Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Quelle études et avenir pour les études " pionnières " ?



  1. #1
    TraluedMasta

    Quelle études et avenir pour les études " pionnières " ?


    ------

    Bonjour,

    je suis en ce moment en train d'essayer de trouver ma voie et je profite de mon asile campagnard ( les Yvelines, ç'pas Ibiza vous savez ) pour me cultiver, et, alors que j'étais complètement formaté pour faire prépaingécadresup', je suis finalement très attiré par la recherche. Et au fil des mes déambulations wikipédiaques, je me suis beaucoup penché sur la physique théorique ( en particulier les bidules quantiques ), les neurosciences, et l'informatique.
    Et à ce sujet, j'ai donc quelques questions à vous pauser :

    Il y a des grandes chances que je passe par les prépas de toute façon : j'ai la chance d'être à Hoche ( Terminale l'année prochaiiiiiine !! ) et ce sont des études prestigieuses et gratuites. Les normales sups sont-elles obligatoires ? Si oui, lesquelles ? J'ai lu que Cachan était " meilleure " que Paris en Physique. Et si je rate, les universités sont-elles " éliminatoires " pour faire de la physique ?

    Comment se font les études de neurosciences et d'informatique, en combien de temps ?

    Est-ce risqué de se spécialiser dans des domaines si pointus ? Histoire de pas se retrouver à la rue à bac+12 quand même !

    Connaissez vous la théorie du " bruit holographique " ? Et si oui, qu'en pensez-vous ?

    Est-il vrai que mois de dix postes se débloquent tous les ans en physique théorique ?

    Et une autre petite dernière question : le physicien théoricien peut-il, comme Wiles ou Perelman l'ont fait en mathématiques, poursuivre des recherches avec un papier et un crayon ?

    Merci beaucoup.

    -----
    Dernière modification par TraluedMasta ; 23/06/2012 à 22h26.

  2. Publicité
  3. #2
    blacksmith

    Re : Quelle études et avenir pour les études " pionnières " ?

    Citation Envoyé par TraluedMasta Voir le message

    Si je rate, les universités sont-elles " éliminatoires " pour faire de la physique ?
    T'as l'air effectivement bien formaté pour dire ça, juste comme ça, le dernier prix Nobel français en physique (2007) il est à la fac d'Orsay et pas à l'ENS.

    Bon après pour répondre à tes questions, quel que soit le domaine qui t'intéresse, pour faire de la recherche un doctorat est obligatoire donc minimum Bac+8 plus quelques post doc tu arrives facilement à Bac +9/10. Ensuite pour ce qui est de la spécialisation, tu devras forcement te spécialiser un minimum, il ne suffit pas d'avoir de vagues idées sur un sujet pour devenir chercheur (un chercheur compétant du moins)

    A propos des postes, je ne peux pas trop te renseigner, moi je suis en chimie donc je ne connais pas trop les débouchées en physique

    Bon courage en tout cas

  4. #3
    TraluedMasta

    Re : Quelle études et avenir pour les études " pionnières " ?

    Bah justement, wikipedia dit qu'ils ( lauréats du prix nobel ) ont tous fait l'ENS ! ( Y compris celui de 2007 )
    Et pourrais-tu répondre a la dernière question ? Je pense que chimistes et physiciens sont dans le même cas de figure, non ? Bien que je ne connaisse pas trop le boulot de chimiste.

    Merci.

  5. #4
    Yappan

    Re : Quelle études et avenir pour les études " pionnières " ?

    Je crois que par ta réplique...tu viens de te mettre plus ou moins à dos la plupart des scientifiques intervenants sur ce forum ^^.

    D'une part, ce que dit wikipedia n'est pas toujours vrai.
    Deuxièmement, je sais pas comment tu vois ta vie, mais si à 17 ans, tu t'imagine dejà prix Nobel...tu risque d’être frustré. Le propre de la recherche étant de chercher, le faire avec un objectif aussi improbable me parait la dernière des motivations. Dans chaque domaines de recherche, il existe tout un tas de médailles, de récompenses et d'honneurs qu'il est déjà très difficile d'obtenir.
    Enfin, et la gare aux à-priori, ne pense pas que l'Ecole Normale Supérieure soit le summum du système d'enseignement supérieur en France. Dans certains domaines, surement. Dans d'autres (et ils sont surement plus nombreux) ce sont des Universités. Paris 6, Orsay, Dauphine...sont des institutions presque plus reconnue dans le monde que l'ENS. Ou au moins tout autant.

    Donc si tu veux faire de la recherche, prépare toi à beaucoup de travail, de la persévérance. Ces deux qualités ne sont pas l'apanage des normaliens.
    Ceci dit, et pour en côtoyer pendant mes études, il faut avouer qu'ils sont en général des étudiants "modèles" et travailleur.

    Bref, commence tes études, vois les domaines qui te plaisent. Rassure toi, ça changera surement. Car sans vouloir te vexer (à moins que tu ne soit surdoué) ce que tu peux comprendre de la physique théorique à ton age reste très limité par ce qu'on vous apprends au lycée.

    Good luck !
    "La tendance naturelle de l'esprit humain est de croire avant de savoir..."

  6. #5
    TraluedMasta

    Re : Quelle études et avenir pour les études " pionnières " ?

    Ce n'est pas du tout moi qui me suis lancé dans le sujet des nobels ! J'ai rien fait ! J'le jure !

    Par contre, quand je dis que je m’intéresse a certaines choses, je ne fais que me documenter : Wikipedia ( oui ! Je persiste et signe ! ), c'est fait pour ça !

    Et puis pour le travail et la persévérance, disons que je préfère cent fois me tuer a la tâche sur de " vraies " questions, plutôt que de spéculer sur le blé pour sniffer de la coke sur le bide de ma bien-aimée ! ( stéréotypes nous voilà )

    Mais par rapport a ta dernière phrases, la science en générale est-elle le domaine des surdoués ? Parceque je n'ai pas envie de faire président ( Bah oui, je suis normal ) !

    Merci.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    blacksmith

    Re : Quelle études et avenir pour les études " pionnières " ?

    La science n'est pas que le domaine des surdoués, c'est sur que pour avoir le prix Nobel ou autres distinctions prestigieuses faut pas être un cancre non plus mais bon, tu peux être un chercheur tout à fait correct et compétant sans avoir 170 de QI !

    Ensuite pour ton histoire de papier/crayon, en physique comme en chimie ça me parait plutôt difficile dans la mesure ou ce sont quand même des sciences qui sont pas mal basées sur l'expérimentation et qu'à un moment donné toutes tes théories vont avoir besoins d’être prouvées par des manipulations.

    Et pour rejoindre ce qui à été dit, en 1ère t'es quand même loin d'avoir vu quoi que ce soit en physique quantique, crois moi^^

  9. Publicité
  10. #7
    Gwyddon

    Re : Quelle études et avenir pour les études " pionnières " ?

    Bonjour,

    Ça fait quelques jours que je pensais à intervenir ici, mais je ne l'avais toujours pas fait, réparons ceci ! Car c'est toujours bien d'avoir le ressenti de quelqu'un qui connaît très précisément la problématique abordée dans la discussion

    Être chercheur demande d'être avant tout persévérant. Très persévérant, car il faut déjà arriver à la fin de ses études de master, donc bac+5 ; puis ensuite commencer sa carrière de chercheur en commençant un doctorat, ce qui emmène à un diplôme à bac+8 ; puis continuer encore pendant quelques années sur des contrats précaires, avant de peut-être obtenir un poste stable.

    Inutile de le cacher : dès le début du doctorat jusqu'à l'obtention d'un poste permanent, cela va être très dur à vivre (d'abord parce que la charge de travail est intense, mais aussi et surtout pour ce qui est de la vie intime). Être trimballé tous les deux-trois ans partout dans le monde a un côté sympa, mais ça veut aussi dire que construire une famille est quelque chose d'ardu, et bon nombre de couples n'y résiste d'ailleurs pas. Il faut le savoir avant de se lancer là-dedans

    Ensuite plus spécifiquement sur la physique, et théorique de sucroît, je vais prendre tes questions une à une.

    Citation Envoyé par TraluedMasta
    Les normales sups sont-elles obligatoires ? Si oui, lesquelles ? J'ai lu que Cachan était " meilleure " que Paris en Physique. Et si je rate, les universités sont-elles " éliminatoires " pour faire de la physique ?
    Faire une ENS n'a absolument rien d'obligatoire pour être chercheur, la preuve c'est que la majorité des doctorants n'a pas fait d'ENS. Par contre, il ne faut pas se le cacher, l'enseignement prodigué dans les ENS est un plus, surtout en physique théorique. Mais là encore on se mord un peu la queue : ce qui est essentiel c'est de faire le bon M2, or en France des M2 de physique théorique il n'y en a pas trente-six mille : essentiellement à l'ENS Ulm (partenariat avec X, Paris 6, Paris 11), l'ENS Lyon (partenariat avec l'université Claude Bernard), la fac de Marseille, et voilà. Après il y a des master plus spécialisés dans des sous-domaines de la physique théorique, par exemple "Systèmes complexes" à Paris 7 pour la physique statistique, ou le master de Toulouse.

    Tout ça pour dire que ces masters, certes sélectifs, sont ouverts à tous et chaque année dans les M2 hébergés par les ENS il y a la moitié de la promotion au moins qui ne vient pas d'une ENS, donc bien sûr qu'avoir suivi sa scolarité à l'université n'est pas "éliminatoire"

    En ce qui concerne les différences entre les 3 ENS (Ulm, Cachan, Lyon), elles sont essentiellement superficielles, et de toute façon l'année de M2 (la plus importante) se fait n'importe où en France donc... Cachan n'est pas meilleur qu'Ulm (ou Lyon) pour la physique, elle est légèrement différente : l'accent est mis sur une approche plus généraliste en vue de l'agrégation (enfin en tout cas c'était le cas il y a quelques années), sans pour autant obliger ses élèves à passer l'agrégation. De toute façon il y a des partenariats entre Ulm et Cachan en physique, on peut toujours s'arranger pour suivre les modules qu'on désire.

    Quant à Lyon, son originalité est d'avoir un département commun physique/chimie (le département des sciences de la matière), ce qui du coup lui donne une grande force quant aux cursus à la frontière entre la chimie et la physique. C'est un avantage certain de l'ENS Lyon vis-à-vis des autres ENS.

    Citation Envoyé par TraluedMasta
    Est-ce risqué de se spécialiser dans des domaines si pointus ? Histoire de pas se retrouver à la rue à bac+12 quand même !
    Tu vas devoir te spécialiser, la recherche c'est être à la pointe, tu vas ouvrir de nouvelles questions et résoudre des problèmes nouveaux. Après c'est aussi un métier, que tu débutes dès le doctorat (oui oui, un doctorant ce n'est plus un étudiant lambda, c'est un professionnel de la recherche, en début de carrière !) ; à toi de savoir valoriser ton expérience professionnelle acquise dans l'exercice de ce métier : prise de parole en groupe et gestion de projet, capacité à présenter de façon synthétique des résultats, réseau de contacts international, rédaction d'articles, capacité à ouvrir de nouvelles perspectives sur une problématique données, capacités informatiques, etc.

    Citation Envoyé par TraluedMasta
    Connaissez vous la théorie du " bruit holographique " ? Et si oui, qu'en pensez-vous ?
    Je ne connaissais pas, et quelques recherches rapides me font douter de la pertinence de ce truc (personne dans mon domaine ne regarde ça, et la plupart des premiers liens renvoient vers des sites "paranormaux", ce n'est pas bon signe !). Mais je peux me tromper !

    Citation Envoyé par TraluedMasta
    Est-il vrai que mois de dix postes se débloquent tous les ans en physique théorique ?
    Pour ce qui est de la France, il y a deux possibilités pour obtenir un poste permanent : le CNRS (via la section 2, voire 1), ou l'université.

    La physique théorique c'est quelque chose de très vaste, et de par ta spécialisation tu ne vas pas pouvoir embrasser toutes les sous-branches de la physique théorique. Un physicien des particules par exemple ne sera jamais recruté sur un poste de physique statistique.

    Je ne veux pas te décourager, mais cette année par exemple, dans mon domaine, il n'y avait tout simplement pas un seul poste d'ouvert à l'université. Quant au CNRS, il devait y avoir un ou deux postes je crois.

    Et une autre petite dernière question : le physicien théoricien peut-il, comme Wiles ou Perelman l'ont fait en mathématiques, poursuivre des recherches avec un papier et un crayon ?
    Non c'est impossible, car on parle de physique et non de mathématiques. Il faut donc faire des prédictions, et donc des calculs et des simulations, ce qui ne peut se faire qu'avec l'outil informatique. Ce dernier est même l'occupation dominante en physique théorique... Ce qui n'exclut pas l'utilisation du papier et du crayon (ainsi que de la craie et du tableau noir), bien au contraire ! Mais il est impossible de tout faire à la main de nos jours.

    Cordialement,

    G.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

Discussions similaires

  1. Réponses: 7
    Dernier message: 14/05/2012, 18h55
  2. Reprendre des études après un grand "rien"
    Par Mayalune dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 10
    Dernier message: 19/11/2011, 16h24
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 28/05/2011, 14h04
  4. [Pré-BAC] Aide importante "dyalise : études des composés hydrosolubles"
    Par Marie 1993 dans le forum Exercices en biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 05/12/2010, 11h00
  5. Besoin de vos avis : ma "stratégie du désespoir" (études ingé)
    Par boeub dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 2
    Dernier message: 15/05/2007, 07h10