Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

À la recherche des vérités



  1. #1
    Nexis

    À la recherche des vérités


    ------

    La première, nous la connaissons probablement tous, "je pense, donc je suis"
    Voici un lien vers un magnifique texte qui le démontre.
    http://www.cyberphilo.com/textes/archimede.html

    Donc nous savons tous que nous sommes quelque chose. Cette chose pense et cette chose est présente. C'est là que j'enchaîne: De plus, je suis sur que je cherche quelque chose car si je ne chercherais pas je ne penserais pas puisque je n'aurais pas à le faire. Donc jusqu'à maintenant je pense, je suis et je cherche. Qu'est-ce que je cherche? Qu'est-ce que je pourrais chercher? je sais que parfois j'ai faim, je cherche à manger, parfois je suis engourdie, je change de position, parfois j'ai envie, je vais aux toilettes, parfois m'ennuie, je cherche à me divertir. Ce que je cherche, c'est mon bonheur. Oui, je cherche mon bonheur, toutes mes actions et mes pensées ont un seul but, atteindre le bonheur.

    Qui? moi
    Quand? à tout moment
    Où? partout où "moi" est
    Comment? en pensant
    Pourquoi? Pour le bonheur

    C'est l'histoire de nos vies

    Qu'en pensez-vous?

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Zag

    Re : À la recherche des vérités

    Je suis d'accord avec toi : c'est une loi universelle ; les hommes cherchent le bonheur. Bonheur fuyant, quête perpétuelle. Mais n'y a-t-il qu'une seule vérité ?

  4. #3
    Nexis

    Re : À la recherche des vérités

    Citation Envoyé par Zag
    Je suis d'accord avec toi : c'est une loi universelle ; les hommes cherchent le bonheur. Bonheur fuyant, quête perpétuelle. Mais n'y a-t-il qu'une seule vérité ?
    La recherche du bonheur je vois ça comme la vérité fondamentale de l'être humain.

  5. #4
    mach3

    Re : À la recherche des vérités

    salut,

    en etant plus terre a terre, je dirai que le cerveau humain persevere dans des comportements apportant du plaisir (decharge d'endorphine) et evite les comportements apportant douleur et deplaisir, de part son architecture. Ensuite ses fonctions peuvent etre modifiées par sa plasticité, ce qui fait que tout le monde n'a pas la meme idée du bonheur. Ce qui plait a l'un peu deplaire a l'autre, simplement parce que l'environnement socio-culturel dans le lequel il a evolué est different. Le capital genetique intervient egalement car c'est lui qui dicte l'architecture du cerveau a la base.

    bye,

    et vive les endorphines

  6. #5
    bardamu

    Re : À la recherche des vérités

    Mais c'est quoi le bonheur ?
    Un homme se fera exploser pour tuer le maximum de gens et considèrera que c'est ainsi qu'il atteint le plus grand des bonheurs. Un autre va se shooter à l'héroïne et y trouvera aussi son bonheur, au moins l'espace d'un instant (morphiniques pour le plaisir endomorphinique ?)
    Pour d'autre, le bonheur est dans un match de foot à la télé, pour d'autres encore il est dans l'amour etc...
    Et si chacun cherche le bonheur, alors personne ne sait ce qu'il cherche. C'est peut-être là la raison de tant de philosophies et de discours sur ce que cherche l'homme.

    Ce qu'en pense celui qui disait que Descartes s'était trompé en disant "je pense donc je suis" : http://www.cyberphilo.com/textes/bonheur.html

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    vin's

    Re : À la recherche des vérités

    Citation Envoyé par Zag
    c'est une loi universelle ; les hommes cherchent le bonheur. Mais n'y a-t-il qu'une seule vérité ?
    C'est un peu vague... C'est vrai, comment définir le bonheur ?

    Loi universelle ? Permettez moi d'en douter... Essayez de prouver que c'est une loi universelle... Méfions nous des intuitions faciles.

    Bien que je sois persuadé que nos esprit mal fait, diminué et stupide ne nous permette que de petits raisonnements sans grands intérêts, j'affectionne un raisonnement qui me semblerait admirable s'il l'on ne prenait en compte le fait que le langage est une imperfection :

    "Tout est relatif. Donc la relativité aussi est relative. Donc il existe un absolu".

    admettons l'existence d'une vérité. Elle nous échappe et nous échapera. Ne la cherchons pas, vivons simplement suivant notre ligne de conduite.
    Dernière modification par vin's ; 05/07/2004 à 22h06.
    Ce voyage de mille lieues, il a commencé par un pas.
    Lao Tseu.

  9. Publicité
  10. #7
    azoth

    Re : À la recherche des vérités

    bonsoir,

    Le foot... ce sont des plaisirs.Je différencie les plaisirs qui ont un objet, du bonheur qui lui n'a pas d'objet.
    Lorsque les causes du plaisir disparaissent, le plaisir disparait. On est heureux (ou malheureux, d'ailleurs) sans raison particulière.

  11. #8
    Nexis

    Re : À la recherche des vérités

    On est heureux (ou malheureux, d'ailleurs) sans raison particulière.
    Là je suis en total désaccord, nous pouvons trouver la raison à chacune de nos joies.

    "Les hommes recherchent le bonheur" ne peut pas être une vérité car en disant "les hommes" tu supposes qu'il est certain que tout le monde existe alors que tu ne peux être certain que de ta propre existence. "Je recherche le bonheur" serait plus juste.

    Voici comment je définie le bonheur: État constant de plaisir suffisament élevé.

    Tu sais toi-même quand tu as du plaisir, tu as du plaisir lorsque tu es heureux par opposition aux moment où tu étais malheureux. être heureux ou être malheureux est un sentiment, ça ne se définit pas précisément.
    "Souviens-toi de tes malheurs et tu trouveras le bonheur" c'est beau n'est-ce pas?
    Qui suis-je? J'étais.

  12. #9
    Bee_z_zoo

    Re : À la recherche des vérités

    « Je pense donc je suis » ne m’apparaît pas beaucoup respectueux de la nature qui nous entoure . Comme si les plantes et autres animaux n'étaient pas ! Fondamentalement je préfère « Je suis donc je suis » ou ce qui s'y cache , « Nous sommes donc … nous suivons » .
    Le bonheur est avant tout celui de combler nos besoins communs à tous . C’est d’abords en épiant ceux qui nous ont mis au monde que l’on apprend à le faire . « Je suis donc je suis » !
    On apaise ainsi sa faim , sa soif , ses désirs sexuels … toujours magnétisme , toujours attirance/résistance . Tout ça mais seulement ça !
    Ensuite , le bonheur est celui de combler nos besoins particuliers à chacun … toujours magnétisme , toujours attraction /répulsion, j’aime/je hais , je prends/je rejette , je désir/je chasse . Tout ça mais seulement ça !
    Mais c’est surtout la capacité de reconnaître et d’assumer les hasards et fatalités qui peuvent nous éloigner de nos idéaux imaginaires et imaginés . Le pouvoir d'encaisser les contrecoups . « Je suis donc j’essuie » .
    Le bonheur c’est enfin de savoir apprécier et de se contenter . C'est de conjuguer le verbe aimer même si j'aime détester !
    « J’aime donc je suis , j'aime donc j'essuie , j'aime donc je suis» .

  13. #10
    Zag

    Question Re : À la recherche des vérités

    En réponse à Nexis : ne confondrais-tu pas l'agréable et le bonheur ? Est-ce parce que j'ai plaisir à être là que je suis heureux ? Pas forcément. Mais alors peut-on souffrir et être heureux ?
    Y a-t-il un devoir de bonheur ?

  14. #11
    Nexis

    Re : À la recherche des vérités

    Citation Envoyé par Zag
    En réponse à Nexis : ne confondrais-tu pas l'agréable et le bonheur ? Est-ce parce que j'ai plaisir à être là que je suis heureux ? Pas forcément. Mais alors peut-on souffrir et être heureux ?
    Y a-t-il un devoir de bonheur ?
    SI tu as plaisir à être là mais que tu n'es pas heureux c'est parce que tu possèdes des contradictions internes, parce que tu n'es pas en harmonie avec ta nature. Nous le sommes tous à un certain niveau, et il est utile de tenter d'éliminer ces contradiction pour pouvoir être davantage heureux.

    Nous pouvons souffrir et être heureux, prenons un exemple facile, un mazochiste. Il fait mal à son corps pour pouvoir être heureux dans sa tête. Ceci est peut-être la contradiction interne la plus grave qui existe.

    Personne sauf toi-même te force à être heureux, c'est dans notre nature de chercher à l'être. Ce n'est pas un devoir.
    Qui suis-je? J'étais.

  15. #12
    Bee_z_zoo

    Re : À la recherche des vérités

    Mais alors peut-on souffrir et être heureux ?
    Je crois que le bonheur ( être heureux ) se conjugue au quotidien et ne requiert pas de situation particulière pour être en mode actif . On ne peut dire du masochiste qui exige qu’on le torture afin de jouir qu’il est nécessairement heureux pour autant . Tout au plus il connaît l’extase le temps que ça dure mais sans plus . À moins que l’on conçoit qu’il faille jouir pour être heureux ! Pas de zizi pas de riri ….
    Je crois néanmoins qu’il peut être possible de souffrir et d’être heureux mais nous sommes très certainement le seul animal qui puisse le ressentir par l’existence de notre conscient . Les gens qui ont beaucoup de compassion et d’altruisme par exemple peuvent très certainement souffrir mais être pourtant heureux quand même ... et le meilleur exemple doit être Mère Thérésa .

  16. Publicité
  17. #13
    bardamu

    Re : À la recherche des vérités

    Citation Envoyé par Zag
    Y a-t-il un devoir de bonheur ?
    Hélas non.
    Au lieu de "Chacun a le devoir de travailler" (art. 5, préambule de la constitution française), on devrait écrire : "chacun a le devoir de chercher son bonheur".

  18. #14
    Nah

    Lightbulb Re : À la recherche des vérités

    Hello,

    Mon concept du bonheur est assez particulier; je pense (espère?) néanmoins qu'il est juste.
    Nous faisons tous partie d'une chaine et chaque maillon a une identité plus ou moins révélée. Au fil du temps, chacun découvre ses convictions en fonction de l'environnement et du caractère acquis de chaque personne.
    Une identité unique, un caractère unique, des valeurs : tout cela forme une véritable personnalité.
    A partir du moment ou la personnalité d'un être est révelée, il n'a plus qu'à se laisser porter par le fleuve de la vie. Il fait ce qu'il désire faire et ne fait pas ce qu'il ne peut pas faire la conscience tranquille.
    S'il réalise ses projets, s'il choisi sans regret, il mènera une vie comblée et même ses petits malheurs deviendront de bons souvenirs.
    A la fin de sa vie, dans son lit de mort, il regardera en arrière et pourra affirmer avec une certitude indémontable : "Moi, j'ai connu le bonheur."

    Cette vision des choses peut paraître utopique mais comprenez qu'elle s'applique aux jeune gens de cette époque, qui vivent dans les pays developpés, susceptibles d'être maître de leur choix et qui ne vivent pas l'enfer au quotidien.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Les vérités de la prépa
    Par mataboom dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 56
    Dernier message: 23/07/2007, 18h34
  2. Les contre-vérités en science
    Par Pierre de Québec dans le forum Éthique des sciences
    Réponses: 14
    Dernier message: 22/08/2006, 01h33
  3. Téléthon et vérités de la science génomique
    Par Fulcanelli dans le forum Biologie
    Réponses: 11
    Dernier message: 07/12/2004, 09h32