Discussion fermée
Page 1 sur 13 12 3 4 5 6 7 8 9 10 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 369

Il n'y a pas de peak oil




  1. #1
    Alain2

    Il n'y a pas de peak oil

    J'ai pensé comme un certain nombre ici, suite aux déclarations de spécialistes de l'industrie du pétrole que le pic de production pétrolier était proche, voir même, derrière nous.

    Mais il semble bien que ça ne soit en fait absolument pas le cas. Et que ça ne le sera pas avant très très très très très longtemps.

    Pourquoi ? Parce que la théorie officielle sur l'origine du pétrole est clairement fausse. Or, c'est elle qui est à la base de toutes les prédictions présentes et passées sur le peak oil. Une théorie qui est connue et populaire en russie depuis les années 50 affirme que le pétrole ne s'est pas formé à partir de plantes tombées au fond de bassins sédimentaires, comme la théorie officielle le soutient, mais que le pétrole est formé de façon chimique dans les entrailles de la terre, à une distance comprise entre 100 et 300 km dans l'écorce terrestre. L'hydrogène et le carbone étant très abondants, il y aurait en réalité des quantités faramineuses de pétroles sous nos pieds. Et il est possible qu'il y en ait d'exploitables un peu partout dans le monde.

    Corollaire de cette théorie, les puits peuvent se remplir à nouveau, puisqu'il peuvent être séparés de puits plus profonds par de faibles quantité de roches et que cette séparation peut se rompre, remplissant le puit à nouveau. C'est ce qui s'est effectivement passé avec certains puits qui ont vu leur production augmenter à nouveau après une baisse de plusieurs années. Par ailleurs, certains autres puits peuvent être alimentés depuis des zones beaucoup plus profondes et ne pas connaitre de déplétion avant très longtemps.

    Cette théorie n'a pas atteint l'ouest à l'époque à cause du manque de communication entre l'est et l'ouest et ensuite, parce que tout était écrit en russe. Thomas Gold, un scientifique apparemment plagiaire des russes à défendu cette théorie à partir de la fin des années 70 en occident. Mais n'a pas été entendu. D'ailleurs, sa théorie a été cité sur ce forum dans le topic suivant : http://forums.futura-sciences.com/sh...ad.php?t=12204 Par ailleurs, il semble qu'avec la chute de l'empire soviétique, les chercheurs russes aient été contaminés par les théories officielles de l'ouest. Ce qui n'a pas aidé non plus pour la transmission de cette théorie.

    En fait, il semble que les premieres premisses de la théorie remontent à Gay Lussac et Von Humbolt, au début du 19ème siècle, qui ont réfuté la théorie de 1757 de Mikhailo V. Lomonosov qui, le premier, à emis l'hypothèse que le pétrole venait de la décomposition des plantes. Gay Lussac et Humbolt pensaient que l'origine était chimique. Mais c'est un russe, Mendeleev, qui, le premier, a apparemment énoncé en 1877 une théorie plus poussée sur la façon dont se forme le pétrole dans les entrailles de la terre.

    Donc, la théorie du peak oil est totalement fausse. D'ailleurs il lui est fait un sort sur le site russe cité plus bas. Ceux qui défendent la théorie du peak oil avaient déjà fait la même prévision en 1989, puis en 1999.

    On pourrait dire que les producteurs de pétrole ne connaissant pas la théorie russe et ne prospectant pas au bon endroit, le principe du peak oil reste valable : pas dans l'idée que les réserves sont proches de l'épuisement (puisque les réserves des puits existants peuvent être beaucop plus abondantes que prévues), mais au moins dans le principe qu'on atteindrait un pic, un plateau de production. Mais même avec les théories de prospection actuelles (basées sur l'idée que le pétrole se situe dans d'anciens bassins sédimentaires) Les producteurs de pétrole vont être tout à fait capables d'augmenter la production. Il semble bien que si de nouveaux puits n'ont pas été trouvés pendant un certain nombre d'année, c'est tout simplement parce que les investissements auraient été gelés. Ceci parce que la demande était moindre que prévue. Ce qui contredit complètement les théories comme quoi les pétroliers auraient fait de la prospection jusque dans les moindres recoins de la planète, mais n'auraient rien trouvé. Idée qui est un des piliers les plus importants de la théorie du peak oil. Il suffirait donc qu'ils reprennent la prospection pour que la production augmente sans problème.

    Et ça, ce n'est qu'avec les principes de prospection classiques. Avec les principes de la théorie russe, les possibilités d'augmentation de la production permettraient d'alimenter la demande à volonté pendant des milliers d'années, voir plus.

    Bref, ceux qui angoissent en pensant que le prix du pétrole va augmenter de façon très importante et irreversible dans les prochaines années peuvent se rassurer. L'effondrement économique, les guerres, les famines et les maladies, ça sera pour une autre fois. Le pétrole bon marché est là pour encore très longtemps.

    Voir le site de Thomas Gold (en anglais) : http://people.cornell.edu/pages/tg21/index.html

    Mais, le site sur les travaux russes (en anglais) est à mon avis le site de référence (vu que Gold est apparemment un plagiaire. Et en plus, il semble qu'il fasse certaines erreurs théorique que ne font pas les russses) : http://www.gasresources.net/index.htm

    -----

    Dernière modification par Alain2 ; 11/04/2005 à 11h23.

  2. Publicité
  3. #2
    franckmiller

    Unhappy Re : Il n'y a pas de peak oil

    On se demande ce qu'il faut craindre le plus: une déplétion du pétrole à court ou moyen terme ou plusieurs siècles de pétrole avec toutes les pollutions qui vont avec!

  4. #3
    Goofy

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Ceci est une légende urbaine que vous pouvez trouver sur les sites férus de conspiration, mais qui n'a aucun fondement scientifique. Je vous cherche les références.


  5. #4

  6. #5
    Garion

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Présenté de cette manière, ça ne peut être que de la désinformation.

    Les compagnies pétrolières nous envoient leurs agents commerciaux maintenant ?

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Goofy

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Je m'excuse de la façon dont j'ai répondu puisque ça a été mal interprété. Je suis moi-même tombé il y a plusieurs mois sur cette théorie qui m'a paru séduisante mais en cherchant bien je me suis aperçu qu'elle ne tenait pas debout et qu'on la trouvait exprimée sur des sites s'intéressant à des théories loin d'être scientifiques où les tenants du "peak oil" étaient traités de "conspirateurs sionistes" puisqu'ils voulaient faire croire à tout le monde qu'il n'y avait plus de pétrole pour faire monter les prix et devenir "les maîtres du monde".

    Quand j'ai vu que cette théorie arrivait sur un site aussi sérieux que celui-ci, je me suis affolé et ai répondu un peu trop précipitamment. Je m'en excuse (je ne travaille pas pour une compagnie pétrolière, je n'apprécie pas trop le poids qu'elles ont...)

    Je n'empêche pas le débat de se lancer.

  9. #7
    DanielH

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Alain2:
    Bref, ceux qui angoissent en pensant que le prix du pétrole va augmenter de façon très importante et irreversible dans les prochaines années peuvent se rassurer. L'effondrement économique, les guerres, les famines et les maladies, ça sera pour une autre fois. Le pétrole bon marché est là pour encore très longtemps.
    Moi j'angoisse plutôt à l'idée qu'il n'y ait pas de peak oil avant longtemps. Que ce soit du fait de cette théorie fumeuse ou plus prosaïquement parce qu'on sait transformer le charbon en hydraucarbures ou parce qu'on disposera toujours (ou pour très longtemps) des hydrates de méthane ou des schistes bitumineux.

    Une fois de plus, il ne faut pas attendre qu'il n'y ait plus de fossiles pour changer de mode de production énergétique on risquerait d'attendre longtemps, trop longtemps...

  10. Publicité
  11. #8
    Alain2

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Goofy, j'ai été voir les liens que tu as donné. Ils ne contiennent pas grand chose. A 99 %, les arguments ne servent pas vraiment à réfuter la théorie du pétrole abiotique, ni à montrer que la théorie officielle ne peut être que la seule bonne, mais à dire que la théorie officielle peut expliquer elle aussi les arguments et surtout, les résultats des partisans du pétrole abiotique (formé chimiquement). Ce sont des arguments uniquement défensifs.

    Seulement, le problème, c'est que, comme le disent les partisans du pétrole formé chimiquement, la théorie a déjà été confirmée. Il y a dans les 300 puits de pétrole creusés à 5 km de profondeur, en Russie et d'autres au Vietnam qui ne sont pas lié à des bassins sédimentaires, et qui, selon la théorie officielle, ne devraient pas produire de pétrole.

    Et les arguments des partisans de la thèse officielle pour expliquer ces faits sont assez minables. Selon eux, à chaque fois, que ce soit en Russie ou au Vietnam, il pourrait y avoir eu migration d'une partie du pétrole de zones sédimentaires situées à quelques dizaines de kilomètre de là. C'est bien ce que je disais plus haut : ce sont des arguments défensifs. Et là, je dirais que ce sont des arguments de mauvais joueurs.

    En tout cas, à l'origine, la thèse officielle ne prévoyait pas qu'il y ait du pétrole dans ces zones. Donc, le pouvoir prédictif est bien du coté des partisans du pétrole formé chimiquement. Si on avait du écouter les partisans de la thèse officielle, on n'aurait pas creusé là. Et le pétrole en question n'aurait jamais été trouvé.

    Et puis, si la théorie explicative des partisans de la thèse officielle était juste, dans ce cas, il devrait y avoir encore plus de pétrole dans les zones sédimentaires à proximité (à moins que le pétrole ait migré mystérieusement en totalité dans la zone non sédimentaire). Et il ne semble pas que ce soit le cas.

    Quant au fait que ces théories soient trouvables sur des sites conspirationnistes, ben, c'est le cas aussi des théories sur le peak oil. Et également des théories cherchant à réfuter les arguments des partisans du pétrole formé chimiquement. Alors bon... ce sont toutes les deux des théories qu'on pourrait ranger dans la catégorie conspirationnisme, vu qu'elles sont toutes les deux passée sous silence dans les médias. La théorie officielle, elle, dit que le pic de production arrivera dans 15 ou 20 ans, voir 25 ans avec un peu de prospection supplémentaire. Il n'y a que cette version des faits qui ne peut pas être considérée comme conspirationniste.
    Dernière modification par Alain2 ; 13/04/2005 à 09h27.

  12. #9
    paulb

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Bonjour,
    Pétrole biotique ou abiotique, si vou permettez, je m'en fous.
    D'un côté on risque une pénurie d'énergie, de l'autre une émission de CO2 encore plus catastrophique que prévu!
    Ceci s'appelle tomber de Charybde en Scylla!
    Amicalement paulb.

  13. #10
    Goofy

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Ca a de l'importance à court terme puisqu'une pénurie d'énergie aura des effets brutaux (hyperinflation, guerres...) permettant de faire prendre conscience facilement du problème et des mesures adéquates seront prises (énergies durables, changement de style de vie...) alors qu'une augmentation importante mais lente du CO2 n'aura pas le même impact sur les populations et donc sur les prises de décision (on le voit bien actuellement : ce qui est fait est insignifiant et n'a pas d'impact). Les dégradations seraient irréversibles. Je préfère de loin une pénurie d'énergie (même si ce ne sera pas dans l'immédiat si on transorme le charbon en pétrole pour ne pas enrayer le rythme actuel de croissance)

    Pour répondre à Alain, dire que la théorie du peak oil est conspirationniste, c'est un peu abuser : tous les médias sont d'accord là-dessus (pic de Hubbert...) et en parlent de plus en plus ; il n'y a que la date qui est source de polémique.

    Pour moi, admettre qu'il y a des réserves inépuisables de pétrole que l'on peut extraire, c'est prendre les compagnies pétrolières pour ce qu'elles ne sont pas. C'est comme si elles avaient acheté le brevet du moteur à eau pour faire monter les cours du pétrole... et qu'elles attendent le bon moment pour le ressortir de leur coffre-fort.
    Actuellement, toutes les compagnies pétrolières investissent dans du renouvelable ou rachètent leurs actions pour faire monter les cours. Aucune ne se lance dans la prospection de pétrole (biotique ou abiotique). Connaissant le temps qu'il faut avant d'exploiter un puits, il y a de quoi s'étonner. Tout est classé top secret ?

    Autre point :
    L'une des causes de la chute de l'URSS a été leur peak oil national. Puisque les Russes connaissaient parfaitement cette nouvelle source de pétrole, pourquoi ne s'en sont-ils pas servis ?

  14. #11
    Lord M

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Salut !

    Il me semble que pour trouver du pétrole, la prospection se base justement sur le fait que les conditions de formations du pétrole par sédimentation sont connues. Les prospecteurs cherchent alors des zones susceptibles d'avoir connu des conditions favorables. la plupart des puits de pétrole actuels ayant été découverts de cette manière, cela me laisse penser que la théorie sédimentaire doit se justifier quelque part.
    Lord M

    What we do in life echoes in eternity

  15. #12
    Alain2

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Goofy >

    Oui, on commence à parler du peak oil. Mais dans les grands journaux, même si on l'évoque plus ou moins, à chaque fois, c'est assorti de considérations qui font que la conclusion de l'article est que le pic de production est pour dans 15 ou 20 ans. Bref, les conclusions classiques et officielles.

    Tandis que les gens comme Laherrere, ou d'autres, déclarent que le pic est déjà derrière nous, ou, au mieux, est pour dans 5 ans. C'est complètement différent. Et ça, c'est complètement passé sous silence ou minimisé dans les journaux et à la télévision. Donc, on peut dire que cette thèse est underground.

    Pour les compagnies pétrolières, jusque là, c'était compréhensible qu'elles n'investissent pas dans de nouveaux forages, vu le prix du pétrole. Mais, tu me diras, même si les prix étaient faibles, si la demande a augmenté, il fallait bien que la production augmente de même. Seulement, justement, la demande n'a pas augementé énormément depuis les années 80. La consommation a atteint un pic en 1979 (65 millions de barils/jour), puis a baissé jusqu'en 1983. Puis, ça a augmenté à nouveau. Mais ça n'a atteint la consommation de 1979 que vers 1988. Et ensuite, ça n'a qu'à peine augmenté entre 1988 et 1994 (c'est passé d'environ 65 à 68 millions de baril/jour). Ce n'est qu'à partir de 1994 que ça a commencé à bouger, pour, en 8 ans (donc, en 2002), atteindre 80 millions de barils/jour. Soit, une augmentation de seulement 17 % par rapport à 1994 et de seulement 23 % par rapport au pic de 1979. Pas tellement de quoi inciter à investir dans de nouveaux forages.

    Ce qu'on lit dans les journaux, ce qu'on voit à la télé a tendance à faire croire que la consommation augmente exponentiellement, que le monde est accroc au pétrole et en demande toujours plus, mais en fait, c'est un marché assez calme, presque atone, depuis de nombreuses années. Une augmentation de 23 % en 20 ans, ce n'est franchement pas terrible. On comprend qu'il n'y ait pas eu beaucoup d'investissements de faits.

    Quand aux Russes, effectivement, leur production a diminué au début des années 90 (passant de 12 millions de barils/jour à environ 6 millions). Mais, elle s'est mise à augmenter à nouveau rapidement depuis 1998 (pour arriver à presque 9 millions). Donc, ils n'étaient pas du tout en situation de déplétion.

    Probablement que le fait qu'ils aient réussi à maitriser leur consommation (je crois qu'ils ont réussi à diminuer par 3 leur consommation) à entrainé une diminution de la production nécessaire pour leur marché intérieur et que, vu les prix du baril à l'international, ils ne voulaient pas le vendre pour rien et ont donc simplement maintenu leur production destinée à être vendu à l'étranger, d'où une diminution de leur production totale.

    Peut-être aussi que le fait que l'accession à l'indépendance de certaines de ses provinces qui produisaient du pétrole a privé la Russie de cette production, a été comptabilisé comme une baisse de la production russe. Si les statistiques sont faites sérieusement, ça ne devrait pas être le cas. Mais on ne sait jamais (personnellement, je me méfie de tout avec les statistiques).

    D'ailleurs, les pays du moyen-orient ont connu un peu le même schéma de production que la Russie. Leur production a été divisée par 2 entre 1980 et 1986 (passant de 20 à 10 millions de barils), pour revenir à son plus haut niveau (20 millions de barils donc), durant les années 2000.

    Quand aux USA, leur production a baissé, mais la baisse a été extrêmement lente. Et elle n'est pas si énorme. Au meilleur de leur production, en 1970, ils produisaient dans les 9 millions de barils par jour. Et maintenant, ils produisent dans les 6 millions. Quand on regarde la courbe, c'est vraiment très plat. Pas du tout une courbe en cloche avec une baisse rapide après le pic de production, comme voudraient le faire croire les tenants du peak oil.

    voir ce site sur le marché du pétrole : http://r0.unctad.org/infocomm/franca...ole/marche.htm
    Dernière modification par Alain2 ; 13/04/2005 à 13h32.

  16. #13
    Goofy

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    -> Alain

    Le fait que la consommation journalière de pétrole n'a pas beaucoup augmenté depuis 30 ans ne change rien au problème puisque le pétrole conventionnel est une ressource finie. Même à production constante, il arrive à un moment où il n'y en a plus. Il semble que ce moment soit proche vues la flambée des prix et l'absence de nouvelles découvertes. Les producteurs n'ont aucune raison de pousser les prix si haut puisqu'ils risquent de détourner les consommateurs du pétrole (on le voit bien avec les gesticulations de l'OPEP pour rassurer tout le monde)

    Donc il y a un problème de production actuellement. S'il existait un pétrole abondant et relativement facile à extraire plus en profondeur, il serait logique de se tourner maintenant vers cette nouvelle source. Or que voit-on : l'exploitation de pétrole non conventionnel (sables bitumineux...) beaucoup moins rentable, beaucoup plus polluant, etc... et le développement des énergies renouvelables. On ferait les fonds de tiroir alors qu'on dort sur un matelas d'or noir ?...

    Prenons également les Etats-Unis. Effectivement, la pente descendante de la courbe de production n'est pas très élevée, car une fois que les puits ont passé leur pic de production, ils sont moins rentables, surtout comparé à du pétrole saoudien à 1$... ils ont préféré importer que vider complètement leurs stocks.
    Actuellement, les USA, première puissance mondiale, importent plus de la moitié de leurs 20 millions de baril par jour, ce qui participe grandement à leurs déficits commerciaux (-61 milliards de dollars pour le mois de février, -600 milliards par an), déficits qui les rendent ultra-vunérables pour les années à venir. S'il leur suffisait de creuser un peu plus profond pour trouver du pétrole, ne l'auraient-ils pas déjà fait, plutôt que de risquer un effondrement économique. Au lieu de ça, ils vont se faire chier en Alaska pour casser la glace et récupérer de quoi tenir un an de production nationale. Ils vont faire la guerre en Irak pour protéger les dernières réserves de pétrole conventionnel (environ 150 milliards de dollars/an). Tous les pays du monde cherchent actuellement à sécuriser les dernières réserves de pétrole conventionnel ; pourquoi cette débauche d'énergie et d'argent inutile ?

  17. #14
    Alain2

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Oui, c'est une ressource finie. Mais pour l'instant, la déplétion n'est pas à l'ordre du jour. Et si la théorie du pétrole abiotique est la bonne, la fin sera carrément pour dans très très très longtemps. Mais, même en laissant cette théorie de coté, il semble bien que les champs actuels aient des réserves suffisantes pour longtemps.

    Pour l'absence de nouvelles découvertes, j'ai déjà répondu dans mon message précédent. Les pays producteurs n'avaient pas besoin de nouvelles découvertes, puisque la demande était couverte et à un prix bas. Et en plus, même sans beaucoup de nouveaux investissements, la production pouvait (et a pu) monter sans problème. Donc, ben, évidemment, les investissements ont été fortement diminués. Ils n'allaient pas se mettre à rechercher plein de nouveaux gisement alors qu'avec ceux qu'ils possédaient, ils pouvaient produire pendant des dizaines d'année autant qu'il le fallait pour couvrire la demande. Du coup, vu qu'on n'a pas cherché, forcément, on n'a plus découvert grand chose. Logique.

    Il n'y a donc pas de problème de production contrairement à ce que tu sembles penser.

    "On ferait les fonds de tiroir alors qu'on dormirait sur un tas d'or". Ben, si tu as lu ce que j'ai dit dans le premier post, les occidentaux ne savent pas qu'ils dorment sur un tas d'or. Donc, il est logique qu'ils commencent à utiliser les ressources non conventionnelles. Mais, pour le moment, ça reste très limité.

    Cela dit, probablement aussi que le Canada a mis en chantier l'exploitation de ses chistes bitumineux parce que ça lui permet d'être plus indépendant énergétiquement. Les pays préfèrent avoir leur propre production de pétrole.

    Quand à l'exploitation des énergies renouvelables, ça reste encore complètement dans les limbes.

    L'utilisation des pétrole conventionnel reste extrêmement limitée, l'exploitation des énergie renouvelable reste dans les limbes. En fait, les occidentaux n'ont pas l'air de trop s'affoler.

    D'ailleurs, sur le topic de la fin du pétrole bon marché, dans ce même forum, tout le monde reconnait que les pays occidentaux ne font quasiment rien. Donc, je ne vois pas pourquoi tenir un double discours et mettre en avant dans ce topic l'idée que le monde occidental se mettrait au pétrole non conventionnel et aux énergies renouvelables, alors que dans l'autre topic, on se lamente que les pays occidentaux ne voient pas le pic de production venir et du coup ne font rien.

    Je ne crois pas qu'il faille faire de fixation sur une flambée des prix qui est récente. Ca peut vouloir tout et rien dire. Il faudrait vraiment que ça monte beaucoup plus que ça et pendant beaucoup plus longtemps pour qu'on puisse en tirer des conclusions. Là, on peut tout aussi bien voir ça comme le signe du peak oil que comme un phénomène conjoncturel.

    Pas mal de gens parlent de spéculation. Donc, il se peut très bien que la flambée des prix n'ait pas grand chose à voir avec un manque de capacité de production.

    Cela dit, ça pourrait avoir un rapport avec la production (éventuellement). C'est une hypothèse comme une autre. Mais ça ne veut absolument pas dire que ce soit une tendance lourde et que les pays producteurs ne peuvent pas produire plus. Ca peut tout à fait être un problème temporaire.

    Il faut quand même voir que la production de l'Irak a été perturbée par la guerre, et que si elle se remettait à produire à plein, les prix baisserait fortement. L'augmentation de la consommation chinoise joue peut-être un peu également.

    Pour juger du problème, plutot que de se concentrer sur la montée des prix, il faut analyser les tendances lourdes, comme je l'ai fait dans le post précédent. Et là, les choses ne semblent pas inquiétantes. La production monte petit à petit aussi bien dans le pays du golf persique, qu'en Russie et que dans les autres pays. Il n'y a aucun signe de déplétion dans ces pays. Ni dans la plupart des autres pays producteurs d'ailleurs. En fait, il n'y a que la production des USA et du Mexique qui baisse. Mais, la baisse de ces deux pays est vraiment très lente. Ce n'est pas du tout un effondrement.

    "Prenons également les Etats-Unis... ils ont préféré importer que vider complètement leurs stocks".

    C'est ton opinion personnelle où c'est un truc que tu as lu d'une source à peu près fiable ? Parce que, personnellement, je n'avais pas entendu parlé de ça. Cela dit, même en ayant économisé leur pétrole dès le début du pic, on voit mal comment ils auraient pu continuer à avoir une telle production pendant aussi longtemps après leur pic de production (qui se situe en 1970 quand même, c'est à dire il y a 35 ans). Parce que pendant 15 ans, ils ont continué à avoir une production à peine 10 ou 15 % inférieure à celle du pic. Et même maintenant, leur production reste environs seulement 30 % inférieure à la production de 1970. En tout cas, pas terrible comme économie. Ou alors, autre hypothèse, ils auraient commencé à économiser bien avant d'avoir leur pic de production. Bien tiré par les cheveux tout ça. En tout cas, avec cette interprétation, du coup, impossible de déterminer si les USA sont vraiment en situation de déplétion. Est-ce qu'ils continuent à économiser ou est-ce qu'ils sont vraiment en situation de déplétion ? Mystère.

    Non, franchement, à mon avis, les choses sont plus simples. Ils ont atteint leur pic en 1970, ils n'ont pas économisé leur pétrole (ou alors extrêmement peu) et la forme de la courbe indique tout simplement que la courbe des partisans de la déplétion (descente rapide après le pic), qui est sensée s'appliquer à tous les cas de figure, est fausse.

    "S'il leur suffisait de creuser un peu plus profond pour trouver du pétrole, ne l'auraient-ils pas déjà fait, plutôt que de risquer un effondrement économique".

    Une grande partie de ton argumentaire repose sur cette question. Alors qu'un de piliers de l'argumentaire que j'ai mis dans le premier post est que les occidentaux n'ont pas connaissance de cette théorie. Merci d'en tenir compte pour les prochaines fois.
    Dernière modification par Alain2 ; 15/04/2005 à 15h06.

  18. #15
    Goofy

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Citation Envoyé par Alain2
    Ben, si tu as lu ce que j'ai dit dans le premier post, les occidentaux ne savent pas qu'ils dorment sur un tas d'or. Donc, il est logique qu'ils commencent à utiliser les ressources non conventionnelles. Mais, pour le moment, ça reste très limité.
    [...]
    Alors qu'un de piliers de l'argumentaire que j'ai mis dans le premier post est que les occidentaux n'ont pas connaissance de cette théorie. Merci d'en tenir compte pour les prochaines fois.
    Je n'en tiens pas compte car je ne peux pas l'accepter. Thomas GOLD a retranscrit cette théorie "russo-ukrainienne" en 1980 !!! Et tout un chacun peut la consulter tranquillement sur Internet... Pendant ce temps-là, TOTAL, que personne n'a prévenu , ne sait pas quoi faire de ses 9 milliards d'euros de bénéfice net en 2004, redistribue grassement à ses actionnaires ou rachète ses actions au lieu de prospecter pour voir si il n'y aurait pas du pétrole dans le manteau.
    Pendant ce temps-là, ChevronTexaco rachète Unocal pour augmenter ses réserves au lieu de prospecter pour voir si il n'y aurait pas du pétrole dans le manteau.
    Pendant ce temps-là, l'économie mondiale commence à subir les contrecoups d'un pétrole fort, tous les indicateurs sont dans le rouge aujourd'hui, la croissance mondiale va baisser significativement. Si cette hausse est due à la conjoncture, pourquoi n'a-t-elle pas été anticipée (la guerre en Irak et la montée en puissance de la Chine et de l'Inde étaient prévisibles), alors que le seul but de l'économie de marché est d'avoir une croissance forte ?

    Il est possible qu'il y ait du pétrole abiotique dans le manteau, mais je crois qu'il ne s'y trouve pas en quantités pléthoriques, ou du moins rentables, sinon l'essence en France couterait 30 centimes le litre.

  19. #16
    Goofy

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Je constate que nous ne sommes que deux sur ce fil alors que sur le fil "fin du pétrole avant 2037" il y avait eu 390 messages et un large consensus pour dire que le peak oil était bien réel.
    J'aimerais avoir l'avis de Narduccio et des autres là-dessus car moi-même je ne suis pas certain de ce qui se passe réellement... :confused:

  20. #17
    Castelcerf

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Hum je n'avais jamais entendu parler de cdette théorie. Je ne sais pas quoi en penser.

    Par contre cette solution si je la prend en compte éclaire un grand nombre de points que je n'arrivais pas à comprendre dans la politique extérieur des états unis.
    C'est le principe de base du mensonge, pour le faire passer il faut que la masse principal d'individu qui ne croiront pas à la thèse officiel puisse trouver l'explication qui leur semble logique. Tout se passait comme cela actuellement sauf pour ce damné pétrole.
    Autrement dit il me paraissait logique de dire que vu l'intelligence des dirigeant américains ils savaient parfaitement que les armes de destructions massives était un mauvais prétexte.
    Ce qui signifie qu'ils veulent que les gens trouvent eux même l'excuse. car si c'est eux qui la découvrent tout seul il y croiront.
    la fausse vrai raison le pétrole. Et la mon raisonnement bloquait car le pétrole était réellement un argument valable.
    Or pourtant tout montre quand on essai de faire des liens dans l'ensemble de leur politique que le pétrole n'es pas l'objectif visé mais très clairement la chine.
    Enfin je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire.. mais cette théorie pour moi expliquerait beaucoup de chose qui m'échappait.

    Cependant il y a quelquechose qui me surprend.
    Cette théorie implique nécessairement que l'on puisse extraire du pétrole sans être capable de s'appercevoir que la "thèse officiel" est fausse.
    Car sinon cela voudrait dire que tous les pays extrayant du pétrole cache les faits. Ce qui est très peu réaliste. Les secrets existent, mais ne durent jamais très longtemps quand de nombreuses personnes sont au courant.

    Je vous demande alors pour pencher d'un coté ou de l'autre de la théorie.
    Serait ce possible d'extraire du pétrole en quantité illimité en le pensant en nombre limité, sans s'appercevoir que les faits ne correspondent pas à la théorie officiel?

  21. #18
    dubonnair

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Bonsoir,
    je ne connais pas la théorie du pétrole abiotique, je vais essayer de me renseigner un peu car je viens de lire le dernier livre de Jean-Luc Wingert qui développe au contraire le principe du peak oil.
    Une question à laquelle pourra peut-être répondre Alain2 :
    La théorie russe (c'est amusant de voir que la plupart des théories loufoques viennent de ce côté là , à moins que ce ne soit qu'une mauvaise impression, oublions!!) La théorie en question disais-je explique-t-elle les différences importantes dans la composition chimique des divers pétroles ? Si oui comment?

    cordialement

  22. #19
    Alain2

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Citation Envoyé par Castelcerf
    Cependant il y a quelquechose qui me surprend.
    Cette théorie implique nécessairement que l'on puisse extraire du pétrole sans être capable de s'appercevoir que la "thèse officiel" est fausse.
    Car sinon cela voudrait dire que tous les pays extrayant du pétrole cache les faits. Ce qui est très peu réaliste. Les secrets existent, mais ne durent jamais très longtemps quand de nombreuses personnes sont au courant.

    Je vous demande alors pour pencher d'un coté ou de l'autre de la théorie.
    Serait ce possible d'extraire du pétrole en quantité illimité en le pensant en nombre limité, sans s'appercevoir que les faits ne correspondent pas à la théorie officiel?
    Apparemment, il est en tout cas possible d'expliquer les découvertes dans des zones non sédimentaires pour justifier que la théorie du pétrole biotique n'est pas remise en cause. L'argument, c'est qu'il y a des zones sédimentaires à proximité et que le pétrole a migré. Ce n'est pas convaincant. Ca pose des problèmes (cf. plus haut, ça voudrait dire qu'il y a des quantités encore plus grandes de pétrole dans la zone sédimentaire à proximité). Mais au moins, les partisans de la théorie officielle ne restent pas sans arguments. Donc, oui, il peuvent, au moins pendant un temps rester sur l'idée que le pétrole est biotique. Mais il est clair qu'il y aura bien un moment où ça deviendra difficile d'expliquer les résultats.

    Pour expliquer le fait que les compagnies pétrolières restent sur leur position, j'étais parti sur le fait que les ingénieurs cachent le truc à leurs dirigeants parce que ça serait pour eux un aveu d'echec. Dans la mesure où ce sont eux qui possèdent le savoir, il peuvent cacher aux décideurs financiers des faits qui révèleraient leur incompétence.

    Cela dit, en y réfléchissant, j'en suis venu à l'idée qu'il est possible que les compagnies occidentales aient intérêt à cacher la chose. Parce que si la théorie du pétrole abiotique est la bonne, alors ben, il y aurait du pétrole partout et en quantités énormes. Et du coup, le pétrole ne vaudrait plus rien. Déjà qu'il y a, somme toute, pas mal de nations qui en possèdent (Les USA, le Mexique, le Vénézuéla, le Canada avec ses Chistes, l'Angleterre, la Norvège, l'Algérie, certains pays d'Afrique, les pays du Golf persique, la Russie, certains pays d'Asie centrale). Là, ça serait la mort du commerce du pétrole. Si quasiment toutes les nations en possèdent, ben, elles n'iront pas en acheter à l'extérieur. Et puis, elles pourraient bien se mettre à se passer des grandes compagnies pétrolières et avoir leur compagnie nationale. Alors, il est peut-être bien de l'intérêt de celles-ci de rester discret sur cette théorie et sur les résultats obtenus en Russie et au Vietnam.

    Les compagnies pétrolière vivent d'une certaine limitation de la quantité de pétrole et du fait qu'il y a des pays producteurs d'un coté et des pays acheteurs de l'autre. Il faut, pour elles, que le pétrole ne soit ni trop rare (sinon, le marché n'est plus assez intéressant), ni trop abondant ; et de préférence qu'il n'y ait que quelques pays producteurs pour pouvoir faire des profits à la vente plus facilement. Parce que, sur un marché national, le gouvernement peut décider de limiter les prix du baril. Et puis, on pourrait même préciser : il faut pour elles qu'il n'y ait que quelques pays producteurs faibles militairement et ayant des compétences techniques limitées. Parce qu'ainsi, les grandes compagnies peuvent s'installer, d'une part grace à leurs compétences techniques, et d'autres part parce qu'un pays puissant militairement peut leur forcer la main pour choisir ses compagnies pétrolières, sous peine, sinon, d'avoir des problèmes. Et du coup, les pays consommateurs, eux, sont obligés d'en passer par ces quelques compagnies, qui font dés lors un chiffre d'affaire gigantesque. Tandis que si demain, les principaux pays consommateurs deviennent aussi des pays producteurs, dans la mesure où ce sont en général des pays de haut niveau technique, ils possèderont la technicité pour exploiter eux-mêmes leur pétrole. Ils pourraient alors très bien décider se passer des grandes compagnies pétrolières, et monter une compagnie nationale. Ce qui conduirait, en plus d'une diminution très importante des parts de marché des grandes compagnies pétrolière, à l'émergence de concurrents nouveaux. Et, les nouveaux pays producteurs qui n'auraient pas un niveau technique aussi bon auraient les coudées beaucoup plus franches pour mettre en concurrence les compagnies pétrolières. Un pays comme l'Ethiopie pourrait mettre en concurrence un éventuel Deutsch pétroleum, ou un China petroleum, ou encore un Italian petroleum en fonction de leur transparence, de leur prix, etc... Enfin bon, de toute manière, ces marchés (dans les pays pauvres) deviendraient des marchés de niche, vu qu'étant pauvres, ils consommeraient, et donc, produiraient peu.

    Et puis, du point de vue des USA, si tout le monde se met à produire du pétrole, les pétro dollars ne vaudront plus rien, vu que s'il n'y a plus d'échange de pétrole entre nations, il n'y aura plus de paiements en dollars de ce pétrole. Surtout que même s'il y a échange, il y aura tellement de producteurs que les USA ne pourront pas faire la loi partout. Et donc, les pays pourront choisir de libeller leurs échanges en euros ou dans d'autres monnaies. Alors qu'ils avaient les pays du golf persique à leur main et que les autres petit pays producteurs savaient qu'il valait mieux pour eux libeller leurs échanges en dollars, sous peine d'avoir des "problèmes" (et en plus jusqu'à récemment, il n'y avait pas l'euro pour contrabalancer le dollars).

    Et puis, si le pétrole est trouvable partout, ben, certaines nations qui étaient dépendantes des apports extérieurs de pétrole et qui pouvaient donc subir des pressions par ce biais, pourraient devenir beaucoup plus indépendantes, commme la Chine. Et plus puissantes aussi.

    Bon, cela dit, il est possible aussi que les compagnies pétrolières ne soient pas si gênées que ça par la présence de pétrole partout sur terre. Parce que ce sont elles qui possèdent la technicité pour l'extraire. Donc, pas mal de pays pourraient faire appel à elles pour l'extraire et le commercialiser. Donc, il y a du pour et du contre.

    Mais bon, quand même, on peut penser que leur position serait affaiblie. Elles seraient moins incontournables. L'Europe pourrait décider de se construire une industrie pétrolière indépendante, la Russie pourrait chapeauter l'industrie pétrolières de pas mal de petits pays (comme elle l'a fait pour le Vietnam). La Chine et toute la zone asiatique pourrait devenir indépendante. Ca fait pas mal de dangers pour les grandes compagnies occidentales, et surtout, américaines.

    Si les réserves de pétrole des compagnies pétrolières étaient basses, à la rigueur, elles auraient un intérêt à passer à la théorie du pétrole abiotique. Mais elles en ont apparamment pour 70 ans au moins de pétrole (conventionnel et non conventionnel) et de gaz. Donc, elles sont très loin d'être dans une situation où, pour continuer leur business, elles devraient trouver de nouvelles sources de pétroles à l'aide des théories russes. Donc, on ne voit pas pourquoi elles se rallieraient à la théorie russe si dangereuse pour elles.

    On peut se demander aussi pourquoi les russes ne font pas la promotion de leur théorie. Là dessus, on peut se dire qu'ils n'ont pas tellement intérêt non plus à le faire. Ils sont un peu dans la même situation que les producteurs occidentaux. Avec leur théorie, ils peuvent devenir un producteur et surtout, un exportateur très important de pétrole. Ils n'ont pas intérêt à ce que tous les pays deviennent indépendants. Ca signifierait qu'ils ne pourraient plus vendre leur pétrole à l'étranger, ou en tout cas, en beaucoup moins grande quantité et probablement aussi pour beaucoup moins cher. Ils peuvent réserver leur théorie sur le pétrole à des pays amis et faire des joints venture avec eux ou ils se partagent le pétrole récolté (exemple : le Vietnam). Mais, pour le reste du monde, ils ont intérêt à ce que ce soit paiement cash.

    Dans toutes cette histoire, entre les producteurs américains et la production russe, c'est, sans vouloir être vulgaire, un peu "mort aux gogos" pour ne pas employer un autre terme. Les gogos ce sont les pays européens qui n'ont pas de production de pétrole, mais qui croient quand même aux théorie classiques et qui payent le pétrole au prix fort alors qu'en étant un peu plus malins et informés, ils pourraient devenir autonomes. Bref, il est à craindre que les clefs de la production du pétrole ne vont pas nous être données par qui que ce soit : ni par les américains, ni par les russes, ni par nos propres compagnies pétrolières. Ils ont plutot intérêt à ce que nous restions de bon gogos bien riches qui ne se posent pas de question et à qui ils peuvent vendre leur pétrole bien cher alors qu'on pourrait se le procurer nous même à un prix bien moindre.

  23. #20
    Quisit

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    j'ai du mal à suivre ta théorie...

    1 - Les recherches continuent en europe, et même en france. il y a par exemple un puit exploité au coeur du bassin d'arcachon, il y a des sondages tous les jours

    2 - Par ailleurs on commence à extraire du pétrole des schistes bitumineux de l'orénoque...et je ne suis pas sûr que les compagnies pétrolières y mettraient le prix si il y avait du pétrole partout

    3 - Tu raisonnes comme si l'europe et surtout la france ne possedaient pas de compagnie pétrolière. Hors Total Fina Elf est littérallement une entreprise d'état , crée par l'état, aux manipulations politique fondatrices de ce qu'on appelle aujourd'hui la "Franceafrique", elle a un loby sur le marché de l'essence en france inmpressionnant, je la voit mal jouer contre ses interêt

    4- les ingénieurs ne cachent pas les choses, l'affaire Shell le prouve (fuites provenant d'un cadre dirigeant), ainsi que toute l'equipe de l'aspo est formée d'anciens géologues de diverses compagnies pétrolière. ce sont les compagnies qui décident quoi dire à qui

    5- il y a effectivement des gogos, mais c'est dans l'autre sens que ça fonctionne : oui le peak existera, mais les compagnies seront toujours là pour extraire le jus, les gogos sont ceux qui pensent que rien ne va se passer


    Alors pourquoi prétend t on le contraire ou pourquoi met on en avant "qu'il existera toujours du pétrole" (ce qui est vrai) en évitant d'expliquer "mais le rythme de production va ralentir, ce qui va provoquer un choc offre-demande"

    Tout simplement pour retarder le plus possible la baisse des besoins en pétrole des états, car cette distorsion offre-demande n'a pas d'impact sur les cout d'extraction, qui restent faibles...c'est donc la marge qui va exploser, les compagnies pétrolières vont faire des profit dépassant le PIB des etats.

    Il est crucial de dire "non il ne va rien se passer" Chaque achat de centrale nucléaire ou charbon, chaque investissement massif dans les ENR , chaque incitation pour les transports electriques et un coup de canif dans de futurs profits sans précédents dans l'histoire

    En fait il serait vraiment dommage que les etats précédent le peak et s'equipent avant que les couts n'explosent !!!

  24. #21
    claude27

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Citation Envoyé par Goofy
    Je n'en tiens pas compte car je ne peux pas l'accepter. Thomas GOLD a retranscrit cette théorie "russo-ukrainienne" en 1980 !!! Et tout un chacun peut la consulter tranquillement sur Internet....
    oui, mais INTERNET n' existe pas depuis 1980 . Il s' est passé au moins 20 années pendant lesquelles cette théorie a donc pu rester confidentielle !

  25. #22
    claude27

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Citation Envoyé par Goofy
    Il est possible qu'il y ait du pétrole abiotique dans le manteau, mais je crois qu'il ne s'y trouve pas en quantités pléthoriques, ou du moins rentables, sinon l'essence en France couterait 30 centimes le litre.
    30 centimes hors taxes !

  26. #23
    claude27

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    j' ai deux posts , d' entre 10h et midi ce jour , qui ont disparu .
    dérangeants ?,
    sans intérêt ?
    Censurés?
    hors sujet ??? je ne pense pas .

  27. #24
    claude27

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    si pétrole abiotique il y a , il est donc peut être existant et plus abondant qu' on a pu le supposer, mais celà ne veut pas dire pour autant inépuisable et facilement accessible . .
    La question serait alors : s' en forme t il encore à l' heure actuelle qui continuerait de remonter du manteau terrestre .
    Si oui:
    - avec quelle vitesse de production, et dans quelle contrées remonte t il plus que dans d' autres .?
    - s' en forme t il plus que l' on en extrait ? ( on parle de gisements qui se seraient, du moins partiellement , " régénérés " .)

    - s' il s' est formé il y a très longtemps, mais qu' il ne s' en forme plus de nos jours , celà reste alors une énergie pouvant être considérée comme " fossile ", et on est ramené au problème de son épuisement ( peu importe son origine ) .
    - par contre s' il s' en forme encore , ce n' est donc plus une énergie " fossile " , mais " renouvelable " !

  28. #25
    paulb

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Bonjour,
    Cette discussion a un côté enfantin assez prononcé, qui affleure dans beaucoup d'autres et leur enlève beaucoup d'intérêt. Il se manifeste principalement dans la diabolisation de tous ceux qui dérangent les théories de celui qui s'exprime et qu'il suspecte des plus noirs desseins destinés à berner les "gogos", donc tout le monde. Le rôle du diable est assumé principalement par les contradicteurs et par les grandes entreprises, mais personne (physique ou morale), pour peu qu'elle possède une certaine influence politique, économique, morale ou autre n'est à l'abri de l'accusation.
    On a l'air d'oublier que tout individu et tout groupe humain réuni par un intérêt commun agit en fonction de cet intérêt et n'est limité dans son action que par les règles de bonne conduite imposées par la législation des États et les accords internationaux. Bien entendu, les actions délictueuses existent, mais il devient de plus en plus difficile de les cacher, avec l'accélération de la circulation des informations et la difficulté croissante d'étancher les "fuites".
    D'un autre côté, la libre circulation des informations encourage les charlatans, qui n'ont jamais été aussi nombreux et qui profitent de l'aubaine pour lancer des théories fumeuses ou promettre des miracles.
    Pour revenir au contenu de cette discussion, je pense que l'origine du pétrole "biotique" est chimiquement assez bien étayée et sa production souterraine est infiniment plus lente que ce que l'humanité consomme en ce moment. Ici il faut dire que dans toutes les discussions ayant trait à l'écologie, beaucoup de participants ne font pas assez la différence entre les durées impliquées dans nos soucis actuels qui se chiffrent en décennies et les durées géologiques et d'évolution des espèces qui se chiffrent en millions d'années. Nuance.
    Par contre, l'origine du pétrole "abiotique" gagnerait à être expliquée scientifiquement. De quelle façon le carbone et l'hydrogène se sont-ils retrouvés à des profondeurs considérables et par quel moyen ont-ils constitué les molécules typiquement organiques du pétrole à cette profondeur qui implique des températures élevées? Citation du message #1 d'Alain2:

    "Une théorie qui est connue et populaire en russie depuis les années 50 affirme que le pétrole ne s'est pas formé à partir de plantes tombées au fond de bassins sédimentaires, comme la théorie officielle le soutient, mais que le pétrole est formé de façon chimique dans les entrailles de la terre, à une distance comprise entre 100 et 300 km dans l'écorce terrestre. L'hydrogène et le carbone étant très abondants, il y aurait en réalité des quantités faramineuses de pétroles sous nos pieds. Et il est possible qu'il y en ait d'exploitables un peu partout dans le monde."
    Avec le gradient thermique de 3°C par 100m, la température aux profondeurs indiquées est de 3000 à 9000°C et n'encourage pas trop la constitution de molécules organiques! Je demande donc à Alain2 de fournir les informations attestant le processus chimique qu'il mentionne.
    En définitive je crois que les gogos ne sont pas ceux que désignent certains participants friands d'informations sensationnelles.
    Amicalement paulb.

  29. #26
    Alain2

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Pourquoi le prix du pétrole monte ?

    Voir ici l'explication pour 1991 : http://www.indymedia.ch/fr/2003/03/6720.shtml

    L'explication est très probablement la même pour 2004. L'augmentation du prix du pétrole serait uniquement due aux manipulations du marché de la part des USA pour financer la guerre (Bénéfices sur l'augmentation des prix pour 1991, 60 Milliards de $). Manipulations qui permettent même de dégager un large bénéfice sur celle-ci.

    Et avec la théorie du peak oil, l'augmentation passe comme une lettre à la post chez pas mal de personnes. Ce n'est pas la spéculation qui fait monter les prix, mais le peak oil. Et quand les gens se seront aperçus qu'ils ont misé sur le mauvais cheval, que leurs opinions sur le peak oil était fausse, ben, comme les gens n'aiment pas trop reconnaitre leurs erreurs, ils se taieront. De toute façon, il sera trop tard pour protester.

    Dans les journaux, on parle de tout ça, mais avec une version soft. On dit qu'il ya des tensions au niveau de l'offre et de la demande en invoquant la production déficiente de l'Irak, la montée en puisance de la demande chinoise, l'insuffisance des investissements en raffinerie. Ca suffit à convaincre le grand public, qui lui, ne connait rien des théories du peak oil. Et ça fait marcher l'imagination des partisans du peak oil (qui croient que la presse se rallie à leur thèse à mots couverts), sans rien dire de définitif. Et puis, une fois que tout sera terminé, les prix rebaisseront. Alors, la presse calmera le jeu. On dira qu'heureusement, la production a pu s'adapter. On jettera un os éventuellement aux alarmistes en mettant des phrases du genre "jusqu'à quand tout cela tiendra-t-il ?". Puis, il suffira d'un prince qui meurt ou quelque chose comme ça pour que tout le monde oublie et passe à autre chose, à part quelques personnes particulièrement impliquées dans le truc. Surtout que la plupart des gens qui se seront intéressés au peak oil l'auront fait sous le coup de la haussse des prix. Lorsque le prix aura baissé, 90 % des gens s'en désintéresseront plus ou moins. Ils attendront de voir si ça remonte, puis, passeront à autre chose.

    Mais, ces considération sur les raisons du passage sous silence des théorie du pétrole abiotique, ainsi que celle sur les raisons de l'augmentation des prix sont pures hypothèses de ma part à partir de la théorie du pétrole abtiotique. Ca ne fait pas partie de la théorie du pétrole abiotique (et surtout je ne pense pas que ce soit à considérer comme l'élément entrainant ou non la croyance à la théorie en question). D'ailleurs, je ne crois pas qu'il faille se concentrer outre mesure sur le pourquoi du fait que la théorie n'est pas répandue, mais sur les arguments scientifiques prouvant sa véracité. Sinon, on en serait encore à se demander pourquoi les chretiens ont refusé la théorie de Gallilé. Et on n'aurait toujours pas analysé les arguments de fond de celui-ci.
    Dernière modification par Alain2 ; 17/04/2005 à 11h33.

  30. #27
    Narduccio

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Citation Envoyé par Alain2
    L'augmentation du prix du pétrole serait uniquement due aux manipulations du marché de la part des USA pour financer la guerre (Bénéfices sur l'augmentation des prix pour 1991, 60 Milliards de $). Manipulations qui permettent même de dégager un large bénéfice sur celle-ci.
    Cela pourrait être vrai si l'économie et la société américaine n'en souffrait pas autant. Il convient de se rappeller que toute l'économie américaine repose sur un pétrole bon marché. C'est d'ailleur ce qui a conditionné le rejet du protocole de Kyoto par les USA.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  31. #28
    paulb

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    Citation Envoyé par Alain2
    Pourquoi le prix du pétrole monte ?

    Voir ici l'explication pour 1991 : http://www.indymedia.ch/fr/2003/03/6720.shtml

    L'explication est très probablement la même pour 2004. L'augmentation du prix du pétrole serait uniquement due aux manipulations du marché de la part des USA pour financer la guerre (Bénéfices sur l'augmentation des prix pour 1991, 60 Milliards de $). Manipulations qui permettent même de dégager un large bénéfice sur celle-ci.

    Et avec la théorie du peak oil, l'augmentation passe comme une lettre à la post chez pas mal de personnes. Ce n'est pas la spéculation qui fait monter les prix, mais le peak oil. Et quand les gens se seront aperçus qu'ils ont misé sur le mauvais cheval, que leurs opinions sur le peak oil était fausse, ben, comme les gens n'aiment pas trop reconnaitre leurs erreurs, ils se taieront. De toute façon, il sera trop tard pour protester.
    Bonjour,
    Encore la diabolisation! Comment les USA financeraient ses guerres en payant le pétrole plus cher? Il y a de quoi se taper...etc.
    D'ailleurs, je ne crois pas qu'il faille se concentrer outre mesure sur le pourquoi du fait que la théorie n'est pas répandue, mais sur les arguments scientifiques prouvant sa véracité. .
    Qu'on attend avec la plus grande impatience de ta part! Et on se concentrera dessus dès que tu nous les auras donnés.
    Amicalement paulb.

  32. #29
    Quisit

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    il y a un soucis avec ton lien et sa théorie... c'est qu'en fait la spéculation pétrolière est indexée en temps réel sur le niveau des stocks.

    Le stock est un goulot d'étranglement pratique pour mesurer l'écart offre-demande, qui serait impossible à gérer autrement.

    Concrêtement, chaque état dispose de stock de brut et de distillés, il sont sensés être toujours haut. en complément il y a des stocks dits stratégiques qui ne servent qu'en cas d'extreme pénurie.

    Bon, le brut et le distillé qui arrivent dans un pays doit d'abord passer par les stocks, de l'autre coté, la demande doit s'adresser aux stocks, le différentiel crée la mesure du niveau, la spéculation suit le niveau à la loupe et "parie" sur son mouvement

    Le stock est un volume tampon, mais son débit entrée-sortie est énorme...à l'echelle de la planète c'est bel est bien le débit de la production mondiale !

    c'est là ou la théorie du complot coince :

    - On ne peut donc faire spéculer "la bourse" à la hausse si les stocks sont haut
    - on ne peut pas faire disparaitre des stocks pour trafiquer le niveau, sans acheter quotidiennement au prix fort des milions de barils (et en faire quoi ?) ?
    - on ne peut empecher les demandeur et les affréteurs de commander du pétrole alors qu'il y a de la demande pour limiter artificiellement l'offre
    - de l'autre coté, on imagine mal les producteurs se retenir de produire et de vendre, quand ils serrent la vis, sous la pression US et chinoise, ils déssèrrent aussitot (voir news depuis un an), et leur statistiques ainsi que leur prévisions de production sont publiques

    - et malgres celà, les stocks sont assez bas, avec des creux historiques. celà veut dire que l'offre suit très péniblement la demande, à défaut du peak c'est déjà le demand-shock, et il n'y a pas besoin de complot là dedans

  33. #30
    Alain2

    Re : Il n'y a pas de peak oil

    A mon avis, il y a toujours des trucs.

    Enfin bon, qui vivra verra.

    Si j'ai tort et que les partisans du peak oil ont raison, le prix du pétrole devrait augmenter rapidement et atteindre des niveaux très élevés dont il ne redescendra plus. Si j'ai raison, il devrait stagner, voir rebaisser à 40 $. On verra assez rapidement qui a raison et qui a tort.
    Dernière modification par Alain2 ; 18/04/2005 à 16h40.

Sur le même thème :

Page 1 sur 13 12 3 4 5 6 7 8 9 10 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. démo 1ere S je n'y arrive pas...
    Par terz2 dans le forum Mathématiques du collège et du lycée
    Réponses: 2
    Dernier message: 02/12/2007, 09h57
  2. je n'y crois pas!! Légende?
    Par dyslexik dans le forum Biologie
    Réponses: 9
    Dernier message: 19/06/2007, 15h43
  3. Il n'y a pas 2 sexes déterminés ?
    Par kissou dans le forum Biologie
    Réponses: 24
    Dernier message: 12/10/2006, 08h01
  4. Le koweit a atteint son peak-oil !
    Par Quisit dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 40
    Dernier message: 07/04/2006, 16h00
  5. dso exploit je n'y arrive pas!!!!!
    Par amazone dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 0
    Dernier message: 19/08/2004, 10h19