Répondre à la discussion
Page 10 sur 48 PremièrePremière 1011 12 13 14 15 16 17 18 19 20 DernièreDernière
Affichage des résultats 271 à 300 sur 1420

Quelles alternatives au pétrole?




  1. #271
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Citation Envoyé par moijdikssékool
    les 8Gtep de pétrole, en équivalent colza, demande une superficie cultivable à 100% de 26Mkm²
    Or les surfaces émergées de la Terre couvrent 150Mkm²

    il exagère un peu

    Si c'est faisable... Combien peut-on, techniquement, encore construire de centrales nucléaires en France?

    Moijdiksekool, tu confonds les différentes filières de "bio"carburants :

    1. Filière huile à partir de cultures produisant des lipides : colza et le tournesol (OLEAgineux).

    2. Filière alcools (méthanol, éthanol) à partir de cultures produisant des glucides : betterave, canne à sucre, blé

    3. Il existe d'autres filières (...)

    Il est question de la filière éthanol dans le texte cité, pas de la filière huile.

    -----

    Dernière modification par Tenacatita ; 15/01/2005 à 13h57.

  2. Publicité
  3. #272
    claude27

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Citation Envoyé par Tenacatita
    Pierre-René Bauquis, Vice-Président de l'Institut Français de l'Energie, Professeur à l'IFP et ancien conseiller spécial du président de TotalFinaElf :

    Hydrogène : « La production commerciale de l'hydrogène coûte deux à cinq fois plus cher que les hydrocarbures utilisés pour le fabriquer. Son transport est impossible. Transporter l'hydrogène coûte deux fois plus cher que transporter de l'électricité. Le prix de son stockage est 100 fois celui du stockage des liquides pétroliers. »

    On pourrait demander un avis contradictoire à un ponte de la Société " Air Liquide " , histoire d' avoir deux avis, au cas où.....

    claude27

  4. #273
    Tenacatita

    Arrow Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Quelques idées pour subvenir aux besoins énergétiques d’une société éco-responsable intégrant les progrès technologiques :

    Activités agricoles et de pêche : Biocarburants(concept intéressant proposé récemment par J.M. JANCOVICI), autonomie énergétique, partage du matériel

    Industrie et transports en commun : Electricité d’origine nucléaire propre et sécurisée )– Energie hydraulique

    Particuliers : autonomie énergétique, habitation bioclimatique, panneaux solaires, solaire thermique, éoliennes, géothermie, bois pour chauffage, appareils à basse consommation.

    Stratégies à adopter :

    •Suppression des automobiles dans toutes les villes sauf services particuliers (comme les services médicaux, de livraison etc…) et handicapés fonctionnant avec des véhicules mixtes biocarburants - électrique.
    Travail à proximité du domicile. Marche - vélo - roller.

    Regroupement de l’habitat, partage des appareils électroménagers (comme le lave linge, l’aspirateur etc.). Développement des parcs publics et voies vertes dans les villes.

    •Approvisionnement prioritaire à partir des productions locales saines (fruits, légumes, céréales, lait, viandes, fromages etc.) : relative autonomie en matière d’alimentation. Slow foods (par opposition aux fast foods) - Diminution drastique des échanges internationaux de marchandises.

    •Recyclage de tous les déchets

    •Apprentissage du savoir vivre ensemble et du partage (nord / sud)

    •Accès à la connaissance et à la culture pour tous (réseau Internet)

    •Référence au concept d’harmonie durable plutôt qu’à celui de croissance durable

    L'utopie n'est pas ce qui n'est pas réalisable mais ce qui n'est pas encore réalisé.

    NB : je vous invite à lire les excellentes réflexions de J.M. JANCOVICI dans ses "calculs de coin de table" : http://www.manicore.com
    (il fut responsable du débat sur l'énergie en France)
    Dernière modification par Tenacatita ; 15/01/2005 à 16h59.

  5. #274
    moijdikssékool

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    ce que j'en retiendrais:

    Vu que l'H2 demande un paquet de centrales nucléaires et est dangeureux,
    vu que les biocarburants sont complètement illusoires et abjects,

    ces deux moyens énergétiques ne doivent être utilisés, en attendant une technologie plus adéquate (?), dans les véhicules d'urgence: ambulance, police, pompier

    Les autres véhicules doivent se débrouiller avec les batteries et, à la rigueur, l'air comprimé. De toute facon, pour les faire se mouvoir, il leur faudra des centrales nucléaires supplémentaires et ca va couter bonbon

    Le reste de tout ce que tu racontes me paraît autoritaire. Cela relève du devoir citoyen

  6. #275
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Ce sont effectivement des mesures difficiles à prendre, presque à peine concevables quand on est habitué au luxe énergétique et au gaspillage.

    Les hommes se battent déjà pour l'accès au ressources (conflits liés à l'eau, au pétrole). Qu'en sera t-il quand la production de pétrole ne pourra vraiment plus faire face à la demande mondiale ?

    Préparons l'avenir, ne le subissons pas.
    Dernière modification par Tenacatita ; 15/01/2005 à 17h32.

  7. #276
    pilet14

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Le problème est le suivant:

    en 1850, il restait 50 ans de réserves pétrolières
    en 1900, il restait 50 ans de réserves pétrolières
    en 1950, il restait 50 ans de réserves pétrolières
    en 2000, il reste 50 ans de réserves pétrolières...

    Rien ne nous dit qu'en 2050, il ne restera pas 50 ans de réserves pétrolières suite à divers progrès technologiques

  8. #277
    moijdikssékool

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    nous n'allons pas te mettre sous le nez les liens qui nous permettent de penser que

    d'une, les découvertes de poches de pétroles déclinent depuis un certain temps

    de deux, certaines se sont révélées sèches

    de trois, la demande en pétrole joue au coude à coude avec l'offre (il ne suffit pas d'avoir de l'énergie, encore faut-il pouvoir la distribuer)

    de 4, développer une nouvelle technique pour chercher du pétrole signifie la fin du pétrole bon marché (qui sort tout seul du sol). Inutile de te dire que si le pétrole devient cher, les autres énergies aussi. Si les énergies, qui servent à extraire les matériaux, fabriquer et transporter des objets, deviennent chers, les objets aussi. Ton salaire, lui n'augmentera pa. Il aura même tendance même à baisser pour essayer de faire baisser les prix (ce qui revient toutefois au même)

    de 5, le pic pétrolier est reconnu politiquement, économiquement et scientifiquement

    Bien sûr, peu sont dans la confidence des compagnies pétrolières. Il peut être dans leur intérêt de laisser entendre que les réserves ont été bouffées de moitié afin d'augmenter les prix...

    Alors, renseigne-toi. Les personnes qui t'ont fait entendre qu'il reste du pétrole pour 50ans ne t'ont, peut-être par ignorance, pas signalé que la quantité restante pourrait s'avérer insuffisante d'ici quelques années et de production en diminution. Car il est bien beau d'avoir une énorme production quand la demande est encore plus énorme

  9. Publicité
  10. #278
    claude27

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Citation Envoyé par Tenacatita
    Quelques idées pour subvenir aux besoins énergétiques d’une société éco-responsable intégrant les progrès technologiques :

    Industrie et transports en commun : Electricité d’origine nucléaire propre et sécurisée )– Energie hydraulique


    •Suppression des automobiles dans toutes les villes sauf services particuliers (comme les services médicaux, de livraison etc…) et handicapés fonctionnant avec des véhicules mixtes biocarburants - électrique.
    Travail à proximité du domicile. Marche - vélo - roller.


    On pourrait aussi pour la ville et les villages mettre en service des petites voiturettes à pédale comme on en trouve encore sur la digue du bord de mer à OSTENDE et comme il y en avait à MALO les bains, à côté de DUNKERQUE !

    Pour les transports en commun, on pourrait aussi imaginer de mettre un pédalier devant tous les sièges des autobus urbains, çà ferait faire du sport à tous pendant les trajets.

    On pourrait aussi imaginer qu' Il y puisse y avoir deux classes:
    - une première classe payante sans pédalier
    - une seconde classe gratuite avec pédaliers ...


    claude27

  11. #279
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Claude,

    Il ne me semble pas opportun de trainer une voiture à pédale (mais c'est ton choix) alors qu'il existe un moyen de transport très lèger qui porte le nom de vélo et qui permet d'effectuer les déplacements urbains inférieurs à 3km (60% des déplacements).

    Freiburg dans le Bad Wurtemberg a interdit les automobiles dans l'ensemble de la ville (pas que le centre). C'est devenu une ville très agréable et la mobilité des habitants n'a pas diminué, bien au contraire. Amsterdam a largement misé sur les déplacements à vélo et ça marche parceque les infrastructures et la mentalité des hollandais le permet.

    Toutes les villes sont confrontées aux problèmes d'engorgement urbain, de Tokyo à San Francisco. Le climat change de manière inquiètante...Claude, toute dérision mise à part, as tu d'autres idées, à part les voitures à pédales, pour lutter contre l'effet de serre additionnel, l'engorgement urbain, la déstructuration des villes, la pollution atmosphérique, le bruit et l'insécurité liée aux automobiles?
    Dernière modification par Tenacatita ; 16/01/2005 à 11h24.

  12. #280
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Et que proposes tu, Claude, si les chinois, les indiens, les indonésiens et les brésiliens misent, comme nous français sur le tout automobile ?

  13. #281
    mort_khan/Triskaël

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Salut les jeunes,
    dites, à Chambéry, on a quelque chose de bien : le 2ème café sciences de France. Et lors d'un des sujets de ces cafés cette année a été : "Energies renouvelables : état des lieux", et l'enregistrement audio est (théoriquement) disponible sur ce site web.
    De plus, dans qquelques mois, un autre café sciences aura lieu sur le thème "nucléaire ou énergies fossiles". Pour tous renseignements, voir cette page web-ci du site précédement cité..
    MKT.

  14. #282
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Errata post 279 : Baden Wurtemberg et non Bad Wurtemberg comme écrit.

  15. #283
    moijdikssékool

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Ben le vélo c'est gentil mais ca peut pas transporter des tonnes de marchandises
    Alors je propose une solution. Dans exactement un mois, je dépose un dossier au concours des entreprises innovantes à l'ANVAR. Ce dossier, ca fait des mois que je suis dessus, s'intitule "remorque électrique". Il s'agit pour une remorque de suivre un piéton, un cycliste, un fauteuil roulant

    Bien sûr, motus sur comment la remorque va suivre la 'locomotive', comment elle se meut, ni un avantage qui pourra faire la différence, parcequ'il s'agit d'un concours et qu'il vaut mieux réfléchir et trouver la meilleure facon pour que le dispositif fonctionne. Le motif, vous le comprendrez, pour décrocher des subventions pour sa réalisation, sera l'économie d'énergie

    à bon entendeur...

  16. #284
    Tenacatita

    Arrow Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Transporter ses marchandises à vélo :
    Un peu de pub, mais c'est pour la terre...

    Il existe un charriot (ou "remorque") utilisable dans le magasin par un piéton. On le fixe simplement ensuite à la sortie du magasin sur le vélo par un simple clic. Un clic pour la terre! On le détache aussi facilement en arrivant chez soi et en plus on peut le porter en sac à dos pour monter les escaliers...Pratique non? Seulement 150 euros.

    Il s’agit donc d’une remorque pliante triple fonction, remorque à vélo, à main, sac à dos. La fixation à l'arrière du vélo est assurée par l'attache remorque big easy (avec serrure antivol en option). Le sac à dos indépendant a un grand volume et est fixé sur le chariot par des Velcro. Il y a plusieurs poches internes et latérales, avec grand compartiment isotherme à l'avant.

    Le tout est équipé d’un catadioptre à l'arrière pour la sécurité de nuit et les roues 10" sont avec pneus mousse increvables. Il existe aussi un système à deux fois trois roues pour monter les escaliers en roulant.

    pour en savoir plus :
    http://www.velo-pliant.com/velo-plia...rque-velo.html - Bike shopper
    Dernière modification par Tenacatita ; 16/01/2005 à 12h27.

  17. #285
    moijdikssékool

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    ca c'est clair, 150 euros, ce sera pas le prix de mon robot. Mais les charges autorisées seront d'un autre ordre de grandeur

  18. #286
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Suite remorque pour vélo et piéton :

    Charge maxi autorisée : 60 kg.

    Personellement je transporte 40 kg (6 packs de lait par exemple) de cette façon sans problème, en vélo ou en roller (et je ne suis pas un athlète de haut niveau : la charge est portée par les roues et une personne ayant une force musculaire modeste n'a aucun problème avec ce système; les personnes agées sont les premières à l'utiliser). Il est bien sûr possible de transporter seulement 20 kg si on le souhaite.

    http://www.velo-pliant.com/velo-plia...rque-velo.html

    NB : Il existe des systèmes de livraison pour les charges supérieures à 60kg. Il existe également des systèmes de location d'utilitaires.
    Dernière modification par Tenacatita ; 16/01/2005 à 12h44.

  19. #287
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Prendre l'avion, le train ou le bus avec son vélo ?
    Vélo hyper pliable et super pratique :

    http://www.uwereimann.de/brompton/set1einleit_e.html

  20. #288
    moijdikssékool

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    mmmmh... ca m'arrive de mettre 2 packs (toopak ) de 12 brik de soja, ca fait 24kg sur la "plage arrière"... je peux te dire que sur du plat c'est ok, mais dans les montées (je vis dans un coin assez valloné), c'est même pas la peine
    alors 60kg... J'ai déjà fait du vélo avec une 2ème personne, c'est ultra sportif, pas mon genre
    et avec les utilitaires, on n'a même plus le droit de pédaler. Alors entre devenir rambo ou une larve, moi j'ai pas envie de choisir
    Dernière modification par moijdikssékool ; 16/01/2005 à 12h57.

  21. #289
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    En milieu urbain, il n'est utile de faire ses courses à 15 km de son domicile. Il existe des moyennes surfaces de proximité à prix tout à fait corrects.
    S'il y a beaucoup de pentes, mieux vaut utiliser la remorque comme piéton.

    Avoir une charge sur son porte bagage ou une charge au sol, ce n'est pas du tout la même chose (centre d'inertie ).
    Dernière modification par Tenacatita ; 16/01/2005 à 13h04.

  22. #290
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Le vélo pliable Brompton entre sans problème dans la remorque multiusages déjà citée et il reste plein de place dans le sac ...

    "Look, what a cool bike!"
    This I hear often when I am riding with my Brompton. This bicycle made my life more exciting and flexible. I can take the Brompton anywhere. It is set up very quickly and goes very well. Everywhere one attracts attention. Going by car or train to Paris and discover the city with the own bicycle? A total new feeling!
    The Brompton is a Folding Bicycle. It has nothing to do with the "folding" bicycles, which sometimes still today are rusty driving around. In contra- diction to these old bikes, the Brompton is not folded at one point but at three hinges. You can try this at "Folding the bike" yourself!
    The Brompton is folded extremly fast. For me this is the most important point for such a bike. Within 15 seconds I have changed it into a handy package. With the size of 55 x 56 x 25 cm it is still suitable for the luggage rack in trains. In a car it fits in any trunk or in the rear seats. With a weight of 12 kg you can also carry it some distance. For larger distances, e.g. the crossing of a big station, I set it up and push (or drive).

    How (fast) does it go?
    It's like a normal bike, the speed depends more on the drivers condition. It is easy to surprise other cyclers: Kick the pedals and go! Besides a good speed you can get an enormous acceleration: Because of the small wheels a good torque is transferred on the roadway.
    However one should not try to drive without hands at the handlebars. Therefore the stability is not high enough. At high speeds: Both hands on the handlebars!


  23. #291
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Vélo pliable Brompton (pliage facile en quelques secondes) :

    https://ssl.kundenserver.de/spezialr...pton-link.html

    NB : Pour ceux qui ne parlent pas allemand, utiliser par exemple altavista pour traduire vos pages (de l'allemand au français ou de l'anglais au français etc...) : copier l'adresse http// et tout le site est traduit.
    http://babelfish.altavista.com/babelfish/tr
    Dernière modification par Tenacatita ; 16/01/2005 à 13h40.

  24. #292
    meteor31

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Citation Envoyé par Tenacatita
    Suite remorque pour vélo et piéton :

    Charge maxi autorisée : 60 kg.

    Personellement je transporte 40 kg (6 packs de lait par exemple) de cette façon sans problème, en vélo ou en roller (et je ne suis pas un athlète de haut niveau : la charge est portée par les roues et une personne ayant une force musculaire modeste n'a aucun problème avec ce système; les personnes agées sont les premières à l'utiliser). Il est bien sûr possible de transporter seulement 20 kg si on le souhaite.

    http://www.velo-pliant.com/velo-plia...rque-velo.html

    NB : Il existe des systèmes de livraison pour les charges supérieures à 60kg. Il existe également des systèmes de location d'utilitaires.
    Je fais pas mal de cyclisme sportif et 1 à 2 fois/semaine je m'en sers pour faire des courses.(chez le marchand pas de la compet)
    Pour les gens qui n'aiment pas ou ne peuvent "mouiller le maillot" il doit exister je pense des vélos assistés avec batterie.
    Une puissance de 100 W est largement suffisante pour aider efficacement le cycliste.Une batterie de 20 A.h capable de délivrer 100 W pdt 2 heures et pouvant se recharger dans les descentes ,d'un poids de 4 kg ,et pour l'ensemble moteur + batterie de l'ordre de 6 kg ,pourrait convenir.
    Ainsi on pourrait tracter une petite remorque de 60 kg.
    Quand on veut on peut.

    à plus

  25. #293
    moijdikssékool

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    il y a aussi Bionx qui propose un kit composé d'une roue avec moteur intégré, d'une batterie et d'un 'tableau de bord'
    c'est canadien mais il y a des revendeurs en France

  26. #294
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Article de L'actualité.com - 2003



    La fin du pétrole?

    La production de pétrole commencera à décliner dès 2010. Il est temps de songer à de nouvelles sources d’énergie, affirme le géologue britannique Colin Campbell.

    par Jean-François Bégin


    Le début de la fin de l'âge du pétrole est à nos portes, affirme Colin Campbell. Élucubration d'un prophète de malheur? Simple réalisme, rétorque ce géologue britannique, qui navigue dans l'industrie pétrolière depuis la fin des années 1950.

    Les découvertes de nouveaux gisements déclinent depuis près de 40 ans. Pour Colin Campbell et un nombre grandissant d'experts, il ne fait pas de doute que la production suivra bientôt la même tendance. Le pic de la production mondiale devrait survenir vers 2010. Après quoi le pétrole, carburant essentiel aux sociétés modernes, deviendra une ressource de plus en plus rare, ce qui sonnera le glas de l'ère de prospérité dans laquelle nous vivons. «Notre manque de préparation est incroyable, quand on pense à l'importance qu'a le pétrole dans nos vies», dit-il.

    Titulaire d'un doctorat en géologie de l'Université d'Oxford, Colin Campbell a travaillé pour certaines des plus grandes sociétés pétrolières du monde, dont Texaco, BP, Amoco et Fina. Sa longue carrière, d'abord comme géologue de terrain puis cadre supérieur, l'a mené aux quatre coins de la planète, de la Trinité à la Norvège en passant par la Colombie, la Nouvelle-Guinée, les États-Unis, l'Équateur et la Grande-Bretagne. Auteur de deux livres (The Golden Century of Oil, 1991, et The Coming Oil Crisis, 1997) sur la question de l'épuisement des ressources pétrolières, il préside l'Association for the Study of Peak Oil, réseau paneuropéen de scientifiques tentant d'attirer l'attention du monde sur le défi qui l'attend: se débarrasser de sa dépendance à l'égard de l'or noir. L'actualité l'a rencontré à sa maison du sud de l'Irlande.

    Le monde s'est remis des crises pétrolières des années 1970. Pourquoi en irait-il différemment à l'avenir?

    - Il y a une énorme différence. En 1973, par exemple, le premier choc pétrolier a résulté d'un embargo des pays arabes contre l'Occident, plus particulièrement les États-Unis et les Pays-Bas, perçus comme des alliés d'Israël dans la guerre du Kippour. Ça a duré quelques mois et conduit à une récession. Il n'y avait pas de pic ou de pénurie réelle, contrairement à ce qui s'en vient.

    Les ressources pétrolières sont-elles vraiment au bord de l'épuisement?

    - La question de savoir quand nous allons produire la dernière goutte de pétrole n'est pas vraiment pertinente. La fin de la production va s'étendre sur une longue période et ne surviendra pas avant plusieurs décennies. Le moment critique est celui où le volume de production atteindra son sommet et commencera à décliner. Ce sera l'heure de vérité, beaucoup plus significative que la production de l'ultime baril.

    Le monde ne va tout de même pas subitement s'écrouler...

    - Il n'y a plus qu'une seule sous-espèce humaine de nos jours et c'est l'homo hydrocarbonum: que vous soyez dans une pirogue à moteur sur l'Amazone ou dans une voiture à Londres, vous utilisez du pétrole. Celui-ci représente aujourd'hui 40% du commerce de l'énergie et 90% du carburant employé dans les transports. Quand il commencera à se faire rare et que son prix augmentera, ça ne pourra qu'avoir des répercussions énormes sur notre mode de vie. La présomption universelle de croissance économique qui gouverne le monde depuis plus d'une centaine d'années devra céder la place au déclin. L'homo hydrocarbonum va sûrement s'éteindre d'ici la fin de ce siècle et je ne vois pas pour l'instant qui lui succédera.

    Le pic va marquer une discontinuité historique qui aura une influence sur tous les aspects de la vie, notamment l'agriculture - décrite par certains comme un procédé qui utilise la terre pour convertir le pétrole en nourriture. Les nouvelles variétés de plantes de la «révolution verte» ont un appétit vorace de fertilisants faits à partir du pétrole et une grande soif d'eau, fréquemment fournie par des pompes à essence. L'agriculture mécanisée, le transport, l'emballage, l'entreposage et le marketing imposent d'importantes demandes d'énergie, dont une part substantielle provient du pétrole.

    Quand franchirons-nous ce cap?

    - Quelque 896 milliards de barils de pétrole classique ont été produits jusqu'ici. Les réserves sont de 871 milliards de barils et on peut évaluer qu'environ 133 milliards de barils n'ont pas encore été découverts. Plus de la moitié des réserves totales aura été utilisée d'ici 2005 et la production se mettra à décliner à compter de 2010.

    Suite de l'article dans le prochain post

  27. #295
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    [B](suite)[/B]

    Pourquoi la production diminuerait-elle forcément?

    - Après un certain temps, la courbe de la production imite toujours celle des découvertes. Prenez la Grande-Bretagne, qui, jusqu'en 1965, devait importer tout son pétrole. En l'espace de quelques années, une série de gisements de taille géante, les plus faciles à trouver, ont été découverts dans la mer du Nord. Sous Margaret Thatcher, on a ouvert la porte à l'industrie privée et tout le monde s'est mis à forer un peu partout. C'était l'heure de gloire. On oublie que les découvertes de nouveaux gisements ont atteint leur sommet dès 1973 et n'ont cessé de décliner depuis. La production annuelle, pour sa part, a culminé en 1999 et baisse depuis de près de 6% par année. À moins d'un miracle - et il n'y en aura pas -, la mer du Nord va continuer à décliner et personne n'y peut rien. La quantité de pétrole qu'on y trouve n'est pas infinie.

    C'est la même chose aux États-Unis, le plus ancien des producteurs. La pointe des découvertes de gisements est survenue en 1930. Comme les techniques de l'époque étaient plus primitives, il a fallu 40 ans pour atteindre le pic de production. Depuis 1970, malgré des efforts héroïques et l'utilisation des technologies de pompage les plus perfectionnées, la production décline inexorablement. La même logique se répète partout dans le monde.

    Quelle importance a la distinction entre le pétrole «classique» et le reste?

    - Il y a une énorme différence entre les puits à écoulement naturel du Moyen-Orient et les sables bitumineux canadiens, qu'il faut creuser à la pelle! Chaque catégorie de pétrole est présente en quantité différente dans la nature et le profil d'épuisement de chacune diffère. Certaines sont faciles d'accès et peu coûteuses, certaines difficiles d'accès et très chères; certaines s'épuiseront rapidement et d'autres lentement. Le pétrole «classique», facile d'accès et peu coûteux, définit la tendance et va continuer de dominer l'alimentation en pétrole dans l'avenir. Même si celui de source non classique (les sables bitumineux, l'huile de schiste, les liquides de gaz naturel, le pétrole en eau très profonde ou des régions polaires) va contribuer à retarder le déclin, ça n'influera que marginalement sur le moment où nous atteindrons le pic de production. Les ressources présentes dans les sables bitumineux canadiens sont énormes, par exemple, mais le rythme d'extraction est lent.

    N'est-il pas possible que nous découvrions des gisements majeurs qui nous ont jusqu'ici échappé?

    - En ce qui concerne les gisements terrestres, il n'y a aucune chance de découvrir une nouvelle région riche en pétrole, à part peut-être dans l'Arctique russe. Les gisements en eau peu profonde (moins de 500 m) ont aussi été pas mal explorés. La région de la mer Caspienne, qui semblait très prometteuse il y a deux ans, n'a pas donné les résultats escomptés: certains avaient parlé de réserves de 200 milliards de barils, ce qui aurait permis de rivaliser avec le Moyen-Orient, mais il semble que ce soit plutôt autour de 10 milliards. C'est bien, mais ça ne changera pas le monde. Le portrait est certes plus incomplet en ce qui concerne les gisements en eau très profonde, mais ils ne pourront retarder le déclin que de quelques années dans le meilleur des cas, car seuls quelques endroits présentent le milieu géologique requis. N'oubliez pas que l'industrie va d'abord forer aux endroits les plus prometteurs: si elle n'est pas déjà allée quelque part, c'est sans doute parce qu'il y a une bonne raison!

    Les nouvelles technologies d'extraction ne peuvent-elles permettre de tirer davantage des puits existants?

    - Ce n'est pas impossible dans certains cas particuliers, mais pas en général. Le champ pétrolifère de Prudhoe Bay, en Alaska, dont l'exploitation a débuté en 1969, est un bon exemple. À partir de 1982, des méthodes de récupération assistée ont commencé à être appliquées: injection de gaz, forage horizontal, on a tout essayé. La production est restée constante jusqu'en 1989, puis elle s'est mise à décliner pendant deux ans, jusqu'à ce qu'une autre percée technologique stabilise la situation durant un an, en 1991. Dès l'année suivante, le déclin a repris et il s'est poursuivi depuis de manière accélérée. La technologie n'a rien changé à l'estimation des réserves totales. La production a été maintenue à un niveau élevé pendant plus longtemps, mais la fin est plus abrupte. Au bout du compte, la quantité de pétrole obtenue est la même!

    Qui seront les grands perdants quand la production se mettra à décliner?

    - Les plus à risque sont certainement les États-Unis, dont la production a atteint son sommet dès 1970. Depuis, le prix du pétrole est demeuré plutôt bas et les Américains ont pu en importer; ils importent d'ailleurs plus de la moitié de ce qu'ils consomment actuellement [le quart de la production mondiale]. Graduellement, davantage de pays ne pourront cependant plus exporter. La quête des États-Unis deviendra difficile, d'autant que la concurrence augmentera: avec une production qui diminue de 6% par année, les Européens vont devoir importer davantage. L'Asie aussi. Il y aura une concurrence accrue pour des réserves qui ne cessent de diminuer.

    Voyez-vous une manifestation de cette concurrence dans l'actuel différend entre la France et les États-Unis à propos de l'Irak? Richard Perle, l'un des faucons de l'administration américaine, accuse les Français de vouloir protéger de lucratifs contrats signés par Total Fina Elf avec le régime actuel...

    - C'est une explication simpliste. Il est clair que la concurrence s'accroît entre l'Europe et les États-Unis pour le pétrole du Moyen-Orient. Et une occupation militaire de l'Irak placerait les forces américaines dans une position stratégique leur permettant d'exercer un contrôle sur la région, qui compte pour 25% de la production mondiale - 40% d'ici 2010. Ça me semble plus logique que de dire que les États-Unis veulent accaparer le pétrole irakien. Car il ne faut pas croire que l'Irak va retourner à son niveau antérieur de production d'un seul tour de robinet. Il faudra énormément de travail, d'argent et de temps pour remettre en état des champs pétrolifères vieillissants. Dans le meilleur des cas, la production actuelle de deux millions de barils par jour pourrait doubler d'ici 2010, ce qui ne représenterait toujours qu'une fraction des besoins américains.

    Comment expliquez-vous que l'on n'ait pas davantage commencé à se préparer à l'épuisement du pétrole?

    - Aucun gouvernement démocratique ne gagne des votes en anticipant une crise. Les politiciens sont élus pour de brefs mandats, qui les obligent à avoir une vision à court terme de l'avenir. Il n'y a aucun avantage politique à tirer de la question de l'épuisement du pétrole. C'est infiniment plus facile, politiquement parlant, de laisser la crise se produire comme une catastrophe naturelle et d'ensuite marquer des points pour la manière dont on réagit.

    Y a-t-il des solutions?

    - La seule solution est de trouver une manière d'utiliser moins de pétrole. D'arrêter d'avoir des voitures coincées dans le trafic. De mieux isoler les maisons, de vivre différemment et de songer à des sources d'énergie de remplacement pour les besoins essentiels. Ce n'est cependant pas très alléchant pour les Américains, pour qui il est plus facile de dire: «Tout ce qui reste est à nous et nous allons le prendre.»

  28. #296
    Quisit

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Ce qui est sympa, c'est que d'après Lahérère, les choses sérieuses ne commencent pas avec la décroissance de production, mais avec le "plateau", le peak lui-même, qui dans ce cas aurait lieu, soit en ce moment même, soit d'ici 2007 max

    Si on en croit les courbes d'augmentation des prix, Lahérère est dans le vrai, et on va bien se marrer, peut être d'ici le début du troisième trimestre 2005, qui devrait connaitre une pénurie sans précédent pour le remplissage des cuves de fioul de tout l'émisphère nord , à l'image de cet hiver, en plus comique (60$, 100$ ?)

    En attendant vous pouvez suivre les courbes de progression journalière de l'augmentation du brut new yorkais (NyMex), qui, dans le plus grand silence (actuel) a gentiment dépassé les 48$ :

    http://www.oilnergy.com/1onymex.htm

    Il y a un an de ça, quand la discusse à commencé, on disait que si la thèse des optimistes était la bonne, le pétrole se maintiendrait à 27$ le baril, si par contre celle des "Peak-oliens" était vraie, il passerait des 2004 les 40 $ aujourd'hui, qui a raison ?, rest juste à savoir si c'est durable ou pas

    Affaire a suivre (avec interêt)

  29. #297
    moijdikssékool

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    brut new yorkais, nymex ca veut dire quoi?
    je ne comprends strictement rien à tous ces graphes. Dans le premier, on voit que le prix en dec 04 n'atteint pas les 50$, tant médiatisé et dans le dernier graphe, le prix ne dépasse pas les 30$

  30. #298
    Ferdi*

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Citation Envoyé par moijdikssékool
    brut new yorkais, nymex ca veut dire quoi?
    je ne comprends strictement rien à tous ces graphes. Dans le premier, on voit que le prix en dec 04 n'atteint pas les 50$, tant médiatisé et dans le dernier graphe, le prix ne dépasse pas les 30$
    NYMEX=New York Mercantile Exchange
    Il y a plusieurs qualités de pétrole, le LIGHT SWEET CRUDE correspond au brut léger (le plus cher et + facile à raffiner) qui fait référence en matière de prix.
    Dernière modification par Ferdi* ; 17/01/2005 à 15h35.

  31. #299
    moijdikssékool

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    SJSVA = Super Je Suis Vachement Avancé

    ah, je viens de lire ta modif. Et bien bientôt, on prendra référence sur le prix du brut hard à extraire

  32. #300
    Tenacatita

    Re : Quelles alternatives au pétrole?

    Moijdiksekool,

    Ces courbes sont pourtant simples :

    Le prix du brut est passé de 32 dollars le baril en javier 2004 à 55 dollars en octobre.

    En novembre les pays de l'opep ont décidé, suite aux pressions de l'occident, d'augmenter "légèrement" la production (+1 million de barils/j) pour stabiliser les prix et éviter une crise type années 70.

    Cette augmentation de la production s'est traduite en fait par une baisse des prix en novembre et décembre, l'hiver étant particulièrement doux (on est passé de 55 dollars en novembre à 38 dollars en décembre).

    L'OPEP a décidé en décembre de diminuer légèrement la production
    (-0,5 millions de barils/j ) et les prix montent à nouveau : nous sommes à 48 dollars le baril aujourd'hui 17 janvier 2005 (c'est le prix du baril en dollars constants lors de la crise de 73...).

    La grande fluctuation des prix du brut (avec une tendance globale très marquée à l'augmentation) traduit la tension entre l'offre et la demande, tension qui annonce que nous sommes parvenu ou que nous sommes proches du peak oil, c'est à dire la fin du pétrole bon marché.

    En France, l'essence est très taxée et les automobilistes ne ressentent que "légèrement" les fluctuations du brut (contrairement aux secteurs aérien et agricole qui subissent beaucoup plus les fluctuations).

    @+

Discussions similaires

  1. Quelles alternatives à la déforestation ?
    Par asrock dans le forum Débats scientifiques
    Réponses: 11
    Dernier message: 23/01/2011, 22h40
  2. TPE : les énergies alternatives au pétrole dans l'automobile
    Par damoliv54 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 8
    Dernier message: 17/01/2007, 10h16
  3. Quelles sciences pour quelles sociétés ?
    Par Chame dans le forum Débats scientifiques
    Réponses: 51
    Dernier message: 20/01/2006, 13h15