Répondre à la discussion
Page 2 sur 4 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 105

Vulgariser, ça s'apprend ?



  1. #31
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?


    ------

    Bonjour,

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    l'attention est maintenue car on avance pas à pas en gardant tj un petit secret complémentaire. ( comme une enquete )
    Le côté "enquête" me rappelle l'épisode 5 de la saison 6 de la série documentaire américaine "Naked Science", intitulé "Birth of the Oceans" qui a été diffusé pour la première fois sur la National Geographic Channel le 5 mars 2009.

    Ce que je n'ai pas du tout aimé dans ce documentaire, c'est qu'on ne présentait pas les découvertes qui ont influencé "l'enquête" de manière chronologique. On a une découverte faite dans les années 1920 qui est présentée comme tout à fait neuve, voire révolutionnaire, après une découverte faite dans les années 1990...

    C'est pour ça que j'aime bien quand une œuvre de vulgarisation (écrit, oral ou vidéo) s'attache à présenter les faits de manière chronologique, en citant au moins l'année de la découverte en question. Je trouve cette manière de procéder plus correcte pour présenter le contexte scientifique et technique dans lequel une découverte est effectuée.

    Une très bonne année 2014 à tous !

    -----
    Dernière modification par Geb ; 01/01/2014 à 09h18.

  2. Publicité
  3. #32
    Paminode

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Bonjour,

    Il est toujours délicat d'employer des termes comme "don inné" ou "talent", guère définissables, mais je crois que chacun aura pu remarquer que certaines personnes dans une discussion savent spontanément non seulement expliquer clairement quelque chose mais en plus intéresser leur auditoire, alors que d'autres seront plus laborieux, oubliant des éléments pourtant clefs pour la compréhension, etc.

    Un problème fondamental du vulgarisateur par écrit, ou de l'auteur de documents pédagogiques (les fameux "modes d'emploi"...) est qu'il n'a pas son interlocuteur en vis-à-vis, donc ne peut pas réajuster son propos selon les réactions de compréhension ou non-compréhension de celui-ci.
    Un peu comme un enseignant peut ajuster ses explications dans le cadre d'un cours privé avec un seul élève, mais devant une classe de 30...

    Je pense qu'une première chose est qu'un vulgarisateur, comme un artiste, ne doit pas chercher à plaire à tout le monde. Il est obligé de cibler.
    A plusieurs reprises dans des discussions de FS, il a été opposé Science et Vie d'une part, et d'autre part La Recherche et Pour la Science, toujours au détriment du premier, jugé racoleur. S&V est-il pour autant un mauvais magazine ? Pour ma part je ne crois pas. Simplement, ce n'est pas le même public, et les personnes qui viennent sur FS globalement correspondraient davantage aux lecteurs de LR et PlS que de S&V. Mais personnellement, je considère que S&V a autant sa place dans le paysage des revues de vulgarisation que les autres.

    Il existe des formations de créateurs et rédacteurs de documents pédagogiques, lesquels sont un peu confrontés à des préoccupations du même ordre (j'en ai un peu tâté...). Vous avez sans doute déjà expliqué de vive voix à une personne une fonction d'un logiciel. Comme dans le cadre de l'enseignant de cours privé, vous aviez le retour permanent de votre "élève". Maintenant, imaginez devoir mettre cela par écrit... Vous verrez vite comme c'est simple...
    Mais comme pour beaucoup d’autres choses, même quand on a acquis quelques principes de base, l’important de l’apprentissage se fait sur le tas. C’est l’expérience qui compte. J’imagine que le vulgarisateur doit soumettre son article à un supérieur, supposé "chevronné", et c’est là que, avec son expérience acquise, ce supérieur tient le rôle de répondant.
    Mais sinon, imaginer qu’il existe a priori des techniques… Je crois plutôt qu’à côté de quelques principes évidents de base, il faut malheureusement s’en remettre à son "feeling", terme tout aussi indéfinissable que "talent". Il faut faire comme quand on raconte une histoire : être le plus précis, ne rien oublier en route , ne pas avoir peur de se répéter, reprendre le fil avec un court résumé après une digression sur un point de détail...

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    pour moi, expliquer ne suffit pas, il faut aussi intéresser, c'est au moins aussi important (voire plus !). Et c'est, me semble-t-il, le plus difficile.
    Oui, mais la personne qui lit un article de vulgarisation est censée le faire précisément par intérêt, et non avec une certaine contrainte comme l’élève, c’est déjà un point en votre faveur…

    Citation Envoyé par JPL Voir le message
    Le vieux serpent de mer ringard : 1968 source de tous les mots !.
    C’est voulu, le choix du mot "mots" ?

  4. #33
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Si je puis me permettre, voilà un travail documentaire (~12 min) que j'ai beaucoup aimé, disponible sur la chaîne YouTube Veritasium :

    World's Roundest Object!

    Cordialement.

  5. #34
    Paminode

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Geb Voir le message
    C'est pour ça que j'aime bien quand une œuvre de vulgarisation (écrit, oral ou vidéo) s'attache à présenter les faits de manière chronologique, en citant au moins l'année de la découverte en question. Je trouve cette manière de procéder plus correcte pour présenter le contexte scientifique et technique dans lequel une découverte est effectuée.
    Tout à fait d'accord avec cela.

    Je me permets un petit aparté :
    En tant que lecteur régulier de LR, PlS et aussi entre autres Ciel & Espace, il me semble avoir remarqué une habitude qui me paraît récente, des articles présentant moins des faits que de nouvelles théories très spéculatives, de simples hypothèses, l'annonce d'expériences à venir. Je pense plus précisément à des thèmes redondants comme la matière et l'énergie noires, les cordes et les branes, les univers parallèles, enfin plutôt des thèmes de cosmologie et d'astronomie... Par exemple un article s'étendra sur le fonctionnement d'un satellite qui sera peut-être envoyé pas avant 2025, ou la future mise en route d'une expérience dont on aura les résultats dans 10 ans s'ils sont positifs, ou sur une nouvelle hypothèse d'un chercheur dont on n'entendra plus jamais parler... A la lecture de ce genre d'articles, j'ai parfois un peu l'impression de m'être fait vendre du courant d'air.. Et il me semble que cela se renouvelle de plus en plus souvent...
    Dernière modification par Paminode ; 01/01/2014 à 09h55.

  6. #35
    yves25
    Modérateur

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    A la lecture de ce genre d'articles, j'ai parfois un peu l'impression de m'être fait vendre du courant d'air.. Et il me semble que cela se renouvelle de plus en plus souvent...
    Oui mais là, il me semble que tu confonds vulgarisation et actualité.
    Quand tu parles d'une nouvelle théorie et si elle est plus ou moins bien expliquée, c'est de la vulgarisation en même temps que de l'actu mais quand on parle du satellite qui sera envoyé en 2025 ce n'est plus de la vulgarisation.
    On est d'accord?
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  7. #36
    Paminode

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Je me suis peut-être mal expliqué.
    Je ne parle pas de brèves d'actualité.
    Je parle d'articles sur des sujets complexes et encore très spéculatifs comme ceux que j'ai signalés, et à propos desquels l'auteur parfois s'étend sur des expériences à venir ou en projet, renvoyant dans un avenir d'un certain nombre d'années. Quand sur une période de 2 ou 3 ans je lis plusieurs articles répétant ce genre de choses finalement sans résultats très concrets, sans rien "de neuf" d'un article à l'autre, ne faisant toujours miroiter que des expériences futures, cela en redisant par ailleurs les mêmes théories sans nouveauté, cela me donne parfois une impression de remplissage, avec au final un article qui sonne un peu creux.
    Dernière modification par Paminode ; 01/01/2014 à 11h30.

  8. Publicité
  9. #37
    mh34
    Responsable des forums

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Paminode Voir le message
    Quand sur une période de 2 ou 3 ans je lis plusieurs articles répétant ce genre de choses finalement sans résultats très concrets, sans rien "de neuf" d'un article à l'autre, ne faisant toujours miroiter que des expériences futures, cela en redisant par ailleurs les mêmes théories sans nouveauté, cela me donne parfois une impression de remplissage, avec au final un article qui sonne un peu creux.
    Oui mais ça c'est peut-être tout simplement parce qu'on n'a pas progressé sur le sujet! Ca arrive souvent, et ça ne se voit pas que sur les articles de vulgarisation mais aussi dans les congrès.

  10. #38
    Paminode

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Je suis d'accord, mais ce que je voulais dire, c'est que je me suis fait la remarque récemment, comme si c'était moins le cas il y a encore quelques années.
    Mais comme j'ai dit, c'est une parenthèse.

  11. #39
    JPL
    Responsable des forums

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Paminode Voir le message
    C’est voulu, le choix du mot "mots" ?
    J'ai beau me relire j'en laisse toujours passer ! J'ai remarqué que mes doigts ont une certaine tendance à n'en faire qu'à leur tête sur le clavier, au lieu d'obéir à la mienne ! Donc c'était bien maux mais si on remplace dans ma phrase tous les mots par n'importe quels propos (de préférence passéiste) on n'est pas loin de la vérité
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  12. #40
    mariposa

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par JPL Voir le message
    J'ai beau me relire j'en laisse toujours passer ! J'ai remarqué que mes doigts ont une certaine tendance à n'en faire qu'à leur tête sur le clavier, au lieu d'obéir à la mienne ! Donc c'était bien maux mais si on remplace dans ma phrase tous les mots par n'importe quels propos (de préférence passéiste) on n'est pas loin de la vérité
    Bonjour et bonne année.

    En fait c'était un beau lapsus sur lequel on pourrait disserter. Le plus comique est que dans ma réponse j'ai bien compris maux, comme l'atteste le contenu de ma réponse, mais j'ai pourtant écrit mots ce qui est étonnant. En fait en 1968 beaucoup de slogans, donc de mots, ont été élaborés sur le champ qui ont été porteurs pour, certains, de maux.

  13. #41
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Si je puis proposer une des méthodes pour se former en autodidacte en matière de vulgarisation, il suffit d'aller explorer des sites peu recommandables, comme les sites créationnistes, les sites sur le mouvement perpétuel, etc (à peu près tous les domaines scientifiques ont leur pseudo-sciences) et de lire les arguments présentés par les théoriciens (généralement des gens avec une formation scientifique) de ces pseudo-sciences.

    C'est étonnant de voir avec quel talent les choses sont présentées à un public de profanes, mais aussi avec quelle facilité on est capable de faire un démontage systématique de ces mêmes arguments avec un minimum de connaissances sur les sujets abordés (pour autant qu'on sache sélectionné ses sources d'apprentissage avec soin et un minimum de discernement). L'important dans ces sites, c'est aussi d'apprendre à repérer ce qui est évité à tout prix dans les discours.

    Je recommande également de s'intéresser à la rhétorique, à la logique et aux différents types de sophisme, pour apprendre à présenter correctement les arguments et à repérer plus facilement les erreurs dans les sources douteuses auxquelles ont pourrait être confronté.

    J'ai par exemple beaucoup apprécié la lecture de ce site :

    thou shalt not commit logical fallacies

    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 01/01/2014 à 14h14.

  14. #42
    Paminode

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par mariposa Voir le message
    En fait c'était un beau lapsus sur lequel on pourrait disserter. Le plus comique est que dans ma réponse j'ai bien compris maux, comme l'atteste le contenu de ma réponse, mais j'ai pourtant écrit mots ce qui est étonnant.
    Autre chose comique, j'ai tourné la phrase dans ma tête un moment, en me demandant si ce n'était pas fait exprès, d'autant plus, en effet, qu'il y avait eu une réponse !
    J'ai quand même eu un doute...

  15. Publicité
  16. #43
    Xoxopixo

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Geb Voir le message
    Je recommande également de s'intéresser à la rhétorique, à la logique et aux différents types de sophisme, pour apprendre à présenter correctement les arguments et à repérer plus facilement les erreurs dans les sources douteuses auxquelles ont pourrait être confronté.
    La logique est certes une chose importante, mais c'est très largement insuffisant.
    On peut démontrer des choses de manière tout à fait logique mais parfaitement fausses (relativement à son insertion dans le réel) si on se base sur des concepts erronés.
    C'est "la connaissance" qu'il faut étudier pour savoir de quoi on parle.
    Savoir pourquoi "on sait".

    Chaque terme doit être étudié, et ceci selon des méthodes et des approches variées.
    Le minimum est de connaitre l'historique du concept, comment les scientifiques en sont arrivés à considérer sa validité, ce qu'il signifie dans un certain cadre.

    Sur les sites pseudo-scientifiques justement, ce ne sont pas les raisonnements qui sont en général douteux (et c'est là où le novice peut se laisser séduire), mais l'emploi inadéquat que l'on fait des différents termes scientifiques.

    La question de l'emploi inadéquat des termes, la représentation énoncée sous sa forme sémantique est d'ailleurs, si on pousse un peu le raisonnement, un problème insoluble à toute vulgarisation.

    Ce qui est vrai en science, ce sont les faits experimentaux, pas la représentation, et surtout pas sémantique, qui est tirée de ces faits experimentaux (aussi professionnels soient-t-ils).
    Par exemple, si vous voulez parler de "la lumière", vous ne devriez pas énoncer le terme "lumière", "photon", longueur d'onde, etc, comme si il s'agissait de "choses de la nature" mais uniquement expliquer comment sont faites les experiences concrètes qui ont amenées à établir des théories dans lesquelles, par nécéssité pratique (et c'est ce point qu'il est nécéssaire de faire comprendre à la personne à qui on vulgarise le sujet), on a établi ces termes.

    Par contre, l'emploi de la sémantique dans certaines représentations, ou les mathématiques dans d'autres, permet parfois d'étendre le champ de la connaissance.
    Ce sont donc des aides utiles, des guides, mais il n'y a pas de stricte équivalence avec le fait scientifique.
    C'est l'experience concrête, brute, ensuite, qui peut être imaginée (abstrait), qui correspond à une connaissance nouvelle.
    Dire qu'on a acquis une connaissance parce qu'on a une nouvelle interpretation est, sauf exception (permettant de faire une autre experience ou un objet utile, "par hasard"), illusoire...

    Cette approche est extremenent contraignante, et en général, par dépit pour certains concepts, et par manque de temps, le vulgarisateur fait comme tout le monde qui cherche à expliquer quelque-chose à quelqu'un qui ne connait pas le sujet : Il en donne un aperçu, qui permet de faire comprendre qu'il y a quelque-chose de concret derrière la connaissance énoncée et qu'il peut donc chercher des renseignements suplémentaires à ce sujet.
    En bon vivant, rien ne vaut un bonne logique ternaire.

  17. #44
    Cécile

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Yves25
    à priori, on s'adresse à des gens qui ont, au départ, une certaine curiosité et donc un peu d'attention
    Pas forcément. Si tu passes à l'émission "la tête au carré" sur France Inter, ton auditeur est peut-être en train de conduire, ou de cuisiner, ou de bricoler, et t'écoute distraitement. Là, savoir capter son attention est primordial.

    Citation Envoyé par Damien49
    toute phrase descriptive, tout concept scientifique peut trouver son équivalent explicatif en dessin, schéma, carte ou image. De longues phrases ou une simple image (avec juste quelques mots) ? C'est pour moi tout l'art de la synthèse.
    Oui, mais si tu es à l'oral ? Il te faut quand même synthétiser, mais uniquement avec tes mots.

    Citation Envoyé par ansset
    la première explication semble évidente et part de la simple observation et sa première interprétation simpliste.
    Tout le monde se dit "ça je l' avait compris", sauf qu'on glisse ou évoque un grain de sable qui montre que ce n'est pas exactement ça.
    Et on développe un truc un peu plus compliqué, etc .....
    C'est une très bonne stratégie. Etienne Klein dit qu'il démarre ses cours à Polytechnique par un paradoxe. Résultat, il gagne l'écoute de ses élèves qui ont envie de voir comment résoudre ça.

    Citation Envoyé par Paminode
    Je pense qu'une première chose est qu'un vulgarisateur, comme un artiste, ne doit pas chercher à plaire à tout le monde. Il est obligé de cibler.
    En effet !
    même quand on a acquis quelques principes de base, l’important de l’apprentissage se fait sur le tas
    Oui, mais peut-être qu'acquérir ces principes de base fait gagner beaucoup de temps, et surtout aide à se lancer et à ne pas se décourager si les premiers pas sont un peu ratés.

  18. #45
    yves25
    Modérateur

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Pas forcément. Si tu passes à l'émission "la tête au carré" sur France Inter, ton auditeur est peut-être en train de conduire,... et t'écoute distraitement. Là, savoir capter son attention est primordial..
    Pas trop quand même svp, je pourrais être dans la voiture qui vient en face!
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  19. #46
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Bonsoir,

    Ne serait-il pas opportun de partir d'un exemple concret à partir duquel on pourra spécifier les étapes à franchir, la méthodologie, qui nous permettrait de vulgariser un sujet scientifique, ou de manière plus concrète, une publication scientifique, dans les meilleures conditions ?

    Personnellement, pour m'entraîner, j'aime beaucoup partir des affirmations péremptoires sans aucune source, qui foisonnent sur internet, le but du jeu étant de déterminer en quelle mesure les affirmations sont vraies ou fausses (dans leur moindre détail)... Comme par exemple :

    Up until the discovery of the vents scientist believed that the ocean floor was primarily lifeless because of the water pressure, the cold temperature, and the lack of oxygen.
    Hydrothermal vents

    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 01/01/2014 à 23h41.

  20. #47
    Paminode

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Oui, mais peut-être qu'acquérir ces principes de base fait gagner beaucoup de temps, et surtout aide à se lancer et à ne pas se décourager si les premiers pas sont un peu ratés.
    Bonjour,

    Bien sûr.
    Mais la vulgarisation est une activité pratique, et d'une certaine façon artisanale. Et il me semble que la plupart des activités pratiques s'appuient certes sur un fond théorique, mais aussi sur le recours à des trucs, des petites astuces, des ficelles que chaque praticien découvre de façon empirique au cours de sa pratique. Et cela en dehors de toute théorisation simple ou possible.
    D'où deux processus d'apprentissage :
    - l'étude de ce qui a déjà été fait (documentation) ;
    - la discussion avec des praticiens plus expérimentés.
    En d'autres termes : comment les autres se débrouillent-ils ?
    Et prendre des notes, dresser son petit catalogue d'effets auquel on pourra se reporter au besoin. Petit catalogue à affiner et compléter sans cesse, y compris en y inscrivant ses propres trouvailles. Et, même si ça peut paraître scolaire, ne pas avoir peur de revenir à ce catalogue, le relire, et pas seulement quand "ça bloque".
    Ensuite, je crois qu'il n'y a pas de secret : il faut se lancer, faire ses petites impros, et c'est au vu des résultats que l'on découvre si "on est vraiment fait pour ça".
    Cela étant, dans les messages plus haut, il me semble qu'il y a déjà quelques pistes.
    Dernière modification par Paminode ; 02/01/2014 à 07h45.

  21. #48
    mariposa

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Bonjour et bonne année a tous.

    Pour sortir des generalités je propose comme exercice de vulgarisation la question suivante récurrente:

    C'est quoi le big bang

    En supposant que la question est posée:

    1- par un enfant de 10 ans.

    2- par un adolescent de 10 ans.

    3- par un bon trés bon eleve de terminal de formation scientifique.

    4- par un etudiant de deuxieme année du supérieur, bon en maths.

    5- Par un adulte d'age mur de formation littéraire.

  22. Publicité
  23. #49
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par mariposa Voir le message
    Pour sortir des generalités je propose comme exercice de vulgarisation la question suivante récurrente:

    C'est quoi le big bang
    C'est une entrée en matière intéressante. Mais rédiger les réponses de façon adaptée à toutes les situations que tu proposes implique de manière implicite que nous soyons... physiciens. J'imagine que tu es physicienne de formation ?

    Peut-être serait-il plus intéressant d'en savoir un peu plus sur la formation de Cécile, qui a initié ce fil de discussion, afin de déterminer dans quel(s) domaine(s) elle se sent le plus à l'aise, dans l'optique de proposer un challenge qui est plus adapté à son domaine d'expertise ?

    Cordialement.

  24. #50
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    bonjour,
    pour revenir un instant à la question initiale, il y a des formations spécifiques de vulgarisation scientifique.
    je vais essayer d'en savoir plus.
    la nièce d'un ami suit ce parcours.
    cordialement.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  25. #51
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Salut ansset,

    Je serais très curieux et heureux de connaître les intitulés (au mieux encore, le contenu) des cours suivis dans le cadre d'une telle formation.

    Cordialement.

  26. #52
    mh34
    Responsable des forums

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Geb Voir le message
    C'est une entrée en matière intéressante. Mais rédiger les réponses de façon adaptée à toutes les situations que tu proposes implique de manière implicite que nous soyons... physiciens.
    Euh...quand c'est votre enfant qui vous pose cette question, on essaie quand même de répondre avec ses bribes de connaissances sur le sujet, même si on n'est pas physicien.
    Mais il est évident qu'on se sent nettement plus à l'aise lorsque la question concerne son domaine de compétences, même si on n'est pas toujours les mieux placés pour le vulgariser, parce qu'on a tendance à oublier ce que c'est que de ne rien savoir, par conséquent on a du mal à comprendre que ceux qui ne connaissent pas le domaine ne comprennent pas.

  27. #53
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Euh...quand c'est votre enfant qui vous pose cette question, on essaie quand même de répondre avec ses bribes de connaissances sur le sujet, même si on n'est pas physicien.
    J'en conviens. C'est pour ça que j'ai tenu à préciser : "[...] à toutes les situations que tu proposes [...]".

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Mais il est évident qu'on se sent nettement plus à l'aise lorsque la question concerne son domaine de compétences, même si on n'est pas toujours les mieux placés pour le vulgariser, parce qu'on a tendance à oublier ce que c'est que de ne rien savoir, par conséquent on a du mal à comprendre que ceux qui ne connaissent pas le domaine ne comprennent pas.
    Je suis tout à fait d'accord. Comme la plupart des intervenants (comme Cécile) l'on rappelé à de nombreuses reprises, il est extrêmement important de bien cibler le public et idéalement, de le connaître. Quand je dis connaître, c'est notamment connaître son niveau d'études et ce qu'il implique, c'est-à-dire avoir une idée précise, autant que faire se peut, de ce qu'il a dû apprendre (à défaut de savoir exactement ce qu'il sait) sur le sujet que l'on souhaite vulgariser.

    La question est de savoir s'il est utile d'aller jusqu'à lire les syllabi destinés à notre public cible (je pense par exemple à des lycéens) ?

    Question parallèle : pensez-vous qu'il soit raisonnablement possible qu'une personne sans formation de physicien, mais passionné autodidacte de ces questions de cosmologie, puisse se révéler plus à l'aise à la (bonne) vulgarisation que le physicien diplômé, mais spécialisé dans un autre domaine (comme, par exemple, la physique du solide) ?

    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 02/01/2014 à 17h33.

  28. #54
    Cécile

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Geb
    Peut-être serait-il plus intéressant d'en savoir un peu plus sur la formation de Cécile, qui a initié ce fil de discussion, afin de déterminer dans quel(s) domaine(s) elle se sent le plus à l'aise, dans l'optique de proposer un challenge qui est plus adapté à son domaine d'expertise ?
    J'ai un doctorat de chimie. Et je suis journaliste scientifique.
    En fait, je suis en train de lancer des formations en vulgarisation. J'en fais déjà quelques unes depuis 2005, mais je souhaite passer à la vitesse supérieure, et je me demandais si cela pouvait intéresser des chercheurs, ou si ceux-ci préféraient apprendre uniquement "sur le tas". D'où le lancement de cette discussion.

    Lien supprimé conformément à la charte
    Dernière modification par JPL ; 02/01/2014 à 19h06. Motif: Suppression liens

  29. Publicité
  30. #55
    stefjm

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Salut,
    Le plus difficile est d'estimer ce que sait celui avec qui on dialogue.
    Très difficile, même sur FSG physique, dans différentes banches de la physique!
    Un truc trivial pour l'un peut paraître nawak pour l'autre, et ce même entre bac+48.
    Il suffit de faire un petit pas sur le coté du domaine et plouf...

    Cordialement.
    Moi ignare et moi pas comprendre langage avec «hasard», «réalité» et «existe».

  31. #56
    yves25
    Modérateur

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Oui, ça explique que certains très éminents chercheurs sortent des âneries quand ils sortent de leur domaine de compétence.
    A priori, toujours considérer qu'on a en face de soi des ignares intelligents.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  32. #57
    mh34
    Responsable des forums

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par stefjm Voir le message
    Le plus difficile est d'estimer ce que sait celui avec qui on dialogue.
    Oui dans un fil sur FS, c'est vrai. Mais quand on vulgarise, on est censé apporter des connaissances à des personnes qui sont demandeuses, soit qu'elles aient posé la question, soit qu'elles viennent assister à la conférence/qu'elles achètent la revue. On est dans la posture de celui qui apporte la connaissance; les fils dont tu parles c'est pas tout à fait le même problème.

  33. #58
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    [...] les fils dont tu parles c'est pas tout à fait le même problème.
    Ça dépend surtout de la "qualité" des questions des intervenants.

    Les questions ouvertes sont généralement plus difficiles et si l'intervenant à déjà fait des recherches et citent les sources de ses connaissances ainsi que le processus intellectuel qui l'a mené à poser la question, les choses sont beaucoup plus faciles pour les intervenants qui prendraient la peine de l'aider.

    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 02/01/2014 à 19h13.

  34. #59
    mariposa

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Geb Voir le message
    C'est une entrée en matière intéressante. Mais rédiger les réponses de façon adaptée à toutes les situations que tu proposes implique de manière implicite que nous soyons... physiciens. J'imagine que tu es physicienne de formation ?

    Peut-être serait-il plus intéressant d'en savoir un peu plus sur la formation de Cécile, qui a initié ce fil de discussion, afin de déterminer dans quel(s) domaine(s) elle se sent le plus à l'aise, dans l'optique de proposer un challenge qui est plus adapté à son domaine d'expertise ?

    Cordialement.
    Bonsoir,

    J'ai posé cette question en relation avec ma réponse a Cecile (voir #3).

    Il s'agit de montrer sur un exemple la hiérarchie ou la diversité de réponses que l'on peut donner en fonction de son interlocuteur.

    En prenant cet exemple précis je voulais engager le débat dans la mesure ou sur Futura nombreux sont celles et ceux qui s’intéressent a la cosmologie ou a la RG.

    L'exercice pourrait consister a donner des réponses et justifier le choix de ce que l'on explique, comment le présenter (analogies, métaphores, petits ingrédients de mathématiques...) et également ce que l'on ne dit pas. En gros il s'agit de théoriser sur les réponses.

    Donc j'essaie de relancer la discussion sur le point 1).

    Dit Papa, c'est quoi le big bang dont le monsieur a parlé a la télé?

    Et bien ma chérie.....

  35. #60
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    À ce propos, c'est quoi le plus difficile pour vous, de la vulgarisation écrite, orale ou vidéo ? Autrement dit quel est votre support préféré, d'abord en tant que vulgarisateur et ensuite en tant que vulgarisé ?

    Personnellement, je dirais que j'apprécie plus l'écrit en tant que vulgarisateur. Je trouve l'exercice de vulgarisation type conférence (autrement dit oral) beaucoup plus compliqué, parce qu'il y a toute une manière de présenter (la gestuelle, le rythme, etc...) ainsi que d'autres choses qui pourraient échapper facilement à mon contrôle, comme le niveau de langage (j'ai tendance à utiliser bien malgré moins du jargon un peu trop savant lorsque je parle de vive voie à des non-initiés à propos de sujets que je maîtrise bien).

    Quant à mes préférences en tant que vulgarisé, j'aime beaucoup les vidéos... de conférences. Je trouve que certains chercheurs francophones ont vraiment beaucoup de talent (qui vient sans doute avec l'expérience). Je citerai par exemple le géologue Hervé Martin (et ce malgré son petit défaut de prononciation) ou l'astrophysicien Nikos Prantzos (ce qui est d'autant plus remarquable puisqu'il est d'origine grecque). Mais je n'ai vu à l’œuvre qu'une vingtaine de conférienciers francophones jusqu'ici (mon échantillon de référence n'est donc pas très grand). Parmi les anglophones, il y a le biologiste (physicien de formation) Eric Smith, du Santa Fe Institute.

    Ce que j'observe, c'est que la qualité du PowerPoint n'est pas du tout mon critère principal pour juger de la qualité d'une présentation. Personnellement, j'ai été littéralement subjugué par la présentation d'Eric Smith malgré le fait que j'ai trouvé son PowerPoint plutôt basique et relativement "insipide". Par contre, son charisme et la façon extrêmement claire dont il répondait aux questions à la fin de la conférence m'ont vraiment impressionné.

    Par curiosité, pourriez-vous citer le nom de conférenciers que vous pourriez ériger en modèles ?

    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 02/01/2014 à 19h33.

Page 2 sur 4 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. en quelle année on apprend...
    Par nono-aqua dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 6
    Dernier message: 18/02/2010, 12h19
  2. Plus on apprend , plus il est facile d'apprendre.
    Par renovatio34 dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 11
    Dernier message: 14/11/2009, 21h23
  3. vulgariser la physique quantique ?
    Par fracko dans le forum Physique
    Réponses: 12
    Dernier message: 28/05/2009, 21h57
  4. Vulgariser la génétique - Axel Khan
    Par GabrielF dans le forum [ARCHIVE] Ethique
    Réponses: 10
    Dernier message: 22/08/2005, 17h09
  5. Exponentielles et nombres complexes : qui sait vulgariser ?
    Par voie lactée dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 3
    Dernier message: 01/09/2004, 20h59