Discussion fermée
Page 5 sur 14 PremièrePremière 5 DernièreDernière
Affichage des résultats 121 à 150 sur 398

Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?



  1. #121
    vince

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?


    ------

    Citation Envoyé par m2003
    ne pourrait on pas substituer une autre énergie non fossile celle-là au pétrole dont toutes les écomies modernes dépendent?
    Bonne idée !!!



    -----
    « Méfie-toi des proverbes chinois »
    (Proverbe berrichon)

  2. Publicité
  3. #122
    gandalf le white

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Eh oui d'ici 41 ans les reserve de petrole seront a seque, on devrat pousser nos voitures et etre excellent en natation pour rejoindre par exemple les Etat Unis.

    Et c'est pas mieux pour le gaz.

    Donc si on fait cad on ne change pas nos mentalité, sachant que les pays emergent du SUD en tendance a copie notre mentalité stupide cad celle qui nous fait caspillé d l'energie.

    Si on avait le courage de devellopper les energie renouvelable on en aurait pour plu longtemps.
    Mais il parait qu'un champs d'éolienne ça detruit le paysages!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  4. #123
    pilet14

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Citation Envoyé par gandalf le white

    Mais il parait qu'un champs d'éolienne ça detruit le paysages!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Eh oui un champ de plusieurs centaines de pylones de 120 mètres de haut dénature totalement un paysage... sauf bien sûr s'il s'agit d'un paysage urbain.

    La tendance est plutôt à l'enfouissement des lignes moyennes et basses tension, si c'est pour les remplacer par des pylones de cette taille là, non merci.

    Travaillons plutôt sur le géothermique et le solaire et bien sûr dans les économies d'énergie.

  5. #124
    Stephen

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Comme il l'a été dit, l'évaluation des réserves est difficile. J'ai récemment eu droit à l'avis du père d'un ami, qui a fait sa profession dans la chose. Il a écrit un petit texte, qui outre son avis contient surtout des précisions techniques sur le phénomène général.

    Actuellement, la personne qui a écrit le texte est conseiller auprès du ministre du pétrole d'un pays africain (je ne sais pas lequel) après avoir été DG d'Elf Gabon. En d'autres termes, c'est une personne dont l'activité professionnelle est de se renseigner. Ca me parait crédible, et à défaut intéressant. Je fais un copier coller ici, le texte se trouve au bout du lien suivant : http://www.gargote.com/index.php?showtopic=341 (forum privé, mais tout le monde y est le/la bienvenu(e))

    « Resource depletion »

    Voilà un sujet sur lequel j’ai eu à lire pas mal d’articles, et je me suis souvent étonné qu’ils soient écrits par des économistes et des politologues plus que par des géologues.
    C’est pour cela que l’on y trouve pas mal d’inexactitudes, qui peuvent conduire à des conclusions fausses et dangereuses, et parfois même de belles sottises.
    Je me réfère à des travaux faits par des professionnels (Society of Petroleum Engineers, SPE) géologues et ingénieurs réservoirs (mon premier métier), qui définissent ce que sont les réserves prouvées, probables, possibles et les ressources. Ce travail est une référence reconnue dans le monde entier, ce qui n’empêche pas les Etats, les Entreprises et les Universitaires de continuer à faire un somptueux mélange. (je peux les envoyer à ton amie, ou elle peut aller sur le site spe.org)

    Ce que l’on trouve dans la plupart des banques de données (style BP), les publications et articles, sont les réserves prouvées.
    A l’origine, cette notion a été suscitée par la SEC (le gendarme de la bourse américaine) pour protéger les petits actionnaires des déclarations trop optimistes des Compagnies Américaines Indépendantes (les Indies, par opposition aux Majors).
    Ce sont des réserves plus comptables que naturalistes : ce sont des PI90, c’est à dire que la probabilité de faire mieux est 90%, et moins 10%. L’ingénieur qui les calcule suit un certain nombre de règles prudentielles édictées par la profession, mais qui sont vraiment très conservatives d’un point de vue technique géologique, géophysique et réservoir.
    Ce sont ces réserves prouvées qui sont estimées aujourd’hui à 1000 milliards de barils (Gbbls), chiffre retenu par l’article de ton amie.

    Lorsque les pétroliers préparent une campagne d’exploration, ou un développement de gisements, ils se servent des réserves probables. Ce sont des PI50, 50% de probabilité de faire mieux, 50% de faire moins. Les références historiques montrent d’ailleurs que statistiquement, ce sont ces réserves probables que les pétroliers finissent par produire. Elles ont un sens plus technico-économique que les prouvées dans leur mode d’évaluation. Peu de calculs à l’échelon mondial sont publiés (dictature de la SEC et des marchés financiers), mais chaque Compagnie, chaque Etat connaît ses réserves probables. Elles peuvent être estimées à environ 30% de plus que les réserves prouvées. Soit des réserves prouvées + probables de l’ordre de 1300 Gbbls. C’est sur cette marge de 300 Gbbls que s’amusent parfois certains états en faisant passer en peu de temps du probable en prouvé (alors qu’il faut théoriquement un programme d’appréciation de la réserve dûment contrôlé, ou contrôlable).

    Il y a aussi les possibles, qui sont des PI10, mais elles présentent peu d’intérêt a mon avis, et tiennent plus du fantasme de géologue que de la réalité de la nature.

    Par contre, la notion de ressource est importante. Nous ne venons de parler que de réserves découvertes, c’est à dire pour lesquelles au moins un puits a prouvé le gisement. Or l’exploration pétrolière et gazière continue, et découvre dans le monde de nouveaux gisements, et même parfois de nouvelles provinces pétrolières. Je citerai l’offshore profond qui, complètement négligé dans les années 1990 (pour des problèmes de technologie, mais aussi de concept de dépôts) est aujourd’hui un des thèmes les plus porteurs de la profession pour les 20 années qui viennent. Les ressources sont donc des réserves que la profession pétrolière pense pouvoir raisonnablement découvrir, dans un certain contexte de prix, et avec des extrapolations de progrès technologiques raisonnables. On peut les estimer, avec un brut à 20-25 $/bbl, à 700 Gbbls.

    Conclusion : sans augmentation notable de prix, et avec une technologie qui évolue normalement, le monde a devant lui environ 2000 Gbbls de réserves probables + ressources conventionnelles.
    Si l’on ajoute à cela que les réserves non conventionnelles pointent de plus en plus leur nez, y compris avec des économies compatibles avec des prix de 20 $/bbl (sables du Canada, huiles lourdes du Venezuela), et grâce à des progrès technologiques constants (les ingénieurs ne s’arrêtent jamais d’inventer !), on voit que la limite physique est bien plus loin que ce qu’on dit.
    En outre, dans un scénario de plus grande rareté, les prix augmenteront et les ingénieurs (toujours eux) pourront alors mettre en œuvre des techniques de récupération assistée, dites tertiaires, déjà bien maîtrisées mais non rentables aux prix actuels, et qui seront en mesure d’extraire de gisements déjà découverts plusieurs dizaines de % supplémentaires (on laisse actuellement 75% du pétrole en place, et on sait que techniquement, en y mettant le prix, on doit pouvoir n’en laisser que 50%).
    Tout ceci doit pouvoir, avec un brut à 50$/bbl, rajouter encore 1000 Gbbls.

    La déplétion existe, car les quantités sont finies (quoiqu’il se forme encore un petit peu de pétrole chaque jour, mais l’humanité n’aura pas la patience de l’attendre quelques centaines de millions d’années), mais l’échéance est plus lointaine qu’on ne veut bien le dire. C’est probablement pour cela que les politiques de substitution ont beaucoup de mal à se mettre en place ; les 40 années de réserves au rythme actuel de consommation se réfèrent aux réserves prouvées. Si tu as réussi à me suivre, tu peux multiplier par au moins 3.
    Je ne crois donc pas du tout au pic de 2010.

    La problématique pour le gaz est la même : les définitions de réserves prouvées, probables, possibles et ressources sont identiques. Les publications ne concernent que les réserves prouvées, auxquelles le prospectiviste se doit de rajouter les probables, les ressources, et les potentialités de non conventionnelles (gaz d’hydrates en quantité considérables, posant de gros problèmes d’exploitation, mais déjà sujets de recherches importantes des Japonais).

    Sur la répartition géographique des réserves de pétrole, on peut raisonnablement penser que le ratio des prouvées (70% dans un rayon de 1500 km autour de Ryad) se retrouve plus ou moins homothétiquement dans les probables, les ressources, la récupération tertiaire, voire les non conventionnelles. L’Occident dépendra donc tôt ou tard du bon vouloir des bédouins (ce qui me remplit de joie !).
    Pour le gaz, la part du Moyen-Orient est notablement sous-estimée : en effet, calculée sur les réserves prouvées (donc découvertes), cette part favorise l’ex URSS, largement explorée, au détriment du Moyen-Orient que le gaz intéressait peu et qui donc ne l’explorait pas. L’exemple le plus parlant est l’Arabie Saoudite : en général, le gaz se trouve dans des couches plus profondes que le pétrole (donc plus coûteuses à atteindre). Les puits s’arrêtent la plupart du temps dans les couches à pétrole. Or, les rares qui sont allés plus profond, dans le Khuff, ont quasiment tous trouvé du gaz. Le jour où le Moyen-Orient fera vraiment de l’exploration gaz, je pense que le ratio tendra vers celui du pétrole (70% dans notre fameux rayon de 1500 km qui inclut, outre la péninsule arabique, l’Irak et l’Iran). Cela aussi me remplit de joie !

    Voilà en vrac ce que je pense de la « resource depletion » ; ce sont des concepts bien connus des techniciens du pétrole, mais qui montent rarement au niveau des CEO des Compagnies et des Ministres du Pétrole (trop à long terme, la vision de ces gens est de plus en plus le prochain trimestre).
    J’ai relevé dans l’article de ton amie quelques autres inexactitudes, mais très mineures.
    En matière de politique de substitution, ce n’est pas parce que je vois le point d’inflexion plus lointain que ton amie que je pense qu’il faut se croiser les bras. La quantité d’énergie à déplacer à échéance d’un gros siècle est telle qu’il faudrait effectivement se lancer dès maintenant dans des politiques de recherches et d’incitations des alternatives(sans parler du problème du rejet des gaz à effets de serre). Souhaitons que l’Europe donne l’exemple, car je pense que les Américains seront durablement culturellement incapables d’une telle démarche (je suis un peu anti-américaniste primaire).

    Chamonix, août 2002, un jour de pluie.
    Voilà, ceci donne un point de vue supplémentaire, et le bémol final compense le fait qu'il soit relativement optimiste : il faut s'inquiéter des ressources, et ce n'est certainement pas parce qu'il reste plein de brut qu'il faut continuer à chasser le buffle avec son 4x4 en plein Paris

  6. #125
    vince

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Merci pour ce point de vue assez éclairant je pense.

    Reste à savoir si le recul du peak oil est une bonne nouvelle ou pas...
    « Méfie-toi des proverbes chinois »
    (Proverbe berrichon)

  7. #126
    Alain2

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Mouai. Effectivement, à priori, le CV de ce monsieur est impressionnant. Mais il semble quand même que ça fait un bout de temps (20 ans) qu'il n'est plus dans la prospection pure, mais plutot dans le financier et le politique. Alors, c'est vrai qu'il fait de la veille technologique. Mais, la veille technologique, c'est vaste. Ca peut signifier un peu tout et n'importe quoi. A mon avis, c'est assez différent de quelqu'un qui défend un point de vue et qui, du coup, est obligé de bétonner ses positions pour ne pas être attaquable. Bref, il a l'air de s'y connaitre, c'est indéniable, mais il n'est apparemment pas dans la position de la personne qui à analysé à fond le problème du peak-oil.

    Alors, on pourrait se dire qu'étant de la partie, il connait quand même bien le problème des théories du peak-oil, même si ça n'est pas son pain quotidien.

    Le problème, c'est qu'on ne peut pas dire que ça commence très bien. Il dit que les théories sur le peak-oil émanent surtout d'économistes et de journalistes. Or, c'est totalement faux. Ca émane surtout de géologues tout aussi spécialistes que lui, et même plus. Et ce sont au contraire les économistes et les journalistes qui ont tendance à relativiser le problème du peak-oil. Donc, ça commence plutot mal, puisqu'il ne semble pas savoir qui dit quoi.

    Alors, si la suite était convaincante, on passerait sur ce mauvais début. Le problème, c'est que la suite n'est pas précise. C'était apparemment une simple conversation raportée par la suite. Mais bon, il reste que ça n'est pas précis, et donc, pas convaincant. En plus de ne pas être précis, d'après ce dont je me souviens, les géologues défendant la thèse du peak-oil semblent avoir déjà répondu à un certain nombre de points soulevés.

    L'off-shore profond ne semble toujours pas porter ses fruits. A propos des réserves, sur lesquelles il semble optimiste, des scandales récents ont montré que les compagnies les avaient surrestimées, comme le disent les géologues du peak-oil. La recherche de nouveaux gisements semble ne rien avoir donné de satisfaisant depuis une quinzaine d'années. Lui nous dit que "ca va marcher". Ben oui, mais bon..., depuis 15 ans, ça ne marche pas bien.

    Il évoque les sables bitumineux, les huiles lourdes. Pour le moment, leur exploitation reste dans les limbes. Il se contente de croire à l'avancée de la science sur ce sujet. Bref, rien de concret. Et puis, il semble que les hydrate de carbone soient une grosse arnaque. Un truc inexploitable. Or, il en parle comme d'une possibilité grace aux avancée de la recherche. Pas convaincant. Les géologues du peak-oil, eux, sont plus précis et convaincant sur le sujet (même si c'est hélas, de façon négative).

    Il évoque le gaz qui serait en réserves gigantesque au moyen-orient, mais qu'on n'aurait pas encore cherché à exploiter. Là encore, on est obligé de se fier uniquement à son pif.

    Pourtant, j'aimerais bien qu'il ait raison. Parce que le peak-oil ne m'enchante pas du tout. Mais, par rapport aux théoriciens du peak-oil, il ne me convainc pas.

  8. Publicité
  9. #127
    Jarod

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Selon le monde, le marché des hydrocarbures s'affoellent: http://www.lemonde.fr/web/article/0,...-374464,0.html

    Le baril a atteint les 44 dollars pour les flemards du soir...[mince...ou y sont les smileys?]

    Reste a attendre qu'il atteigne la barre des 50 dollards, pour voir si certaines technologies deviennent rentables.
    Mais il faudra du temps pour les mettre en place.Que fera le cours du pétrole pendant ce temps?

  10. #128
    Chris77

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Citation Envoyé par Alain2
    Il dit que les théories sur le peak-oil émanent surtout d'économistes et de journalistes. Or, c'est totalement faux. Ca émane surtout de géologues tout aussi spécialistes que lui, et même plus.
    J'ai l'impression que ces géologues ne font pas leur boulot, alors...
    Définition : Le géologue est un homme de terrain qui étudie la surface et les entrailles de la Terre. C’est également un homme de laboratoire, chargé d’analyser ses observations et de proposer de nouvelles interprétations.
    Alors si je comprends bien, le peak-oil est pas du ressort des géologues !

  11. #129
    Bufo v

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Salut

    Citation Envoyé par Jarod
    Le baril a atteint les 44 dollars pour les flemards du soir
    Si j'ai bien compris ce serait le deuxième prix le plus élevé jamais enregistré !
    Et l'OPEP annonce qu'elle ne produira pas (ne peut pas ?) davantage avant plusieurs mois...

    Bufo v

  12. #130
    Quisit

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Je trouve le texte de Stephen très interressant, et bien informé (puisque quelqu'un de la partie)

    il reste néanmoins deux ou trois bémols à apporter, et là dessus je rejoins Alain

    1- Jean Laherrere aussi est géologue de carrière pour les compagnies pétrolière et a exactement l'avis opposé (ce qui ne prouve rien, mais nous ferait pencher plutot pour une voie médiane entre les deux témoignages)

    2- le procès retentissant de la SHELL conforte les visions de Laherrere : certaines compagnies, loin d'annoncer des reserves effectives, font passer les probables pour des prouvées, et pas l'inverse comme l'affirme le géologue de Stephen (et ça ça change tout)

    néanmoins une personne du métier nous affirme que les reserves alternatives ou les méthodes d'extraction supplémentaires sont plus à portées de main que les pessimistes veulent le croire...là dessus, il faudrait encore d'autres témoignages pour ce faire une idée précise

    Par exemple : l'offshore profond; a t on réellement découvert et exploité un grand champs en offshore profond ? je n'ai rien trouvé la dessus sur le Net, par contre pour les shistes bitumineux d'Alaska, ce géologue à raison... on commence d'hors et déjà à produire...
    Dernière modification par Quisit ; 04/08/2004 à 09h22.

  13. #131
    Jarod

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?


  14. #132
    pi-r2

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Sur le prix du pétrole: c'est le prix du pétrole qui monte ou le $ qui baisse ?
    En euros, la hausse est beaucoup plus relative.

  15. Publicité
  16. #133
    Quisit

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Le prix du brut monte pour tous, mais plus pour les US puisque leur économie étant liée au pétrole, leur monnaie se déprécie..ça se mord la queue

    Bon une astuce : vous possédez un diesel ? le litre d'huile de colza est à 0,79€ à Lidl - celui de gazole est à 0,88 en ce moment...roulez à l'huile ! (dans le doute ne dépassez pas les 50% ! ) et bonne route !

  17. #134
    jmb59

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    existe-t-il un site où on peut voir le prix du brut en direct ?

  18. #135
    Marc

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Essaye des sites comme Boursorama, yahoo finance, ...
    Les cours seront décalés de 20 minutes ...

    C'est pour quoi faire ?

    Marc

  19. #136
    jmb59

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    C'est juste pour m'informer. Je vous souvent des articles avec le prix du brut de la veille, mais jamais de site où l'on peut voir le cours du brut en direct.
    J'ai déjà essayé yahoo (.fr et .com) mais ils ne donnent que des "indices" : des valeurs moyenne des cotations des compagnies pétrolière (total, exxon, bp, ...) jamais le cours du brut. je vais essayer Boursorama. Merci

  20. #137
    Marc

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Citation Envoyé par jmb59
    J'ai déjà essayé yahoo (.fr et .com) mais ils ne donnent que des "indices" : des valeurs moyenne des cotations des compagnies pétrolière (total, exxon, bp, ...) jamais le cours du brut. je vais essayer Boursorama. Merci
    Effectivement sur yahoo ce ne sont que des indices.
    Va voir sur :
    http://www.infinitytrading.com/futur...rage_chart.php
    En réalité, sur ces marchés, ce sont des futures qui traitent. En ce moment pour le pétrole c'est le futur sept04. Pour ton info, cela représente l'anticipation des investisseurs pour le cours du barril en septembre ...

    Marc

  21. #138
    jmb59

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    excellent. Merci beaucoup

  22. Publicité
  23. #139
    aristarque

    Post Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Citation Envoyé par Bufo v
    Salut


    Si j'ai bien compris ce serait le deuxième prix le plus élevé jamais enregistré !
    Et l'OPEP annonce qu'elle ne produira pas (ne peut pas ?) davantage avant plusieurs mois...

    Bufo v
    Je lis page 17 du quotidien "Les Échos" du 4 août 2004 :
    Interview - Le président de l'institut français du pétrole - Olivier Appert : "En monnaie constante, le pétrole coûte moitié moins cher qu'au début des années 1980"

    Sur la même page, on peut lire un article sur Toyota, dont la Prius, véhicule mixte électricité-essence s'est vendu à 22000 exemplaires au premier semestre 2004 aux États-Unis.

  24. #140
    ds9

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Je n'ai lu tout les messages alors excuser moi si cela a déja ete dit.

    C'ezst peut être pessimiste mais vous pensez au conséquences économiques, il n'y a pas que ca, Pensez vous que la chine (ou d'autres) qui a besoin d'enormement de pétrole pour sa croissance restera les bras croise quand les premiers effets du tarrissement du petrole, il pourront se lancer dans une guerre pour controler les sites dont ils ont besoin pour assurer leur avenir??(russie par exemple)

    Esperont qu'on n'en arrivera pas a ce point.

    Sinon on n'a interet a ce bouger sérieusement pour éviter ce genre de conséquences qui seront pire que tout, une petite guerre nucleaire plus une crise du pétrole et on est vraiment mal barre.

  25. #141
    Bufo v

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Citation Envoyé par aristarque
    Je lis page 17 du quotidien "Les Échos" du 4 août 2004 :
    Interview - Le président de l'institut français du pétrole - Olivier Appert : "En monnaie constante, le pétrole coûte moitié moins cher qu'au début des années 1980"
    En effet, vers 1980 le prix du baril, en dollars constants, avait atteint près de 80$, contre 44$ et des brouettes ces jours-ci; Il n'en reste pas moins que c'est bien la deuxième valeur la plus élevée enregistrée, supérieure au premier choc pétrolier de 73, toujours en dollars constants.
    (En fait il y en a une autre encore plus élevée, vers 1860, env 92$, mais la production devait être anecdotique)
    Bufo v

  26. #142
    aristarque

    Lightbulb Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Il y a une émission sur le pic de la production de pétrole sur France Culture :

    http://www.radiofrance.fr/chaines/fr...ience_culture/

    et cliquer sur "écouter l'émission".

  27. #143
    vince

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    La Une du Monde.fr ce soir :

    Alors que la hausse des cours du pétrole continue, les experts s'inquiètent de l'extinction des réserves

    (...)

    Les estimations pour le "pic" varient en fait de 2004 à 2048, mais la date médiane de 2020, fondée sur des réserves prouvées de l'ordre de 1 050 milliards de barils, est la plus fréquemment citée : elle signifierait une production toujours importante jusqu'en 2050 (correspondant encore à la moitié des besoins). Selon cette thèse, le pétrole sera encore produit jusqu'à la fin du XXIe siècle.




    Mais, selon l'association, les estimations fournies par les pays producteurs ne sauraient être prises pour argent comptant, et les réserves prouvées avoisineraient seulement les 878 milliards de barils.


    Devant l'ampleur des enjeux, l'ASPO reproche aux gouvernements et aux compagnies pétrolières de dissimuler la vérité au grand public pour des motifs politiques et économiques peu avouables. De leur côté, les professionnels du pétrole murmurent que les membres du réseau, souvent des retraités des majors du pétrole ou des universitaires, sont quelque peu dépassés en termes de technique et de statistiques.


    Quel que soit l'état effectif des réserves, le problème est bien réel. Il est exacerbé par leur forte concentration au Moyen-Orient et par l'envolée continue de la demande : selon l'Agence internationale de l'énergie, le marché pourrait connaître une croissance de l'ordre des deux tiers d'ici 2030, et réclamera de gigantesques investissements.


    La récente hausse des prix du pétrole à plus de 40 dollars le baril ne suscite pas pour l'instant de débat sur le mode de consommation des ressources, les politiques s'inquiétant tout au plus de ses conséquences pour la croissance économique.
    « Méfie-toi des proverbes chinois »
    (Proverbe berrichon)

  28. #144
    Bufo v

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Citation du Monde
    De leur côté, les professionnels du pétrole murmurent que les membres du réseau, souvent des retraités des majors du pétrole ou des universitaires, sont quelque peu dépassés en termes de technique et de statistiques.
    Ouais, mais que je sache les fameux professionnels n'apportent guère de réponses argumentées. Peut être considèrent-ils que les béotiens que nous sommes n'ont aucune justification à savoir.
    Mais après tout c'est plutôt leur intérêt de nier, non ?
    Question idiote : Est-ce que le pédégé licencié (de Shell me semble) était un retraité sénile ? Si oui dommage pour eux !
    Bufo v

  29. Publicité
  30. #145
    vince

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Citation Envoyé par Bufo v
    Question idiote : Est-ce que le pédégé licencié (de Shell me semble) était un retraité sénile ?
    Désormais, oui !
    « Méfie-toi des proverbes chinois »
    (Proverbe berrichon)

  31. #146
    gargulp

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    A propos du pdg de Shell, tu peux voir la discussion sur son interview (sur les émissions de CO2) qui a choqué la profession :
    http://forums.futura-sciences.com/sh...ad.php?t=10888
    Modélisez le climat avec votre PC en
    participant au projet climateprediction.net !

  32. #147
    Jarod

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Apparemment on ne peut pas produire plus, mais il y a des réserves sauf que pour les exploités il faut du temps.Donc on pourrait tres bien voir deux pic bien que le deuxieme soit le dernier et annonce le declin irrémediable de la production....

  33. #148
    ds9

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    PARU DANS OUEST FRANCE, CE MATIN
    Fait du jour

    La production commencerait à décroître avant quinze ans
    Le pétrole pas cher, c'est terminé


    Même si le pétrole irakien revient normalement sur les marchés, cela n'empêchera pas les cours de continuer leur ascension : les réserves s'épuisent sans que l'on ait encore vraiment réfléchi à son remplacement.Reuters



    Mad Max 2, ça vous rappelle quelque chose ? Un film australien à budget réduit, qui a fait un tabac, en 1981, racontant les soubresauts d'une société post-apocalyptique dans laquelle il faut risquer sa peau pour faire main basse sur une goutte de pétrole. Fiction ? Rien n'est moins sûr.
    Depuis plusieurs mois déjà, l'Aspo (Association for the study of peak oil) tire la sonnette d'alarme : nous allons bientôt manquer de pétrole ! Or, les membres de cette association ne sont pas, a priori, de pittoresques farfelus : Colin Campbell a travaillé chez Texaco, Kenneth Deffeyes chez Shell, Jean Lahérrère chez Total. Matthew Simmons conseille même George W. Bush en matière énergétique.

    Ce qui n'empêche pas leurs détracteurs de les dépeindre comme un « club de retraités », plus vraiment très au fait des progrès techniques intervenus dans l'extraction pétrolière.

    Des réserves, oui mais lesquelles ?

    Mais ce qui est plus troublant, c'est que les écarts de prévisions entre « pessimistes » et « optimistes » en matière de fin de l'âge d'or sont minces : pour les premiers, la production de pétrole commencera à décliner vers 2010, pour les seconds (Agence internationale de l'énergie, Institut français du pétrole), la fin de l'abondance interviendra en... 2020-2030 !

    L'embêtant, c'est que la production d'or noir va commencer à décroître alors que les besoins s'envolent (Chine, États-Unis, Inde...). En 2030, la consommation aura augmenté, selon les experts, de 60 %. Or, depuis 25 ans, on ne trouve plus grand-chose dans le sous-sol quand on creuse : en Arabie saoudite, la plus grosse partie de la production vient de champs découverts voici cinquante ans.

    La question des réserves encore existantes divise aussi les experts, tout comme le sens qu'il faut donner au mot « réserve ». Pour les Américains, c'est « l'ensemble du pétrole que l'on considère raisonnablement pouvoir extraire à l'avenir, à partir de ressources physiques connues, compte-tenu des conditions techniques et économiques du moment ».

    Mais, pour tous les autres pays du monde, c'est l'addition des réserves « prouvées » (définies ci-dessus) et d'une partie de réserves « probables » ou « possibles » qui correspondent à la partie récupérable, à l'avenir, de ressources non découvertes mais à l'existence plausible...

    Autant dire que les chiffres actuellement avancés par les pays producteurs sont hautement suspects. Leur réalité sont des secrets d'État jalousement gardés. Et pour cause : ces réserves servent de base de calcul aux pays producteurs de l'Opep pour définir leurs quotas.

    Revoir leurs estimations de réserves à la baisse signifierait pour eux produire moins, donc engranger moins de dollars. Et voilà pourquoi, alors que nous consommons 75 millions de barils par jour, les estimations de réserves n'ont - bizarrement - pas bougé d'un poil depuis quinze ans. A croire que les puits sont sans fond !

    Ce qui est certain, en revanche, c'est que, dans un avenir proche, nous n'aurons plus assez de pétrole pour, à la fois, nous chauffer, nous éclairer et faire marcher voitures et avions. D'une certaine manière, un baril de pétrole à 45 dollars, en hausse constante, peut aider nos politiques (bien silencieux sur le sujet) à faciliter la transition d'une civilisation du pétrole abondant et pas cher d'aujourd'hui vers l'ère de l'or noir rare et hors de prix.

    Dans les années 70, choc pétrolier aidant, le prix du baril avait été multiplié par dix. Nos économies, grandes dévoreuses d'énergie, s'étaient alors mises à chasser farouchement le gaspi. Avec succès : la consommation mondiale avait plongé, mettant quinze ans à revenir à son niveau de 1970. Ils serait temps d'y repenser. Sérieusement.

    Pierre PINSON.

  34. #149
    aristarque

    Post Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Citation Envoyé par ds9
    PARU DANS OUEST FRANCE, CE MATIN

    Mad Max 2, ça vous rappelle quelque chose ? Un film australien à budget réduit, qui a fait un tabac, en 1981, racontant les soubresauts d'une société post-apocalyptique dans laquelle il faut risquer sa peau pour faire main basse sur une goutte de pétrole.

    Pierre PINSON.
    Pour se faire peur, il n'y a qu'à remarquer, comme l'indique l'un des participants à l'émission de France Culture que j'ai mentionnée, que nous avons sous la main deux exemples de sociétés qui sont passées d'un pétrole bon marché à un pétrole cher : Cuba et la Corée du Nord qui ont dû se passer de la manne du pétrole soviétique au début des années 90.

    Il faut donc souhaiter que le renchérissement du pétrole se fera progressivement et non brutalement comme ce fut le cas pour ces deux pays.

  35. #150
    Liensun

    Re : Fin du pétrole AVANT 2037, canular ou vérité ?

    Hier 13 août, le baril a clôturé à 46.58$...

Page 5 sur 14 PremièrePremière 5 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Vivement la fin du pétrole!
    Par cedbont dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 167
    Dernier message: 08/02/2011, 12h43
  2. fin d'internet canular ou vérité?
    Par unefilledu33 dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 34
    Dernier message: 13/01/2009, 16h19
  3. Conséquences de la fin du pétrole
    Par Narduccio dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 536
    Dernier message: 31/08/2005, 04h15