Discussion fermée
Page 2 sur 7 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 196

Test clinique homéopathie



  1. #31
    jiherve

    Re : Test clinique homéopathie

    Re
    j'attends toujours une réponse à ma modeste question, mais peut être n'a t elle pas de réponse recevable d'un point de vue scientifique et pour cause!
    JR

    -----

    l'électronique c'est pas du vaudou!

  2. Publicité
  3. #32
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par pelkin Voir le message
    Bonsoir,

    Pour la 53.276.482 fois, l'effet placebo fonctionne sur les bébés, sur les animaux aussi, (par conséquent l'homéopathie aussi), il suffit de faire une petite recherche sur le site.
    C'est la 64.243 fois que cette question est posée !
    Est-ce que l'effet placebo fonctionne sur les plantes (les haies, les cultures en plein champ...) ? Car il a été observé que les plantes, comme tout ce qui relève du vivant semble-t-il, sont sensibles aux préparations homéopathiques.

  4. #33
    mh34

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par Black-Milou Voir le message
    Non vous êtes à côté de la plaque, pour un homéopathe les indications de Phosphorus sont précises, bien qu'il puisse y avoir des ambiguités avec certains autres remèdes si le regard porté par le thérapeute manque de finesse (qui vient avec le métier).
    Moi je regarde ça : http://www.homéopathie.com/traitements/phosphorus.html
    Ils racontent n'importe quoi ou pas sur ce site? Je ne suis pas capable d'en juger, mais quel est votre avis?
    Vous avez vu la liste des affections sur lesquelles est censé intervenir Phosphorus?
    En allopathie ( et Dieu sait qu'elle a ses défauts!) aucun médicament, AUCUN, n'a dans le Vidal ou le Dorosz des indications aussi larges!
    Donc, en tenant compte du principe énoncé, si on donne phosphorus à quelqu'un qui ne présente pas ces symptômes, il est susceptible de les présenter à terme, oui ou non? On en revient au début ; ils sont tellement variés et variables, qu'on ne pourra JAMAIS prouver que c'est bien phosphorus qui en est à l'origine.
    Ω ξειν', αγγέλλει Λακεδαιμονίοις ότι τήδε κείμεθα τοις κείνων ρήμασι πειθόμενοι

  5. #34
    erik

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par Black-Milou Voir le message
    Car il a été observé que les plantes, comme tout ce qui relève du vivant semble-t-il, sont sensibles aux préparations homéopathiques.
    Je serais très intéressé de lire une publication scientifique démontrant cela. Pourrais tu poster les références de telles études.
    Dernière modification par erik ; 01/01/2013 à 15h28.

  6. #35
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    Re
    J'aimerais bien que l'on m'explique comment il peut exister une eau ou un sucre assez purs pour pouvoir servir de support à ces préparations sans pour autant y inclure des éléments délétères ou non "adapté" à la phénoménologie!
    Magique, c'est magique donc comme il s'agit de croyances la raison est impuissante.
    JR
    Non je n'ai pas d'explication à donner, un peu comme il n'y a pas d'explication à donner sur les raisons qui font se désintégrer un atome d'une substance radio-active (La mécanique quantique est d'ailleurs un exemple de physique qui a su incorporer une bonne dose de phénoménologie dans ses présupposés). Je peux cependant préciser qu'il y a dans la pratique de la préparation des remèdes homéopathiques et après chaque dilution, une opération de potentialisation par fortes sucussions qui semble indispensable pour que l'action du remède fasse mieux que résister à la dilution et s'affirme au contraire. Mais là aussi je n'ai pas d'explication de mécanisme associé à vous donner.

  7. #36
    jiherve

    Re : Test clinique homéopathie

    Re
    ah la meca Q, l'analogue scientifique du point de Godwin, elle à bon dos la meca Q.
    Je peux cependant préciser qu'il y a dans la pratique de la préparation des remèdes homéopathiques et après chaque dilution, une opération de potentialisation par fortes sucussions qui semble indispensable pour que l'action du remède fasse mieux que résister à la dilution et s'affirme au contraire.
    Oui mais les polluants aussi vont être potentialisés mais bien sur il doit y avoir un rythme de succussion adapté qui filtre les mauvaises ondes.
    C'est magique, le principe de similitude est pas essence magique.
    Heureusement que nous sommes le 1er Janvier, on peut se divertir un peu, les modos digèrent, car ce fil n'en a plus pour longtemps.
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  8. Publicité
  9. #37
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Moi je regarde ça : http://www.homéopathie.com/traitements/phosphorus.html
    Ils racontent n'importe quoi ou pas sur ce site? Je ne suis pas capable d'en juger, mais quel est votre avis?
    Vous avez vu la liste des affections sur lesquelles est censé intervenir Phosphorus?
    En allopathie ( et Dieu sait qu'elle a ses défauts!) aucun médicament, AUCUN, n'a dans le Vidal ou le Dorosz des indications aussi larges!
    Donc, en tenant compte du principe énoncé, si on donne phosphorus à quelqu'un qui ne présente pas ces symptômes, il est susceptible de les présenter à terme, oui ou non? On en revient au début ; ils sont tellement variés et variables, qu'on ne pourra JAMAIS prouver que c'est bien phosphorus qui en est à l'origine.
    L'homéopathie ne demande absolument pas à un remède de répondre à une maladie donnée. Pour vous faire comprendre : une malade qui n'en peu plus de sa cystite chronique qui ne répond plus aux antibiotiques dépassés par le phénomène de multi-résistance des agents infectieux,va voir un homéopathe uniciste et lui dit : docteur j'ai une affreuse cystite ! et le docteur lui répond : mais chère madame je ne sais absolument pas ce qu'est une cystite, faites moi simplement connaître le plus fidèlement possible ce que vous ressentez. Il est donc assez absurde du point de vue d'une homéopathie Hahnemanienne de faire une liste de maladies où un remède est susceptible d'intervenir (elle risquerait d'être très longue et certainement d'aucun intérêt pour l'homéopathe et son patient).
    Dernière modification par Black-Milou ; 01/01/2013 à 15h49.

  10. #38
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    Re
    ah la meca Q, l'analogue scientifique du point de Godwin, elle à bon dos la meca Q.

    Oui mais les polluants aussi vont être potentialisés mais bien sur il doit y avoir un rythme de succussion adapté qui filtre les mauvaises ondes.
    C'est magique, le principe de similitude est pas essence magique.
    Heureusement que nous sommes le 1er Janvier, on peut se divertir un peu, les modos digèrent, car ce fil n'en a plus pour longtemps.
    JR
    Tout ce que je puis vous dire c'est qu'au départ de la préparation d'un remède homéopathique, cette préparation est saturée par la substance que l'on veut potentialiser et qui est certainement majoritaire vis à vis des traces inévitables d'autres corps. Je ne puis en dire plus.

  11. #39
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Journal of the American Institute of homéopathy, Vol. XIII, No. 11,
    May 1921, page 1038
    Par W. A. Dewey, M. D., Université de Michigan

    Voici un article intéressant publié dans 'The Journal of the American Institute of homéopathy' de 1921 sur la grippe espagnole, regroupant les constatations d'une cinquantaine de médecins homéopathes américains après l'épidémie grippale. C'est assez instructif...

    Dans une usine de 8000 ouvriers, nous n'avons eu qu'un seul décès. Les patients ne sont pas décédés par abus de médicaments. Gelsemium a été pratiquement le seul remède utilisé. Nous ne nous sommes pas servis d'Aspirine ni de vaccins.
    -Frank Wieland, M. D., Chicago.



    Il y a un remède qui directement ou indirectement a été responsable de plus de décès que la grippe elle-même. Vous connaissez tous ce remède. C'est l'acide salicylique. L'histoire de l'Aspirine a été imprimée. Aujourd'hui, vous ne savez pas que l'acide salicylique a une action calmante. Elle est nuisible de deux façons. Son action indirecte provient du fait que l'Aspirine a été administrée jusqu'à un épuisement du patient qui développe une pneumonie.
    -Frank L. Newton, M. D., Somerville, Mass.



    Je n'ai pas perdu un seul cas de grippe; mon pourcentage de décès dans les pneumonies était de 2,1%. Les salicylés, Aspirine et Quinine comprises, étaient presque les seuls recours de l'ancienne école et on entendait couramment les allopathes dire qu'ils avaient 60% de décès dans les pneumonies..
    -Dudley A. Williams, M. D., Providence R. I.



    Trois cent cinquante cas et un seul décès, une pneumonie négligée qui m'est arrivée après avoir pris une centaine de grains (ancienne mesure : 0,05g soit 5g d'Aspirine) d'Aspirine en 24 heures.
    -Cora Smith King, M. D., Washington, D. C.



    Dean W. A. Pearson of Philadelphia a recensé 26 795 cas de grippe traités par des praticiens homéopathes avec une mortalité de 1,05% alors que la mortalité moyenne était de 30% chez les tenants de la vieille école.



    Le taux faible de décès que j'ai eu à Camp Lee était uniquement du au fait que je n'ai pas du tout utilisé d'Aspirine. J'ai reçu les compliments de l'officier médical en chef pour avoir eu le taux de décès le plus bas de l'hôpital. Une fois que l'officier médical en chef a noté l'effet de l'Aspirine sur le sang et les résultats obtenus dans mon service en utilisant l'homéopathie, il a recommandé de ne plus employer l'Aspirine et le taux de mortalité a baissé très rapidement après cette décision.
    -Carleton A. Harkness, M. D., Chicago.



    Dans l'hôpital Hahnemann de San Francisco, les remèdes homéopathiques agissaient de manière curative, alors que, avec les autres thérapeutiques, le résultat n'était que palliatif.
    -Laura A. Hurd, M. D., San Francisco.



    Mille cinq cent cas ont été rapportés à la Société Médicale homéopathique du District de Colombia avec seulement quinze décès. Les guérisons à l'Hôpital homéopathique National étaient de 100%.
    -E. F. Sappington, M. D., Philadelphia.



    J'ai soigné plus d'une centaine de cas sans aucun décès. Je ne me suis jamais écarté du traitement homéopathique. Je n'ai jamais prescrit d'Aspirine. Un seul cas auquel avait été prescrit de l'Aspirine avant que je ne le prenne en charge, et qui m'avait été adressé par un médecin de l'ancienne école, est décédé. Cette épidémie devrait nous inciter à renouveler notre foi en l'homéopathie.
    -G. H. Wright, M. D., Fores/. Glen, Md.



    Je me souviens de l'Acétanilide lors de l'épidémie de 1889 et de ses décès. Dans cette épidémie je savais que l'Aspirine et les dérivés du goudron de houille tueraient plus de malades que la maladie elle-même et c'est ce qui est arrivé. Un médecin de la vieille école m'a dit qu'il avait compris que l'Aspirine tuait ses patients et qu'il avait arrêté de la prescrire et avait fait confiance aux remèdes homéopathiques et éclectiques.
    -E. B. Finney, M. D., Lincoln, Neb.



    Trente médecins du Connecticut ont répondu à ma demande d'informations. Ils ont fait mention de 6602 cas avec 55 décès, soit moins de 1%. Dans le service de transport, j'ai eu 81 cas. Tous ont guéri et ont été débarqués. Ils ont tous reçu un traitement homéopathique. Un bateau a perdu 31 hommes.
    -H. A. Roberts, M. D., Derby, Conn.



    L'homéopathie a sauvé des patients présentant la grippe associée à une pneumonie, une évolution défavorable a toujours suivi la prise de dérivés des goudrons de houille, l'Aspirine en particulier.
    -W. H. Hanchett, M. D., Omaha, Neb.



    Avec l'Association Hahnemannienne Internationale, j'ai pu rassemblé 17 000 cas de grippe avec une mortalité de 4%.
    -G. B. Stearns, M. D., New York.



    J'ai eu 300 cas et un seul décès; un bon médecin homéopathe a eu 275 cas sans aucun décès. Je suis officier de santé de ma ville. Un praticien de l'ancienne école a eu 294 cas et a fait mention de 15 décès. L'Aspirine et la chaux iodée étaient les remèdes utilises par la vieille école.
    -H. H. Crum, M. D., Ithaca, N. Y.



    J'ai traité 455 cas de grippe et 26 pneumonies sans aucun décès. Remèdes: Gelsemium, Bryonia, Apis, etc.
    -T. G. Barnhill, M. D., Findlay, Ohio.



    L'importance des remèdes homéopathiques a été soulignée; 24 parmi les 42 cas qui ont utilisé les vaccins ont eu la grippe et il y eut 8 cas de pneumonies, les vaccins ont donc échoué en tant que prophylaxie.
    -W. L. Love, M. D., Brooklyn.



    Sept praticiens ont rapporté 3600 cas avec 6 décès. Pour ma part, j'ai eu 750 cas avec un seul décès. Gelsemium, Bryonia et Eupatorium étaient les principaux remèdes.
    -F: A. Swartwout, M. D Washington, D. C.



    Plus l'Aspirine, la Codéine la solution de Dobell et quelques autres remèdes non homéopathiques étaient utilises, plus lente était la guérison.
    -James W. Ward, M, D., San Francisco



    La mortalité du régiment fut de 25,8% en cas de pneumonie. Le lieutenant responsable a décidé d'arrêter l'Aspirine, la Digitaline et la Quinine et la mortalité a chuté rapidement à 15% sans aucun remède. Ceci dans un seul pavillon. Après quoi la même décision a été prise dans les autres pavillons et la mortalité tomba également à 15% sans aucun remède.
    - W. A. Pearson, M. D., Philadelphia.



    J'ai traité 618 cas et ai eu 5 décès. Sur les 5, 3 avaient eu un traitement allopathique.
    -R. S. Faris, M. D., Richmond, VA



    Un médecin dans un hôpital de Pittsburgh demandait à une infirmière si elle connaissait un traitement meilleur que celui qu'il pratiquait, car il perdait beaucoup de patients. «Oui, Docteur, arrêtez l'Aspirine et allez dans une pharmacie homéopathique.» Le Docteur répondit : «Mais, c'est de l'homéopathie !» «Je le sais, mais les médecins homéopathes avec lesquels j'ai travaillé, ne perdait aucun patient.»
    -W. F. Edmundson, M. D., Pittsburgh.



    C'est rare qu'une pneumonie ne se développe si un bon médecin homéopathe est appelé dans les 24 premières heures d'une poussée de grippe. Une mortalité épouvantable vient des résultats funestes de fortes doses d'Aspirine, de préparations salicylées et à base d'opium.
    -A. H. Grimmer, M. D., Chicago.



    Murphy, de Lansing, Michigan, a traité 325 cas de grippe dans un camp où la mortalité avait été de 20%, alors que la mortalité avec son traitement homéopathique était inférieure à 3%.
    -W. H. Wilson, M. D., Chicago.



    J'ai traité 1,000 cas de grippe. J'ai les dossiers pour témoigner de mon travail. Je n'ai eu aucun décès à déplorer. S'il vous plait, faites entière confiance à l'homéopathie et n'en donner aucune à la méthode Scotch-Irish-American! (??)
    -T. A. McCann, M. D., Dayton, Ohio.



    Pendant le mois d'Octobre, 1918, j'ai traité 200 cas de grippe avec un seul décès.
    -W. R. Andrews, M. D., Mannington, W. Va.



    Dr. M. I. Boger of Portsmouth, N. H., a traité 331 cas avec 2 décès.
    Dr. G. G. Bascom of Lake Wilson, Minn., 300 cas sans aucun décès.
    -E. C. Price, M. D., Baltimore.



    J'ai traité 267 cas de grippe. Aucun décès.
    -A. B. Hawes, M. D., Bridgewater, S. D.



    En un mois, j'ai traité 65 cas de grippe avec un seul décès et c'était un patient tuberculeux.
    -F. C. Thornhill, M. D., Alma, Mich.



    Un des principaux pharmaciens de Montréal a dit au Dr. T. A. McCann qu'ils avaient perdu 900 patients de grippe. Lorsque ce dernier a demandé quel remède ils avaient le plus employé, il a répondu que l'Aspirine était le remède le plus utilisé. Les prescriptions étaient de prendre un cp de 250 mg toutes les 3heures, mais beaucoup ont pris le double toutes les trois heures. Tout commentaire est inutile.



    Soixante seize cas ont été comptabilisés dans l'Hôpital pour enfants sans aucun cas de pneumonie, ni décès. La majorité des cas était sous Bryonia et Gelsemium, qui ont paru réussir à les guérir totalement.
    -J. G. Dillon, M. D., Fargo, N. D.



    Selon mon expérience, Gelsemium était presque toujours le premier remède à considérer et a été efficace si utilisé dès les premiers symptômes.
    -E. B. Hooker, M. D. Hartford, Conn.



    Une boite de 1000 cp d'Aspirine m'avait été donnée, il m'en est resté 994. je pense en avoir utilisé une demi-douzaine. Je n'en ai pas trouvé l'indication. Je n'ai prescrit que quelques remèdes, presque toujours, Bryonia et Gelsemium. Je n'ai presque jamais eu de décès si j'étais consulté en première intention, sauf si le patient avait été dans une pharmacie et avait acheté de l'Aspirine, et dans cette éventualité, je devais prendre en charge un cas de pneumonie.
    -J. P. Huff, M. D., Olive Branch, Ky.



    L'aspirine et les autres dérivés du goudron de houille ont été responsables d'un grand nombre inutile de décès. L'Aspirine est le médicament le plus nocif. Il séduit par son action rapide de sédation de la douleur, soulagement qui est trompeur. Dans plusieurs cas, l'Aspirine a affaibli le cour, déprimé les forces vitales, accru la mortalité dans des cas peu graves et allongé la convalescence. Dans tous les cas, il a compliqué la symptomatologie et rendu beaucoup plus difficile le choix du remède curatif. En apparence, l'Aspirine n'a amené aucune guérison et il devrait être interdit.
    -Guy Beckly Stearns, M. D., New York.



    On a demandé à un millier de médecins éclectiques de citer le nom des remèdes les plus utiles dans la grippe et les pneumonies. Plus de 75% ont cité Aconit et Bryonia dans la pneumonie.
    -Lloyd Brothers, Cincinnati.



    Une recherche expérimentale menée dans le Laboratoire d'Hygiène de Washington, D. C., n'est pas parvenue à montrer un rôle actif en faveur de la vaccination dans la pneumonie. Imaginez un tel aveu s'il s'était agi de nos remèdes bien éprouvés comme Gelsemium, Rhus tox., Eupatorium etc., dont les indications sont immuables, précises, invariables et constantes.
    -Homeopathic Recorder, October, 1920.



    Dans le Service de Santé publique au Nouveau Mexique, Veratrum viride, Gelsemium et Bryonia ont été principalement utilisés dans la population mexicaine avec d'excellents résultats dans le traitement de la grippe. Il n'y eut aucun décès sous traitement homéopathique.
    -C. E. Fisher, M. D., Chicago.



    Les raisons pour lesquelles les enfants réagissaient mieux que les adultes dans l'épidémie grippale étaient: premièrement ils étaient amenés plus tôt en consultation ; deuxièmement, ils n'avaient pas reçu de 'remèdes sûrs'; troisièmement, on ne leur avait pas donné d'Aspirine ; quatrièmement, ils avaient été alités ; et cinquièmement, on leur avait donné le remède adéquat et avait donc eu une meilleure chance.
    -Dr. J. P. Cobb, Chicago.



    Tous les patients que j'ai pu perdre lors de l'épidémie de grippe avaient pris de l'Aspirine de leur propre chef avant que je ne les examine.
    -W. P Best, M. D., Indianapolis.



    Certains peuvent résister à l'Aspirine, d'autres peuvent résister à la grippe, mais il n'y a personne qui peut résister aux deux.
    -Dr Taylor, Philadelphia.



    Gelsemium ne déprime pas le cour et est supérieur à l'aspirine et aux autres dérivés d'hydrocarbures dans toutes les formes de grippe.
    -J. A. Munk, M. D., Los Angeles.



    On a conseillé à de nombreux patients de prendre de l'Aspirine en tant que remède prophylactique de la grippe et de la pneumonie grippale. Une femme en a pris 240 grains en 48 heures (1,20 g). Elle a été hospitalisée pour une scarlatine du fait des plaques érythémateuses sur le corps. De nombreux cas hospitalisés au Haynes Memorial avaient absorbé Aspirine, Codéine, Morphine et Digitale. Les responsables politiques ont félicité notre hôpital pour son traitement homéopathique de la grippe. Ils ne sont pas tous d'accord cependant, mais ils ont le sentiment à Boston que nous avons un très bon traitement de la grippe.
    -Samuel Clement, M. D., Boston.



    Pendant l'épidémie de grippe espagnole, Presque tous les patients qui en sont morts avaient pris de l'aspirine. Presque tout le monde croyait en son efficacité car elle soulageait l'angoisse et 'ne pouvait faire aucun mal.' La conséquence en fut des milliers de morts qui auraient pu vivre s'ils avaient accepté de supporter un certain inconfort pendant une courte période. Ils mourraient comme des mouches autour d'un plat de poisson bien que la 'Science' faisait tout ce qui pouvait être fait pour les 'sauver'.
    -A. F. Stevens, M. D., St. Louis.



    Nous avons soigné plus de 300 cas de grippe parmi les membres du 'the Student Army Training Corps sans aucun décès. Gelsemium, Bryonia et Ferrum phosphoricum ont été les remèdes principaux. Seuls les cas qui avaient pris de l'aspirine eurent une convalescence prolongée avec des complications pulmonaires.
    -C. B. Stouffer, M. D., Ann Arbor.



    Parmi les quelques 150 cas traités lors de l'épidémie de grippe, Gelsemium et Bryonia ont été les principaux remèdes. Il y eut très peu de pneumonie, aucun cas parmi ceux que j'ai traité dès les premiers symptômes. J'ai eu un seul décès, un homme de 60 ans, qui avait de l'asthme et que l'on avait amené sous notre climat du Minnesota au milieu d'un hiver très froid, avec une vraie pneumonie.
    -Wm. E. Leonard, M. D., Minneapolis.



    J'ai traité environ 50 cas de grippe, j'ai eu deux pneumonies, dont une chez une femme enceinte. Tous ont guéri. Remèdes: Gelsemium, Bryonia et Rhus surtout.
    -Wm. Boericke, M. D., San Francisco.



    J'ai traité plus de 100 cas de grippe et de pneumonie, j'ai perdu deux patients, un prenait de l'aspirine pour une pneumonie depuis une semaine avant qu'il ne me fasse appel ; l'autre était une forme maligne avec une très forte fièvre depuis le début. Remèdes: Gelsemium, Eupatorium, Bryonia, etc.
    -C. P. Bryant, M. D., Seattle.



    J'ai traité environ 500 cas avec beaucoup de pneumonie, j'ai perdu deux patients; je n'ai jamais utilise d'Aspirine et n'ai pas permis qu'elle soit utilisée. Les principaux remèdes utilisés étaient Belladona, Gelsemium, Sticta, pour les symptômes pharyngés, Mercurius, Natrum muriaticum et Kali muriaticum.
    -A. B. Palmer, M. D., Seattle.

  12. #40
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    ...vous savez ce qu'est l'EMB? Lisez d'abord ceci, http://acces.ens-lyon.fr/acces/resso.../niveau_preuve
    et ensuite vous viendrez me dire, toute considération phénoménologique mise à part ( la médecine c'est pas exactement de la philo...) comment vous comptez faire rentrer l'homéopathie dedans.
    Je n'ai rien contre ce que se propose d'instituer cette démarche dans le cadre d'une médecine basée sur la philosophie analytique dont un présupposé est le dogme réductionniste : Il y a une réalité matérielle et tout niveau de cette réalité matérielle est réductible aux propriétés d'un niveau inférieur (ou échelle). Il est évident, par exemple aujourd'hui, que si l'aspirine avait été utilisée en 1918 avec les dosages que l'on sait aujourd'hui devoir respecter, la surmortalité constatée et attribuée à l'aspirine par les médecins homéopathes américains (Les homéopathes sont de fantastiques observateurs...s) aurait été bien plus faible (voir mon précédent post sur la grippe espagnole de 1918).
    Mais je vous met en garde sur l'illusion, qu'une preuve incontestable d'une propriété médicale puisse toujours être donnée dans le cadre d'un tel paradigme d'une réalité en forme de poupées russes. Les preuves peuvent devenir démesurément longues et quasiment infaisables (les mathématiques nous ont depuis un siècle instruit de la différence entre vrai et prouvable et de la longueur démesurée de certaines démonstrations qui frisent l'indécidabilité ).
    Avec l'homéopathie et son paradigme Phénoménologique, on échappera toujours à cette limitation, car elle considère la réalité vécue comme un tout (tout au plus pourra-t-on progresser sur la finesse d'appréhension du vécu de chacun) et c'est ainsi qu'un remède comme Gelsémium qui a fait des merveille lors de l'épidémie de 1918, pourra avoir demain exactement le même statut de parfait remède dans une autre situation médicale qui pour la médecine classique n'aura rien à voir avec celle de la grippe de 1918 mais qui pour l'homéopathie sera une proche parente dans certains de ses symptômes.
    Voilà ce que m'inspire la page que vous m'avez indiquée.


    L'EBM se définit comme "l'utilisation consciencieuse et judicieuse des meilleures données actuelles de la recherche clinique dans la prise en charge personnalisée de chaque patient".
    La finalité de cette médecine est d'essayer de transformer les pratiques subjectives en une médecine "rationnelle" afin de mieux soigner les malades. On considère que les médecins ont en moyenne huit décisions cliniques importantes à prendre par jour, pour lesquelles le besoin de repères fiables est nécessaire.
    Le prix à payer est celui d'études épidémiologiques de haut niveau de preuves (comme des essais cliniques multicentriques randomisés sur des nombres élévés de patients représentatifs de la pratique quotidienne des médecins).
    Dernière modification par Black-Milou ; 01/01/2013 à 17h34.

  13. #41
    jiherve

    Re : Test clinique homéopathie

    Re
    la grippe est très mauvais exemple cela passe tout seul dans l'immense majorité des cas, un peu comme le zona dont se gargarisent les magnétiseurs, capables eux même de fournir une pléthore de témoignage édifiants, croyez vous aux magnétiseurs aussi?.
    Quant à l'aspirine (dont le principe actif est dejà présent dans des plantes comme le saule ou la reine des prés) il est tout de même aujourd'hui connu qu'il ne faut pas en abuser, à l’époque je ne suis pas sur que cela ait été le cas, on redécouvre d’ailleurs ce médicament pour de nouvelles applications thérapeutiques.
    Ces témoignages ne forment en aucun cas un test clinique, est ce si difficile à comprendre

    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  14. #42
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Moi je regarde ça : http://www.homéopathie.com/traitements/phosphorus.html
    Ils racontent n'importe quoi ou pas sur ce site? Je ne suis pas capable d'en juger, mais quel est votre avis?
    Vous avez vu la liste des affections sur lesquelles est censé intervenir Phosphorus?
    En allopathie ( et Dieu sait qu'elle a ses défauts!) aucun médicament, AUCUN, n'a dans le Vidal ou le Dorosz des indications aussi larges!
    Donc, en tenant compte du principe énoncé, si on donne phosphorus à quelqu'un qui ne présente pas ces symptômes, il est susceptible de les présenter à terme, oui ou non? On en revient au début ; ils sont tellement variés et variables, qu'on ne pourra JAMAIS prouver que c'est bien phosphorus qui en est à l'origine.
    je complète mon commentaire en notant que le prix à payer d'un "Haut niveau de preuve" ne doit pas seulement intéresser les études épidémiologiques mais aussi les propriétés des médicaments de plus en plus sophistiqués et artificiels (voire les gènes étrangers incorporés de près ou de loin que ce soit dans la nourriture ou dans nos corps) que la médecine classique appelle à synthétiser. Ces démonstrations pourront devenir des Graals inaccessibles.

  15. Publicité
  16. #43
    jiherve

    Re : Test clinique homéopathie

    again,
    Il est en effet de plus en plus difficile d'identifier des effets secondaires potentiellement néfastes des médicaments allopathiques mais pour ceux, homéopathiques, on ne peut même pas mesurer leurs effets primaires ce qui explique la différence législative concernant l'autorisation de mise sur le marché citée plus avant.
    Il ne faut donc pas tout placer au même niveau.
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  17. #44
    mh34

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par Black-Milou Voir le message
    Journal of the American Institute of homéopathy, Vol. XIII, No. 11,
    May 1921, page 1038
    Par W. A. Dewey, M. D., Université de Michigan

    ..........
    C'est un témoignage intéressant d'un point de vue historique...en aucun cas d'un point de vue médical. Désolée.


    L'homéopathie ne demande absolument pas à un remède de répondre à une maladie donnée.
    Ah? Alors ce site est fichtrement mal fait! Parce que là, c'est décrit exactement comme pour de l'allopathie. Vous avez un meilleur site à m'indiquer?

    je complète mon commentaire en notant que le prix à payer d'un "Haut niveau de preuve" ne doit pas seulement intéresser les études épidémiologiques mais aussi les propriétés des médicaments de plus en plus sophistiqués et artificiels
    Mais c'est ce qui est fait systématiquement chaque fois qu'on expérimente une nouvelle molécule, je pensais que vous le saviez...Vous êtes sûr d'avoir tout lu dans le lien?
    Allez, un autre ; http://www.ebm.lib.ulg.ac.be/prostat...htm#%C3%A9tude
    Ω ξειν', αγγέλλει Λακεδαιμονίοις ότι τήδε κείμεθα τοις κείνων ρήμασι πειθόμενοι

  18. #45
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    Re
    la grippe est très mauvais exemple cela passe tout seul dans l'immense majorité des cas, un peu comme le zona dont se gargarisent les magnétiseurs, capables eux même de fournir une pléthore de témoignage édifiants, croyez vous aux magnétiseurs aussi?.
    Quant à l'aspirine (dont le principe actif est dejà présent dans des plantes comme le saule ou la reine des prés) il est tout de même aujourd'hui connu qu'il ne faut pas en abuser, à l’époque je ne suis pas sur que cela ait été le cas, on redécouvre d’ailleurs ce médicament pour de nouvelles applications thérapeutiques.
    Ces témoignages ne forment en aucun cas un test clinique, est ce si difficile à comprendre

    JR
    La grippe peut se passer très bien si la force vitale du patient n'est pas trahie par l'empoisonnement d'une mauvaise thérapeutique et est capable de prendre le dessus sur la maladie. Mais si cette force vitale est trop affaiblie ou trop déstabilisée, ne vous leurrez pas, un homéopathe sait qu'il n'y a pas d'autre choix que de l'aider, et il sait, de pratique sure, que ses bons vieux remèdes en adéquation avec les symptôme seront capables de le faire.
    Maintenant si je comprend bien, vous me dites : le coup de l'aspirine de 1918, on l'a compris, on ne nous le fera pas une deuxième fois, à l'époque on avait pas bien réalisé le besoin de preuve, ce n'est plus le cas aujourd'hui (merci l'ENS de Lyon ).
    En êtes vous si sûre ? Que vous inspire la disparition des maladies d'enfance de nos grand-parents grâce aux vaccinations et antibiotiques et leur remplacement par la litanie des allergies, des cas d'autismes qui se multiplient, des cas d'enfants suractifs qui font la queue dans les cabinets médicaux, des démences précoces qui se multiplient pour ceux qui ont touché aux benzodiazépines et autres anxiolytiques et j'en passe, en oubliant de vous parler du Médiator et de ce qui se profile avec les pilules de la 3eme et 4eme génération. Comment pouvez-vous être si sûre que l'aspirine de 1918 n'a pas été remplacée par des cousins bien plus subtils dans leurs dysfonctionnements ?
    je veux bien croire que l'aspirine est maintenant bien domestiquée et employée à bon escient. Mais quel prix à payer en 1918 !
    Dernière modification par Black-Milou ; 01/01/2013 à 18h27.

  19. #46
    jiherve

    Re : Test clinique homéopathie

    Re,
    trouvé sur le site ce morceau de bravoure :
    Bien entendu, il est évident que par rapport à l’ensemble des progrès médicaux accomplis au fil des ans, l’homéopathie a elle aussi pu bénéficier des nombreuses recherches nécessaires à son perfectionnement. Ainsi, les quelques modifications ayant été opérées ne peuvent nullement être considérées comme une entrave à son efficacité, mais bel et bien comme un vecteur d’amélioration ayant permis à des milliers de patients de profiter à leur tour d’une thérapeutique extrêmement bénéfique pour la santé. En effet, sans ces innovations, il aurait été difficile de pouvoir produire des remèdes en plus grande quantité afin de pouvoir satisfaire une demande de plus un en plus importante. Il est toutefois essentiel de ne pas perdre de vue que l’homéopathie telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui repose toujours sur les principes de similitude, de dilution et de dynamisation crées par Hahnemann. De même, les remèdes homéopathiques sont toujours élaborés à partir des souches testées par le praticien allemand, et ce dans le plus grand respect de la tradition qu’il a léguée. En outre, ces quelques modifications ne signifient en rien que l’efficacité thérapeutique des médicaments homéopathiques s’avère diminuée ou réduite à néant.
    Donc l'homeopathie hormis l'usage de procédés de fabrication industriels en rester au XVIIIeme siecle, heureusement que la vraie médecine a ,elle, su évoluer.
    JR
    Dernière modification par jiherve ; 01/01/2013 à 18h31.
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  20. #47
    mh34

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par Black-Milou Voir le message
    La grippe peut se passer très bien si la force vitale du patient n'est pas trahie par l'empoisonnement d'une mauvaise thérapeutique et est capable de prendre le dessus sur la maladie.
    c'est quoi la force vitale? Vous en avez une définition précise?
    Mais si cette force vitale est trop affaiblie ou trop déstabilisée, ne vous leurrez pas, un homéopathe sait qu'il n'y a pas d'autre choix que de l'aider, et il sait, de pratique sure, que ses bons vieux remèdes en adéquation avec les symptôme seront capables de le faire.
    Hmmm...si je ne savais pas qu'il n'y a dans ces granules que du sucre et de l'eau, cette phrase me ferait peur...
    En médecine, les pratiques sûres, ça passe par tout un protocole dit de "bonnes pratiques" et de conférences de consensus...toutes choses qui ont considérablement fait baisser les accidents thérapeutiques, et qui n'existent nulle part en homéopathie...n'est-ce pas?
    Donc moi, j'ai pas confiance. Mais alors pas du tout. Quelqu'un qui me prescrit des granules en me disant que ça va me faire du bien, et qui ne peut pas me le prouver...ben désolée, je le crois pas juste sur sa bonne foi ou sa bonne tête, ou sa pratique "sûre".
    Dernière modification par mh34 ; 01/01/2013 à 18h40.
    Ω ξειν', αγγέλλει Λακεδαιμονίοις ότι τήδε κείμεθα τοις κείνων ρήμασι πειθόμενοι

  21. #48
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    Re,
    trouvé sur le site ce morceau de bravoure :

    Donc l'homeopathie hormis l'usage de procédés de fabrication industriels en rester au XVIIIeme siecle, heureusement que la vraie médecine a ,elle, su évoluer.
    JR
    Votre constatation est pertinente. Un remède homéopathique une fois identifié est quasiment parfait par sa définition même. La matière médicale d'un remède faite par Hahnemann et ses confrères médecins qui en ont relevé les symptômes est toujours d'actualité aujourd'hui. Cependant elle a été améliorée car plus de personnes ont effectué son "prooving" et on dispose d'une description plus fine et plus complète de ses symptômes (processus à priori sans fin), bien que les descriptions d'Hahnemann fussent d'une très grande rigueur. Les guérisons obtenues par Hahnemann avec un remède sont retrouvées à l'identique aujourd'hui. Il ne semble pas y avoir comme en médecine classique de phénomène d'obsolescence de l'activité d'un remède (comme pour les antibiotiques par exemple). Plusieurs façons de diluer et de potentialiser les remèdes ont été explorés.

    Le progrès en Homéopathie vient de deux axes. D'abord par l'ajout régulier de nouveaux remèdes avec la connaissance de leurs symptômes. C'est le cas par exemple à la fin du XXeme siècle d'une souche tirée du lait d’allaitement d'une femelle dauphin qui présente un tableau symptomatique d'une grande valeur pour la guérison de certains troubles psychologiques chez les jeunes enfants. Puis une amélioration des techniques de prescription du bon remède et de la maîtrise des phénomènes d'aggravation des symptôme en début de traitement.

    Cette stabilité dans les acquis de la thérapeutique homéopathique est un grand avantage qui, si on y réfléchit un peu, vient du ferme soubassement philosophique qui la supporte.
    Dernière modification par Black-Milou ; 01/01/2013 à 20h12.

  22. Publicité
  23. #49
    jiherve

    Re : Test clinique homéopathie

    Bonsoir,
    En fait l'homéopathie a tout d'une religion , un gourou fondateur et des disciple suivant les préceptes d'un livre saint.
    Le "proving" c'est du vent puisqu'il na jamais été possible, malgré moult études sérieuses, de prouver de façon scientifique l'efficacité de l'homéopathie, au mieux égale à celle d'un placebo.
    J'ai noté l'utilisation de sel de radium, sans doute un héritage non strictement hannemanien datant de la fin du XIXeme ou c’était très mode.
    Ce site est d'ailleurs très prudent, en cas de symptômes persistants (donc bizarrement résistant a cette médecine holiste) on conseille d'aller à l’hôpital, c'est étrange tout de même car là cela sera de la médecine dure mais peut être trop tard!
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  24. #50
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    c'est quoi la force vitale? Vous en avez une définition précise?

    Hmmm...si je ne savais pas qu'il n'y a dans ces granules que du sucre et de l'eau, cette phrase me ferait peur...
    En médecine, les pratiques sûres, ça passe par tout un protocole dit de "bonnes pratiques" et de conférences de consensus...toutes choses qui ont considérablement fait baisser les accidents thérapeutiques, et qui n'existent nulle part en homéopathie...n'est-ce pas?
    Donc moi, j'ai pas confiance. Mais alors pas du tout. Quelqu'un qui me prescrit des granules en me disant que ça va me faire du bien, et qui ne peut pas me le prouver...ben désolée, je le crois pas juste sur sa bonne foi ou sa bonne tête, ou sa pratique "sûre".
    Avant de vous répondre sur le thème de la force vitale , je vais vous poser deux questions au sujet de cette médecine classique dont visiblement vous avez du mal à accepter quelle ne puisse pas ramener toute pratique médicale à son paradigme.
    1. Où se situe pour vous la frontière de l'être humain dans la hiérarchie des niveau d'organisation de la matière que le paradigme scientifique impose à la médecine classique ?
    2. Comment définiriez-vous l'état de bonne santé d'une personne humaine ?

  25. #51
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Bonsoir,
    En fait l'homéopathie a tout d'une religion , un gourou fondateur et des disciple suivant les préceptes d'un livre saint.
    Le "proving" c'est du vent puisqu'il na jamais été possible, malgré moult études sérieuses, de prouver de façon scientifique l'efficacité de l'homéopathie, au mieux égale à celle d'un placebo.
    J'ai noté l'utilisation de sel de radium, sans doute un héritage non strictement hannemanien datant de la fin du XIXeme ou c’était très mode.
    Ce site est d'ailleurs très prudent, en cas de symptômes persistants (donc bizarrement résistant a cette médecine holiste) on conseille d'aller à l’hôpital, c'est étrange tout de même car là cela sera de la médecine dure mais peut être trop tard!
    JR

    Non le "prooving" n'a rien à voir avec une preuve d'efficacité de l'homéopathie. Je reconnais que ce mot anglais à la forme d'un faux ami, mais en fait il désigne simplement le relevé par des observateurs des symptômes de l'action d'une substance, destinée à devenir un remède, sur leurs propres personnes. Rien de bien ésotérique là dedans, il s'agit encore une fois de la Phénoménologie de l'ingestion d'une substance et de ses suites.

  26. #52
    jiherve

    Re : Test clinique homéopathie

    il s'agit encore une fois de la Phénoménologie de l'ingestion d'une substance et de ses suites.
    C'est une façon capillotractée de dire la même chose : estimation (subjective et pifométrique ici) des effets du produit, ce que fourni, de façon scientifique, une étude clinique standard.
    Le concept de force vitale se retrouve aussi chez les magnétiseurs qui éprouvent la même difficulté a en définir l'essence, cela ne m'étonne pas vraiment.
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  27. #53
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    C'est une façon capillotractée de dire la même chose : estimation (subjective et pifométrique ici) des effets du produit, ce que fourni, de façon scientifique, une étude clinique standard.
    Le concept de force vitale se retrouve aussi chez les magnétiseurs qui éprouvent la même difficulté a en définir l'essence, cela ne m'étonne pas vraiment.
    JR
    Oui exactement le "prooving" d'un remède accorde une très grande valeur au ressenti subjectif des personnes qui prenne ce remède. Vous commencez à comprendre la démarche même si vous avez du mal (beaucoup de mal) à y souscrire...

  28. #54
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Je vous invite, pour améliorer votre capacité à comprendre ces questions, à vous plonger avec attention dans les sîtes qui exposent la discipline philosophique de la Phénoménologie, en débutant avec Husserl jusqu'à Henri Michaud en passant par Heidegger, Bergson et bien entendu Merleau Ponty. C'est un mouvement philosophique très important pour la pensée humaine.
    Dernière modification par Black-Milou ; 01/01/2013 à 21h53.

  29. Publicité
  30. #55
    jiherve

    Re : Test clinique homéopathie

    Cela conforte donc l'opinion que j'ai toujours eu de l'homéopathie : totalement, absolument, définitivement hors du champ de la science.
    rien que de la magie au sens littéral.
    Je ne vois pas ce que la philosophie vient faire là dedans.
    JR
    Dernière modification par jiherve ; 01/01/2013 à 21h56.
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  31. #56
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    Cela conforte donc l'opinion que j'ai toujours eu de l'homéopathie : totalement, absolument, définitivement hors du champ de la science.
    rien que de la magie au sens littéral.
    Je ne vois pas ce que la philosophie vient faire là dedans.
    JR
    Voici un témoignage écrit par la patiente d'un homéopathe de son traitement reçu peu avant Noël 2012 pour ce qui semble être une infection respiratoire comme nous pouvons tous en rencontrer :


    Pour ceux qui douteraient de l'efficacité et de la rapidité de l'homéopathie dans les états aigus, voilà le résultat de la prescription de mon homéopathe pour ma grippe (mon fils l'a à son tour, avec les mêmes symptômes):

    Au cas où elle serait représentative du crû 2012-2013, voilà les symptômes :
    - Il y a 4-5 jours environ, sensation d'écoulement dans la gorge (pas douloureuse), avec chatouillement/gratouillement de la gorge forçant à une toux sèche. Les bronches ne sont pas prises, juste une sensation de liquide un peu froid dans l'arrière-gorge et de quelques crachats, sans douleur. Rien de grave.
    - Hier matin, j'ai eu froid dans l'appartement, même avec un pull alors que je suis en T-shirt d'habitude. J'ai mis cela sur le compte du temps pluvieux (je déteste).
    - Dans l'aprem, je suis sortie, temps doux et humide, mais je me suis sentie très bien, sans avoir froid (alors que j'ai souvent froid qd humidité et me sens TB dans froid sec). J'ai aimé, comme d'hab, sentir l'air frais sur mon visage.
    - En rentrant chez moi, vers 18 h, j'ai de nouveau eu très froid.
    - Puis ma fièvre "habituelle" est arrivée : sensation de chaleur brûlante, surtout aux joues, paumes des mains et sur paupières, avec petites courbatures (mollets, puis coccyx) et grande fatigue.
    - Au coucher, 38°3 de température, et plus encore dans la nuit.
    - Au lit, toujours sensation de chaleur brûlante sans transpiration ni soif. Je suis restée complètement sous la couette ultrachaude,cherchant à avoir le plus chaud possible. J'ai eu l'impression deux fois de pousser un petit cri en me réveillant, dans la nuit.
    - Au réveil, j'ai eu comme d'habitude une sensation de chaleur avec un peu de suée dans le haut du dos, mais ma fièvre était tombée à 37°7.
    - Là, je suis au repos, mes paumes et l'intérieur de ma bouche me semblent toujours brûlantes. Je me sens mieux, mais sans doute y aura-t-il la classique rechute du soir…
    - Narine droite bouchée, oeil droit douloureux ce matin (j'ai craint une nouvelle sinusite mais non).
    - Pratiquement aucun écoulement nasal, et transparent quand il survient.
    - Toux sèche persiste avec chatouillement ds la gorge et sensation de quelques crachats, mais les bronches ne sont pas prises.

    Je tiens le coup pas de pb !

    Au vu de mes symptômes (ci-dessus),l'homéopathe m'a fait prendre Sulfur 30 CH, 1 globule dans un verre d'eau, 1 cuillère à café (attention, comme on est en aigu, j'avais d'abord fait l'erreur de diluer dans 3 verres, ce qui était insuffisant) :

    - Prise globule de Sulfur 30 CH à 10 heures 30 alors que je suis au cinquantième dessous
    - Arrêt IMMÉDIAT de la toux et des courbatures (qui étaient très douloureuses, région des hanches)
    - Une heure après, je recommence à avoir faim et grignote avec appétit
    - 4 heures après, ma paupière droite a désenflé et la sinusite fiche le camp, alors que le nez commence enfin à couler et que ma narine droite se débouche
    - Seule la fièvre persiste (38°7) jusqu'à 17 heures. Là, elle baisse à 38°2, puis léger rebond le soir à 38°5, mais je me sens en pleine forme toute la soirée malgré la fièvre, et je n'ai plus aucun signe douloureux.
    - Nuit : je me réveille deux fois trempée de sueur des pieds à la tête (jusque-là j'avais une fièvre complètement sèche). J'ai le sentiment que la fièvre est "liquidée".
    - Au réveil : j'ai 37°2. Je suis en pleine forme. Je passe une très bonne journée, je suis guérie. Même pas eu besoin de renouveler la prise, je n'ai pas eu de rechute.

    Bilan : 1 seul globule (je n'ai pas ruiné la sécu), pas un seul antipyrétique ni antibio (merci pour ma santé) et une mauvaise grippe doublée de sinusite guérie en moins de 24 heures

    MERCI, VIVE L'HOMÉOPATHIE !

  32. #57
    myoper

    Re : Test clinique homéopathie

    Bonsoir.

    Citation Envoyé par Black-Milou Voir le message
    Oui je comprends bien votre objection. Je peux proposer de mettre sous enveloppe scellée gardée par un tiers de confiance la description de l'éventail des symptômes que vous pourriez développer tout le long de cette expérience. Enveloppe qui serait ouverte lors de l'examen de votre journal au jour le jour.

    Ça ne serait au mieux qu'une description basée sur un état clinique initial ou effet barnum (...) sinon une coïncidence.
    Ce sont des études cliniques qu'on demande (et comme pelkin l'a rappelé en début de fil, ça fait quelques milliers de ces affirmations qu'on voit passer) et si les remèdes homéopathiques en sont dispensés...


    D'une manière générale, il existe aussi un effet nocébo tout comme il existe un effet placébo: il est inutile d'aller chercher des effets pharmacologiques qui n'existent pas (il existe les effets biologiques du sucre, de l'eau, des colorants, etc. qui sont utilisés mais ce ne sont pas des effets pharmacologiques).

    Citation Envoyé par Black-Milou Voir le message
    Et bien moi qui me soigne à l'homéopathie je n'ai rien de tout cela !
    peut être parce qu'il n'y a rien à soigner, tout comme les millions de gens qui ne présentent rien de tout ça et n'ont pas besoin de traitement et n'en prennent pas.
    Je lis des centaines de millier de témoignage de gens pas malade ou qui guérissent sans traitement...
    Donc on attend toujours et encore des études et non pas des affirmations péremptoires qui ne montrent strictement que tout le monde peut faire puisque sans aucune vérification.

    De toutes façon, il suffit de boire de l'eau (du robinet, par exemple) qui est le médicament homéopatique parfait car l'eau, depuis qu'elle traine sur notre planète a été en contact de tous les éléments existants et une préparation homéopatique n'est qu'une impureté la dedans, elle n'a donc aucun intérêt.

    http://forums.futura-sciences.com/sa...-uniciste.html
    http://forums.futura-sciences.com/sa...he-marche.html
    Etc...

  33. #58
    myoper

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par Black-Milou Voir le message
    L'homéopathie ne demande absolument pas à un remède de répondre à une maladie donnée.
    Comment dire tout et son contraire, histoire d'avoir toujours raison, un peu comme l’homéopathie qui, à lire les messages précédents (et autres), soigne tout sans échec (il ne fait aucun doute que les patients se soignant à l’homéopathie ne sont jamais malades ou ne le restent pas - c'est très bien expliqué par la théorie qui ne souffre aucune exception et aucune étude n'en trouve CQFD, alors qu'on les retrouve à l’hôpital et dans les morgues comme les autres, à la même fréquence, aux mêmes âges et pour les mêmes raisons).
    Citation Envoyé par Black-Milou Voir le message
    Voici un témoignage écrit par la patiente d'un homéopathe de son traitement reçu peu avant Noël 2012 pour ce qui semble être une infection respiratoire comme nous pouvons tous en rencontrer :
    Ça fait presque 200 ans que la médecine et la science ne se basent plus sur des témoignages, vous nous décrivez un retour à l'obscurantisme et aux coïncidences qui fondent les croyances ; c'est depuis qu'on a compris que les témoignages étaient ce qu'il y avait de pire que les progrès en médecine ont été faits et qu'on est en mesure de prouver que l'homéopathie n'a pas plus d'effet que le hasard ou le placébo.

    L'utilisation des statistiques pour montrer l'efficacité d'un traitement remonte au XIXe siècle : le physicien Pierre-Charles Alexandre Louis (1787-1872) montra que le traitement de la pneumonie par des sangsues n'était pas bénéfique mais délétère.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89t...double_aveugle

    Il est certain que l’homéopathie ne soigne que les gens qui croient devoir être soignés mais n'en ont pas besoin, les mêmes qui ne le croient pas guérissent mieux puisqu'ils ne sont pas malades et ne se croient pas malades.

  34. #59
    mh34

    Re : Test clinique homéopathie

    Citation Envoyé par Black-Milou Voir le message
    [*]Où se situe pour vous la frontière de l'être humain dans la hiérarchie des niveau d'organisation de la matière que le paradigme scientifique impose à la médecine classique ?
    Pas compris la question.
    [*]Comment définiriez-vous l'état de bonne santé d'une personne humaine ?
    La définition de l'OMS me convient ; http://www.who.int/about/definition/fr/print.html

    Et encore une fois...la médecine c'est pas de la philo. Si vous avez besoin de la philo pour expliquer/traduire/valider l'homéopathie...c'est que l'homéopathie c'est pas de la médecine.
    Ω ξειν', αγγέλλει Λακεδαιμονίοις ότι τήδε κείμεθα τοις κείνων ρήμασι πειθόμενοι

  35. #60
    Black-Milou

    Re : Test clinique homéopathie

    L' Homéopathie est une quasi pure Phénoménologie

    Exemple d'un dialogue entre un homéopathe et son patient qui se présente sous la forme d'un questionnaire qui essaie de dévoiler les points essentiels au choix du bon remède et auquel essaie de répondre à sa façon le patient.



    1. Incubation: est-ce que votre problème est arrivé soudainement ou graduellement ? Décrivez le problème ou les problèmes dans vos propres mots avec autant de détails que vous le pouvez.


    J'ai l'impression qu'un des enfant m'a refilé un rhume. C'est arrivé soudainement tard hier après-midi ou en début de soirée. On dirait que c'est la clé. on l'a tous attrapé en même temps et plutôt rapidement.
    Ca a commencé avec BEAUCOUP d'éternuements. au début on aurait dit des allergies. j'éternuais et j'éternuais et j'ai même eu quelques crises d'éternuements incontrôlables. Au début seulement des écoulements clair aqueux.
    La nuit approchant je pouvais sentir mon nez qui commençait à être pris. Puis comme je m’allongeais, je sentis qu'il était définitivement bouché. Ce matin ma gorge est un peu à vif à force des écoulements et de respirer à travers la bouche toute la nuit. Je ne pense pas que ce soit le plus important. Mon mal de gorge est pas identifiable: juste un peu à vif.
    Ce matin j'ai de nouveau eu des éternuements au lever, mais maintenant ça s'est un peu calmé. Mon nez ne coule pas, mais donne l'impression de se boucher et de se déboucher d'une minute à l'autre. Quand j'éternue une grande quantité d'écoulement épais et jaune en sortent quelques fois. C'est plus de la consistance du blanc d’œuf que celle aqueuse de la nuit dernière.
    J'ai toussé quelques fois mais c'était peu important, à cause des écoulements j'imagine. Pas de problème à la poitrine encore.

    2. Étiologie: signifie, quelle est la cause, si vous savez.


    Je pense que c'est les gamins qui me l'ont refilé. Le temps a récemment changé et il a fait plus froid et aussi plus froid dans la maison le matin, même avec la radiateur allumé.
    Si je devais parier je dirais le temps froid combiné avec les germes

    3. Sensation: décrivez la douleur ou d'autres sensation. Si ça s'étend quelque part, si ça lance quelque part? Par exemple, "c'est comme si j'avais une miette dans la gorge, j'essaie constamment de l'avaler"

    Il n'y a pas vraiment de douleur. Mon nez est sec et irrité à force de me moucher et de l'essuyer. Ma gorge est juste un peu à vif et je pense qu'avec une boisson chaude ça ira mieux

    4. Apparence: à quoi ressemble la personne ou la partie qui pose problème; rien de spécial? Peau rouge, paupières lourdes, etc…?

    Mon nez est rouge sur les bords

    5. Localisation: où est situé le problème ?


    Mon nez et les sinus, la gorge un peu

    6. Modalités: cela signifie les choses qui améliorent ou aggravent le problème

    C'est définitivement pire la nuit et au lever le matin. Une douche chaude est la bienvenue. C'est pire au coucher. Essayer de dormir était affreux. Je suis quelque peu irritable. Je DÉTESTE avoir un rhume: Je DETESTE ça. Les éternuements étaient quelque peu amélioré à l'extérieur. Je suis frileuse, donc améliorée par la chaleur en ce qui me concerne. j'étais frigorifiée dans le lit les couvertures remonté jusqu'au cou.

    7. Concomitants (symptômes additionnels qui sont associés au problème)

    Frilosité

    8. Écoulements: couleur, odeur, consistance.

    l'écoulement est jaune, mais visqueux comme du blanc d’œuf. iI était clair et aqueux la nuit dernière

    9. Généralités: Ce sont tous les symptômes qui commence avec le mot "je": j'ai chaud, j'ai froid, j'ai soif, je suis fatigué, je suis triste, je suis énervé, j'ai faim, je veux des cornichons, etc….


    Je suis irritable. Je suis fatiguée comme je n'ai pas bien dormi. Je suis frileuse

    10. Le psychisme: êtes vous différent de d'habitude (mentalement et émotionnellement) ? du genre: irritabilité, panique, anxiété, envie de pleurer, auto-apitoiement, confusion, esprit engourdi, apathie/indifférence, gaieté, et ainsi de suite…..


    Je peux être irritable parfois, mais là c'est plutôt marqué

    11. Qu'avez vous dit ? par exemple: "je vais bien, laisse moi tranquille"; "ne me laisse pas!"; " je veux rentrer à la maison" "je veux de la glace", etc…

    Honnêtement, la nuit dernière pendant que je l' attrapais, les gamins étaient plutôt énervants, je ne me sentais pas au mieux et ne voulais pas aller au lit, donc j'ai dis "que je voulais une minute à moi"

    12. Que faites vous? par exemple, vous tenez pas en place, vous êtes calme, vous gesticulez, vous gémissez, vous appelez des gens au téléphone pour qu'ils vous soutiennent,etc…

    Je m'assoie puisque je ne peux pas m'allonger et probablement je me plains parce que je DÉTESTE être malade.

    13. La soif: avez vous soif ou pas, désirez vous boissons chaudes ou froides, quelles genres de boissons, juste de petites gorgées ou bcp, fréquemment ou pas ?

    Je bois de petites gorgées de boissons trés chaudes, plutôt fréquemment

    14. Fièvre ?

    Pas encore

    15. Transpiration ?

    Non

    16. Odeurs ?

    Non

    17. Qu'est-ce qui est le plus frappant ou le plus particulier, étrange dans l'état qui est le votre ?


    Tout cela est arrivé rapidement et l'écoulement est déjà jaune en 12 heures. Et aussi TOUT ces éternuements. J'ai rarement éternué autant.

    18. Y a t-il un diagnostique ?

    Le rhume banal

    19. Décrivez votre forme ?


    Probablement agité et fatigué



    Alors, à votre avis quel remède est nécessaire ?

Sur le même thème :

Page 2 sur 7 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Homéopathie
    Par joshua76 dans le forum Chimie
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/11/2010, 20h26
  2. Homéopathie
    Par âne dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 9
    Dernier message: 19/03/2007, 21h52
  3. Homéopathie
    Par LOuLou! dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 6
    Dernier message: 08/06/2006, 14h02
  4. Un test clinique qui tourne mal : 2 cobayes humains dans le coma
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 3
    Dernier message: 30/04/2006, 19h21