Discussion fermée
Page 3 sur 18 PremièrePremière 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 90 sur 537

Conséquences de la fin du pétrole



  1. #61
    DOMINO

    Re : Conséquences de la fin du pétrole


    ------

    Quelques réflections en vrac à l'issue de la lecture des précédents messages :
    - au début des années 70 j'apportais "la bonne parole" des Pétroliers dans les collèges sous forme de conférences.
    à cette époque on prédisait la fin des réserves de pétrole pour la fin du siècle (le 20ème) soit 30 ans. Il s'agissait des "réserves prouvées". La recherche de nouveaux gisements battait son plein. Mais déjà on commençait à exploiter les gisements immenses de gaz en mer du Nord et on parlait du potentiel encore plus immense des chistes bitumineux de l'Alaska qui représentait des réserves encore plus grandes que l'ensemble du Moyen-Orient.
    Aujourdhui, après 30 ans, le discours est le même ! Rien n'a vraiment changé dans les discours de nos experts économistes.
    - Dans les années 50 à 60, l'énergie du futur c'était déjà l'Hydrogène ! (je me souviens de supers articles dans "l'Usine nouvelle" : ça me faisait rêver). Toujours au même stade de développement !
    - La voiture électrique aussi nous faisait rêver ; on nous la promettait pour dans moins de 10 ans. On l'attend toujours ! Vous savez pourquoi ?
    Réfléchissez : qui est-ce qui y perdrait si la majorité des véhicules roulait à l'électricité ? Rép. : les fameux Pétroliers !
    - Le "Tout camion" a supplanté le rail. Mais rien n'est jamais vraiment irréversible : on commence à mettre les camion sur les trains ; nos voisins Suisses ont pris les choses en main dans ce domaine. Et puis regardez tous ces tramways qui fleurissent à nouveau partout dans les grandes villes alors qu'on les avait supprimés il y a 50 ans !!!
    Alors ne nous affolons pas trop vite, la fin du Pétrole ce n'est pas pour demain !
    Par contre, soyons-en économes et réservons-le pour ses usages les plus nobles : il m'a toujours semblé navrant de le brûler dans les chaudières comme dans les moteurs plutôt que de le transformer par la pétrochimie si riche en applications (pas toujours très judicieuses) alors qu'il a mis des millions d'années à se former et que d'autres formes d'énergie de substitution plus "propres" pourraient être développées telles que la géothermie (quasi inépuisable) par exemple.
    Bravo à ceux qui font référence au film "Soleil vert". C'est une fable encore plus pertinente plus de 30 ans après sa sortie. Et relisons aussi "Ravage" de Barjavel et bien sûr "Le Meilleur des Mondes" d'Aldous Huxley.
    Faites de beaux rêves !
    (*!°)
    Domino (un peu bavard ce soir)

    -----

  2. Publicité
  3. #62
    Quisit

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    tu travaillais pour la communication des pétroliers, tu n'a pas quelques infos bien croustillantes à nous filer ?

  4. #63
    Alain2

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    domino

    Il y a peut-être des similtudes avec la situation d'hier, mais il y a aussi des différences suffisamment importantes pour ne pas considérer que les situations sont les mêmes.

    Il y a 30 ans, on prévoyait des taux de croissance élevés. Du coup, on pensait qu'avec de tel niveaux de consommation, on épuiserait rapidement le pétrole. Finalement, les taux de croissance n'ont pas été aussi élevé et on a réussit à faire des économie d'énergie. Je ne crois pas que l'estimation des taux de croissance à venir soient bien élevés. Donc, l'erreur ne peut plus désormais se faire qu'à la hausse. On au contraire, on a été surpris par la soudaine croissance chinoise.

    On n'avait par ailleurs pas optimisé l'extraction de pétrole autant qu'on est capable de le faire maintenant. Et là dessus, il semble qu'on n'ait plus de marges de manoeuvres très importantes.

    Les nappes de pétroles géants étaient encore jeunes, et on découvrait encore des sources (pas aussi importantes, mais bien quand même). Depuis 15 ans, avec des techniques plus modernes, on n'a trouvé que très peu de gisement. Et des gisements assez peu importants.

    Quand aux sources alternatives (chistes bitumineux, hydrates, etc...), bien qu'on en parle depuis longtemps, la possibilité technique de leur exploitation reste pour l'instant dans les limbes.

    Donc, on ne peut pas se dire que puisque les prévisions pessimistes se sont révélées fausses hier, celles d'aujourd'hui se révéleront fausses demain. La situation n'a rien à voir.

  5. #64
    SuperCarotte

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Alain2
    domino

    Il y a peut-être des similtudes avec la situation d'hier, mais il y a aussi des différences suffisamment importantes pour ne pas considérer que les situations sont les mêmes.
    Je rajouterai, situation géopolitique tendue qui aura des conséquences sur le prix du pétrole...

  6. #65
    DOMINO

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Quisit
    tu travaillais pour la communication des pétroliers, tu n'a pas quelques infos bien croustillantes à nous filer ?
    Désolé rien de croustillant. Je ne faisais ce boulot que pour me faire un peu de fric pendant mes études. Le seul pied de nez, c'est que je diffusais plutôt un discours écolo alors que je n'étais pas payé pour ça. J'étais le mouton noir du troupeau ou plutôt le mouton blanc du troupeau de moutons noirs.
    Mais il ne faut pas cracher dans la soupe car grâce à ce job j'ai vécu quelques bonnes années d'étudiant au cours desquelles je me suis bien "éclaté" (comme on dit maintenant). Tu comprendras aisément que je préfère garder ces souvenirs (dont certains étaient croustillants ) pour moi et mon entourage.
    @ +
    (*!^)
    Domino

  7. #66
    DOMINO

    Arrow Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Quand aux sources alternatives (chistes bitumineux, hydrates, etc...), bien qu'on en parle depuis longtemps, la possibilité technique de leur exploitation reste pour l'instant dans les limbes.

    Tu as tout-à fait raison ; mes commentaires étaient juste pour montrer qu'il ne faut pas trop se prendre le chou et relativiser le problème.
    Quant aux chistes bitumineux, j'ai appris la semaine dernière (à la téloche) que les sites à ciel ouvert de sable bitumineux sont en cours d'exploitation, je ne sais plus exactement où. (en Alaska peut-être)
    Bien à toi
    (°!*)
    Domino
    Dernière modification par Yoyo ; 30/07/2004 à 08h49. Motif: correction de la balise

  8. Publicité
  9. #67
    DOMINO

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Le message ci-dessus s'adresse bien sûr à Alain 2
    Bonne nuit
    (^!^)

  10. #68
    ds9

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Bonjour,

    Pour moi le solaire est certainement un voie a considerer sérieusement, il existe un endroit ou le soleil brille tous le temps, pas de nuage pas de nuit, c'est l'espace : pourquoi ne pas placer des centrales solaires en orbite autour de la terre et ensuite transfere l'energie récolter sur terre en utilisant les micro-ondes, on met des stations de réception et on connecte le tous aux réseaux enregetiques.

    La fusion est aussi interressante, mais n'existe t il pas un danger d'explosion(bombe a hydrogene) dangereux.

    Nous pourrions exploiter la force des courants marins en construisants des turbines au fond de l'océan pour capter cette energie???

  11. #69
    invite36602837

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    J'ai pas tout lu, parce que y en a trop, mais la solution a mon avis passe par un remaniment de la filiere energie. Pourquoi chercher a utilisé directement la matiere premiere ???

    Certain etat on fais un choix, je pense a l'Islande, qui a decidé de migré toute son economie a l'hydrogene d'ici 30ans (ou 50, je sais plus). ils ont un avantage que certain pays on aussi, c la geothermie. Ils peuvent produire de l'hyrdogene de maniere non polluante, et donc utilisé cet hydrogene dans des piles a combustible qui sont au point depuis des années (l'une de leur plus belle utilisation est celle fait par les mision Apollo vers la Lune qui utilisait des piles pour leurs electricité). Et ce qui est genial avec ces piles, c qu'elle peuvent aller partout.

    Y a aussi l'utilisation de puit de grande profondeur pour faire des pompes a chaleurs afin de chauffer des maisons (projet en cours pret de Bale). Et l'avantage avec ce systeme c'est qu'il peut etre mis en place au niveau de l'habitation ou au niveau de la ville.

    Faut pas oublié toute les energies renouvellable. Hydroelectrique, photovoltaique, solaire -> chaleur (four solaire), geothermie, biomasse, eoliennes, marées, et un peu plus SF eolienne sous-marine (utilisé les courant marin plutot que les courants aérienne, plus puissant et plus constant et moins moche, surtout a 2000m de fond).

    A mon avis, plus vite le choc sera venu, plus vite on trouvera des soluces. Et je me fais pas de soucis pour que des les premiers vrai premice (augmentation soudaine des prix, penurie subite, etc...) on se mette a chercher tout azimutes. Et en 1 ans on a palier le pb. Construire une eolienne, ca prend 2 mois. Construire un four solaire, ca prend 6 mois (c la tour qui est longue a constuire). Evidemment, faudra finir la filiere avant d'en profiter (du centre d'extraction jusqu'a l'utilisateur finale). Mais on ne vivra pas le chaos. Seul une guerre atomique peut nous entrainé la dedans. Faut pas oublié que les sociétés civiles ont une capacité a l'inertie assez elevée, mais egalement une capacité a exigé des changement rapide (donc on garde le confort, mais avec une autre techno, simplement avec notre bulletin de vote).

    La soluce viendra d'un mix de ses différente energie. Geothermie pour le public, photovoltaique pour le particulier. Biomasse et hydroelectrique au niveau de l'etat (remplacement des centrale conventionnelle). Ouverture aux particuliers du marché de l'energie (possibilité de produire sa propre energie, selon des normes). Hydrogene comme substitu de carburant, eolienne comme appoint energetique. En plus, l'hydrogene permet de "stocker" l'electricité mieux qu'une batterie. Donc plus on a de courant, plus on a d'hydrogene. Et plus on a d'hydrogene, plus on a de reserve non-polluante et renouvellable (grace au cycle de l'eau). Et ce qui est cool, c'est que si on consomme bcp d'hydrogene (donc d'oxygene), on ameliore le rendement des plantes (puisque augmentation relative du CO2, qui devient de l'oxygene par photosynthese). C'est comme si on commencais a booster toute la planete, de maniere ecolo. Le seul petit pb, c que l'hydrogene, ben a ma connaissance, il en existe pas sur terre sous forme H tout seul, il est toujours combiné a qqch (genre H2O, ou dans les acides, pusqu'ils ont tous de l'hydrogene).

    Et pour répondre a une question que j'ai vu (dsl si vous avez deja repondu), le spatiale ne souffrira pas de la fin du petrole car on utilise de l'hydrogene et de l'oxygene (sauf pour les booster, mais avec de la poudre noir, c'est pareille (dans l'absolu) ). Bon, y a les russes qui vont pas etre d'accord, puisqu'ils utilise kerozene - oxygene, mais a la limite, c'est leur pb .

  12. #70
    SuperCarotte

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Le remaniment de la filiere energie que tu décris va à mon avis dans le bon sens, mais contrairement à toi, je ne pense pas que ce soit une affaire de quelques mois ou d'une année.
    Cela revient à changer complétement le mode de production et de distribution de l'énergie.
    Passer d'un systéme fonctionnant avec quelques gros centres producteurs d'électricité à un systéme complexe et éclaté demandera du temps et beaucoup d'argent.

  13. #71
    Narduccio

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Beaucoups d'intervenants se focalisent sur la distribution d'énergie et singulièrement l'électricité. Or le plus grand consomateur de pétrole, c'est le transport. Et c'est là ou il faudra intervenir.
    Pour l'instant, on ne sait pas produire de l'hydrogène de manière rentable. On ne sait pas le stocker et le distribuer. Tout le monde ou presque est d'accord, il s'agit du vecteur d'énergie de demain. Tout le monde en est convaincu puisque cela fait de nombreuses années qu'on le dit et le répète. Or le problème est toujours pendant et pour l'instant la solution ne semble pas apparaitre à l'horizon.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  14. #72
    Lambda0

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Cette distinction entre sources d'énergie renouvelable et celles qui ne le sont pas (exemple: pétrole) me semble un peu artificielle : si demain on découvre un procédé pour produire du pétrole à partir des ordures ménagères (par exemple), le pétrole deviendra une énergie aussi renouvelable que le vent.
    Le pétrole provient de la fermentation de déchets organiques.
    Si on met au point, par génie génétique, des bactéries permettant d'accélérer le processus, le pétrole devient une source d'énergie renouvelable, plus besoin de modifier toutes nos technologies basées sur le moteur à explosion, et en plus, on résoud le problème des gaz à effet de serre puisque le carbone fixé par les bactéries provient déjà de l'atmosphère, directement ou indirectement.
    Pendant qu'on y est, autant créer des bactéries produisant directement du fioul, du kérosène, du super (sans plomb!).
    Non, là je délire.

    Bonne nuit.

  15. Publicité
  16. #73
    gargulp

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Si on met au point, par génie génétique, des bactéries permettant d'accélérer le processus, le pétrole devient une source d'énergie renouvelable,
    A l'heure actuelle ce n'est pas le cas. Le pétrole n'est donc pas renouvelable...
    Modélisez le climat avec votre PC en
    participant au projet climateprediction.net !

  17. #74
    invite36602837

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Narduccio
    Pour l'instant, on ne sait pas produire de l'hydrogène de manière rentable. On ne sait pas le stocker et le distribuer.
    En se qui concerne la production et le stockage, la on est quant meme au point. Ca fais plus ou moins depuis le debut de la conquete spatiale qu'on en utilise pour plusieurs application (carburant et refroidisseur pour les moteurs, vecteur de production pour de l'electricité dans les piles a combustible). Et pour la rentabilité, croit moi que si on remplace le petrole par de l'hydrogene, ben ca va très vite devenir rentable. Parce electricité + eau, ben c'est moins chere que l'uranium. Et en plus, c'est plus ou moins une boucle plutot qu'une chaine avec une entrée et une sortie puisque l'electricité casse l'eau pour en extraire l'hydrogene, et que la recombinaison oxygene-hydrogene utilisé dans les piles a combustible degage de l'eau, precedement cassée que tu peux recasser pour recommencer le cycle, moyennant de l'electricité. Et de l'electricité, on peut la produire différement qu'avec de l'hydrogene, tant de masse qu'a petite echelle (panneau solaire sur le toit de la maison ou barrage dans les vallées).

    A mon avis, le delais depend moins des technologies que de la politique.

    Et pour répondre à la question du danger des centrales a fusion, effectivement, il y a un grand danger parce qu'une centrale a fusion d'hydrogene qui pete, ca fais un mini soleil (avec tout les rayonnement qui vont avec). Mais par contre, du point de vue irradiation, c'est quasiment nul comparer a une bombe A ou une bombe H (qui est une bombe A avec de l'hydrogene au centre) vu qu'il n'y a pas de residu de fusion radioactif (l'helium est non radioactif) comme avec la fission (l'uranium etant radioactif, ainsi que ses sous produit-elements, radium, plutonium, etc...).

    Je veux pas dire de c......s, alors si qu'un peut confirmer, mais je pense que si on as une fusion dans l'atmosphere, y aura des réactions physique qui vont crée "une couche d'ozone" a proximité du reacteur, puisque qu'on recrée les conditions que la haute atmosphere subi depuis l'espace (bombardement des atomes d'oxygene avec des rayons très energetique, qui se recombinent en ozone (3 d'oxygenes = 2 d'ozones) et qui stoppe les rayons dangereux (UV et Gamma)). Enfin, si qqun peut confirmer ou infirmer ce que j'ai ecrit.

  18. #75
    Narduccio

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Quand je parle de rentabilté, cela veut dire qu'actuellement, même avec des aides et des subventions de toute sortes, on est très loin de produire de l'hydrogène a un tarif concurentiel. QUe ce soit vis à vis du pétrole, de nucléaire ou même du solaire ou de l'éolien. Ne parlons-pas de l'hydraulique qui est actuellement la manière la moins chère de produire de l'électricité.
    Actuellement, on est très loin de pouvoir dire dans le monde du transport que 100 km en pétroles coutent autant que 100 km en hydrogène. Sans compter les problèmes de stockage et de distribution.
    Je peux rechercher et touver le cout comparer de telle ou telle énergie. Pour l'instant, personne ne se permet d'évaluer ou d'estimer le cout d'une filière hydrogène. Le problème est bien technologique, puisque les essprits sont prêts depuis plusieurs décénies à acceuillir l'hydrogène. Il est aussi politique dans le sens qu'actuellement il ne s'agit pas d'un axe de recherche prioritaire avec de très nombreux labos planchant sur le sujet. Les études se poursuivent, mais elles me semblent marginales par rapport à celles faites sur d'autres sources d'énergie (Iter par exemple). Sur ce point, les politiques peuvent agir, mais cela se fera au détriment d'autres recherches.

    Et pour répondre à la question du danger des centrales a fusion, effectivement, il y a un grand danger parce qu'une centrale a fusion d'hydrogene qui pete, ca fais un mini soleil (avec tout les rayonnement qui vont avec). Mais par contre, du point de vue irradiation, c'est quasiment nul comparer a une bombe A ou une bombe H (qui est une bombe A avec de l'hydrogene au centre) vu qu'il n'y a pas de residu de fusion radioactif (l'helium est non radioactif) comme avec la fission (l'uranium etant radioactif, ainsi que ses sous produit-elements, radium, plutonium, etc...).
    Une centrale nucléaire classique est une bombe A concue pour ne pas exploser. De même un réacteur de fusion est une bombe H concue pour ne pas exploser. Mais les principes sont les mêmes, les différences se trouvant au niveau des concentrations d'énergies. De plus, à Tchernobyl, il n'y a pas eu d'explosion nucléaire (comme dans une bombe A); il y a eu emballement de la réaction ce qui à conduit à l'espolsion de réacteur (comme une explosion d'une cocotte surchauffée) et dissémination dans l'atmosphère du contenu du réacteur. De même, l'explosion d'en réacteur à fusion ne donnera surement pas un "mini-soleil", les quantités de combustibles misent en causes sont ridiculement basses. Mais le dégagement d'énergie créera surement de gros dégats aux instalations attenantes au réacteur.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  19. #76
    Derje Boven

    Exclamation Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Narduccio
    les essprits sont prêts depuis plusieurs décénies à acceuillir l'hydrogène
    Tiens donc ...

  20. #77
    invite36602837

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Narduccio
    Quand je parle de rentabilté, cela veut dire qu'actuellement, même avec des aides et des subventions de toute sortes, on est très loin de produire de l'hydrogène a un tarif concurentiel. QUe ce soit vis à vis du pétrole, de nucléaire ou même du solaire ou de l'éolien. Ne parlons-pas de l'hydraulique qui est actuellement la manière la moins chère de produire de l'électricité.
    Actuellement, on est très loin de pouvoir dire dans le monde du transport que 100 km en pétroles coutent autant que 100 km en hydrogène. Sans compter les problèmes de stockage et de distribution.
    Je peux rechercher et touver le cout comparer de telle ou telle énergie. Pour l'instant, personne ne se permet d'évaluer ou d'estimer le cout d'une filière hydrogène. Le problème est bien technologique, puisque les essprits sont prêts depuis plusieurs décénies à acceuillir l'hydrogène. Il est aussi politique dans le sens qu'actuellement il ne s'agit pas d'un axe de recherche prioritaire avec de très nombreux labos planchant sur le sujet. Les études se poursuivent, mais elles me semblent marginales par rapport à celles faites sur d'autres sources d'énergie (Iter par exemple). Sur ce point, les politiques peuvent agir, mais cela se fera au détriment d'autres recherches.
    Pour moi, la filiere hydrogene n'est pas la filiere fusion atomique. C'est différent. je pensait aux systemes de conversion hydrogene-oxygene en electricité. Et dans cette filiere, les labo n'ont plus rien a faire, c'est aux ingenieurs de travailler.

    Citation Envoyé par Narduccio
    Une centrale nucléaire classique est une bombe A concue pour ne pas exploser. De même un réacteur de fusion est une bombe H concue pour ne pas exploser. Mais les principes sont les mêmes, les différences se trouvant au niveau des concentrations d'énergies. De plus, à Tchernobyl, il n'y a pas eu d'explosion nucléaire (comme dans une bombe A); il y a eu emballement de la réaction ce qui à conduit à l'espolsion de réacteur (comme une explosion d'une cocotte surchauffée) et dissémination dans l'atmosphère du contenu du réacteur. De même, l'explosion d'en réacteur à fusion ne donnera surement pas un "mini-soleil", les quantités de combustibles misent en causes sont ridiculement basses. Mais le dégagement d'énergie créera surement de gros dégats aux instalations attenantes au réacteur.
    La par contre, je suis totalement en desaccord avec toi. Une bombe H a un detonateur sous forme de bombe A (pour une question de temperature, parce 10 millions de degrès, ben on arrive pas a les faire comme ca). Par contre une centrale a fusion nucleaire (donc une usine) n'utilise pas d'uranium pour debuter la reaction, mais de l'hydrogene radioactif (du deuterium, il me semble, mais sans garanti). Et si t'as centrale pete, ben t'as une sphere d'hydrogene en fusion (ce qui est la definition d'une etoile) mais y a pas de residu radioactif puisque le resultat de la fusion est l'helium. Le seul problème c'est les rayonement UV et Gamma emis au moment de la fusion, mais comme la source se tari très vite, ca se resume a une bouffée de rayon très nocif, sur un temps très court. Si on veux chippoter, y a bien des residu radioactif, mais c'est l'enceinte du reacteur qui a été irradiée par les rayons gamma (donc limiter au metal qui constitue l'enceinte de confinement, qui est tout de meme protegée par un champs magnetique). Le danger avec les bombe A, H, N (neutron) ou les centrale a fission, c'est les poussiere d'uranium qui elle sont radioactive durant des millions d'années (comme a tchernobyle).

  21. #78
    Jarod

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Salut tous les gens!

    Selon cette étude les voitures à hydrogène agrandiraient le trou de la couche d'ozone.
    ====>http://www.futura-sciences.com/sinformer/n/news2218.php
    C'est domage.
    Mais bon cette étude date d'il y a un an...peut etre que c different à l'heure actuelle.

    Jarod,de retour parmis les fous!!! hi hi hi !!!

  22. Publicité
  23. #79
    invite36602837

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Jarod
    Salut tous les gens!

    Selon cette étude les voitures à hydrogène agrandiraient le trou de la couche d'ozone.
    ====>http://www.futura-sciences.com/sinformer/n/news2218.php
    C'est domage.
    Mais bon cette étude date d'il y a un an...peut etre que c different à l'heure actuelle.

    Jarod,de retour parmis les fous!!! hi hi hi !!!

    Effectivement, la c'est pas cool. Mais j'aimerais quant meme apporter une ou deux precision. Produire de l'hydrogene n'est pas forcement polluant. Pour les US, pt etre. Mais en Island ou en Suisse, l'electricité est deja a plus de 60% (en suisse) non polluant puisque hydroelectrique. Au lieu d'utilisé l'electricité tel quelle, tu l'utilise pour extraire de l'hydrogene de l'eau. Et si l'eau était recuperer dans la pluie (donc l'eau de la haute atmosphere) on eviterais surement le problème de la couche d'ozone puisque en realité on ferais un cycle fermer avec un apport d'electricité non polluante. il y aurais toujours les meme concentration puisque l'hydrogene combiner a l'oxygene pleuvrait sur les collecteurs d'eau. Enfin, la je m'avance un peu en ce qui conserne l'ozone, mais par contre la production, c'est clair et net qu'elle doit etre non polluante. Et je le repete, ce n'est pas un problème de technologie mais de moyen.

    C'est en tout cas comme ca que j'espere que ca se fera. Parce que je vois pas l'utilité effectivement d'extraire l'hydrogene a partir d'une centrale thermique ou nucleaire. On deplace le problème.

  24. #80
    pi-r2

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    La fin du pétrole est un problème identifié. Cela le rend déjà moins dangereux car on peut s'y préparer. C'est un problème attendu, dont la date n'est pas bien déterminée pusiqu'il y a 20 ans les réserves exploitables étaient estimées à 50 ans et aujourd'hui elles sont estimées à ... 50 ans. (les technologies s'améliorant on exploite des gisements que l'on croyait non exploitables et on en découvre quelques nouveaux). Ceci dit ce n'est qu'un recul.

    Je suis prêt à parier qu'on abandonnera en fait le pétrole AVANT qu'il n'y en aie plus (voir le charbon par exemple). On trouvera des technologies acceptables pour le remplacer. Le plus dur est pour la pétrochimie, mais on devrait bien réussir à faire des synthèses chimiques ou bactériennes équivalentes. L'autre problème comme souligné concerne les transports. Mais les réseaux informatiques sont déjà une bonne partie de la réponse. On pourrait déjà beaucoup moins se déplacer pour produire autant. La voiture électrique existe, elle pas géniale mais elle est mieux que le cheval et les carrioles. Donc le "retour en arrière" ne devrait pas être si violent que cela.

  25. #81
    gargulp

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    On trouvera des technologies acceptables pour le remplacer. Le plus dur est pour la pétrochimie, mais on devrait bien réussir à faire des synthèses chimiques ou bactériennes équivalentes
    pi-r2,
    Je ne sais pas ce qui te fait dire cela, mais peut être as-tu plus d'informations?
    Modélisez le climat avec votre PC en
    participant au projet climateprediction.net !

  26. #82
    pi-r2

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Pas spécialement, mais c'est mon sentiment. On pourrait bien par exemple batir une filière chimique sur le glucose naturel. Le tout est une question de coût. C'est comme pour l'eau potable, déssaler l'eau de mer c'est faisable mais "cher". Maintenant "cher" ne veut pas dire grand chose quand on dispose d'une main d'oeuvre abondante...

  27. #83
    Narduccio

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Et si t'as centrale pete, ben t'as une sphere d'hydrogene en fusion (ce qui est la definition d'une etoile) mais y a pas de residu radioactif puisque le resultat de la fusion est l'helium.
    Si le réacteur à un problème qui détruit le confinement, n'oublie pas qu'à ce moment là, l'hélium n'est pas en état moléculaire, une bonne partie sera en particules alpha. Le faisceau alpha est très énergissant, c'est lui qui dans les réacteurs de fission cause un grosse proportion des produits d'activations. Il y aura aussi un flux importants de neutrons. Il s'agit des particules allant le plus loin et étant les plus énergissantes donc les plus ionisantes. En cas de perte du confinement, on devrait en trouver jusqu'à 50 ou 60 mètres. Les neutrons aussi créent des produits d'activation.
    Quand aux résidus radioactifs, ils dépendront fortement de la solution utilisée pour capter le flux neutronique et le transformer en chaleur. Il se peut qu'il s'agisse d'uranium qui piège très bien les neutrons.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  28. #84
    Narduccio

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    On trouvera des technologies acceptables pour le remplacer. Le plus dur est pour la pétrochimie, mais on devrait bien réussir à faire des synthèses chimiques ou bactériennes équivalentes
    En début de la discution, on a montrer plusieurs fois que les quantités utilisées par la petrochimie restent marginales par rapport aux autres consomateurs et devraient pouvoir faire face à un pétrole rare et cher.
    Ce ne sera pas le cas des transports -environ 25% de la consomation totale -. Dans le cas de certains autres usages, l'augmentation des prix devrait rendre certaines solutions attractives. Si demain, le fuel double de prix, il est évident que l'on se débarrasera vite des chaudières l'utilisant.

    C'est comme pour l'eau potable, déssaler l'eau de mer c'est faisable mais "cher". Maintenant "cher" ne veut pas dire grand chose quand on dispose d'une main d'oeuvre abondante...
    Tu peux posséder la main d'oeuvre la plus abondante possible, tu ne peux aller à l'encontre des lois de la nature. Pour d'essaler l'eau de mer, il faut l'évaporer et la condenser ensuite. Pour l'évaporer, la solution la plus simple est de la chauffer, a part des solutions à base de solaire; toutes les autres solutions se basent sur un combustible ou l'électricité. Il s'agit donc de solutions chères. Maintenant, si l'un de nous trouve un moyen industriel pour déssaler économiquement des grosses quantitées d'eau de mer, je signale que de nombreux pays sont près à payer l'eau plus cher que le pétrole. Je signale que l'accès à l'eau est surement l'un de défis géo-politique du siècle en cours. En fait, l'inventeur d'un moyen de production écologique et économique d'eau de mer désalée pourra être considéré comme un sauveur de l'humanité.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  29. Publicité
  30. #85
    invite36602837

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Narduccio
    Si le réacteur à un problème qui détruit le confinement, n'oublie pas qu'à ce moment là, l'hélium n'est pas en état moléculaire, une bonne partie sera en particules alpha. Le faisceau alpha est très énergissant, c'est lui qui dans les réacteurs de fission cause un grosse proportion des produits d'activations. Il y aura aussi un flux importants de neutrons. Il s'agit des particules allant le plus loin et étant les plus énergissantes donc les plus ionisantes. En cas de perte du confinement, on devrait en trouver jusqu'à 50 ou 60 mètres. Les neutrons aussi créent des produits d'activation.
    Quand aux résidus radioactifs, ils dépendront fortement de la solution utilisée pour capter le flux neutronique et le transformer en chaleur. Il se peut qu'il s'agisse d'uranium qui piège très bien les neutrons.
    Effectivement, au moment de la "fusion" (pour utilisé un terme connu pour les centrale a fission), tu as un degagement d'un joli cocktail de rayonnement divers. C clair et on y pourra pas grand chose a cause de la reaction de fusion elle meme. Mais c'est tout de meme moins dangereux que les produit resultant d'une fusion d'un reacteur a fission sur le moyen terme (quelques mois).

    Et utilisé l'uranium pour piege des neutrons, il me semble que c'est pas judicieux vu que c'est les neutrons qui permette la reaction de fission. On ne ferais qu'aggraver le problèmes.

    Enfin, si qqun a des details sur comment decontaminer, c'est bien venu, vu le sujet.

  31. #86
    Narduccio

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Enfin, si qqun a des details sur comment decontaminer, c'est bien venu, vu le sujet.
    Vaudrais-mieux créer une nouvelle discution, puisque l'on dait être largement hors sujet.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  32. #87
    babulle

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    je ne sais pas où on en est de la discussion (j'avoue ne pas avoir le temps de lire les 5 pages précédentes). mais quelque chose me "turlupine" à ce sujet.
    on parle de "peak oil" avant 2037, et je constate que
    - les états unis mettent la main sur l'irak, une des plus grosse réserve pétrolière au monde.
    - les russes sont en train de se débrouiller pour renationnaliser youkos, un très importantes compagnie pétrolière
    on a l'impression que l'un comme l'autre essaient de s'assurer des réserves.
    qu'en pensez-vous ?
    voilà pour la question du candide

  33. #88
    invite36602837

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par babulle
    je ne sais pas où on en est de la discussion (j'avoue ne pas avoir le temps de lire les 5 pages précédentes). mais quelque chose me "turlupine" à ce sujet.
    on parle de "peak oil" avant 2037, et je constate que
    - les états unis mettent la main sur l'irak, une des plus grosse réserve pétrolière au monde.
    - les russes sont en train de se débrouiller pour renationnaliser youkos, un très importantes compagnie pétrolière
    on a l'impression que l'un comme l'autre essaient de s'assurer des réserves.
    qu'en pensez-vous ?
    voilà pour la question du candide
    Personnellement, je trouve que c'est très bien. Comme ca, nous en europe on developpe les differente technologie et dans 50ans, c'est eux qui vienne nous manger dans les mains pour avoir nos technologie sans lesquelles ils ne sont plus rien. c'est parfait pour renversé l'équilibre des forces a notre profit.

  34. #89
    gargulp

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    sauf que les USA fournissent aussi parmi les + gros efforts de recherches dnas le domaine des énergie renouvelables me semble-t-il.
    De toute façon, si toutle pétrole est brûlé d'ici là, on aura d'autres soucis autrement plus importants avec le changement climatique...
    Modélisez le climat avec votre PC en
    participant au projet climateprediction.net !

  35. #90
    Quisit

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    il y a un moyen pratique pour les transports sans pétrole et sans révolution technologique : "tourner" à l'huile à la place du gas-oil !

Sur le même thème :

Page 3 sur 18 PremièrePremière 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Vivement la fin du pétrole!
    Par cedbont dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 167
    Dernier message: 08/02/2011, 13h43
  2. Que faut-il faire pour préparer les conséquences de la fin du pétrole ?
    Par procyon31 dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 189
    Dernier message: 14/04/2006, 09h05