gov/cia/publications/...k/geos/fr.html
    Dernière modification par diazométhane ; 20/11/2004 à 09h00.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    Le nombre de séropositifs et de contaminations augmentent, ce sont les estimations qui diminuent.
    Certaines contaminations peuvent être très facilement réduite à zéro ou presque : les transfusés.
    On peut agit aussi facilement sur les cas liés à la toxicomanie.
    Après avoir lutté de toutes leurs forces contre la capote dans les années 84/86, les homosexuels d'une génération au courant du VIH mais initialement ignorante de sa gravité a été contaminée à 60% ( générations nées entre 1960 et 1965 ). La génération qui suivit, toute terrorisée qu'elle fut , l'a été moins sous l'effet de la terreur, mais le taux incompressible de 15% environ peut etre retenu.
    La prévention a fait le plein de son efficacité , au détriment de la sexualité des survivants, quasi anéantie , atroce pour la gens comme moi, qui considère les gens qui font l'amour avec une capote comme des simulateurs. je préfère l'abstention à cette saloperie, et je ne m'abstiens pas.
    L'irrégularité de la contamination sexuelle liée à l'engagement très fort contre la capote dans les années 83/86 suivie par la terreur liée à la révélation de la fatalité du VIH donne l'illusion qu'on peut agir sur la sexualité par des campagnes de prévention : je n'en crois rien, seule la gravité de la maladie et l'exclusion sociale du malade qui a un effet aussi terrorisant que la maladie peuvent jouer. Le VIH est très peu contaminant mais il l'est . En dehors du cas très particulier de l'épidémie homosexuelle qui a été d'un un balayage exponentiel contrecarré par une castration psychologique, l'épidémie hétérosexuelle progresse elle comme du papier à musique , à un rythme très lent et décroissant, puisque les populations touchées sont par nature de moins en moins sexuellement actives les plus actifs l'attrapent d'abord et transmettent plus vite à des moins actifs qui transmettent moins vite ensuite .

    Les malades survivent pratiquement tous aujourd'hui et ont retrouvé une sexualité active et en général non protégée. Le nombre des séropositifs ne peut aller qu'en croissant dans les pays développés, parallèlement à l'accroissement du nombre de gens qui se libèrent de la capote maintenant que le VIH n'a plus son issue fatale à échéance 12ans mais à 30ans ou plus. Le temps joue en faveur de la reprise du risque : on voit bien que le VIH n'est pas du tout invincible et disposer de 20 ou 30ans devant soi avec les moyens actuels, c'est un laps de temps bien suffisant pour atteindre de la science ds progrès encore plus significatifs. Les maladies vénériennes sont toutes en sérieuse augmentation : blennos, syphilis...autant de maladies qui apparaissent vite, qui illustrent l'évidence de l'abandon progressif, voire massif des protections qui sont tellement invivables qu'on préfère le risque des maladies soignables sans hésiter, et même mortelles quand la mort est devenue aussi lointaine .

    La science ne progresse que par les investissements qu'on lui accorde, plus il y a de séropositifs en Occident, plus la recherche avance pour vaincre le sida, et moins il y aura de morts dans le monde. Le sort des séropositifs soignés m'importe peu en regard du sort des malades qui ne bénéficient pas de traitements. Je suis un adversaire acharné de la terreur préventive dans les pays riches,ou autre : le "comportement sexuel est à peine un choix, et en outre le refus réfléchi de la capote est également un acte de liberté contre lequel il n'existe aucun barrage . Je refuse la capote pour moi-même, je ne vais donc pas subir et la capote etla séropositivité puisque ma séroposivité signifie depuis le début "je refuse la capote". Maintenant, si vous voulez la metre, vous la mettez. Pour un homo, on est tellement nombreux à être séropo que l'exclusion n'existe pas. Un homme hétéro est lui voué à l'enfer, il n'est pas du tout préparé à l'"épreuve" et à la surprise.....
    Tout cela pour dire qu'il y a un noyau totalement incompressible et assez élevé de gens qui ne mettront jamais la capote. la prévention , dans ces conditions, est une horreur abjecte sacrificielle qui nous passe par perte et profit. Ne cherchez pas pourquoi les associations sont complètement vides désormais : elles sont désertées depuis des années par les séropositifs qui sont les plus concernés par l'épidémie, depuis que la police médicale préventive a fait main basse dessus. Le sida n'est pas qu'une affaire de santé, c'est bien plus que cela.

    *****************

    Nous sommes quand même sur un forum scientifique .
    Comment imaginer qu'on puisse lire ici il y a de moins en moins de séropositifs ( rapport de la CIA ou pas ) : comment une telle aberration est-elle possible ?



    **********************
    Pour les matheux : le taux de prévalence du VIH atteint 30% dans certaines régions du monde. IL s'agit du % de personnes vivant avec le VIH dans une région donnée. L'espérance de vie des malades non soignés est de 12ans .De ce fait, les personnes déjà mortes ne sont plus comptabilisées, si elles survivaient, le taux de prévalence augmenterait . Si 1 personne nait aujourd'hui dans cette région, quel est le pourcentage de chances qu'elle devienne séropositive au cours de son existence ? On arrive non pas à 30% évidemment, mais à plus de 80%.
    Il est très intéressant d'étudier le maniement de la terreur face aux grandes maladies epidémiques :
    Quand la réalité est apocalyptique, on soigne l'apparence: on ne dira pas à ces gens, 8 de vos enfants sur 10 vont mourir du sida, on dit 1/4 de la population est séropositive.
    Quand le VIH tue à coup sur en 1984, on distingue porteurs en bonne santé, simple séropositifs, et sidéens, quand psychologiquement il n'y a AUCUNE différence. Aujourd'hui, le VIH ne tue plus, on parle de malades du sida, de transmissions volontaires, ...
    Les gens qui ont récupéré leur immunité avec les traitements sont sortis du sida et redevenus de simples séropositifs, on guérit réellement du sida au sens où le sida était définit en 1986, ( moins de 200T4 , pas de maladie opportunistes qualifiantes )même si on ne guérit pas du VIH. Le mot même immunodéficience ACQUISE n'est plus d'actualité depuis 10ans, sauf dans le vocabulaire employé, qui ne correspond nullement à la réalité.
    Moins le VIH est destructeur, plus le vocabulaire prend le relais.

    Et dans l'ombre, que de solidarités exceptionnelles passées sous silence, quand des couples fusionnent face à la maladie, quand des solidaires se moquent des risques, pour ne laisser place dans les media qu'aux phobiques de tout poil, aux usurpateurs qui s'expriment en notre lieu et place , armés de leur prévention et d'une solidarité qu'ils emploient à leur seule fin, alors qu'ils sont détestés depuis longtempspar des séropositifs qui les ont fui.

  9. Publicité
  10. #7
    diazométhane

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par jcm
    *****************

    Nous sommes quand même sur un forum scientifique .
    Comment imaginer qu'on puisse lire ici il y a de moins en moins de séropositifs ( rapport de la CIA ou pas ) : comment une telle aberration est-elle possible ?



    **********************
    Bonsoir,

    La moindre des choses, lorsqu'on se dit scientifique, est de citer ses sources.

  11. #8
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    grande honneteté, d'ailleurs ne vous vexez pas, nous aurons tous compris que la source citée était peut-être une façon de suggérer le contraire de ce qui était écrit,..... un peu comme les ADM en Irak dont la présence était prouvée tout autant par la même CIA.
    Croyance ou humour : au bénéfice du doute......

    oubliez mon agressivité, elle est inéluctable après non pas 18 ans de maladie, mais 15 ans de censure.

    Quelques réponses ou remarques sur le fond seraient plus productive que notre autodéfense face à une attaque personnelle sans conséquence.

    Avec mes excuses.

  12. #9
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    je me fais une réponse à moi-même, en fait c'est pour relancer le débat tellement la faiblesse des réactions et de l'interet sur le sujet est pitoyable.

    Passée la journée carnaval du sida, aussitot on en parle moins.
    Qui parle du sida aujourd'hui 11 décembre ? Dieudonné chez Ardisson. Pour dire quoi ? Il cite une femme prix nobel qui dit que le sida a été inventé pour éradiquer les noirs et il demande une commission d'enquete de l'ONU.

    Après tout, nulle hypothèse la plus farfelue n'est éloignée par aucun scientifique en une seule seconde, mais elle peut l'être en deux !...

    La question du savant fou manipulé par une puissance raciste du mal , ou l'acte d'un génie du mal isolé, qu'importe, on ne sera jamais à l'abri ni de l'un ni de l'autre. En fait, c'est complètement hors sujet. Il est curieux de voir cette croyance que la révélation d'un coupable serait la clef qui ouvrirait la voix à un effort de recherche que nous n'avons pas fait.
    la question n'est pas qui ou quoi a créé le sida, mais pourquoi n'avons-nous rien fait et continuons-nous à ne rien faire ( je compte pour zéro les politiques de prévention et ne considère que l'avancée thérapeutique dont le retard est désormais irratrapable )

  13. #10
    Jarod

    Re : Vaccin sida 1

    le pauvre humain doit encore se trouver coupable(ca devient lassant à la fin..)alors il essaye d'en trouver un...
    Moins d'énergie, moins de pollution et du mieux vivre avec negawatt dans google...

  14. #11
    coco

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par jcm
    je me fais une réponse à moi-même, en fait c'est pour relancer le débat tellement la faiblesse des réactions et de l'interet sur le sujet est pitoyable.
    Non, rien n'est pitoyable, mais seulement humain...
    Voyez-vous, le SIDA est énorme pour ceux qui vivent avec, pour les autres ce sont d'autres problèmes qui sont pour eux énormes...
    Et pour toutes les affections, vouloir se protéger, faire de la prévention, c'est faire de l'exclusion... pour ceux qui n'ont pu ou ne pourrons y avoir accès... C'est terrible, mais c'est ainsi...
    Heureusement il y a toujours un espoir... et là on se tourne toujours vers la recherche... pour l'espoir...

  15. #12
    invite765732342432
    Invité

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par jcm
    je me fais une réponse à moi-même, en fait c'est pour relancer le débat tellement la faiblesse des réactions et de l'interet sur le sujet est pitoyable.
    Salut,
    tout au long de la lecture de ton post, mon opinion à beaucoup changé (heureusement qu'il est long...)

    Voilà comment j'en ai perçu le contenu:
    - tout d'abord j'ai été outré de constater qu'on puisse prôner la non-protection. Pour moi, le VIH est un mal à éviter à tout prix, et un bout de latex ne peut pas être un prix trop élevé pour éviter une contamination
    - ensuite, j'ai cru à un message totalement ironique, et j'attendais la "chute": un phrase assassine montrant l'absurdité du propos. Mais je ne l'ai pas trouvée.
    - Après ces deux premières étapes, montrant à quel point les préjugés peuvent s'inviter dans n'importe quelle lecture, j'ai commencé à réfléchir: accepter sa maladie... c'est sans doute la meilleure chose à faire, personne n'a le droit de juger un choix personnel comme celui ci.
    - la phrase "Le sida n'est pas qu'une affaire de santé, c'est bien plus que cela" a été le déclic.

    Au final, je me dis: refuser la protection, pourquoi pas. Trouver l'échéance de 30 ans tout à fait supportable, pourquoi pas. Ton message montre qu'il s'agit d'un choix murement réfléchit et est vriament convaincant.
    Merci beaucoup d'avoir fait évoluer un peu ma perception de ce sujet.

    Mais il me reste une interrogation: Préviens-tu (prévenais-tu) systématiquement tes nouveaux partenaires du fait que tu es séropositif ? C'est pour moi l'essentiel...

  16. Publicité
  17. #13
    Defractator
    Invité

    Re : Vaccin sida 1

    Ça fait 18 ans que tu es séropositif ?
    Je ne veux en aucun point te vexer, mais je croyais que le SIDA était mortel dans 100% des cas et en moins de 10 ans ?
    Excuse moi d'en parler comme ça, je sais que ça doit être difficile pour toi, mais ce chiffre m'éttone beaucoup

  18. #14
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    le sida se déclare en moyenne entre 6 et 8 ans après la transmission du virus et tue entre 3 et 5ans après cette déclaration, en l'absence de traitement. C'est ce qui se passe en Afrique. Psychologiquement, il y a une différence toutefois, même là-bas, plus personne n'a la certitude de la mort, sauf pour les personnes en stade avancé, parce qu'à la différence d'hier, les malades savent l'existence de remèdes qui sauvent désormais.
    Je n'ai rien d'une exception, plus de 9% des séropositifs qui ont passé le cap de 1995 sont encore en vie , même ceux qui ont frolé la mort après avoir vu leur immunité complètement détruite : j'ai vécu pendant 1 an avec moins de 20T4.
    Il y aura cette année plusieurs départements français où il n'y aura pas un seul mort du sida , on en dénombre 3 dans mon département ( 17 ), depuis le début de l'année.
    Mon immunité est restaurée avec 350 à 500 T4 selon ls périodes et ma charge virale est indétectable. je prends les médicaments de façon alternée avec des périodes d'interruption contre l'avis de mes médecins. je n'ai aucune confiance dans les discours officiels et prend le moins de médicaments possible tant que je vois ma charge virale à un niveau acceptble; Après une interruption d'un mois dans les traitements, elle n'était pas remontée. Après une interruption de 3 mois, elle était remontée à 30 000 cop. Mon médecin a demandé un test de résistance pour voir si les médocs avaient cessé leur effet. je lui dit que j'avais surtout interrompu les traitements, ce qui se voyait par le niveau anormalement normal du cholestérol et des triglycérides, qui explosent quand on suit les traitements sans discontinuer. J'ai repris le traitement, à l'identique et après 6 semaines on a fait un nouveau bilan : la charge virale est à nouveau totalement indétectable.

    L'ignorance qu'aujourd'hui on survit au sida est peut-être un reflexe inconscient d'auto-protection : contrairement à une idée reçue, l'ignorance des progrès déjà réalisés protège de la tentation et donc l'ignorance est protectrice: mieux vaut ne pas savoir. le public d'une émission télé avait l'air de tomber des nues quand le numéro 2 de Aides rappelait il y a 1 an que seuls 1 rapport génito vaginal sur 500 était contaminants entre sérodiscordants. pourtant, il n'est aucun besoin de science et de mesure pour réaliser que si le VIH ne concerne aujourd'hui que 120 000 séropositifs en france, c'est parce qu'il est extremement peu transmissible chez les hétérosexuels , et qu'il touche dans une proportion 100 fois plus grande les seuls homosexuels, atteints dans le ceour de leur sexualité ( anale évidemment ) et pour qui il constitue à ce titre une Fatalité et j'insiste absolument sur ce mot : si, le sida est une fatalité, pour moi, il était totalement inévitable. Celui qui dit la vérité il doit être assasiné. j'ai trouvé très encourageant le message de coco qui déclare que le prévention créé aujourd'hui l'exclusion, sauf qu'évidemment, nous les séropositifs, n'avons pas l'intention de nous laisser faire, en dépit de toutes les associations de "lutte" contre le sida qui parfois osent parler en notre nom.

    Prévenir son partenaire :
    par solidarité avec les séropositifs nouveaux, je ne peux qu'avouer que je n'ai pas prévenu mes partenaires, surtout quand j'étais plus jeune. On sit souvent que le partenaire passif est plus innocent que l'actif qui vous prend sans capote : il n'y a de différence que de degré, pas de nature, la culpabilité est aussi une fatalité. Une fois qu'on l'a reçu on risque de le transmettre, et pourtant on sait tout cela à l'avance.
    La première aide que l'on apporte aux séropositifs reçus à l'hopital est psychologique. La litanie est toujours la même : l'aveu des gens que l'on a peut-être tué. Les premiers séropositifs ont comme moi la fausse excuse de n'avoir pas été informés comme ils l'auraient dû. Tout cela est faux : il s'agit d'une désinformation du milieu homosexuel pour se dédouaner après l'explosion de l'affaire du sang contaminé. la criminalisation du sida qui a suivi l'affaire du sang ( pour laquelle j'ai toujours soutenu les médecins et les ministres) , et le mensonge sur la feinte ignorance initiale de l'existence du virus, font qu'aujourd'hui, les nouveaux séropositif(ves ) qui seront de plus en plus nombreux , "n'auront que ce qu'ils méritent". Inutile de dire qu'à ce tarif là, j'endosse et partage solidairement la même responsabilité coupable avec les nouveaux séropositifs, en particulier avec les hommes hétérosexuels pour qui la vie va devenir un enfer bien plus que pour les femmes.

    Dans les années 86, j'ai fait l'amour sans protection sciemment avec plusieurs hommes qui m'ont avoué leur statut. la capote s'est imposé fin 1985 aux USA, seulement fin 86 en France, et le milieu gay français a connu son apogée de barebacking ( sexe sciemment non protégé ) dans le milieu des années 86, en réaction au sex panic américain. On a tout de suite compris que si on se protégeait la recherche n'avancerait pas. Puis l'histoire a basculé quand on a saisi qu'il y avait peut-être 10 fois de séropositifs que prévus, que le VIH était à lui seul la cause totale du sida ' et non lié à d'autres facteurs comme les drogues , les "micoplasmesé de Montagnié . Face à la terreur et l'arme absolue du sida, il n'y a plus de courage , il n'y a que du suicide, et la revendication des corps qui se livraient nus en s'exposant volontairement , faute de pouvoir s'exprimer oralement, a laissé la place au monodiscours préventif, refusé néanmoins par 15 à 20% des homosexuels qui ont continué l'amour sans capote même avant la trithérapie, avec la mort sous les yeux ( mort que je n'ai jamais cru certaine et j'ai eu raison ).

    le crime : peut-être aussi celui de ceux qui nous abandonnés, en privant la recherche de moyens , après avoir promis le contraire, et alors qu'ils savent depuis le début que nous avions annoncé que nous ne nous protégerions pas. la lutte contre le sida monopréventive a été complètement sacrificielle, on nous a passés par perte et profit.
    En outre on nous a tués une seconde fois en nous privant d'expression. le seul fait de dire que nous ne nousprotégions pas nous a été interdit quand nous avons commencé à le faire. En quelque sorte, on aurait riqué notre vie pour rien, et pourtant comme nous ne concevons pas de vivre autrement, nous ne changerons pas de discours ni d'attitude. Nous avons payé un tel prix la possibilité de faire l'amour sans capote que nous n'allons pas y renoncer pour subir et la maladie et la capote.
    Si vous avez l'impression que je suis un extraterrestre, il vous suffit de lire les archives du journal gaipîed de la période 1983/1986 pour vérifier que je n'invente rien. Toute cette période est cachée par les media gay actuels pour protéger l'image des homosexuels après l'affaire du sang contaminé qui a médiatiqueement commencé vers 1986.

    En charge virale indétectable, un séropositif est tellement peu contaminant que le risque peut être qualifié de nul. mon ami est séronégatif depuis 10ans, son dernier test datant d'un an. Nous ne faisons plus que très peu l'amour, parce que ce n'est pas satisfaisant du tout : nous trouvons ans difficultée à l'extérieur nos relations sexuelles, parce que cela fait aprtie de notre mde de vie de toutes façons : c'est une compensation salutaire.

    la question n'est plus du tout chez les homos de savoir si on est ou pas séropositif, la seule question est avec ou sans capote, et je préviens tout de suite, moi c'est sans sinon rien du tout, ça ne m'intéresse pas. Et c'est très clair dans le milieu.
    Il m'arrive de dire avant que je suis séropositif indétectable si j'ai mon test avec résultat indétectable récent et que je prends mes médocs, il m'arrive de dire que je suis séropositif sans autre précision, il m'arrive de ne rien dire avant et de révéler aussitot après, et puis je suis également assez connu comme le barebacker de service dans ma ville : cela n'a jamais rien changé. La seule réaction négative est avec les gens qui n'acceptent pas que je déclare je fais l'amour sans capote ( ce qui correspond selon les dernières enquêtes , à la situation de 60% des séropositifs ). Ceux qui ne mettent pas la capote assument complètement, ou se réfugient vaguement derrière une pseudo-excuse d'avoir consommé de l'alcool quand ils ne sont pas trop sûr de la réaction qu'ils vont affronter en face. j'évite absolument les meks visiblement bourrés, mais je peux vous garantir que si cela pose une question morale, elle me semble très hypocritement posée, et complètement hors sujet en terme d'épidémie. Je multiplie les prises de paroles pour justement contrer le risque d'ignorance entretenu sur la situation réelle par le monodiscours préventionniste. j'ai du prendre aussi le risque de révéler avec dix ans de retard les erreurs de jeunesse à quelqu'un qui s'st finalement révélé négatif, à ceci pret qu'il est devenu 3 ans après cette information, séropositif à son tour, et pas par moi, et qu'il est depuis barebacker "occasionnel" , dit-il.
    Le milieu homosexuel préfigure-t-il l'avenir : asurément oui ?
    le milieu homosexuel vous informe-t-il : assurément non ?
    Me reprocherez-vous de dire la vérité, et avez -vous autre chose à me répondre que la faute morale prévue d'avance et que j'ai repoussé avant même d'avoir contracté le virus ? Cela fait 20ans que j'ai surmonté cette objection inopérante et exécrable.

  19. #15
    invite765732342432
    Invité

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par jcm
    Me reprocherez-vous de dire la vérité, et avez -vous autre chose à me répondre que la faute morale prévue d'avance et que j'ai repoussé avant même d'avoir contracté le virus ? Cela fait 20ans que j'ai surmonté cette objection inopérante et exécrable.
    Bonjour, je ne parle jamais de faute morale, car je ne crois pas en la morale. Je voulais juste savoir si tu donnes le choix à ton partenaire, non pas de mettre la capote ou non (après tout, tu as bien le droit de ne pas en mettre), mais de prendre plus de risques qu'habituellement.

    En effet, même si tout le monde (j'espère) est au courant du problème du SIDA, les gens se voilent la face en se disant qu'ils ne peuvent pas être atteint, qu'il faudrait vraiment ne pas avoir de chance pour contracter ce virus.

    On a tout de suite compris que si on se protégeait la recherche n'avancerait pas
    Martyre pour la science ? Que tu dises que tu/vous as/avez fait ce choix par conviction personnelle, je n'y vois pas d'inconvénient, mais dans le but de favoriser la recherche... c'est plus difficile d'y croire.

    j'ai fait l'amour sans protection sciemment avec plusieurs hommes qui m'ont avoué leur statut
    Autrement dit, tu as fait toi-même un choix et tu revendiques ce choix (jusque là, pas de pb) mais tu as refusé à certains de tes partenaires la possibilité de faire un choix analogue.

    En toute honnèteté, si on se rencontrait un jour, et que tu me dises "non, pour moi c'est sans capote", instinctivement je penserai que tu n'es pas séropositif et que c'est pour celà que tu refuses de te protéger (et de me protéger)
    Et je ne pense pas être le seul naïf dans ce cas.

    Bon au final, la question n'est pas vraiment de juger ton choix, je te l'ai dit, je n'ai aucun goût pour les questions de morale. Je cherche simplement à te montrer que ce qui est évident pour toi (le risque accepté) ne l'est pas forcément pour tous.
    Et il est un principe que j'essaie de respecter à tout prix: c'est de toujours donner aux gens le choix de leurs actions. Pas parce que je prône la liberté de choix, mais parce que je n'ai pas envie que quelqu'un vienne me dire après coup "c'est de ta faute".

    Ah oui une dernière chose:
    Psychologiquement, il y a une différence toutefois, même là-bas, plus personne n'a la certitude de la mort
    Certes, le SIDA tue moins qu'avant et de toute façon plus lentement. Mais le principal désagrément (pour moi) du SIDA n'est pas la perspective de mourir, c'est plus la nécessité de se soigner, de faire des examens réguliers (il me semble) et tout ce qui m'empècherait de vivre une petite vie tranquille dans mon coin.

    EDIT
    Au fait, j'ai oublié de te remercier pour ton post: même si je ne suis pas d'accord avec tout ce que tu as écrit, il permet d'avoir une bonne vue d'ensemble du SIDA et des implications qu'il peut avoir chez ses porteurs.
    L'ensemble est interressant et instructif. Aussi ne prend pas mon post pour une bête opposition mais simplement pour ce qu'il est : une réflexion personnelle.

    Merci
    Dernière modification par invite765732342432 ; 13/12/2004 à 08h55.

  20. #16
    triban

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par jcm
    je me fais une réponse à moi-même, en fait c'est pour relancer le débat tellement la faiblesse des réactions et de l'interet sur le sujet est pitoyable.

    Bonjour

    Je suis interressé par les contributions, mais dans mon cas je ne suis pas capable de faire avancer le débat, mais s'il peut continuer je suis preneur.

  21. #17
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    Chapeau bas faith.
    Non seulement la qualité de tes remarques ou objections excellente, mais plus que tout c'est ton attitude qui me donne entière satisfaction et espoir.

    Tu as pu voir que j'étais , comment dire , hyper réactif, et que j'ai répondu assez violemment contre de possibles attaques négatives avant même qu'elles soient faites. Il faut dire que , à l'instar de la majorité des homosexuels séropositifs, le seul fait de dire ce que j'ai écrit ici suffit à nous faire exclure des sites soit disant consacrés au sida et à l'écoute des séropositifs. Les homosexuels ont exclus totalement leurs séropositifs contradicteurs ( et pourtant majoritaires ) de toute représentativité. Sida-infoservice, doctissimo, etc...m'ont exclu ainsi que beaucpoup d'autres, ce n'est pas mieux. Nous n'avons pas le droit de nous exprimer et subissons systématiquement des injures des responsables de ces "associations caritatives" dans le meilleur des cas, la censure dans le pire.

    Pour être particulièrement introduit dans le milieu médical, et avoir étudié ce dossier depuis ses débuts ( je prétends en être un des 50 meilleurs spécialistes en France en connaissances médicales, sociales et psychologiques confondues), je sais à quel point les "experts" ont identifié l'adhésion des séropositifs au monde médical et soignant comme une clef du succès de la lutte contre le sida. je peux d'ores et déjà confirmer que cette objectif est perdu. L'incompétence absolue des associations les plus puissantes et médiatiques ( act-up; Aides ) sont patentes. Les séropositifs vomissent act-up et aides est vide de militants. leurs problèmes financiers vont je l'espère régler la question assez rapidement. Qu'il y ait 4 fois plus de personnes inscrites sur les sites bareback qu'il n'y ait de militants chez Aides ou act-up n'est pas en soi inquiétant. Qu'il y ait une haine absolue entre Act-up et les séropositifs est plus indicatif de l'échec du message necessaire "tous ensemble contrele sida". On peut aussi illustrer la division et la dispersion totale avec le procès récent de la croix-rouge contre l'association survivrausida ( séropositifs de l'immigration ), de la rupture des ponts entre act-up et banpublic (qui s'occupe des prisons ). ( je ne m'occupe pas que de mon petit point de vue homosexuel ), sans parler de la récupération du sida par certains mouvements féministes pour criminaliser les séropositifs hétérosexuels ou les prostituées séropositives. Act-up , hyper-médiatisée est une plaie absolue, il est incroyable que les autorités médicales continuent de laisser cette association sévir et provoquer la défiance féroce des séropositifs envers le milieu associatif qu'elle prétend représenter à elle seule, alors qu'elle ne représente plus rien. Tout au plus capte-t-elle une sympathie en jouant sur la fibre tiers-mondiste et quelques arguments "de gauche" totalement justifiés: mais il n'y a qu'à demander aux séropositifs immigrés concernés ( chez survivrausida ) ce qu'ils pensent d'act-up pour voir ce qu'il en est en réalité.

    Le négationisme : il est exact qu'une partie non négligeable des séropositifs ne croient même pas en l'existence du VIH lui-même. Phénomène classique de défense psychologique. Plus inquiétante est l'adhésion du Président de L'afrique du Sud ( Mbeki, réélu avec 70% aux dernières élections ) à cette thèse. Quelle est à votre avis la réaction des associations qui disposent de sites pour dialoguer et soutenir les séropositifs ? exclusion etinterdiction d'accès aux forums. On accuse alors ces malades de révisionnisme, ( on utilise ici volontairement le même terme que pour le déni de l'existence des chambrs à gaz ). A-t-on la moindre idée de l'emploi stupide de ce genre de sémantique ? Voir une poignée de militants idéologues de 20 à 25ans s'agiter et se glorifier de l'exclusion de malades qualifiés de nazis, qui n'ont pas la moindre idée de ce qu'ils disent ni de ce qu'ils font , est ahurissant. Le résultat de leur politique est exactement l'opposé de ce l'objectif souhaitable : "si on m'interdit de parler, si on n'a pas d'autre moyens à m'opposer, et en particulier d'arguments, c'est bien la PREUVE que j'ai raison, il y a un complot contre moi etc....et l'individu adhérent aux thèses négationnistes est renforcé dans sa croyance GRACE à la censure. J'ai lu une thèse d'un docteur en philosphie ( claude courrouve ) qui confirme exactement cette hypothèse, elle me semble tellement évidente que je ne comprends pas un seul instant qu'on laisse un milieu asssociatif non représentatif et aussi compétent continuer à sévir. Ces malades en phase de développement de la maladie ne vont tout simplement pas se faire soigner du tout, et ne sont évidemment pas prets d'y aller vu l'accueil qui leur est réservé.

    La seule compétence du milieu associatif est d'anoner qu'il faut mettre le préservatif, ce que tout le monde sait déjà, et d'intedire tout discours avec les gens qui n'en tiennent pas compte, non par ignorance, mais par choix, choix que je qualifierai de conscient et réfléchi, aussi bien que choix inconscient parfois, mais choix de toute façon, et qui sont JUSTEMENT les futurs séropositifs de demain. le seul résultat est l'aggravation de la situation sociale des séropositifs, et leur haine définitive qui peut s'étendre au milieux officiels des autorités médicales ( qui ont encore un crédit, tandis qu'en ce concerne les "associations", la messe est dite, quel paradoxe ! )




    Après tout cela , je n'ai pas encore répondu à vos premières remarques et objections , et elles sont très sérieuses. je m'y mettrai ce soir ou demain. C'est un plaisir de discuter avec vous.

  22. #18
    Yoyo

    Re : Vaccin sida 1

    Bonsoir,

    Je dois avouer que je ne comprends pas votre attitude consistant a ne pas prévenir certains de vos partenaires... prendre le risque (si infime soit il) de contaminer votre partenaire est pour moi faire preuve de bien peu de respect a son egard.

    Votre discours est que le risque de contamination étant faible, alors il n'y a aucune raison de se protéger. Choix personel en effet, mais discours difficilement acceptable tout de meme. Car c'est prendre le risque que certaines personnes se disent : "y'a pas de risque, alors faisons ce que bon nous semble", une fois de plus c'est risquer que certaines personnes se fassent infecter. Ce risque est-il acceptable ? je ne pense pas, et je pense que c'est pour cette raison que le discours officiel est sans nuance. Toute contamination est une contamination de trop.

    mais surtout quand vous dites:
    Après une interruption d'un mois dans les traitements, elle n'était pas remontée. Après une interruption de 3 mois, elle était remontée à 30 000 cop. [...] J'ai repris le traitement, à l'identique et après 6 semaines on a fait un nouveau bilan : la charge virale est à nouveau totalement indétectable.
    J'espere que vous avez bien conscience qu'une telle facon de procéder ne peut que favoriser l'apparition de virus résistants aux anti-viraux. Cela est un fait indéniable, innévitable même. Le jour ou votre traitement ne marchera plus, vous regretterez sans doute cette attitude et constaterez que le VIH n'est pas si anodin que cela.

    Yoyo

  23. Publicité
  24. #19
    coco

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par Yoyo
    Je dois avouer que je ne comprends pas votre attitude consistant a ne pas prévenir certains de vos partenaires... prendre le risque (si infime soit il) de contaminer votre partenaire est pour moi faire preuve de bien peu de respect a son egard.
    Je ne peux qu'aller dans le sens de yoyo...
    Comment vit-on ensuite, car on doit y penser non???

    Mais peut-être, pour l'autre, faire le choix de ne pas se protéger c'est, quand on n'est sûr de rien, accepter le risque de manière tacite... c'est cela??? ....
    mais n'est ce pas aussi une énorme preuve de confiance???

  25. #20
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    Yoyo, je ne connais aucun séropositif homosexuel qui prévienne son partenaire anonyme, à part moi, parce que je suis le plus fort, et vous me reprochez de manquer à mon devoir de ne pas le dire systématiquement ( ce qui est inutile en terme de prévention dès que l'on a compris que le sida est d'abord le fait de gens qui se laissent contaminer et non de gens qui contaminent..) quand les autres ne le disent jamais. Faire l'amour sans capote est une signature, un aveu que si on l'est pas encore, on peut le devenir sans que cela ne fasse aucune différence de comportement pour celui qui prend le risque. Etre séropositif et homosexuel est aujourd'hui beaucoup plus facile qu'etre séropositif et hétérosexuel, qui est un effondrement psychique aussi radical que l'effondrement immunitaire d'hier. Les homosexuels séropositifs seront les premiers à infléchir la politque sida pour sortir de l'impasse, parce que nous reprenons la main : le temps joue dorénavant pour nous et non pas contre nous. Nous sommes hyper-motivés pour une part suffisante et croissante désormais
    je comprends fort bien les raisons morales qui justifient ce discours , mais ce discours a deux effets : il pousse au suicide des adolescents qui ne supportent pas l'image des criminels qu'ils se sentent devenir ( je dis ça parce que j'ai eu le cas récemment ), et enfin son effet est d'être en réalité ...sans effet sur les personnes les plus concernées, celles qui ne supportent pas la capote. C'est comme la condamnation de la capote par le pape qui recommande à la place l'abstinence, beau discours moral, totalement vain. Il n'y a aucune prise sur la réalité des barebackers, encore une fois , le risque est conscient, l'aveu superflu, et en réalité, répéter le discours que tous les séropositifs doivent se protéger peut éventuellement faire croire qu'ils le font et là on est dans la désinformation inconsciente mais très réelle: c'est très dangeureux vis à vis des jeunes homosexuels : quand j'en rencontre un, je lui dis exactement ceci : je suis séropositif je ne mets DONC pas de capote et je n'ai pas à porter l'étoile jaune, je ne préviens pas mes partenaires qui ne me demandent rien ( tout simplement parce que si l'on dit le mot sida ou séropositif, le rapport sexuel est déjà foutu à l'avance, et vous le savez bien, il n'y a que moi qui m'offre ce luxe par pur orgeuil etparce qu'avec l'expérience je flaire très vite les gens qui vont supporter le mot : il y en a peu, mais il y en a, et pas tous séropositifs ! ). Le message de prévention est particulièrement clair, alors, et les jeunes homos savent cela très vite, pour peu qu'ils n'écoutent pas trop la télévision et un peu plus les gens de leur milieu.
    La seule utilité de votre intervention n'est pas de castrer psychiquement les séropositifs, mais d'inciter les gens qui ne supportent pas la capote (et ne la mettent pas), à ne pas aller au dépistage pour ignorer leur statut, ce en quoi je leur donne absolumment raison vue la tournure des choses. Les conséquences, je les ai décrites : ceus d'entre eux qui ne vont pas au dépistage et sont devenus séropositifs sans le savoir ne sont pas en charge indétectable. On se protège soi, pas les autres, ça ne veut rien dire. Il faut insister : les gens ne DOIVENT compter que sur eux-mêmes.
    Toute autre est la question de la tromperie dans le couple, là seulement se trouve la culpabilité fatale et irréductible de douleur réciproque, inévitable et imparable sur la quantité. Ne comptez pas sur nous, nous annonçons la couleur depuis le début de l'épidémie, mais d'autres personnes ont cru bon de tenir le discours moral et non le message de l'intelligence.


    L'interruption programmée de traitement :
    D'abord , il est certainement plus mauvais de prendre trop de médicaments puissants dans une durée longue, que de risquer des résistances très marginales . Je dois la vie sauve à mon refus d'etre pris en charge par la médecine au début de l'épidémie , parce que j'ai su très tot que l'AZT était une saloperie. Tous mes ams qui en ont pris sont morts. La médecine au service de l'individu est morte : dans le cas du sida , la médecine est au service de la santé publique. Le conseil de prendre systématiquement les médocs sans pause thérapeutique n'a qu'un fondement et un seul : maintenir en permanence ls charges des séropositifs en état indétectable, parce qu'ainsi ils ne sont plus contagieux. Apparition de résistances aux médicaments ? peu importe, la seule solution possible étant le vacci, je me moque complètement de ces problèmes de résistance temporaire et encore une fois très marginales dans toutes les études ( de 8% à 10% en 10ans, négligeable. La mise au point des nouveaux médocs est plus rapide que l'apparition des résistances.
    Je crains bien plus la dégradation de mon système vasculaire que les résistances, et je prends donc le moins de médocs possible : simplement quand je les prends, je suis d'une observance parfaite qui ne souffre aucun écart, et respecte toujours un durée de prise continuelle que j'ai fixé de mon propre chef à 3 semaines. Mes décisions dépendent des résultats de mes analyses , jamais des conseils de mes médecins.
    A l'origine deux motivations chez les chercheurs qui ont néanmoins poursuivi cette piste de l'interruption ( totalement contraire à la santé publique, et on leur a mis des batoons dans les roues ): elle diminue par deux le cout économique de l'aide au tiers-monde : s'il y a besoin de deux fois de médocs pour maintenir les malades en vie, on augmente d'autant les chances pour le Tiers-monde de se voir délivrer enfin cette aide médicamenteuse puisqu'elle devient deux fois couteuse.
    Le sida est conflictuel : vous pourrez comprendre à cette lecture sur les interruptions programmées de traitement que là encore l'interet des malades est totalement opposé à l'interet de la collectivité. Quand les malades , avant 1995 , ont vu que leur seule et unique chance de survie était la science, vous imaginez-vous qu'ila allaient penser à protéger les gens, quand au contraire l'augmentation du nombre des séropositifs donnait un marché et une rentabilité à la science ? Imaginez-vous aussi alors l'effet réel des sidathons récoltants trois misères, quand d'un coté on dit l'effort public est maximal pour vous sauver, et de l'autre la science a absolument besoin de l'argent du sidathon ? Il n'est apparemment venu à personne l'idée que les sommes dérisoires récoltées signaient l'indifférence voire l'hostilité de la société envers les séropositifs. Enfin, la moitié de l'argent allant à la prévention, très peu de séropositifs ont donné au sidathon, puisque là n'est pas du tout leur attente. Je n'ai rien donné, et aussi parce que c'aurait été se donner à soi-même !

    Il existe aussi une autre raison à l'échec des sidathons : aider à financer la recherche chez les gens qui pensent alors s'aider ainsi eux-mêmes, c'est admettre que l'on a soi-même envie d'en finir avec la capote. Donner au sidathon, c'est baisser sa propre garde. Car là où il y a quand même un espoir, c'est dans l'objectif commun et la reconnaisance de la souffrance commune dont il faut se libérer : personne n'aime la capote et le mauvais sexe, et tout le monde veut s'en délivrer. Hormis la science , il n'y a aucune solution acceptable : emprisonner, éliminer, vous en répondrez un jour, sans avoir rien résolu. tenez un discours de culpabilisation et donc de criminalisation en vous imaginant qu'il n'a qu'un but de castration psychique sans vocation juridique, mesurer les risques de ce discours et la violence qu'il engendre, mesurez le retard pris par la science A CAUSE de la politique monopréventive radicale, regardez où en est la planète, considerez que la situation a été calculée et prévue dès les premiers rapports épidémiologiques , les moyens scientifiques mis en oeuvre, et vous comprendrez qu'un malade ordinaire qui en saura le dixième de moi, c'est à dire déjà trop, n'aura que faire de telles remarques.

    Allez yoyo, c'est à toi ( excellent pseudo pour un animateur de débat )

  26. #21
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    Coco,

    crois-tu vraiment qu'un mec homo séropo se pose un problème de conscience sur sa responsabilité envers un autre mek homo qui ne met pas de capote ? Ce type viendrait se plaindre, alors qu'il a baisé sans capote bien avant sans aucun doute, et refilé peut-être à un autre le virus, innocenté par sa lacheté d'ignorer son statut ?

    Je signale aux femmes qui attendent des hommes séropos qu'ils avouent qu'elles sont complètement folles ! N'importe quel homo sait cela, alors faites un effort de lucidité et surtout de responsabilité mesdames, vous serez bien plus nombreuses que les hommes à avoir le virus et à tenter de le leur refiler ( et le pire, sans qu'ils l'attrapent ! ), et donc bien plus coupables, ne l'oubliez pas !

    Ta conclusion coco est la bonne.
    Le sans capote est la marque de la responsabilité pleine et entière, de la solidarité et de la confiance absolue, non trompée, mais engagée. La criminalisation et la prévention "radicale" sont le lieu de la panique et de l'irresponsabilité qui se décharge sur le malade.

  27. #22
    coco

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par jcm
    Yoyo, je ne connais aucun séropositif homosexuel qui prévienne son partenaire anonyme, à part moi, parce que je suis le plus fort...
    quand j'en rencontre un, je lui dis exactement ceci : je suis séropositif je ne mets DONC pas de capote ...
    Allez yoyo, c'est à toi
    Pardon, c'est moi qui répond...
    J'ai compris votre discours et le discours des (tous?) homosexuels... ils essayent de faire une force de leur faiblesse... et pourquoi pas, il faut vivre par tous les moyens, je veux dire bien vivre...

    Mais ne pas attenter à la vie d'autrui... et là le discours est clair aussi: chacun doit se protéger sans attendre quoi que ce soit du partenaire... Mais savoir alors qu'il y a 2 (que 2 ?? ) mentalités différentes... forgées par la vie...

    J'ai compris cela, mais pourquoi vous dites-vous le plus fort??? là je n'ai pas compris...

  28. #23
    diazométhane

    Re : Vaccin sida 1

    Le négationisme : il est exact qu'une partie non négligeable des séropositifs ne croient même pas en l'existence du VIH lui-même. Phénomène classique de défense psychologique. Plus inquiétante est l'adhésion du Président de L'afrique du Sud ( Mbeki, réélu avec 70% aux dernières élections ) à cette thèse.
    En réalité, le Président Mbeki s'est battu pour connaître la valeur thérapeutique et l'absence d'effets secondaires graves de certains médicaments (AZT et Névirapine).
    Il a donc imposé certaines expérimentations préalables.
    Et l'histoire lui donne apparemment raison, puisque MSNBC :

    http://www.msnbc.msn.com/id/6707600/

    dénonce justement un nouveau scandale, celui de la Névirapine, dont les effets secondaires graves n'ont pas été divulgués par le NIH

  29. #24
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    réponses à Faith. Mon texte dépasse la longueur réservée aux messages, voici le première partie et la fin sera dans le message suivant.

    La recherche publique sur le VIH n’a jamais eu aucun moyen financier à la hauteur : en france, moins de 0,50 Euros par an et par francais. La raison en est que l’on sait depuis fin 1986, après un an d’étude épidémiologique, que le VIH est la moins transmissible de toutes les maladies “IST”. Le VIH ne passe que par la muqueuse anale de façon significative. Le risque lié à la fellation est quasi nul, même entre partenaires sérodiscordants ( la fellation passive où l’on reçoit du sperme contaminé est ainsi , chez les homosexuels, dix fois moins contaminante qu’un rapport anal protégé avec préservatif; la capote lachant environ 1 fois sur 4000, quand le risque lié à la fellation précitée est de 1 sur 40 000, et bien ce risque quasi nul lié à la protection assurée par le port du préservatif est malgré tout dix foix plus fort que le risque précédent précité, cela en raison de l’inhibition du VIH par la salive. D’où le rique minime pour les hétérosexuels bénéficient des “vrais” rapports sexuels pénétrants génito-vaginaux 200 fois moins contaminants que les rapports anaux. Ces données statistiques sont plus récentes que les études épidémiologiques , lesquelles ont d’abord montré tout simplement que le rythme de progression hétérosexuel de la maladie avant l’emploi du préservatif comme aujourd’hui était de l’ordre de 15% en France, avec une tendance à la baisse tendancielle puisque l’épidémie touche au fur et à mesure les populations sexuellement de moins en moins actives. La population générale hétérosexuelle est relativement à l’abri même en l’absence de l’usage de préservatif : on estime que les hommes hétéros mettent 10 fois moins la capote que les homos, lesquels sont malgré tout 200 fois plus contaminés proportionnellement..
    Il en va de même dans les autres pays occidentaux: les pouvoirs publiques ne paieront pas des mi:lliards pour permettre aux pédés de s’enculer. les jeunes hétéros : aujourd’hui, aucun danger, dans 50ans, peut-etre, et d’ici là, soit le VIH aura été soit vaincu, soit les jeunes mettront la capote ‘ de la jalousie des vieux qui ont pris ces décisions parce qu’ils ne sont plus concernés ! ).” Et puis de toutes façons , si c’est grave , les Américains trouveront” ( comme on disait dans les milieus français médicaux jusque dans les années 86 )

    Le “crime” de l’Occident contre les pays pauvres et les minorités sexuelles est une chance inespérée pour les homosexuels barebackers, qui savent depuis le début qu’ils sont à l’abri de la criminalisation du sida ( représentant 35% des séropositifs, ils ne sont l’occasion que de 0,5% des plaintes contre les séropositifs ). Le bareback est un impératif sexuel absolu, de même que l’on ne fait jamais d’un homosexuel un hétérosexuel ni réciproquement. je dirai en réalité ceci : je ressens bien plus fort le rejet absolu de la capote que ma propre homosexualité,alors que l’identité et la distiction sexuelle homo/hétéro est bien moins tranchée qu’on ne le dit. La lutte pour le bareback revendiqué et bien entendu “prosélytre”, est du même ordre que l’impératif pour un homosexuel de voir ses droits reconnus. C’est donc en devenant séropositif que le barebacker signe cet impératif absolu de libération pour lui,c’est le même message qu’une grève de la faim, ( sauf qu’en plus le barebacker ne peut pas ne pas barebacker ) et même si bien entendu tout engagé qu’il soit, il garde jusqu’au bout l’espoir de passer à travers le sida, espoir qui est infime et ne sert en réalité que de ( faux ) prétexte à auto-justifier une décision déjà prise de barebacker.

    Plus il y a de séropositifs en Occident, plus le marché de la recherche accélère, ceci est une réalité liée à l’absence collectif d’effort pour faire avancer la recherche sida, remise à un secteur privé, les labos, dont la vocation est de faire des profits pour payer les retraites des fonds de pensions . Au passage, il est impensable d’obliger des intérets privés à assurer seuls les manquements de l’action publique : le fameux argument des labos criminels est une tarte à la crème qui vise à “mobiliser” et à canaliser la violence des jeunes, l’insuffisante recherche scientifique n’a aucunment son explication dans l’a nature libérale de l’économie ou quelques uns de ses acteurs privés désignés comme bous émissaire ( ici les labos ), mais dans la société elle-même. Ah ! Lepape a dit de ne pas mettre la capote, eh bien alors je vais la mettre. Ah!, les labos font des profits avec le sida et leurs médicaments ! eh bien je vais me protéger ! ( c’est très naif un jeune , ou plutot ça csait aussi utiliser de mauvais arguments dans un but utile d’auto-protection, car les jeunes en réalité voient clair )). le barebacker est libéré de sa culpabilité sociale grace au crime occidental lié à l’abandon des pays tiers, l’abandon par l’un rachetant la transmission par l’autre ( ceci est bien entendu faux d’un point de vue moral, mais d’une totale efficacité d’un point de vue “politique” ). En outre, la culpabilité n’est pas écrite à l’avance. Que la science progresse et guérise à temps et le crime est lavé, parce que mort il n’y a plus. La société décide ainsi de fabriquer ou non un crime. Avec les traitements , on sait empecher la mort et même l’état de santé du “malade” ( j’ai mes pleines capacités physiques et travaille à temps plein ) : dès lors, quand on entend qu’un noir africain séropositif est un assassin qui transmet le sida à se femme, que penser quand dans le même temps on sait que la mort est aujourd’hui liée à notre refus de financer les traitements sida ( qui couteraient 10% du cout de la guerre en Irak pour traiter 10ans l’ensemble des séropositifs de la planète ! ). Qui est responsable dela mort possible de cette femme, le mari qui l’a contaminé seulement ? Une autre remarque au passage : soi disant, il faudrait que les barebackers ne baisent qu’entre eux. Alors expliquez -moi pourquoi il est interdit dans tous les media homos par exemple de passer la moindre annonce de rencontre pour pratiquer le bareback ? Il est aujourd’hui totalement impossible à un séropositif homosexuel de passer une annonce pour dire ce qu’il recherche, le saviez-vous seulement ? Il en est de même dans les associations qui plus est ( les gens s’y rencontrent dans l’ombre et la clandestinité à l’insu de leurs “dirigeants” , évidemment non représentatifs ). On parle : c’est dégueulasse et interdit, on se tait, nous sommes des traitres qui contaminent à l’insu des gens : que reste-t-il?

  30. Publicité
  31. #25
    jcm

    Réponse à Faith ( 2ème partie )

    Bien entendu, je n’ai pas contracté le VIH pour sauver le Tiers-monde. Demander moi si j’ai l’intention de contracter le paludisme pour faire avancer la science contre le paludisme, la réponse est non bien sûr, pour la bonne et excellente raison que je ne suis pas concerné. Mais, dans le cas du sida , j’y suis et c’est toute la différence. Il y a une synergie complète entre l’impératif absolu de ma libido qui vomit la capote et l’utilité réelle et démontrée de ma séropositivité d’occidental qui permet à la recherche d’avancer plus vite en donnant un “marché” rentable au sida. J’ai compris désormais que les millions ou dizaines de millions de morts n’ont aucune influence sur les décisions de nos gouvernements. jeune, j’ai fait l’erreur de compter trop la dessus, sinon j’aurais ouvert ma gueule beaucoup plus tot.. Vous continuerez de les laisser mourir en disant ils n’avaient qu’à mettre la capote comme on le leur avait dit. L’issue planétaire du sida est tout simplement entre les mains des barebackers occidentaux, c’est bien la raison pour laquelle nous ne nous contenterons plus de décrire notre situation où nous n’engagaeons que nous-mêmes, nous sommes assurément “prosélytes” dans l’âme comme on dit.
    Ce sera votre discours préventif, contre le notre, en guerre ouverte.

    La gestion politique de ce “combat” où nous sommes ennemis déclarés doit se concilier avec le respect des “règles” de la guerre : à savoir interdiction de contaminer quelqu’un qui ne veut pas l’être ou par des actions terroristes, lesquelles vous le remarquerez n’ont jamais eu lieu car elles signeraient une défaite immédiate politique et morale de nos positions. Ce que vous aurez à affronter, qui est la vraie réalité du sida ( et non pas les viols etc..), ce sont les couples séropositifs solidaires qui s’affichent contre la prévention, ou les groupes identitaires qui ont une solidarité totale entre eux ( les séropositifs barebacker occidentaux ).

    Se rendre malade pour vaincre le fléau d’une maladie n’est pas une absurdité. La ligne droite n’est pas le moyen intelligent pour atteindre le grain quand il y a un grillage devant. Il faut faire un détour.
    Quand on dit à un jeune de 20ans que la victoire contre le sida c’est pour dans 40ans, pour peu qu’il soit barebacker dans l’âme, il n’hésitera pas un seul instant, il s’y lancera tout de suite dorénavant, parce que le sexe à 40ans, c’est trop tard. L’épidémie va inéluctablement ré-accélerer. Que ceux qui AIMENT la capote lèvent le doigt. Vous aurez ainsi une idée de notre potentiel.

    L’argumentation sur le suicide attaché au bareback : je le balaie d’un revers de la main . Il s’agit pour moi d’un engagement de longue dont j’ai bien l’intention de sortir vainqueur, et je suis sorti vainqueur. J’ai attrapé le VIH avant 1986 et je suis toujours là, avec ma charge indétectable. La seule gêne dans ma vie, ce n’est pas le virus, c’est le discours préventionniste qui me répète que je suis un criminel, que je vais mourir etc...il n’y aura jamais assez de morts en Afrique pour appuyer ce message d’ailleurs, leur mort tombe vraiment à pic n’est-ce pas ? L’état de malade n’est pas seulement un affaiblissement physique, il est aussi social, mais là où ça ne va plus, c’est qu’on fait de cela un argument de faiblesse intellectuel. Un suicidaire ne raisonne pas juste, un opposant politique est un déviant psychique, un homme de la liberté qui s’expose est un suicidaire et donc toute personne qui s’oppose socialement au groupe et expose en outre sa santé ne peut être intellectuellement que dans l’erreur. Croyez-vous ! Le sida ne vient plus du sexe libre, il vient des viols et de la prostitution : cela relève de la même manipulation psychologique : culpabiliser et affaiblir socialement et intellectuellement l’opposant. Les milieus préventionnistes actuels, la police médicale psychologique, et l’ex URSS, pour moi, c’est du pareil au même.

    En conclusion : croyez-vous que la prévention par la terreur et l’exclusion actuelle soit capable d’amener la seule solution possible : la réconciliation ? Avez-vous une idée du point auquel nous vous détestons avec le discours mono-préventionniste outrancier avancé comme seule horizon pour des générations entières à venir, quand on sait qu’il pourrait en être tout autrement, et quand on voit bien à quel point le VIH en réalité n’était pas du tout aussi invincible qu’on l’a dit ?

    A vous, Faith

  32. #26
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par coco
    Pardon, c'est moi qui répond...
    J'ai compris votre discours et le discours des (tous?) homosexuels... ils essayent de faire une force de leur faiblesse... et pourquoi pas, il faut vivre par tous les moyens, je veux dire bien vivre...

    Mais ne pas attenter à la vie d'autrui... et là le discours est clair aussi: chacun doit se protéger sans attendre quoi que ce soit du partenaire... Mais savoir alors qu'il y a 2 (que 2 ?? ) mentalités différentes... forgées par la vie...

    J'ai compris cela, mais pourquoi vous dites-vous le plus fort??? là je n'ai pas compris...
    *****************************

    "je suis le plus fort" : c'est la composante narcissique de ma paranoia ! ( laquelle n'est pas un trouble psychique mais une composante de la personnalité de chacun, parait-il , il faut même paranoier, c'est à dire imaginer que le monde n'est pas tel qu'il devrait être : sans aucun doute )
    "Tout ce qui ne me détruit pas me rend plus fort" : Nietzsche était lui aussi un grand malade. mais à voir l'état dans lequel sont revenus les vétérans du Vietnam et leur devenir dans la société américaine, j'ai des doutes.
    J'ai par contre sans aucun doute un courage que beaucoup n'ont pas, qui compense très bien , comme vous dites, cette faiblesse fatale que m'impose ma "libido".

  33. #27
    jcm

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par diazométhane
    En réalité, le Président Mbeki s'est battu pour connaître la valeur thérapeutique et l'absence d'effets secondaires graves de certains médicaments (AZT et Névirapine).
    Il a donc imposé certaines expérimentations préalables.
    Et l'histoire lui donne apparemment raison, puisque MSNBC :

    http://www.msnbc.msn.com/id/6707600/

    dénonce justement un nouveau scandale, celui de la Névirapine, dont les effets secondaires graves n'ont pas été divulgués par le NIH
    *************************

    Toutefois, la juste remarque sur les effets négatifs de l'AZT ou de la Névirapine ne sauraient justifier la thèse comme quoi le VIH n'existerait pas. Plus probablement, Mbeki ne veut tout simplement pas acheter les médocs pour les avoir gratuits ( je n'engage que moi dans cette hypothèse ) et il fonde alors la justification de cette politique "spéciale" sur la négation du virus.
    Cela explique en revanche la défiance envers les autorités médicales officielles . De mon coté, j'accorde toutes les circonstances atténuantes à ces autorités. Le sida tuait à coup sûr ( croyait-on ), donc à partir de là, l'urgence autant que le désespoir ne pouvaient se permettre des retards et des précautions excessives qui freinent l'avancée des connaissances. L'AZT avait prouvé son efficacité in vitro. In vivo , il s'est révélé inefficace employé tout seul pour retarder la maladie, or il était hautement toxique. Il fallait bien essayer pourtant. Et aujourd'hui, l'AZT est totalement réhabilité. Employé sur une plus courte durée, il est peu toxique et a constitué l'outil majeur de la prévention du sida dans la transmission mère/enfant pendant les grossesses.

  34. #28
    coco

    Re : Vaccin sida 1

    Citation Envoyé par jcm
    "J'ai par contre sans aucun doute un courage que beaucoup n'ont pas, qui compense très bien , comme vous dites, cette faiblesse fatale que m'impose ma "libido".
    Non, ce n'est absolument pas cela que j'ai voulu dire quand je parlais de faiblesse...
    Je parlais de faire une force de la séropositivité... une force de cette faiblesse, de cette affection, qu'est la séropositivité...

  35. #29
    coco

    Re : Réponse à Faith ( 2ème partie )

    Citation Envoyé par jcm
    J’ai attrapé le VIH avant 1986 et je suis toujours là, avec ma charge indétectable. La seule gêne dans ma vie, ce n’est pas le virus, c’est le discours préventionniste qui me répète que je suis un criminel, que je vais mourir etc...
    La réponse au VIH est diférente selon le système immunitaire des individus... on ne peut généraliser...
    Encore une fois, je comprends que l'on soit géné par le discours qui semble mettre à l'écart... mais c'est pareil pour les cancéreux... pour toutes les personnes qui ont, un peu avant les autres une maladie peut entraîner la mort un peu plus tôt que l'échéance... à laquelle on avait pensé...
    Vous avez raison, toute la force est dans l'esprit!

    Avez-vous une idée du point auquel nous vous détestons avec le discours mono-préventionniste outrancier avancé comme seule horizon pour des générations entières à venir
    Il n'y a pas que le SIDA qui génère l'exclusion... Pensez-y...

  36. #30
    invite765732342432
    Invité

    Re : Réponse à Faith ( 2ème partie )

    Citation Envoyé par jcm
    En conclusion : croyez-vous que la prévention par la terreur et l’exclusion actuelle soit capable d’amener la seule solution possible : la réconciliation ? Avez-vous une idée du point auquel nous vous détestons avec le discours mono-préventionniste outrancier avancé comme seule horizon pour des générations entières à venir, quand on sait qu’il pourrait en être tout autrement, et quand on voit bien à quel point le VIH en réalité n’était pas du tout aussi invincible qu’on l’a dit ?
    A vous, Faith
    Bon... Je dois dire que j'avais assez apprécié la première partie de ton argumentation d'il y a quelques jours ainsi que la première partie de l'argumentation d'aujourd'hui...

    Après avoir lu ces lignes, j'avais en tête un discours passionné et décalé mais reposant sur un air de vérité et de vécu. Elles m'ont permis de mieux comprendre le problème auquel tu es confronté, et d'avoir un autre son de cloche que celui qu'on entend en permanence dans les medias.

    Je comprend tout à fait tes raisons de refuser la capote (tant du point de vue "libido" que "principes"). J'ai compris grâce à toi que les campagnes à outrance pour le préservatif peuvent avoir des effets secondaires vraiment pervers.

    Pour tout cela, je t'ai déjà remercié et continue à le faire.

    Néanmoins, la dernière partie d'aujourd'hui m'a surpris... et... déçu en quelque sorte.
    Je m'explique: depuis le début, j'avais l'impression que tu acceptais le SIDA comme une fatalité et avais choisi de vivre comme il te plait, sans te soucier de cette maladie. Celà, je le respecte.
    Mais ce soir, en finissant ma lecture, j'ai une toute autre impression dans la tête:
    Je vois une religion naissance: le culte du bareback. Des personnes promouvant le droit d'avoir le SIDA, et de vivre sans s'en cacher (jusque là pas de problème) mais qui en plus sont fiers d'en être victime, et c'est là que j'ai un problème.
    J'ai une horreur profonde de tous les mouvements communautaires lorsqu'ils ne reposent plus que sur l'esprit de groupe au détriment des "bonnes" idées et de l'action.
    Et après t'avoir lu, je n'ai pas l'impression que les barebackers fassent quoi que ce soit pour détruire le SIDA: vous en faites votre raison d'être. Ce que je comprends, c'est que c'est aux autres de régler votre problème. Votre guérison est aux mains des labos, et du marché que représente désormais le SIDA.

    Au début, je te voyais libre de vivre ta vie, faisant un pied-de-nez à la société et en lui montrant que tu peux vivre sans elle.
    Aujourd'hui je te trouve dépendant des chercheurs et essayant de reconstruire autour de toi une nouvelle société constituée de gens qui t'acceptent.

    J'espère me tromper, mais c'est ainsi que désormais je te vois.

    Mais ton slogan semble être "soyons nombreux à être malades du SIDA pour qu'il soit plus vite terrassé". Tu sembles sûr qu'aucun obstacle ne peut arrêter l'ingéniosité humaine. Cela t'oblige à avoir une confiance aveugle en la science et la médecine...
    Et si un jour, les chercheurs baissent les bras et s'avouent vaincus devant une nouvelle mutation du virus ?

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. le Sida:un vaccin est-il enfin possible ?
    Par Chun de Sanax, comte byte dans le forum Physique
    Réponses: 8
    Dernier message: 15/05/2006, 16h17
  2. vaccin contre le sida
    Par jeronimo88 dans le forum MST : SIDA, syphilis, hépatite...
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/05/2006, 17h19
  3. essai vaccin contre le sida
    Par caroline dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/11/2004, 17h15
  4. Essai d'un vaccin sur le SIDA
    Par Dav Jackson dans le forum Actualités
    Réponses: 8
    Dernier message: 05/04/2004, 17h44
  5. Australie et vaccin du sida
    Par Anne dans le forum MST : SIDA, syphilis, hépatite...
    Réponses: 7
    Dernier message: 10/06/2003, 14h26