Répondre à la discussion
Page 1 sur 5 12 3 4 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 144

Variants et éradication



  1. #1
    Archi3

    Variants et éradication


    ------

    Bonjour

    je me suis fait une petite réflexion ce matin au sujet de l'apparition des variants et ses conséquences sur la propagation;
    Dans la suite j'essaie autant que possible de rester factuel et de ne parler que des choses mathématiquement prouvées, au risque "d'enfoncer des portes ouvertes".

    Rappelons que dans un modèle simple homogène sans immunité, le nombre de contagions quotidiennes varie exponentiellement en R^(t/T)= exp (t ln(R)/T) , où R est le taux de reproduction (le nombre de malades contaminé en moyenne par un malade ) et T un temps caractéristique pendant lequel on est contagieux. Il y a d'ailleurs une indétermination sur les valeurs de R et de T, chiffrer numériquement R demande une évaluation de T (de l'ordre de 6 jours pour la covid), mais on peut simplifier le problème en posant r = R^(1/T) soit ln(r) = ln(R)/T , on a simplement N(t) = A r^t soit lnN(t) = ln(A) + t ln(r)

    Evidemment l'hypothèse r constant est trop simpliste mais on voit que localement on peut toujours définir r par ln r = d ln N(t) /dt donc r = exp( d ln (N) /dt). c'est une définition formelle de r(t) qu'on peut d'ailleurs toujours prendre et indépendant de tout modèle et de toute explication.
    Définissons donc de manière générale r(t) par exp( d ln(N(t) ) /dt) (notons que N(t) peut aussi etre pris comme un nombre de décès, d'hospitalisations, ou de ce qu'on veut, mais si on veut que r(t) représente la circulation du virus c'est plus logique de le prendre à partir du nombre de contaminations). Notons aussi que ln(R(t) ) et ln(r(t)) sont de même signes donc le critère est le même, l'épidémie croit quand R et r sont > 1 et décroit quand R et r sont < 1 .

    Maintenant on constate que les politiques face à l'épidémie sont soit de type "éradication" (quelques pays très peu nombreux ayant maintenu un r(t) < 1.), ou plus souvent "d'étalement" ou de "contrôle" visant à limiter N(t) à des valeurs supportables. Dans cette dernière politique (suivie en France), le nombre N(t) va osciller entre des valeurs avec un certain asservissement, puisqu'on réagit en mettant des mesures plus strictes quand il s'approche de certaines limites, mais on relâche ces mesures quand il baisse. La conséquence pratique est que N(t) varie entre 2 limites finies A et B.

    il est facile d'en déduire une conséquence mathématique simple : dans une politique de contrôle, où N(t) oscille entre deux valeurs extrêmes A et B, la valeur moyenne de ln(r) tend vers zéro .

    C'est une simple conséquence de la définition de la valeur moyenne sur un temps T <ln(r)> = 1/T ∫ ln(r) dt = 1/T ∫ d ln N /dt dt = [ln(N) - ln(No)]/T < ln(B/A)/T , borné supérieurement par une quantité tendant vers zéro.

    (Les physiciens reconnaitront peut etre un genre de raisonnement appliqué dans le "théorème du viriel" )


    Autrement dit r (et R) oscillent autour de 1. On peut le constater observationnellement sur toutes les courbes de R(t) publiées, elles tendent à osciller autour de 1 en s'amortissant. La politique de contrôle a pour conséquence d'asservir R autour de la valeur 1, c'est mathématique.

    La remarque que j'avais faite dans d'autre fils, c'est que asservir R à une valeur Ro <1 assurerait la disparition exponentielle de l'épidémie, mais beaucoup de réactions m'ont dit que c'était impossible, à part dans des dictatures , etc ...

    La réflexion que je me fais avec le développement actuel , c'est qu'en présence de plusieurs variants, la propagation globale finit par être dominée par le variant le plus contagieux, et donc , les mesures sociales s'ajustent à cette valeur maximale. Le raisonnement précédent montre donc que c'est la valeur maximale de R, du variant le plus contagieux, qui est asservie autour de 1.

    Mais cela implique donc que la valeur de R des variants moins contagieux est asservie à une valeur Ro <1 , et que donc limiter la progression globale fait décroitre les variants moins contagieux.

    Et c'est bien ce qu'on a constaté, le variant anglais a augmenté ce dernier mois alors que le total restait stable, ce qui veut dire que le variant historique a décru, et est en voie d'extinction. La présence simultanée de plusieurs variant et la politique de contrôle s'ajustant sur les chiffres de circulation conduit mathématiquement à une sélection de la souche la plus contagieuse et la disparition des autres.

    A noter qu'on a déjà observé ce phénomène ... sur la grippe. Il n'y a pas eu d'épidémie de grippe cet hiver et il n'y en aura probablement pas, parce que les mesures de confinement qui ont assuré une propagation controlée pour la covid, ont aussi maintenu le R de la grippe en dessous de 1.

    Le paradoxe est qu'une politique jugée impossible à appliquer pour les variants moins contagieux quand ils sont seuls, devient automatiquement appliquée en présence d'un variant plus contagieux . Ces variants seront éradiqués ... grâce aux autres variants !

    Ca doit faire réfléchir je pense sur la caractère "possible" ou "impossible" d'une politique d'éradication, l'acceptabilité sociale est totalement dépendante du contexte psychologique dans laquelle elle se produit.

    -----
    Le plus dur n'est pas de piger les raisonnements compliqués, mais d'accepter les simples.

  2. Publicité
  3. #2
    Fustigator

    Re : Variants et éradication

    Faudra qu'un jour quelqu'un fasse le bilan du trafic internet entraîné par cette histoire de Covid puis, ensuite, fasse le rapport avec le nombre de décés; on comparera ensuite le résultat obtenu avec la longueur moyenne d'une notice nécrologique.

  4. #3
    polo974

    Re : Variants et éradication

    Ok, il ne te reste plus qu'à trouver un variant plus contagieux, mais totalement bénin...


    Le variant "moins" disparaît du fait de son remplacement par le variant "plus" et non pas du fait de nos mesures de protection.
    Jusqu'ici tout va bien...

  5. #4
    Archi3

    Re : Variants et éradication

    si il est bénin, il n'y a pas d'asservissement , on ne réagit que quand les services hospitaliers commencent à être débordés ...
    Le plus dur n'est pas de piger les raisonnements compliqués, mais d'accepter les simples.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    syborgg

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par Fustigator Voir le message
    Faudra qu'un jour quelqu'un fasse le bilan du trafic internet entraîné par cette histoire de Covid puis, ensuite, fasse le rapport avec le nombre de décés; on comparera ensuite le résultat obtenu avec la longueur moyenne d'une notice nécrologique.
    Oui et tu as oublie aussi de prendre alors le log de la difference, et d'appliquer le fameux theoreme de Bernstein pour en tirer une conclusion probabiliste Bayesienne...
    En d'autres termes : qui se pose la question de la pertinence de l'application de beaux modeles mathematiques a l'epidemiologie ?.....de leur degre de predictivite ?.... Dans d'autres domaines il est beaucoup plus clair que les modeles mathematiques sont predictifs avec une bonne marge de certitude, notamment le climat. Mais l'epidemiologie est ce si clair ?...

  8. #6
    polo974

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par Archi3 Voir le message
    si il est bénin, il n'y a pas d'asservissement , on ne réagit que quand les services hospitaliers commencent à être débordés ...
    Il remplacera quand même les affreux jojos actuels.

    Et donc, si, on continuera un moment à asservir, mais en relaxant les contraintes, jusqu'à toutes les lever

    Tout ça bien sûr au conditionnel improbable ( de trouver un gentil très contagieux )...
    Dernière modification par polo974 ; 26/02/2021 à 09h34. Motif: virgule
    Jusqu'ici tout va bien...

  9. Publicité
  10. #7
    MissJenny

    Re : Variants et éradication

    au lieu de bricoler, pourquoi ne pas utiliser les résultats connus dans ce domaine? notamment sur probabilité d'extinction dans une modèle épidémique (processus de branchement si tu veux rester simple, ou par exemple le modèle de Reed-Frost). Si tu veux vraiment développer des idées nouvelles je te conseille de lire le livre de Daley & Gani "Epidemic modelling".

  11. #8
    Archi3

    Re : Variants et éradication

    merci pour la référence, je ne cherche pas spécialement de précision dans l'évaluation, ma réflexion était plutot sociétale, c'est que quelque chose jugé "impossible" dans un certain contexte devenait quasiment "certain" dans un autre contexte - et de le prouver scientifiquement.

    Evidemment il y a un autre phénomène qui assure la suprématie d'un variant plus contagieux, c'est la rapidité de sa diffusion et l'immunité qu'il peut procurer face aux autres variants. Mais là il ne s'agit pas de ce phénomène, il s'agit des mesures de contrôle social qui sont prises en rétroaction de la diffusion du virus. Ces mesures résultent d'une stratégie politique, ils ne peuvent pas être décrits par un modèle purement épidémiologique qui suppose en général que les conditions sociales restent constantes (et qui est bien évidemment incapable de les modéliser de manière déterministe si elles changent). Ma réflexion est encore une fois une estimation à l'ordre zéro de l'effet de ces mesures sociales, pas une modélisation détaillée des courbes épidémiques.

    Pour moi ce n'est pas du "bricolage", c'est une estimation de la partie essentielle du processus sans tenir compte des détails qui ne changeraient pas la conclusion. Mais il semble qu'on ait une appréciation différente de ce que c'est que comprendre les facteurs importants et les facteurs secondaires dans un processus ..
    Dernière modification par Archi3 ; 26/02/2021 à 09h57.
    Le plus dur n'est pas de piger les raisonnements compliqués, mais d'accepter les simples.

  12. #9
    Archi3

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par syborgg Voir le message
    En d'autres termes : qui se pose la question de la pertinence de l'application de beaux modeles mathematiques a l'epidemiologie ?.....de leur degre de predictivite ?.... Dans d'autres domaines il est beaucoup plus clair que les modeles mathematiques sont predictifs avec une bonne marge de certitude, notamment le climat. Mais l'epidemiologie est ce si clair ?...
    personnellement je pense que les considérations que j'ai évoquées sont bien plus robustes que la plupart des prédictions sur le climat (en particulier parce que le raisonnement repose entièrement sur un asservissement de la valeur de R autour de 1, qui est une contrainte numériquement très forte et très précise, alors qu'absolument rien de ce genre n'existe à ma connaissance sur l'évolution du climat ...)
    Le plus dur n'est pas de piger les raisonnements compliqués, mais d'accepter les simples.

  13. #10
    syborgg

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par Archi3 Voir le message
    personnellement je pense que les considérations que j'ai évoquées sont bien plus robustes que la plupart des prédictions sur le climat (en particulier parce que le raisonnement repose entièrement sur un asservissement de la valeur de R autour de 1, qui est une contrainte numériquement très forte et très précise, alors qu'absolument rien de ce genre n'existe à ma connaissance sur l'évolution du climat ...)
    Il suffit simplement d'observer rétrospectivement les prédictions dans les deux cas : toutes les prédictions des modèles climatiques qui ont été faites depuis 20 ou 30 ans se sont révélées vraies après coup à ma connaissance. Ce n'est pas le cas pour les prédictions des modèles épidémiologiques faites depuis un an a propos du sars-cov-2.

  14. #11
    MissJenny

    Re : Variants et éradication

    D'accord ça n'était pas très gentil, mais je parlais de bricolage parce que tu as l'air de vouloir réinventer la roue, alors que ces question sont quand-même bien étudiées. En France il y a un groupe de chercheurs en pointe dans ce domaine à Montpellier. Leur site web : http://covid-ete.ouvaton.org/

  15. #12
    yves95210

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par syborgg Voir le message
    Il suffit simplement d'observer rétrospectivement les prédictions dans les deux cas : toutes les prédictions des modèles climatiques qui ont été faites depuis 20 ou 30 ans se sont révélées vraies après coup à ma connaissance. Ce n'est pas le cas pour les prédictions des modèles épidémiologiques faites depuis un an a propos du sars-cov-2.
    Pour la bonne raison que les prédictions des modèles climatiques ne dépendent pas de manière dont la population humaine se comporte (ou plutôt elles en dépendent de manière à peu près prédictible tant qu'aucune mesure majeure n'est prise contre les émissions de GES). Alors que l'évolution d'une épidémie dépend fortement des évolutions des mesures de contrôle, de leur acceptation et de leur application par la population, toutes choses dont les modèles épidémiologiques ne peuvent pas tenir compte, ou alors sous forme d'une variété de scénarios, dont le nombre augmente exponentiellement en fonction de la durée, et dont les incertitudes augmentent elles aussi exponentiellement.

    Le but des modèles épidémiologiques n'est pas de faire des prédictions (ou alors, à mesures et comportements constants, sur quelques semaines - et dans ce cas les approximations faites par Archi3 se justifient), mais de permettre d'étudier ces différents scénarios afin de choisir celui dont le résultat probable est le moins mauvais. Ceux qui présentent le résultat à plus long terme de l'un ou l'autre de ces scénarios comme une prédiction (en général pour justifier le choix de leur politique préférée), qui plus est sans mentionner la marge d'incertitude sur ce résultat, soit n'ont rien compris, soit font semblant.

  16. Publicité
  17. #13
    BrainMan

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par Archi3 Voir le message
    Le paradoxe est qu'une politique jugée impossible à appliquer pour les variants moins contagieux quand ils sont seuls, devient automatiquement appliquée en présence d'un variant plus contagieux . Ces variants seront éradiqués ... grâce aux autres variants !
    C'est ce que j'avais déjà expliqué dans une autre discussion.
    Le variant anglais fera disparaitre le variant historique à moyen terme, non pas du fait de la concurrence pour l'hôte entre les deux variants (hypothèse absurde même si ressassée en,car cette concurrence ne peut avoir d'effet que sur le très long terme) mais du fait qu'en sachant le variant anglais plus contagieux, on va "serrer la vis", et faire finalement l'effort qu'on aurait du faire depuis longtemps pour éradiquer le virus historique (avant que d'autres variants n'apparaissent... mais c'est trop tard).
    Si c'est pas élastique, c'est cassé.

  18. #14
    MissJenny

    Re : Variants et éradication

    Il y a compétition entre les différents variants dès que l'infection par un variant immunise, même partiellement, contre un autre variant.

  19. #15
    Archi3

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par syborgg Voir le message
    Il suffit simplement d'observer rétrospectivement les prédictions dans les deux cas : toutes les prédictions des modèles climatiques qui ont été faites depuis 20 ou 30 ans se sont révélées vraies après coup à ma connaissance. Ce n'est pas le cas pour les prédictions des modèles épidémiologiques faites depuis un an a propos du sars-cov-2.
    c'est ambitieux comme assertion, tu prétends être en possession d' une liste complète et exhaustive des deux ?
    Le plus dur n'est pas de piger les raisonnements compliqués, mais d'accepter les simples.

  20. #16
    Archi3

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par MissJenny Voir le message
    D'accord ça n'était pas très gentil, mais je parlais de bricolage parce que tu as l'air de vouloir réinventer la roue, alors que ces question sont quand-même bien étudiées. En France il y a un groupe de chercheurs en pointe dans ce domaine à Montpellier. Leur site web : http://covid-ete.ouvaton.org/
    tu me donnes un lien sur un site où il n'y a absolument rien qui ressemble avec ce que j'ai dit, en particulier sur le fait que les rétroactions sociales ont pour effet d'asservir le R de la souche plus contagieuse autour de 1, : si tu veux prouver que c'est "bien étudié" , il faudrait au minimum donner des références plus précises .. mais à part ça ça ne me gênerait aucunement que ça ait déjà été dit ailleurs.

    En revanche sur ce forum, j'ai entendu que la stratégie d'éradication était impossible, et mon raisonnement prouve le contraire quand il s'agit des souches moins virulentes.
    Le plus dur n'est pas de piger les raisonnements compliqués, mais d'accepter les simples.

  21. #17
    Archi3

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par yves95210 Voir le message
    Le but des modèles épidémiologiques n'est pas de faire des prédictions (ou alors, à mesures et comportements constants, sur quelques semaines - et dans ce cas les approximations faites par Archi3 se justifient), mais de permettre d'étudier ces différents scénarios afin de choisir celui dont le résultat probable est le moins mauvais.
    une petite correction, j'ai fait des prédictions à quelques semaines basées sur des extrapolations exponentielles simples "à comportement constant" (qui se sont à peu près vérifiées contrairement à ce que pense sybborg), mais le sujet de ce fil est très différent, puisqu'il traite exactement de l'inverse : j'estime au contraire la moyenne de R sur des temps longs, justement sans chercher à prédire des courbes précises (c'est impossible) mais au contraire en tenant compte du changement de comportement ( c'est précisément le changement de comportement qui est responsable du changement de R et de l'asservissement autour de 1, donc c'est un élément central du raisonnement ) . Et ma conclusion (que je pense très robuste) est que cette adaptation du comportement sera responsable de l'éradication des variants moins contagieux, sans que ça n'ait rien à voir avec le développement de l'immunité.
    Le plus dur n'est pas de piger les raisonnements compliqués, mais d'accepter les simples.

  22. #18
    BrainMan

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par MissJenny Voir le message
    Il y a compétition entre les différents variants dès que l'infection par un variant immunise, même partiellement, contre un autre variant.
    Et alors ?
    Si c'est pas élastique, c'est cassé.

  23. Publicité
  24. #19
    MissJenny

    Re : Variants et éradication

    le fait qu'on ne puisse pas éradiquer un virus qui a un réservoir animal est juste un fait d'observation. On n'a jamais réussi à le faire, c'est tout. Maintenant si tu as une théorie qui prouve qu'on peut le faire, tu es un bon candidat au prix Nobel. Mais comme j'ai essayé de te le suggérer , il y a pas mal de professionnels qui ont travaillé et travaillent dans ce domaine.

  25. #20
    syborgg

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par Archi3 Voir le message
    c'est ambitieux comme assertion, tu prétends être en possession d' une liste complète et exhaustive des deux ?
    Exemples choisis :
    -la fameuse 2ème vague qui devait arriver inévitablement dès le déconfinement de Mai dernier.
    -Macron le 28 octobre : ''quoi qu'on fasse à partir de maintenant, ou aura 9000 lits de reas pris par le covid a la mi novembre". Résultat des courses = 4800.
    -en Catalogne (7,5 M d'habitants), le gouvernement prévoit grace à des modèles une 3ème vague brutale en Janvier comparable à celle de Mars avec 1500 malades en réa . Finalement, pic de la 3ème vague le 1er février avec 750 lits de réa occupés.

    Pour le climat, je n'ai pas connaissance de prévisions qui s'éloigent à ce point de la réalité.

  26. #21
    Archi3

    Re : Variants et éradication

    logiquement , c'est quand meme très différent de dire "il y a eu des prédictions fausses" que "toutes les prédictions sont fausses"; Et sur le climat, tu fais vraiment un travail sérieux de recensement de toutes les prédictions, et de comparaisons aux observations ?

    si c'est vrai , c'est impressionnant !
    Le plus dur n'est pas de piger les raisonnements compliqués, mais d'accepter les simples.

  27. #22
    yves95210

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par Archi3 Voir le message
    une petite correction, j'ai fait des prédictions à quelques semaines basées sur des extrapolations exponentielles simples "à comportement constant" (qui se sont à peu près vérifiées contrairement à ce que pense sybborg), mais le sujet de ce fil est très différent, puisqu'il traite exactement de l'inverse : j'estime au contraire la moyenne de R sur des temps longs, justement sans chercher à prédire des courbes précises (c'est impossible) mais au contraire en tenant compte du changement de comportement ( c'est précisément le changement de comportement qui est responsable du changement de R et de l'asservissement autour de 1, donc c'est un élément central du raisonnement )
    Je suis d'accord. D'ailleurs j'avais fait le même raisonnement il y a quelque temps.
    Je parlais plutôt des extrapolations exponentielles que tu avais faite dans d'autres discussions et qui y avaient été critiquées (pas par moi).

    Et ma conclusion (que je pense très robuste) est que cette adaptation du comportement sera responsable de l'éradication des variants moins contagieux, sans que ça n'ait rien à voir avec le développement de l'immunité.
    Non : quels que soient les comportements ce sont les variants plus contagieux qui prendront le dessus. Sauf bien sûr si ce sont tous les variants qui sont éradiqués (100% de 0, c'est encore 0)…
    Et on aurait eu intérêt à essayer d'y arriver avant que la part du variant anglais soit aussi importante (plus de 50% des infections aujourd'hui), car cela rend évidemment plus difficile de maintenir durablement R nettement en-dessous de 1. La seule justification pour ne pas le faire était l'espoir que l'augmentation du taux d'immunité grâce à la vaccination (et la baisse de la proportion de cas graves grâce à la priorité donnée à la vaccination des plus vulnérables) soit assez rapide pour compenser l'augmentation du Ro due à la part croissante du variant anglais. Mais c'est pas gagné…

  28. #23
    syborgg

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par Archi3 Voir le message
    logiquement , c'est quand meme très différent de dire "il y a eu des prédictions fausses" que "toutes les prédictions sont fausses";
    Je n'ai jamais dis que toutes les prédictions sont fausses quelle mauvaise foi !

  29. #24
    BrainMan

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par MissJenny Voir le message
    le fait qu'on ne puisse pas éradiquer un virus qui a un réservoir animal est juste un fait d'observation. On n'a jamais réussi à le faire, c'est tout. Maintenant si tu as une théorie qui prouve qu'on peut le faire, tu es un bon candidat au prix Nobel. Mais comme j'ai essayé de te le suggérer , il y a pas mal de professionnels qui ont travaillé et travaillent dans ce domaine.
    Je ne suis pas sûr qu'on parle de la même éradication.

    Par exemple, on peut dire que les chinois ont "éradiqués" le virus dans la région de Wuhan.
    Il réapparait de manière sporadique, et pas seulement à Wuhan, certes, et il est certain que les mêmes chauve-souris etc sont tout autant infectés par les mêmes souches ancestrales qu'ils l'étaient avant la pandémie (voire maintenant par la souche historique ?), mais on peut considérer que la situation est maitrisée (jusqu'à preuve du contraire, bien sûr).

    C'est de ça je pense qu'on parle ici en disant qu'on a "éradiqué le virus", pas qu'on est allé jusque dans le permafrost pour le passer au lance-flamme.
    Si c'est pas élastique, c'est cassé.

  30. Publicité
  31. #25
    yves95210

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par syborgg Voir le message
    Exemples choisis :
    -la fameuse 2ème vague qui devait arriver inévitablement dès le déconfinement de Mai dernier.
    Tu as une référence ?
    Parce que si c'était dans l'hypothèse d'une suppression brutale de l'ensemble des mesures (ce dont il n'a jamais été question), c'était effectivement très probable.
    Et le fait de n'avoir déconfiné que progressivement n'a fait que retarder le début de la 2e vague jusqu'à début juillet, après la dernière étape du déconfinement et les premiers départs massifs en vacances : c'est à cette époque que R est remonté au-dessus de 1 (et y est resté jusqu'au couvre-feu puis au confinement fin octobre). Le début de cette vague a seulement été masqué par le fait que ce sont d'abord les jeunes qui se sont le plus contaminés (entre fin mai et fin août la proportion des >80 ans dans les admissions à l'hôpital est passée de 45% à 20%). Mais ceux qui l'avaient annoncée ne se s'étaient pas trompés.

    -Macron le 28 octobre : ''quoi qu'on fasse à partir de maintenant, ou aura 9000 lits de reas pris par le covid a la mi novembre". Résultat des courses = 4800.
    Ce n'est pas la faute des épidémiologistes si Macron a choisi de n'évoquer que la borne supérieure de l'intervalle de confiance de leurs estimations dans le pire des scénarios qu'ils envisageaient… Voici ce que disait l'avis du Conseil scientifique du 26 octobre :

    Si cette croissance devait se poursuivre au même rythme, on pourrait s’attendre à ce qu’au niveau national, le 6 novembre, 5200-6190 lits soient occupés par des patients COVID-19 dans les services de réanimation, soins intensifs et surveillance continue. (...)
    Les projections ci-dessus correspondent à un scénario où le taux de transmission reste inchangé malgré les mesures de contrôle récemment mises en place. Dans un scénario où les nombres de reproduction de base dans les régions diminuent de 0.4 à compter du 17 octobre (date de démarrage du couvre-feu), le nombre de lits occupés par des patients COVID-19 dans les services de réanimation, soins intensifs et surveillance continue le 6 novembre serait de 3840-4480 au niveau national. (...) Dans le cas d’une réduction des nombres de reproduction de base régionaux de 0.2, il faudrait compter le 6 novembre 4450-5230 lits au niveau national.
    Effectivement le premier scénario (le pire : aucun effet des mesures déjà adoptées) aurait bien conduit à environ 9000 lits de réa occupés mi-novembre : à l'époque le nombre de lits occupés augmentait de 50% par semaine.
    Dernière modification par yves95210 ; 26/02/2021 à 13h21.

  32. #26
    papy-alain

    Re : Variants et éradication

    Il faut aussi noter que le conseil scientifique avait émis fin janvier l'avis que face au nouveau variant anglais qui commençait à se répandre, il serait indiqué de procéder début février à un confinement strict de trois semaines (quand je dis strict, ça veut dire pas comme le premier où tout le monde pouvait circuler librement avec une attestation) ce qui aurait permis ensuite de rouvrir restaurants et salles de spectacle début mars. Macron n'en a pas voulu et à présent on doit se préparer à des mesures plus sévères devant la catastrophe qui s'annonce, comme le préfigure ce qui se passe à Nice, à Dunkerque et en Moselle. Quand l'IDF sera dans la même configuration que celle qui sévit actuellement à Dunkerque, ça va une fois de plus mettre les hôpitaux à genoux.
    Les météorites ne peuvent exister car il n'y a pas de pierres dans le ciel. Lavoisier.

  33. #27
    BrainMan

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par papy-alain Voir le message
    Il faut aussi noter que le conseil scientifique avait émis fin janvier l'avis que face au nouveau variant anglais qui commençait à se répandre, il serait indiqué de procéder début février à un confinement strict de trois semaines (quand je dis strict, ça veut dire pas comme le premier où tout le monde pouvait circuler librement avec une attestation) ce qui aurait permis ensuite de rouvrir restaurants et salles de spectacle début mars. Macron n'en a pas voulu et à présent on doit se préparer à des mesures plus sévères devant la catastrophe qui s'annonce, comme le préfigure ce qui se passe à Nice, à Dunkerque et en Moselle. Quand l'IDF sera dans la même configuration que celle qui sévit actuellement à Dunkerque, ça va une fois de plus mettre les hôpitaux à genoux.
    D'après ce que j'ai lu dans le document fourni par Yves95210 dans le post #170
    Si le confinement est retardé d’une semaine, il faudra une semaine de plus pour atteindre l’objectif de 5000 cas
    . Cela veut dire que la remontée des cas sera également décalée d’une semaine, laissant plus de temps pour la mise en place d’une stratégie de contrôle et traitement en sortie de confinement
    https://solidarites-sante.gouv.fr/IM...nvier_2021.pdf

    (et qui me parait crédible) le fait de retarder actuellement (j'insiste sur le actuellement puisqu'il ne s'agit pas d'une "loi de la procrastination" , mais d'une estimation selon une situation ponctuelle) le confinement de 1 semaine, allonge la durée de confinement "nécessaire" (nécessaire pour en arriver au même point que si on confinait de suite) de 1 semaine.
    Ensuite, et vu le facteur exponentiel de la transmission, reculer le moment du confinement augmentera, il me semble, la durée nécessaire de plus d'1 semaine.
    Si c'est pas élastique, c'est cassé.

  34. #28
    papy-alain

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par BrainMan Voir le message
    D'après ce que j'ai lu dans le document fourni par Yves95210 dans le post #170

    https://solidarites-sante.gouv.fr/IM...nvier_2021.pdf

    (et qui me parait crédible) le fait de retarder actuellement (j'insiste sur le actuellement puisqu'il ne s'agit pas d'une "loi de la procrastination" , mais d'une estimation selon une situation ponctuelle) le confinement de 1 semaine, allonge la durée de confinement "nécessaire" (nécessaire pour en arriver au même point que si on confinait de suite) de 1 semaine.
    Ensuite, et vu le facteur exponentiel de la transmission, reculer le moment du confinement augmentera, il me semble, la durée nécessaire de plus d'1 semaine.
    Le problème, c'est la contagiosité du variant anglais. Les raisonnements que l'on pouvait tenir avec le variant "classique" ne sont plus d'actualité. Tout va beaucoup trop vite, et, une fois de plus, le pouvoir politique est pris de court. Mais comment concilier un confinement strict avec, d'une part, une population qui en a plus que ras-le-bol (ce n'est pas une critique car tout le monde en a marre, moi y compris) et, d'autre part, une économie dont des pans entiers sont par terre. Ça commence de plus en plus à vouloir solutionner la quadrature du cercle.
    Les météorites ne peuvent exister car il n'y a pas de pierres dans le ciel. Lavoisier.

  35. #29
    Archi3

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par MissJenny Voir le message
    le fait qu'on ne puisse pas éradiquer un virus qui a un réservoir animal est juste un fait d'observation. .
    Quel est le réservoir animal du Sars-cov2, j'ai peut être loupé une actu ?
    Le plus dur n'est pas de piger les raisonnements compliqués, mais d'accepter les simples.

  36. #30
    polo974

    Re : Variants et éradication

    Citation Envoyé par Archi3 Voir le message
    Quel est le réservoir animal du Sars-cov2, j'ai peut être loupé une actu ?
    Visons, belettes, putois... (mais pas poutous, ca c'est certain)

    Sinon on a les réservoirs du virus ancestral: quelques chauve-souris.
    Jusqu'ici tout va bien...

Page 1 sur 5 12 3 4 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Eradication volontaire de la mémoire
    Par MeinsteinButen dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 5
    Dernier message: 31/05/2012, 18h38
  2. Eradication de ténébrions
    Par sisi27 dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/09/2011, 20h30
  3. Identification insecte en du d'éradication
    Par morinjer dans le forum Identification des espèces animales ou végétales
    Réponses: 2
    Dernier message: 13/10/2010, 09h38
  4. Eradication du salpètre
    Par 7PropheT7 dans le forum Chimie
    Réponses: 8
    Dernier message: 14/06/2007, 10h42
  5. [zoologie] ténébrions ?? éradication?
    Par manuevert dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 10/09/2006, 20h12