Répondre à la discussion
Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 105

Vulgariser, ça s'apprend ?



  1. #1
    Cécile

    Vulgariser, ça s'apprend ?


    ------

    Bonjour,

    Tout est dans le titre : est-ce que vulgariser s'apprend, ou est-ce un don inné ? Si ça s'apprend, comment ?

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    f6bes

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Bonjour,

    Tout est dans le titre : est-ce que vulgariser s'apprend, ou est-ce un don inné ? Si ça s'apprend, comment ?
    +
    Bonjour à toi,
    En clair faut etre pédagogue ( savoir expliquer ET se faire comprendre).
    La pédagogie ça s'apprends.
    De plus quel niveau de "vulgarisation" veux t on atteindre ,?
    Le "public"...réceptif est DIFFERENT suivant les tranches d'ages et les connaissances acquises...auparavant.

    Bonnes fetes

  4. #3
    mariposa

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Bonjour,

    Tout est dans le titre : est-ce que vulgariser s'apprend, ou est-ce un don inné ? Si ça s'apprend, comment ?
    Bonjour,

    Je n'irais certainement jusqu'a dire que c'est inné, mais que c'est une passion, comme celle d'être pédagogue.

    Pour être un bon vulgarisateur, ou un bon pédagogue il faut a mon avis remplir 2 conditions.

    1- Savoir percevoir le plus rapidement possible les connaissances et les motivations de l'autre ou des autres.

    2- Avoir un grand recul relativement au domaine ou d'une manière équivalente une grande culture.

    Méthode:


    En vertu du point 1 il faut par un dialogue aider la personne a formuler ou a reformuler sa ou ses questions. C'est un moyen pour percevoir les connaissances et les méthodes de pensée de l'interlocuteur. Tout cela est affaire d'expériences, d'échec et de réussites.

    En vertu du point 2 on peut pour une même question avoir des réponses différentes qui vont de la métaphore en langage vernaculaire a la réponse formulée dans un langage élaboré, abstrait. Pour une même question on a donc une diversité de réponses qui sont autant d'adaptations aux connaissances et souhaits de l'interlocuteur.


    Remarque: C'est 2 points sont communs a la vularisation et a la pédagogie. Néanmoins il y a dans la situation de l'enseignement un point 3) qui est laresponsabilité qui a pour conséquence que c'est l'enseignement qui choisit les contenus et les rythmes ce qui entraine une certaine autorité et donc des contraintes.

    Dans l'enseignement en France c'est ce troisieme point qui est tombé en désuétude en rapport avec la théorie de l'enfant roi ou encore selon l'idée que dans l'enseignement ce qui est au centre c'est l'éleve selon l'imitation que pour une entreprise c'est le client qui est au centre.

    J'ai vu régulièrement l'écroulement des connaissances depuis les années 1968 et ce n'est pas un hazard. 1968 c'est pour beaucoup de jeunes le rejet, a juste titre, d'un autoritarisme qui s'est transformé en un rejet de toute autorité.

  5. #4
    JPL
    Responsable des forums

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par mariposa Voir le message
    J'ai vu régulièrement l'écroulement des connaissances depuis les années 1968 et ce n'est pas un hazard. 1968 c'est pour beaucoup de jeunes le rejet, a juste titre, d'un autoritarisme qui s'est transformé en un rejet de toute autorité.
    Le vieux serpent de mer ringard : 1968 source de tous les mots !

    Pour simplifier énormément c'est confondre l'effet et la cause.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    stefjm

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par mariposa Voir le message
    J'ai vu régulièrement l'écroulement des connaissances depuis les années 1968 et ce n'est pas un hazard. 1968 c'est pour beaucoup de jeunes le rejet, a juste titre, d'un autoritarisme qui s'est transformé en un rejet de toute autorité.
    D'où la différence entre ta vulgarisation : "ouvre un livre de MQ."
    et la mienne : "Do it yourself."

    Cordialement.
    Moi ignare et moi pas comprendre langage avec «hasard», «réalité» et «existe».

  8. #6
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par mariposa Voir le message
    Remarque: C'est 2 points sont communs a la vularisation et a la pédagogie. Néanmoins il y a dans la situation de l'enseignement un point 3) qui est laresponsabilité qui a pour conséquence que c'est l'enseignement qui choisit les contenus et les rythmes ce qui entraine une certaine autorité et donc des contraintes.

    Dans l'enseignement en France c'est ce troisieme point qui est tombé en désuétude en rapport avec la théorie de l'enfant roi ou encore selon l'idée que dans l'enseignement ce qui est au centre c'est l'éleve selon l'imitation que pour une entreprise c'est le client qui est au centre.
    .
    Peut être , mais c'est un débat qui , me semble t-il s'écarte un peu de la question initiale et prend l'axe du mode d'enseignement.
    donc plus "politique" d'un certain point de vue.
    Et sur ce point, je ne suis pas sur d'être d'accord.
    HS :Il suffit de voir que les pays ou l'enseignement est plus individualisé obtiennent de meilleurs résultats; ( fin HS )

    mais je suis d'accord pour dire ( concernant la vulgarisation )
    que c'est aussi une histoire de passion.
    qu'elle fait souvent appel à l'analogie pour replacer un sujet dans une thématique compréhensible an fonction de l'âge de l'élève.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  9. Publicité
  10. #7
    Cécile

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    @Ansset : c'est marrant que tu parles d'élève en matière de vulgarisation. Quelqu'un qui lit un bouquin de vulgarisation, un adulte qui vient à une journée portes ouvertes lors d'une fête de la science, c'est un élève ?

    @Mariposa : d'accord avec toi pour les deux conditions. Mais pour dialoguer, il faut que ce soit une vulgarisation en tête à tête, ou en petit groupe. Quid des livres, émissions, blogs, etc. ?
    Je n'entrerai pas dans le débat sur l'enseignement.

    @ Mariposa et Ansset : OK, c'est une passion, mais ça ne répond pas à ma question : est-ce que ça s'apprend ?

    @F6bes : pour moi, expliquer ne suffit pas, il faut aussi intéresser, c'est au moins aussi important (voire plus !). Et c'est, me semble-t-il, le plus difficile.

    Cécile

  11. #8
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    @Cecile: oui, c'est un lapsus
    mais c'est le mot générique qui m'est venu à l'esprit , quel mot : "interlocuteur", "auditeur" ?
    Dernière modification par ansset ; 30/12/2013 à 17h10.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  12. #9
    stefjm

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Tout est dans le titre : est-ce que vulgariser s'apprend, ou est-ce un don inné ? Si ça s'apprend, comment ?
    Je dirais que la réponse est du même genre que la réponse à la question :
    Est-ce que élever ses enfants s'apprend, ou est-ce un don inné ? Si ça s'apprend, comment ?

    Sinon, oui cela s'apprend et d'autant mieux s'il y a contre réaction pour adapter le discours à celui qui veux l'entendre.
    Moi ignare et moi pas comprendre langage avec «hasard», «réalité» et «existe».

  13. #10
    f6bes

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    @F6bes : pour moi, expliquer ne suffit pas, il faut aussi intéresser, c'est au moins aussi important (voire plus !). Et c'est, me semble-t-il, le plus difficile.
    Bonsoir à toi,
    Il est bien entendu que le " réceptif" soit lui AUSSI, à MINIMA , intéressé...sinon...il s'en fout....et cela sera vite oublié.
    On ne force pas contre son gré qq'un qui ne désire pas s'y intéresser...malgré les " qualités" du vulgarisateur.

    Pour avoir croisé André Brahic, (astronomie) je peux dire qu'il sait "transmettre" sa passion...et j'étais déjà intéressé
    par le sujet.
    Bonne fétes

  14. #11
    mariposa

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par JPL Voir le message
    Le vieux serpent de mer ringard : 1968 source de tous les mots !

    Pour simplifier énormément c'est confondre l'effet et la cause.
    Je n'ai jamais écrit que la source de tous les mots étaient 1968, c'est une pure invention de ta part. J'ai par contre écrit que dans une composante de ce mouvement il y avait une révolte contre les autorités, d'ou des slogans stupides comme CRS SS. etc...Une autre composante était une contestation contre la société de consommation. De nombreux ourvrages ont été écrit sur cette question et tu trouveras ces ingrédients en commmun dans tousles livres. Autre ingredient était la guerre du Vietmann qui mobilisait une jeunesse plus politisée. Bien sur ne pas oublier la question des rapports sexuels.

    Il est impossible de comprendre la sociétéd'aujourd'hui sans connaitre et comprendre ce qui s'est passé en 1968 en France mais aussi a l'etranger.

  15. #12
    mariposa

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par stefjm Voir le message
    D'où la différence entre ta vulgarisation : "ouvre un livre de MQ."
    et la mienne : "Do it yourself."

    Cordialement.
    J'ai effectivement compris que tu voulais tout redécouvrir. Tu penses étre libre mais c'est le résultat de l'enseignement organisé suite aux evenments de mai 1968 ou un certain milieu de l'enseignement a conclu qu il fallait découvrir les choses par soi-méme. un prof du second degré avait ecrit un livre parodique appelé: le poisson dans le Perrier. Il fallait que l'enfant découvre par lui-même que le poisson ne pouvait vivre dans un tel milieu. Aujourd'hui on semble s'étonner que les niveaux scolaires s'écroulent. J'ai la chance de pouvoir comparer l'enseignement avant et apres 1968. j'etais fils d'un ouvrier de chez Renault issu de la campagne et ne sachant a peine lire et écrire. C'est l'école avec des profs rodés qui m'ont permis de faire des etudes. Aujourd'hui un jeune dans une situation équivalente a des chances infiniment proches de zéro de faire de bonnes études supérieures.

    Aujourd'hui la premiére source d'inégalité c'est l'impossibilité pratique qu a l'école d'ecranter le milieu social.

    Pour finir je vous invite a lire les heritiers de Bourdieu et Passeron: les héritiers.

  16. Publicité
  17. #13
    mariposa

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    Peut être , mais c'est un débat qui , me semble t-il s'écarte un peu de la question initiale et prend l'axe du mode d'enseignement.
    donc plus "politique" d'un certain point de vue.
    Et sur ce point, je ne suis pas sur d'être d'accord.
    HS :Il suffit de voir que les pays ou l'enseignement est plus individualisé obtiennent de meilleurs résultats; ( fin HS )

    mais je suis d'accord pour dire ( concernant la vulgarisation )
    que c'est aussi une histoire de passion.
    qu'elle fait souvent appel à l'analogie pour replacer un sujet dans une thématique compréhensible an fonction de l'âge de l'élève.
    Bonsoir,

    Je pense que tu m'as mal lu.

    J'ai d'abord parlé de vulgarisation, c'est ma réponse a la question. j'ai ajouté un commentaire sur l'enseignement pour dire qu'il y avait en plus de la problematique vulgarisation une question de responsabilité (Inexistante pour la vulgarisation)

  18. #14
    mariposa

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    @Mariposa : d'accord avec toi pour les deux conditions. Mais pour dialoguer, il faut que ce soit une vulgarisation en tête à tête, ou en petit groupe. Quid des livres, émissions, blogs, etc. ?
    Bonsoir,

    C'est un ingrédient que je n'avais pas formulé mais l'idée du tête a tête avec une personne, un livre, une émission de télé me parait pertinent. Une émission de télé bien pensée c'est une émission qui doit étre le résulltat d'une écoute a partir de questions récurrentes bien identifiées.

    @ Mariposa et Ansset : OK, c'est une passion, mais ça ne répond pas à ma question : est-ce que ça s'apprend ?
    A partir du moment ou il y a le moteur de la passion, la méthode d'apprentissage c'est la pratique la plus empirique qui soit, un acte autodidactique. Bien sur il y a des erreurs qui peuvent se corriger de l'extérieur et donc partiellement peut relever de techniques d'apprentissage.

  19. #15
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    oui, je comprend mieux, mais comme c'était dans la continuité , j'ai pris cela un peu en "bloc".
    mais il me semble que tu ouvres néanmoins un débat plus large sur l'enseignement en général qui risque de nous écarter de la question initiale.
    cordialement.

    ps : réponse à ton avant dernier message.
    Dernière modification par ansset ; 30/12/2013 à 18h39.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  20. #16
    mariposa

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    oui, je comprend mieux, mais comme c'était dans la continuité , j'ai pris cela un peu en "bloc".
    mais il me semble que tu ouvres néanmoins un débat plus large sur l'enseignement en général qui risque de nous écarter de la question initiale.
    cordialement.

    ps : réponse à ton avant dernier message.
    Bonsoir,

    Donc restons sur la question initiale.

  21. #17
    KLOUG

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Bonsoir
    Pour apporter un tout petit caillou à l'édifice je rejoins les concepts de passion, d'envie de faire partager, de se mettre au niveau des interlocuteurs que l'on a en face de soi (donc de les écouter aussi) et aussi de parler sans trop de langue de bois.
    J'ai eu l'occasion d'aller visiter l'exposition "D'Homer à Oppenheimer" au palais de la découverte.
    Beaucoup de visiteurs présents regrettaient qu'il n'y ait pas eu de conférencier à ce moment-là.
    J'ai "improvisé une visite commentée à des personnes du grand public.
    Certains m'ont remercié de les avoir emmenés dans les tableaux de cette exposition et d'avoir répondu à des questions dont ils ne trouvaient pas la réponse.

    C'est parce que je suis passionné par ce que je fais, avec l'envie de transmettre (et les heures de formation passées avec des étudiants de tous les niveaux m'ont aidé) que ça me semble facile pour moi.
    Je pense qu'avoir fait du théâtre et en particulier de l'improvisation (7 ans de match d'impro) m'ont aussi largement aidé.
    Avoir en face de soi des gens qui ne savent pas bien lire qui ne savent pas écrire et à qui il faut faire un cours de radioactivité (chauffeurs de matières radioactive) obligent aussi à une vulgarisation.

    Pour mon cas c'est quelque chose que j'avais en moi et que j'ai perfectionné avec l'âge.

    A bientôt
    KLOUG
    Dernière modification par KLOUG ; 30/12/2013 à 20h37.
    Suivre la voie et les voix de la Volte

  22. #18
    stefjm

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    C'est vrai que dans l'enseignement et la vulgarisation, l'aspect théâtre est important.
    L'adaptation au public est vitale.

    Perso, j'adore faire cours en ne répondant qu'aux questions.
    Moi ignare et moi pas comprendre langage avec «hasard», «réalité» et «existe».

  23. Publicité
  24. #19
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Bonjour à tous,

    Je crois qu'il faut distinguer vulgarisation à l'écrit (un article de vulgarisation type Futura-Sciences, ou un véritable livre de vulgarisation), vulgarisation à l'oral (type conférence avec présentation PowerPoint) ou encore la vulgarisation vidéo (un petit reportage de 10 minutes sur YouTube ou un documentaire de 2 heures sur France 5).

    Donc, en tant que futur vulgarisateur, il y a sans doute quelques questions fondamentales à se poser, dont les réponses vont constituer les limites, le cadre, dans lequel la vulgarisation va prendre place. Ce cadre devrait prendre en compte, non seulement la méthode (voir les 3 variantes ci-dessus), mais également le temps (dans le cas d'une vidéo) ou l'espace (le nombre de diapositives d'une présentation ou le nombre de caractères d'un article ou de pages d'un livre) qui est imparti.

    Ce sont des questions aussi importantes à définir, selon moi, que le public cible dont vous parliez auparavant. Peut-être serait-il intéressant de s'attacher à découvrir d'autres questions d'importance à se poser avant de commencer une œuvre de vulgarisation, avant de définir une méthode que le vulgarisateur pourrait/devrait apprendre ?

    La méthode ne sera sûrement pas la même et ce qu'il faut apprendre/savoir pour "bien vulgariser" suivant ces 3 situations (écrit, oral ou vidéo) sera sans doute très différent. Aussi, je ne suis pas sûr (mais je n'ai pas non plus d'avis catégorique sur la question), qu'enseigner et vulgariser soit la même chose. La plupart des enseignants ne travaillent-ils pas déjà à partir d'un travail de vulgarisation (le syllabus) ? En outre, ce que l'enseignant attend d'un élève ou d'un étudiant n'est, à mon avis, pas la même chose de ce qu'un rédacteur attend du lecteur d'un article de Futura.

    J'ai l'impression de ne pas m'être expliqué très clairement, mais mes impressions elles-mêmes à ce sujet ne sont peut-être pas très claires.

    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 31/12/2013 à 05h55.

  25. #20
    Cécile

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Si, c'est assez clair.
    Cependant, que ce soit en direct, par écrit ou en vidéo, il faut avant tout :
    - connaître le public visé, son niveau, mais aussi ses attentes (s'informer ? se distraire ? se cultiver ?)
    - définir le message que l'on souhaite faire passer. Et ce, qu'on le fasse passer en une vidéo de deux minutes ou un bouquin de 300 pages. Si on ne fait pas ce travail préalable, la vulgarisation a toutes les chances d'être mauvaise.
    Pour moi, écrit, oral, ou vidéo, c'est juste une question de forme. Or, il faut d'abord travailler sur le fond.

  26. #21
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Bonjour,

    Je crois que le plus gros problème du vulgarisateur, c'est d'être capable de sélectionner les informations "utiles" et/ou celles qui vont "plaire" à son public cible. Ensuite, le reste vient avec la pratique. D'ailleurs, il me semble qu'on ne peut se rendre compte du travail accompli par un bon vulgarisateur, qu'en essayant de faire le même travail. Finalement, c'est en commençant véritablement à écrire qu'on commence seulement à comprendre le travail de vulgarisation.

    D'après mon expérience personnelle, mon plus gros problème en matière de rédaction, si j'ai le malheur de faire une pause de plus d'une semaine, c'est que j'ai tendance à recommencer un article depuis le début, plutôt que de continuer sur ma lancée de la semaine précédente.

    Finalement, j'ai déjà remarqué à plusieurs reprises qu'une question concrète posée par un intervenant sur le forum de Futura-sciences m'inspirera plus qu'un vaste sujet sur lequel on me demanderait d'écrire dans un espace (minutes de vidéo, nombre de caractères, nombre de pages, etc...) délimité à l'avance.

    Donc, je dirais qu'en définitive, ce qui s'apprend et qui me paraît indispensable, c'est de pouvoir transformer un vaste sujet en une liste plus ou moins grande de petites questions concrètes, dont on peut être plus ou moins sûr qu'elles intéresseront notre public cible et à propos desquelles on peut apporter une réponse relativement exhaustive. La dernière étape (ou la première, ça dépend) pourrait être d'apprendre à faire des liens logiques entre ces questions pour organiser notre travail en un tout cohérent.

    Qu'en pensez-vous ?

    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 31/12/2013 à 14h04.

  27. #22
    Cécile

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    une question concrète posée par un intervenant sur le forum de Futura-sciences m'inspirera plus qu'un vaste sujet sur lequel on me demanderait d'écrire dans un espace (minutes de vidéo, nombre de caractères, nombre de pages, etc...) délimité à l'avance
    Je pense que chacun a ses modes de vulgarisation préférés, et les modes qu'il aime moins. Certains aimeront le calme de l'écriture, pour choisir leurs mots, tandis que d'autres préfèreront l'aspect médiation, en contact avec le public, pour voir en direct l'effet de leurs explications et corriger si nécessaire.
    transformer un vaste sujet en une liste plus ou moins grande de petites questions concrètes
    Oui, cibler, délimiter le message qu'on veut faire passer, est indispensable, sans quoi on se perd, ou on reste trop général.

  28. #23
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Salut,

    Je viens de tomber sur quelque chose d'intéressant (a priori) sur le site de l'éditeur Springer :

    Author Academy

    Il faut au moins remplir un questionnaire avec son nom, son prénom et une adresse mail. J'ai l'impression que la participation aux modules d'apprentissage est gratuite.

    Cordialement.

  29. #24
    yves25
    Modérateur

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Je pense que chacun a ses modes de vulgarisation préférés, et les modes qu'il aime moins. Certains aimeront le calme de l'écriture, pour choisir leurs mots, tandis que d'autres préfèreront l'aspect médiation, en contact avec le public, pour voir en direct l'effet de leurs explications et corriger si nécessaire.
    Oui, cibler, délimiter le message qu'on veut faire passer, est indispensable, sans quoi on se perd, ou on reste trop général.
    Quel que soit le mode employé, l'interaction avec le public est une nécessité absolue.

    Ta question initiale est de savoir si ça s'apprend ou pas. Comment savoir sans le retour du public?
    C'est comme enseigner face à un amphi complètement passif.
    Bon réveillon et ..bonne année!
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  30. Publicité
  31. #25
    Damien49

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Si cela s'apprend j'en sais rien, mais selon moi, être pédagogue c'est d'abord connaitre parfaitement son sujet et ensuite savoir synthétiser sa pensée. Il y a toujours plusieurs façon d'expliquer les choses. Une façon pointue et précise mais souvent longue et difficile à faire comprendre. Synthétiser c'est allez à l'essentiel sans tourner autour du pot. La capacité d'un journaliste a résumer un sujet est essentiel, mais cela ne suffit pas à être pédagogue puisque souvent un journaliste n'est lui-même pas spécialiste de son sujet. J'avais un ancien prof qui nous disait souvent que le secret de la synthèse et de la pédagogie c'était de savoir trouver le bon plan (intro, développement, conclusion). Après aussi tout dépend a qui tu t'adresses (référence au public dont parle yves). Si ton public ce sont des matheux, alors une simple équation ou formule devrait être suffisant. Si ce sont des pairs (ou amateurs avertis), inutile d'expliquer chaque terme technique. Si ce sont des enfants, va forcément falloir simplifier quitte à ne pas dire la stricte vérité, mais utiliser un autre modèle proche de la vérité plus facile à comprendre. etc...
    La météorologie, c'est l'art de prévoir ce qui change tout le temps.

  32. #26
    Cécile

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    @Yves: donc ça voudrait dire que toute personne qui souhaite vulgariser par des livres, des émissions radio... doit d'abord avoir une interaction avec le public ? Un peu comme un musicien doit faire de la scène avant d'enregistrer un disque ? C'est un point de vue qui se défend.

    @Damien : synthétiser sa pensée, oui, c'est indispensable. Et c'est là qu'on voit si on a vraiment compris ou pas.
    Reste la question d'éveiller l'intérêt, au moins aussi importante que celle d'expliquer. On peut connaître parfaitement son sujet, synthétiser sa pensée... et être chiant comme la pluie ! Dans ce cas, on n'est pas un bon vulgarisateur.

  33. #27
    yves25
    Modérateur

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    @Yves: donc ça voudrait dire que toute personne qui souhaite vulgariser par des livres, des émissions radio... doit d'abord avoir une interaction avec le public ? Un peu comme un musicien doit faire de la scène avant d'enregistrer un disque ? C'est un point de vue qui se défend.

    @.
    C'est un peu ça. Quand on enseigne, le retour du public, ce sont ses questions ou en dernier ressort, c'est l'examen.
    Pour vulgariser, il faut non pas capter l'attention mais la garder car, à priori, on s'adresse à des gens qui ont, au départ, une certaine curiosité et donc un peu d'attention ce qui n'est pas nécessairement le cas des étudiants.
    Mais ce public a une capacité d'attention limitée et on perd vite son attention soit en visant trop haut, soit en se perdant dans les détails. Il faut savoir synthétiser, il faut aussi savoir être concis et rester concentré sur l'essentiel et puis, il faut aussi lui donner du plaisir: du rêve (assez facile avec l'astrophysique me semble t il) ou encore plus simplement celui de penser qu'il a compris qq chose qui lui échappait. Si à la fin, il se dit qu'il a compris qq chose de nouveau , on a gagné, non?

    En ce sens , je partage totalement l'avis de Damien: vulgariser, c'est se rapprocher de la "vérité" (de ce qui est juste scientifiquement à l'instant t) pas nécessairement tout dire , tout expliquer car alors, on ne s'en sort pas .
    Le pb est quand même assez fréquemment rencontré ici sur FS où les participants cherchent souvent des raccourcis qui les dispenseraient de tout apprentissage.
    Dernière modification par yves25 ; 31/12/2013 à 20h28.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  34. #28
    Geb

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par yves25 Voir le message
    En ce sens , je partage totalement l'avis de Damien: vulgariser, c'est se rapprocher de la "vérité" (de ce qui est juste scientifiquement à l'instant t) pas nécessairement tout dire , tout expliquer car alors, on ne s'en sort pas.
    Encore une fois, je ne suis pas sûr qu'enseigner et vulgariser relève de la même démarche. De plus, prendre une vérité scientifique trop récente peut être une démarche périlleuse.

    Ca me rappelle une série documentaire américaine "How the Earth was made". Dans la saison 2, épisode 3 de la série, diffusé pour la première fois 8 décembre 2009 et intitulé "Birth of the Earth" on évoque une publication de Jonhatan O'Neil et ses collègues de l'Université du Québec à Montréal (Canada) :

    Neodymium-142 Evidence for Hadean Mafic Crust (O'Neil, 2008)

    Ce résultat, publié dans Science le 26 septembre 2008, avait moins d'un an lorsque le documentaire a été diffusé et quelques mois plus tard, le résultat d'O'Neil a été remis en cause, revoyant l'âge de la roche à la baisse, de 4,28 milliards d'années à 3,82 milliards d'années.

    Donc, en voulant être trop actuel dans les recherches à vulgariser, on risque de se heurter à un résultat qui pourrait être infirmé par la suite.

    J'ai en ma possession un vieil article (1947) du célèbre J. B. S. Haldane (1892-1964) dont le titre est "How to write a popular scientific article" et qui a je crois parfaitement sa place dans cette discussion. Je vais essayer de le résumer ici dans les prochains jours.

    Cordialement.

  35. #29
    Damien49

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    @Damien : synthétiser sa pensée, oui, c'est indispensable. Et c'est là qu'on voit si on a vraiment compris ou pas.
    Reste la question d'éveiller l'intérêt, au moins aussi importante que celle d'expliquer. On peut connaître parfaitement son sujet, synthétiser sa pensée... et être chiant comme la pluie ! Dans ce cas, on n'est pas un bon vulgarisateur.
    En fait nous sommes très probablement d'accord là-dessus puisque pour moi une bonne synthèse si elle est réussie n'est justement pas chiante. Capter l'attention du public, oui c'est essentiel. Mais tu as raison cela passe aussi sans doute par la forme (capacité littéraire à l'écrit ou aisance à l'orale).

    D'ailleurs, déformation professionnelle oblige, selon moi toute phrase descriptive, tout concept scientifique peut trouver son équivalent explicatif en dessin, schéma, carte ou image. De longues phrases ou une simple image (avec juste quelques mots) ? C'est pour moi tout l'art de la synthèse.
    La météorologie, c'est l'art de prévoir ce qui change tout le temps.

  36. #30
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Vulgariser, ça s'apprend ?

    En tant que "public" ( même si j'ai longtemps donné des cours perso ) , j'apprécie que l'on aborde un sujet que je connais peu par du très simple.
    la première explication semble évidente et part de la simple observation et sa première interprétation simpliste.
    Tout le monde se dit "ça je l' avait compris", sauf qu'on glisse ou évoque un grain de sable qui montre que ce n'est pas exactement ça.
    Et on développe un truc un peu plus compliqué, etc .....
    l'attention est maintenue car on avance pas à pas en gardant tj un petit secret complémentaire. ( comme une enquete )
    cordiale
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. en quelle année on apprend...
    Par nono-aqua dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 6
    Dernier message: 18/02/2010, 13h19
  2. Plus on apprend , plus il est facile d'apprendre.
    Par renovatio34 dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 11
    Dernier message: 14/11/2009, 22h23
  3. vulgariser la physique quantique ?
    Par fracko dans le forum Physique
    Réponses: 12
    Dernier message: 28/05/2009, 22h57
  4. Vulgariser la génétique - Axel Khan
    Par GabrielF dans le forum [ARCHIVE] Ethique
    Réponses: 10
    Dernier message: 22/08/2005, 18h09
  5. Exponentielles et nombres complexes : qui sait vulgariser ?
    Par voie lactée dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 3
    Dernier message: 01/09/2004, 21h59