Page 1 sur 6 12 3 4 5 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 159

Lacan et le rapport sexuel



  1. #1
    creon31

    Lacan et le rapport sexuel


    ------

    Il l'a dit souvent, "le rapport sexuel n'existe pas", et il avait raison...Il suffit de s'expliquer...
    Déjà, venant de Lacan, c'est une boutade (ou mieux une métaphore), s'appuyant sur ce qui préoccupe le plus ses auditeurs, la sexualité comme disait Freud, pour parler des effets du langage tout en maintenant l'attention de cet auditoire.
    En tant que sujets (barrés s'entend), nous percevons les autres (les petits autres) en tant que corps. C'est indéniable, dans la vie sociale, nous sommes entourés de corps, il y en a partout, les corps des autres, et nous les identifions par les attributs du corps.
    De la même manière, c'est par rapport aux attributs du corps de l'autre (un petit autre, bien sûr) que se ressent l'attirance sexuelle. La tentative de rapport sexuel, c'est la tentative de rapport entre le sujet barré et le corps de l'autre. Et c'est là que ça fait couac, parce que le sujet barré, tout en habitant son corps, n'y existe pas, puisqu'il ex-siste par un signifiant qui le représente (auprès d'autres signifiants).
    Comme nous le savons, il ne peut pas s'établir de rapport entre un signifiant qui évolue dans le symbolique, et un corps qui reste dans le réel.

    C'est précisément la question de la psychanalyse, et c'est par là que les cliniciens doivent commencer à réfléchir pour définir leur pratique (de cliniciens).

    http://psyuml.wordpress.com
    http://www.psyuml.com/

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    invité6543212033

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Et qu'est-ce que tu fais des violés ... !

  4. #3
    noir_ecaille

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Pour une fois vous présentez des références accessibles sur vos algorithmes. C'est appréciable

  5. #4
    Zozo_MP

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Bonjour

    Avez-vous lu ce livre ?

    Si oui pouvez vous expliquer "simplement" le rapport entre votre titre et la dernière partie de votre message.
    c'est par là que les cliniciens doivent commencer à réfléchir pour définir leur pratique (de cliniciens)
    Cordialement

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    karlp

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par creon31 Voir le message
    Il l'a dit souvent, "le rapport sexuel n'existe pas", et il avait raison...Il suffit de s'expliquer...
    Déjà, venant de Lacan, c'est une boutade (ou mieux une métaphore), s'appuyant sur ce qui préoccupe le plus ses auditeurs, la sexualité comme disait Freud, pour parler des effets du langage tout en maintenant l'attention de cet auditoire.
    En tant que sujets (barrés s'entend), nous percevons les autres (les petits autres) en tant que corps. C'est indéniable, dans la vie sociale, nous sommes entourés de corps, il y en a partout, les corps des autres, et nous les identifions par les attributs du corps.
    De la même manière, c'est par rapport aux attributs du corps de l'autre (un petit autre, bien sûr) que se ressent l'attirance sexuelle. La tentative de rapport sexuel, c'est la tentative de rapport entre le sujet barré et le corps de l'autre. Et c'est là que ça fait couac, parce que le sujet barré, tout en habitant son corps, n'y existe pas, puisqu'il ex-siste par un signifiant qui le représente (auprès d'autres signifiants).
    Comme nous le savons, il ne peut pas s'établir de rapport entre un signifiant qui évolue dans le symbolique, et un corps qui reste dans le réel.

    C'est précisément la question de la psychanalyse, et c'est par là que les cliniciens doivent commencer à réfléchir pour définir leur pratique (de cliniciens).

    http://psyuml.wordpress.com
    http://www.psyuml.com/
    Vous nous proposez là Créon, une lecture très claire de la formule "il n'y a pas de rapport sexuel".
    On comprend parfaitement en quoi le sujet névrotique ou pervers est ainsi condamné à la répétition. Par là on voit aussi qu'il y a une issue possible pour le pervers, pour peu qu'il finisse par consentir au fait que la monstration de ce qu'il tient pour la Vérité relève de la mascarade et du semblant (Serge André parlait d"'imposture perverse").
    Ne pensez vous pourtant pas que le clinicien (en tous cas celui qui oeuvre dans un cadre institutionnel) ne peut que refouler ce fait, dans la mesure où il est tenu à l'objectivité (forclusion du sujet) ?
    N'y a t'il pas là un impossible ?

  8. #6
    karlp

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    J'oubliais Créon ! l'explication que vous nous proposez en 1 permet de comprendre dans quel cas l'objet a c'est le corps (du petit autre); chose qui restait enigmatique pour moi dans vos précédents messages (je le signale à votre attention parce que j'ai cru comprendre que vous étiez aussi enseignant; vos étudiants seront certainement aussi plus receptif à cette explication là)

  9. Publicité
  10. #7
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par creon31 Voir le message
    De la même manière, c'est par rapport aux attributs du corps de l'autre (un petit autre, bien sûr) que se ressent l'attirance sexuelle. La tentative de rapport sexuel, c'est la tentative de rapport entre le sujet barré et le corps de l'autre. Et c'est là que ça fait couac,......
    n'est ce pas un racourci dans le raisonnement ? ( ou plutôt un detour non obligatoire )
    pourquoi mon petit a ne s'adresse-t-il pas directement à l'autre, sans passer par la case "sujet barré" ?

    un peu comme tout le monde sur terre quoi ?

  11. #8
    karlp

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    n'est ce pas un racourci dans le raisonnement ? ( ou plutôt un detour non obligatoire )
    pourquoi mon petit a ne s'adresse-t-il pas directement à l'autre, sans passer par la case "sujet barré" ?

    un peu comme tout le monde sur terre quoi ?
    L'objet petit a désigne "l'objet cause du désir"
    L'expression "mon petit a" ne se comprend donc pas (dans le cadre ici posé)
    Il n'y a pas identité entre l'objet petit a et le corps; mais le corps peut présentifier/incarner cet objet a pour un sujet.
    Le S barré désigne le sujet en tant qu'effet du langage, et plus exactement de la dimension du signifiant; la barre indique que le sujet n'est pas un signifiant mais qu'il n'est que représenté par un signifiant auprès d'un autre signifiant.

    Si vous voulez, une autre manière de signifier l'impossibilité du rapport sexuel consiste à dire que une femme (par exemple) peut désirer être cause du désir, mais pas objet de jouissance; sauf peut-être dans la perversion. Toutefois, à supposer même qu'un individu s'offre à la dévoration d'un anthropophage (ce qui est déjà arrivé et, peut-on le supposer, se produit encore), ce serait encore un ratage, parce que l'objet a n'est pas le corps .

  12. #9
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par karlp Voir le message
    L'objet petit a désigne "l'objet cause du désir"
    L'expression "mon petit a" ne se comprend donc pas (dans le cadre ici posé.
    ...
    Il n'y a pas identité entre l'objet petit a et le corps; mais le corps peut présentifier/incarner cet objet a pour un sujet.
    .
    c'est limpide.
    présentifier ?

    sans blague, je ne saisi pas ou existe "moi qui désire" par exemple, et qui s'adresse à "madame qui est désirable" .

  13. #10
    karlp

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    c'est limpide.
    présentifier ?

    sans blague, je ne saisi pas ou existe "moi qui désire" par exemple, et qui s'adresse à "madame qui est désirable" .
    "présentifier" ou "représenter" ou "incarner" sont ici interchangeables.
    "présentifier" peut se comprendre comme "rendre présent" (mais seulement aux yeux du sujet. )

    Quand vous observez que vous ne saisissez pas où se trouve celui qui désire ( on distingue généralement le "moi" du "sujet", mais ça n'a pas d'importance ici), vous êtes sans doute au plus près de la juste compréhension de ce qu'on appelle le sujet barré.

    Il n'est pas une substance (comme dans le cogito de Descartes)
    Il n'est pas non plus "intentionalité" (comme dans la phénoménologie husserlienne, voire sartrienne).

    Comme Créon l'explique par ailleurs, le sujet n'est que représenté. On peut l'assimiler à un "point"; quelquefois Lacan le représentait par l'ensemble vide dans certains schémas. (en litterature on dit parfois qu'on reconnait un auteur à "sa petite musique", cette manière très particulière d'être présent/absent dans son style d'écriture. Cette petite musique est la signature du sujet. A contrario, il y a des personnes qui ne s'expriment que par formules convenues: elles laissent l'impression d'être inexistantes)

    Pour essayer de vous donner une petite "idée": certaines personnes souffrent de ne pas se sentir assurées de leur "Etre" (elles sentent bien qu'elles sont autre chose que l'image qu'elles donnent); certaines se cherchent une "consistance" (rien à voir avec la consistance logique) en se gavant de nourriture ou de boisson (lorsque les jeunes boivent trop ils disent qu'ils "prennent chair/cher" (eux mêmes ne savent pas s' il faut écrire "chair" ou "cher")).

    Certaines personnes cherchent désespérément chez l'autre cette assurance: parmi elles vous rencontrerez un type d'hystérique (c'est ici une structure mentale, pas une pathologie) qui vous assomme de propos insignifiants et qui ne peuvent s'arrêter. Ne plus parler équivaut pour elle à "disparaître" ou à n'être plus rien: cet effet observable pourrait être lu comme la conséquence du fait que le sujet n'est que représenté (Créon le résume en disant qu'il (le sujet) "ek-siste")

    Le plaisir que nous pouvons éprouver à parler ou à écrire peut s'interpréter comme le palisir lié au fait qu'ainsi nous ek-sistons

    -J'espère ne pas trop m'égarer; Créon pourra peut-être nous dire ce qu'il en pense.

  14. #11
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par karlp Voir le message
    .......
    .
    désolé karlp, pour moi c'est du pur charabia.
    je dois être totalement sourd et aveugle à la psychanalyse lacaniènne.

    c'est drole, je comprend bien mieux l'analyse transactionnelle.

    alors je sors.

  15. #12
    karlp

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Vous n'avez pas à être désolé. Nous avons tous nos préférences et c'est heureux ainsi.

  16. Publicité
  17. #13
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Bonjour, ansset tu n'es pas le seul, je n'ai pas pu non plus comprendre un traitre mot, de ce qui a été dit dans cette discussion.

  18. #14
    noir_ecaille

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Je n'ai pas tout lu et j'aimerais "plus" de commentaires des schémas à la place des références à des séminaires.

    Pour le chapitre 4, 4.1 "subversion" par exemple :
    "Subversion" a quel sens ? bouleversement ? Si je lis le schéma, la conscience est issue d'un bouleversement. Nécessairement ? Qu'en est-il de la proprioception ? Comment se traduisent le ça et le subconscient dans ce schéma ?

    Certaines sensations et certains ressentis sont qualifiés "d'intraduisibles en mots" par le sujet (qualia sans signifiants attachés). Où se placent-ils dans ce schéma ?

    L'inconscient se sert beaucoup de qualia (sensation, ressentis). A mon sens il y a absence de signifiant (de mots) entre le sujet et ces qualia (vision, ouïe, peur, stimuli basiques...).

    Dans le conscient, je ne conçois pas non plus de signifiant entre le sujet et les qualia sauf si le sujet décide de les réifier (réifier ces qualia pour autrui = partage ; analyser ces qualia comme on analyse un objet via ces même qualia, etc.).


    Je ne parviens pas à retrouver le côté UML -- suis-je trop campée sur la réalité d'une modélisation conception-[programmation/construction] ?


    Bref. Ça manque de clarté, il faudrait vulgariser. En particulier le vocabulaire, secondairement les classes et les relations des objets des schémas, les objets en eux-même et les concrétisations.
    Vulgariser les notions de base de la psychanalyse ne serait pas un luxe, plutôt une nécessité si vous souhaitez amenez les curieux à comprendre voire adhérer à cette façon d'aborder la construction de l'esprit.

    On attend beaucoup car la plupart des adhérents sont des curieux
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  19. #15
    Zozo_MP

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Bonjour

    Si l'on veut comprendre la psychanalyse, il faut en parler d'un point de vue clinique avant tout et non pas noyer les gens sous des gros paquets de séminaires et autres parutions.

    Il y a d'ailleurs une école à Paris où le jeu favori c'est de jouer à "Jacques à dit" et il y a beaucoup de pathos autour de ça.
    Je les ais étudier plus de 4 ans (les séminaires et autres) et je peut vous dire que la pratique de l'analysant ou de l'analyste et assez éloigné de ça.

    Ceci dit les séminaires sont d'excellents repères et il y a quelques concepts que je trouve très pertinents dans la pratique : mais comme je l'ai dit déjà une fois comme la théorie c'est construite en marchant certaines choses avancées au début ont moins de valeur pour moi que par exemple ce qui a été tenté d'être élaboré au travers du mot "topologie".
    Mot qui hérisse le poil (pour ne pas dire plus ) des tenants de la discipline et des mathématiciens et de toute façon, pour ceux qui s'intéressent à la psychanalyse ou qui sont psychanalyste bien peu de personnes ont compris ce que l'on peut en tirer de la notion de topologie pour l'analyse.

    Cordialement

    PS : Quand à l'AT c'est quelque chose de bien différent même si cela parle mieux d'un point de vue purement intellectuel.

  20. #16
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Excusez moi, mais :

    la psychanalyse n'étant pas une science, et soit, (si elle veut continuer à ne pas en être une) il n'y a pas de place pour elle sur un forum scientifique comme FS, soit (si on trouve qu'il y aurait là un certain intérêt) comment la rendre plus scientifique, non ?

  21. #17
    pelkin

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    La rendre scientifique est ambitieux, la rendre crédible serait déjà pas mal.
    Ce n'est certainement pas la logorrhée redondante et les néologismes des psys de tout poil de ce post qui va contribuer à la chose.

  22. #18
    mh34
    Responsable des forums

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Aïe aïe...se pourrait-il qu'on rende un peu de sérénité à ces différentes interventions?
    Je rappelle que nul n'est obligé d'intervenir, et je vous demande si vous jugez bon de le faire, d'essayer de conserver un ton et des propos mesurés.
    Merci par avance.

  23. Publicité
  24. #19
    Zozo_MP

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Bonsoir jreeman

    Je n'ai pas envie de me lancer dans une discussion sur la scientificité ou non qui HS et qui n'aboutiras à rien. Cette impasse a été labourée et discutée bysantinement

    Pour faire simple, si la psychothérapie et certaines branches de la psychologie ont leur place sur FS alors la psychanalyse aussi.

    Il y a de la place pour des échanges car les méthodes psy (au sens commun) visent en principe à diminuer certaines souffrances exprimées par les êtres humains.

    C'est cette perspective qui mérite d'être discuter et que les uns les autres on puisse s'enrichir de la connaissance ou de la vision des autres.

    Mais pour cela il faut ouvrir un autre fil.

    Je te laisse le choix du titre si cela te tente

    Cordialement

  25. #20
    noir_ecaille

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Zozo_MP>

    Peut-on en savoir plus sur cette "topologie" et le reste, même si la valeur n'est pas homogène ?

    Les schémas présentés dans les liens sont-ils les "cartes de l'esprit" auxquelles vous faites références ?

    Si oui : Pourriez-vous nous les expliquer plus vulgairement ?
    Si non : Avez-vous un lien vers cette topologie ?
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  26. #21
    Zozo_MP

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Bonsoir Noir_Ecaille

    Pour ne pas faire une déviation du sujet initial "Lacan et le rapport sexuel"
    je vous ferais la même proposition à Jreeman (que je salue) qui est d'ouvrir un nouveaux fil pour en discuter.

    Du genre "L'usage de la topologie chez Lacan".

    Qu'en pensez-vous ?

    Cordialement

  27. #22
    karlp

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    Bonjour

    Si l'on veut comprendre la psychanalyse, il faut en parler d'un point de vue clinique avant tout et non pas noyer les gens sous des gros paquets de séminaires et autres parutions.

    Il y a d'ailleurs une école à Paris où le jeu favori c'est de jouer à "Jacques à dit" et il y a beaucoup de pathos autour de ça.
    Je les ais étudier plus de 4 ans (les séminaires et autres) et je peut vous dire que la pratique de l'analysant ou de l'analyste et assez éloigné de ça.

    Ceci dit les séminaires sont d'excellents repères et il y a quelques concepts que je trouve très pertinents dans la pratique : mais comme je l'ai dit déjà une fois comme la théorie c'est construite en marchant certaines choses avancées au début ont moins de valeur pour moi que par exemple ce qui a été tenté d'être élaboré au travers du mot "topologie".
    Mot qui hérisse le poil (pour ne pas dire plus ) des tenants de la discipline et des mathématiciens et de toute façon, pour ceux qui s'intéressent à la psychanalyse ou qui sont psychanalyste bien peu de personnes ont compris ce que l'on peut en tirer de la notion de topologie pour l'analyse.

    Cordialement

    PS : Quand à l'AT c'est quelque chose de bien différent même si cela parle mieux d'un point de vue purement intellectuel.
    Je crois que vous n'avez pas tort au sujet de la topologie chez Lacan.

    Cette voie s'est révélée être une impasse (mais je n'en suis pas sûr). Contrairement à d'autres "constructions" la topologie ne semble pas avoir eue grand destin chez les psychanalystes (là encore je ne suis pas sûr: je ne fais que me baser sur les propos de quelques'uns qui ont été proches de Lacan et qui ont développé des idées intéressantes ; sans jamais se référer à ses tentatives dans ce champ -ou de façon très anecdotique- je pense à Mustapha Safouan, Elie Doumit , Serge André)

    De fait , lui-même a convenu que c'était une impasse.

  28. #23
    karlp

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Je n'ai pas tout lu et j'aimerais "plus" de commentaires des schémas à la place des références à des séminaires.

    1) Pour le chapitre 4, 4.1 "subversion" par exemple :
    "Subversion" a quel sens ? bouleversement ? Si je lis le schéma, la conscience est issue d'un bouleversement. Nécessairement ? Qu'en est-il de la proprioception ? Comment se traduisent le ça et le subconscient dans ce schéma ?

    2)Certaines sensations et certains ressentis sont qualifiés "d'intraduisibles en mots" par le sujet (qualia sans signifiants attachés). Où se placent-ils dans ce schéma ?

    3) L'inconscient se sert beaucoup de qualia (sensation, ressentis). A mon sens il y a absence de signifiant (de mots) entre le sujet et ces qualia (vision, ouïe, peur, stimuli basiques...).

    4) Dans le conscient, je ne conçois pas non plus de signifiant entre le sujet et les qualia sauf si le sujet décide de les réifier (réifier ces qualia pour autrui = partage ; analyser ces qualia comme on analyse un objet via ces même qualia, etc.).


    5) Je ne parviens pas à retrouver le côté UML -- suis-je trop campée sur la réalité d'une modélisation conception-[programmation/construction] ?


    6) Bref. Ça manque de clarté, il faudrait vulgariser. En particulier le vocabulaire, secondairement les classes et les relations des objets des schémas, les objets en eux-même et les concrétisations.
    7) Vulgariser les notions de base de la psychanalyse ne serait pas un luxe, plutôt une nécessité si vous souhaitez amenez les curieux à comprendre voire adhérer à cette façon d'aborder la construction de l'esprit.

    8)On attend beaucoup car la plupart des adhérents sont des curieux
    Pardonnez moi Noir Ecaille; je sais que ce n'est pas à moi que vous posez ces questions. Mais vous éveillez ma curiosité.

    Si vous le voulez bien :

    1)Quand vous traduisez "subversion" par "bouleversement" ce n'est pas inexact (étant entendu que chaque terme possède une portée qu'aucun autre n'exprime identiquement)

    Est-ce que vous voulez bien expliquer le terme "proprioception" ?

    2) seul Créon peut répondre: il est l'auteur d'une démarche originale (vous le saviez)

    3) il est très difficile de savoir si nous parlons du même "inconscient".
    Ce que vous évoquez, qui est plein de bon sens, renvoie peut-être à ce qu'on appelait autrefois (à l'époque de Freud) le pré-conscient.

    Mais j'ignore ce que vous appelez "qualia". Celà ressemble à ce que j'appelerais "effet imaginaire" (nous verrons si cette équivalence est correcte)

    4) je crois comprendre . Ca me semble correct . Nous avons du mal à décrire nos affects.

    5) Cf 2)

    6) Je partage votre préférence pour la simplicité et la clarté. Nous pouvons reconnaître que Créon s'y emploie, et , je trouve , avec un certain talent; mais je dois dire que celle ci loge d'abord dans ses explications, plus que dans les schémas uml (il faut toutefois en passer d'abord par les explications pour pouvoir juger de la pertinence de ces schémas).

    7) Je ne pense pas que la psychanalyse doive chercher à séduire les curieux. Qu'importe que peu s'intéressent à ce qu'elle révèle, s'il lui faut, pour être "connue", renoncer à son voeu fondamental. Le succès populaire n'a aucun rapport avec la pertinence.

    8) Vous avez vous même éveillé ma curiosité avec vos références aux "qualias": pouvez vous en toucher deux mots pour un inculte ?

  29. #24
    creon31

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Bonjour,

    A mon avis, ce n'est pas la peine de chercher midi à 14 heures, et ça ne vaut pas le coup de se prendre la tête.

    Je voulais seulement citer une lacanerie parmi d'autres pour illustrer que le fossé qui sépare toujours le réel qui est toujours là d'une part, et nos constructions symboliques qui s'animent dans notre pensée d'êtres humains d'autre part.
    La question du comblement plus ou moins adéquat de ce fossé est la question que pose le patient au clinicien. Cela me paraît simple.

    Lorsque Lacan parle de subversion (du sujet), il est certain qu'il emploie le terme de subversion dans le sens de bouleversement, par rapport au sujet conscient de la philosophie.

    Enfin, UML est un langage de modélisation graphique reconnu qui permet d'exprimer des concepts et de les associer, sans être tributaire des imprécisions de la langue.

  30. Publicité
  31. #25
    karlp

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par creon31 Voir le message
    Bonjour,

    1A mon avis, ce n'est pas la peine de chercher midi à 14 heures, et ça ne vaut pas le coup de se prendre la tête.

    2Je voulais seulement citer une lacanerie parmi d'autres pour illustrer que le fossé qui sépare toujours le réel qui est toujours là d'une part, et nos constructions symboliques qui s'animent dans notre pensée d'êtres humains d'autre part.
    3La question du comblement plus ou moins adéquat de ce fossé est la question que pose le patient au clinicien. Cela me paraît simple.

    4Lorsque Lacan parle de subversion (du sujet), il est certain qu'il emploie le terme de subversion dans le sens de bouleversement, par rapport au sujet conscient de la philosophie.

    5Enfin, UML est un langage de modélisation graphique reconnu qui permet d'exprimer des concepts et de les associer, sans être tributaire des imprécisions de la langue.
    1)

    2) Evoquez vous ici le "réel" ou la "réalité" ? Je crois que le "réel" reste, par définition, ce qui échappe à la symbolisation.

    3) Il me semble que, à sa période "optimiste" (hégélienne), Lacan pensait qu'il pouvait y avoir une sorte de dépassement dialectique qui mènerait à une "réconciliation" avec le réel qu'à cette époque il n'avait pas encore distingué de la réalité.
    Par la suite il a orienté la cure dans le sens d'une acceptation de l'impossibilité d'une telle réconciliation, en accord avec l'évolution du sens qu'il donne au mot "réel" (le non symbolisable)

    Vous avez, me semble t'il parfaitement raison de souligner qu'il s'agit là d'une question essentielle.

    4) Il y a en effet rupture avec la conception cartésienne du sujet, ainsi qu'avec les conceptions phénoménologiques. Ce serait suite à sa lecture de Heidegger (que je connais très mal)

    5) Je n'ai pas encore étudié ce langage (manque de temps), mais suis heureux d'avoir à disposition votre introduction sur celui-ci.

  32. #26
    Zozo_MP

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Bonjour Karlp

    Vous dites plusieurs choses intéressantes que l'on peut discuter (de préférence avec une langage simple comme ma crémière)

    Je vous cite
    Je crois que le "réel" reste, par définition, ce qui échappe à la symbolisation.
    Comment situez vous ce réel là, par rapport à celui central de RSI ( Réel Symbolique Imaginaire Ndlr)

    Egalement
    mènerait à une "réconciliation" avec le réel qu'à cette époque il n'avait pas encore distingué de la réalité.
    et enfin
    Par la suite il a orienté la cure .../... en accord avec l'évolution du sens qu'il donne au mot "réel" (le non symbolisable)
    .


    Pouvez-vous développer la différence entre le réel au sens de J.Lacan (J.L par la suite) et la réalité du point de vue du langage commun (de la crémière) car l'écart mérite d'être préciser si l'on veut comprendre un peu mieux J.L

    Cordialement

  33. #27
    Zozo_MP

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Bonjour Créon

    Je voulais seulement citer une lacanerie
    Je trouve que cette expression dévalorisante et à vrai dire en décalage avec les choses positives et élaborées intellectuellement que vous développez habituellement dans vos messages et notamment en créant ce fil de discussion.
    Evitons un glissement du a vers o (onerie)

    Lire Lacan est assez difficile mais pas plus que d'autres, comme Erving Goffman, dur! dur ! ou Douglas Hofstadter (dans GEB)

    Essayons de rendre plus simple la compréhension de ses ouvrages sans dévaloriser pour autant si vous en êtes d'accord, bien sûr.

    Cordialement

  34. #28
    creon31

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    Je trouve que cette expression dévalorisante et à vrai dire en décalage avec les choses positives et élaborées intellectuellement que vous développez habituellement dans vos messages et notamment en créant ce fil de discussion.
    Evitons un glissement du a vers o (onerie)
    Je suis franchement désolé que vous trouviez cette expression dévalorisante. Ce n'était absolument pas mon intention. Cette expression est d'usage courant dans certains milieux, avec un sens affectueux et même respectueux.
    Je tiens à le préciser, et à vous présenter mes excuses.
    Prenez le plutôt comme un jeu de mot amusant, digne de Lacan.

  35. #29
    karlp

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    Bonjour Karlp

    Vous dites plusieurs choses intéressantes que l'on peut discuter (de préférence avec une langage simple comme ma crémière)

    Je vous cite

    Comment situez vous ce réel là, par rapport à celui central de RSI ( Réel Symbolique Imaginaire Ndlr)

    Egalement

    et enfin .


    Pouvez-vous développer la différence entre le réel au sens de J.Lacan (J.L par la suite) et la réalité du point de vue du langage commun (de la crémière) car l'écart mérite d'être préciser si l'on veut comprendre un peu mieux J.L

    Cordialement
    Bonjour Zozo

    Il me semble qu'initialement Lacan ne distinguait pas "réel" et "réalité".

    Le réel est devenu ensuite "ce contre quoi on se cogne". C'est à dire ce qui n'est pas symbolisé (et qui peut n'être pas symbolisable).
    La "réalité" relève des trois ordres. Elle est donc différente pour chaque individu.

  36. #30
    Zozo_MP

    Re : Lacan et le rapport sexuel

    Bonsoir

    Puisque nous sommes entrain de faire un effort pour rendre plus compréhensible un certain nombre d'idées, de concepts, de théories de JL, nous pourrions même dire.

    Le réel est bien ici d'ordre psychique et cela mérite d'être garder dans un coin de mémoire.
    On pourrait même dire que c'est même "ce contre quoi on se cogne" qui est la difficulté pour l'analysant.

    Cordialement.

Page 1 sur 6 12 3 4 5 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. premier rapport sexuel
    Par met23 dans le forum Contraception, gynécologie, grossesse et sexualité
    Réponses: 8
    Dernier message: 09/12/2009, 11h41
  2. rapport sexuel avant..
    Par patriciass dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 9
    Dernier message: 13/08/2007, 01h47
  3. rapport sexuel
    Par ladivine dans le forum Contraception, gynécologie, grossesse et sexualité
    Réponses: 23
    Dernier message: 11/05/2007, 23h00