Discussion fermée
Page 2 sur 4 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 111

Quel est l'intérêt biologique de la mort ?



  1. #31
    ansset

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    je t'en prie , exprimes toi.
    car j'ai eu justement l'impression que beaucoup ici parlaient biologie, et pas toi.

    j'en profite pour un pour la dernière phrase de mon précédent post.
    c'est ce qu'il se passe quand vos lunettes tombent en train d'écrire, les doigts tapent à coté .

    -----


  2. Publicité
  3. #32
    Obamot

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Je réponds? Ou réponds pas? Honnêtement, c'est une question de bac philo ou biochim?

    D'abord la question part d'un syllogisme:

    «SI la nature ne fait pas les choses pour rien ALORS c'est donc bien que ...»

    Hum... D'ailleurs elle est fondée sur une affirmation! «il doit donc y avoir un intérêt à cela ?»

    Au plan de la biologie stricto sensu, un modeste point a été abordé ici sur l'intérêt d'une telle question:
    http://forums.futura-sciences.com/bi...ml#post4448475

    Tout le reste nous perd en conjectures — si tant est qu'il y ait du sens — tant qu'on n'a pas su répondre à cette question (et donc c'est forcément HS, puisque ça ne relève pas/plus de la biologie que de la question de l'œuf et de la poule amha.

    Citation Envoyé par Wikikipédia
    La mort est un concept qualifiant l'état d'un organisme biologique ayant cessé de vivre
    Quand on ne sait pas répondre, ou que la question est incongrue, l'une des technique est de remplacer un mot, par un autre similaire et ça donne:

    — «Quel est l'intérêt homéostasique de la mort»?
    Dernière modification par Obamot ; 31/03/2013 à 05h36.

  4. #33
    ansset

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par Obamot Voir le message
    D'abord la question part d'un syllogisme:

    «SI la nature ne fait pas les choses pour rien ALORS c'est donc bien que ...»

    Hum... D'ailleurs elle est fondée sur une affirmation! «il doit donc y avoir un intérêt à cela ?»

    Au plan de la biologie stricto sensu, un modeste point a été abordé ici sur l'intérêt d'une telle question:
    http://forums.futura-sciences.com/bi...ml#post4448475

    Tout le reste nous perd en conjectures — si tant est qu'il y ait du sens — tant qu'on n'a pas su répondre à cette question (et donc c'est forcément HS, puisque ça ne relève pas/plus de la biologie que de la question de l'œuf et de la poule amha.



    Quand on ne sait pas répondre, ou que la question est incongrue, l'une des technique est de remplacer un mot, par un autre similaire et ça donne:

    — «Quel est l'intérêt homéostasique de la mort»?
    justement, l'approche biologique me semble être la seule à pouvoir être débatue scientifiquement.
    et la question n'est pas incongrue.
    de dire que ce n'est qu'une simple direction qui en oublie plein d'autres, il faut expliquer lesquelles et pourquoi !

  5. #34
    Obamot

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Il n'y a aucun intérêt «biologique», sauf à nous faire comprendre que:
    — tout ce qui est homéostasique (vivant) est potentiellement instable par nature.
    — tout ce qui ne l'est pas est ...«stable»!
    (et donc mort, et par conséquent, ne peut plus avoir aucun intérêt biologique).

    Donc ici la question serait éventuellement de dire: «mort»? Oui mais jusqu'à quel point?
    Dernière modification par Obamot ; 31/03/2013 à 17h27.

  6. #35
    Loupsio

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    petit aparté pour répondre a ceci:

    C'est pas le meilleur exemple qu'on peut trouver: la couleur noire n'est pas vraiment l'idéal pour résister au soleil et à la chaleur...
    Va falloir rebosser ses cours de biologie niveau collège
    je sais pas si ca te parle absolument pas ou si tu le néglige parce que ca t'arrange pas mais si dans les pays chaud et ensoleillés (ex afrique), les peuples sont noirs et que dans les pays peu ensoleillées (ex france, irlande canada...) les peuples sont blancs c'est pas pour rien
    ca présente un intérêt,
    la mélanine absorbe les UV et évite les dégâts a la fois sur les cellules ainsi que sur l'ADN, c'est une très bonne protection contrairement a ce q u et'as l'air de penser ...
    il n'est donc pas faux de dire que ça présente un grand intérêt évolutif

    Hum... D'ailleurs elle est fondée sur une affirmation! «il doit donc y avoir un intérêt à cela ?»
    ca ne veut pas dire que c'est apparu dans le but d'aboutir à cet intérêt mais que si ça a été conservé par la nature et donc par la sélection, c'est qu'alors oui, il y a un intérêt a cette caractéristique (ce avec lequel je ne suis pas d'accord dans le cas de la mort, mais en soi la phrase n'a rien de deterministe et donc est bien dans le contexte de la biologie)

  7. #36
    Obamot

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par Loupsio Voir le message
    petit aparté pour répondre a ceci:
    Citation Envoyé par Obamot Voir le message
    C'est pas le meilleur exemple qu'on peut trouver: la couleur noire n'est pas vraiment l'idéal pour résister au soleil et à la chaleur...
    Va falloir rebosser ses cours de biologie niveau collège
    je sais pas si ca te parle absolument pas ou si tu le néglige parce que ca t'arrange pas mais si dans les pays chaud et ensoleillés (ex afrique), les peuples sont noirs et que dans les pays peu ensoleillées (ex france, irlande canada...) les peuples sont blancs c'est pas pour rien
    ca présente un intérêt,
    la mélanine absorbe les UV et évite les dégâts a la fois sur les cellules ainsi que sur l'ADN, c'est une très bonne protection contrairement a ce q u et'as l'air de penser ...
    il n'est donc pas faux de dire que ça présente un grand intérêt évolutif
    Ça c'est un point, qui a dit que c'était faux? Une autre point, le leucisme:

    Citation Envoyé par Wikipédia
    Les animaux leuciques ne sont pas plus sensibles au soleil que n’importe quel autre. Au contraire, ils y seraient même légèrement plus résistants : la couleur blanche ayant un albédo élevé, elle protège davantage de la chaleur.

  8. Publicité
  9. #37
    Flyingbike

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    on se détend et on reste dans le sujet sinon...

  10. #38
    noir_ecaille

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Primo : Nous sommes dans la section biologie, non pas épistémologie ou même psychologie.

    Secundo : En sciences, on ne cherche pas de finalisme, seulement des causalités et des comment. Le reste relève en effet de la philosophie ou de l'ontologie ou de l'idéologie personnelle -- donc sort du domaine de la biologie.

    Tertio : Il existe plus d'une définitions purement mécanistes de la vie, y compris au sens médical quand on médecin légiste fait un constat de mort par exemple. Se borner à analyser des hypothèses relative à l'intérêt biologique (et non idéologique) de la mort -- titre de ce fil ! -- n'a rien d'une question ambiguë. C'est même très clairement posé en plus de donner un champ d'analyse explicite et identifié.


    DONC pas besoin de faire dériver le fil vers des considérations hors biologie
    Dernière modification par noir_ecaille ; 01/04/2013 à 10h27.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  11. #39
    noir_ecaille

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Ne pas non plus confondre couleur blanche et dépigmentation.


    Et si on revenait sur le cas des calmars et pieuvres dont les femelles meurent à l'éclosion de leurs oeufs ? Ou encore le cas des fourmis mâles qui meurent durant l'accouplement ? Ou les éphémères qui portent si bien leur nom ?
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  12. #40
    Obamot

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Attention : cellule immortelle ne rime pas avec immortalité, mais bien cancer
    Bj. Tu peux préciser stp?

  13. #41
    noir_ecaille

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Ah non ! Ce sont des notions de lycée ou même collège, le cancer et les cellules qui ne meurent plus.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  14. #42
    noir_ecaille

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    En plus, j'ai déjà mentionné l'apoptose en post #3 de ce fil.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  15. Publicité
  16. #43
    noir_ecaille

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par Obamot Voir le message
    Il n'y a aucun intérêt «biologique», sauf à nous faire comprendre que:
    — tout ce qui est homéostasique (vivant) est potentiellement instable par nature.
    — tout ce qui ne l'est pas est ...«stable»!
    (et donc mort, et par conséquent, ne peut plus avoir aucun intérêt biologique).

    Donc ici la question serait éventuellement de dire: «mort»? Oui mais jusqu'à quel point?
    Quelques corrections :
    - la vie est un processus stabilisant justement l'édifice chimique qui la supporte en déplaçant l'entropie non souhaitée vers l'extérieure du système.
    - la mort n'a rien de stable puisqu'il s'agit d'un retour à l'entropie, laquelle amène à toujours plus de dispersion d'énergie et de chaos.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  17. #44
    DonPanic

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par Obamot Voir le message
    Il y a un truc qui échappe à toute logique dans ce fil ou c'est moi? Pour échafauder quelques hypothèses, on peut toujours. Mais partir d'une idée comme le "déterminisme en biologie" (gloups!) encore faudrait-il prouver que la vie (pardon, la "biologie") n'a que pour seule origine l'abiogenèse.
    Le truc qui échappe à toute logique est de ne pas considérer que le vivant complexe est très généralement un ensemble de cellules à durée limitée, en constant renouvellement et soumis à possibles erreurs de duplication, faute de quoi le fil se remplit de bavardages d'une vacuité abyssale

  18. #45
    DonPanic

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Et si on revenait sur le cas des calmars et pieuvres dont les femelles meurent à l'éclosion de leurs oeufs ?
    Cela aurait-il un rapport avec le cannibalisme qui caractérise les espèces précitées ?

  19. #46
    noir_ecaille

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Je n'en sais rien. Les petits mangent-ils leur mère pour chaque espèce concernée ?
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  20. #47
    DonPanic

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Non, ce sont les individus les plus forts qui s'en prennent aux individus les moins forts, le cannibalisme des pieuvres et des calmars étant préférentiellement plutôt spécifique qu'interspécifique

  21. #48
    DonPanic

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Je n'en sais rien. Les petits mangent-ils leur mère pour chaque espèce concernée ?
    Il se trouve, en règle générale, que le mâle lui, meurt vite après accouplement

  22. Publicité
  23. #49
    noir_ecaille

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Oui mais ce cannibalisme n'est pas lié à une mort programmée telle qu'on la rencontre par exemple chez les fourmis rousses mâles ou chez les éphémères ou encore chez certains arthropodes dont la portée éclot et dévore l'adulte parfois déjà mort, ou chez le saumon américain qui se transforme au cours de sa remontée des rivières et n'est plus capable de se sustenter, etc.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  24. #50
    Obamot

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    - la vie est un processus stabilisant justement l'édifice chimique qui la supporte en déplaçant l'entropie non souhaitée vers l'extérieure du système.
    Des expérience en laboratoire avec des "souris femelles blanche de race pure" (sur des souches prédisposées ou non) ne démontrent pas ça de façon absolue et plus probablement le contraire pour celles que je connais:
    As-tu des liens et des études pour prouver ces assertions?

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    - la mort n'a rien de stable puisqu'il s'agit d'un retour à l'entropie, laquelle amène à toujours plus de dispersion d'énergie et de chaos.
    No comment et sans objet !

    (Et complètement sorti du contexte explicite dans lequel c'était placé)

    [Edit: ] et en plus totalement faux: sans présence d'eau ou d'oxygène, la mort sera définitivement un état stable: ou alors il faudrait que tu nous prouves le contraire:
    As-tu des liens et des études pour prouver ces assertions?

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Quelques corrections :
    Quelles corrections? Des "corrections" fondées sur quoi? Sur un diagnostique des t.o.c ou ta formation?
    http://forums.futura-sciences.com/me...r_ecaille.html
    Dernière modification par Cendres ; 02/04/2013 à 22h34. Motif: ad hominem

  25. #51
    Obamot

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    [Edit] ... et d'ailleurs pour le premier point, question terminologie! C'est hum...

    1) Il ne faudrait quand même pas faire dire le contraire de ce qui est écrit! Alors même que le but était de «[I]mettre les aspects intrinsèques de la vie en perspective d'avec ceux de la mort!»

    2) Qui aurait prétendu ici, que l'homéostasie «n'était pas un processus stabilisant», puisqu'elle l'est? Ou plus précisément, c'est «un processus de rétablissement permanent d'équilibres en vue de cette stabilité» (ce que l'on observe apparement de manière cinglante dans la médecine du stress, tant que l'organisme parvient à rétablir une certaine stabilité), c'est ça que l'on appelle «la capacité à conserver l'équilibre en dépit des contraintes qui lui sont extérieures») d'ailleurs si elle l'est (stabilisante), c'est bien la preuve qu'elle est virtuellement instable. D'où l'emploi de ma part de l'adjectif. CQFD.

    3) J'en arrive à mon point: ce n'est pas la vie qui est un «processus stabilisant», mais bien l'homéostasie.

    4) La vie (...>) en tant que telle, est «un phénomène caractérisant l'état dynamique ou latent d'unités complexes [...]» donc en effet, comme dit justement plus haut, un état potentiellement instable! (Ça ne veut pas dire qu'il l'est — bien que... — ce n'est que potentiel — et de glauser que ce seraient «des notions de lycée ou de collège»: oui bein...)

    5) Enfin, sauf erreur de ma part, prétendre de façon aussi affirmative qu'un organisme vivant serait «stable», c'est bien mal connaître les principes de base même de la biochimie!
    Dernière modification par Cendres ; 02/04/2013 à 22h35. Motif: On n'est pas en cour de récré ni au bistrot

  26. #52
    noir_ecaille

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Mon dieu, Obamot réduit à une attaque ad hominem pour m'absoudre de lui tenir tête en toute logique ? Faut-il manquer d'argument pour en arriver là...

    Eh oui : la mort, la vie, ces définitions procèdent d'une logique procédurale mécaniste liée à l'entropie et il n'y a pas besoin de faire de longues études pour cracher une démonstration unanimement admise. À croire que mon faible passif ne m'est d'aucun secours au regard du vôtre.

    Puis quant à certaines lacunes en biologies, il m'arrive de combler les miennes avec grand plaisir mais je me fais aussi un devoir de corriger celles des argumentaires publiés ici quand j'en remarque. Visiblement peu de monde s'en offusque autant que vous le faites, jusqu'à dénigrer mon profil -- que je ne renie pas !


    1) Ça c'est vous qui tentez de nous l'imposer.
    2) Conserver un équilibre en dépit de contraintes externe, c'est bel et bien ce qu'on appelle stabiliser une situation. Ça rejoint ce que je disais plus haut. CQFD.
    3) La vie a bel et bien une définition procédurale. L'homéostasie n'est qu'un état particulier -- en principe la bonne santé.
    4) Oui ^^ la vie stabilise l'édifice chimique sur lequel elle repose et pour ça en passe par des adaptations procédurales afin d'éviter la rupture définitive du processus vie.
    5) Alors soit vous méconnaissez la biochimie et la biologie cellulaire, soit il vous manque quelques étapes qui font le lien entre les deux.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  27. #53
    myoper

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par Obamot Voir le message
    2) Qui aurait prétendu ici, que l'homéostasie «n'était pas un processus stabilisant», puisqu'elle l'est?

    Ou plus précisément, c'est «un processus de rétablissement permanent d'équilibres en vue de cette stabilité» (ce que l'on observe apparement de manière cinglante dans la médecine du stress, tant que l'organisme parvient à rétablir une certaine stabilité), c'est ça que l'on appelle «la capacité à conserver l'équilibre en dépit des contraintes qui lui sont extérieures») d'ailleurs si elle l'est (stabilisante), c'est bien la preuve qu'elle est virtuellement instable. D'où l'emploi de ma part de l'adjectif. CQFD.

    3) J'en arrive à mon point: ce n'est pas la vie qui est un «processus stabilisant», mais bien l'homéostasie.
    Je serais d'accord si on me dit la stabilité de quoi par rapport à quoi (sans définition, la vie peut être considérée comme un déséquilibre permanent en raison même des contraintes extérieures et l'homéostasie, tant qu'elle n'est pas dépassée, garde simplement un organisme dans des conditions ou un état compatible avec la vie et en adoptant ce point de vue, rattraperait ce déséquilibre permanent - avec le même mécanisme que l'hypothèse de la reine rouge - de plus, un équilibre conservé de façon stable ne montrerait pas d'évolution de l'organisme et donc pas de changement de l'espèce, pas de vieillissement de l'individu et donc l'exemple d'un effet particulier de l'homéostasie (cas du stress) ne peut rendre compte de l'effet global (de cet effet en particulier)).

  28. #54
    Obamot

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Ok, en effet: «de quoi par rapport à quoi(?)» est une question essentielle, si on n'ouble pas de rajouter «par rapport à qui et dans quelle circonstance(?)», et même «où et quand(?)» c'est ça?

    Divers points — sans prétention aucune — et au risque de me tromper:

    — précisément dans tous les cas où l'organisme est dépassé! D'ailleurs le simple fait qu'il puisse en arriver là, montre encore une fois, qu'il y a une lutte interne permanente, et en principe douce, pour que cela n'arrive pas, et qu'un "état stable", ne veut en tout cas pas dire «stabilité», ni qu'il n'y a pas de déséquilibrage/rééquilibrage, ni ne garantit que celui-ci rentrera dans les "variables d'ajustement" tolérées par l'organisme. C'est donc bien la preuve d'une stabilité relative qui ne qualifie pas un «état définitif» comme relevé abusivement plus haut amha. Puisque ce n'est en aucun cas une garantie qu'il n'est pas potentiellement plus instable dès lors qu'un stress se manifeste, ni ne sera pas "hors des clous" la seconde ou la minute suivante.

    — le simple différentiel de température peut montrer ça, qui lorsqu'il est à la baisse (même lorsqu'il restera dans les "variables d'ajutement"), pourra provoquer le fait que l'organisme aille puiser dans ses réserves de graisse, admettons que ceci reste dans l'état "homéostasie". Puis d'autres symptômes apparaissent — plus la température baisse et que chacun connaît sans doute — le sujet prend froid et pourra faire un rhume ou attraper une grippe (ceux qui sont bien malades ne pourront pas tant dire que leur état est si «stable», surtout si ils font de la température) — puis la température baisse encore, et là on en arrive éventuellement aux 3 phases de l'hypothermie avant l'issue fatale (ces phases mêmes montrent à tout moment des symptomes d'instabilité ...> ). D'ailleurs tous les symptômes ne le sont-ils pas? Sauf que le froid n'est pas une «maladie», mais une donnée banale de l'environnement autant qu'un aspect vital intrinsèque et endogène de l'organisme vivant pour SE maintenir en vie!

    — idem dans le cas inverse de hausse des températures, déshydratation, perdu dans le désert et pas moyen de se ré-hydrater... On devine la cohorte de problèmes que suggère la suite.

    Qu'on le veuille ou non, dans ces deux cas, il arrive un moment ou le corps ne peut plus assurer l'homéostasie. Il est d'ailleurs à n'en pas douter tout le temps en train de se réadapter et de réajuster les paramètres... Pas vraiment ce qui fait penser à de la «stabilité». Sauf à considérer — que la supposée stabilité se situe dans les variables d'ajustement — ça oui, c'est concevable, ça porte un nom: un «état stable» et non vraiment de la stabilité puisque c'est un état dynamique!

    Et c'est là où interviennent les particularités individuelles, et avec elles, la capacité de tolérance qui varie d'un sujet à l'autre. C'est particulièrement là où je trouvais osé de dire que la capacité à conserver l'équilibre irait de soi!

    Après on peut rentrer dans des analyses plus fines: comme le cas où certaines réactions métaboliques — selon les sujets — et qui se font très bien au bord de la mer et pas en haute montagne! Là encore, la capacité à conserver l'équilibre peut être mise à mal (manque d'oxygène + différentiel de température, etc).

    Et parfois c'est le contraire: c'est lorsque l'organisme est mis à contribution que sa capacité à conserver l'équilibre devient meilleure!

    D'ailleurs, c'est intéressant d'analyser ça en détail. Je me demande si ça ne donne pas des pistes sérieuses pour certaines réponses à donner à ce fil.

    La mort peut intervenir soudainement, mais dans les cas qui précèdent — si elle intervient — ce n'est que graduellement que le corps n'est plus en mesure de rattraper les déséquilibres. La meilleure réponse — ou en tout cas la plus raisonnable sauf erreur de ma part — serait de dire que «c'est selon»!

    Donc un principe d'homéostasie (qui ne peut-être un synonyme de stabilité, mais plutôt «d'état stable», ce qui n'est pas la même chose...) et pour autant que le "sujet" y contribue, mais point de règle absolue, j'ai bon?

  29. Publicité
  30. #55
    shmikkki

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Woh ... je ne comprend pas pourquoi tout ces long bavardage sur l'homéostasie et autres considérations épistémologiques (Obamot ... ), alors qu'on a une théorie extrêmement bien rodée en biologie évolutive pour expliquer la mort.
    Je tiens même à dire que c'est une des rares théories en biologie évolutive qui est complète, et qui a été testée expérimentalement.
    Quelque lectures:
    - Hamilton: http://www.sciencedirect.com/science...22519366901846
    - Une revue très bien faites sur le sujet par Charlesworth (c'est pas n'importe qui!): http://www.genetics.org/content/156/3/927.full
    Rien en biologie n'a de sens, si ce n'est à la lumière de l'évolution - Dobzhansky

  31. #56
    ansset

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    shmikkii je te rejoins sur la logorrhée d'Obamot avec son homéostasie.
    ( pourquoi faire simple quand ... )

    je reviens sur une remarque précédente.
    les bébé poulpes ne sont pas canibales au sens propre.
    leur mère est déjà morte ou mourante, suite à un processus biochimique programmé qui se déclanche après l'éclosion des oeufs.

  32. #57
    Flyingbike

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Dernier rappel avant l'abaissement du fatidique marteau de la justice modératrice qui consistera en une fermeture ferme et définitive de ce fil !


  33. #58
    DonPanic

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Oui mais ce cannibalisme n'est pas lié à une mort programmée telle qu'on la rencontre par exemple chez les fourmis rousses mâles ou chez les éphémères ou encore chez certains arthropodes dont la portée éclot et dévore l'adulte parfois déjà mort, ou chez le saumon américain qui se transforme au cours de sa remontée des rivières et n'est plus capable de se sustenter, etc.
    En matière de survie des espèces, je ne crois ^pas à la "programmation de la mort", je ne crois qu'à la sélection naturelle qui favorise tel ou tel comportement, telle ou telle caractéristique génétique.
    On peut postuler que la sélection naturelle a favorisé la mort après reproduction chez les espèces cannibales ou susceptibles de l'être.
    Qui dit que les saumons en forme et affamés après ponte n'auraient pas mangé leurs oeufs si l'espèce est dénuée d’instinct maternel/paternel et douée d'un fort instinct de prédation ?
    Dernière modification par DonPanic ; 02/04/2013 à 13h42.

  34. #59
    shmikkki

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par DonPanic Voir le message
    On peut postuler que la sélection naturelle a favorisé la mort après reproduction chez les espèces cannibales ou susceptibles de l'être.
    Attention à ne pas mélanger la mort d'un parent car il sert à nourrir ses petits (au sens littéral! En fait c'est simplement que l'avantage sélectif de se laisser manger par ses petits pour qu'ils survivent est plus fort que de vivre)), et la mort d'un individu après la reproduction (sénescence, qui là par contre réfère à une baisse de la sélection naturelle en fin de vie).
    Les mécanismes ne sont amha pas les même.
    Rien en biologie n'a de sens, si ce n'est à la lumière de l'évolution - Dobzhansky

  35. #60
    DonPanic

    Re : Quel est l'intérêt biologique de la mort ?

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    je reviens sur une remarque précédente.
    les bébé poulpes ne sont pas canibales au sens propre.
    leur mère est déjà morte ou mourante, suite à un processus biochimique programmé qui se déclanche après l'éclosion des oeufs.
    Chez les poulpes et les calamars, ce sont les individus forts qui sont volontiers cannibales

Sur le même thème :

Page 2 sur 4 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Quel est l'intérêt du concept de force?
    Par pakm dans le forum Physique
    Réponses: 55
    Dernier message: 28/06/2012, 17h04
  2. Quel est l'interet d'une architecture bi-processeurs?
    Par PADOLYIMF dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 1
    Dernier message: 10/09/2010, 19h49
  3. Quel est l'intérêt de la normalisation de l'erreur dans la régression
    Par saidgrd dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 10
    Dernier message: 20/05/2009, 20h43
  4. Problématique : Quel est l'intérêt de découvrir de nouvelles espèces marines?
    Par Maluclo Nigiber dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 6
    Dernier message: 17/10/2008, 15h13
  5. quel est l'interet énergetique d'une vmc double flux
    Par marcsou dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 2
    Dernier message: 03/05/2008, 00h12