Discussion fermée
Page 14 sur 14 PremièrePremière 14
Affichage des résultats 391 à 398 sur 398

Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?



  1. #391
    DanielH

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?


    ------

    prontalgix:
    Bizarre ce raisonnement ! Sous prétexe que l'on pourrait obtenir une réponse "rasurante" sur les réserves fossiles il ne faudrait pas faire cette inventaire pour savoir s'il en reste peu moins qu'espérées......
    D'une part je n'ai jamais dis qu'il ne fallait pas faire d'inventaire. Par contre tu sembles ingnorer dans ton dernier message l'hypothèse où il y aurait plus de fossile que tu ne le penses. C'est à ça que j'ai réagit.

    Je constate aussi que l'on est en opposition de phase sur ce que l'on trouve rassurant/pas rassurant. Je me répète, je trouverais rassurant qu'il n'y ait plus de pétrole et pas rassurant qu'il y en ait trop. Comme tu le dis si bien "dites vous bien que les prix ne monteront que lorsque la dépletion sera en oeuvre malheureusement! ". Le problème est qu'il ne faut pas attendre que la déplétion soit en oeuvre parce que ce sera trops tard pour l'effet de serre. Sauf si par chance elle commence tout de suite.

    Alors bien sûr qu'il n'est pas question de se baser sur des croyances et qu'un inventaire est à faire. Mais qui doit le faire, comment ?

    -----

  2. Publicité
  3. #392
    prontalgix

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Je crois que déjà le G7 en a discuté début 2005. Je crois avoir lu un truc genre demande de plus de transparence sur les ressources fossiles mais j'arrive plus à mettre la main dessus.
    Pour des instances qui seraient à mobiliser. On sait tous que ça peut se mettre en place sans problème techniquement dans le genre inpection Hans Blix sous mandat de L'onu ou autres ou avec simple accord des membres de l'OPEP et d'autres pays producteurs à la demande du G7 ou G10 ou autres.
    C'est un problème de demande des pays les + puissants simplement genre G7, G10 ou G20 amha. Les principaux pays producteurs , l'OPEP notamment, n'ayant pas les moyens de résister pour l'instant à une telle pression, à une telle demande d'inventaire de la part des US + de l'Europe + dela Chine + du Japon + de l'Inde s'ils se mettent ensemble.......

    Quand je lis la dernière intervention d'Alan Greenspan du 05/04/2005 et le scénario qu'il explique si des avancées majeurs ne sont pas rapidement misent en place.
    Moi ça me fait frémir quand il dit :
    "Il est CERTAIN que le dossier énergétique pose des questions et des compromis DIFFICILES pour les responsables politiques et les CITOYENS", a indiqué M. Greenspan dans un discours télédiffusé à San Antonio depuis Washington. Mais "on peut ESPERER que ces inquiétudes seront résolues d'une façon qui n'ASPHYXIERA, ni ne DEFIGURERA le fonctionnement de nos marchés", a-t-il ajouté

    M. Greenspan a souligné combien "CE QUI VA SE PASSÉ sur les marchés de l'énergie va demeurer CRUCIAL pour la santé À LONG TERME de l'économie de notre pays". "l'ampleur des ECONOMIES EN CARBURANT des voitures particulières aura une importance CRUCIALE" dans les ANNEES A VENIR, "alors que les acheteurs opteront pour les coûts en carburant plus bas des véhicules plus petits ou des voitures hybrides".
    Le président de la banque centrale a souligné combien la résolution des grandes incertitudes géopolitiques affecterait les prix du pétrole dans les années à venir. M. Greenspan a souligné que les prix de l'énergie avaient beaucoup augmenté ces derniers temps, et jugé "hypothétiques" les perspectives à long terme pour le pétrole et le gaz naturel.

    Ce type est quand même en charge d'un des postes le plus important au monde en étant au manette de la gestion du $ . Son boulot, c'est de tenter d'anticiper ........

  4. #393
    Canberra

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Le baril à 380$ dans 10 ans.

    ---
    PARIS (Reuters) - Le baril de pétrole pourrait coûter 380 dollars dans dix ans, soit près de huit fois plus qu'aujourd'hui, estime la banque d'investissement Ixis-CIB dans une étude publiée lundi.

    "Par analogie avec les chocs pétroliers des années 1970, il ne nous semble pas déraisonnable de prévoir un prix de 380 dollars le baril pour le pétrole en 2015", écrivent les auteurs de cette étude, les économistes Patrick Artus et Moncef Kaabi.

    Ils jugent au contraire "très conservatrices" et "totalement déraisonnables" les hypothèses selon lesquelles le prix du baril de brut, qui oscille aujourd'hui autour de 50 dollars, pourrait revenir entre 30 et 40 dollars dans les dix ans à venir.

    Actuellement, la consommation mondiale de pétrole (84,3 millions de barils par jour) reste inférieure aux capacités maximales de production connues (87 millions bpj).

    En extrapolant l'évolution actuelle de la consommation mondiale de pétrole, les économistes d'Ixis-CIB estiment que celle-ci avoisinera 108 millions bpj en 2015 et sera supérieure de 8% à des capacités de production estimées à 100 millions bpj.

    Plusieurs facteurs expliquent selon eux cette évolution :

    - une faible augmentation de la capacité de production résultant d'une décroissance continue des nouvelles réserves de pétroles trouvées ;

    - une augmentation de la consommation pétrolière plus rapide que celle du PIB mondial, notamment avec la perspective d'une hausse importante de la demande de la Chine ;

    - le développement relativement lent de sources d'énergie de substitution.

    "A l'horizon de dix ans, on peut considérer que les énergies substituables aux combustibles fossiles (retour du nucléaire, hydrogène ...) ne se seront pas beaucoup développées", écrivent

    Patrick Artus et Moncef Kaabi. "Le monde dépendra donc encore des formes usuelles de ressources en énergie."

    Selon les calculs économétriques qu'ils citent, l'élasticité de la demande de pétrole par rapport au prix du baril sera dans ces conditions très faible : une hausse de 25% du prix du brut n'entraînerait qu'une réduction de 1% de la demande.

    "Pour réduire de 8% en 2015 la demande mondiale de pétrole, il faudrait donc, de 2005 à 2015, une multiplication par 6,9 du prix réel du pétrole", ajoutent-ils. Ce qui donne, en tenant compte d'une inflation annuelle de 2,5% aux Etats-Unis, "un prix nominal du pétrole de 380 dollars par baril en 2015".

  5. #394
    DROIDANLEMUR

    Cool Beaucoup d'endormis et de "croyants"....

    Je trouve l'intervention de Prontalgix bien à propos. Il y a beaucoup d'endormis et de "croyants" qui pensent comme certains économistes que le marché nous sauvera tous.

    C'est un peu facile. La terre est une planète finie et nombre de civilisations ont disparu avant nous en faisant des erreurs. 9 fois sur 10, c'était des erreurs sur la gestion de l'énergie.

    Pas loin de nous, peu avant l'exploitation industrielle du charbon, notre civilisation moderne a failli connaître une grâve crise alimentaire : le développement des transports à cheval était devenu tellement important qu'il fallait choisir entre nourrir le moyen de déplacement (cheval) ou l'homme qui le monte.

    On en rigole maintenant mais pour les gens de l'époque, le charbon leur a permis d'éviter la famine.

    Actuellement le pic de Hubert est plus que probablement passé. Comme je l'ai indiqué dans mes précédents "post", nous sommes sans doute derrière le pic de quelques mois ou quelques années mais avec la "transparence" du marché pétrolier, on fait du pilotage sans aucune visibilité. Impossible de trouver des chiffres de production mondiale ou de consommation mondiale pour 2003 et 2004.

    Ceux que l'on trouve au hasard d'internet se contredisent. C'est quand même bizare, qu'a-t-on à cacher ? Beaucoup de choses pour les initiés. C'est comme cela que fonctionne la spéculation. Faire croire à la masse quelque chose et en retirer profit en cachant la vérité.

    Le peak-oil est un sujet tabou pour nos médias. C'est beaucoup trop déstabilisant pour une société de moutons. Nous payons des taxes à l'Etat et l'Etat assure notre sécurité notamment alimentaire. Il est fort rare de nos jours de trouver un supermarché avec des rayons vides. Que du contraire, il n'y a qu'abondance dans ces temples de la consommation.

    N'empêche, l'agence internationale de l'énergie vient de sortir un livre où elle explique les mesures à prendre si, d'aventure, il y auvait un problème d'approvisionnement en pétrole pour nos sociétés occidentales.

    Les mesures en question sont loin d'être populaire et il faudra un régime policier pour les appliquer.

    Par exemple, interdiction de circuler seul à bord de sa voiture sous peine d'amende (voire de confiscation du véhicule), alternance de circulation pour les véhicules (comme déjà pratiqué à Rome lors de pic de polution), super-taxe sur les carburants (entre 1 et 2 Euros/litre pour un effet dissuasif), j'en passe et des meilleures.

    En appliquant les mesures à l'échelle des pays industrialisés, la demande devrait diminuer de 1 million de baril par jour. Un paille car il faudra trouver une solution 2 à 3 ans après lorsque la production aura diminué au même niveau.

    Je vous conseille de faire vos réserves. Pas de mazout, il faudrait d'immenses citernes pour vous chauffer plusieurs années. Non, des réserves de nourriture tout simplement. Faites un stock de farine, de riz, de sucre, de pâtes et de conserves.

    Pour l'instant, vous pouvez les acquérir à bon prix et il y en a encore dans votre supermarché. De telles réserves peuvent tenir 5 ans au minimum au frais et à l'abri de la lumière. Parfois plus.

    Compter 5 ans, calculer vos besoins pour les 5 années à venir, faites vos stocks (petit à petit), inutile d'alarmer votre voisine en rentrant 100 kg de farine d'un coup.

    Un fois que vous avez vos stocks, vivez dessus et renouvelez les au fur et à mesure de votre consommation personnelle. Ainsi, le jour où le choc pétrolier sera là, vous aurez au moins à manger.

    Voilà pour le conseil nourriture.

    Pour le conseil chauffage, pensez isolation. Les produits d'isolation sont encore bon marché pour l'instant et la demande n'est pas encore trop forte. Ce sera tout autre chose une fois que le choc pétrolier sera là.

    Le seul combustible valable reste le charbon. Chercher un poêle à charbon qui pourrait remplacer votre chauffage central.

    Le bois ? Oui, si vous habitez près d'une forêt. Sinon, ce sera vite hors de prix pour ceux qui sont loin de forêts. L'augmentation devrait être proportionnelle à celle du pétrole.

    Pensez à un petit groupe électrogène et une réserve de +-100 litres de carburant pour palier aux pannes de courant. Le temps de vous passez complètement de votre frigo et de vider votre congélateur : 100 litres devrait suffirent à couvrir quelques mois d'interruption de courant si celles-ci ne sont pas trop nombreuses.

    Puis, il faut préparer l'avenir : penser à quelques outils de jardinage pour assurer une partie, voire votre totale autarcie si vous avez la chance d'habiter dans une zone peu peuplée. Avec 100 habitants au km2, il y a moyen de tenir le coup. Au-delà, cela devient vite invivable.

    Voilà, vous pouvez aussi croire comme DanielH qu'il y a plein de réserves fossiles. Il a sans doute raison : je suis persuadé que notre civilisation s'éteindra avec encore 1/3 à 1/4 des réserves pétrolières sous ses pieds. Normal, l'exploitation pétrolière telle que notre société l'a inventé n'est possible que si le pétrole est gratuit. Maintenant, il ne l'est plus...

    C'est une question de quelques mois voire quelques années, mais le choc pétrolier est à nos portes et ce sera la fin de notre civilisation. Pénurie dans nos supermarchés. Vendez votre voiture tant qu'elle vaut encore quelque chose. Sinon mieux vaut l'abandonner.

  6. #395
    DROIDANLEMUR

    Exclamation Chômage endémique...

    Au regard du nouveau déficit américain, je modifierais quelque peu mon intervention.

    En fait, certains sites alarmistes montrent le loup qui est à nos portes avec le peak oil.

    Mais, je commence à y voir clair avec les marchés.

    Le marché anticipe toujours donc, si l'offre risque de ne plus suffire pour la demande, les prix explosent.

    Conséquence, pétrole plus cher==>économies dans un premier temps.

    Puis les économies ne suffisent plus, l'argent qui est dépensé dans le pétrole ne peut pas l'être ailleurs.

    Un pétrole qui, brusquement, n'est plus gratuit (ou quasiment gratuit) change toute la donne de la mondialisation.

    Il y a 5 ans, transporter un baril de pétrole d'un bout de la planète à l'autre ne coûtait que 2$. Actuellement, il faut 4 à 5 $ pour transporter ce même baril de pétrole. Et plus son prix augmentera, plus le coût du transport augmentera significativement.

    Un pétrole cher assèche nos économies. Résultat, la demande baisse car l'activité économique ralentit.

    Logique, vous décidez de rester chez vous plutôt que de partir en week-end, l'hôtelier qui aurait dû vous accueillir, n'a plus les rentrées qu'il escomptait, d'où il limite lui aussi ses dépenses...et de fil en aiguille, la circulation de l'argent ralentit, l'activité économique fait de même.

    A la longue, le ralentissement économique entraîne des suppressions d'emplois ce qui diminue les revenus disponibles pour acheter et consommer.

    C'est un cercle vicieux et j'analyse le déficit américain moins important que prévu comme une conséquence de ce ralentissement économique.

    Donc, pour moi, les risques ne sont pas de voir le prix de l'essence exploser à 2 ou 3 Euros/litre mais bien de voir le taux de chômage exploser à 30 voire 50%.

    Les résultats seront les mêmes : gros risques de conflits entre ceux qui ont (encore) un boulot et ceux qui n'en trouve plus pour se nourrir. Faillite des gouvernements ou du moins du système de sécurité sociale.

    Pourquoi l'essence à 2 Euros est impossible selon moi ? Tout simplement parce que l'économie ne tournera déjà plus lorsqu'elle sera à 1,60-1,70 Euros/litre. N'oubliez pas que ce produit est constitué en majorité de taxes. Il suffit que le pétrole monte durablement au-delà de 110-120 dollars (peut-être l'hiver prochain) pour que l'économie s'effondre par les montants astronomiques pompés par les marchés pétroliers.

    D'autre part, cet argent va bien quelque part...dans la poche des compagnies pétrolières essentiellement. Pour bien faire, il faudrait qu'elles dépensent ces rentrées au plus vite. Mais le trajet retour n'est pas aussi rapide que le trajet aller, c'est tout un nouveau cycle qu'il faut imaginer. La solution serait peut-être que les compagnies pétrolières rachètent des banques. Avec tout l'argent drainé par le pétrole, elles en ont assez pour en prêter au monde et investir à gauche et à droite.

    Mais, vous allez me dire que l'argent trouvera bien sa voie. C'est vrai, pour l'instant, l'économie tousse un peu mais c'est juste le temps de s'adapter aux nouveaux flux.

    Une fois l'adaptation faite, la pression reviendra sur les prix du pétrole car l'économie se portera mieux. Donc, je vois le pétrole diminuer jusqu'à 30-35 dollars d'ici la fin de l'année et le chômage aumenter de 15-20% (c'est à dire que si vous avez un taux de chômage de 10%, il devrait tourner autour des 11,5-12% d'ici la fin de l'année).

    Ensuite, le chômage diminuera (de l'ordre de 5-10%) car les investissements des compagnies pétrolières porteront leurs fruits. Et quelques mois plus tard, le pétrole doublera ou triplera de prix en l'espace de quelques mois, provoquant un ralentissement de l'économie beaucoup plus sensible. Eventuellement il y aura une troisième vague bien que la seconde sera beaucoup plus destructrice que la première que nous subissons pour l'instant.

    Le peak-oil est bien là et aucune autre énergie ne sauvera notre économie. Elles coûtent trop chers. Pas d'un point de vue financier mais d'un point de vue énergétique et c'est bien plus grâve.

    Seule solution : la décroissance, trouver un nouveau système de société sans voitures, avec des moyens de déplacement propulsé à la force humaine. Le villlage qu'est devenu notre mondre redeviendra un monde vaste et grand qu'il sera difficile de parcourir en moins de 80 jours.

    Autre solution : la troisième guerre mondiale...

  7. #396
    Denoby

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Juste un petit detail en passant : l'hydrogene n'est pas une source d'energie, c'est juste un moyen de le transporter. Tous le monde doit le savoir, mais metre dans une meme enumeration energie nucleaire et hydrogene ca peut porter a confusion.

    Sinon je pense qu'il ne faut pas sous estimer le proget ITER, meme si il arrive un peu tard par rapport a l'epuisement des ressources il permet de garder un peu le moral. Au cas ou meme les pessimiste soit trop pessimiste.

    Sinon au probleme je croit qu'il n'y a pas une solution, mais des petites solutions qui mit a bout pourrais rendre les choses moins catastrophique. Solaire pour la maison, eolien, reduction des depenses d'energie...

    Denoby

    PS : j'avoue que je n'aie pas lu toute la discussion (le debut et la fin) si je ne fait que repeter j'en suis desole
    Dernière modification par Denoby ; 12/05/2005 à 09h27. Motif: oublie

  8. Publicité
  9. #397
    prontalgix

    Re : Chômage endémique...

    Merci DROIDANLEMUR je vais tenter de rebondir sur votre dernier post
    Mais, je commence à y voir clair avec les marchés.

    Citation Envoyé par DROIDANLEMUR
    Au regard du nouveau déficit américain, je modifierais quelque peu mon intervention.
    En fait, certains sites alarmistes montrent le loup qui est à nos portes avec le peak oil.
    Le marché anticipe toujours donc, si l'offre risque de ne plus suffire pour la demande, les prix explosent.
    Conséquence, pétrole plus cher==>économies dans un premier temps.
    Puis les économies ne suffisent plus, l'argent qui est dépensé dans le pétrole ne peut pas l'être ailleurs.
    Un pétrole qui, brusquement, n'est plus gratuit (ou quasiment gratuit) change toute la donne de la mondialisation.
    Moi je vois dans les marchés plus clairement ceci depuis qq mois.

    La stratégies US est une statégies de tentative de lutte contre la déplétion
    1) les ricains se foutent des histoires de protocoles de Kyoto Pourquoi ? ils raisonnent assez justement pour eux on va vers du toujours moins de pétrole donc vers des réductions inévitables des émissions de CO2. Ils vaut donc mieux se concentrer sur le problème de fond trouver d'autres énergies pensent-ils ?
    2) Ils ont pris le contrôle de la ressource Irakienne (c'est le dernier pays du monde qui entrera en Dépletion seulement en 2020).
    3) Politique monétaire consistant à dévaluer le $ d'abord contre l'€ et les autres monnaies. Comme c'est pas suffisant il veulent aussi se déconnecter du Yuan et demande maintenant à la Chine de décrocher sa monnaie du $. Pourquoi ? Ils veulent se préparer à la démondialisation, baisser leur imports et tout relancer chez eux en s'isolant par un $ faible vis a vis de toutes les monnaies.
    Réduction du déficit par un $ faible entraîne une baisse de la conso pétrolière en volume et baisse des importations de chine => développement du marché intérieur et le développement de la demande intérieur aux US en équipements de produits avec toujours moins de pétrole.
    4) Développement des centrales nucléaires, etc Plan énergies Bush.
    5) Maintenir un budget militaire colossale pour protéger ou prendre les ressources pétrolières restantes. Aucun pays n'a osé s'opposer militairement aux US quand ils sont entrés en Irak.

    En fait, tout est dans le dernier discours d'Alan Greenspan

    "Il est certain que le dossier énergétique pose des questions et des compromis difficiles pour les responsables politiques et les citoyens", a indiqué M. Greenspan. Mais "on peut espérer que ces inquiétudes seront résolues d'une façon qui n'asphyxiera ni ne défigurera le fonctionnement de nos marchés", a-t-il ajouté. Il a souligné combien "ce qui va se passer sur les marchés de l'énergie va demeurer crucial pour la santé à long terme de l'économie de notre pays". Notamment "l'ampleur des économies en carburant des voitures particulières aura une importance cruciale" dans les années à venir, "alors que les acheteurs opteront pour les coûts en carburant plus bas des véhicules plus petits ou des voitures hybrides". Aussi, "les changements dans l'ampleur et la façon dont les Etats-Unis consomment de l'énergie" auront-ils "une influence importante sur l'évolution de l'économie américaine à long-terme"
    "Beaucoup dépendra de la réponse de la demande face aux prix", a-t-il affirmé, estimant que "si l'histoire peut nous apprendre quelque chose, alors l'utilisation énergétique devrait à terme continuer de baisser par rapport au PIB si les prix restent élevés".

    Donc d'après Greenspan ça va être dur pour les ricains mais comme il faut passer par une déplétion il joue donc
    un $ faible qui entraine un pétrole cher qui entraine une baisse de la consommation en pétrole qui entraine des bigs demandes de nouveaux équipements de la part des consommateurs qui entraine du développement économiques intérieurs massifs


    "Il faut se souvenir que les prix, qui envoient des signaux décisifs pour équilibrer à court terme l'offre et la demande en énergie, signifient aussi à long terme des opportunités de profits pour l'expansion de l'offre", selon Greenspan.

    Les prix chers du pétrole => développement économiques en rééquipements : centrales nucléaire, changer toutes les bagnoles, les camions, les avions, le maritime, les produits industriels plastiques, les équipements en habitats, l'agriculture produite en locale, etc...

    Puisqu'il nous dit qu'il n'y a pas encore de solutions de remplacement à court terme du pétrole et du gaz
    En souhaitant de l'énergie cher il dit "ça stimulent la recherche et le développement du marché, qui débloqueront de nouvelles approches à peine envisageables aujourd'hui pour la production et l'utilisation de l'énergie", a-t-il assuré.
    Le news business est là dedans : dans la mutation des équipements dans la démondialisation et la relance du marché intérieur aux US à court et moyan terme tant qu'on aura pas découvert de nouvelles énergies peu cher et massivement utilisable, me semble t-il ?

    Des Avis SVP sur cette analyse ?

    Merci par avance

  10. #398
    Yoyo
    coresponsable des forums

    Re : Chômage endémique...

    Bonjour,

    La question initiale etait de savoir si les réserves de petrole etaient proches de leur epuisement. Qu'il y ait une partie politique dans cette question est censée, cependant que cette partie soit l'unique sujet des nombeux messages montre que cette discussion n'a rien de scientifique.
    Il est donc temps de la fermer, il n'est sans doute pas inutile de rappeler que les discussions politiques (ou religieuses) ne sont pas tolérées ici.

    Cette discussion n'est pas effacée afin d'en laisser le bénéfice aux personnes qui souhaiteraient se renseigner sur le sujet.

    Cordialement
    Yoyo

Page 14 sur 14 PremièrePremière 14

Discussions similaires

  1. Vivement la fin du pétrole!
    Par cedbont dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 167
    Dernier message: 08/02/2011, 13h43
  2. fin d'internet canular ou vérité?
    Par unefilledu33 dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 34
    Dernier message: 13/01/2009, 17h19
  3. Conséquences de la fin du pétrole
    Par Narduccio dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 536
    Dernier message: 31/08/2005, 05h15