Discussion fermée
Page 5 sur 18 PremièrePremière 5 DernièreDernière
Affichage des résultats 121 à 150 sur 537

Conséquences de la fin du pétrole



  1. #121
    triban

    Re : Conséquences de la fin du pétrole


    ------

    Citation Envoyé par Magellan
    J'aimerais ici soulever deux points obscurs (2 espoirs réels pour l'humanité ???).
    2) Très brièvement entendu dans une émission sur l'ex-Planète Découvertes (ancienne chaîne scientifique de Planète) qu'il existerait sur la Lune (ou Mars, je ne sais + bien), une source d'énergie assez incroyable, un élément simple (H ou ?) sous une forme spéciale (genre H3), véritable énergie du futur, point de vue rapport quantité utilisée/rendement.
    Est-ce vrai ???
    bonjour

    Je pense que H3 fait référence au tritium, cet élément peut-être utilisé dans les réacteurs de fusion ( réaction tritium - deutérium), reste effectivement à aller le chercher, le stocker ( pas évident) le ramener sur la terre (idem) et mettre au point les réacteurs de fission ( depuis 30 ans on nous annonce qu'il sera au point dans 50 ans).
    Je pense que c'est de la science-fiction et je pense qu'il y a plus simple pour produire du tritium ( par les réacteurs de fission ou en utilisant du lithium

    -----

  2. Publicité
  3. #122
    Cécile

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Ah, le mirage de la solution à tous nos problèmes, qu'elle vienne d'une technologie révolutionnaire ou de ressources inconnues, a encore de beaux jours devant lui.

  4. #123
    Alain2

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Enfin, pour l'électricité, il faut voir qu'au niveau européen, il n'y a que 10 % environ de l'électricité qui est produite grace au pétrole. Le reste vient de l'hydroélectricité, du charbon, du nucléaire et du gaz (dans les 10 % aussi).

    Donc, il serait assez facile de garder la même production d'électricité en faisant quelques centrales atomique de plus, en utilisant un peu plus de charbon, etc... On pourrait aussi assez facilement économiser 10 % d'électricité. Donc, l'électricité ne sera probablement pas trop un problème. Donc, on ne reviendra certainement pas à l'age de pierre, ou au niveau des pays africains actuel.

  5. #124
    Ferdi*

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Le véritable enjeu, se situe au niveau des transports qui sont totalement dépendants du pétrole. C'est là que ça fait mal!

  6. #125
    Cécile

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Si vraiment il y avait un assèchement total du pétrole, l'électricité pourrait prendre le relai sans trop de problème : la voiture électrique n'est pas vendue aujourd'hui parce qu'elle est plus chère et qu'elle a moins d'autonomie que les voitures au pétrole, mais en cas d'absence de pétrole, elle retrouverait tout son attrait. Bien sûr, ça impliquerait de construire de nombreuses centrales électriques.
    Mais de toute façon, ce n'est pas un assèchement qui est prévu, mais une diminution progressive des réserves et donc une augmentation progressive du prix.

  7. #126
    DROIDANLEMUR

    Wink Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Cécile
    Si vraiment il y avait un assèchement total du pétrole, l'électricité pourrait prendre le relai sans trop de problème : la voiture électrique n'est pas vendue aujourd'hui parce qu'elle est plus chère et qu'elle a moins d'autonomie que les voitures au pétrole, mais en cas d'absence de pétrole, elle retrouverait tout son attrait. Bien sûr, ça impliquerait de construire de nombreuses centrales électriques.
    Mais de toute façon, ce n'est pas un assèchement qui est prévu, mais une diminution progressive des réserves et donc une augmentation progressive du prix.
    Il n'y a pas que le problème des centrales. Il faudrait au bas mot environ 100 000 MW de production supplémentaire soit 60 centrales nucléaires en plus pour produire l'électricité nécessaire au parc automobile français converti au véhicule électrique. Mais en plus, il faudrait produire les batteries pour ces véhicules électriques. Or du cadmium, du nickel et du plomb, il n'y en a pas pour tout le monde (la pénurie du pétrole ne s'arrêtera pas à nos frontières). Il faudra donc investir massivement dans l'exploitation minière et dans un premier temps, les prix exploseront aussi.

    Une solution, néanmoins, la voiture à air comprimé. Il existe actuellement une petite entreprise dans le sud de la France qui en fabrique. L'avantage c'est qu'il serait relativement facile d'en produire en grande série et à bas coût (+/-7500 € par véhicule). Bon, on n'a pas des accélérations extraordinaires mais ça roule et c'est l'idéal en ville. Pour recharger, soit via une station d'air comprimé (il faut créer un réseau), soit via un compresseur se branchant sur une simple prise de courant. De toute façon, il faut les centrales supplémentaires pour produire l'électricité nécessaire à la compression de l'air.

    Quant à la diminution progressive des réserves, je suis d'accord mais il faut savoir que ces réserves sont manipulées par les grands groupes pétroliers : ils déclarent leurs propres réserves et, étant à la fois juge et partie, ils n'ont aucun intérêt à déclarer des réserves conformes à la réalité (leur compagnie vaut beaucoup plus si elle signale qu'elle a de grandes réserves). Et même un gouvernement qui aurait connaissance de réserves quasiment épuisées n'a aucun intérêt à ébruiter la chose

    D'autre part, les réserves ont brusquement augmenté dans les années 80 lorsque l'OPEP a mis en place un système de quota pour les pays producteurs proportionnel aux réserves pétrolières de chaque pays. Comme par hasard, les réserves des plus grands pays producteurs (Arabie, Irak, Iran, Koweit) ont doublé du jour au lendemain sans qu'aucun gisement majeur n'ait été découvert...

    Alors se baser sur les réserves annoncés dans les cours de géographie de l'an 2000, j'en douterais à plus d'un titre

    Quant à l'augmentation PROGRESSIVE, j'en doute. Depuis le début de l'exploitation du pétrole, nous sommes dans un marché régulé par une offre excédentaire. Quand un pays ferme le robinet, un autre l'ouvre pour produire davantage et encaisser des devises. A l'avenir, le marché sera régulé par la demande car les grands gisements arrivent en fin d'exploitation (pic de Hubert) et donc l'offre de peu plus faire face à la demande et cette demande sera obligée de diminuer. Mais comme notre industrie est pétro-dépendante et très énergivore, les prix augmenteront dratistiquement avant que la demande diminue. C'est pour cela que la perspective d'une prix du pétrole autour des $US 100 n'est pas du tout utopique à très court terme. Et si les prix ne suffisent pas à faire diminuer la demande, les gouvernements interviendront pour rationner l'essence par exemple. Créant de ce fait un marché parallèle mais ça, c'est une autre histoire.

    Les gouvernements peuvent aussi diminuer la vitesse maximale autorisée sur autoroute à 100 km/h ou 80 km/h et renforcer les contrôles radar. Ce faisant, on peut réduire la consommation de carburant de +/-25% sans le problème du rationnement impopulaire.

    Nous allons vers un monde où la voiture individuelle va progressivement disparaître mais ce sera d'abord les faibles revenus qui seront contraints d'abandonner leur voiture et de se débrouiller sans.

    Il y a fort à parier que chaque effort que nous ferons pour diminuer notre demande sera compensé par le développement de la Chine et de l'Inde. Donc il pourrait quand même y avoir pénurie et une hausse généralisée de toutes les énergies. Dans un monde économique tel que le nôtre, il est impensable que l'augmentation du prix d'une énergie ne tire pas à la hausse les autres énergies.

    C'est le phénomène des vases communiquants. Si une énergie se fait rare, on fait appel à une autre pour compenser et de ce fait on en augmente la demande et donc son prix.

    Même ceux qui se chauffent au bois payeront la facture.

    De toute façon, quand on regarde comment tourne le monde, on se rend compte qu'il y a des évènements troublant comme

    la construction d'une île en forme de palmiers dans la mer rouge réservée à une élite qui a quelques millions pour se payer des vacances au soleil.

    La création de quartiers hautement sécurisés avec milice privée aux Etats-Unis destiné à une population de millionnaires.

    L'annonce prochaine de voyages dans l'espace pour le commun des mortel qui devra quand même payer son ticket entre 50 000 et 200 000 Euros et, dans un avenir proche, un séjour en station orbitale autour de la terre (je ne vous dit pas le prix).

    Quand tout le monde crêvera dans la loi de la jungle sur cette planète, je serai bien content d'être là haut parmis les étoiles dans ma station orbitale complètement autonomne en énergie et en nourriture

  8. Publicité
  9. #127
    DROIDANLEMUR

    Cool Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Alain2
    Enfin, pour l'électricité, il faut voir qu'au niveau européen, il n'y a que 10 % environ de l'électricité qui est produite grace au pétrole. Le reste vient de l'hydroélectricité, du charbon, du nucléaire et du gaz (dans les 10 % aussi).

    Donc, il serait assez facile de garder la même production d'électricité en faisant quelques centrales atomique de plus, en utilisant un peu plus de charbon, etc... On pourrait aussi assez facilement économiser 10 % d'électricité. Donc, l'électricité ne sera probablement pas trop un problème. Donc, on ne reviendra certainement pas à l'age de pierre, ou au niveau des pays africains actuel.
    Tu parles pour le cas précis de la France mais le problème de pénurie de pétrole est mondial. C'est au niveau mondial qu'il faut voir comment l'électricité est produite. En 2000, 39 % de l'électricité mondiale était produite par des centrales au charbon, 17 % par des centrales hydroélectriques, 17 % par des centrales nucléaires, 17 % par des centrales au gaz, 8 % par des centrales à fioul et 2 % par d'autres sources d'énergie. L'utilisation du pétrole pour la production d'électricité est donc relativement faible mais comme je le disais dans mon message précédent, le problème est qu'il faut raisonner avec des données après cette pénurie de pétrole et non les données actuelles. Il y a fort à parier qu'on se tournera vers les centrales au gaz dans un premier temps car elles sont faciles à construire et sont très souples d'utilisation. Mais ce faisant, on va générer la même pénurie que pour le pétrole en quelques années (les réserves de gaz sont considérées comme abondantes parce que son utilisation est relativement faible par rapport au pétrole). On n'aura d'autre choix ensuite de se tourner vers la fission nucléaire et de préférence au surgénérateur pour produire notre électricité.

    Mais la grosse question qui reste en suspend...aura-t-on le temps d'entreprendre ces travaux dans l'urgence que demandera cette situation.

    Quand tout est ordonné et que l'argent circule, il est facile de faire de grands travaux...mais si la société se détricote et tourne au chaos, vous pouvez toujours essayer de construire des voitures ou des centrales électriques

  10. #128
    Alain2

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par DROIDANLEMUR
    Tu parles pour le cas précis de la FRANCE mais le problème...
    Relis mieux. J'ai dit : "il faut voir qu'au niveau EUROPEEN..."

  11. #129
    Alpha_Zero1

    Angry Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Prévision

    Pénurie de produits de chauffage

    Source : http://www.lalibre.be/index.php

    Mis en ligne le 30/09/2004
    - - - - - - - - - - -

    Une pénurie de produits de chauffage se profile pour cet hiver en Europe et aux Etats-Unis, où les stocks sont trop maigres et les capacités de raffinage insuffisantes pour répondre à une demande accrue par l’arrivée du froid, selon les analystes.

    En Europe, c’est la vigueur de la demande qui inquiète avant tout. Aux Etats-Unis, ce sont les capacités de production limitées des raffineries, notamment après le passage dévastateur du cyclone Ivan à la mi-septembre. Et dans ces deux régions, l’étroitesse des stocks préoccupe. Selon les analystes, ces inquiétudes éloignent un peu plus la perspective d’un repli conséquent des prix du pétrole.

    «Le manque de produits de chauffage devrait exercer une forte pression à la hausse sur les cours du pétrole brut au cours des prochains mois, comme l’avait fait la pénurie d’essence plus tôt cette année », prévient Kevin Norrish, analyste à la banque Barclays. Aux Etats-Unis, «on réalise de plus en plus que les stocks de fioul de chauffage sont trop bas à l’approche de l’hiver et que, vu la capacité limitée des raffineries à accroître leur production, l’approvisionnement sera exceptionnellement serré », souligne-t-il.

    Conditions météo difficiles

    «Les raffineries, qui ont été perturbées par les conditions météorologiques, travaillent d’arrache-pied mais les stocks demeurent bien en dessous des niveaux de l’an dernier », renchérit Robert Laughlin, opérateur à la maison de courtage GNI-Man Financial. En raison des destructions causée par le cyclone Ivan, les stocks américains de produits distillés, qui comprennent le fioul de chauffage, ont chuté de près de 3 millions de barils (Mb) ces quinze derniers jours, pour tomber à 125,5 Mb, soit 3,6% sous le niveau de l’an dernier à la même époque.

    «A cause de l’insuffisance des capacités de raffinage, il sera très difficile de combler le manque de stocks », prévient M. Norrish. Un avis partagé par Frédéric Lasserre, analyste à la Société Générale, pour qui les raffineries «ne pourront pas rattraper les pertes des deux ou trois dernières semaines causées par Ivan ». Surtout que la demande, déjà très forte, devrait s’envoler de quelque 2 millions de barils par jour supplémentaires au quatrième trimestre.

    En Europe aussi

    Les Etats-Unis ne sont pas les seuls pour qui une pénurie de produits de chauffage semble probable. Les stocks de produits distillés en Europe sont eux aussi proches de plus bas historiques. «On a une situation extrêmement tendue en Europe. La demande est supérieure de 2% à celle de l’an dernier et les stocks sont bas », note Frédéric Lasserre.

    Une des raisons pour laquelle la demande est si forte est le rebond du trafic aérien, qui a accru la nécessité de produire du kérosène au détriment du fioul domestique ou du gasoil, explique l’analyste. Une autre raison vient des ménages allemands, qui sont très en retard sur le remplissage de leurs stocks de fioul domestique avant l’hiver. «Normalement ils commencent à remplir leurs cuves en juillet/août, mais cette année, à cause de la flambée des cours en août, ils ont retardé leurs achats à plus tard. Sauf que les cours n’ont pas baissé et qu’ils sont maintenant obligés d’acheter au prix fort », explique M. Lasserre.

    Par ailleurs, de nombreux programmes de maintenance sont prévus en Europe jusqu’en novembre, ce qui réduit la production des raffineries, qui restent toutefois bien plus aptes à satisfaire la demande que leurs homologues américaines.

    Enfin, l’Europe devra cette année faire face à une concurrence sévère des pays asiatiques et notamment de la Chine, pour importer du gasoil du Proche-Orient. Conclusion, les prix du gasoil en Europe, qui ont déjà progressé de 85% en l’espace d’un an, devraient rester très élevés cet hiver, encore plus si celui-ci s’avère rigoureux, comme le prédisent déjà les météorologues.

  12. #130
    paulb

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Magellan
    Très brièvement entendu dans une émission sur l'ex-Planète Découvertes (ancienne chaîne scientifique de Planète) qu'il existerait sur la Lune (ou Mars, je ne sais + bien), une source d'énergie assez incroyable, un élément simple (H ou ?) sous une forme spéciale (genre H3), véritable énergie du futur, point de vue rapport quantité utilisée/rendement.
    Est-ce vrai ???
    Ensuite, il y aurait le probléme de l'exploitation (sur place ??) et du transport ( on parle du fameux ascenseur Terre_lune comme d'une réalité vers 2050, encore de la poudre aux yeux ???)
    Cher Magellan,
    Bonjour,
    Situ veux parler du tritium, qui est en quelque sorte un triple atome d'hydrogène, il est obtenu à partir du deutérium, qui en est un double et qui est la "partie" hydrogène de l'eau lourde et qu'on sait séparer de l'hydrogène courant depuis 1943.
    Pour obtenir du tritium à partir du deutérium, on a besoin de lithium, élément rare qui risquera de manquer dans un avenir incertain; c'est l'un des problèmes de la fusion atomique.
    Donc, pas la peine d'aller sur la lune pour trouver du tritium!
    Amicalement paulb.

  13. #131
    Quisit

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Salut DROIDANLEMUR

    "Il faudrait au bas mot environ 100 000 MW de production supplémentaire soit 60 centrales nucléaires en plus pour produire l'électricité nécessaire au parc automobile français converti au véhicule électrique"

    > tu te bases sur la consommation actuelle qui 1- tient compte du convoyage par camion (et il y a fort à parier quen cas de pénurie les autres moyens de transports de marchandises redevienent séduisants) 2- tient compte du rendement ACTUEL du parc automobile. dans quelques années (mois) les zozos qui roulent porsches cayenne vont avoir la pédale légère...un signe des temps : même jaguar passe au diesel ... quand aux affirmations (qu'on trouve sur le forum) "les diesels ont trouvé leur limite à 3L aux 100", on peut allègrement diviser cette valeur par trois

    Ensuite si on reporte les éventuels (et très important) gains d'energie provoqués par cette situation, on comprendra que nous n'auront pas besoin de convertir nos picines municipales en réacteur nucléaires

    Bref : crise il y aura, mais pas besoin non plus d'etre catastrophiste, avant d'aller dans le mur, beaucoup penseront à ralentir d'abord...

    Je ne dit pas que ça n'entrainera pas quelques conflits préventifs pour sauvegarder les reserves (je ne dit pas que les US n'envahiront pas l'irak ou ne posteront pas un GI dans chaque pays possédant un oleoduc, ça pourrait arriver...) mais bon...

    "Une solution, néanmoins, la voiture à air comprimé. Il existe actuellement une petite entreprise dans le sud de la France qui en fabrique."
    heu...bof, l'engin se traine, le rendement est moyen... c'est en fait un véhicule electrique dont on aurait remplacé les batteries par une bonbonne et le moteur par un compresseur/decompresseur


    pour le lithium , le cadmium, le nickel ... les technos les plus avancées (qui n'attendent que leur marché favorable ) sont actuellement :
    - le zinc/polymère
    - l'argent/polymère
    - le sodium/souffre
    bref..pas des éléments ultra ultra rares..

    y'a de l'espoir, comme le pensent quelques uns ici, tout ça pourrait etre un formidable accélérateur de changement en fait

  14. #132
    ptinourson

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Bonjour

    j'avoue avoir été surpris par toutes vos connaissance dans le domaine des gestions futures d'énérgies.

    Etant tout à fait néophyte dans ce domaine (mais un grand fan de cinéma ) j'aimerai savoir si l'utilisation de l'eau quasi pure pourrait vraiment être une source d'énergie, couplée à la fusion nucléaire (à moins que ce ne soit fission...? ) ?

    Merci d'avance
    Rien ne résiste à un acharnement de fourmi.

    [Victor Hugo]

  15. Publicité
  16. #133
    Narduccio

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par ptinourson
    Bonjour

    j'avoue avoir été surpris par toutes vos connaissance dans le domaine des gestions futures d'énérgies.

    Etant tout à fait néophyte dans ce domaine (mais un grand fan de cinéma ) j'aimerai savoir si l'utilisation de l'eau quasi pure pourrait vraiment être une source d'énergie, couplée à la fusion nucléaire (à moins que ce ne soit fission...? ) ?

    Merci d'avance
    Bonjour,
    Répété N fois, l'eau est une cendre, elle ne peut pas être une source d'énergie. L'hydrogène extrait de l'eau peut être un vecteur d'énergie sous certaines conditions. Il y à une discussion en cours sur le forum dans laquelle tu trouveras toutes les réponses à cette question:
    http://forums.futura-sciences.com/sh...ht=hydrog%E8ne
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  17. #134
    triban

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Narduccio
    Bonjour,
    Répété N fois, l'eau est une cendre, elle ne peut pas être une source d'énergie. http://forums.futura-sciences.com/sh...ht=hydrog%E8ne
    bonjour

    je suis d'accord avec ce qui a été dit, cependant si on parle de réacteur de fusion, on peut extraire du deutérium de l'eau ( il y en a de trés petite quantité) qui est l'un des "carburants" possible pour ce type de réacteur

  18. #135
    Narduccio

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par triban
    bonjour

    je suis d'accord avec ce qui a été dit, cependant si on parle de réacteur de fusion, on peut extraire du deutérium de l'eau ( il y en a de trés petite quantité) qui est l'un des "carburants" possible pour ce type de réacteur
    On peut extraire le deutérium dissous dans l'eau ou venant des quelques molécules d'eau qui à la place d'un atmoes d'hydrogène possèdent un atome de deutérium (voire les deux dans certains cas très rare). Et ce deutérium peut servir de combustible dans un réacteur de fusion.
    Mais, ptinourson parle d'utiliser de l'eau très pure couplée à un réacteur de fusion. J'avoue que cette phrase pouvant s'interprêter de diverses facon, je l'ai prise dans le sens d'une filière qui se servirait de l'électricité isuue d'un réacteur de fusion pour faire l'électrolyse de l'eau et utiliser l'hydrogène comme carburant. Voilà pourquoi j'ai mis le lien vers la discussion sur l'hydrogène en tant que carburant.
    J'ai du me tromper d'interprêtation, si c'est le cas, je m'en excuse.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  19. #136
    Changelog

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    c'est que les pétroliers ont peut-être déjà acheté tous les brevets pour les volants.

  20. #137
    triban

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Narduccio
    J'ai du me tromper d'interprêtation, si c'est le cas, je m'en excuse.
    bonjour

    J'ai le même problème d'interprétation, je ne sait pas s'il parle d'une réaction chimique ou nucléaire, je pense que ton interprétation est la plus logique

  21. #138
    Narduccio

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Pour ce qui est du problème d'interprêtation, il faut dire que ce que l'on entend à la TV, ou que l'on lit dans les journaux n'est pas fait pour clarifier. Ainsi, certains parlent de moteur à eau pour une voiture utilisant une pile à combustible, c'est comme si l'on appellait les moteurs de nos voitures des moteurs à CO2; depuis quand l'on dénomme un moteur par autre chose que son combustible ou son mode de fonctionnement. Ce ne sont pas les exemples qui manquent; ainsi des personnes peu averties peuvent allègrement mélanger diverses choses en un embrouilliami infâme et qui ne veut plus rien dire.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  22. Publicité
  23. #139
    matco

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Moi ce qui m'inquiète le plus c'est qu'il n'y a pas que le pétrole qui est en vois de disparition. Le phosphore veras ses reserves épuisées en 2030-2040. Je pense que le phosphore est encore plus important que le petrole car le phosphore est utilisé dans les engrais. Plus de phosphore, plus d'engrais, plus d'agriculture très productive. Le prix des céréales rejoindrais les prix du pétrole et bonjour le pain du boulanger à 20€ l'unité (faoites des réserves). Franchement je ne veux pas etre pessimiste mais l'avenir semble bien sombre pour l'espèce humaine. Sinon pour avoir encore + peur, y'en a qui connaissent d'autres ressources vitales en voie de disparition

  24. #140
    vince

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Le phosphore en tant qu'élément simple n'est-il pas recyclé en permanence ?

    Je veux dire qu'il doit bien exister un cycle du phosphore, non ?
    « Méfie-toi des proverbes chinois »
    (Proverbe berrichon)

  25. #141
    matco

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    En fait le problème est que le phosphor utilisé en engrais est issue de mines de phosphore. Le phosphore très concentré dans les engrais est ensuite dispersé sur la surface de la terre et après avoir profité aux céréales se disperse dans la nature et dans l'océan. Le seul système qui serait très couteux pour récupérer le phosphore serait de le reconcentrer dans la masse fluviale (comment je ne sais pas).

  26. #142
    Bufo v

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Salut,

    le phosphore est extrait me semble t-il des phosphates dont les réserves mondiales sont proches des 30 milliards de tonnes.
    La production annuelle de phosphates bruts est de l'ordre de 130 - 150 millions de tonnes, ... soit au rythme actuel, environ 200 ans de ressource.
    Bufo v

  27. #143
    DROIDANLEMUR

    Exclamation Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Quisit
    ...
    Ensuite si on reporte les éventuels (et très important) gains d'energie provoqués par cette situation, on comprendra que nous n'auront pas besoin de convertir nos picines municipales en réacteur nucléaires

    Bref : crise il y aura, mais pas besoin non plus d'etre catastrophiste, avant d'aller dans le mur, beaucoup penseront à ralentir d'abord...

    y'a de l'espoir, comme le pensent quelques uns ici, tout ça pourrait etre un formidable accélérateur de changement en fait
    Hélas, ce n'est pas aussi simple. Tout dépend quand se situe le peak-oil. Si c'est demain, tout est foutu. Si c'est dans 10 ans, on peut s'en sortir mais il faut agir dès aujourd'hui !!

    Car la fin du pétrole = fin de la civilisation !!!

    Et j'irais même plus loin : fin du pétrole bon marché = fin de la civilisation !!!

    J'ai dit fin de la civilisation ?

    Oui, vous m'avez bien lu.

    Pour l'instant tout le monde

    Quelques-uns, inconscients, se sont (soi-disant) réveillés et disent que le peak-oil est une aubaine pour notre société. Hélas, ils sont le nez sur le problème et raisonne encore avec des énergies alternatives qui sont bon marché GRACE au pétrole bon marché !!!

    Et c'est assez étrange que notre civilisation ne tienne pas compte des leçons du passé et de l'histoire des autres civilisations.

    Faisons un peu d'histoire voulez-vous :

    Auparavant l'homme était nomade et a vécu pendant des dizaines de milliers d'années en chassant pour vivre. Lorsqu'il s'est sédentarisé, il a commencé à cultiver, a produire plus que pour ses besoins personnels et ceux de son clan...alors il a eu le temps de faire autre chose : inventer des outils, des machines, laisser des traces de son passage par des histoires, des peintures, des poésies,... Bref, tout cela était quasiment impossible lorsqu'il était nomade mais à partir du moment où il s'est organisé en société, cela devenait possible.

    La première civilisation dont on retrouve une trace date d'il y a +/- 10000 ans du côté du Liban. Elle s'est organisée autour de l'exploitation des nombreuses forêts qui existaient à l'époque. Coupant du bois pour se chauffer, se loger, elle s'est rapidement développée et le nombre d'habitants de cette civilisation a augmenté exponentiellement car ils trouvaient nourriture en abondance grâce aux terres gagnées par le déboisement, déboisement qui leur permettait de se chauffer et de construire des logements.

    Puis le bois vint à manquer et les grandes forêts ayant disparu, le micro-climat local fut complètement modifié car, grâce aux forêts, les précipitations étaient abondantes et permettaient une culture intensive. La nourriture, à cause de la modification de ce climat devint plus rare et, en l'espace de quelques années, cette civilisation disparu, tellement sa survie dépendait des forêts. On retrouve des légendes qui parlent de la vengeance du dieu des forêts qui extermina son peuple...l'image n'est peut-être pas si éloignée de la réalité.

    Sa disparition a été très rapide : quelques années au plus.

    Plus tard, la civilisation Egyptienne commis la même erreur. L'Egypte présentait un paysage tout a fait différent autrefois. Avec de nombreuses forêts et d'abondantes récoltes. De nouveau, cette civilisation, dépendant du bois disparu rapidement.

    Puis les Grecs firent la même erreur, exploitant à qui mieux mieux les forêts de Grèce. Platon en parle même dans ses écrits annonçant la fin de la civilisation grecque. A la dernière minute, les Grecs se rendirent compte de leurs erreurs mais il était déjà trop tard. Les collines, sans arbres, devenaient arides et l'érosion rapide rendait toute culture impossible. Ils décidèrent donc, en dernier ressort, de cultiver massivement les oliviers. Seule espèce d'arbre qui pouvait résister à de telles conditions climatiques. Hélas, le mal était fait et l'olivier survécu à la civilisation grecque.

    Plus tard, les Romains utilisèrent aussi le bois comme moyen de développement. Ils inventèrent même une monnaie en fondant du métal (grâce au bois). Les échanges commerciaux étaient fructueux et l'empire Romain s'étendit à pratiquement toute l'Europe. Arriva un jour où le bois vint à manquer. Cela provoqua une grande crise monétaire car le bois pour faire fondre le métal de la monnaie doubla de prix. C'est à ce moment-là où, en dernier recours, l'empire Romain décida de chercher de nouvelles terres pour faire face à la famine menaçante. Il s'étendit alors vers l'Afrique mais les terres étaient déjà plus hostiles (à cause de la désertification provoquée par les peuples précédents). Le répit fut de courte durée et une des plus grandes civilisations qu'ait connu notre planète s'écroula comme un château de cartes.

    Notre civilisation faillit répéter la même crise vers la révolution française. Le peuple était de plus en plus nombreux, les forêts, seule source d'énergie, devenaient de plus en plus petites, la famine menaçait chaque année... De plus le transport animal (essentiellement grâce aux chevaux) avait atteind un tel développement qu'il fallait choisir entre nourrir la population ou nourrir les chevaux !!

    Puis, notre société fut sauvée in extremis par la découverte du charbon. La révolution industrielle est, en quelque sorte, ce qui sauva le début de notre civilisation. Et sans elle, il est fort probable que vous, moi, et nombre de vos voisins ne seraient pas de ce monde....

    On se mit à produire plus avec moins de main d’œuvre grâce aux machines à vapeur, les échanges commerciaux s'étendaient progressivement à toute la planète grâce à l'amélioration de la vitesse des transports.

    Puis, la découverte du pétrole ajouta une nouvelle accélération à notre civilisation. Bon marché, abondant, très riche en énergie, facile à transporter, il prit rapidement la place du charbon pour les transports.

    Et voilà le monde tel que nous le connaissons aujourd'hui.

    Une des grandes caractéristiques communes de toutes les grandes civilisations qui ont été rayée de la carte, c'est qu'AUCUNE ne s'est rendue compte du problème à temps. Lorsqu'elles se sont trouvées le nez sur le mur, il était trop tard...

  28. #144
    DROIDANLEMUR

    Talking Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Dites-vous bien que le peak-oil représente la fin de notre civilisation, à moins qu'une source d'énergie abondante vienne remplacer le pétrole. Et qu'il y aura sans doute du pétrole sur notre planète jusqu'à la nuit des temps car, à partir d'un certain moment, fort proche après le peak oil, il n'y aura plus d'hommes pour le pomper.

    Certains optimistes disent qu'il y a l'énergie solaire, l'énergie éolienne, les biocarburants,...

    Si vous réfléchissez un peu, toute l'exploitation d'énergie alternative n'est possible que si le pétrole est bon marché et abondant.

    Comment voulez-vous produire une éolienne si vous n'avez pas l'énergie (une dépletion du pétrole entraine automatiquement une augmentation du prix de toutes les autres sources d'énergie : charbon, gaz, bois, électricité, nucléaire...) pour extraire l'acier du minerai de fer, si vous n'avez pas le gazole pour faire tourner le moteur des camions qui transporteront les pièces de votre éolienne.

    Bien sûr, vous aurez encore cette énergie puisque, mathématiquement, au moment du peak oil, il reste encore autant de pétrole dans le sol que la totalité de ce que vous avez extrait depuis le début de l'industrie pétrolière. Mais ce pétrole coûtera de plus en plus cher (en prix mais surtout en énergie) à extraire. Donc le coût de votre éolienne sera multiplié par 2 ou par 3 dans un premier temps puis deviendra tout simplement impossible à construire.

    Dire que l'on va s'en sortir avec les énergies alternatives est à la fois inconscient et CRIMINEL !!! Qui aura de quoi s'acheter un panneau solaire lorsque le prix de production de ce dernier aura triplé à cause d'un triplement du prix du pétrole ????

    Que ferais-je si j'étais président d'un grand pays ?

    Je développerais des transports en commun rapides et fréquents et je lèverais un impôt de l'ordre de 2 ou 3€ par litre de carburant. C'est bien sûr la mort de l'automobile mais il y va de la survie de notre civilisation. Les gens utiliseraient donc ces transports en commum pour leur besoin en mobilité et exceptionnellement une voiture (probablement en car-sharing).

    Grâce à l'argent récolté par les taxes sur le carburant, je financerais une autre organisation de la société avec du travail à domicile, des lieux de travail proches des habitations et des commerces de proximité. Bref, une organisation en petits villages d'un milliers d'habitants à la place de villes tentaculaires. Un contrôle strict des naissances : un enfant par couple. Et un investissement massif dans la fusion nucléaire, seule source d'énergie qui, à mon avis, pourrait satisfaire les besoins en énergie de 6 milliards d'habitants. Une fois cette énergie trouvée et le développement de réacteurs à fusion nucléaire, on lèvera le contrôle des naissances et on se lancera dans la conquête de l'espace.

    Au niveau citoyen, il n'y a pas grand chose à faire si ce n'est alerter les consciences. Si tout le monde prend conscience du problème, on peut mettre en place une solution...sinon, on fonce droit dans le mur. Vous pouvez toujours faire des stocks de guerre : de la farine, du sucre, des boîtes de conserve, des pâtes, etc... Cela ne servira qu'un temps car le jour où les transporteurs au bord de la faillite bloqueront les dépots de carburant, il ne faudra pas 2 semaines pour que les grands magasins soient vides. Vous ne pouvez pas stocker de quoi tenir toute votre vie,...encore moins pour celle de vos enfants.

    Et puis, avec les inégalités entre ceux qui peuvent se chauffer, accéder à la nourriture et au logement et ceux qui n'ont plus assez vont se creuser. Déjà maintenant, peu de gens osent rouler la fenêtre ouverte en été dans les grandes villes de peur d'un car-jacking, le surendettement est un problème qui concerne actuellement 25% des ménages contre 5% il y a 20 ans (autrement dit, notre société est déjà au bord du gouffre : une hausse du prix du pétrole, c'est juste une tape dans le dos pour faire perdre l'équilibre)... Tentez d'imaginez ce que cela pourrait être la vie dans notre monde avec de plus grandes inégalités sociales.

    Certains diront qu'il y a le charbon et que ses réserves sont là pour 200 ans. Attention, vous faites encore une erreur d'appréciation. 200 ans de consommation AU RYTHME DE CONSOMMATION ACTUELLE. Si vous transférez nos besoins actuels en énergie sur le charbon, celui-ci tiendra le coup une quarantaine d'années avec un pic de production aussi (comme toutes les ressources naturelles épuisables) et donc une quinzaine d'années de charbon abondant et bon marché puis le reste avec un marché dominé par l'offre insuffisante de charbon et donc un nouveau choc. Peut-être que cette transition forcée sur le charbon permettra de trouver quelque chose dans la fusion nucléaire mais c'est avant tout notre modèle de société qu'il faut changer. Une société énergivore est une impasse pour les générations futures, on le vit aujourd'hui.

    Et puis pour une transition vers le charbon, il faudrait un investissement massif dans des usines de transformation de charbon en carburant...cela ne se fait pas en un jour !!! Il faut des années entre la volonté de construire de telles usines et leur production effective pour soulager les marchés. Aujourd'hui, à peine 2% de la production de carburant est faites à l'aide de charbon. Cela prendra des années pour doubler cette proportion. Et si nous sommes au peak-oil aujourd'hui, ce dernier ne nous laissera pas le temps car l'offre sera moins abondante chaque années.

    De rares endroits dans le monde peuvent encore produire plus de pétrole qu'ils ne le font actuellement mais le plus gros producteur au monde est l'Arabie et sa production est forcée par l'injection de 14 millions de baril d'eau de mer par jour pour obtenir 10 millions de barils de pétrole. Cette injection d'eau de mer nécessite beaucoup d'énergie mais cela permet de récupérer davantage d'énergie sous forme d'un pétrole lourd et plein de souffre donc on continue. Si on force une production de pétrole, sa dépletion n'en est que plus rapide. Ce qui est inquiétant, c'est que c'est le pays qui produit le plus de pétrole actuellement et que c'est sur lui que les Américains compte depuis des années pour atténuer les "crises pétrolières".

    La production de la mer du Nord et des USA a déjà passé le peak oil et l'augmentation de production des autres régions du monde compensera à peine la perte de production des pays ayant passé le peak-oil.

    Une fois la fin du pétrole bon marché, dites-vous qu'il sera difficile de trouver de la main d'oeuvre. Quand une personne n'est plus payée suffisamment pour vivre, que fait-elle d'après vous ?

    En plus, nombre de gens se sont déjà endetté à l'entrée de cet hiver en remplissant les cuves à crédit. Ils se sont retrouvés en négatif sur le compte banquaire à cause d'un plein de fioul. Et c'est le début de la fin car, si le pétrole ne baisse plus, les intérêts de ce négatif banquaire vont les plonger dans une précarité extrème.

    Pour l'instant, la hausse du prix du pétrole ne se voit pas dans l'inflation (ou à peine) car il y a toujours un sentiment (faux?) que les prix diminueront l'année prochaine et donc les gens attendent avant d'acheter et la production excédentaire fait baisser les prix.

    Mais si le pétrole se maintient dans les 35-40$, cela va se traduire par des coûts de production plus important et des prix de vente toujours en chute libre (à cause d'une faible consommation). Résultat : faillites en nombre à l'horizon, restructuration du marché puis augmentation graduelle des prix avec une proportion monstrueuse de chômeurs assistés incapables de payer son pain !!

    Les gens surendettés poseront alors de réels problèmes à l'économie car les défauts de paiement causeront une crise monétaire sans précédent.

    Autrement dit, la fin du pétrole bon marché entrainera quelques guerres pour limiter l'usage du pétrole à une partie de la population mondiale dans le meilleur des cas et dans le pire des cas, ce sera une crise monétaire qui tuera l'économie en quelques mois (au moins il restera du pétrole pour les survivants de cette crise).

    Et pour ceux qui douterait encore de la gravité de l'augmentation du prix du pétrole, qu'ils fassent un petit tour dans l'actualité des pays en voie de développement. C'est catastrophique.

    L’essence n’est plus disponible dans les pompes érythréennes. Le petit pays de la corne de l’Afrique a pris une décision extrême, mercredi 13 octobre, en suspendant la vente au public. L’Erythrée espère ainsi faire face à la crise pétrolière qui secoue la planète et plaçait ce lundi le prix du baril à 55,33 dollars. Une solution qui n’a pas été retenue par d’autres pays africains, qui préfèrent, pour l’essentiel, répercuter le prix du baril sur les consommateurs. Petit tour du continent des situations causées par la crise pétrolière...
    http://www.afrik.com/article7739.html

    Faites passer le message autour de vous, il est urgent que le monde se réveille pour de bon. Laissez des messages dans les forums, imaginez des chaînes de mails, discutez-en avec vos amis, vos collègues. Si la prise de conscience est planétaire, les choses bougeront, je vous le garanti.

  29. Publicité
  30. #145
    librevent

    Thumbs down Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Je ne veux pas être alarmiste même si je suis angoissé de nature. Mais je pressens un futur temporairement (jusqu'à quand?) obscur et périlleux. Et en attendant une SOLUTION (laquelle?), on se déplacera à dos d'âne ou de chameau et on s'éclairera à la lampe à huile. En ville, on essayera de se protéger et de survivre comme on peut (tous les moyens seront bons). L'agriculture sera forcément biologique mais ne suffira pas à nourrir toutes les bouches de la planète: le cataclysme et la fin d'une civilisation.
    J'aimerais lire un scénario lucide et réaliste qui soit moins pessismiste mais qui tienne la route (que les solutions de soient pas temporaires ou fuite en avant).

  31. #146
    meteor31

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    bonjour à tous

    je suis nouveau sur ce forum.
    Je sévis déjà sur le forum d'Infoclimat où on parle pas mal du pétrole mais plutôt lié à l'effet de serre.
    DROIDANLEMUR a déjà presque tout dit.
    Je me permettrai de rajouter concernant le charbon qu'il est vrai que les réserves sont de 200 ans.
    Il est vrai aussi que le charbon peut en fait être une source de pétrole par la procédé de liquéfaction.
    On peut en effet transformer le charbon par action de l'hydrogène venant lui-même de l'action de l'eau sur le carbone.
    C'est la réaction de Fischer-Tropsch mis au point par les allemands.
    Avec les procédés de génie chimique actuels on peut transformer le charbon en n'importe quel carburant , essence,gas-oil,kérozène.
    Bien sûr ce sera plus cher et il faut que les économies s'adaptent.
    Pourquoi serait-ce infaisable?
    De toute façon le règne de l'énergie fossile bon marché est terminé.
    L'humanité a été bien inconséquente de dilapider cette richesse.
    Il va falloir maintenant se serrer la ceinture.
    On pourrait très bien rouler dans des voitures de 50CV maxi.
    Pour transporter nos carcasses dans les bouchons c'est même bien trop.
    Tout cela en espérant que l'énergie de fusion arrive dans 60 ans .
    Là on retrouvera peut-être de l'énergie disponible et bon marché.
    Mais en attendant , ceinture!

    à plus

  32. #147
    Cécile

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Salut,

    Citation Envoyé par librevent
    Et en attendant une SOLUTION (laquelle?), on se déplacera à dos d'âne ou de chameau et on s'éclairera à la lampe à huile.
    Comme si le pétrole était la source de notre électricité !
    Tous ceux qui prédisent la fin des transports avec la fin du pétrole oublient que la voiture à électricité fonctionne, même si elle n'a pas l'autonomie et les performances de la voiture à moteur thermique. D'accord, ça impliquerait de construire de nombreuses centrales, mais je crois que tout le monde s'y résoudra s'il n'y a plus d'essence.

  33. #148
    meteor31

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Tout à fait Cécile si on ne peut pas faire autrement c'est sûr qu'on le fera.
    Le problème c'est qu'on ne sait pas prévenir.
    On applique toujours la solution de facilité et c'est quand on est dans la m... qu'on agit.
    C'est toujours comme ça et je ne sais pas comment on pourra faire rentrer dans la tête de la société qu'il vaudrait mieux prévenir.

    à plus

  34. #149
    Quisit

    Re : Conséquences de la fin du pétrole

    et bien pour enchainer sur ton expression je dirais que c'est lors de crises majeures que la civilisation occidentale (entre autres) à fait des bonds technologique (guerres mondiales, crise pétrolière de 70).
    Autrement dit l'homme en tant que civilisation est un aveugle sans prevoyance, il faut une crise majeur pour pouvoir agir avec l'assentiment de tous ses organes. donc au pire du pire, quand il sera bien dans la m... il saura trouver les bonnes solutions. et comme tout le monde y sera, tout le monde acquiescera.

  35. #150
    DROIDANLEMUR

    Talking Re : Conséquences de la fin du pétrole

    Citation Envoyé par Quisit
    et bien pour enchainer sur ton expression je dirais que c'est lors de crises majeures que la civilisation occidentale (entre autres) à fait des bonds technologique (guerres mondiales, crise pétrolière de 70).
    Autrement dit l'homme en tant que civilisation est un aveugle sans prevoyance, il faut une crise majeur pour pouvoir agir avec l'assentiment de tous ses organes. donc au pire du pire, quand il sera bien dans la m... il saura trouver les bonnes solutions. et comme tout le monde y sera, tout le monde acquiescera.
    A part que cette fois-ci, ce n'est plus une crise qui nous attend. C'est quelque chose d'aussi grave que la famine qui menaçait la population lorsque tout le monde se déplaçait à cheval il y a 200 ans. Il fallait alors choisir entre le fourrage pour les bêtes et la nourriture pour les hommes...La solution est venue du charbon et de la machine à vapeur et c'est une découverte aussi importante (si pas plus importante car nous sommes bigrement plus nombreux) qu'il faut faire à présent pour s'en sortir.

    En attendant, il faudra serrer la ceinture d'une cran CHAQUE année. Il n'y a qu'une trentaine de trous dans votre ceinture, après, , vous êtes coupés en deux. Survie : IMPOSSIBLE...

Sur le même thème :

Page 5 sur 18 PremièrePremière 5 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Vivement la fin du pétrole!
    Par cedbont dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 167
    Dernier message: 08/02/2011, 12h43
  2. Que faut-il faire pour préparer les conséquences de la fin du pétrole ?
    Par procyon31 dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 189
    Dernier message: 14/04/2006, 08h05